Navigation – Plan du site

Regards sur le territoire industriel de Gémenos-Aubagne

Lucien Tirone
p. 61-66

Texte intégral

1La problématique de la journée d'étude sur l'industrie méditerranéenne propose une approche territoriale et culturelle. Peut-être aurait-il fallu ajouter politique car les relations entre les acteurs (entreprises) et les institutions (communes, départements, régions) se posent également en termes de stratégie politique, à l'échelle du local et dans le court terme. Le sujet est celui de la mutation de la plaine de Gémenos-Aubagne, dans sa partie la plus basse qui correspond au polié de la dépression karstique creusée entre le massif d'Allauch (ou Garlaban), la chaîne de la Sainte-Baume et la chaîne de Carpiagne. Son altitude est de 105 mètres environ. Elle a connu une profonde mutation territoriale. Dans les années 1970, elle présente un paysage de parcelles vouées à des cultures céréalières, à la vigne et à des étendues de plus en plus grandes de friches agricoles. Dans les années 1990, elle est devenue un parc d'activités parmi les plus dynamiques de la région avec plus de 500 entreprises et près de 8 000 emplois industriels et tertiaires. Après une rapide description de cet espace, nous évoquerons les étapes et les facteurs fondamentaux de cette mutation.

La zone se partage en deux secteurs qui se succèdent d'est en ouest (consulter la carte)

2A l'est, le parc d'activités de la plaine de Jouques correspond à l'opération industrielle la plus récente dans le cadre juridique d'une ZAC. Il est situé sur la commune de Gémenos, représentant environ 80ha et 3 000 emplois. A l'ouest, la zone industrielle des Paluds correspond à l'aménagement industriel le plus ancien dans le cadre d'un lotissement industriel sur lequel s'est greffé un centre de vie appelé Agora; il s'agit également d'une ZAC. Ce second ensemble, situé sur la commune d'Aubagne, représente environ 140 ha et 5 000 emplois.

3Bien que les deux communes n'appartiennent pas à la même structure intercommunale et bien qu'elles soient politiquement opposées (l'une est de « droite », l'autre de « gauche »), les deux parcs industriels sont assez étroitement imbriqués. La continuité se marque dans les réseaux de circulation et dans le système d'évacuation des eaux pluviales. Seules diffèrent les formes architecturales et l'environnement paysager. Plus récente, la ZAC de Gémenos (dite de la plaine de Jouques) montre des formes construites plus recherchées (volumes, matériaux, couleurs) et un cadre plus « végétalisé » par des plantations d'arbres et d'arbustes en clôture des lots, le long des canaux de drainage et en bordure des bassins de rétention, conformément au cahier des charges. Le secteur des Paluds doit son nom à des sols riches en eau car la nappe phréatique est sub-affleurante. La grande Maïre qui s'y déverse sert de limite entre la zone agricole au nord et le fond de cuvette karstique mal drainé par le Ponor.

Étapes, facteurs et modalités de l'industrialisation

4Plusieurs projets d'aménagement ont été imaginés dans les années 1960. Le plus sérieux semble avoir été celui d'une zone de loisirs à caractère « rural ». Gémenos, le « village agricole » fait alors face à Aubagne la « ville industrielle ». Mais les propriétaires, organisés en Association Foncière Urbaine (AFU) souhaitent vendre leurs parcelles en terrains à bâtir, sous la pression d'une forte demande en lotissements de maisons individuelles. Le succès du lotissement industriel, créé par la mairie d'Aubagne dans les années 1970 (les Paluds I), et de la zone commerciale autour de l'hypermarché Auchan, invite à continuer l'aménagement industriel vers l'est, dans la plaine de Gémenos. Le POS classe donc les terrains en zone NAE, dans la perspective d'une urbanisation future à vocation économique.

5Dans les années 1980, plusieurs facteurs se structurent en « système » pour précipiter la mutation de la zone des Paluds vers l'industrie :

6­ la création d'une ZAC industrielle à Gémenos est imaginée par la municipalité comme un coup de frein à l'expansion économique d'Aubagne. Elle est comme un outil de développement de la commune sur le modèle de celle d'Aubagne.

7­ le succès de la zone commerciale d'Aubagne sert de vitrine aux entreprises industrielles.

8­ le prolongement de l'autoroute Marseille-Aubagne, jusqu'à l'extrémité ouest de la plaine est réalisé par la DDE dans les années 1990.

9­ l'idéologie de l'environnement donne une prime au cadre exceptionnel de cette partie des Bouches-du-Rhône. La ZAC permet, grâce au PAZ et au cahier des charges, de dessiner un « parc paysager » attractif pour les entreprises.

10­ la commune de Gémenos, devenue péri-urbaine, cherche à financer ses équipements par la taxe professionnelle.

11­ les changements structurels de l'industrie se traduisent par l'apparition de nouveaux types d'entreprises, tout à la fois de production, d'ingénierie, de conception et de service aux ménages.

12Le déclic viendra du lancement des zones d'entreprise par le décret de février 1987 qui porte création de trois sites d'entreprises dans le bassin d'emploi Aubagne-Gémenos-La Ciotat (76 ha à Aubagne, 86 ha à Gémenos, 49 ha à La Ciotat). Le but de l'État est alors de créer un nouveau bassin d'emploi industriel, suite à la fermeture des chantiers navals de La Ciotat (NORMED) en 1986. Les critères retenus par le Ministère de l'Industrie pour le choix de ces sites sont les suivants :

13· compatibilité avec les documents d'urbanisme (zone NAE au POS)

14· accessibilité et desserte de qualité par autoroute et voies rapides,

15· maîtrise foncière assumée par les collectivités,

16· engagement des communes à réaliser l'aménagement des terrains et à leur donner un caractère paysager par des plantations,

17· engagement des communes sur un plafond de prix de vente (250F le m2 en 1998).

18La zone d'entreprise exonère fiscalement pendant 10 ans toute entreprise nouvellement installée sur le site dans un délai de 5 ans à la date de référence du décret portant création de la zone. L'aménagement à deux fois deux voies de la RN8 et des carrefours a été décidé par l'État en novembre 1987, ainsi que les liaisons avec les réseaux autoroutiers Aix-Nice-Toulon-Marseille. La réalisation des opérations a été confiée à des sociétés d'économie mixte différentes pour Gémenos et Aubagne, pour des raisons politiques. Les communes ont élaboré des dossiers de ZAC et géré la vente des terrains.

19L'imbrication des deux zones (Gémenos et Aubagne) a été acceptée par les deux communes. Les Paluds II, sur la commune d'Aubagne, n'ont pu bénéficier du statut de zone d'entreprises que dans la mesure où la commune acceptait que la trame des voies soit en continuité et que le maillage d'évacuation des eaux pluviales de Gémenos (en amont) utilise le réseau situé en aval dans la commune d'Aubagne. Plusieurs aspects de l'aménagement sont à souligner :

20­ le maillage très efficace des eaux pluviales qui comprend un réseau collectif et un réseau propre à chaque lot.

21­ le schéma de circulation organisé autour d'un axe central sur lequel se greffe des branches radiales conduisant aux carrefours circulatoires de la voie rapide (N8). La trame orthogonale donne une relative lisibilité au plan et a réduit considérablement les coûts de distribution d'eau potable et des fluides.

22­ le caractère très paysager de la zone, conséquence de l'obligation de planter en clôture des lots d'une part, le long des canaux de drainage et des bassins de rétention d'autre part,

23­ la qualité architecturale des bâtiments exigée par le cahier de recommandations architecturales,

24­ la densité des équipements de restauration et d'hôtellerie,

25­ la création, par la commune d'Aubagne, d'un centre de vie appelé Agora, structuré autour d'un centre de congrès,

26­ l'intégration à l'ouest d'une zone commerciale servant de locomotive pour un certain nombre d'entreprises,

27­ la coupure verte constituée par la zone agricole au nord qui renvoie des images de ruralité.

28La poussée industrielle a été spectaculaire dans les années 1990 : plus de cent entreprises dans la zone de Gémenos, plus de quatre cents dans celle d'Aubagne en 1998; au total quelques 500 entreprises pour environ 8 000 emplois. Une enquête est à faire pour savoir combien d'entreprises proviennent du desserrement marseillais et combien sont de véritables créations. Il est évident que l'incitation à la délocalisation hors de Marseille a été très forte compte tenu de facteurs majeurs tels que la qualité de l'environnement, les facilités d'accès et les avantages fiscaux.

Conclusion

29L'essor de la plaine de Gémenos-Aubagne s'inscrit dans une triple logique :

30­ celle des transformations profondes des « fondamentaux » de l'industrie. L'impératif de la commercialisation pousse à rechercher des sites bien desservis qui contribuent à donner une belle image à l'entreprise.

31­ celle de l'incapacité des élus marseillais à mettre en place dans les années 1970 une communauté urbaine ayant des pouvoirs de gestion du territoire et dotée des moyens de régulation des implantations industrielles.

32­ celle de l'impuissance de l'État à empêcher les concurrences entre communes appartenant à la même aire urbaine pour attirer les entreprises qui se créent et celles qui recherchent une nouvelle localisation.

33La loi sur l'aménagement du territoire de février 1999 (dite loi Voynet) devrait créer des agglomérations de projet qui tenteront de mieux équilibrer les répartitions spatiales dans un schéma urbain et qui disposeront d'un guichet unique pour les taxes professionnelles, ce qui devrait supprimer les luttes économiques et les concurrences. Sa réussite démontrera aux géographes que l'organisation du territoire est fondamentalement politique.

Haut de page

Document annexe

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Lucien Tirone, « Regards sur le territoire industriel de Gémenos-Aubagne », Rives nord-méditerranéennes, 4 | 2000, 61-66.

Référence électronique

Lucien Tirone, « Regards sur le territoire industriel de Gémenos-Aubagne », Rives nord-méditerranéennes [En ligne], 4 | 2000, mis en ligne le 22 juillet 2005, consulté le 30 mai 2017. URL : http://rives.revues.org/78 ; DOI : 10.4000/rives.78

Haut de page

Auteur

Lucien Tirone

UMR TELEMME

Haut de page

Droits d’auteur

© Tous droits réservés

Haut de page
  • Revues.org