Navigation – Plan du site

Centralités et système urbain à Venise (XVe-XVIIIe siècle)

Jean-François Chauvard
p. 21-30

Résumés

Les effets de centralité que produit un système urbain dessinent des territoires hiérarchisés où les lieux ne sont pas dotés de la même affectation et de la même attractivité. Ces territoires sont d’autant plus difficiles à saisir qu’ils sont à la fois imbriqués dans le même espace et fonctionnent à des échelles différentes. L’étude des structures urbaines d’une grande ville moderne – Venise – rend compte de cet emboîtement puisque un système multipolaire extrêmement vivace, centré sur les paroisses, s’insérait dans une structure urbaine hiérarchisée. Elle permet également d’observer le renforcement de la centralité des lieux de pouvoir, autour de Rialto et surtout Saint-Marc, sans que se produise une modification de leurs attributions. Elle montre, enfin, que la centralité est une notion qui dessine une aire dont le périmètre est sujet à des variations : la fonction portuaire répartie dans l’espace vénitien au Moyen Âge tend à se concentrer, puis à sortir de la ville alors que la centralité proclamée de Saint-Marc se dilate au point d’intégrer l’ensemble du bassin homonyme.

Haut de page

Texte intégral

1Observer et décrire les structures d’une grande ville moderne à partir d’une notion – la centralité – qui est plus familière au géographe qu’à l’historien ne va pas de soi. D’abord, parce qu’il faut, pour se prémunir contre le risque de l’anachronisme, sans cesse évaluer sa capacité à rendre compte des réalités passées, retrouver les mots et les représentations que les hommes d’autrefois mobilisaient, bref effectuer un travail permanent d’historicisation. Ensuite, parce que la centralité est une notion paradoxale qui définit les formes d’organisation d’un territoire mais qui demeure indéterminée dans son contenu et son étendue si on ne prend pas soin de préciser à quelle échelle on compte observer le système urbain.

2Plus que la centralité elle-même, c’est donc l’articulation entre centralité et échelle d’observation que cette étude voudrait questionner à travers trois séries d’interrogations. Est-ce que la centralité du port de Venise dans les échanges méditerranéens autour de 1500 a trouvé une traduction à l’échelle de la lagune et de la ville ? Est-ce que les aménagements qui touchèrent dans le deuxième quart du XVIe siècle les zones de Rialto et Saint-Marc accrurent la centralité de ces deux pôles urbains ? Quels sont, enfin, les éléments de l’armature urbaine qui permettent, à une échelle plus petite, celle du quartier, de parler de centralité ?

Ville-port et centralité commerciale

3Parmi les villes portuaires méditerranéennes, Venise a occupé une place d’exception qui s’explique par le rôle d’intermédiaire qu’elle joua dans les échanges entre l’Occident et l’Orient à la fin du Moyen-Âge et qui faisait écrire à Pétrarque qu’elle était le « porto pubblico dell’umano genere »1. Cette position au centre de l’économie-monde méditerranéenne devait beaucoup à la géographie, mais plus encore à la volonté des autorités vénitiennes d’organiser les trafics, de contrôler le marché des épices et de contraindre les marchands occidentaux à venir s’y approvisionner. Venise occupa une place d’exception aussi parce, que nulle part ailleurs, la centralité acquise dans le commerce international n’a produit plus d’effets sur l’organisation et la structure de l’espace urbain et lagunaire. Du point de vue de la morphologie urbaine et de la géographie des fonctions, l’imbrication du port de commerce et de la ville était presque totale.

4L’espace portuaire vénitien n’en demeure pas moins difficile à cerner dans ses contours, à cause de la topographie singulière du site et de l’indétermination sémantique qui entourait la notion même de port dans l’esprit des Vénitiens de la Renaissance. L’originalité radicale de Venise par rapport à d’autres villes maritimes vient de l’absence d’un front portuaire, plus ou moins linéaire, au contact de la mer et de la ville. Dans Del sito di Venetia Città publié en 1502, Marc’Antonio Sabellico parlait d’une ville posée au milieu des eaux : « vien bagnata essa città non come molte altre da alcuna parte con le onde del mare, ma essa tutta in mezzo le acque è posta »2. À la même époque, le pèlerin Jean Chesneau évoquait une ville « assise sur la mer»3. Sa seconde originalité, qui découle de la première et qui fut maintes fois soulignée par les hagiographes ou les ingénieurs de la République, a l’allure d’un paradoxe : l’insularité offrait une défense contre les menaces extérieures en dressant une muraille naturelle en lieu et place d’une enceinte de pierre, mais elle facilitait aussi la fluidité des relations maritimes à cause de la continuité hydrographique existant entre l’Adriatique, la lagune et les fleuves qui s’y déversaient autrefois. Dans la bouche des contemporains, le port désignait à la fois le refuge, le terme protecteur, l’asile qui mettait à l’abri de la Fortune, mais aussi, dans un sens plus proche de l’étymologie latine, le lieu de passage, l’ouverture vers l’échange, la porte sur le monde. Ces deux acceptions convergeaient pour faire de la lagune dans son ensemble un port4. Du XVe au XVIIIe siècles, les Savi alle Acque, en charge de la gestion des eaux, parlaient des « ports […] par lesquels entrent les navires » pour désigner les « foci nostre » qui « servono a bagnare la laguna […], a nutrirla delle acque del mare »5. L’espace portuaire était étendu alors jusqu’aux bouches qui perçaient le cordon littoral et mettaient en relation la lagune avec la haute mer et jusqu’aux fleuves qui, grâce aux mouvements des marées, étaient navigables et autorisaient les échanges avec l’arrière-pays. Cette double vocation - protectrice et médiatrice - du bassin lagunaire devait beaucoup au site, elle fut aussi entretenue par des interventions constantes de conservation et d’aménagement destinées à lutter contre les caprices de la nature (en particulier contre l’ensablement), par l’affirmation de la centralité du port de Venise en obligeant les navires marchands à y faire étape et, sur le plan du discours, par la construction d’un mythe qui célébrait la portualité de la cité-État.

5Si la lagune toute entière était perçue et fonctionnait comme un espace portuaire, la cité de Venise occupait dans le dispositif une position centrale dont rendent compte certaines représentations graphiques. Grâce à la nuance des couleurs, la carte de Paolino réalisée au XIVe siècle dessine les courants qui, de la porte de San Nicolò du Lido, reliaient la mer à la ville et irriguaient le lacis des canaux urbains offrant l’image d’un arbre qui prenait racine dans la mer. C’est moins l’omniprésence de l’eau que met en évidence cette carte que la pénétration des voies navigables au coeur de l’organisme urbain, démontrant implicitement la dissémination des activités portuaires dans toute la ville.

6L’observation du parcellaire et du bâti vient, par ailleurs, rappeler que le processus d’urbanisation qui eut cours au Moyen Âge fut entièrement dicté par le transbordement des marchandises et la fonction portuaire6. L’urbanisation a d’abord touché la périphérie des îlots avant de gagner l’intérieur, dessinant un parcellaire orienté en fonction des canaux et plus dense à son contact. L’accès à la voie d’eau, les contraintes du déchargement et du stockage ont, en outre, commandé l’orientation et la structure interne des édifices privés qui servaient d’habitation et d’entrepôt : la rive d’accostage était intégrée au bâtiment de l’édifice et introduisait une tripartition de la façade et de l’intérieur qui est resté un trait distinctif de l’architecture palatiale vénitienne durant toute l’époque moderne.

7Les pouvoirs publics furent confrontés à un double défi à la fin du Moyen Âge7. Le premier provenait des rivalités suscitées par l’occupation des rives et la coexistence conflictuelle entre la liberté du transit et les nécessités de l’accostage qui était propre à tous les ports, mais qui revêtait une acuité particulière dans une ville où les activités portuaires étaient disséminées dans tout l’espace urbain. Le second défi trouvait son origine dans l’ensablement inexorable de la porte du Lido qui rendait de plus en plus inadaptée la localisation à l’extrémité de Castello de petits chantiers navals (squeri), des dépôts de bois, des magasins et des offices de douanes. Face au premier défi, les autorités n’eurent de cesse de lutter contre les entraves à la circulation et à l’accès aux quais dans les canaux mineurs et surtout le long du Grand Canal. Cet effort de contrôle, imposé par des abus et des conflits d’intérêts incessants, est allé de pair à partir du XIVe siècle avec la volonté d’étendre les points d’accostage en élevant des quais en pierre et en aménageant le front lagunaire. La construction des Zattere le long du canal de la Giudecca au début du XVIe siècle fut l’expression la plus aboutie de cette politique qui contribuait indirectement à changer l’image de l’espace urbain. Celui-ci n’était plus perçu comme le lieu d’une expansion illimitée, mais comme un espace borné dont les confins avec l’environnement lagunaire étaient arrêtés. Ce renversement de perspectives est illustré par le projet de Sabbadino de 1557 de ceindre la ville de quais qui marqueraient la frontière définitive avec la lagune8. Au nord, la construction des Fondamenta Nuove signait le triomphe de cette conception planifiée de la croissance urbaine à laquelle était désormais fixé un terme9.

8Parallèlement à l’aménagement des rives et du front lagunaires, les autorités favorisèrent, à partir du XIVe siècle, une redistribution spatiale des activités liées au trafic maritime. Cette entreprise fut complexe dans ses modalités et ses effets puisqu’elle a contribué à multiplier les lieux de dépôts en introduisant un zonage fonctionnel, mais elle a aussi accentué la centralité du Grand Canal et de Rialto dont la spécialisation des rives s’est accrue. Le transfert d’activités concentrées jusque-là à Castello, en particulier dans la paroisse de San Biagio aux portes de l’Arsenal, entraîna une dispersion des points de dépôts tout en amorçant une spécialisation des espaces périphériques selon le type ou l’origine géographique des produits : dépôts de bois de construction au nord et le long des Zattere, de sel à San Gregorio, de grains à Saint-Marc et à Rialto, fours à pain à San Biagio destinés aux navires en partance.

9Dans le même temps, l’effort de rationalisation des activités portuaires conduisit les pouvoirs publics à affirmer la centralité de Rialto et du Grand Canal pour des raisons douanières10. Obligation était faite aux navires de décharger leurs marchandises sur des quais spécialisés (riva del Carbon, Riva del Vin, Riva del Ferro) en fonction du type de marchandises, là où les différents offices de douane (Tavole del’Entrada, dell’Uscita et Ternaria : huile, bois, fer) pouvaient opérer des contrôles et lever les taxes avant que les produits ne fussent transportés dans les magasins ou les points de vente. La fonction portuaire de Rialto se trouva encore renforcée quand, en 1410, le Sénat interdit, pour limiter la fraude, le déchargement direct dans les habitations où avait lieu le contrôle en mettant à disposition des agents des douanes (Visdomini) de nouveaux dépôts à Rialto. L’engorgement que cette mesure ne manqua pas d’entraîner et la croissance des trafics obligèrent les autorités à déplacer une partie des magistratures douanières hors de Rialto. En mars 1414, la douane de Terre, chargée du contrôle des marchandises en provenance de l’arrière-pays, des Alpes et de la plaine du Pô, fut maintenue à Rialto tandis qu’en septembre de la même année, la douane de Mer dont la juridiction s’étendait sur les marchandises venant de la haute mer, fut construite à côté des dépôts de sel à la confluence du Grand Canal et du bassin de Saint-Marc.

10Cette mesure ne remit pas en cause la centralité de Rialto car un grand nombre de marchandises acheminées par mer - celles soumises à une juridiction spéciale (vin, huile, bois, fer), celles transportées par des galères exemptées de taxes et par les galères des Flandres - continuèrent à être contrôlées par des offices qui y étaient installés. Rialto continua d’assumer les caractères d’une zone portuaire de premier plan, où les lieux de déchargement étaient désormais clairement différenciés, alors même que des offices douaniers fonctionnaient ailleurs dans la ville et que l’ensemble du front lagunaire, suivant un processus de spécialisation graduelle, était voué au déchargement. Rialto demeura également le principal pôle économique de la ville du fait de la concentration des marchés, de gros et de détail, des ateliers et des échoppes de produits de luxe, des sièges des banques et des compagnies d’assurance maritime, des magistratures chargées des finances et du commerce et de comptoirs étrangers, en particulier le Fondaco dei Tedeschi reconstruit en 1505 et où les marchands allemands étaient obligés de résider et d’entreposer leurs marchandises11.

11Cependant, le déplacement de la douane de Terre (Intrada) en 1513 à l’embouchure occidentale du Grand Canal contribua à affaiblir, voire à condamner, la fonction portuaire de Rialto où se maintint le déchargement de produits alimentaires destinés à alimenter ses marchés. A l’opposé, le bassin de Saint-Marc était plus facilement accessible à de gros tonnages et offrait de vastes étendues d’eau où le transbordement des marchandises de grands navires sur des barques sous le contrôle des douanes était facilité. Ce déplacement clôt un processus séculaire qui vit le complexe de la place Saint-Marc asseoir sa prééminence sur l’ensemble de l’espace urbain à cause des fonctions religieuses et politiques dont il était investi. Le palais ducal hébergeait le doge, les organes souverains et les magistratures judiciaires ; la basilique conservait les reliques de l’évangéliste Marc, la place servait de cadre aux liturgies civiques. La prééminence de Saint-Marc fut renforcée dans le deuxième quart du XVIe siècle par un programme de rénovation urbaine de grande ampleur qui témoigne de l’émergence d’une nouvelle perception de l’espace urbain.

Dignité des lieux et hiérarchie des fonctions

12Plusieurs indices convergent pour faire du premier XVIe siècle l’âge des grands programmes urbanistiques et d’une prise de conscience. Prise de conscience de la valeur marchande et fiscale du patrimoine bâti ; de la possibilité de connaître le territoire urbain et d’agir sur lui ; de l’inachèvement de la forme urbaine et de la nécessité de mieux différencier les lieux selon leurs qualités au moment où se clôt l’expansion séculaire de l’espace urbain. La vue de Jacopo de Barbari réalisée en 1500 est symptomatique de la saisie globale d’une ville sur laquelle on voulait agir.

13Cette conscience s’inscrivait, par ailleurs, dans un contexte culturel et politique radicalement nouveau. Longtemps fidèle à la tradition locale, Venise adopta la culture antique, en particulier l’architecture classique, au moment même où s’opérait un changement de rapports de force politiques. Alors que la scène européenne était dominée par la rivalité entre deux empires, celui de Charles Quint et de Soliman, la filiation avec Rome constituait un enjeu symbolique de premier plan. La parenté avec Byzance, la référence à la liberté et aux valeurs civiques de la Rome républicaine et la volonté de ne pas voir accaparé l’héritage impérial par des puissances rivales ont conduit Venise à le revendiquer pour elle-même. Partie prenante des querelles autour de la filiation ou de la restitution des empires anciens, de la quête d’une Rome retrouvée ou de la conservation d’une Rome authentique, Venise s’est pensée en nouvelle Rome et cette vocation redoubla après le sac de la ville éternelle en 152712. Elle a alors accueilli les formes romaines comme la langue de la magnificence souveraine et les a introduit sur les lieux du pouvoir. Si l’instigateur de la Renovatio urbis fut le doge Andrea Gritti (1523-1538), le sculpteur Jacopo Sansovino, nommé proto, architecte en chef de la République, en fut le maître d’oeuvre13. Sa principale mission consista à restituer la dignité dévolue à la place Saint-Marc en éliminant les fonctions incompatibles avec la noblesse du lieu en élevant de nouveaux édifices monumentaux. ll mettait en pratique deux principes chers à Vitruve : l’utilitas, en rationalisant les espaces et les fonctions de la place ; et la venustas, en s’appliquant à soigner la beauté des bâtiments publics. Principes qui étaient partagés par le Sénat qui demandait en 1535 que disparaissent les « molte parti brute e occupate che denigrano il spledor della […] città ». Sansovino se vit confier à partir de 1535 la construction de la Logetta du campanile, de l’hôtel de la monnaie, puis de la bibliothèque Saint-Marc (Libreria marciana), temple de l’Antiquité vénérée et qui faisait de Venise une nouvelle Alexandrie. Sous sa main et en plein accord avec les autorités, la place se transformait en forum romanum bordé d’une bibliothèque à l’allure de basilique romaine et d’un escalier en guise d’arc de triomphe dans la cour du palais ducal.

14La volonté de redonner vie à la res aedificatoria à Venise s’est également exprimée sur le lieu du pouvoir économique : Rialto14. L’incendie de 1514 favorisa la restructuration du quartier où furent construits deux nouveaux édifices : les Fabbriche Vecchie par Scarpagnino en 1520-1522, puis les Fabbriche Nuove par Sansovino en 1553-1555. Ils ne modifiaient pas la structure du quartier mais ils introduisaient une nouvelle division fonctionnelle de l’espace. Le parcellaire et l’alignement des bâtiments dessinaient un espace plus rationnel pour canaliser les débordements propres aux marchés ; les édifices destinés à abriter des offices publics comportaient des boutiques au rez-de-chaussée et à l’entresol sans lien avec les étages ; l’agencement des places visait à juxtaposer les activités sans les mêler. La construction enfin, en 1591, d’un pont de pierre de part et d’autre des rives du Grand Canal accrut la monumentalité du quartier, mais elle le priva de sa fonction portuaire car elle empêchait la remontée du Grand Canal à des navires matés et de gros tonnage.

15L’entreprise de Renovatio urbis conduite au XVIe siècle a pris soin d’intégrer l’innovation aux structures existantes en se limitant à la construction de monuments publics. Parce qu’elle se voulait un manifeste politique et symbolique, elle porta sur les deux centres de la cité dont elle a accru la monumentalité. Elle a aussi accentué la centralité de Saint-Marc qui n’était investie d’aucune fonction nouvelle, si ce n’est celle de proclamer la magnificence de la filiation antique. La centralité de Saint-Marc ne perdit rien en intensité au cours des siècles suivants, elle se dilata plutôt pour s’étendre au bassin de Saint-Marc où la scénographie élaborée par Andrea Palladio et achevée par Baldassar Longhena créa des effets de miroirs entre les grandes églises à coupole qui ornaient ses rives (Rédempteur, Zitelle, San Giorgio, Salute).

16Saint-Marc et de Rialto s’intégraient, par ailleurs, à un système urbain hiérarchisé qui se déployait à l’échelle de toute la ville. Selon une distribution fonctionnelle sans surprise, les activités présentes dans le centre se distinguaient nettement de celles que l’on rencontrait à la périphérie. Ici, l’espace central avait comme particularité de s’articuler autour de deux pôles : Saint-Marc, le siège du pouvoir politique et judiciaire, et Rialto, le centre administratif et marchand, liés entre eux par l’axe des Mercerie. C’est dans cet espace que le tissu commerçant était le plus dense et le plus complexe. On y trouvait des activités très spécialisées qui n’avaient pas leur place dans le reste de la ville : les libraires autour de la place Saint-Marc, les diamantaires et les bijoutiers à San Bortolomio et à San Giovanni di Rialto. Suivant un modèle d’organisation du territoire urbain mis en place au Moyen Âge, la périphérie de la ville accueillait les activités jugées indésirables au centre parce qu’elles apportaient des nuisances ou parce qu’elles exigeaient de l’espace. Les activités industrielles et artisanales les plus bruyantes ou les plus polluantes ont délaissé les paroisses centrales au cours du XVIe siècle pour s’établir sur les marges selon des critères de regroupement qui dessinaient des zones bien différenciées. L’est de la ville était marqué par la présence de l’Arsenal et des chantiers navals privés pour lesquels des dépôts de bois étaient aménagés sur les terrains qui bordaient la lagune vers San Pietro di Castello ou au nord de l’Arsenal. L’ouest était la zone d’implantation des manufactures privées : teintureries, savonneries, scieries, fabriques de couleur situées dans les paroisses de Santa Croce, San Geremia, San Marcuola. Le sud de Dorsoduro était parsemé de petits chantiers navals (squeri), de dépôts de bois et de matériaux de construction, déchargés sur les Zattere, tandis que l’île de la Giudecca présentait une forte concentration de fours à brique. Les marges de la ville n’étaient cependant pas réservées aux seules activités industrielles et artisanales : à côté d’elles, coexistaient des jardins d’agrément appartenant à des monastères ou à des patriciens qui continuaient à conférer à certaines zones de San Marcilian, de San Geremia, de Santa Croce ou de la Giudecca une allure champêtre malgré la poussée de l’urbanisation.

17Cette division fonctionnelle de l’espace urbain était inséparable des formes de divisions sociales dans la mesure où les activités investissaient d’un contenu social les espaces où elles s’installaient et se répartissaient dans l’espace en fonction de l’environnement social. À l’échelle de toute la ville, se dessinait donc une géographie sociale qui présentait un schéma spatial rigoureusement concentrique : les logements onéreux étaient plus nombreux au centre qu’à la périphérie, suivant une gradation annulaire15. Au centre, le long de l’axe qui liait Rialto à la place Saint-Marc, les habitations modestes étaient très minoritaires tandis que la coloration populaire du tissu social s’affirmait plus nettement à mesure que l’on gagnait la périphérie. Ces quartiers se localisaient sur l’île de la Giudecca, isolée de l’organisme urbain par les eaux ; dans la paroisse de San Pietro di Castello, coupée du coeur de la ville par l’Arsenal, et dans l’ensemble des paroisses situées à l’ouest indépendamment du découpage administratif.

18À l’échelle de toute la ville se dessinait donc une organisation de l’espace qui reléguait sur les marges les plus pauvres, sur les lieux mêmes où étaient repoussées certaines activités industrielles. Mais ce modèle de répartition, qui atteste que la logique des activités et la logique de l’habitat étaient indissolublement liées, n’était nullement contradictoire avec la mixité sociale que l’on observe à plus petite échelle : ils se combinaient plutôt entre eux. La structure annulaire de l’organisation de l’espace eut ainsi pour effet de renforcer l’homogénéité sociale au centre et surtout sur les marges, où les plus pauvres étaient amplement majoritaires ; et les formes de mixité sociale qui subsistaient à très petite échelle, continuaient, selon des degrés variables, à faire du centre un espace composite.

Micro-centralité et mosaïque paroissiale

19D’un point de vue fonctionnel, le système urbain s’articulait à un double niveau dans la continuité de l’organisation territoriale mise en place à la fin du Moyen Âge : l’un embrassait tout l’espace urbain, l’autre était centré sur la paroisse. Il est opportun de parler de niveaux emboîtés car tous deux cohabitaient dans le même espace. Malgré l’unification du territoire urbain, la cité était formée de la réunion de paroisses qui ont conservé leur autonomie d’un point de vue fonctionnel16. Venise était décrite par Francesco Sansovino, à la fin du XVIe siècle, comme un agrégat de « villes séparées » et dans le même temps « toutes unies entre elles »17.

20 Les 71 paroisses vénitiennes étaient dotées de services et de commerces destinés à satisfaire les besoins élémentaires de leurs habitants, notamment en matière alimentaire, qui en faisaient des systèmes autonomes. Dans chacune d’entre elles, c’est autour du puits collectif, du four à pain, dans la taverne (bastion da vin), chez le charcutier (luganegher) que se tissaient les échanges et les rencontres quotidiennes. Le bastion da vin remplissait une fonction sociale importante puisqu’on pouvait y déposer en gage des vêtements qui étaient vendus aux enchères à Rialto et en échange desquels l’ancien propriétaire recevait deux tiers de la somme en argent et un tiers en vin. En tant que micro-système économique, la paroisse conservait encore toutes ses fonctions au XVIIIe siècle malgré le développement de pôles intermédiaires entre le centre et la périphérie ; il semble même que son poids se renforça grâce à l’apparition de boutiques de tabac, de bastioni d’acqua viva, d’osterie jusqu’alors localisés dans le centre. À cause de son caractère de proximité, elle développait pour elle-même des activités élémentaires qui n’étaient pas spécifiquement urbaines et qui n’étaient pas en rapport avec la taille ou le statut économique de l’ensemble de la ville. Dans des paroisses étendues, comme celles de la périphérie, il n’était pas rare de mettre en évidence plusieurs pôles car l’espace était trop grand ou fragmenté pour être organisé autour d’un seul lieu central. En revanche, au centre, là où les paroisses étaient de plus petite taille, à chaque division administrative correspondait un pôle fonctionnel. La paroisse dessinait un espace de proximité dans lequel existaient des lieux qui servaient de référence stable à la vie collective : le campo, l’église, les boutiques disposées le long de quelques axes, le bastion da vin situé en retrait.

21 La morphologie même de l’espace paroissial, la convergence du réseau viaire vers le campo et la stabilité du bâti favorisèrent l’émergence de ces points de rencontre et contribuèrent à les figer. À l’image des structures de la propriété, ces noeuds fonctionnels se caractérisaient par une remarquable stabilité. Alors que la majorité des maisons restait cantonnée dans le circuit de la transmission intra-familiale, les mêmes boutiques se retrouvaient fréquemment à un siècle de distance au même endroit. Rien n’était fixé une fois pour toute, les structures fonctionnelles évoluant sans doute plus vite que celles de la propriété, mais elles étaient suffisamment rigides, sur le temps long, pour dessiner un environnement faussement immobile.

22Reste que ces lieux centraux, parce qu’ils sont dotés du pouvoir de durer, servaient de support à une vie sociale élémentaire. Convoquons M. Halbwachs à l’appui de cette thèse : « Lorsqu’un groupe est inséré dans une partie de l’espace, il la transforme à son image, mais en même temps il se plie et s’adapte à des choses matérielles qui lui résistent. Il s’enferme dans le cadre qu’il a construit. L’image du milieu extérieur et des rapports stables qu’il entretient avec lui passe au premier plan de l’idée qu’il se fait de lui-même. Elle pénètre tous les éléments de sa conscience, ralentit et règle son évolution. L’image des choses participe à l’inertie de celles-ci. Ce n’est pas l’individu isolé, c’est l’individu en tant qu’il est membre du groupe, c’est le groupe lui-même qui, de cette manière, demeure soumis à l’influence de la nature matérielle et participe de son équilibre »18.

23C’est autour de pôles fixes dans l’espace et stables dans le temps que le quartier prenait corps. Les individus pouvaient les négliger, les utiliser à leur guise, les investir de leurs pratiques. Mais il était des usages qui s’imposaient à eux. Si les formes de vie en commun et les solidarités s’exprimaient, en deçà de la paroisse, dans la cour, la rue, l’immeuble même, ou, au-delà, à l’échelle de toute la ville, suivant l’étendue des réseaux professionnels et familiaux, la paroisse n’en était pas moins un territoire structuré, doté d’une armature fonctionnelle autonome en mesure de durer en dépit du renouvellement de la population. Sa centralité était le produit de la forme urbaine, de la structure fonctionnelle caractérisée par une remarquable permanence topographique des commerces et des activités, et de la présence stable, sur la longue durée, de propriétaires résidents, nobles pour la plupart d’entre eux, ou d’institutions communautaires. Ces « lieux centraux » qui jouissaient d’une stabilité topographique et d’une permanence des usages se répartissaient, de manière peu ou prou régulière dans la ville, et se retrouvaient d’une paroisse à l’autre sans qu’on puisse dire si la structure paroissiale engendra ce dispositif multipolaire ou si elle fut modelée par l’organisation fonctionnelle de l’espace.

24Les effets de centralité que produit un système urbain dessinent des territoires hiérarchisés où les lieux ne sont pas dotés de la même affectation et de la même attractivité. Ces territoires sont d’autant plus difficiles à saisir qu’ils sont à la fois superposés dans le même espace et fonctionnent à des échelles différentes. La Venise moderne offre l’exemple de cet emboîtement puisque un système multipolaire extrêmement vivace s’insérait dans une structure urbaine hiérarchisée. Elle permet d’observer le renforcement de la centralité des lieux de pouvoir sans que se produise une modification de leurs attributions. Elle montre, enfin, que la centralité est une notion qui dessine une aire dont le périmètre est sujet à des variations : la fonction portuaire répartie dans l’espace vénitien au Moyen Âge tend à se concentrer, puis à sortir de la ville alors que la centralité proclamée de la place Saint-Marc se dilate au point d’intégrer l’ensemble du bassin homonyme.

Haut de page

Notes

1 Francesco PETRARCA, Semiles, 1262-67, lettre au chanoine Francesco Bruni transcrite par Eugenio MIOZZI, Venezia nei secoli, I, Venise, Libeccio, 1957, p. 179.
2 Marc’Antonio SABELLICO, Del sito di Venetia Città, Venise [1502], Venise, Libreria Filippi editrice, 1985, p. 10.
3 Jean CHESNEAU, Le voyage de la Saincte cité de Hierusalem avec la description des lieux, ports, villes, citez et autres passaiges, 1480, rééd. sous la direction de Charles SCHEFFER, Paris, 1882 : « De la riche cité de Venise », p. 11-18. Cité par Donatella CALABI, « Una Città « seduta sul mare » », Storia di Venezia, Il Mare, Rome, Istituto della Enciclopedia italiana, 1991, p. 135-143.
4 Ennio CONCINA, « Venezia : arsenale, spazio urbano, spazio maritimo. L’età del primato et l’età del confronto », Arsenali e città nell’Occidente Europeo, sous la direction d’E. CONCINA, Rome, NIS, 1987, p. 11-32.
5 Cité par Donatella CALABI, op. cit., p. 138.
6 Élisabeth CROUZET-PAVAN, « Sopra le acque salse ». Espaces, pouvoir et société à Venise à la fin du Moyen Âge, Rome, École française de Rome, 1992 (Collection de l’École française de Rome, 156), p. 58-72, 194-216.
7 Donatella CALABI, « Canali, rive, approdi », Storia di Venezia, Il Mare, Rome, Istituto della enciclopedia italiana, 1991, p. 761-777, 783-785.
8 Ennio CONCINA, Venezia in età moderna. Struttura e funzioni, Venise, Marsilio, 1989, p. 112-121.
9 Manfredo TAFURI, « Documenti sulle Fondamenta Nuove », Architettura. Storia e documenti, 1, 1985, p. 79-95.
10 Donatella CALABI, « Canali, rive, approdi », Storia di Venezia, Il Mare… cit., p. 777-785 et EAD., « Magazzini, fondaci, dogane », Storia di Venezia, Il Mare… cit., p. 808-813.
11 Karl-Ernst LUPPRIAN, Il Fondaco dei Tedeschi e la sua funzione di controllo del commercio tedesco a Venezia, Venise, Centro tedesco di studi veneziani, Quaderno n. 6, 1978.
12 Manfredo TAFURI (dir.), « Renovatio Urbis ». Venezia nell’età di Andrea Gritti (1523-1538), Rome, Officina Editizioni, 1984 ; ID., Venezia nel Rinascimento, Turin, Einaudi, 1985, p. 244-297.
13 ID., Jacopo Sansovino e l’architettura veneziana del ‘500, Padoue, Marsilio, 1969.
14 Roberto CESSI et Annibale ALBERTI, Rialto. L’isola, il ponte, il mercato, Bologne, N. Zanichelli, 1934 ; Donatella CALABI et Paolo MORACHIELLO, Rialto. Le fabbriche e il ponte. 1514-1591, Turin, Einaudi, 1987.
15 E. CONCINA, op. cit., cartes 5,6 et 7. Sur le lien entre prix du sol et localisation des hommes et des activités, voir à côté des travaux classiques de von Thünen et Alonso les réflexions de Jean-louis GUIGOU, « Le sol et l’espace : des énigmes pour les économistes », L’espace géographique, 1980, p. 17-28 et B. LEPETIT, « L’appropriation du sol : la formation de la valeur dans la ville moderne. XVIe-XIXe siècle », Histoire, économie, société, 3, 1994, p. 553.
16 Ennio Concina, op. cit., p. 163-176.
17 Francesco SANSOVINO et Giustiniano MARTINIONI, Venetia città nobilissima et singolare con aggiunta di tutte le cose notabili fatte et occorse dall’anno 1580 al presente 1663, Venise, Steffano Curti, 1663, p. 389 (édition revue du guide de F. Sansovino publié en 1581).
18 Maurice Halbwachs, La mémoire collective, [PUF, 1950] Paris, Albin Michel, 1997, p. 195-196.
Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Jean-François Chauvard, « Centralités et système urbain à Venise (XVe-XVIIIe siècle) », Rives nord-méditerranéennes, 26 | 2007, 21-30.

Référence électronique

Jean-François Chauvard, « Centralités et système urbain à Venise (XVe-XVIIIe siècle) », Rives nord-méditerranéennes [En ligne], 26 | 2007, mis en ligne le 07 mars 2008, consulté le 27 mai 2017. URL : http://rives.revues.org/851 ; DOI : 10.4000/rives.851

Haut de page

Auteur

Jean-François Chauvard

Jean-François Chauvard, de l’Université Marc Bloch, Strasbourg 2, est directeur des Etudes (époques modernes et contemporaines) à l’Ecole française de Rome.

Haut de page

Droits d’auteur

© Tous droits réservés

Haut de page
  • Revues.org