Navigation – Plan du site
2007

Soigner et être soigné à l’Hôtel-Dieu de Marseille aux XVIIe et XVIIIe siècles.

Judith Aziza

Résumés

Il s’agit de présenter une thèse en cours de réalisation qui traite de la vie quotidienne à l’Hôtel-Dieu, des malades et du personnel, et de la place de l’hôpital dans la cité marseillaise. Tous les malades y étaient reçus, à l’exception de ceux atteints de certaines pathologies. Ils y étaient pris en charge sur le plan matériel et spirituel. Leurs journées étaient rythmées par les soins médicaux, les repas, et la pratique du culte catholique. L’hôpital était administré par une équipe de recteurs et le personnel y était nombreux. On y distinguait les membres du clergé, exclusivement chargés de la célébration du culte, et les laïques, voués au service des malades. Deux médecins, deux chirurgiens, un apothicaire et plusieurs infirmiers composaient l’équipe médicale. Des domestiques étaient chargés de l’entretien de l’hôpital et de la préparation des repas. L’Hôtel-Dieu était un véritable lieu d’assistance. Ceux qui souffraient y étaient soignés, même si les soins étaient souvent réduits du fait des connaissances médicales de l’époque.

Haut de page

Entrées d’index

Mots-clés :

histoire, religion

Géographie :

Marseille

Chronologie :

Époque moderne
Haut de page

Texte intégral

1A Marseille, sous l’Ancien Régime, l’Hôtel-Dieu est au cœur du système d’assistance aux malades. Ceux-ci y sont totalement pris en charge par le personnel dès qu’ils en franchissent le seuil. L’accueil se fait quotidiennement et le nombre d’hospitalisés est considérable1. Il s’agit donc d’un important exemple urbain de l’organisation hospitalière française moderne. Pourtant le fonds d’archives de l’Hôtel-Dieu, conservé aux Archives départementales des Bouches-du-Rhône, n’a pas livré tout son potentiel de connaissances. Augustin Fabre est le premier à l’avoir utilisé dans un ouvrage paru en 1855 pour décrire le fonctionnement de l’institution2. Au XXe siècle, les recherches se sont concentrées sur l’aspect institutionnel ou sur une fonction particulière de l’Hôtel-Dieu, comme par exemple l’accueil et l’hébergement des enfants abandonnés3. En 1970, dans leur ouvrage, Les fonds des archives départementales des Bouches-du-Rhône, André et Madeleine Villard observaient : « Il est à peine utile de souligner l’intérêt de ce fonds, déjà connu, mais qui est loin d’avoir été utilisé à plein4 ». Cette remarque est toujours valable, bien que des chercheurs aient ponctuellement continué d’explorer des aspects de l’histoire de l’établissement. Quasiment aucun travail n’avait été tenté sur le personnel et les malades hospitalisés aux XVIIe et XVIIIe siècles. Nous avons donc décidé de centrer la problématique de notre thèse autour de l’étude de ces personnes, ce qui permettra de mieux connaître et comprendre le fonctionnement du système hospitalier sous l’Ancien Régime et plus particulièrement celui de Marseille.  

Présentation de l’Hôtel-Dieu de Marseille

2L’Hôtel-Dieu est créé en 1593. Il naît de l’union de l’hôpital Saint-Jacques de Galice et de l’hôpital du Saint-Esprit5. Marseille éprouve alors de grandes difficultés liées au climat politique mais Charles de Casaulx, qui gouverne Marseille dictatorialement, met en place un programme qui vise à améliorer le système hospitalier marseillais. L’Hôtel-Dieu s’installe à côté du clocher des Accoules, dans les locaux de l’hôpital Saint-Esprit alors constitué d’une série de petites maisons étroites où sont établis les différents « services ». Des travaux d’agrandissement ont lieu tout au long du XVIIe siècle mais ce n’est qu’à partir du milieu du XVIIIe siècle que l’hôpital commence à être reconstruit, sur les plans de l’architecte parisien Jacques Hardouin Mansart de Sagonne, qui ne seront que très partiellement réalisés. Son état actuel correspond à de forts remaniements effectués par l’architecte Félix Blanchet sous le  Second Empire, qui s’accompagnèrent de la démolition de tous les bâtiments antérieurs au milieu du XVIIIe siècle6.

3Au niveau économique, l’hôpital vit grâce aux revenus des différents biens fonciers qu’il a le plus souvent reçus par dons ou par legs. Néanmoins, comme le mentionnent les registres de délibérations, les problèmes d’argent sont permanents, ce qui oblige les recteurs à faire appel à la charité des Marseillais, notamment à travers des quêtes ou l’organisation de loteries. Par ailleurs, depuis 1597, la plupart des confréries marseillaises doivent fournir un lit garni (matelas, couvertures, draps) à l’hôpital.

4L’Hôtel-Dieu recueille les enfants abandonnés, donne asile aux voyageurs et aux pèlerins, et soigne les malades et les blessés. Nous nous intéresserons exclusivement à ces derniers.

La problématique

5C’est une problématique d’histoire sociale, d’histoire de la santé et d’histoire des représentations collectives qui est envisagée. Etudier l’hôpital en tant qu’institution n’est pas ici le but. Il s’agit de s’attacher à l’étude des malades et des blessés hospitalisés à l’Hôtel-Dieu, à celle du personnel et à la place de ce microcosme qu’est l’hôpital au sein de la société d’Ancien Régime. Dans la mesure où la période concernée s’étale sur deux siècles, nous orienterons principalement nos recherches sur l’évolution de la vie hospitalière à l’Hôtel-Dieu.

6Un intérêt particulier est porté à la vie quotidienne des malades, que ce soit leur alimentation, les lieux où ils séjournent, leur identité ou les soins dont ils bénéficient. La manière dont la maladie était gérée et vécue, ainsi que la place qui leur était faite, à Marseille et dans le reste du royaume, font aussi partie de ces thèmes.

7L’étude des « hospitaliers » au sens large sera ensuite abordée, soit l’ensemble des personnels soignants et  de ceux qui se chargent de faire fonctionner l’hôpital. Il s’agira d’examiner la gestion des hospitalisés et du système de soins par l’ensemble des intervenants, que leurs fonctions soient de gestion, médicales, paramédicales, religieuses ou qu’elles relèvent du service domestique.

8Nous tenterons, enfin, de voir la place occupée par l’Hôtel-Dieu dans la société marseillaise à travers l’attitude des Marseillais à son égard.

Les sources

9Les sources manuscrites disponibles peuvent être classées en deux catégories : celles utiles pour étudier chacun des aspects de l’hôpital (registres de délibérations, correspondances des recteurs, livres de comptes), et celles utilisées pour l’étude de cas particuliers (livres d’entrée et sortie des malades, les registres contenant les actes et les contrats..). Les premières sont présentées ici, les secondes au fur et à mesure que cela sera nécessaire.

10Cette étude repose principalement sur l’analyse des registres de délibérations. Toutes les décisions prises lors des réunions des recteurs y sont inscrites ce qui permet de connaître le fonctionnement de l’hôpital. Ils précisent et ajustent le règlement intérieur ; ils concernent autant le personnel que les malades ou les relations avec l’extérieur. L’intérêt majeur de ces registres est que tous les événements de l’hôpital y sont rapportés, qu’ils soient ordinaires, comme l’embauche d’un membre du personnel, ou extraordinaires (un vol d’argent par exemple).  

11Le rôle des recteurs paraît prépondérant dans le fonctionnement de l’hôpital. Leur correspondance est aussi une source importante car elle permet d’appréhender leur politique et constitue autant de témoignages sur le rôle et l’état d’un hôpital et de ses malades.

12Les registres de comptes, que ce soient les livres de dépenses comme ceux des recettes, nous renseignent sur les achats effectués ainsi que les sommes versées quotidiennement, par ou pour le personnel ou les malades. Grâce à eux, il est possible de reconstituer les éléments qui composent l’ordinaire de l’Hôtel-Dieu, à l’exemple de la nourriture servie ou des salaires versés.

13S’intéresser aux hospitalisés, c’est aussi chercher à savoir qui ils sont, d’où le recours par sondages aux registres d’entrées et sorties. Au XVIIe siècle, ces livres mentionnent le nom de la personne, son âge, les dates d’entrées et de sorties, le nombre de jours passés à l’Hôtel-Dieu et, pour certains registres, les biens qu’elle avait sur elle lors de son arrivée. Au XVIIIe siècle, les pages sont divisées en colonnes. Sur une même ligne, chaque malade a droit à deux cases : la première, remplie lors de son entrée, l’autre, le jour de sa sortie. Nous y trouvons son nom, le nom de ses parents ou celui de son conjoint, son lieu de résidence et le diocèse dont dépend ce lieu, son âge, sa profession, sa religion, parfois la raison de son admission, et enfin, la date de son admission et celle de sa sortie, accompagnée de mentions spéciales relatives aux objets personnels du malade si celui-ci est mort à l’hôpital.

14Parmi les membres du personnel, les « livres des gens de service » permettent seuls d’entrevoir une population assez modeste employée par l’hôpital pour son fonctionnement quotidien. Ils fournissent leurs noms, leur diocèse d’origine, leur âge, leur emploi, leur salaire annuel, les dates d’entrée en fonction et de départ. Des mentions marginales peuvent indiquer un décès dans l’établissement ou une date où tel d’entre eux cesse ses activités pour être placé dans « la salle des malades ».

Les malades et la vie à l’hôpital

15Le terme « malade » est celui qui a été adopté par l’administration de l’hôpital pour désigner les hospitalisés. Un malade est à la fois celui qui est atteint d’une maladie quelle qu’elle soit et celui qui souffre ; les blessés sont alors considérés comme des malades. Si au début du XVIIe siècle, il ne semble pas y avoir de restrictions relatives aux pathologies des malades reçus, ce n’est plus du tout le cas au XVIIIe. Au cours du temps, l’admission à l’hôpital devient sujette aux règles fixées par les recteurs et certains types de malades doivent être refusés : malades incurables ou contagieux, femmes enceintes au dessus de 6 mois « de quelque maladie qu’elles soient atteintes », les vénériens, les scorbutiques « excepté les soldats des citadelles de cette ville », les galeux sans fièvre, les épileptiques et paralytiques, les cancéreux, « ceux atteints des vieux ulcères incurables » et les goûteux. Le fait de refuser l’entrée à certains malades est une chose courante pour les hôpitaux sous l’Ancien Régime7. Il est cependant important de préciser que nous n’avons pas encore trouvé de trace dans les archives d’un éventuel refus. Néanmoins, il existe d’autres structures vers lesquelles les malades ont dû se tourner et vers lesquels l’Hôtel-Dieu les a peut-être redirigés. Il s’agit de l’hôpital des convalescents, l’hôpital Saint-Lazare pour les lépreux, puis pour les insensés, l’hôpital des pauvres paralytiques et des incurables, l’hôpital du Sauveur (pour les scorbutiques, scrofuleux, cancéreux et syphilitiques)8 et l’hôpital de la Miséricorde.

16Une première étude des registres d’entrées et sorties nous a permis de déterminer qu’au XVIIIe siècle, le malade type est un homme jeune, célibataire, catholique, de condition sociale modeste, originaire de Marseille ou de ses alentours, venant à l’hôpital pour soigner une maladie qui n’est ni vénérienne, ni considérée comme incurable. Il n’y reste généralement pas plus d’un mois et a 86,7% de chance de ne pas y mourir. Il faut souligner que pour cet homme, l’entrée à l’hôpital n’est pas une chose anodine. Dans une société où la protection sociale n’existe pas et où la plupart des foyers vivent au jour le jour, elle est probablement mal vécue. L’on attend souvent le dernier moment pour se rendre à l’hôpital car cela est synonyme d’arrêt de travail, donc de la perte des moyens de subsistance. Or plus ils tardent à s’y rendre, plus la maladie progresse, diminuant ainsi leur chance d’être guéris par les thérapeutiques de l’époque. Il arrive ainsi que les malades décèdent à l’Hôtel-Dieu et il n’est pas rare de voir dans les registres de sépultures que des enterrements ont lieu tous les jours. Néanmoins il serait faux de considérer l’Hôtel‑Dieu comme un mouroir car bien que la proportion de décès soit élevée (en moyenne au XVIIIe siècle 13,3% des entrants), elle est loin d’atteindre les 25% de l’Hôtel-Dieu de Paris9. Il devient désormais clair que l’Hôtel-Dieu de Marseille est un véritable lieu d’assistance et non un lieu où les pauvres viennent finir leur vie.

17Après avoir été reçus par le portier, qui se charge de faire inscrire par « l’écrivain de la porte » leur identité sur les livres d’entrée et de sortie, les malades doivent confier leur bien à l’infirmier ou au sous‑infirmier. Le dépôt est noté dans un registre puis porté au recteur semainier. On leur enlève ensuite leurs vêtements, puisque l’hôpital leur en fournit de nouveaux, puis on les répartit dans les diverses salles de l’Hôtel-Dieu, d’abord en fonction de leur sexe puis en fonction de la raison de leur présence. C’est ainsi qu’on compte quatre salles consacrées aux hospitalisés, deux pour les fiévreux et deux pour les blessés. Tous sont soumis à un emploi du temps précis, rythmé par les repas, la prière et les soins, qui ne varie pas en fonction de la raison de leur présence mais de la saison. Cet emploi du temps est décrit dans plusieurs délibérations des recteurs, notamment celle du 4 juillet 1726 :

« Le matin :  

A quatre heures on donnera le bouillon. A cinq heures en été et à six heures en hiver les remèdes. Après la distribution des remèdes : la messe. A sept heures le déjeuner. A huit heures le bouillon. A la même heure le médecin fera sa visite. A dix heures le dîner.

Le soir :

 A midi le bouillon. A quatre heures le bouillon. A cinq heures le souper et depuis le premier novembre jusqu’au premier février à 4 heures et demi. De six heures à sept heures la prière. A huit heures le bouillon. A neuf heures la distribution des remèdes. A minuit le bouillon »

18L’alimentation des malades fait partie intégrante des soins. La qualité et la quantité de la nourriture absorbée par la personne hospitalisée contribue à sa guérison, autant si ce n’est plus que les soins médicaux. Les recteurs distinguent les repas et les bouillons, qui sont des compléments alimentaires fortifiant les malades ; le bouillon étant la base de l’alimentation dans les hôpitaux d’Ancien Régime10. Leurs horaires ont évolué au cours du temps. C’est ainsi que le premier bouillon est donné à trois heures du matin au lieu de quatre heures, avant d’être supprimé le 7 septembre 178611. Les malades fiévreux se voient en plus supprimer le bouillon de vingt-trois heures et réduire le nombre de bouillons à prendre pendant la journée « à quatre par jours de quatre en quatre heures, sept et onze heure du matin, trois heures de relevée et sept heure du soir ». En ce qui concerne le repas du soir, « le souper », son horaire dépend de la saison. Il a lieu plus tôt en hiver qu’en été, certainement à cause de la luminosité ; le soleil se couchant plus tôt en hiver. Au niveau du déroulement des repas, ceux-ci sont distribués sous la direction des sous‑infirmiers par les bénévoles qui travaillent à l’hôpital, à l’exemple des membres de la confrérie de Saint-Louis. À partir de 1781, les infirmiers des différentes salles sonnent une clochette, un quart d’heure avant les repas, afin de faire sortir les étrangers qui s’y trouvent car ceux-ci sont accusés de troubler la quiétude dont les malades ont besoin pour se rétablir12. Néanmoins, nous pouvons supposer que cette mesure visait plutôt à empêcher les visiteurs de profiter du repas de leur proche !

19En ce qui concerne le repos et le calme nécessaires aux malades, l’emploi du temps est loin d’y contribuer. Entre les repas, la distribution des bouillons, la prière et les soins, les malades ont peu de temps pour dormir. Ils n’effectuent pas de longues plages de sommeil. La plus longue ne dure que quatre heures : la nuit étant coupée à minuit par la distribution du bouillon.

20Le rituel catholique est assez développé au sein de l’Hôtel-Dieu de Marseille. À une époque où la maladie est souvent présentée comme un fléau divin envoyé pour punir, la catharsis passe par une pratique accrue du culte dans les lieux de soin. Ainsi, grâce à la prière et aux différentes pratiques, les malades espèrent  guérir et donc échapper à la mort.  Chaque jour, matin et soir, une messe est célébrée dans la salle des hommes comme dans celle des femmes. De plus, dès leur arrivée, les malades doivent se confesser. Cette pratique a mis du temps à s’établir, et dans une délibération du 19 janvier 1679, l’un des recteurs se plaint que beaucoup de malades passent outre. Le bureau décide donc que désormais tous les malades admis à l’hôpital devront se confesser sans quoi ils ne seront pas soignés13. Enfin, si un malade est mourant, les aumôniers de l’hôpital doivent lui porter le « saint sacrement ».

21Deux fois par jour, si cela est nécessaire, des médicaments  sont donnés aux malades. Les chirurgiens, les apothicaires et les infirmiers effectuent une visite tous les soirs « pour voir si tout choses est en bon ordre et si aucun malade n’a besoin de leur ministère ». Or, le 26 février 1784, il est décidé que le chirurgien passera désormais voir les malades à cinq heures et demi du matin14, parce que le médecin procèdera désormais à ses visites et aux opérations à quinze heures trente au lieu de huit heures. À partir de cette date, les malades sont visités trois fois par jour par les soignants. En ce qui concerne les blessés, l’heure des pansements est, elle aussi, sujette à des modifications en fonction de la saison et donc en fonction de la luminosité : plus le soleil se lève tard, plus l’heure est retardée. Ainsi d’avril à septembre, ils sont refaits chaque jour à six heures du matin, d’octobre à novembre à six heures trente, de décembre à janvier à sept heures et de février à mars à six heures et demi.

22En définitive, les sources révèlent que les journées des malades sont bien remplies et ne laissent que peu de temps au repos. Les salles étant fréquemment surchargées, le calme ne doit pas souvent y régner. En outre, les locaux mêmes de l’Hôtel-Dieu sont loin d’être propices à la détente. De part les différentes descriptions qui en ont été faites par les recteurs, ils sont extrêmement froids en hiver et étouffants en été.  Il semble donc que le séjour à l’hôpital est loin d’être une sinécure ce qui semblerait en partie expliquer pourquoi la majorité des malades retardent au maximum leur admission, ce que signalent pour s’en plaindre les médecins de l’hôpital.

Les « hospitaliers » : des statuts variés

23Le système hospitalier est très hiérarchisé. Nous distinguons trois catégories d’« hospitaliers » : les dirigeants, le personnel soignant et le personnel de service, auxquels il convient d’ajouter les bénévoles.

24Les recteurs s’occupent de l’administration et de la gestion financière de l’hôpital. Ils sont choisis par le conseil de ville parmi les notables de la cité. Ils prennent toutes les décisions concernant l’organisation du service hospitalier et médical. Ils sont aussi chargés de veiller à l’ordre.

25À ses débuts, l’Hôtel-Dieu est administré par six recteurs laïques choisis parmi les notables de la ville et élus pour deux ans. En 1712, ce nombre passe à douze, renouvelé par moitié tous les ans, ce qui vaut aux recteurs d’être qualifiés d’« anciens » ou de « nouveaux ». Chaque semaine, l’un d’eux est désigné pour être semainier et doit se charger de l’administration de l’hôpital entre deux délibérations. Celles-ci ont lieu une fois par semaine et il y est débattu de toutes les affaires de l’hôpital, que ce soit de l’organisation du système de soin, des travaux à effectuer ou encore de la gestion financière. En début d’année, chaque recteur se voit attribuer un service de l’hôpital dont il a la responsabilité15. Il y a par exemple le recteur attaché au département de la pharmacie et de la chirurgie, et celui s’occupant des finances. Ils sont suppléés par un maître d’hôtel chargé de superviser l’ensemble des services. Chaque service est lui-même dirigé par « une mère », qui est une sorte de gouvernante. Néanmoins, le pouvoir décisionnel reste la prérogative des recteurs. Ainsi, ce sont eux qui recrutent l’ensemble du personnel.

26Le service médical est assuré par quatre médecins qui exercent à tour de rôle, par tranche de trois mois (« par quartier »). Deux chirurgiens, puis quatre à partir du XVIIIe siècle, complètent cette équipe rémunérée par la municipalité. Ce système ne satisfait pas les recteurs de l’Hôtel-Dieu, qui se plaignent de leur manque de disponibilité et de l’instabilité du service de soins. Pourtant, il faut attendre 1758, pour les voir nommer un médecin et un chirurgien dépendant de l’hôpital et uniquement chargés des hospitalisés.

27Un apothicaire « gagnant maîtrise » assisté par deux « garçons » est attaché au service de la maison. Le système des « gagnants maîtrise » existe également pour les chirurgiens. Il s’agit d’un privilège royal qui veut qu’après un service de six ans à l’hôpital, les apprentis en chirurgie ou en pharmacie obtiennent leurs lettres de maîtrise sans passer par les corporations. Ce système fut vivement critiqué et attaqué en justice par ces corps, qui réussirent à le faire suspendre quelques temps avant d’être déboutés.

28Secondant le personnel médical à proprement dit, le personnel paramédical est indispensable au bon fonctionnement de l’hôpital. Constitué d’infirmiers et de sous-infirmiers, tant hommes que femmes, ce sont eux qui effectuent les soins, chacun s’occupant des malades de son sexe. Ils sont chargés de refaire les pansements, de distribuer les remèdes et les repas. C’est également à eux qu’incombe la surveillance des malades après la visite des médecins et des chirurgiens. En cas de problème, ils doivent avertir le médecin et, si cela est nécessaire, le prêtre. La particularité de ce personnel réside dans le fait que l’hôpital emploie des laïques, obligatoirement célibataires, recrutés parmi les gens du peuple et généralement originaires de la région. Ils perçoivent un salaire et sont nourris et logés par l’Hôtel-Dieu. En contrepartie, il leur est interdit de sortir de l’institution. Une étude détaillée de ce personnel est envisagée car il est emblématique de l’originalité du système de soin marseillais qui, contrairement à la majorité des hôpitaux du royaume, ne faisait pas appel à un personnel paramédical religieux.

29Il existe un personnel religieux rémunéré à l’Hôtel-Dieu, essentiellement constitué par des aumôniers. D’après les registres du personnel, des prêtres ont été embauchés pour célébrer les messes et confesser les malades. Grâce au règlement destiné au maître d’hôtel, datant du 10 juillet 176016, nous savons que l’hôpital avait cinq prêtres à son service : un pour la sacristie, deux pour la cour des hommes malades et deux pour la cour des femmes malades.

30À noter qu’en 1713, les recteurs décidèrent que quatre religieuses hospitalières appartenant à l’ordre de Saint-Joseph s’établiraient à l’Hôtel-Dieu et qu’elles seraient placées sous les ordres du bureau. Or, trois ans après leur entrée en fonction, elles furent congédiées. La raison invoquée par les recteurs fut que les sœurs ne pouvaient pas rester à l’Hôtel-Dieu dans la mesure où leur supérieure devait partir et qu’elles ne pouvaient pas se débrouiller sans elle. Dès lors, seuls des laïcs furent chargés du soin des malades.

31Il existait enfin deux sortes d’employés de service au sein de l’hôpital : les officiers et les bas officiers. Chaque secteur d’activité était dirigé par une personne qui supervisait une équipe. Le titre d’officier dépendait du titre et des responsabilités qui lui étaient confiés, par exemple la lingère (officier) gérait un office à l’aide de deux sous ‑lingères (sous officiers).

32 Ces membres du personnel restent les plus mal connus de l’institution. Leur travail est pourtant essentiel puisqu’ils assuraient le fonctionnement quotidien de l’hôpital, en matière d’hygiène comme de préparation des repas. Nous distinguons différents types d’employés : cuisiniers, servantes, valets, surveillantes, lingères, sommeliers, portiers, commis chargés de l’écriture des registres d’entrée, etc.…

33L’Hôtel-Dieu dispose également d’intervenants bénévoles que nous pouvons qualifier d’indépendants dans la mesure où ils ne sont pas soumis à l’autorité directe des recteurs. Il s’agit des « rectoresses », des membres laïques des confréries hospitalières et des pénitents de Saint‑Henri et du Saint-Esprit.

34Les « rectoresses » se chargeaient de soigner les femmes malades et de veiller à ce qu’il y ait assez de linge. Il s’agit de volontaires qui venaient bénévolement servir à l’hôpital. D’après Augustin Fabre17, cette pratique qui semble mal institutionnalisée se serait transformée à la fin du XVIIe siècle ; le titre de « rectoresse » fut alors pris par les femmes des recteurs qui se chargeaient de quêter du linge une fois par an dans la ville.  

35Des confréries de laïcs, hommes et femmes, ont été créées pour s’occuper des malades à la fin du XVIIe siècle. Il s’agit de celle de Saint‑Louis pour les hommes malades, créée en 1669, et de Sainte‑Elisabeth pour les femmes, créée en 1677. Les membres apportaient des soins et distribuaient les repas aux malades, le tout sous la direction des officiers de l’hôpital.

36 Il arrivait que des malades mourussent à l’hôpital. C’est alors qu’intervenaient les compagnies de pénitents. D’abord celle des blancs du Saint‑Esprit, dont la chapelle toujours visible était à proximité immédiate de l’entrée de l’hôpital ; puis à partir de 1717, les gris de Saint‑Henry, établis directement dans une salle de l’hôpital, qui se chargeaient d’enterrer les morts. Les pénitents suivaient un cérémonial bien précis, décrit dans le coutumier de l’église de l’hôpital, auquel ils ne dérogeaient pas.  

Conclusion

37Les Hôtels-Dieu de l’époque moderne sont connus pour avoir eu mauvaise réputation. Les historiens des hôpitaux ont souvent dénoncé a posteriori la promiscuité, les risques de surinfection, les conditions d’hygiène déplorables et le manque de soins. Ces raisons servent souvent à expliquer une hypothétique désaffection des populations pour l’hôpital. Sans doute est-il nécessaire d’éviter de projeter dans le passé les critères d’hygiène de l’époque pastorienne. Nous devrons plutôt tenter de vérifier si les recteurs faisaient régner dans l’établissement une hygiène conforme aux théories de leur époque, très marquées par l’hippocratisme ou l’aérisme. La majorité des gens venant à l’hôpital, pour y travailler comme pour y vivre, provenait des couches sociales les plus modestes de la société et leur mode de vie était loin d’être aussi aseptisé que le nôtre. Il est courant alors que plusieurs membres d’une famille dorment dans le même lit y compris les malades. Ensuite, les soins corporels étaient à domicile souvent réduits au minimum. Enfin, faut-il poser en principe la faiblesse - à nos yeux - des soins médicaux ? Rappelons que lorsque des études précises sont possibles, certains s’avèrent avoir été relativement efficaces, que leurs effets psychologiques sur le malade aient pu ne pas être négligeables dans certains cas, que l’hôpital remettait sur pieds des « malades » qui étaient en fait victimes de carences graves ou d’une sous-alimentation chronique. Le problème est de tenter d’entrevoir comment « malades » et hospitaliers, voire usagers potentiels, percevaient l’institution : comme un moyen efficace de ne pas mourir de faim, voire comme un lieu où l’on pouvait espérer soigner et être soigné ? Ou seulement comme un ultime recours ? Enfin une certaine originalité marseillaise de la grande institution d’assistance « généraliste » pourrait se dégager de la comparaison avec les études similaires menées sur d’autres sites.

Haut de page

Notes

1 Pour le XVIIIe siècle, on obtient une moyenne de 3316 malades entrant par an, soit environ 276 malades par mois.
2 FABRE Augustin, Histoire des hôpitaux et des institutions de bienfaisance de Marseille, Marseille, Laffitte, 2 vol., 1855.
3 A ce sujet voir la thèse de F-P Blanc, Les enfants abandonnés à Marseille au XVIIIe siècle, l’Hôtel‑Dieu 1700-1750, Thèse d’Histoire économique de la faculté de droit, Aix-en-Provence, 1972, 684 p.
4 VILLARD André et Madeleine, Les fonds des archives départementales des Bouches-du-Rhône, Tome 1, 2e partie, séries anciennes H et G, Marseille, archives des Bouches-du-Rhône, 1970, p.277.
5 On trouve d’ailleurs souvent des textes qui nomment l’Hôtel-Dieu par le nom des deux hôpitaux ou parfois juste de l’un.
6 CACHAU Philippe, « Jacques Hardouin-Mansart de Sagonne, un digne successeur de François Mansart », Cahiers de Maisons, 2000, N° 27-28, p. 135-149.VALETTE Francine et BERTRAND Régis, « Les bâtiments de l’hôtel-Dieu de Marseille », Provence Historique, fasc. 221, 2005, p. 243-267.
7 Déjà signalé par exemple pour les hôpitaux de Paris, Amiens, Lyon …
8 BETÈS Fanny, « L’hôpital du Sauveur (1774-1798) et son fondateur Antoine Aubert (1693-1779) », mémoire de master 1, 2005, dir. R. Bertrand, Université de Provence.
9 BEZARD Yvonne, L’Assistance à Versailles sous l’Ancien Régime et pendant la Révolution, Versailles, Bernard, 1924, p 46.
10 Il en est question dans quasiment toutes les monographies hospitalières (Paris, Toulouse, Blois...)
11 A.D, 6 HD E 20 fol. 172
12 A.D, 6 HD E 20 fol.32.
13 A.D, 6 HD E 6 fol.81.
14 A.D, 6 HD E 20 fol.113.
15 Ceci est consigné dans les registres de délibérations, lors de la première séance de chaque année administrative, sous le titre « distribution des emplois ».
16 A.D, feuillet inséré dans le registre 6 HD E17.
17 FABRE A, Histoire des hôpitaux …  vol.1, p 179.
Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Judith Aziza, « Soigner et être soigné à l’Hôtel-Dieu de Marseille aux XVIIe et XVIIIe siècles. », Rives méditerranéennes [En ligne], Varia, mis en ligne le 28 février 2008, consulté le 21 novembre 2017. URL : http://rives.revues.org/963 ; DOI : 10.4000/rives.963

Haut de page

Auteur

Judith Aziza

Judith AZIZA prépare une thèse en histoire moderne dirigée par Régis Bertrand.

Haut de page

Droits d’auteur

© Tous droits réservés

Haut de page
  • Revues.org