Navigation – Plan du site
2003

Écrire l’histoire d’un évêque et de son Église au XIIe siècle : le cas de Diego Gelmírez (1100-1140) et de l’Historia Compostellana

Anne-Lise Barbanès

Résumés

L’Historia Compostellana constitue une source fondamentale de l’histoire médiévale hispanique. Composée de trois livres précédés chacun d’un prologue, il s’agit d’une œuvre de commande, réalisée par deux chanoines de la cathédrale de Compostelle durant la première moitié du XIIe siècle à la demande de l’archevêque Diego Gelmirez. Qualifié de registrum par ses auteurs, l’ouvrage se conforme, dans sa composition et ses objectifs, à la définition de l’Histoire exposée par Isidore de Séville dans les Etymologies : il s’agit à la fois de narrer les « choses faites antérieurement » par les prédécesseurs de Diego Gelmirez mais surtout de conserver la mémoire des « choses faites » par le prélat, campé comme un modèle à suivre. Toutes les ressources de la rhétorique et les méthodes de l’historiographie du XIIe siècle sont alors mises en œuvre pour répondre à ces deux objectifs et faire de cet ouvrage un élément fondamental du Trésor de Compostelle.

Haut de page

Entrées d’index

Mots-clés :

histoire, Église

Géographie :

Espagne

Chronologie :

Moyen Âge
Haut de page

Texte intégral

  • 1 #Notes#
  • 2 Diego Gelmírez est évêque de Compostelle de 1100 à 1120, puis archevêque de ce même siège de 1120 j (...)
  • 3 M. MOLLAT, « Note sur la vie maritime en Galice au XIIe siècle d’après l’Historia Compostellana», A (...)
  • 4 P. BONNASSIE, « Du Rhône à la Galice: genèse et modalités du régime féodal», Structures féodales et (...)
  • 5 J. GAUTIER-DALCHE, Historia urbana de León y Castilla en la Edad Media, Madrid, 1979.
  • 6 L. VONES, Die Historia Compostellana und die Kirchenpolitik des nordwestspanischen Raumes. 1070-113 (...)
  • 7 R. A. FLETCHER, Saint James’s catapult: the life and times of Diego Gelmírez of Santiago de Compost (...)

1Qualifiée de « joyau de l’historiographie latine péninsulaire » par Claudio Sánchez Albornoz1, l’Historia Compostellana constitue l’une des sources fondamentales pour l’histoire médiévale hispanique. Cette œuvre de la première moitié du XIIe siècle, composée en latin par des chanoines de l’Église de Saint-Jacques-de-Compostelle, offre un point de vue original sur l’histoire du célèbre sanctuaire à travers les grandes réalisations de son premier archevêque: Diego Gelmírez2. Relativement peu connue hors de la péninsule ibérique, l’Historia Compostellana n’a fait l’objet, à ma connaissance, que d’une seule publication en langue française, traitant d’un aspect très spécifique de cette source3. Pierre Bonnassie et Jean Gautier-Dalché la mentionnent dans leurs travaux, mais uniquement à titre d’exemple, le premier pour étayer son propos sur la féodalité en Galice4, le second pour illustrer son histoire urbaine de la Castille et du Léon5. L’essentiel de la production scientifique de ces vingt dernières années sur l’Historia Compostellana se concentre dans la péninsule ibérique, à l’exception d’une étude allemande 6et de la monographie de R. A. Fletcher sur Diego Gelmírez 7.

  • 8 Historia Compostellana, éd. par E. FALQUE REY, Corpus Christianorum, Continuatio Medievalis, 70, Br (...)
  • 9 E. FLOREZ, Historia Compostellana sive de rebus gestis D. Didaci Gelmirez, primi Compostellani arch (...)
  • 10 M. SUAREZ - J. CAMPELO, Historia Compostellana sea Hechos de D. Diego Gelmirez, primer arzobispo de (...)

2La première édition véritablement critique de l’Historia Compostellana8, sur laquelle s’appuie la présente étude, n’a vu le jour qu’en 1988. Jusque là, les chercheurs devaient recourir à l’édition d’E. Florez publiée en 1765 dans le volume XX de la collection España Sagrada 9. En effet, si Sánchez Albornoz entreprend d’éditer l’Historia Compostellana avec une équipe de collaborateurs, dans les années 1930, il doit interrompre cette tâche pour cause de guerre civile. Seule une traduction en espagnol du texte établi par E. Florez en 1791, paraît en 195010, contribuant à faire connaître l’œuvre aux hispanophones. Plusieurs auteurs (J. Campelo et L. Vones entre autres) soulignent alors la nécessité d’une édition critique. C’est E. Falque Rey qui la mène à bien dans les années 1980, à partir de la collation de sept des dix-huit manuscrits, conservés à ce jour, qui nous ont transmis l’Historia Compostellana.

Une œuvre de commande

  • 11 Le livre I compte 117 chapitres, le livre II, 94 chapitres et le livre III, 57 chapitres. Je recour (...)
  • 12 Cf. HC I, prol., p. 3: Didaci Dei gratia Compostellane sedis archiepiscopus iussit hunc librum fier (...)
  • 13 Cf. B. GUENEE, Histoire et culture historique dans l’Occident médiéval, Paris, Aubier, 1980, p. 338 (...)
  • 14 Cf. HC II, 2, p. 222.
  • 15 Cf. A.-L. BARBANES, Images et pouvoirs de Diego Gelmírez, évêque de Compostelle de 1100 à 1140, d’a (...)

3Composée de trois livres précédés chacun d’un prologue, l’édition de l’Historia Compostellana d’E. Falque a conservé la division en chapitres établie par E. Florez au XVIIIe siècle11. Les trois prologues présentent une constante: leurs auteurs insistent sur le fait que leur œuvre est une commande de l’évêque Gelmírez en personne12. Topos littéraire ou réalité? Au XIIe siècle, il paraît indispensable pour des chanoines rédigeant l’histoire de leur Église de se placer sous le patronage de leur évêque. Leur texte semblera d’autant plus digne de foi qu’il est cautionné par une plus haute autorité même si cette dernière n’est pas à l’origine du projet13. Dans le cas de l’Historia Compostellana, l’initiative vient très certainement de Diego Gelmírez: le lien entre l’œuvre et son protagoniste principal est manifeste. Mais que savons nous de ce commanditaire? Fils d’un miles galicien du nom de Gelmirio, qui tenait de l’évêque d’Iria-Compostelle, Diego Pelaez, le castellum Honesti, le jeune Gelmírez se forme à l’école de la cathédrale compostellane
avant d’aller parfaire son éducation à la cour du roi de Castille-Léon, AlphonseVI. De retour en Galice, Diego Gelmírez intègre la curie de l’évêque Diego Pelaez et devient chanoine de Saint-Jacques. Raymond de Bourgogne, gendre d’Alphonse VI et bénéficiaire d’une délégation du pouvoir royal sur la Galice, remarque ce « jeune homme perspicace, ayant de bonnes mœurs et doué d’un esprit vif »
14dont il fait son « chancelier » et son secrétaire. La confiance dont l’honore le « gouverneur » de la Galice vaut à Diego Gelmírez d’être nommé vicaire du diocèse de Compostelle lors d’une vacance du siège, de 1093 à 1094. Il occupe à nouveau cette charge de 1096 à 1100. Et c’est naturellement vers le chanoine Gelmírez, si bien au fait de l’administration du diocèse, que s’oriente le choix d’Alphonse VI, de Raymond de Bourgogne et du clerus et populus de Compostelle, lorsqu’il s’agit d’élire un nouvel évêque pour la cité de l’apôtre Jacques, en 1100. Aux yeux des auteurs de l’Historia Compostellana, Diego Gelmírez s’avère un évêque providentiel pour l’Église de Saint-Jacques dont il assure le redressement, tant au niveau spirituel que temporel15. Le principal titre de gloire de Diego Gelmírez : l’élévation du siège de Saint-Jacques au rang de métropole, obtenue à titre provisoire en 1120 et de manière définitive en 1124.

  • 16 À savoir, les chapitres 1 à 45 du livre I de l’HC.
  • 17 Cf. Le Guide du pèlerin de Saint-Jacques-de-Compostelle, éd. par J. VIELLIARD, Paris, 1978.
  • 18 Cf. L. VONES, Die Historia Compostellana…, p. 63-64 et F. LOPEZ ALSINA, « En torno a la Historia Co (...)

4Si l’impartialité des auteurs de l’Historia Compostellana laisse parfois à désirer, comme nous le verrons plus loin, la qualité de l’information détenue par ces derniers ne saurait être mise en doute. Tous les auteurs identifiés appartiennent à l’entourage direct de l’évêque et occupent une place éminente dans le chapitre cathédral. Très souvent investis de missions de confiance par Diego Gelmírez, ils connaissent parfaitement les affaires de leur Église et les activités de leur prélat. Ainsi Nuño Alfonso, l’auteur présumé du noyau initial de l’Historia Compostellana16, a-t-il occupé la charge de trésorier du chapitre compostellan. Élu évêque de Mondoñedo en 1112, il abandonne vraisemblablement la rédaction de l’Historia Compostellana, commencée vers 1107, en 1113, année de sa consécration épiscopale. Le magister Gérald, autre chanoine de Saint-Jacques, succède alors à Nuño Alfonso dans la composition de l’Historia Compostellana. Identifié au maître de rhétorique dont Diego Gelmírez s’adjoint les services vers 1102, Gérald aurait appartenu à la gens gallica dont se réclame l’auteur du Guide du pèlerin de Saint-Jacques-de-Compostelle17, son contemporain. Gérald accomplit plusieurs missions d’importance pour Diego Gelmírez, en particulier une ambassade à Rome en 1118, afin de solliciter la dignité archiépiscopale pour le siège compostellan. Les chercheurs L. Vones et F. Lopez Alsina18 s’accordent pour attribuer à Gérald la paternité du livre I de l’Historia Compostellana à partir du chapitre 46, ainsi que celle de la majeure partie du livre II. La rédaction du troisième livre et la définition de la structure finale de l’œuvre, longtemps mises au crédit de Gérald, tendent, à l’heure actuelle, à être attribuées à un ou plusieurs autre(s) auteur(s) non encore identifié(s).

  • 19 Je renvoie pour plus de détails à mon mémoire, Images et pouvoirs de Diego Gelmírez…, p. 16-18.

5En ce qui concerne les dates de rédaction de l’Historia Compostellana, la plus grande partie de l’œuvre a été composée dans les années 1107 à 1130, c’est-à-dire du vivant de Diego Gelmírez, et seule la fin du troisième livre – probablement à partir du chapitre 45 – est postérieure à 114019.

L’élaboration de l’Historia Compostellana : méthodes et objectifs

Développements rhétoriques et précisions techniques dans les prologues de l’Historia Compostellana

  • 20 Cf. M. SOT, «Rhétorique et technique dans les préfaces des gesta episcoporum (IXe-XIIe siècles)», C (...)

6Sous l’impulsion de Bernard Guénée, les médiévistes français s’intéressent, depuis les années 1980, au parti que l’on peut tirer d’une étude des préfaces d’œuvres historiques pour l’histoire de l’histoire. Une préface, en effet, est le lieu où l’auteur prend de la distance par rapport à son œuvre, explique son projet et justifie la tâche entreprise. Michel Sot 20a montré l’importance des conventions rhétoriques dans les préfaces où les indications techniques s’avèrent généralement peu abondantes. « Ce que les historiens du IXe au XIIe siècle veulent signifier dans leurs préfaces, ils l’expriment au moyen de formules de la rhétorique », conclut-il au terme de son exposé. La rhétorique occupe une place non négligeable dans les prologues de l’Historia Compostellana. Cela n’a rien de surprenant si l’on considère que deux d’entre eux sont attribués à Gérald, le magister de doctrina eloquentie. Dans la catégorie des prologues de l’Historia Compostellana il convient aussi d’inclure les Verba auctoris (probablement de Nuño Alfonso) assurant la transition entre les chapitres 3 et 4 du livre I, et le chapitre 61 du livre II, ancien prologue qui aurait été dicté par Diego Gelmírez en personne. Ces cinq prologues serviront de base à notre étude.

  • 21 Isidore de Séville, Etymologiae, I, 43.

7Le terme employé par les auteurs de l’Historia Compostellana pour désigner leur œuvre est « registrum ». Il apparaît dans les prologues des livres I et III ainsi que dans le titre du premier chapitre du livre II. C’est Diego Gelmírez, lui-même, qui nous éclaire sur la signification de ce mot au chapitre 61 du livre II. Il nous propose une étymologie de registrum puisée à la meilleure source: Isidore de Séville 21.

  • 22 HC II, 61, p. 340: Bene autem officium huius libri cum ethimologia sui concordat vocabuli, cum sane (...)

8« Quant à la fonction de ce livre, elle s’accorde bien avec l’étymologie de son nom, puisqu’il est appelé, avec raison, registrum du fait qu’il contient les choses faites antérieurement [retrogesta] et les choses faites [res gestas]. »22

  • 23 ISIDORE DE SEVILLE, Etymologiae, I, 44.
  • 24 Le transfert du siège épiscopal d’Iria à Compostelle est sanctionné par Rome en 1095, avec la bulle (...)

9Les auteurs de l’Historia Compostellana ont donc pour mission de se conformer à la définition d’Isidore de Séville selon laquelle « historia est narratio rei gestae »23. En l’occurrence, il s’agit de narrer les « choses faites antérieurement » par les prédécesseurs de Diego Gelmírez sur le siège d’Iria-Compostelle 24et, surtout, les « choses faites » par le prélat Gelmírez, ainsi que nous l’explique Gérald dans le prologue du livre I:

  • 25 HC I, prol., l. 24-30: Reverendus itaque Compostellane sedis episcopus Didacus secundus antiquorum (...)

10« C’est pourquoi, le révérend évêque du siège de Compostelle, Diego II, imitant la coutume des anciens dans la composition d’un registrum, recommanda que soient rappelés et écrits, depuis les origines de son siège apostolique, les actes de ses prédécesseurs tels qu’il les avait vus de ses propres yeux, d’une part, et tels qu’il les connaissait de manière véridique, d’autre part, pour les avoir entendus fréquemment d’hommes importants et faisant autorité… Il veilla aussi à ce que ses actions fassent suite à celles de ses prédécesseurs dans ledit registrum… »25

  • 26 Cf. M. SOT, « Rhétorique et technique…», p. 195.

11Dans ce passage, Gérald fait état de l’une des sources sur lesquelles se fondent le texte de l’Historia Compostellana: le témoignage oral, en particulier celui de Diego Gelmírez. Parmi les sources de l’historien du IXe au début du XIIe siècle, l’autorité la plus solide appartient au témoignage direct de celui qui a vu et entendu26. Ce recours à la tradition orale se justifie par l’exemple du livre d’histoire par excellence, la Bible. N’est-ce pas en interrogeant ses pères que Moïse a pu mettre par écrit le récit de la Création que la mémoire collective avait porté jusqu’à eux? Par conséquent, celui qui a vu doit être cru. A plus forte raison quand il s’agit d’un évêque, investi de l’auctoritas conférée aux successeurs des apôtres. Ainsi, les auteurs de l’Historia Compostellana prennent-ils soin de préciser souvent qu’ils ont vu les événements dont ils rendent compte ou bien qu’ils en tiennent le récit de personnes dignes de confiance.

  • 27 Cf. B. GUENEE, Histoire et culture historique…, p. 27.

12Un autre aspect, caractéristique de la production historique médiévale, se dégage clairement des prologues de l’Historia Compostellana: l’ambition didactique de l’œuvre. Héritiers de l’historiographie classique et, plus particulièrement, de la conception cicéronienne de l’histoire comme « magistra vitae »27, les auteurs de l’Historia Compostellana ne doutent pas que l’histoire doive montrer la voie à suivre. Ainsi Diego Gelmírez a-t-il voulu, d’après Gérald, que soient mises par écrit les actions de ses prédécesseurs et les siennes afin que:

  • 28 HC I, prol., l. 30-34, p. 4-5: … ut quicquid in eis laudabile et immitabile diligens lector invenir (...)

13« ce que le lecteur attentif trouverait digne d’être loué et imité dans celles-ci, il se donnât la peine de le louer et de l’imiter avec empressement et, au contraire, s’il y découvrait quelque chose de blâmable et de répréhensible, qu’il ne cessât de blâmer et de censurer pour la correction et l’édification d’autrui »28.

  • 29 HC II, prol., p. 219, l. 22 et HC I, prol., p. 5, l. 42-43.

14L’histoire s’apparente donc à un recueil des exempla donnés par les hommes illustres du passé dont les vertus doivent être imitées par ceux qui leur succèdent. Dans le cas de l’Historia Compostellana, c’est Diego Gelmírez qui est présenté comme l’exemple à suivre par ses successeurs sur le siège de Compostelle, dans leur action pastorale. Ayant travaillé pour son Église « comme un bon agriculteur dans sa vigne », le prélat a su aussi la protéger contre les « persécutions » de « puissants tyrans »29. Se défendant du péché de vanité, Diego Gelmírez donne au récit de ses « bonnes œuvres » une fin toute pastorale:

  • 30 HC II, 61, l. 3-7, p. 339: Dominus ac Redemptor volens iter nostre operationis inoffenso pede dirig (...)

15« Notre Seigneur et Rédempteur, voulant diriger nos pas dans le droit chemin, nous enseigne à nous qui, par le soin pastoral, devons instruire les autres de l’exemple des bonnes actions, que nous ne devons cacher, en aucune occasion, les bonnes œuvres que nous faisons, dissimulant la lampe sous le boisseau: “Personne – dit-Il – n’allume la lampe et la met sous le boisseau”. » 30

  • 31 HC I, prol., l. 23-24: Quecumque scripta sunt, ad nostram doctrinam scripta sunt. D’après B. Guénée (...)
  • 32 HC I, prol., l. 7-8: ne… in foveam oblivionis labefierent.
  • 33 HC II, prol., l. 8-9: Humanas laudes oblivionis nube obtegere opere pretium neutiquam arbitramur.
  • 34 HC III, prol., l. 5-7, p. 419: virorum illustrium gesta et probitates ab interitu oblivionis nequaq (...)

16Afin d’étayer leur propos, les auteurs de l’Historia Compostellana n’hésitent pas à puiser images et citations dans la Bible, et l’on ne sera pas surpris de trouver, dans le prologue du livre I, le célèbre passage de l’Épître de saint Paul aux Romains: « Ce qui a été écrit, l’a été pour notre enseignement »31. Le fait de mettre par écrit les actes de Diego Gelmírez dénote aussi, chez les auteurs et le commanditaire de l’Historia Compostellana, la volonté d’en préserver la mémoire contre les méfaits de l’oubli. Cette préoccupation, partagée par nombre d’auteurs médiévaux, se retrouve avec une grande constance tout au long de l’œuvre et donne lieu à maints développements rhétoriques. Le prologue du livre I annonce que le registrum entrepris a pour objet d’éviter que les actes du premier archevêque de Compostelle et de ses prédécesseurs « ne tombent dans la trappe de l’oubli »32, car, nous affirme-t-on dans le prologue du livre II, « il ne convient, en aucune manière, de recouvrir les gloires humaines avec le nuage de l’oubli» 33. Et le prologue du livre III n’est pas en reste qui met en garde: « les hauts faits et les mérites des hommes illustres ne sont nullement préservés de la mort de l’oubli, s’ils ne sont confiés à la mémoire par l’écriture ou quelque autre moyen… »34.

  • 35 B. GUENEE, Histoire et culture historique…, p. 361.

17Le recours à l’écrit comme auxiliaire privilégié de la mémoire suppose une évolution des mentalités médiévales, très attachées à la tradition orale. D’après Bernard Guénée35, le XIIe siècle correspond à l’époque où l’écrit prend, de façon décisive, le relais de l’oral. Toutefois, la conviction de la valeur de l’écrit était déjà bien enracinée dans les régions héritières de la tradition romaine comme c’est le cas de la Galice. La rhétorique, nous venons de le voir, fleurit dans les prologues de l’Historia Compostellana au moment d’expliquer le dessein de ses auteurs. Qu’en est-il des considérations plus « techniques » ? Elles concernent essentiellement la structure de l’œuvre. A l’origine, Nuño Alfonso entend simplement rappeler les gesta des prédécesseurs de Diego Gelmírez puis se consacrer à celles du prélat. Dans les Verba auctoris qui concluent les chapitres 2 et 3 du livre I, dédiés au récit des actions les plus marquantes des prédécesseurs de Gelmírez, Nuño déclare:

  • 36 HC I, 3, Verba auctoris (p. 17): Preceptis domini Didaci secundi Compostellane sedis episcopi liben (...)

18« Obéissant de bon gré et avec zèle à l’ordre du seigneur Diego II, évêque du siège de Compostelle, j’ai mis jusqu’ici par écrit les actes de ses prédécesseurs de la manière la plus véridique que j’ai pu. Et maintenant, je vais entreprendre, avec l’aide de la grâce divine, de décrire et de rappeler aux générations à venir les réussites que le révérend évêque a obtenues et les adversités qu’il a supportées avec courage, dans l’exercice de sa charge… »36

  • 37 HC I, prol., l. 49-51: … [Didacus Gelmirides] hoc registrum fieri iussit duobus voluminibus compreh (...)

19L’organisation ultérieure de l’Historia Compostellana en deux livres aurait été voulue par Diego Gelmírez, afin de prendre acte de sa plus grande réussite: le transfert de la dignité métropolitaine de Mérida à Compostelle. Gérald écrit à ce propos dans le prologue du livre I, qui fait office de préface générale: « [Diego Gelmírez] a ordonné que ce registrum soit divisé en deux livres, l’un s’intitulant De l’épiscopat et l’autre, De l’archiépiscopat »37. C’est, en effet, après 1120 que l’Historia Compostellana prend toute son ampleur et que sont rédigés les prologues où les auteurs définissent leur projet. L’ajout d’un troisième livre, dont il n’est question ni dans le prologue du livre I ni dans celui du livre II, ne se justifie par aucun événement décisif dans la vie de Diego Gelmírez ou de son Église. Il s’agit en fait d’une simple continuation du livre II, s’intitulant aussi « De l’archiépiscopat », et de moindre extension par rapport aux deux livres précédents (57 chapitres contre 117 pour le livre I et 94 pour le livre II).

Les finalités d’un registrum

  • 38 HC I, prol., l. 18-19: … auditorum mentes et vite doctrina et morum disciplina instruuntur et ad bo (...)
  • 39 M. SOT, «Rhétorique et technique…», p. 193.

20Le domaine d’utilité revendiqué par les auteurs de l’Historia Compostellana dans leurs prologues est essentiellement moral. L’œuvre prétend éclairer ses lecteurs sur la « discipline des mœurs » et les inciter à la pratique du bien38, tout en contribuant à l’instruction pastorale des successeurs de Diego Gelmírez. Michel Sot remarque à ce sujet: « Le domaine moral est au XIIe siècle, encore, le seul domaine d’utilité clairement affirmé dans les préfaces »39. Il n’en reste pas moins que les préoccupations premières des auteurs de l’Historia Compostellana doivent être recherchées dans des domaines beaucoup plus pragmatiques, comme nous le montre l’étude des méthodes de composition du registrum.

  • 40 Au début du chap. I, 46 (p. 84), Gérald s’adresse au lecteur désireux de connaître toutes les hered (...)

21La méthode employée par Nuño Alfonso, le trésorier, consiste à décrire un événement important et à retranscrire, à sa suite, le texte des documents s’y rapportant. Le plus souvent, la partie narrative sert de simple introduction aux documents et, parfois, ne fait qu’assurer un lien entre eux. L’attention de Nuño se porte donc, en priorité, sur les documents: cela n’a rien de surprenant de la part du gardien du trésor de l’Église de Compostelle, familier avec les originaux conservés dans des cartulaires ou dans d’autres types de recueils. La continuation du registrum par Gérald présente des caractéristiques distinctes. Le maître de rhétorique accorde une place prépondérante à la narration et concentre le matériel documentaire dans des chapitres intermédiaires, lorsqu’il ne renvoie pas le lecteur au trésor de l’église, pour y consulter personnellement les actes ayant trait aux acquisitions de Diego Gelmírez. Ce qui importe avant tout à Gérald, c’est le récit des hauts faits de son évêque40. La fin du registrum, en revanche, renoue avec l’inclusion systématique de documents (de la correspondance, le plus souvent) dans le corps du texte.

  • 41 M. SOT, Gesta episcoporum, gesta abbatum, Typologie des Sources du Moyen Age Occidental, 37, Brepol (...)

22Ces différentes conceptions de la composition de l’Historia Compostellana permettent de mettre en évidence les fonctions concrètes assignées à l’œuvre. La mission initiale de ses auteurs consiste à faire mémoire des actes de Diego Gelmírez et de ses prédécesseurs. Dans la pratique, l’Historia Compostellana retrace, avant tout, l’œuvre en faveur de l’Église de Compostelle de Diego Gelmírez, son protagoniste principal. Seuls deux chapitres (sur un total de 268!) sont consacrés aux évêques l’ayant précédé sur le siège d’Iria-Compostelle depuis Théodomire, l’évêque témoin de l’inventio du tombeau de l’apôtre Jacques, au IXe siècle. Ces chapitres semblent principalement destinés à établir la continuité de la lignée épiscopale dans laquelle se situe Diego Gelmírez. Ils offrent, de plus, quelques figures d’« évêques-repoussoirs », comme les nomme M. Sot41, qui contribuent à renforcer l’image exemplaire de l’évêque Gelmírez.

  • 42 Cf. A.-L. BARBANES, Images et pouvoirs de Diego Gelmírez…, p. 74-80.
  • 43 Cf. HC I, 1, p. 7-8 et I, 2, p. 9.
  • 44 Cf. Dictionnaire d’archéologie chrétienne et de liturgie, dir. par CABROL et LECLERCQ, Paris, 1903- (...)

23Dans le noyau initial de l’Historia Compostellana, Nuño Alfonso s’attache plus particulièrement aux biens temporels et aux privilèges ecclésiastiques obtenus par le prélat au profit de son Église. Le dessein du trésorier paraît clair: en retranscrivant les documents relatifs à ces acquisitions et en les intégrant dans un récit circonstancié, il établit leur légitimité. Il entend ainsi délimiter le patrimoine de la cathédrale de Compostelle et fonder solidement les droits et les possessions de celle-ci sur l’autorité d’actes émanant des chancelleries royale ou pontificale. Dans un contexte de réorganisation des structures ecclésiastiques et de redéfinition des limites diocésaines en lien avec le processus de la Reconquête, on imagine aisément l’intérêt d’un tel écrit en cas de conflit avec une autre juridiction épiscopale. En l’occurrence, la concurrence entre Saint-Jacques-de-Compostelle et les sièges de Tolède et de Braga tend à s’exacerber en cette première moitié du XIIe siècle42. Dans le même ordre d’idées, l’ajout d’une Translatio sancti Iacobi et d’un récit de l’inventio du sépulcre de saint Jacques, en tête de l’Historia Compostellana43, doit être mis en relation avec la volonté d’affirmer, devant la Chrétienté, l’authenticité des reliques vénérées à Compostelle. Authenticité d’autant plus importante aux yeux de Diego Gelmírez que ses ambitions pour son Église reposent fondamentalement sur la nature apostolique de son siège. Que l’Historia Compostellana contribue à fixer la tradition de la translation du corps de l’apôtre Jacques le Majeur de Jérusalem à la Galice, en reprenant un texte des IXe-Xe siècles44, ne doit donc pas nous surprendre.

24L’ambition fondamentale de l’œuvre, particulièrement sensible dans la narration de Gérald, pourrait se résumer par cette formule du maître de rhétorique à l’adresse de Diego Gelmírez, en conclusion du prologue du livre II:

  • 45 HC II, prol., l. 28-31: Vobis autem diu et feliciter vivere et ecclesie vestre diu feliciter preess (...)

25« Que Celui qui dispense tous les biens vous accorde de vivre longtemps dans la félicité et d’être longtemps et avec bonheur à la tête de votre Église, et, à moi, qu’Il m’accorde d’écrire votre louange. »45

  • 46 Cf. HC I, 15, p. 31-36. Dans le discours que le chapelain prête à Diego Gelmírez, le prélat s’adres (...)

26Les auteurs de l’Historia Compostellana ont en effet cherché à faire vivre longtemps la mémoire de leur prélat et à célébrer sa louange en exaltant ses réussites et ses mérites. Il s’ensuit que les actions de Diego Gelmírez bénéficient souvent d’un éclairage favorable. Le chapitre 15 du livre I nous en donne un exemple significatif. Intitulé « Translation des saints Fructueux, Sylvestre, Cucufat et de la vierge et martyre Susanne à Compostelle », le chapitre relate un vol de reliques, accompli dans plusieurs églises de Braga, par Diego Gelmírez et quelques uns de ses clercs, au cours d’un voyage officiel dans le comté du Portugal. L’auteur, le chapelain Hugo, ayant pris part à l’entreprise, présente l’acte de son évêque comme un « pius latrocinius », motivé par le fait que les reliques n’auraient pas reçu des Portugais, « gens indisciplinata », le culte qui leur étaient dû46. Nous le constatons avec cet exemple précis, l’écriture de l’Historia Compostellana a pu aussi être mise à profit pour légitimer certaines actions de Diego Gelmírez. La partialité dont font preuve les auteurs de l’Historia Compostellana, en plusieurs occasions, doit être prise en compte au moment d’étudier le contenu de l’œuvre. Elle était sans doute assez inévitable sous la plume d’hommes appartenant à l’entourage immédiat du prélat et engagés dans les événements qu’ils évoquent. Toutefois, elle n’amoindrit en rien l’intérêt historique du texte qui nous informe avec précision sur bien des aspects de la vie politique, sociale ou économique du nord-ouest de la Péninsule ibérique au XIIe siècle.

  • 47 B. GUENEE, Histoire et culture historique…, p. 248-274.
  • 48 Cf. HC I, prol.; l. 5-6, p. 3: Didacus Dei gratia Compostellane sedis archiepiscopus iussit hunc li (...)

27Quel impact a eu l’Historia Compostellana et quel public a été le sien? Si l’on se fonde sur les critères énoncés par B. Guénée 47pour mesurer le succès d’une œuvre au Moyen Age, celui de l’Historia Compostellana devra être qualifié de « limité » ou « faible », puisque seuls neuf manuscrits antérieurs à la fin du XVIe siècle nous ont transmis ce texte. Il convient néanmoins de nuancer cette appréciation. L’œuvre, d’une part, a connu un succès constant: elle a été copiée du XIIIe au XVIIIe siècle. D’autre part, il faut considérer sa destination. En tant que récit des gesta du premier archevêque de Compostelle, et en tant qu’instrument juridique destiné à défendre les intérêts de cette Église, l’Historia Compostellana intéresse avant tout le clergé compostellan à qui il importe qu’elle ne quitte pas la cité épiscopale. Ainsi, l’avertissement qui précède le prologue du livre I de l’Historia Compostellana signale-t-il à tout lecteur que « Diego, archevêque du siège de Compostelle, par la grâce de Dieu, a ordonné que soit fait ce livre et qu’il soit gardé dans le trésor de Saint-Jacques »48. Et quiconque oserait dérober ou détruire l’œuvre se voit menacé – comme il se doit – de partager le sort de Judas, Datan et Abiram, voués à la damnation éternelle.

  • 49 Cf. M. C. DIAZ Y DIAZ, «Le Liber sancti Iacobi», Saint-Jacques-de-Compostelle. Mille ans de pèlerin (...)

28L’Historia Compostellana ne pouvait donc être consultée que dans le trésor de la cathédrale de Saint-Jacques. On peut penser que, de ce fait, son public potentiel s’est trouvé limité au clergé et aux habitants de la cité épiscopale. Mais ce serait oublier la foule des pèlerins qui afflue alors vers Compostelle. Et même s’il est impossible de déterminer le nombre de ceux qui, parmi eux, ont approché le texte, celui-ci a pu contribuer à accroître le prestige des prélats de Saint-Jacques – celui de Diego Gelmírez, en particulier – aux yeux de bien des pèlerins. C’est d’ailleurs pour ces derniers que l’on conçoit, durant l’archiépiscopat de Diego Gelmírez, le fameux Guide du pèlerin de Saint-Jacques-de-Compostelle. Ce livre s’insère dans une œuvre de plus grande envergure, le Liber sancti Iacobi, qui fait l’objet d’une troisième compilation dans les années 1130 à 1150, vraisemblablement à l’instigation de Diego Gelmírez49. Participant de l’entreprise d’exaltation de saint Jacques et de son Église, l’œuvre semble réaliser, avec l’Historia Compostellana, un programme historiographique voulu par le prélat, afin de fonder les théories sur lesquelles s’appuient les ambitions de l’Église de Compostelle depuis le XIe siècle.

L’originalité de l’Historia Compostellana dans l’historiographie latine ibérique

Une source documentaire

  • 50 Cité dans HC, p. XXVII.
  • 51 Cf. HC, p. 559-562.

29D’après Claudio Sánchez Albornoz, l’Historia Compostellana constitue à elle seule « une véritable collection diplomatique d’une valeur inappréciable »50. L’œuvre nous a transmis près de 180 documents, copies d’originaux dont beaucoup auraient été perdus sans cela, au gré des désastres ayant affectés les archives de Saint-Jacques. Il est à remarquer que la plupart des documents ainsi retranscrits n’émanent pas du scriptorium de la cathédrale de Compostelle: dans près de cinquante pour cent des cas, ils proviennent de la chancellerie romaine. Les 82 documents pontificaux, recensés par E. Falque à la fin de son édition51, se composent d’une unique bulle d’Urbain II (Et decretum sinodalium) et de lettres des cinq papes ayant occupé le Saint-Siège durant les années d’épiscopat et d’archiépiscopat de Diego Gelmírez: Pascal II, Gélase II, Calixte II, Honorius II et Innocent II. Ces papes ont en effet émis un certain nombre de bulles-privilèges destinées à confirmer le temporel de l’Église de Compostelle et à reconnaître les pouvoirs juridictionnels de son évêque. Leurs lettres peuvent aussi concerner le règlement d’un litige, la convocation à un concile, ou bien encore, l’envoi d’instructions pastorales, quand il ne s’agit pas de simples extraits de leur correspondance avec Diego Gelmírez.

  • 52 Cf. HC I, 20, p. 47-49.
  • 53 Cf. HC I, 96, p. 155-160.

30Dans l’Historia Compostellana figurent aussi en bonne place les documents émis par les souverains de Castille-Léon, Urraca et son fils Alphonse VII. Il s’agit, en priorité, de copies de chartes de donation, de traités de paix qualifiés de pacta, ou bien de juramenta, serments de type féodo-vassalique. Par ailleurs, les copies de lettres adressées à Diego Gelmírez incluses dans l’œuvre permettent d’établir l’existence de relations épistolaires entre le prélat et l’archevêque de Tolède, Bernard de Sédirac, l’abbé Pons de Cluny, le Patriarche de Jérusalem, le duc d’Aquitaine, Guillaume IX, ou la comtesse de Flandres (tante paternelle d’Alphonse VII). Quant aux actes émis par Diego Gelmírez et/ou par son chapitre cathédral, ils comprennent, entre autres, le serment d’obéissance prêté par les chanoines de Compostelle à leur évêque en 1102 52et une série de décrets promulgués par Diego Gelmírez en vue de protéger les pauperes dans le territoire placé sous sa juridiction53.

31L’Historia Compostellana offre donc la reproduction d’une grande variété de documents. Ces derniers présentent, toutefois, une difficulté majeure pour la critique moderne qui se trouve dans l’impossibilité de déterminer s’ils ont été manipulés ou non par les auteurs de l’œuvre, lorsque les originaux font défaut. Quoiqu’il en soit, le fait d’intégrer des transcriptions de documents à un récit à vocation historique distingue sans nul doute l’Historia Compostellana du reste de la production de son époque, dans les royaumes hispaniques.

Une œuvre contemporaine des faits qu’elle relate

  • 54 R. MENENDEZ PIDAL, La España del Cid, Madrid, 1969, p. 919-920.
  • 55 Ce texte a lui aussi été édité par E. Falque. Cf. Historia Roderici, éd. par E. Falque Rey, dans Ch (...)
  • 56 On pense, par ex., aux Chroniques asturiennes, rédigées entre la fin du IXe et le début du Xe siècl (...)
  • 57 Dans l’Historia Roderici se trouvent retranscrites des lettres du comte de Barcelone, Raymond Béran (...)

32Nombreux sont les passages de l’Historia Compostellana où ses auteurs affirment avoir été témoins – voire acteurs – des événements qu’ils portent à la connaissance du lecteur. Ce témoignage direct et bien informé, qui irrigue tout le texte, constitue l’un des aspects les plus intéressants de l’œuvre. L’Historia Compostellana, en tant que discours sur l’histoire contemporaine, se présente comme un cas particulier dans l’horizon historiographique péninsulaire. Un cas particulier, mais pas unique. R. Menéndez Pidal 54rapproche cette œuvre d’un autre texte du XIIe siècle, l’Historia Roderici55. Composé entre 1144 et 1147, ce texte retrace, quelques quarante ans après sa mort, la vie de Rodrigo Diaz de Vivar, plus connu comme « le Cid ». Son auteur, un clerc anonyme, aurait appartenu à la suite du célèbre conquérant de Valence. Menéndez Pidal considère que l’Historia Compostellana et l’Historia Roderici apportent un vent de nouveauté dans l’historiographie espagnole qui, du Xe siècle au début du XIIe siècle, a essentiellement produit des chroniques de rois 56énumérant les événements les plus marquants de chaque règne. Les deux œuvres, en effet, s’attachent non pas à des rois mais à des personnages éminents de leurs royaumes: le premier archevêque de Compostelle et le héros de la Reconquête. Elles leur consacrent des récits plus développés, incluant des documents57, et composés du vivant de leurs protagonistes principaux ou dans les années qui suivent leur disparition. Dans cette perspective, l’Historia Compostellana et l’Historia Roderici sont significatives d’une évolution de l’intérêt historique dans le nord de la péninsule ibérique.

  • 58 Cf. D. MENJOT, Les Espagnes médiévales, Paris, Hachette, 1996, p. 158 et
    A. R
    UCQUOI, Histoire médiév
    (...)
  • 59 B. GUENEE, Histoire et culture historique…, p. 359.

33L’Historia Compostellana s’inscrit dans une période d’essor de la production historique hispanique qui connaît un développement précoce et brillant au XIIe siècle, aussi bien dans le royaume de Castille-Léon avec la rédaction de deux histoires de la péninsule ibérique (l’Historia Silense et le Liber Cronicorum) qu’en Navarre avec le Liber regum, ou encore en Catalogne avec les Gesta comitum Barcinonensium58. Il semble donc que l’Historia Compostellana ait participé du « moment d’extraordinaire épanouissement de l’histoire » que connaît l’Occident médiéval, d’après B. Guénée59, entre la fin du XIe siècle et le milieu du XIIe siècle.

Conclusion

  • 60 Cf. A.-L. BARBANES, Images et pouvoirs de Diego Gelmírez…, parties II et III.
  • 61 Cf. P. LINEHAN, History and historians of Medieval Spain, Oxford, Clarendon Press, 1993, p. 245-248 (...)

34L’analyse de la composition de l’Historia Compostellana s’avère riche d’enseignements sur les fonctions assignées au discours historique par le commanditaire de l’œuvre, l’évêque Diego Gelmírez, et ses auteurs, des chanoines recrutés dans l’élite du chapitre de Saint-Jacques-de-Compostelle. Récit circonstancié des grandes réalisations du premier archevêque de Compostelle, l’Historia Compostellana entend également fonder les droits et les possessions de l’Église compostellane en s’appuyant sur la reproduction d’actes juridiques. Mais surtout, l’Historia Compostellana permet d’appréhender un personnage complexe. Prélat influent et soucieux d’accroître le prestige de son Église en mettant à profit ses liens avec Cluny, Rome et les souverains de Castille-Léon, Diego Gelmírez apparaît aussi comme un seigneur féodal, à la tête du temporel de l’Église de Compostelle et disposant de ressources et de pouvoirs qui le situent parmi les grands laïcs galiciens, en cette première moitié de XIIe siècle60. Telle n’est pas la moindre qualité de notre source, rédigée à une époque où très rares sont les évêques hispaniques à avoir suscité la mise par écrit de leurs actions61.

Haut de page

Notes

1 #Notes#

Cl. SANCHEZ ALBORNOZ, Españoles ante la historia, Buenos Aires, 1977, p. 76.

2 Diego Gelmírez est évêque de Compostelle de 1100 à 1120, puis archevêque de ce même siège de 1120 jusqu’à sa mort, survenue en 1139 ou 1140.

3 M. MOLLAT, « Note sur la vie maritime en Galice au XIIe siècle d’après l’Historia Compostellana», Anuario de Estudios Medievales I, 1964, p. 531-540.

4 P. BONNASSIE, « Du Rhône à la Galice: genèse et modalités du régime féodal», Structures féodales et féodalisme dans l’Occident méditerranéen (Xe-XIIIe siècles), Rome-Paris, E. de Boccard, 1980, p. 36-38.

5 J. GAUTIER-DALCHE, Historia urbana de León y Castilla en la Edad Media, Madrid, 1979.

6 L. VONES, Die Historia Compostellana und die Kirchenpolitik des nordwestspanischen Raumes. 1070-1130, Cologne-Vienne, 1980.

7 R. A. FLETCHER, Saint James’s catapult: the life and times of Diego Gelmírez of Santiago de Compostela, Oxford, 1984.

8 Historia Compostellana, éd. par E. FALQUE REY, Corpus Christianorum, Continuatio Medievalis, 70, Brepols, 1988.

9 E. FLOREZ, Historia Compostellana sive de rebus gestis D. Didaci Gelmirez, primi Compostellani archiepiscopi, Madrid, 1765 (rééd. en 1791).

10 M. SUAREZ - J. CAMPELO, Historia Compostellana sea Hechos de D. Diego Gelmirez, primer arzobispo de Santiago, Santiago de Compostela, 1950.

11 Le livre I compte 117 chapitres, le livre II, 94 chapitres et le livre III, 57 chapitres. Je recourrai désormais à l’abréviation HC pour désigner ma source, le chiffre romain qui la suit faisant référence au livre et le chiffre arabe au chapitre de l’œuvre, d’après l’édition d’E. Falque.

12 Cf. HC I, prol., p. 3: Didaci Dei gratia Compostellane sedis archiepiscopus iussit hunc librum fieri. Voir également HC II, prol., p. 219 et HC III, prol., p. 419. Toutes les traductions sont de l’auteur.

13 Cf. B. GUENEE, Histoire et culture historique dans l’Occident médiéval, Paris, Aubier, 1980, p. 338.

14 Cf. HC II, 2, p. 222.

15 Cf. A.-L. BARBANES, Images et pouvoirs de Diego Gelmírez, évêque de Compostelle de 1100 à 1140, d’après l’Historia Compostellana, mémoire de maîtrise sous la direction de L. Verdon, Université de Provence, 2001, p. 44-65.

16 À savoir, les chapitres 1 à 45 du livre I de l’HC.

17 Cf. Le Guide du pèlerin de Saint-Jacques-de-Compostelle, éd. par J. VIELLIARD, Paris, 1978.

18 Cf. L. VONES, Die Historia Compostellana…, p. 63-64 et F. LOPEZ ALSINA, « En torno a la Historia Compostellana», Compostellanum, 32, 1987, p. 443-502.

19 Je renvoie pour plus de détails à mon mémoire, Images et pouvoirs de Diego Gelmírez…, p. 16-18.

20 Cf. M. SOT, «Rhétorique et technique dans les préfaces des gesta episcoporum (IXe-XIIe siècles)», Cahiers de civilisation médiévale, 28, 1985, p. 181-200.

21 Isidore de Séville, Etymologiae, I, 43.

22 HC II, 61, p. 340: Bene autem officium huius libri cum ethimologia sui concordat vocabuli, cum sane hac de causa « registrum », quod « retrogesta » vel « res gestas » continat, appeletur.

23 ISIDORE DE SEVILLE, Etymologiae, I, 44.

24 Le transfert du siège épiscopal d’Iria à Compostelle est sanctionné par Rome en 1095, avec la bulle d’Urbain II, Et decretum sinodalium, retranscrite en HC I, 5, p. 19-20.

25 HC I, prol., l. 24-30: Reverendus itaque Compostellane sedis episcopus Didacus secundus antiquorum Patrum consuetudinem in registri compositione imitatus predecessorum suorum gesta, quorum partem ipse propriis oculis viderat, partem vero a personatis et authoritatis viris frequenti auditione veraciter didicerat, ab exordio huius apostolice sedis scribi et ad memoriam revocari commendavit…; et l. 39-40: Sua quoque gesta suorum predecessorum gestis in hoc registro subnotari curavit…

26 Cf. M. SOT, « Rhétorique et technique…», p. 195.

27 Cf. B. GUENEE, Histoire et culture historique…, p. 27.

28 HC I, prol., l. 30-34, p. 4-5: … ut quicquid in eis laudabile et immitabile diligens lector inveniret, laudare et studiose immitari satageret, et e contrario, si quid in eisdem vituperabile et reprehensibile inspiceret, vituperare et reprehendere ad aliorum correctionem et emendationem non cessaret.

29 HC II, prol., p. 219, l. 22 et HC I, prol., p. 5, l. 42-43.

30 HC II, 61, l. 3-7, p. 339: Dominus ac Redemptor volens iter nostre operationis inoffenso pede dirigere docet nos, ne, qui ad exemplum bone actionis pastorali cura ceteros debemus instruere, aliquando bona, que agimus, occultantes lucernam sub modio convincamur abscondere: « Nemo - inquit - accendit lucernam et ponit sub modio ». (Matt. 5, 15).

31 HC I, prol., l. 23-24: Quecumque scripta sunt, ad nostram doctrinam scripta sunt. D’après B. Guénée, cette citation apparaît fréquemment dans les préfaces médiévales.

32 HC I, prol., l. 7-8: ne… in foveam oblivionis labefierent.

33 HC II, prol., l. 8-9: Humanas laudes oblivionis nube obtegere opere pretium neutiquam arbitramur.

34 HC III, prol., l. 5-7, p. 419: virorum illustrium gesta et probitates ab interitu oblivionis nequaquam defenduntur, nisi per scripturam aut alio modo memorie commendentur…

35 B. GUENEE, Histoire et culture historique…, p. 361.

36 HC I, 3, Verba auctoris (p. 17): Preceptis domini Didaci secundi Compostellane sedis episcopi libenti et devoto animo obtemperans ipsius predecessorum gesta, quam veridissime potui, hucusque pagine commendavi. Nunc vero ipsius reverendi episcopi successus, quos in hoc honore habuit, et adversa, que in eodem pertulit… describere et ad posterorum memoriam revocare divina preveniente gratia aggrediar.

37 HC I, prol., l. 49-51: … [Didacus Gelmirides] hoc registrum fieri iussit duobus voluminibus comprehensum, quorum unum de episcopatu, alterum vero de archiepiscopatu intitulatur.

38 HC I, prol., l. 18-19: … auditorum mentes et vite doctrina et morum disciplina instruuntur et ad bonarum operationum studia excitantur…

39 M. SOT, «Rhétorique et technique…», p. 193.

40 Au début du chap. I, 46 (p. 84), Gérald s’adresse au lecteur désireux de connaître toutes les hereditates, ecclesiae et villae acquises par le prélat, en ces termes: eum ad scripturarum cognitionem in thesauro beati Iacobi ecclesie repositam et reservatam ire precipimus.

41 M. SOT, Gesta episcoporum, gesta abbatum, Typologie des Sources du Moyen Age Occidental, 37, Brepols, 1981, p. 18

42 Cf. A.-L. BARBANES, Images et pouvoirs de Diego Gelmírez…, p. 74-80.

43 Cf. HC I, 1, p. 7-8 et I, 2, p. 9.

44 Cf. Dictionnaire d’archéologie chrétienne et de liturgie, dir. par CABROL et LECLERCQ, Paris, 1903-1953, tome V, p. 412.

45 HC II, prol., l. 28-31: Vobis autem diu et feliciter vivere et ecclesie vestre diu feliciter preesse, michi quoque de vobis laudem scribere omnium bonorum tributor tribuat.

46 Cf. HC I, 15, p. 31-36. Dans le discours que le chapelain prête à Diego Gelmírez, le prélat s’adresse à ses clercs en ces termes: Si ergo vestra nobis consuluerit prudentia, hoc emendare curabimus et quedam pretiossorum corpora sanctorum, quibus nullus hic exhibetur cultus, ad Compostellanam sedem transferre studebimus.

47 B. GUENEE, Histoire et culture historique…, p. 248-274.

48 Cf. HC I, prol.; l. 5-6, p. 3: Didacus Dei gratia Compostellane sedis archiepiscopus iussit hunc librum fieri et in thesauro beati Iacobi reponi…

49 Cf. M. C. DIAZ Y DIAZ, «Le Liber sancti Iacobi», Saint-Jacques-de-Compostelle. Mille ans de pèlerinage en Europe, dir. par CAUCCI VON SAUCKEN, Desclée de Brouwer, 1993, p. 52. D’après l’auteur, les notes de voyage ayant servi de base à la rédaction du Guide ont été prises vers 1130 et le texte est achevé avant 1150.

50 Cité dans HC, p. XXVII.

51 Cf. HC, p. 559-562.

52 Cf. HC I, 20, p. 47-49.

53 Cf. HC I, 96, p. 155-160.

54 R. MENENDEZ PIDAL, La España del Cid, Madrid, 1969, p. 919-920.

55 Ce texte a lui aussi été édité par E. Falque. Cf. Historia Roderici, éd. par E. Falque Rey, dans Chronica hispana saeculi XII, CCCM, Brepols, 1990.

56 On pense, par ex., aux Chroniques asturiennes, rédigées entre la fin du IXe et le début du Xe siècle afin de légitimer la royauté asturienne. Cf. A. RUCQUOI, Histoire médiévale de la Péninsule ibérique, Paris, Point Seuil, 1990, p. 160.

57 Dans l’Historia Roderici se trouvent retranscrites des lettres du comte de Barcelone, Raymond Béranger III.

58 Cf. D. MENJOT, Les Espagnes médiévales, Paris, Hachette, 1996, p. 158 et
A. R
UCQUOI, Histoire médiévale…, p. 326.

59 B. GUENEE, Histoire et culture historique…, p. 359.

60 Cf. A.-L. BARBANES, Images et pouvoirs de Diego Gelmírez…, parties II et III.

61 Cf. P. LINEHAN, History and historians of Medieval Spain, Oxford, Clarendon Press, 1993, p. 245-248.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Anne-Lise Barbanès, « Écrire l’histoire d’un évêque et de son Église au XIIe siècle : le cas de Diego Gelmírez (1100-1140) et de l’Historia Compostellana », Rives méditerranéennes [En ligne], Varia, mis en ligne le 14 août 2014, consulté le 19 octobre 2017. URL : http://rives.revues.org/85 ; DOI : 10.4000/rives.85

Haut de page

Droits d’auteur

© Tous droits réservés

Haut de page
  • Revues.org