Navigation – Plan du site

Du bassin houiller de Gardanne au pôle micro-électronique provençal : reconversion ou mutation?

Frédéric Rychen et Jean-Benoît Zimmermann
p. 47-60

Entrées d’index

Mots-clés :

histoire, industrie

Géographie :

Provence

Chronologie :

Époque contemporaine
Haut de page

Texte intégral

1L'existence et le développement d'un pôle, d'une filière micro-électronique, dans la Haute-Vallée de l'Arc et dans l'Aire Métropolotaine Marseillaise, relèvent à tous égards d'une réalité paradoxale. Si d'aucuns la voient comme l'une des manifestations du développement d'activités de hautes technologies dans le Pays d'Aix, force est de reconnaître que ce pôle est né et s'est développé selon une logique autonome et que les liens fonctionnels avec la zone des Milles ont toujours été très ténus, voire inexistants. L'implantation originelle ensuite, celle d'Eurotechnique en 1979, apparaît relever d'une logique fortement exogène, résultant d'une décision d'État, dans le cadre d'un plan national de développement industriel et technologique (Plan Composants) et ne mettant pas en œuvre, de manière spécifique, une concertation avec les collectivités territoriales, ni la recherche d'un appui sur un potentiel scientifique et technique local. Enfin, et ce n'est pas le moindre des aspects du paradoxe, cette activité de haute technologie s'est vue implantée dans le cadre d'un environnement de reconversion d'un bassin d'extraction houillère, lequel facilitait l'intervention dans une industrie gourmande en aides publiques de tous genres. Et si certains auteurs ont cherché à démontrer une certaine filiation « de la houille noire aux salles blanches », il nous paraît au contraire que l'activité micro-électronique dans les Bouches-du-Rhône est porteuse de rupture aussi bien dans sa logique technique (organisation industrielle, rapport capital-travail), que dans sa logique territoriale (aménagement du territoire) et sociale (zonage), mais aussi dans l'articulation local-global qu'elle met en jeu.

La construction d'un tissu micro-électronique

2L'industrie micro-électronique dans les Bouches-du-Rhône a démarré avec l'implantation de la société Eurotechnique, aux pieds de la montagne Sainte-Victoire au sud-est d'Aix-en-Provence, dans les dernières années soixante-dix. Cette entreprise va générer des effets d'entraînement, volontaires ou non, par vagues successives, qui se traduiront peu à peu par l'émergence d'une structure industrielle pointue, de haut niveau technologique et à forte concentration géographique.

Un territoire d'industrialisation ancienne

3Le Bassin de Gardanne, dans les Bouches-du-Rhône constitue un territoire d'industrialisation ancienne, construit autour de l'extraction et de l'utilisation, à proximité, des ressources en charbon du sous-sol. Extrait par des sociétés privées selon un régime de concession de 1809, les mines de charbon sont exploitées depuis leur nationalisation en 1946 dans le cadre des « Houillères du Bassin de Provence », au sein de Charbonnages de France.

4A la mine se sont greffées des industries lourdes de transformation, utilisatrices de charbon. Aluminium Péchiney, avec une usine d'alumine fondée en 1893, bénéficiait de la proximité des gisements de bauxite du Var et consommait deux tonnes de charbon pour raffiner une tonne de bauxite. Lafarge, héritière des nombreuses cimenteries qui dès le 19ème siècle s'étaient développées au Sud-Est de Gardanne pour profiter de la proximité de la houille et de calcaires à ciment naturels, avait ouvert en 1927 une nouvelle cimenterie à Valdonne, d'une capacité de production de 150 000 tonnes.

5A cette industrialisation correspondait, au plan démographique, la fixation d'une population ouvrière, constituée en grande partie par des strates successives de population immigrée.

6Mais cette configuration, inscrite dans la durée, atteint ses limites dans la deuxième moitié du XXe siècle. Relativement aux réserves naturelles d'abord, estimées à 30 ans à la fin des années 70, et au coût de leur exploitation (la profondeur d'exploitation, doublée en 50 ans, atteint aujourd'hui 1 200 à 1 300 mètres). De plus de 6 000 en 1946, l'effectif des mineurs est passé à 2 400 en 1970 et à seulement 1 100 aujourd'hui. La fermeture définitive, d'abord programmée pour 1990, a été repoussée à l'horizon 2005 avec un plan social d'accompagnement et de reconversion (« pacte charbonnier », actions de la Sofirem et du FIBM). Relativement à la qualité du charbon extrait, ensuite, à sa concurrence par d'autres énergies fossiles (pétrole, gaz naturel, charbon importés) ou par d'autres technologies (notamment par l'électrolyse dans le raffinage de la bauxite) et, enfin, relativement à des préoccupations d'environnement, qui affecteront essentiellement, au début des années 90, la centrale EDF de Gardanne (construction d'un groupe à lit fluidisé circulant 1).

7Lafarge s'installe plus à l'ouest à La Malle dès 1958, plus près des axes de communication et ferme le site de Valdonne en 1962. La nouvelle unité, moderne et automatisée, s'affranchit de sa dépendance à l'égard du charbon local : fuel et gaz naturel depuis 1965, charbon américain depuis 1981 2. Aluminium Péchiney dont la consommation de charbon à quantité donnée de bauxite a été divisée par 12 depuis le début du siècle, réduit son personnel de 800 à 675 au cours des vingt dernières années et se tourne vers les alumines techniques avec une forte activité de recherche et développement.

8Tant et si bien que le charbon de Gardanne, devenu de moins en moins compétitif face au charbon importé et aux autres sources d'énergie, ne survit que par l'aide publique et trouve de moins en moins de débouchés, hormis la centrale EDF qui joue un rôle de marché captif, de par la volonté publique, en absorbant 80 à 90% du charbon extrait. Surtout, le charbon est de moins en moins point focal de l'ancrage territorial des activités industrielles.

9Dès les années 60, les houillères mettent en place des outils financiers de reconversion (création en 1967 de la Sofirem comme filiale de Charbonnages de France), pour aider à la fois aux départs individuels et à la création d'emplois alternatifs pour l'embauche d'anciens mineurs. Plus tard et dans ce même contexte de reconversion, le Bassin de Gardanne se verra en position d'éligibilité aux différents niveaux d'aides départementales, régionales, nationales et européennes, qui deviennent le fondement d'une nouvelle vague d'implantation d'entreprises, d'une nouvelle vague d'industrialisation.

Le pôle micro-électronique bénéficiaire des aides à la reconversion

10Dans le cadre du « Plan Composant », le gouvernement français avait poussé deux grandes entreprises publiques, Saint-Gobain et Matra, à entrer dans l'industrie micro-électronique par la création de joint-ventures avec des partenaires américains, sur la base de l'apport technologique de ceux-ci. Ainsi « Eurotechnique » a vu le jour en 1979 à Rousset comme opération conjointe de Saint-Gobain et National SemiConductors (51% - 49% du capital, respectivement).

11La qualité de vie sur le site et alentours a été un facteur positif permettant l'attraction des ressources humaines indispensables à la mise sur pied de l'entreprise. Mais le motif déterminant de la localisation réside dans la possibilité de bénéficier des aides publiques accessibles en tant que zone classée « bassin de reconversion industrielle » (aujourd'hui « Objectif 2B » de la Communauté Européenne).

12En 1981, dans le contexte du « Plan d'Action Filière Electronique », Nanomask est créée sur la zone industrielle de Rousset, à l'aide du CNET, afin de développer une activité spécifique de production de masques par faisceaux d'électrons, pour couvrir les besoins de Eurotechnique et trouver une valorisation sur une échelle plus large.

13En 1983 une réorganisation de la filière électronique, sous tutelle publique, conduisait ensuite à l'absorption d'Eurotechnique dans la branche « composants » du groupe Thomson. La fusion de l'activité micro-électronique de Thomson avec le groupe italien SGS-Ates, en 1987, devait enfin donner naissance au groupe SGS-Thomson Microelectronics, dit « S.T. », lequel parviendra en 1996 au palmarès des dix plus grandes firmes mondiales de l'industrie des composants électroniques. De son côté Nanomask rachetée en 1989 par le groupe chimique américain DuPont deviendra DuPont Photomask (DPPM).

14Les fluctuations rapides et brutales que connaît l'industrie des semi-conducteurs, auxquelles s'ajoutent les difficultés d'un décollage, dans une industrie aux conditions de concurrence sévères, et à la reprise par Thomson composants, ont généré chez Eurotechnique-Thomson une succession de périodes d'euphorie et d'embauches, suivies de ralentissements et de replis, se traduisant alors par des encouragements aux départs. C'est la raison pour laquelle plusieurs ingénieurs et cadres, issus du site Eurotechnique-Thomson de Rousset, vont décider, au cours de la période 1983-1987, de créer leur propre entreprise sur des créneaux technologiques spécifiques de la filière silicium, à proximité de ce noyau initial, dans un rayon de moins de 10 kilomètres. Mais, bien qu'ayant parfois bénéficié de la bénédiction et d'un soutien formel (aides au départ, prises de participation) ou informel de leur entreprise d'origine, ces nouveaux entrepreneurs ne se sont pour la plupart pas trouvé en situation de partenaires ou de fournisseurs privilégiés de celle-là. Il n'empêche que, malgré la faiblesse du maillage, ainsi que l'a fort bien analysé Jacques Garnier (1991), leur origine commune explique sans doute la naissance d'un véritable milieu qui, plus que par des relations formelles de coopération, s'est exprimé par une sorte de solidarité entre les acteurs, notamment sur le plan technologique (réglage et adaptation de machines et équipements spécifiques).

15D'autres entreprises voient aussi le jour ou viennent s'implanter à Rousset et alentours durant cette période, faisant bénéficier le pôle d'un environnement industriel et de services, tandis que des entreprises, préexistantes, développent une offre spécifique pour la micro-électronique (salles blanches, nettoyage...). A ce panel il faut également ajouter le développement d'une offre et d'une compétence en matière d'automatismes et de robotique, avec Cybernétix, créée à Marseille en 1985 et dont l'un des quatre axes de développement a concerné, dès l'origine, la micro-électronique.

16Cette dynamique de créations et d'essaimages va sembler buter, vers la fin des années 80, sur la même crise qui affecte ST Rousset. Alors qu'il fallait pour ces entreprises trouver les moyens de se fortifier sur un espace global, le manque de fondements territoriaux réels de ce jeune tissu, rendait de plus en plus caduque la référence locale. C'est à une rupture de logique que l'on va assister avec la création et le succès de Gemplus, qui va être à l'origine d'un nouvel axe d'activités.

17Gemplus qui est aujourd'hui le leader mondial de la carte-à-puce (et de la carte plastique) a été créée en mai 1988 par une équipe d'anciens cadres de Eurotechnique-Thomson Composants, impliqués depuis 1984 dans l'activité de production de puces pour télécartes. L'entreprise s'installe d'abord à Aix-en-Provence puis sur la zone d'activités de Gémenos en 1989 et à La Ciotat en 1991, en se démarquant ainsi avec le pôle Silicium centré sur la Haute Vallée de l'Arc autour de SGS-Thomson, tout en gardant une réelle proximité avec celui-ci et avec Aix-en-Provence3. Centrée au départ sur une application unique, la télécarte, l'activité de Gemplus s'étend rapidement à un plus large éventail d'applications, amenant l'entreprise à sophistiquer ses relations avec son propre aval utilisateur et à diversifier en interne et en externe (sous-traitance, partenariat) la gamme des compétences susceptibles d'être mobilisées.

18C'est un véritable pôle industriel innovateur qui se construit ainsi autour de Gemplus, avec une multiplicité de sous-traitants, des coopérations technologiques, mais aussi l'apparition de petites entreprises qui vont chercher à se positionner sur le marché de la carte-à-puce en développant des designs ou des applications spécifiques. Un pôle équipementier s'est également développé avec les activités de Cybernétix et de Testinnovation, qui conçoivent et fabriquent l'une et l'autre des équipements de production et de test.

Crise et reprise des investissements

19A la fin des années 80, la crise conjoncturelle globale que connaît le marché de la micro-électronique et la nécessité d'un passage aux technologies 6 pouces, remettent en cause la présence de SGS-Thomson sur le site de Rousset. Cette menace de départ de la firme a été l'occasion d'une prise de conscience collective du manque d'ancrage territorial de la micro-électronique dans les Bouches-du-Rhône. Elle a débouché sur une vaste mobilisation et la création en 1993, avec le soutien de pouvoirs publics, d'une structure de coopération des acteurs industriels et technologiques de la filière Silicium, le CREMSI.

20L'issue de la crise, due sans doute davantage à la reprise sur le marché mondial, a permis le passage aux 6 pouces de l'usine de Rousset, puis en 1995, SGS-Thomson choisit Rousset pour installer sa future unité 8 pouces, pour un investissement de 4 à 5 milliards de francs et la création de 800 emplois supplémentaires, après avoir reçu l'assurance d'un montant d'aides publiques à niveau de 900 millions de Francs.

21Aujourd'hui le site de Rousset compte comme une des plus grosses unités de production du groupe, avec 10% environ de la capacité totale. L'activité y est principalement tournée sur trois grandes lignes de produits, microcontrôleurs, carte à mémoire et EEPROM 4, dans lesquelles le site de Rousset représente respectivement 90%, 90% et 50%, environ, de la production totale de ST dans ces segments.

22Dans cette même période ES2, première en date des entreprises essaimées, peine à remonter la pente d'un lourd endettement et à réaliser les investissements nécessaires à son évolution technologique. La difficulté à trouver la source d'une recapitalisation en France ou en Europe, conduit finalement à un accord avec la firme américaine Atmel qui s'engage en 1995 sur une reprise du capital d'ES2, une recapitalisation à hauteur de 250 MF ainsi que sur un plan d'investissement industriel sur la ligne de production existante et la construction d'une nouvelle usine. Atmel bénéficiera d'une aide publique de près de 300 MF.

23Cette période de sortie de crise et de reprise des investissements s'est également accompagnée par un renouveau de la dynamique de création, essaimage et attraction d'entreprises. Ils concernent, d'une part, des entreprises de services et d'environnement industriel et, d'autre part, des entreprises spécialisées dans un créneau de la filière micro-électronique, ainsi que des représentations commerciales et de services de grands équipementiers.

Une structure en trois pôles

24Cette histoire et les mouvements successifs d'implantation vont structurer l'organisation spatiale du tissu. Ainsi le tissu micro-électronique provençal (Fig.) s'organise en deux, voire trois pôles distincts : pôle micro-électronique à proprement parler, au Nord, pôle carte-à-puce au Sud et un ensemble d'équipementiers plus dispersé.

25Le premier pôle, au Nord, dans la Haute Vallée de l'Arc, avec une forte polarisation sur la Z.I. de Rousset-Peynier, concerne presque exclusivement la filière silicium. Au cœur, deux fondeurs ST et Atmel-ES2 concentrent une part significative de production sur les créneaux des ASICs, micro-contrôleurs et produits pour carte-à-puce. Chacune de ces deux structures se rattache aujourd'hui à une organisation productive globale, franco-italienne pour ST, américano-européenne pour Atmel. Elles pèsent d'un poids majeur dans le tissu avec un chiffre d'affaires de près de 2 milliards de francs et un effectif de plus de 2 000 employés. Autour de ce noyau, un ensemble de PME occupent des créneaux pointus, d'orientation process et interviennent pour la plupart dans des opérations de sous-traitance pour les grands producteurs européens, voire mondiaux, du silicium. Le troisième cercle correspond à un environnement industriel et de services qui s'est développé ou spécialisé en vue de la clientèle locale des firmes de la micro-électronique (premier et deuxième cercle).

26Le deuxième pôle, celui de la carte-à-puce, s'est constitué à partir et autour de Gemplus et a son barycentre au sud de l'Aire Métropolitaine Marseillaise, du fait de l'implantation du leader à Gémenos et La Ciotat. Outre Gemplus, on y trouve un nombre croissant de petites entreprises, à la création desquelles le leader a souvent apporté son soutien et qui interviennent parfois comme partenaires, parfois comme concurrentes. Ce pôle entretient des relations privilégiées avec le premier pôle, micro-électronique, dont il est client et avec lequel il entretient également d'importantes relations de coopération technologique. Il bénéficie aussi d'importantes relations avec le troisième pôle des équipementiers. Enfin, il s'appuie sur l'ensemble de la structure économique et sociale qui l'environne et plus particulièrement à l'échelle de l'Aire Métropolitaine, du Département et de la Région.

27Le troisième pôle enfin est celui des équipementiers. Il comprend des représentations commerciales d'équipementiers de production et les services-clients associés, des entreprises spécialisées dans le test (cartes à pointes) et la métrologie et surtout trois équipementiers, d'émanation locale, Testinnovation (Rousset), Cybernétix (Marseille) et EISM (Aubagne), qui ont su positionner tout ou partie de leur activité sur les demandes spécifiques du pôle micro-électronique et du pôle carte-à-puce.

28Si le maillage interne n'est pas la caractéristique dominante de ces trois pôles, à l'exception toutefois sans doute du pôle carte-à-puce, les effets d'interaction entre ces pôles jouent en revanche de manière très significative. Ces interactions sont incontestablement facteurs de croissance et de progrès technologique pour les partenaires en cause.

Vers un processus d'ancrage et de territorialisation?

29En ce qui concerne le tissu micro-électronique dans l'Aire Métropolitaine Marseillaise, la faible densité institutionnelle et l'absence de dispositif de coordination conséquent renvoie au caractère récent de son histoire. Mais le besoin d'une coordination territoriale forte se fait ressentir comme nécessaire pour favoriser l'ancrage territorial des entreprises et contrecarrer leur tendance au nomadisme, inhérente à cette industrie. La difficulté d'émergence d'institutions efficaces à porter la coordination renvoie en grande partie au manque de mobilisation et de cohérence des actions du secteur public et à une conception trop naïve des politiques de développement local.

L'action publique locale : attraction et agglomération

30Historiquement, la répartition spatiale des activités de micro-électronique est dictée par une logique publique externe au territoire. La logique nationale de filière et les aides pouvant être octroyées dans le cadre de la reconversion ont favorisé un positionnement des collectivités locales dans une politique d'attraction fondée sur l'agglomération et la valorisation des rendements d'échelle dans les investissements publics. Cette politique a permis d'accompagner, voire de renforcer le développement du tissu, mais elle n'a pas joué fondamentalement sur la nature d'un développement principalement impulsé par SGS-Thomson et ses essaimages. La profonde influence de SGS-Thomson dans la structuration du territoire fait que le mode de développement reste fragile car trop dépendant d'un acteur. Dans cette situation dominée par une logique de développement privée, l'action publique locale s'est tournée vers l'extérieur en mettant en action des structures de promotion incontestablement efficaces et une mobilisation des aides directes et indirectes à la localisation, mais sans véritablement intégrer les questions relatives à la nature et l'intensité de la relation entre les entreprises et le territoire. La mise en concurrence du site au travers de la stratégie mondiale de certaines entreprises (SGS-Thomson, Atmel) a engendré une augmentation du volume des aides au-delà de ce qui est raisonnable et sans véritable réflexion sur la mise en valeur des atouts qualitatifs du site.

31D'un autre côté, les investissements en infrastructures partagées, qui sont générateurs d'économies d'échelle pour les collectivités mais aussi pour les entreprises, permettent par la constitution d'un capital public local spécifique à la micro-électronique de limiter le nomadisme des entreprises en augmentant la rentabilité des investissements privés sur la zone. C'est ainsi que la construction d'une usine de traitement des eaux de rejet et celle d'un centre de stockage des gaz dangereux, financées en partie par les collectivités locales sont l'exemple d'une évolution des acteurs publics locaux vers des stratégies endogènes de construction territoriale. Ces politiques publiques en créant des conditions d'activité spécifiques sur la zone limitent la mobilité des entreprises, mais ne permettent pas de répondre véritablement au problème de l'ancrage territorial de ces activités.

L'émergence de réseaux : coordination et ancrage

32Les cinq dernières années ont vu le développement d'un phénomène relativement nouveau de mise en réseaux, plus ou moins formalisés, des acteurs industriels et technologiques. Certains sont spécifiquement voués à la micro-électronique : CREMSI, PROMES ou encore Qualicam où petites et grandes entreprises se rencontrent et discutent de la qualification des activités micro-électroniques. D'autres ont une vocation plus large CETP, GIHVA 5. Un syndicat primaire professionnel de la micro-électronique vient d'être constitué sur le plan départemental; il est présidé par le directeur technique du site ST Rousset, il reste rattaché à Udimétal.

33Le plus ancien de ces réseaux, à vocation non spécifique à la micro-électronique, est le CETP ­ Club des Entreprises Techno-Performantes ­, créé en 1991 à l'initiative du directeur de B+, société de recherche sous contrat. Le CETP fonctionne depuis grâce au soutien logistique de l'ARIST-PACA et de son directeur. Il est très clairement un lieu de rencontre où des responsables d'entreprises établissent des liens et nouent des affaires. Il assume par là une fonction de mise en relation véritable, dans un contexte de grand degré de liberté.

34Le plus marquant de ces réseaux est sans aucun doute le CREMSI ­ Centre Régional d'Études de la Micro-électronique du Silicium ­, créé en 1993, à l'initiative du Directeur du Développement Économique de la Commune de Rousset et avec le soutien de pouvoirs publics locaux (commune(s), Conseil Régional, puis Conseil Général) de la DRIRE et du CNRS. Le CREMSI arborait dès l'origine une vocation de recherche technologique et l'objectif affiché de créer des réseaux dans le tissu des industriels et des scientifiques concernés.

35Certes les critiques adressées au CREMSI sont multiples et significatives des relations au sein du tissu. On reproche à l'organisme de ne pas avoir assez pris en compte l'existence de petites et moyennes entreprises qui jouent pourtant un rôle essentiel dans la vie et l'ancrage effectif du tissu. Un second reproche, corollaire, est celui d'avoir été principalement un outil de récolte de subventions au profit des grands fondeurs (SGS-Thomson et aujourd'hui ES2-Atmel). Les équipements coûteux acquis dans le cadre de programmes de recherche coopérative seraient localisés dans ces entreprises (qui sont souvent les seules à pouvoir en assurer les conditions d'accueil) et peu accessibles aux autres partenaires.

36Récemment, le CREMSI a changé de Président, cette charge ayant été confiée au Directeur Général d'une petite entreprise, IBS. La tâche est rude pour la nouvelle équipe, mais une attente très forte commence à émerger, dans le sens d'une valorisation des effets de tissu, des effets de proximité, dans une optique d'innovation fondée sur la combinaison de compétences. Dans ce sens un réseau comme le CREMSI doit pouvoir jouer un rôle significatif d'intermédiation technologique entre les acteurs industriels et technologiques, firmes et laboratoires et devenir un lieu (et un processus) d'émergence de « rencontres productives »6.

37Beaucoup plus récemment (novembre 1997) enfin, PROMES (Provence Micro-Electronique Systèmes) est né à l'initiative de Gemplus, avec comme objectif de se constituer en vitrine technologique, aussi bien en interne qu'en externe, et de faire la promotion de la filière micro-électronique dans les Bouches-du-Rhône. PROMES a reçu le soutien des institutions publiques : Conseil Général, Conseil Régional, DRIRE, Ville d'Aix... et le Président de la Chambre de Commerce et d'Industrie de Marseille a accepté d'en être le Vice-Président. L'une des actions les plus significatives entreprises est l'actuelle construction d'une première cartographie et base de données des compétences et ressources technologiques du tissu micro-électronique au plan local et de ses complémentarités internes et externes.

38Les réseaux comme le CETP, le CREMSI ou PROMES, conduisent de manière plus ou moins formalisée à la mise en réseau des acteurs industriels et technologiques et à la possible identification des ressources accessibles et mobilisables en local auprès de partenaires industriels potentiels. Enfin, dernier fait significatif, SGS-Thomson semble lui aussi s'orienter vers une plus grande prise en considération du territoire et le récent transfert de son université interne STU vers les Bouches-du-Rhône peut constituer un signe patent de ce changement d'attitude.

39L'évolution observable au cours de ces dernières années va donc dans le sens d'une densification institutionnelle 7, au sens d'un renforcement des dispositifs de coordination, et de la mise en place d'un système mixte, public-privé, de gouvernance 8. Elle peut ouvrir la voie à une capacité du territoire à entrer dans des jeux de combinaison-recombinaison de compétences et dans une dynamique de construction de ressources qui s'appuierait davantage sur la dimension territoriale, à condition toutefois qu'elle contribue en retour à renforcer la compétitivité des entreprise concernées sur le marché global 9.

Conclusion

40La force potentielle du tissu micro-électronique dans les Bouches-du-Rhône tient avant tout à deux catégories d'arguments, de nature dynamique, et qui ont trait à la disponibilité et à la création de ressources spécifiques :

411. L'activité micro-électronique dans les Bouches-du-Rhône bénéficie d'un double effet de traction, qui correspond aux articulations entre les trois pôles : traction par la technologie, tout d'abord, notamment par le biais des équipementiers; traction par l'aval ensuite, celui des applications et ici le pôle carte à puce joue un rôle fondamental, qu'il y aurait lieu de chercher à étendre vers d'autres champs d'application de la micro-électronique.

422. Le tissu micro-électronique en consolidation dans les Bouches-du-Rhône, bien que n'ayant au départ qu'une vocation de production, peut ensuite apparaître comme doté d'un réel potentiel d'innovation dont il est susceptible de bénéficier.

43Mais la valorisation effective d'un tel potentiel suppose un certain nombre de conditions qui tiennent notamment à deux dimensions de la coordination :

44­ nécessité d'une meilleure articulation entre industrie, recherche et formation;

45­ nécessité de faire émerger une identité collective dans le tissu et de le faire vivre autour de projets partagés.

46Ces deux axes d'action pourraient constituer une toile de fond au programme de travail du CREMSI et de PROMES, à condition toutefois que les deux réseaux parviennent à bien définir un positionnement réciproque en termes de complémentarité et non de concurrence.

Haut de page

Bibliographie

Bibliographie

Amin A. et Thrift N. (1993), « Globalization, institutional thickness and local prospects », Revue d'Économie Régionale et Urbaine, n° 3, pp. 405-427.

Zimmermann J.B. (sous la coord. de) (1998), Construction territoriale et dynamiques productives, Rapport de recherche, Commissariat Général du Plan, Paris, Décembre.

Colletis G. et Pecqueur B. (1993), « Intégration des espaces et quasi-intégration des firmes : vers de nouvelles rencontres productives? », Revue d'Économie Régionale et Urbaine, n° 3, pp. 489-508.

Garnier J. (1991), Hautes technologies dans le Pays d'Aix, Rapport pour la Ville d'Aix-en-Provence, Mimeo LEST.

Gilly J.P. et Wallet F (1999), « Proximity, local gouvernance and territorial dynamics », à paraître, International Journal of Urban and Regional Research, Ed. Blackwell Publishers, Oxford .

Wolkowitsch M., (1991) « Les industries de l'aire métropolitaine marseillaise en 1989 et leur avenir », Méditerranée, n° 2. 3

Haut de page

Document annexe

Haut de page

Notes

1 Il s'agit d'une technologie destinée à de grosses centrales thermiques (le groupe de Gardanne a une puissance de 250 MW), vouées à brûler un charbon de piètre qualité (forte teneur en souffre et en calcaire). Cette innovation, qui a revalorisé Gardanne devenait une vitrine technologique en vue de marchés à l'exportation, notamment vers les pays d'Europe de l'Est qui sont contraints par un charbon équivalent. La mise au point de ce groupe s'est appuyée sur le savoir scientifique et technologique marseillais en matière de thermique industrielle (IUSTI à l'Université d'Aix-Marseille 3) et sur la reconversion réussie de la CNIM, entreprise de réparation navale devenue notamment leader dans cette technologie de chaudières.
2 M. Wolkowitsch, (1991).
3 Des conventions ayant été signées en vue de la réembauche de personnels en provenance de ST-Rousset et de Thomson-Aix.
4 Mémoires non volatiles effaçables électriquement.
5 Groupement des Industriels de la Haute Vallée de l'Arc, voir supra.
6 Colletis et Pecqueur (1993).
7 Amin et Thrift (1993).
8 Gilly et Wallet (1999).
9 Zimmermann (coord.) (1998).
Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Frédéric Rychen et Jean-Benoît Zimmermann, « Du bassin houiller de Gardanne au pôle micro-électronique provençal : reconversion ou mutation? », Rives nord-méditerranéennes, 4 | 2000, 47-60.

Référence électronique

Frédéric Rychen et Jean-Benoît Zimmermann, « Du bassin houiller de Gardanne au pôle micro-électronique provençal : reconversion ou mutation? », Rives nord-méditerranéennes [En ligne], 4 | 2000, mis en ligne le 22 juillet 2005, consulté le 23 juillet 2017. URL : http://rives.revues.org/75 ; DOI : 10.4000/rives.75

Haut de page

Auteurs

Frédéric Rychen

Économiste, CNRS - GREQAM - Marseille

Jean-Benoît Zimmermann

Économiste, CNRS - GREQAM - Marseille

Haut de page

Droits d’auteur

© Tous droits réservés

Haut de page
  • Revues.org