Navigation – Plan du site

Les écoles d'ingénieurs dans le nouveau paysage industriel provençal

Sylvie Daviet
p. 67-81

Entrées d’index

Géographie :

Provence

Chronologie :

XXe siècle
Haut de page

Texte intégral

1En montrant que la Provence connaissait depuis le début du XIXe siècle plusieurs mouvements d'industrialisation contredisant l'image d'une région réfractaire à l'industrie 1, les travaux d'historiens ont mis l'accent sur un paradoxe qui a été le point de départ de cette réflexion. Il fallait à présent s'interroger sur les raisons du décalage entre l'image et la réalité, décalage qui résulte nécessairement d'un ensemble d'explications complexes. Deux grands types de facteurs peuvent être avancés. D'une part, des facteurs externes au système régional : dans ce cas le décalage résulte d'une image construite à l'extérieur de la région, par des acteurs contemporains ou postérieurs aux événements. C'est cette voie qu'explore G. Chastagnaret 2, en démontrant que la lecture de l'industrie méditerranéenne est déformée par le prisme du modèle anglo-saxon d'industrialisation. Une autre voie peut être explorée, celle des facteurs internes au système régional : dans ce cas le défaut de représentation résulte d'une image construite à l'intérieur de la région par des acteurs qui n'intègrent pas l'industrie dans le champ de leurs représentations collectives. Ce second itinéraire nous conduit à porter un nouveau regard sur l'identité régionale, en s'appuyant sur une définition subjective du fait industriel. Une région industrielle peut être considérée comme telle si l'industrie est reconnue par la société locale comme un élément constitutif de son identité, et si elle influence dans une démarche volontaire l'organisation de la société et de son territoire. De ce point de vue, le système de formation est bien un des lieux d'observation de l'articulation entre industrie et territoire, et les écoles d'ingénieurs y occupent une place privilégiée.

2La question de la formation correspond à un champ très vaste ayant donné lieu à de nombreuses monographies et à quelques synthèses 3. Les écoles d'ingénieurs de la région Marseille-Provence se développent aujourd'hui dans ces lieux de modernité que sont les technopôles. La comparaison de Marseille avec Grenoble ou Toulouse n'est pas à son avantage. Comment expliquer son retard? Où se situent les blocages? Des années 1980 à nos jours, le nombre de formations d'ingénieurs passe de 5 à 12 dans l'académie d'Aix-Marseille. Quels sont les acteurs de cette mutation? S'agit-il d'un simple rattrapage ou d'un changement en profondeur des structures régionales? Quelle est la réalité des liens tissés entre ces nouvelles écoles et les industries régionales? C'est en fonction de ce questionnement que les écoles d'ingénieurs seront ici analysées.

Disparités et faiblesses des écoles d'ingénieurs dans la région marseillaise

la diversité statutaire des écoles d'ingénieurs

3On appelle écoles d'ingénieurs l'ensemble des établissements publics et privés habilités à délivrer un diplôme d'ingénieur reconnu depuis 1934 par la Commission des Titres d'Ingénieurs. Plus de 240écoles ou instituts accueillant 79 000 étudiants sont habilités en France. D'aucuns considèrent qu'il y a trop de petites écoles si l'on compare la situation française à celle de nos voisins européens ou américains. Cette croissance démographique des écoles est un phénomène récent lié à la volonté de répondre aux besoins de l'industrie par l'introduction de nouvelles structures : les écoles universitaires et les Nouvelles Formations d'Ingénieurs (1990). Il existe par conséquent différents types d'écoles selon le statut et le ministère de rattachement. Au sein du Ministère de l'Éducation Nationale de la Recherche et de la Technologie, se trouvent les écoles universitaires (article 33), les écoles liées par convention à des universités (article 43), et les « grands établissements » comme l'EHESS ou l'École des Arts et Métiers (article37). D'autres écoles relèvent du Ministère de la Défense (l'École de l'Air) ou du Ministère de l'Industrie (l'École des Mines).

La faiblesse des effectifs en Provence

4Les écoles de l'académie d'Aix-Marseille (Figure 1) regroupent d'après l'annuaire des établissements de l'enseignement Supérieur 2552 élèves en 1997-98. En tenant compte de l'académie de Nice (866 élèves), l'effectif total s'élève à 3 418 élèves pour la région Provence-Alpes-Côte d'Azur, contre 4 302 pour l'académie de Nancy-Metz, 4 332 pour l'académie de Nantes, 4 120 pour celle de Grenoble et 4 745 pour celle de Rennes… C'est dire si, au regard de sa population, la région provençale demeure en retard malgré le développement récent des écoles universitaires qui regroupent la moitié des effectifs élèves comptabilisés. Par ailleurs, l'instauration des Nouvelles Formations d'Ingénieurs ­ dites encore « filières Decomps » ­, selon le principe de l'alternance école-entreprise 4, n'a donné lieu en région qu'à cinq créations regroupant des effectifs réduits.

La concentration des nouveaux pôles scientifiques à Marseille

5L'ensemble de ce dispositif se concentre à Marseille (Figure 2) sur les nouveaux sites de Saint-Jérôme et Château-Gombert réunissant près de 75% du potentiel de l'aire métropolitaine marseillaise. Les autres sites sont ceux de Luminy, Aix-en-Provence et Salon. A Marseille, la mise en place des nouveaux pôles scientifiques s'est faite en deux temps : Saint-Jérôme et Luminy dans les années 1960, Château-Gombert dans les années 1980.

6D'un point de vue strictement géographique, l'affirmation des sciences de l'ingénieur à Saint-Jérôme et Château-Gombert résulte de la conjugaison de politiques d'aménagement à plusieurs niveaux : la ville de Marseille, la Région, l'Etat, et l'Europe. Château-Gombert devient le technopôle de Marseille en 1984. La région en fait un des points forts de la Route des Hautes Technologies (RHT). Né en 1987, le programme RHT est inscrit au premier contrat de plan État/Région de 89/93. Le schéma U 2000 5concernant la construction de nouveaux bâtiments est élaboré au début des années 1990 et repris dans le contrat de plan de 89/93 puis 94/99. Enfin, de 1994 à 1999, le technopôle de Château-Gombert est intégré au périmètre objectif 2, dans le cadre de la politique régionale de l'Union Européenne d'aide aux régions en reconversion. Cette superposition de dispositifs a permis de concentrer les investissements et de faire émerger un nouveau pôle scientifique.

7D'un point de vue institutionnel, c'est la diversité qui domine. L'appartenance de ces formations à des universités différentes et à des ministères de tutelle différents pose le problème de la lisibilité du dispositif. Des partenariats et des complémentarités existent parfois, des tentatives de fédération ont existé comme avec l'Institut Méditerranéen de Technologie (IMT). La question de savoir si cette diversité est un atout ou un handicap ne peut être résolue de façon pragmatique qu'à travers l'analyse des filières.

Filières traditionnelles et nouvelles technologies

8Marseille n'apparaît pas liée à une spécialité bien marquée comme Toulouse dans l'aéronautique, Grenoble dans l'électronique ou Rennes dans les télécommunications. L'ESIM et l'ENSAM se présentent comme des écoles généralistes, offrant à leurs étudiants plusieurs options. Les écoles universitaires sont dans l'ensemble plus petites et plus spécialisées mais leur spécialisation ne recoupe parfois qu'une partie d'un processus industriel.

9Les spécialités des écoles universitaires

10IUSTI thermique, instrumentation, nouveaux matériaux

11ICF* systèmes électroniques

12ENSP* traitement du signal et informatique, optronique et optique, dispositifs à semi-conducteur

13ESM2* mécanique, modélisation

14ESIL* informatique, biomédical, génie biologique

15IUSPIM génie industriel, informatique, automatisme

16ENSSPICAM ingénierie chimique, pétrochimie

17IUSPIM systèmes électriques et électrotechniques

18 systèmes automatiques et informatiques

19* Écoles présentes au comité de pilotage des formations en micro-électronique.

20Il nous paraît intéressant d'analyser comment les écoles se sont positionnées face à l'émergence d'un nouveau secteur dans l'industrie régionale. Au cours de ces 20 dernières années, le développement de la micro-électronique s'est imposé comme nouveau secteur de l'industrie provençale, générant près de 5000 emplois dans le département des Bouches-du-Rhône. Les principaux donneurs d'ordre sont d'une part ST Microelectronics et Atmel (puces électroniques), d'autre part Gemplus (cartes à puce) 6. La filière est partie de l'amont avec la fabrication de puces électroniques. Le processus industriel comporte un ensemble d'opérations complexes faisant appel à de nombreuses spécialités. La conception et le test de circuits font appel à l'informatique. Il faut ensuite graver les circuits sur des disques de silicium que l'on va recouvrir d'une résine photosensible et bombarder d'électrons, cette seconde opération nécessite des compétences multiples en chimie et en physique des matériaux. Plusieurs écoles, partant de leur spécialité scientifique, ont développé des filières répondant partiellement aux besoins du secteur. L'offre de formation et de recherche est de ce fait très dispersée, rendant difficile les partenariats école/industrie. De son côté, la demande des industriels s'est traduite par la création de deux organismes : d'une part, le CREMSI (Centre régional d'étude de micro-électronique sur le silicium), et d'autre part un comité de pilotage des formations en micro-électronique. Pour créer une formation qui réponde aux besoins des industriels, il a fallu mettre autour d'une table plusieurs écoles et laboratoires. Cela n'a pu se faire qu'avec l'arbitrage de la Région et parce que la pression de l'industriel était forte, dans le cadre notamment du projet STU (ST Université), centre de formation de l'entreprise ST Microelectronics.

21Cet exemple montre bien que l'offre régionale de formation ne devient pertinente et cohérente que si l'on met en commun les compétences et si cette mise en commun repose sur un partenariat construit avec les industriels. De toute évidence les écoles d'ingénieurs sont aux prises avec deux logiques contradictoires : les logiques industrielles des entreprises à qui elles s'adressent et les logiques institutionnelles des structures qui ont présidé à leur création. Pour comprendre si ces contradictions sont récentes ou anciennes et récurrentes, il convient de porter un regard sur le passé et d'analyser le contexte dans lequel les écoles ont été créées.

La création des écoles d'ingénieurs et la dynamique économique régionale

Marseille manque une première occasion

22Comment les écoles se sont-elles constituées et quelles ont été les articulations avec la dynamique économique régionale? Les éléments de réponse qui seront développés ici ne peuvent s'appuyer sur une étude historique linaire et systématique mais sur quelques exemples choisis à des moments clé. L'ENSAM, qui est la plus ancienne des écoles 7, s'est établie à Aix-en-Provence en 1843. A leur création les écoles des Arts et Métiers, avaient pour vocation de former des ouvriers qualifiés, elles n'ont décerné le diplôme d'ingénieur qu'à partir de 1907. Les deux premières écoles sont celles de Châlons-sur-Marne (1806) et Angers (1811). Au cours des années 1820, le besoin se fait sentir de fonder une nouvelle école dans le sud de la France. La compétition s'engage pendant 10 ans entre plusieurs villes et départements. Marseille entre à ce moment en pleine révolution industrielle 8. Dans le même temps Aix reste à l'écart de ce mouvement, mais pose immédiatement sa candidature et offre des locaux. Alors que Marseille tarde à se déclarer, 6 ou 7 villes sont bientôt sur les rangs. Finalement, Aix l'emporte grâce aux efforts conjugués de son maire et de son député et grâce à l'efficacité de leur réseau. Il y a bien en toile de fond l'argumentaire du contexte industriel, mais dans la pratique cette opération est un « coup politique », ce qui n'empêchera pas l'ENSAM de jouer un rôle positif dans la formation de cadres régionaux.

Dynamiques industrielles et tentatives de rattrapage

23Après cette première création, deux nouvelles institutions entrent en scène dans le paysage marseillais de la deuxième moitié du 19e siècle, la faculté des sciences en 1854, puis l'École d'Ingénieurs de Marseille en 1891. Cependant, « à la veille de la première guerre mondiale, Marseille apparaît comme un centre secondaire dans l'enseignement supérieur des sciences ne se classant en termes d'effectifs qu'au 10e rang français derrière Nancy, Toulouse, Grenoble, Lyon, Montpellier, Rennes, Bordeaux et Lille » 9, tandis que l'école supérieure de commerce qui ouvre ses portes en 1872 bénéficie rapidement d'un succès notoire et se trouve très bien placée au plan national. Pendant la première moitié du XXe siècle, plusieurs faits retiennent l'attention : premièrement la création de l'école d'électricité en 1909, promue et soutenue financièrement par le directeur de la Compagnie d'Électricité de Marseille Lucien Pujol, avant d'être rattachée à la chambre de commerce en 1937. Mais en dehors de cette initiative qui concerne un nouveau secteur, les secteurs de l'industrie locale traditionnelle comme les huileries et savonneries n'ont peu ou pas recours aux écoles. L'Institut Technique Supérieur qui devait contribuer au progrès technologique de l'industrie des corps gras s'avère un échec. Après la deuxième guerre mondiale, deux nouveaux établissements viennent étoffer le tissu marseillais : d'une part l'institut de pétroléochimie et de synthèse organique, à l'origine de l'ENSSPICAM, est liée à l'essor de la pétrochimie sur les bords de l'étang de Berre; d'autre part, l'école de physique de Marseille, qui s'établit en 1965 à Saint-Jérôme, est liée à l'installation du CEA de Cadarache, puis s'est rapidement ouverte à d'autres débouchés. La relation école-industrie évolue donc dans le temps, et la différence de comportements est sensible entre les industries traditionnelles du district marseillais 10peu porteuses d'un projet de formation et de recherche et les industries plus récentes, allant des débuts de la deuxième révolution industrielle aux Trente Glorieuses, suscitant des liens plus fort entre industrie, recherche et formation.

L'affaire de l'IMT

24Enfin dans les années 1980/90, le développement des écoles d'ingénieurs se fait surtout à partir de l'article 33 de la loi de 1984, sur la base d'une politique volontariste de l'État, relayé au niveau des investissements par un plus grand engagement des villes et des régions. Les écoles se créent au sein de chaque université, en fonction d'opportunités internes, comme l'existence de maîtrises des sciences et techniques (MST), et sous l'impulsion d'universitaires entreprenants qui répondent à l'incitation ministérielle, mais sans coordination d'ensemble. Pourtant, une tentative de fédération voit le jour en 1986 avec l'avènement de l'Institut Méditerranéen de Technologie dans une phase de restructuration industrielle et de réflexion sur les nouvelles technologies. Le concept de technopôle et de fertilisation croisée focalise toutes les attentions. L'idée de Route des Hautes Technologies est alors élaborée par un conseiller régional, J.-L. Geiger, qui joue un rôle moteur. Des groupes de travail sont constitués auxquels les industriels sont activement associés 11. Dans un mouvement d'enthousiasme, l'Institut Méditerranéen de Technologie réunit bientôt sous la forme d'un GIP (Groupement d'intérêt public) les écoles de la Chambre, les Universités, le CNRS, le CEA et les collectivités territoriales. Au bout de trois ans, des difficultés financières apparaissent et la structure est remise en cause. Les porteurs du projet reprochent aux universitaires de « ne pas avoir joué le jeu ». Les universitaires se plaignent de financer une structure ingouvernable. Aucune personnalité n'émerge susceptible de cimenter l'ensemble. Finalement le GIP est dissous en 1996, et ses membres se partagent désormais locaux et équipements. Dans cette affaire, contrairement à celle de l'Institut Technique Supérieur en 1924, les industriels ne sont pas en cause, le conflit principal se joue entre acteurs universitaires et Chambre de Commerce et d'Industrie. Toutefois cet échec est celui d'une institution, que l'on doit distinguer du concept lui-même. Il s'agit par conséquent d'analyser si le concept technopolitain fonctionne en étudiant de plus près le comportement des groupes industriels et des écoles.

La nature des relations école-entreprise-territoire

La logique des grands groupes entre local et international

25Dans le passé, les industries traditionnelles précédemment citées reposaient sur de faibles qualifications et présentaient un développement technologique limité. Par la suite, les grands donneurs d'ordre régionaux de la pétrochimie (Shell, BP) de l'aérospatiale (Eurocopter), ou de la métallurgie (Sollac, Pechiney) ont manifesté des préoccupations technologiques fortes, mais leur siège et leurs laboratoires sont le plus souvent extérieurs à la région. En fait, le degré d'autonomie des établissements est variable, et leur implication territoriale peut évoluer au fil du temps.

26L'établissement Eurocopter de Marignane, malgré ses liens privilégiés avec l'ONERA (Office national d'études et de recherches aérospatiales) passe localement de nombreux contrats et recrute 11% de ses cadres auprès des écoles régionales d'ingénieurs 12. De son côté, Pechiney ne recrute que très peu d'ingénieurs au niveau régional, s'adressant principalement à l'École des Mines ou des Ponts. Les relations des services de R&D avec les écoles et universités sont diversifiées, mais la place de la région PACA semble marginale. Très différente est la situation à Sollac où un centre de recherche de 80 personnes s'est développé depuis 1990, concernant les produits plats et leurs propriétés; il se tourne vers les laboratoires régionaux et participe aux différentes formations concernées. Dans l'industrie pétrochimique, Shell entretient peu de relations avec les écoles régionales; les formations privilégiées pour les stages de fin d'étude et le recrutement sont l'ENS des Pétroles de Lyon, Chimie Paris ou l'École de génie chimique de Nancy. La R&D s'effectue en interne dans les unités hollandaises ou anglaises du groupe. Le contraste est marquant avec BP qui possède à Martigues-Lavera un centre de recherche de 250 personnes collaborant avec l'ENSSPICAM. Le groupe est représenté dans le Conseil d'Administration de trois établissements de formation. Donc, à l'intérieur d'une même filière, les logiques d'entreprises peuvent être différentes. Enfin, dans la micro-électronique, ST Microelectronics et Atmel se sont développés dans un premier temps sans liaisons fortes avec le milieu local, puis la situation a évolué. La présence des industriels dans les écoles s'est renforcée. Les techniciens supérieurs sont pratiquement tous recrutés en région, le recrutement des cadres est national ou international dans les grandes entreprises, plus fréquemment régional dans les PME; celles-ci embauchent en région 40% de leurs ingénieurs 13.

27Au terme de ce rapide tour d'horizon, le comportement des industries semble lié à leur situation économique et historique. Les nouveaux secteurs qui sont en phase de croissance apparaissent davantage ouverts et attentifs à l'offre du milieu local que les secteurs plus anciens de la grande industrie dont les réseaux de fonctionnement se sont formés depuis longtemps dans un cadre national ou international. A l'intérieur de ces réseaux, le poids des grandes écoles d'envergure nationale est déterminant. Malgré l'ombre portée par ces institutions prestigieuses, les écoles régionales ont su nouer des relations avec les milieux industriels.

Les écoles régionales à la rencontre des industriels

28Les écoles régionales ont développé d'importants efforts pour s'adresser aux industriels et répondre à leur demande; c'est par exemple le cas de l'ESIL, l'IUSTI et l'ESIM. L'ESIL (École Supérieure d'Ingénieurs de Luminy) est née en 1992 au sein de l'Université de la Méditerranée (U2). Les deux premières filières : biotechnologies et génie biomédical ont fait suite à deux MST créées auparavant à Saint-Charles. Puis une troisième filière a été ouverte en informatique. L'informatique connaît un succès important et regroupe plus de la moitié des élèves de la promotion. C'est la filière qui offre le plus d'insertion en PACA, alors que les autres ont davantage de débouchés à l'échelle nationale. Au sein du conseil d'administration, une entreprise partenaire représente chacune des trois filières. L'IUSTI (Institut Universitaire des Systèmes Thermiques Industriels) est né en 1985 au sein de l'Université de Provence (U1), à partir de liens étroits avec les industriels de Fos-sur-Mer 14. L'expérience a débuté en 1973 par la création d'une MST échanges thermiques. Plusieurs industriels se sont impliqués lors de cette première étape en participant aux enseignements. La deuxième étape a été lancée en 1985, l'idée était double : transformer la MST en école d'ingénieurs et développer un laboratoire pour accueillir les meilleurs élèves en thèse. Le laboratoire est passé de 40 à 150 personnes et occupe aujourd'hui le premier rang en France dans ce domaine. L'école s'est développée à partir de cette date en recherchant d'autres partenaires à l'échelle nationale ou internationale. Ses résultats semblent accréditer le succès de cette stratégie. Enfin, l'ESIM (Ecole supérieure d'ingénieurs de Marseille) est la plus ancienne, après l'ENSAM, et la plus importante des écoles d'ingénieurs par ses effectifs (522). Quelques caractéristiques de son fonctionnement méritent d'être soulignées notamment dans le domaine de la recherche et du transfert de technologie.

Recherche et Transfert de Technologie

29Les écoles sont en effet en contact avec les entreprises à travers des activités de recherche d'une part et de développement ou transfert de technologie d'autre part. La recherche est le point fort des écoles universitaires pourvues généralement de laboratoires. Les relations écoles-entreprises se font le plus souvent avec de grandes entreprises. C'est la réputation des écoles qui entre en jeu en fonction des réseaux qu'elles ont su tisser. Depuis l'échec de l'IMT, l'ESIM s'est également dotée d'une structure de recherche et d'une société de gestion des contrats. Le développement, c'est-à-dire la mise en œuvre dans un nouveau contexte de solutions technologiques existant déjà, est un domaine essentiel pour l'insertion des jeunes diplômés. Dans ce cas, les liens école-entreprise se font davantage avec des PME car leurs faibles moyens nécessitent le recours à des organismes spécialisés. Ce marché est occupé par divers acteurs public et privé. Il comporte deux aspects : celui de l'expertise-conseil, et celui de la mise en œuvre des solutions préconisées dans l'étude diagnostic. Les écoles qui ont mis en place des structures de transfert ou qui sont liées par convention à de telles structures ont su organiser leurs relations avec les PME. Ce créneau est exploité principalement par l'ESIM, l'ENSAM et l'ENSSPICAM. L'ESIM est à cet égard l'école qui a l'organisation la plus complète. La question de l'impact des écoles sur le développement local peut être appréhendée de façon qualitative en observant le rôle joué par les jeunes ingénieurs au niveau de la création d'entreprise et au sein des grands groupes régionaux.

L'impact des écoles d'ingénieurs sur le développement local

30Il existe deux supports à la création d'entreprise en milieu universitaire : la pépinière de Marseille-Innovation sur le technopôle de Château-Gombert et l'incubateur du Grand Luminy. Leurs résultats semblent encourageants mais les porteurs de projet sont plutôt de jeunes docteurs que de jeunes ingénieurs. A la fin de l'année 1998, Marseille Innovation compte 16 docteurs dans sa pépinière, représentant la moitié des projets. Une bonne adéquation s'établit entre l'université et la pépinière mais l'impact spécifique des écoles d'ingénieurs est marginal. La situation est analogue à Luminy où plus de 50% des projets sont issus du milieu universitaire scientifique, mais plus rarement des écoles d'ingénieurs.

31A l'intérieur des entreprises, l'émergence d'une nouvelle génération issue des écoles régionales de formation constitue un second élément encourageant. Le phénomène est plus sensible dans la micro-électronique, mais de façon générale J. Garnier l'avait déjà remarqué dans son étude sur la haute technologie en pays d'Aix 15. Citons à titre d'exemple le cas du fondateur d'IBS (Ion Beam Service) : ancien élève de la faculté St-Charles, il a créé son entreprise après avoir été responsable de l'ionisation à Thomson-Semiconducteurs. Aujourd'hui il est très impliqué dans le développement régional de la micro-électronique, participe activement au CREMSI et dirige le Comité de pilotage sur la formation. Cette nouvelle génération, présente dans les PME comme dans les grandes entreprises, est peut-être davantage sensible aux liens que l'industrie peut tisser avec son territoire environnant.

Conclusion générale

32En dépit de ces signes encourageants et des liens intéressants noués avec les entreprises, les écoles d'ingénieurs de l'aire métropolitaine marseillaise sont caractérisées par un important retard, de par le faible nombre d'ingénieurs formés, et une notoriété insuffisante en raison d'un trop grand émiettement. La période actuelle est bien une période d'intensification des échanges entre enseignement, recherche et industrie. Le fonctionnement technopolitain est donc une réalité, mais il est encore trop ténu et les acteurs universitaires sont insuffisamment organisés pour le valoriser. Depuis le début de l'année 1999, des efforts de restructuration universitaire ont été entrepris. La réunion des scientifiques au sein d'un même ensemble constitue sans doute une des conditions nécessaires mais non suffisantes à la mise en œuvre de nouvelles synergies.

Haut de page

Documents annexes

Haut de page

Notes

1 Chastagnaret G. Mioche Ph. sous la dir. de (1998) : Histoire industrielle de la Provence, Actes du Colloque de juin 1996, Aix-en-Provence, PUP, 254 p.
2 « L'industrie en Méditerranée une histoire en construction » (1997), in Méditerranée, n° 3/4, pp. 5-12.
3 Dans le cadre régional, on citera notamment la thèse de Denis Barroero sur l'enseignement technique dans les Bouches-du-Rhône (1995), ou la maîtrise de Michèle Verite-Petit sur l'école des Arts et Métiers d'Aix-en-Provence (1991), ou encore le livre d'Olivier Lambert Marseille entre tradition et modernité, les espérances décues 1919-1939, tome X « Histoire du commerce et de l'industrie de Marseille XIXe-XXe », Marseille, CCIM, 1995.
4 Les Nouvelles Formations d'Ingénieurs, Formation Emploi, n° 53 janvier-mars 1996, CEREC/La Documentation Française.
5 Développement universitaire et développement territorial, l'impact du plan U2000 (1990/95), DATAR-La Documentation française, 1998, 209 p.
6 Daviet S. (1999) : Micro-électronique en Provence une redéfinition de l'industrie par le territoire, in Méditerranée, n° 3, pp. 33-40. Voir également l'article de J.-B. Zimmermann et F Rychen dans ce numéro.
7 La classification de l'ENSAM comme école régionale est parfois contestée car l'année d'obtention du diplôme s'effectue en région parisienne.
8 Raveux O. (1998) : Marseille, ville des métaux et de la vapeur au XIXe siècle, Paris, Éd. du CNRS, 383 p.
9 Lambert O. (1995), d'après l'annuaire statistique de la France en 1914.
10 Morel B. (1997) : « La nouvelle économie marseillaise et ses territoires », in Méditerranée, n° 3/4, pp. 21-26.
11 Les informations contenues dans ce paragraphe sont le fruit de divers entretiens réalisés auprès d'acteurs ayant participé à la RHT et à l'IMT.
12 Données fournies par Eurocopter. Plus généralement, les données fournies dans cette troisième partie sont issues d'enquêtes effectuées auprès des écoles et des entreprises concernées.
13 D'après une étude commanditée par le Conseil Régional L'activité micro-électronique en région PACA et les besoins en formation supérieure, Azur Études Économiques, 1998.
14 Entretien de Jacques PANTALONI son fondateur dans Upresse n° 3, juin 1998, complété d'une enquête auprès du Rotary Club de Martigues.
15 Garnier J. (1991) : Haute technologie en pays d'Aix, LEST, CNRS, Aix-en-Provence, 127 p.
Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Sylvie Daviet, « Les écoles d'ingénieurs dans le nouveau paysage industriel provençal », Rives nord-méditerranéennes, 4 | 2000, 67-81.

Référence électronique

Sylvie Daviet, « Les écoles d'ingénieurs dans le nouveau paysage industriel provençal », Rives nord-méditerranéennes [En ligne], 4 | 2000, mis en ligne le 22 juillet 2005, consulté le 21 septembre 2017. URL : http://rives.revues.org/76 ; DOI : 10.4000/rives.76

Haut de page

Auteur

Sylvie Daviet

Géographe UMR TELEMME

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

© Tous droits réservés

Haut de page
  • Revues.org