Navigation – Plan du site

Les ruraux dans la cité, une étude de cas :

Moulins à la fin de l'Ancien Régime
Michel Naudin
p. 11-26

Entrées d’index

Mots-clés :

histoire, rural

Géographie :

France

Chronologie :

Révolution
Haut de page

Texte intégral

1En ce XVIIIe siècle finissant, la ruralité des villes est encore importante, s'il faut entendre par ruralitas ce qui a trait aux champs, à la terre cultivée. Moulins, par son toponyme même, évoque les activités rurales. Aussi la présence en ville de paysans ­ hommes et femmes qui exercent un métier différent des artisans ­ n'est pas à démontrer1. C'est plutôt son importance numérique dans l'ensemble urbain qu'il reste à préciser. Mais pourquoi justement ce choix de Moulins?

r2r-img-99-1.gif C'est un chef-lieu d'une généralité “ méditerranéenne ”, selon Necker ­ soit au milieu des terres du royaume ­, situé à 7 jours de marche de Paris et à 3 ou 4 jours de Lyon, selon les avocats rédacteurs des cahiers de doléances en 17892. Il est relié par une route de poste à Paris et au Rhône via Roanne; un embranchement permet de rejoindre Clermont-Ferrand et le Massif Central, Limoges et la Marche et d'autre part, Autun et la Bourgogne. Ville carrefour, elle n'en reste pas moins bien ancrée dans une France que nous qualifierons de profonde. Cette ancienne capitale princière apparaît à un voyageur du XVIIe siècle comme un jardin3, tandis qu'un siècle et demi plus tard, Arthur Young la trouve mal bâtie4, dans son val fertile entre un bocage riant à l'Ouest et les étendues mal drainées de la Sologne bourbonnaise à l'Est. Les 13 000 habitants se partagent inégalement entre deux paroisses rurales St-Pierre d'Yzeure et St-Bonnet, qui ont chacune leur annexe en ville (St-Pierre des Ménestraux et St-Jean), ainsi cette ruralité se trouve renforcée par l'administration du clergé. Quelle place ceux qui ont comme métier de tirer de la terre des denrées vitales occupent-ils dans la cité5? Mais les ruraux ne sont pas tous des paysans.

r2r-img-99-1.gif L'espace social des Moulinois apparaît à travers les registres d'imposition, établis sous la responsabilité des échevins de la ville où résident les taillables. Échappent à cet espace ainsi défini les privilégiés et les exempts du Tiers, soit 1,7% de membres du clergé et 1,8% de privilégiés et exempts. Échappent aussi, bien sûr, ceux qui sont trop pauvres pour être soumis à l'imposition : pauvres honteux, tombés dans l'indigence ou pauvres non honteux : masse qui peut atteindre en ce temps de crise le cinquième des habitants de l'agglomération. Nous nous bornerons donc aux 2 380 feux du registre de subsistances de l'année 1778, seule source fiscale qui ait échappé à l'incendie des archives de La Voûte6.

r2r-img-99-1.gif Parmi ces taillables, les ruraux les plus aisés ­ si l'on excepte les domaines du plat pays ­, côtoient la masse des marchands, des artisans-fabricants, des bourgeois et de l'ensemble des professions libérales, ils ne parviennent qu'exceptionnellement au niveau des quelques négociants, des commis royaux et des magistrats non exempts7. Cette “ cohabitation ” entre petites bourgeoisies rurale et urbaine est caractéristique de la ville d'ancien régime.

r2r-img-99-1.gif De fait, la masse des petits paysans se situe beaucoup plus bas dans l'échelle des taillables, elle y côtoie la dernière strate des professions libérales inférieures, des micro négociants de détail et de la masse artisanale des maîtres des métiers ou de l'artisanat non corporé. Elle laisse encore au-dessous d'elle le monde des journaliers qui forme avec les compagnons et ouvriers, les filles de peu de bien et les veuves, le niveau inférieur de l'imposition. 72% de ces journaliers occupent la dernière tranche du brevet de subsistances.

r2r-img-99-1.gif Dans le milieu urbain ­ si l'on excepte les journaliers ­, les paysans ne tranchent pas vraiment sur l'ensemble des imposés : les fortunes majeures côtoient celles des artisans, voire même celles de la petite bourgeoisie. Sous cet aspect, ces petits propriétaires ou locataires de lopins de terre plus ou moins importants s'opposent à la masse des sans terre, brassiers ou journaliers.

r2r-img-99-1.gif Comment pratiquer le dénombrement de ces ruraux? Comment se répartissent-ils dans l'espace urbain et péri-urbain?

r2r-img-99-1.gif Le tableau de la répartition8 des ruraux porte sur 664 feux solvables soit 27,8% de l'ensemble de la paroisse St-Pierre d'Yzeure, y compris le faubourg outre Allier du Chambon Colombeau (ou de La Madeleine). Le plat pays se distingue tout d'abord car il abrite les ruraux qui résident dans des exploitations (métayers, laboureurs, meuniers et fermiers) et il en a la quasi exclusivité (à deux ou trois exceptions près). Au total 134 feux d'agriculteurs occupent ce plat pays. Ce premier ensemble laisse la place à la ceinture maraîchère et viticole, à cheval sur les quartiers purement urbains et les écarts situés sur la paroisse. A côté d'une cinquantaine de microfondiaires, propriétaires de leur lopin, 30 vignerons et 87 jardiniers figurent sur le rôle. Cette banlieue nourricière se prolonge sur St-Bonnet et mobilise 167 paysans dont la majorité occupe une résidence urbaine.

r2r-img-99-1.gif Les journaliers, eux, sont présents partout mais si 120 sont domiciliés sur St-Pierre d'Yzeure et au Chambon, 215 ont une résidence urbaine, principalement dans deux quartiers : Carmes et Bourgogne. Ils se définissent non par leur rapport à la terre mais par rapport au temps de travail rémunéré. Travailleurs occasionnels, ils se louent à la journée, principalement le long du mur de la Commanderie de Bardon, petit hameau entre la ville elle-même et le bourg d'Yzeure.

r2r-img-99-1.gif Ceci pose la question du poids de la ruralité de chacun de ces ensembles. Pour le résoudre, il faut considérer quelle part occupe l'impôt payé par les ruraux ­ qu'ils soient paysans, journaliers ou autres ­ dans l'imposition totale du quartier. Pour une plus grande clarté, nous avons regroupé les écarts et les hameaux de la paroisse avec le bourg même d'Yzeure, rejoignant en cela la division même qu'opèrent les rédacteurs du rôle au XVIIIe siècle. Ce pourcentage d'impôt payé par ces ruraux est un indicateur plus précis que le nombre de têtes pour définir la ruralitas de chaque élément de l'ensemble urbain et péri-urbain.

r2r-img-99-1.gif Le tableau II 9fait apparaître un centre qui est presque complètement exclusif de la ruralité. Si les paysans sont dans la ville, ils n'occupent ni le quartier Ville, où résident robins et gentilshommes, ni les quartiers Haut et Bas Allier, siège du commerce de bouche et des commerces rares, qui se prolonge par le port sur la rivière. Dans cet ensemble, nous ne retrouvons que 10 paysans et 5 journaliers pour le quartier Ville et 17 journaliers et 3 jardiniers en Allier. Si dans ces deux derniers quartiers ils représentent 2% de l'imposition, dans le premier, celui de la ville, ils n'atteignent même pas 1% ! Pour le XVIIIe siècle, il faut donc nuancer cette affirmation de la présence paysanne au cœur même des villes.

r2r-img-99-1.gif De fait, paysans et journaliers se retrouvent dans les quartiers périphériques. Dans le quartier Paris, aristocratique et sonnant par ses multiples couvents, ils sont encore marginaux, ils ne payent que 7% de la contribution totale pour 40 journaliers et 5 jardiniers. Le quartier marque quand même une avancée rurale.

r2r-img-99-1.gif Cependant les deux quartiers d'artisanat, Carmes et Bourgogne, concentrent davantage de paysans. Les Carmes ­ qui regroupent dans leur église les chapelles des corps de métiers ­ attirent également les charbonniers qui trouvent ici le débouché de leur industrie rurale, ou plus exactement forestière : le charbon de bois est l'énergie indispensable pour les couteliers, serruriers et autres artisans. Mais ce quartier regroupe également 65 journaliers. Quant au quartier de Bourgogne, situé sur les grèves de la terrasse alluviale supérieure, il fixe toute une population importante de jardiniers qui se retrouve sur la paroisse voisine de St-Bonnet : les Saccarauds. Ici avec 10% de l'impôt total du quartier, les ruraux sortent de la marginalité.

r2r-img-99-1.gif Enfin, la véritable ruralité se manifeste dans le faubourg outre Allier du Chambon où la part des ruraux atteint 75% de la cotisation totale et dans le plat pays d'Yzeure où elle monte à 91%. Ces chiffres corroborent alors ce qui a été dénombré précédemment. Entre la ville elle-même et le plat pays se structure tout un ensemble péri-urbain : esquisses de faubourgs comme la rue Manchet ou le quartier des Garceaux ou bien les hameaux au caractère plus paysan ou vigneron comme les Champins.

r2r-img-99-1.gif Ainsi ces ruraux, paysans ou journaliers, aux situations financières hétérogènes, s'inscrivent plus ou moins dans l'espace urbain en cette fin du XVIIIe siècle. Marginalisés au centre ville, ils sont plus présents dans les quartiers périphériques aux côtés de l'artisanat; dans le faubourg ou les écarts ils deviennent dominants, position qu'ils renforcent plus encore au bourg d'Yzeure et dans le plat pays.

Quelle image laisse le rural?

r2r-img-99-1.gif Le manque d'homogénéité de ce milieu apparaît tout de suite à la lecture des rôles d'imposition. Cette inégalité des niveaux de vie se reflète également dans le mode de vie.Nous pouvons nous demander quelle incidence aura l'une sur l'autre et quelle peut être alors la mobilité sociale?

r2r-img-99-1.gif En 1778 l'imposition moyenne de l'ensemble des taillables se monte à 5 l pour ce brevet de subsistances10. Si l'on exclut les domaines du plat pays, l'ensemble des ruraux paye 2 l pour ce même brevet, ils sont donc en-dessous de l'ensemble mais ils connaissent des situations très contrastées. Les ruraux du plat pays, ceux des domaines ­ qu'ils exploitent à ferme ou en métayage ­ sont divisés en 8 classes qui s'échelonnent de 80 l pour les deux plus riches laboureurs à 12 l 10 s pour ceux de la huitième classe. Il faut ajouter les meuniers imposés 33 livres. Nous avons ainsi les coqs de village, dont le représentant le plus éminent, la figure emblématique est François Martin, laboureur au Grand Verger, futur délégué à l'assemblée du Tiers-Etat à la Sénéchaussée en 1789.

r2r-img-99-1.gif Une situation intermédiaire se dégage avec les métayers et locataires, les petits fermiers, qui versent une contribution moyenne de 6 l 10 s soit 1 l 10 s de plus que la moyenne des contribuables. Avec les charbonniers qui payent 4 l 15 s nous tombons en-dessous de cette moyenne, mais quand même à un niveau honorable. La situation se dégrade avec les vignerons et jardiniers dont la contribution n'atteint pas la moitié de la moyenne des imposables avec seulement 2 l 17 s. Les jardiniers des quartiers urbains semblent plus aisés que ceux du bourg, plus près de la clientèle, ils se livrent à des cultures plus intéressantes, à plus haute valeur ajoutée.

r2r-img-99-1.gif Enfin, la base de cette pyramide des imposables est occupée par les journaliers. Si l'on excepte deux résultats atypiques en Haut Allier et à Paris, la masse des sans terres est imposée entre 19 s à Yzeure et 10 s seulement dans le quartier Ville. La moyenne des journaliers imposables pour le même brevet de subsistances est de 15 s soit 7 fois inférieure à la moyenne de l'ensemble des imposables, et 3 fois moins que la moyenne des ruraux. Nous avons là un véritable prolétariat, urbain par sa résidence, mais rural par ses activités. Plèbe des gagne-petit, ils sont les sans voix, ceux qui ne se font jamais entendre dans la cité.

r2r-img-99-1.gif Une certaine mobilité sociale ascendante mais surtout descendante modifie cet édifice. Si nous comparons le rôle de subsistances de 1778 et celui d'imposition établi en 1786 au prorata des sommes payées au titre de la taille, plusieurs modifications apparaissent11. Sur celui de 1786 ne figurent plus que 34 laboureurs, mais 29 d'entre eux contre 12, apparaissent dans la plus forte tranche. De même pour les 33 fermiers, les plus fortes cotes sont renforcées. En revanche aucun fermier n'est situé dans la tranche la plus faible contre 12 en 1778. Il y aurait donc une certaine ascension des plus aisés des coqs de village, et financièrement, un resserrement de ce groupe social par rapport aux autres.

r2r-img-99-1.gif Inversement, les métayers sont deux de plus en 1786 mais le nombre des plus imposés est en recul (4 contre 8) dans la tranche la plus forte. En revanche la couche la plus faible compte 3 feux de plus (7 contre 4). Chez les locataires et les propriétaires une évolution identique se manifeste. Il y aurait donc mobilité relative ascendante des plus gros fermiers, tandis que l'on assisterait à une véritable césure sociale qui les couperait du reste des chefs d'exploitation (métayers, locataires ou propriétaires).

r2r-img-99-1.gif A l'autre extrémité de l'édifice social, une certaine mobilité sociale se manifeste également chez les journaliers mais elle est plus rare dans le sens ascendant tandis que la mobilité sociale descendante joue à plein.

r2r-img-99-1.gif La forme ascendante de mobilité sociale n'est pas impossible mais elle est très rare. Un exemple peut nous être fourni en Haut Allier : Jean Beraud, journalier voit sa cote d'imposition révisée à la hausse car il a épousé une fille Chapelle12. Ces derniers sont une riche famille de bouchers, qui détiennent, de père en fils et d'oncles en neveux, les fonctions de syndic de la Communauté. Il est quasi certain que Beraud ne tardera pas à entrer lui aussi dans ce milieu de la boucherie et quittera ainsi son état peu reluisant de journalier. Mais si les journaliers épousent parfois les bouchères comme les princes les bergères, le mouvement descendant lui, est beaucoup plus fréquent.

r2r-img-99-1.gif Sur le rôle de 1778, 18,6% des journaliers ne figurent plus, rayés pour indigence. Ce qui laisserait supposer que le cinquième de l'effectif disparaît en un an! Dans le quartier des Carmes, un charbonnier se plaint de l'impôt, il se trouve surimposé alors qu'il se situe dans la moyenne des imposés, il aurait donc subi des revers de fortune récemment. Dans le même quartier 27 journaliers ne sont plus imposés, sur 65. Par rapport au nombre total des exclus, les journaliers comptent pour le tiers!

r2r-img-99-1.gif D'où vient l'exclusion? Le premier facteur est le nombre d'enfants, ce qui explique les radiations d'une année sur l'autre. Nombreux sont les feux où le journalier (ou la journalière) a 7 ou 8 bouches à nourrir. Ils ne vécurent certainement pas heureux car ils eurent beaucoup d'enfants, pour un salaire qui n'entre qu'avec l'aléatoire journée de travail. Il est vrai que le travail des enfants les plus âgés permet parfois d'améliorer l'ordinaire. Mais l'invalidité ou la maladie peuvent survenir, ou s'ajouter à la pléthore d'enfants : nombreux sont les infirmes, boiteux ou épileptiques à échapper ainsi à l'impôt. Le conjoint lui aussi peut être malade. Une spirale descendante mène de la moyenne 15 s à 10 s puis 5 s et enfin à la radiation pour mendicité.

r2r-img-99-1.gif La masse de ces pauvres honteux se loge surtout en Carmes avant Bourgogne, elle est rare en Paris ou en Ville. Mais il nous manque sur le rôle de Bas Allier la mention des contribuables rayés. Cependant cette présence, dans certains quartiers, des pauvres à côté des classes laborieuses mène bien à la constitution de zone de misère, peut-être de “ non droit ”, “ classes laborieuses, classes dangereuses ” : Gilbert Venière, journalier en Carmes est traité de “ mauvais sujet ”.

r2r-img-99-1.gif Trois sous-ensembles partagent donc ces ruraux de la Ville et de la paroisse d'Yzeure. Dans le plat pays, les coqs de village tiennent le haut du pavé. Une position intermédiaire est occupée par les vignerons et les jardiniers, locataires ou propriétaires du bourg et des quartiers périphériques de la Ville. A la base, les journaliers, déjà en situation de quasi exclusion sociale seront destinés à être marginalisés politiquement.

r2r-img-99-1.gif Quel est le poids du monde rural dans la vie publique? Il est fonction du caractère rural plus ou moins prononcé de la paroisse et des quartiers de la ville : ces derniers sont sous la dépendance de l'administration municipale, tandis que le bourg et les écarts, forment une paroisse rurale. Il y a donc quatre possibilités de représentation de la population : la paroisse, le Général ­ pour le bourg et les écarts ­ les assemblées de ville et les assemblées graduelles, lors de la réunion pour les États Généraux.

r2r-img-99-1.gif Les deux paroisses ont à leur tête un curé. Celui de Saint-Pierre d'Yzeure, réside en ville. Les succursales sont desservies par 5 vicaires pour Moulins, un pour la Madeleine et un pour Saint-Jean. Ces ecclésiastiques sont aidé par les marguilliers tant pour le temporel puisqu'ils assurent la garde des biens que pour le spirituel, puisqu'ils sont chargés de la bonne tenue morale des fidèles et de la convenance des offices. Enfin, ils nomment les serviteurs de l'intendance. La charge dure trois ans. Dans la paroisse Saint-Pierre, la nomination revêt un caractère géographique : 1 marguillier représente la ville, 1 la rue d'Allier, 1 les trois autres quartiers pris ensemble, 1 le Chambon et enfin le dernier les laboureurs, vignerons ou journaliers de la paroisse13. Ainsi donc une sur-représentation se manifeste pour les quartiers aisés. Ces représentants sont de bonne roture, par opposition aux “ faubourgs ” et aux ruraux. En 1778, les marguilliers de St-Pierre d'Yzeure sont détachés de ceux de la ville. La marguillerie se compose alors d'un conseiller au présidial, un avocat, un receveur des épices, un chapelier et un jardinier. Ce dernier est imposé 4 l 10 s, soit légèrement moins que le contribuable urbain, mais un peu plus que la moyenne des petits ruraux auxquels il appartient. S'il existe trois marguilliers urbains à Saint-Jean, un seul rural s'occupe des affaires de Saint-Bonnet, c'est un marchand fermier. Enfin la Madeleine qui regroupait trois marguilliers avant les travaux de Régemortes n'en comporte plus qu'un seul en 1788. Ce qui révèle bien le mouvement d'urbanisation de la ville qui englobe cette ancienne annexe.

r2r-img-99-1.gif Les fonctions des marguilliers sont bien définies : ils doivent assister à la messe chaque dimanche de 6 à 7 heures, à la Grand Messe le jour de la Saint Sébastien ­ le lundi des Trépassés à une procession et à une messe de même que le mardi de Pâques où ils se rendent en procession à la chapelle de la Mi-Bonnet, petit lieu de culte situé à 2 km du bourg. Enfin le jour de la saint Roch ­ saint thaumaturge populaire dans les milieux ruraux ­ ils assistent à la procession et à la Grand Messe et le 6 mai, ils se rendent en procession à Montbeugny, village situé à 18 km de la ville pour y assister à la messe. Leur rôle de représentation, rôle quasiment liturgique, ne se borne pas à cela : ils peuvent être convoqués aux enterrements comme à celui de Nicolas Turlin, un voiturier par eau du quartier Bas Allier. La préséance exige que lors des cortèges officiels, ils marchent immédiatement derrière les échevins.

r2r-img-99-1.gif Mais une grande partie de leurs occupations est de gérer les biens de la paroisse : en 1765, les trois marguilliers de l'annexe de la Madeleine transigent sur une rente due par un particulier au capital de 300 l. Celui-ci, tombé en mendicité, ne peut servir la rente de 15 l par an. La transaction se déroule “ sous un chapiteau de la Magdeleine ” en présence du curé d'Yzeure et des marguilliers. La composition sociale de ces derniers est intéressante car si participent trois marchands, un boulanger, un meunier, un tailleur, un loueur de chevaux et un commis aux tailles, ni vignerons, ni jardiniers n'y figurent, ce qui témoigne d'une nette marginalisation des ruraux au sein de la marguillerie.

r2r-img-99-1.gif Si les ruraux se trouvent ainsi marginalisés, sont-ils plus présents au sein des confréries? Il n'en existe pas au XVIIIe siècle de proprement rurales, ni les Etrennes Nouvelles, ni les visites épiscopales n'en mentionnent. Sur la paroisse de St-Pierre d'Yzeure les confrères du Corps Dieu nomment les chapelains, les confréries participent à la nomination des marguilliers de la Madeleine. Celle des Pénitents noirs donne une sépulture décente aux confrères et aux condamnés. En 1787, le vice-recteur est un jardinier, imposé pour 9 l de premier brevet de taille, soit presque le double de l'imposition moyenne. Il s'agit déjà d'un petit notable. A part celui-ci, un seul confrère est d'origine rurale, à côté des tisserands, mariniers, voituriers et vitriers. Ces confrères sont d'extraction relativement modeste, ils témoignent d'une sociabilité populaire14. Cette marginalisation des ruraux dans la ville s'inscrit en contrepoint à la participation des gros propriétaires à la Franc-Maçonnerie sous la Révolution et l'Empire.

r2r-img-99-1.gif La représentation politique locale se manifeste d'une part par le Général de la paroisse, d'autre part au sein de l'Assemblée de ville. Ces réunions ne sont pas régulières, les habitants convoqués se réunissent pour prendre une position commune. Ces assemblées sont masculines mais sans exclusive.

r2r-img-99-1.gif Le Général, réuni à l'initiative du subdélégué, donne lieu à un compte rendu sous forme d'acte notarié. A sa tête, le syndic, défend les intérêts de tous.En 1789, l'un est propriétaire et imposé 9 l, un autre 5 l. Au Chambon, le syndic est un taillandier imposé 4 l 5. Ces syndics sont aidés par un ou des sous-syndics. La désignation en est publique, le Général est convoqué par ordonnance de l'intendant et siège sous le porche de l'église, à la sortie de la Grand Messe. En 176315 après le décès du syndic en exercice, le sous-syndic, jardinier, fait sonner la cloche à l'issue de la Grand Messe, donne lecture de l'ordonnance et du préambule; les habitants “ disent avoir bien compris ”. On passe alors au scrutin : sur 32 participants, figurent 7 laboureurs, 1 fermier, 3jardiniers, 2 vignerons, 12 journaliers. Les laboureurs opinent en tête. C'est un laboureur qui est désigné. Seuls signent 6 participants dont un seul jardinier. Le nouveau syndic ne signe pas. Cette absence de signature est-elle un handicap? En 1765 il est précisé qu'il ne peut pas signer16. Dans le Bourbonnais, l'analphabétisme masculin est fréquent dans le monde rural. Mais les procès-verbaux sont l'affaire des notaires et ce qui compte ici c'est l'usage antique et la coutume base de légitimité.

r2r-img-99-1.gif Le Général connaît une certaine hiérarchie : au Général du 28/08 6317 17assistent 4 propriétaires dont le chevalier seigneur de Panloup, premier marguillier de la paroisse, le chevalier seigneur de l'Ecluse et deux autres qualifiés de “ maître ”, dont un procureur. Le second rang est occupé par 13 laboureurs et métayers, puis 18 locataires vignerons et journaliers. Cette assemblée revêt un certain lustre, car à celui du 28 avril 1765, se présentent 14 propriétaires, les laboureurs ne sont plus que 5, tandis que vignerons et journaliers sont au nombre de 36. Le Général voit se côtoyer la noblesse et les simples paysans, elle dépend des sujets débattus, mais elle ne comporte pas d'exclusive.

r2r-img-99-1.gif En est-il de même à l'assemblée générale de la ville18? Les instances dirigeantes de la cité font peu appel aux éléments ruraux : ils sont exclus du corps municipal, réservé aux notables, de même des commissions chargées de l'hôpital et de la marmite des pauvres. Quant à l'assemblée générale des habitants, en ses séances ordinaires, elle ne comporte pas de ruraux, à l'exception du jardinier des pépinières imposé 24 l. Mais il s'agirait là plutôt d'un technicien de l'agriculture, représentatif de l'agromanie ambiante depuis la vague physiocrate. Cependant cette présence rurale peut dépendre du sujet traité. Ainsi lors de la délibération sur l'érection de Moulins en siège épiscopal, 2 représentants de la paroisse d'Yzeure et 1 du faubourg de la Madeleine y participent. Mais encore faudrait-il déterminer quels ruraux? Il semble bien que de toutes manières ce sont ceux dont le revenu est le plus modeste (journaliers) et dont le caractère de ruralité est le plus affirmé (locataires, vignerons) qui sont les plus exclus de ces assemblées.

r2r-img-99-1.gif C'est dans ce contexte-là que sont convoquées les assemblées préliminaires aux États Généraux. A Moulins, il n'y a ni assemblée de quartier, ni de métier de jardiniers ou de vignerons. Participent-ils alors à l'assemblée du Tiers non corporé? De fait tout habitant inscrit sur un rôle d'imposition, mais non membre d'une communauté pouvait y prendre part. Or seulement 17 présents sur plus de 1 000 inscrits comparaissent, parmi eux pas un seul rural. Plus que l'exclusion des paysans, c'est celle des ruraux de manière générale qui apparaît ainsi19.

r2r-img-99-1.gif Quelle est alors la place du rural et du paysan dans l'imaginaire des citadins? Les communautés expriment leurs doléances, plaintes et remontrances, elles ne fournissent donc qu'une image en rapport avec cette notion de doléance, elles exprimeront quels sont, selon elles, les problèmes qui se posent aux ruraux. Les marchands tanneurs développent la théorie de l'inégalité devant l'impôt, à travers l'exemple d'un journalier20, ils réclament l'extinction des gabelles “ qui frappent la classe la plus indigente des citoyens qui sont les malheureux qui habitent les campagnes ”. Pour les marchands drapiers et épiciers, “ la milice, ce fléau de la liberté qui ne porte que sur le peuple et le cultivateur ” doit être abolie21. Les apothicaires rendent le colportage responsable des abus dont sont “ dupes le paysan et le chirurgien de campagne ” ; en cela ils se situent dans une logique de défense du consommateur, les paysans sont une “ classe d'homme, si utile ” ! Cette dernière notion d'utilité de la classe paysanne vient directement de l'analyse des Physiocrates.

r2r-img-99-1.gif Ainsi ce portrait robot, si sympathique ­ au sens étymologique du terme ­ soit-il, marque une relative condescendance des uns par rapport aux autres, on plaint les “ malheureux ”, les “ dupes ”, les membres “ utiles ” de la société. Mais cet écho est bien faible, seuls quelques cahiers abordent ce thème des populations rurales et ils le font de manière stéréotypée. Inversement personne n'évoque le droit à une expression politique du monde des campagnes dans son ensemble.

r2r-img-99-1.gif Ainsi en 1789, ceux qui tirent de la terre les denrées vitales ont-ils droit à la parole en milieu urbain (ou urbanisé) ? Nicolas Grimaldi traite du travail manuel comme d'une humiliation, dans son ouvrage Le travail communion et excommunication22. Ces travailleurs de la terre ­ mais par là même aussi avec eux les autres ruraux des milieux péri-urbains ­, se trouvent excommuniés. Travailleurs humiliés par leur profession, les paysans se trouvent, selon l'expression d'Aristote “ acoquinés à la naturalité ” donc exclus de la culture politique. D'Alambert distingue les travaux manuels et intellectuels. Les premiers sont inférieurs car exécutés par des inférieurs : le jardinier, le vigneron travaillent courbés, accroupis, dans des positions humiliantes. Même si sur le plan fiscal, ils se situent au niveau de bien d'autres contribuables, ils sont en situation d'infériorité, à plus forte raison si ce travail est occasionnel et non soumis à une jurande. Le reste de leurs concitoyens les exclut de leurs charges et pouvoirs surtout lorsque ceux-ci ont des caractères typiquement urbains. Le manuel, respectable car nourricier, ne doit-il pas rester à sa place définie de toute antiquité, même lorsque l'on “ vote une Grande Révolution ” selon l'expression d'A. Young?

Haut de page

Notes

1 Audisio (G.), Les Français d'hier, t. 1, Des paysans, A. Colin, Paris, 1998.
2 Archives municipales Moulins, 111, Observations de Messieurs les Avocats, n° 19, ms, 12 p. Cf. Naudin (M.) Structures et Doléances du Tiers-État de Moulins en 1789, Paris, 1987, 473 p. Documents, IV Collèges juridiques, p. 325.
3 Jodivici, Sinceri itinerarium Galliae, 1627.
4 Young (A.), Voyages en France, Edition critique de H. Sée, A.Colin, Paris, 1976, p.375.
5 Archives Municipales Moulins, 477, registre de subsistances 177.

Nous comptabilisons comme paysans ceux qui occupent un manse, et sont répertoriés comme travailleurs de la terre; comme ruraux se joignent à eux les meuniers, les charbonniers et les journaliers. Parmi ceux-ci, sont exclus ceux qui exercent un métier spécialisé comme journalier maçon par exemple. Les contribuables enregistrés avec un double métier l'un rural, l'autre urbain (comme jardinier cabaretier) ont été également écartés, ainsi que les veuves dont nous ignorons le métier du mari.

6 Cf. supra note 5. L'incendie des archives est, semble-t-il, fortuit.
7 Naudin (M.), op. cit., note 2, p. 409, cartes et tableaux, tableau 111, les différents groupes socio-professionnels selon leur imposition.
8 Cf. infra, Tableau I : Répartition des ruraux par quartier en 1778.
9 Cf. infra, Tableau II : Part des ruraux dans l'imposition.
10 Cf. infra, Tableau III : Imposition moyenne.
11 Archives Municipales Moulins, 380.
12 Cf. supra, note 5.
13 Etrennes Nouvelles, Moulins, 1788, Archives Départementales Allier.
14 Naudin (M.), op. cit., p. 151 sq.
15 Archives Départementales Allier, III E, 17, délibération du Général, 1763.
16 Ibid., Procès-verbal, 18, 04, 65.
17 Cf. supra, note 15.
18 Archives Municipales Moulins, 136, registre de délibération, de l'Assemblée Générale des habitants.
19 Archives Municipales Moulins, 136, délibération des habitants du Tiers-Etat non corporés.
20 Archives Municipales Moulins, 111, L 067, délibération des Marchands tanneurs.
21 Ibid, L 053, délibération des Marchands drapiers, L 039, délibération des Marchands épiciers, ciriers, chandeliers.
22 Grimaldi (N.), Le travail, communion et excommunication, Paris, 1998, 273p. Généalogie d'une humiliation, p. 44-55.
Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Michel Naudin, « Les ruraux dans la cité, une étude de cas : », Rives nord-méditerranéennes, 5 | 2000, 11-26.

Référence électronique

Michel Naudin, « Les ruraux dans la cité, une étude de cas : », Rives nord-méditerranéennes [En ligne], 5 | 2000, mis en ligne le 25 mars 2004, consulté le 26 mars 2017. URL : http://rives.revues.org/99 ; DOI : 10.4000/rives.99

Haut de page

Auteur

Michel Naudin

Université de Provence

Haut de page

Droits d’auteur

© Tous droits réservés

Haut de page
  • Revues.org