Navigation – Plan du site
2003

Le logement dans la politique de revitalisation des centres anciens 

Marseille et Naples
Christophe Garcia

Texte intégral

Texte intégral en libre accès disponible depuis le 02 décembre 2005.

1La crise économique et sociale qui affecte Marseille et Naples depuis les années soixante, n’a pas épargné les espaces centraux de ces deux ports méditerranéens, confrontés au dépeuplement du centre ville, à la dégradation rapide et brutale du parc immobilier, aux difficultés d’accès et de circulation ainsi qu’au développement du secteur informel. Ces phénomènes, observables1 dans les deux villes, ont été tardivement pris en charge par les politiques publiques. A travers la volonté affichée depuis quelques années de « revitaliser le centre historique pour changer l’image de la ville », les municipalités espèrent attirer une nouvelle population, de jeunes cadres dynamiques et étudiants pour Marseille, de touristes pour Naples. Au-delà de ces objectifs socio-économiques, chacune des villes souhaite devenir un pôle incontournable sur l’arc méditerranéen afin de mieux se positionner au niveau européen.

2A travers des enquêtes de terrain, effectuées dans le cadre d’un doctorat de géographie2, j’ai identifié le parc immobilier des centres historiques comme le facteur décisif dans la transition entre deux étapes urbaines, par sa fonction d’accueil des anciens et des nouveaux résidents. Avec le projet Euroméditerranée, Marseille semblerait attribuer au logement une place essentielle dans la politique de revitalisation alors qu’à Naples, celui-ci n’en constituerait pas encore un volet majeur, la restauration du patrimoine architectural et historique de la ville étant l’objectif prioritaire. Mon travail de thèse s’attache à analyser le rôle exact du logement dans les programmes de revitalisation des centres anciens des deux villes : quelle place occupe la réhabilitation du parc immobilier dans les initiatives urbaines actuelles ? Quelles sont les conséquences de ces politiques sur le terrain ? Au delà, quelles peuvent être les chances des deux villes de voir, à terme, leur centre se moderniser ?

Marseille : le logement comme élément décisif

3Comme d’autres villes portuaires méditerranéennes (Barcelone et Gênes notamment), Marseille s’est engagée, depuis une vingtaine d’années, dans la revalorisation de l’interface «  centre-ville / port ». Après de nombreuses procédures d’intervention plus ou moins efficaces sur le tissu urbain, le projet marseillais Euroméditerranée semble être une possibilité de réelle régénération de l’espace central. Le site permet d’aménager 50 hectares (répartis entre la gare St-Charles et la Joliette, le Fort St-Jean et la gare d’Arenc) et de recevoir plus de 1 500 000 m2 de sufaces de plancher3. Véritable projet global, il prend en compte toutes les composantes de la politique urbaine et notamment la réhabilitation du parc immobilier. Ce périmètre constitue un axe privilégié du projet marseillais car les décideurs locaux lui attribuent deux fonctions essentielles, l’une sociale et l’autre économique, dans la mesure où les logements insalubres réhabilités peuvent être destinés soit à la résidence soit à l’accueil de nouvelles activités économiques. Avec Euroméditerranée, c’est un objectif de « gentryfication » de l’espace central que souhaite atteindre la ville de Marseille. La population souhaitée devrait être constituée de cadres supérieurs et d’étudiants au pouvoir d’achat supérieur et possédant une culture différente de celles des couches populaires en place. Parallèlement, il est prévu d’augmenter la capacité d’accueil en centre ville soit par la réhabilitation de logements vétustes soit par la constuction intégrale d’immeubles neufs (voire de logements pour les étudiants)4.

4Pour accompagner ce projet, de nouveaux équipements et de nouvelles fonctions économiques (commerces exceptionnels) ou culturelles (Universités, bibliothèques, cinéma, musée…) se sont multipliées. Certains îlots du parc immobilier peuvent en outre changer de fonctions après réhabilitation et ainsi améliorer leur image : un hôtel de Police prend la place de l’ancien l’Hôtel Noailles, une Bibliothèque-Média­thèque à Vocation Régionale, celle de l’ancien music-hall Alcazar.

5D’autres parties de ce parc immobilier doivent recevoir, après rénovation, des activités tertiaires supérieures5.

Naples : le logement, une préoccupation secondaire

6A Naples, la question se pose en des termes différents. Si les interventions sur le centre historique élargi visent également à modifier l’image de la ville, elles s’appuient essentiellement sur les ressources patrimoniales, historiques et culturelles de la ville. La question du logement n’est pas la priorité des acteurs locaux. La concentration des efforts intellectuels et financiers, sur le patrimoine historique et urbain montre que le parc immobilier ne constitue pas l’axe principal de la politique de la municipalité de gauche depuis 19936.

7L’outil le plus important de la politique urbaine napolitaine, à savoir la révision du PRG (Plan Régulateur Général) de 1972, contient un volet spécifique au centre ancien. Y sont mentionnées les actions de conservation et de restauration du patrimoine public ainsi que la requalification du parc immobilier par l’initiative privée. Celle-ci a été fortement encouragée par la municipalité de A. Bassolino depuis 1993 et se concentre dans le quartier des Decumani et les Quartiers Espagnols. Ces habitations restructurées7 ont nécessité un investissement important de la part des occupants dont certains en sont devenus les propriétaires. Malgré cette rénovation massive des bassi et autres logements anciens, les initiatives de modernisation du parc immobilier ne marquent pas encore le tissu urbain central historique de manière significative.

8Trois raisons majeures peuvent expliquer ce phénomène :

9– les actions de réhabilitation concernent avant tout l’intérieur des bâtiments (remise aux normes de confort et d’hygiène) plus que les façades

10– les divers documents de révision du PRG sont peu opérationnels sur le volet du logement malgré l’état d’insalubrité avancé de certains îlots

11– en raison de l’importance de la dégradation du parc immobilier, l’intervention publique reste faible car elle nécessiterait des investissements financiers très élevés.

12À Marseille comme à Naples, la modernisation urbaine est devenue l’axe principal des politiques développées sur le centre ville depuis le début des années 80. C’est ainsi que se justifient les actions de « renouvellement urbain » dans l‘espace central : amélioration de la circulation, requalification des espaces publics, revalorisation du patrimoine, restauration du patrimoine. La gentryfication du centre est un objectif plus clairement affiché à Marseille, dans le discours politique (on parle de « reconquête », de « rendre Marseille aux Marseillais »). Compte tenu du profil des populations souhaitées, les actions sur le logement n’ont pas la même importance dans les politiques urbaines des deux villes. Décisive à Marseille, la requalification du parc immobilier de Naples ne bénéficie pas d’une concertation efficace des élus locaux, d’outils puissants et surtout des subventions publiques nécessaires.

13Bien que les objectifs et les modalités en soient différents, les conséquences sociales de ces politiques ne sont pas sans rapports. A Marseille, les catégories sociales les plus pauvres, poussées hors du centre-ville par l’augmentation des loyers et la faiblesse du nombre de logements sociaux, se relogent ou sont relogées dans d’autres secteurs de l’espace urbain, notamment en couronne péricentrale, accentuant ainsi le phénomène de déséquilibre socio-spatial à l’échelle de la ville. A Naples, on peut craindre, que le processus de gentryfication ait du mal à se développer, car freiné également par la présence mafieuse, et que l’objectif touristique, au-delà de la revitalisation de l’espace central, ne fasse qu’accélérer un autre processus, celui de la « muséification » du centre ancien.

14Atteindre le rang de Métropole sur l’Arc Méditerranéen et devenir une « plaque » décisive voir incontournable, tel est l’objectif de Marseille et de Naples : si la capitale phocéenne entend se muer en pôle économique, la capitale parthénopéenne espère s’attribuer un rôle plus touristique. D’espérances en déceptions diverses, l’orientation des politiques développées depuis plus de vingt ans vise à améliorer l’image vétuste, insalubre de leurs centres anciens. Après plusieurs échecs comparables, Marseille et Naples semblent désormais engagées dans des politiques urbaines globales reposant sur de puissants projets. Que l’on considère l’image de la ville ou plus simplement la remise aux normes des logements en termes de confort et d’hygiène, la requalification du parc immobilier est un des éléments sur lequel les actions municipales vont être jugées par les populations et constitue un outil puissant de redistribution spatiale des fonctions et des populations dans la ville.

Haut de page

Notes

1Observations effectuées au cours de diverses enquêtes de terrain pour ma recherche en thèse de géographie
2« La revitalisation des centres anciens à travers les politiques de logement : l’exemple de Marseille et de Naples ». Thèse sous la direction de M. B. MOREL (et Mme B. BERTONCELLO). Université Aix-Marseille I (UMR Telemme). Avec la participation de l’Ecole Française de Rome, pour le travail de recherche effectué à Naples.
3Environ 30 000 emplois devraient s’y développer et 115 000 habitants habitants pourront s’y installer.
4Citons, le projet récent de Campus Universitaire sur les ruines de la rue Bernard du Bois (145 logements pour 200 étudiants) ou bien encore l’opération M5 (mise en vente de 350 lofts, appartements, villas et duplex) à proximité de la Joliette.
5Selon J.-C. GONDARD (Secrétaire général à la Mairie de Marseille), « Cet espace occupe une place stratégique dans le centre ville de Marseille ».
6A. Bassolino est élu a la tête de la municipalité de Naples depuis décembre 1993. Il sera réélu en 1997 pour un deuxième mandat. Désormais, il est Président de Région de la Campanie.
7Quelques logements d’une ou deux pièces, en contre bas de la chaussée, témoins du taudis insalubres qu’étaient les bassi, il y a 20 ans, existent encore et abritent les populations les plus démunies.
Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Christophe Garcia, « Le logement dans la politique de revitalisation des centres anciens  », Rives méditerranéennes [En ligne], Jeunes chercheurs, mis en ligne le 02 décembre 2005, consulté le 25 juillet 2014. URL : http://rives.revues.org/86

Haut de page

Auteur

Christophe Garcia

A la parution du numéro, en 2003, Christophe GARCIA est doctorant en géographie à l’UMR TELEMME / Université de Provence.

Haut de page

Droits d’auteur

© Tous droits réservés

Haut de page
  • Revues.org