Navigation – Plan du site

A propos des centralités immigrées

Sylvie Bredeloup

Résumés

Cette contribution s’attachera à analyser la thématique de la centralité à partir d’une série de cinq textes dont trois ouvrages, portant sur des terrains français, sur le secteur de Barbès, la Goutte d’or, Château Rouge à Paris, sur le quartier Belsunce à Marseille et sur Perpignan. Ces travaux partent des centres-villes, des centres anciens mais ne relèvent en aucun cas de la sociologie dans les centres. Il y a bien dissociation entre le centre, le lieu et la centralité, la fonction. Ce sont des travaux anthropologiques qui regardent la centralité, libérée en partie de ses attaches locales et qui prennent en compte les notions de mixité, de métissage sans toujours les nommer en ces termes. Mais, à une exception près (S. Bouly de Lesdain), ces travaux ne définissent jamais la notion de centralité ; des glissements de sens s’opèrent entre pôle central et centralité.

Haut de page

Entrées d’index

Géographie :

France, Midi, Marseille

Chronologie :

Époque contemporaine
Haut de page

Texte intégral

  • 1 Toubon J.C. et Messamah K., 1990, « Centralités immigrées », L’Harmattan ; S. Bouly de Lesdain S., (...)
  • 2 « Quartier marqué par une appropriation ethnique particulière : sa vocation commerciale en fait un (...)

1Deux textes1 portent à dix ans d’intervalle sur le même quartier à Paris, le XVIIIe populaire, dans le secteur de Barbès, la Goutte d’or, Château Rouge et s’intéressent aux centralités initiées par les immigrés. Il s’agit de l’ouvrage de C. Toubon et K. Messamah, publié en 1990 dont la filiation avec l’Ecole de Chicago et l’écologie urbaine est assez évidente si on se fonde sur le sous-titre (succession, compétition, cohabitation). Le deuxième texte est celui de S. Bouly de Lesdain sur Château Rouge, entre La Chapelle et Barbès. L’auteur considère le secteur du marché de Château Rouge, dix ans plus tard, comme centralité minoritaire africaine. Elle emprunte cette notion de «  centralité minoritaire » à Anne Raulin2, autre anthropologue ayant travaillé sur les Asiatiques à Paris. C’est l’idée que les lieux ne sont pas des centralités pour les seuls immigrés et que, tout en ayant une fonction spécifique pour certaines minorités, elles n’en possèdent pas moins un sens et une fonction pour tout individu habitant ou fréquentant Paris.

  • 3 IAURIF (institut d’aménagement et d’urbanisme de la Région Ile de France) est un organisme d’études (...)

2Dans ces deux textes, on s’intéresse bien aux effets de la coexistence dense et cosmopolite qui se manifeste dans les secteurs centraux et la ville est appréhendée comme un état d’esprit au sens de Simmel. Selon Toubon et Messamah, la Goutte d’or n’est pas un espace mono-fonctionnel, c’est un pôle d’activités à forte attraction, un espace de logement pour les étrangers mais aussi un quartier qui remplit d’autres fonctions économiques, « c’est un pôle central pour l’immigration questionnant le droit pour les immigrés à constituer leur propre espace de centralité urbaine ». Les chercheurs entendent bien comprendre la constitution et le fonctionnement de ce quartier pluri-ethnique, à partir d’une recherche résolument monographique et ethnographique en montrant qu’il ne s’agit en aucun cas d’un quartier maghrébin mais bien d’un espace africain accueillant plus de quarante nationalités. C’est devenu à la fois un espace résidentiel et un pôle central d’activités immigrées au lendemain de l’Indépendance de l’Algérie, accueillant « Pieds noirs », Algériens, Juifs originaires d’Alger ou d’Oran…. Dans cette nouvelle configuration liée à des mutations commerciales accélérées, « Tati » à l’instar d’autres grands magasins voisins (sur le marché Saint-Pierre) renouvelle une centralité qui préexistait à la Goutte d’or Ces interrogations sont à recontextualiser. Les auteurs ont travaillé pour l’IAURIF3 sur les enjeux et les effets socio-politiques des politiques urbaines en France, sur le logement des immigrés, et la Goutte d’or apparaît alors comme un terrain pour valider la politique de développement social des quartiers mais aussi pour tester l’auto-développement. L’ouvrage correspond d’ailleurs à une proposition de recherche intitulée « centralité immigrée et développement social de quartier », engagée à la suite d’un appel d’offre du Plan Construction et Habitat.

3S. Bouly de Lesdain met en avant, quant à elle, la composante « échanges ». La centralité de Château Rouge en 1999 tient d’abord aux réseaux d’approvisionnement que les commerçants mettent en place et qui relient les espaces entre eux. La centralité est entendue comme un opérateur du changement d’échelle. Château Rouge est d’une part un espace d’identification pour les Africains par des pratiques spécifiques mais c’est d’autre part un lieu de rencontres, cosmopolite avec la coexistence de produits de « Tati » et de « Christian Dior » de deuxième main. Il y a reconnaissance symbolique, c’est un espace reconnu et identifié par tous. C’est encore un centre pour les Africains parisiens du secteur mais c’est aussi un centre pour les Africains de l’agglomération, de la France toute entière et même de l’Europe.

4D’autres réflexions, toujours d’ordre anthropologique, ont porté sur Marseille, le quartier Belsunce ou, tout du moins, partent de ce quartier ; c’est à la fois le travail de A. Hayot et celui de A. Tarrius. Ces recherches montrent que les dynamiques de l’immigration remodèlent donc le centre-ville pour lui faire remplir d’autres fonctions, de nouvelles activités économiques ; l’espace des centres historiques renforçant leur centralité. Une centralité fonctionnelle et symbolique qui ne correspond pas vraiment à celle recherchée par les pouvoirs publics et les aménageurs. A. Hayot montre, dans un texte écrit en 1988 et intitulé « De Chicago à Marseille », (douze ans après sa première recherche intitulée «  le quartier de la Porte d’Aix, ethnologie d’un centre urbain », recherche réalisée avec Carreno et Hesme) que le quartier Belsunce est loin d’être le ghetto ou le quartier arabe, maghrébin dont parlent les élus locaux et les techniciens. Ce quartier au centre ville n’est pas l’aboutissement logique et légitime d’une longue histoire faite d’abandon de ce secteur par les populations d’origine et de l’installation en ce lieu de populations maghrébines qui sont dans l’incapacité de s’intégrer et de se rendre invisibles. A. Hayot explique qu’on ne peut réduire ce qui se passe dans ce quartier à la fameuse seconde zone du schéma de Burgess (école de Chicago) sur la croissance de la ville (zone de transition). Il évoque aussi la notion de pôle d’attraction pour définir le rôle de centralité urbaine qu’assume dans les années 1970 le quartier pour les immigrés Maghrébins et Noirs africains de l’ensemble de l’agglomération marseillaise et de la région au sens large du terme (France du Sud). Il évoque l’ hypertrophie du pôle d’attraction des années 1980 avec un changement qualitatif important : la clientèle est moins immigrée et plus algérienne. Il parle d’une centralité internationale ou encore de l’hyper-marché maghrébin avec apparition d’une nouvelle clientèle touristique cette fois-ci, en provenance d’Algérie. C’est un texte de 1988 qui ne peut intégrer les nouveaux changements survenus dans le quartier. Il reprend aussi le thème de la dépossession physique et symbolique du centre ville occupé, envahi par des étrangers et des difficultés de cohabitation pluri-ethnique ; le fameux : «  ils nous ont volé la Canebière ».

  • 4 « On est obligé de reconnaître l’étonnante contradiction entre la pauvreté du site, l’étroitesse de (...)

5Les travaux de A. Tarrius se situent encore davantage dans la longue durée. Ils prennent en compte notamment les changements consécutifs aux refroidissements des relations entre la France et l’Algérie d’une part et ne se limitent pas à une analyse de la situation marseillaise mais relèvent d’une approche par la mobilité, par les réseaux. Pour A. Tarrius, la problématique de l’enclave et de l’exclusion ne permet pas non plus d’observer les « initiatives de l’altérité » ni l’importance des circulations de ceux que l’on appelle les pauvres ou les étrangers, ni les nouvelles porosités qui s’instaurent entre marginaux. En définitive, les villes coïncident rarement avec les centralités locales ; les gens d’ici viennent d’ailleurs et ceux d’ailleurs se trouvent ici. A. Tarrius parle de « dispositif commercial maghrébin » pour désigner Belsunce, ce quartier historique du centre-ville de Marseille et il considère que Belsunce a conquis ce statut de dispositif en se connectant à des réseaux mondiaux des économies souterraines. Les Maghrébins de Marseille seraient les fondateurs d’une nouvelle puissance économique, d’essence coloniale. Lieu de transit traditionnel, Belsunce serait donc devenu un espace de négoce exceptionnel accueillant des milliers de voyageurs en provenance d’Afrique du nord et depuis deux décennies d’Afrique de l’Ouest. Alors que les pouvoirs publics s’évertuent à créer des « arcs nord-méditerranéens », le quartier de Belsunce, lieu d’aboutissement et de naissance d’un immense système urbain, se trouve déjà au centre de dispositifs économiques mondiaux et contribue effectivement à l’enrichissement de tous les maillons du réseau et donc également de ses habitants les plus pauvres, pour l’essentiel d’origine étrangère4. Les collaborations que ces activités nécessitent ont minoré le rôle des identités locales et régionales. En revanche, des « continuités immigrées » ont été mises en évidence entre les communautés algérienne, tunisienne, marocaine mais aussi noires africaines, démontrant la supériorité du « nomade » sur le sédentaire quand il s’agit de rassembler et de négocier, et de l’étranger sur l’autochtone quand il s’agit de mobiliser du lien social. Contrairement aux Etats, les individus ou les groupes issus d’horizons culturels ou géographiques divers seraient en mesure de produire de l’innovation (économique et identitaire) grâce à leurs capacités à échanger, à se « métisser ». Et la désignation d’un collectif indifférencié (Africains, étrangers) occulterait l’expérience quotidienne de collaborations commerciales et d’alliances matrimoniales entre des entrepreneurs étrangers installés à Marseille. Belsunce serait passée à la fin des années 1980 d’une centralité dimensionnée par l’histoire du face à face algéro-français à une centralité articulant des espaces et des populations de plus en plus divers et lointains, intégrant les Marocains, les Tunisiens, les Turcs, les Sénégalais.

6Dans des travaux plus récents encore que «  Arabes de France dans l’économie souterraine » (comme « Fin de siècle incertaine à Perpignan »), A. Tarrius questionne encore davantage ces couples dialectiques (marginalité,/centralité ; identité/altérité), contribuant à qualifier les ambiances centrales. C’est l’ambiance qui ferait naître le lien social et le sentiment d’appartenance. Il s’efforce donc de mettre en lumière les centralités impulsées par des populations qu’on dit à la marge, opposées bien souvent aux valeurs de sédentarité attachées aux centralités politiques habituelles. Dans « Fin de siècle incertaine à Perpignan », la réflexion est nourrie à partir de trois recherches :

7· la crise de la communauté gitane catalane à partir des usages de l’héroïne,

8· le développement des initiatives des Maghrébins dans les économies transfrontalières

9· et la renaissance de l’espace public de la ville à partir des comportements collectifs des jeunes laissés pour compte du développement.

10Perpignan ville française serait donc exemplaire de ces basculements hors des desseins des stabilités républicaines. A Perpignan plus qu’ailleurs, les marges se rejoignent, les initiatives prises par des populations stigmatisées comme pauvres se multiplient jusqu’à faire « centralité nationale ». Un chapitre intitulé « une centralité marocaine à Perpignan » décrit la centralité du dispositif marseillais déjà cité, en voie d’élargissement ; ces lieux de la concentration maghrébine n’étant pas des enclaves mais bien des lieux de circulation désormais mondiale d’hommes et de marchandises ; A. Tarrius insiste sur la perméabilité des communautés étrangères, sur leurs capacités ou leurs compétences à entrer en relation avec l’Autre, même différent, pour produire de nouvelles dynamiques, contribuant de facto à l’évolution des normes communautaires, à la révision des notions d’intégration et de citoyenneté.

11Un autre chapitre intitulé : « les centralités associées au centre-ville perpignanais » expose les nouvelles tendances d’usage du centre-ville par ceux qui sont en situation de précarité économique et qui ne peuvent fréquenter les services payants. Il parle de « réaffectation du sens de l’espace public » qui n’est plus conçu à l’échelle des transactions commerciales s’y déroulant mais selon la finalité des lieux ouverts à la rencontre avec les autres ; les jeunes dans les rues du centre tendraient à recréer la ville romaine ou renaissante. Alors que le centre se vide de ses commerces, il semble réinvesti par de nombreux jeunes promeneurs désignés globalement comme marginaux et devient un lieu de co-présences conviviales. Il y aurait donc création par ces jeunes d’une nouvelle centralité, entendue ici au sens de civilité sur le mode des usages des ramblas espagnoles. Pour A. Tarrius, l’exil et la pauvreté font centralité (rencontres débouchant sur initiatives conjointes, formation d’un milieu bien au-delà des limites de la ville) rendant inopératoires les notions de communautés et de sociétés.

Haut de page

Notes

1 Toubon J.C. et Messamah K., 1990, « Centralités immigrées », L’Harmattan ; S. Bouly de Lesdain S., 1999, « Château Rouge, une centralité africaine à Paris », Ethnologie française, 1999, vol. 29, no1, pp. 86-99 ; Hayot A., 1988, « De Chicago à Marseille », in « Ethnologues dans la ville », 112ème congrès des sociétés savantes, Lyon ; Tarrius A, 1997, « Fin de siècle incertaine à Perpignan », éditions Trabucaire, Perpignan, 205p. ; Tarrius A., 1995, « Arabes de France dans l’économie souterraine », éditions de l’Aube.

2 « Quartier marqué par une appropriation ethnique particulière : sa vocation commerciale en fait un lieu d’attraction pour les citadins de même origine que les commerçants, et à divers titres (exotisme, affinités) pour les citadins de toutes origines. » (RAULIN Anne, Anthropologie urbaine, Armand Colin, Paris, 2001, p. 177).

3 IAURIF (institut d’aménagement et d’urbanisme de la Région Ile de France) est un organisme d’études urbaines placé sous la tutelle du Conseil Régional d’Ile de France.

4 « On est obligé de reconnaître l’étonnante contradiction entre la pauvreté du site, l’étroitesse des locaux, l’impécuniosité des habitants et l’importance des bénéfices réalisés et des plus-values enregistrées » (Temine, 1995) ; « l’originalité du quartier de Belsunce réside dans sa fonction internationale non intégrée dans les fonctions traditionnelles de l’hypercentre marseillais » (Tarrius, 1992).

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Sylvie Bredeloup, « A propos des centralités immigrées », Rives nord-méditerranéennes [En ligne], 26 | 2007, mis en ligne le 05 décembre 2012, consulté le 27 mai 2017. URL : http://rives.revues.org/881 ; DOI : 10.4000/rives.881

Haut de page

Auteur

Sylvie Bredeloup

IRD - LPED/Université de Provence

Haut de page

Droits d’auteur

© Tous droits réservés

Haut de page
  • Revues.org