Navigation – Plan du site

Pourquoi l'alumine a-t-elle été effacée de Marseille?

p. 11-24

Entrées d’index

Mots-clés :

économie, histoire, industrie

Géographie :

Marseille

Chronologie :

XIXe siècle, XXe siècle
Haut de page

Texte intégral

1Cette communication part d'un constat étonnant. Marseille a été le centre d'un produit phare de la seconde industrialisation : l'alumine, matière première de l'aluminium. Cette activité a engendré des flux considérables de matières entre le port et la ville, la ville et son hinterland, la ville et l'Europe, le monde et le port. Ainsi que l'observe très justement P. Masson, elle vient à point nommé prendre le relais de la sidérurgie déclinante dans la région1. Cette activité a fourni environ 1 500 emplois directs dans Marseille intra muros, presque autant que le nombre de salariés du fameux « savon de Marseille »2 ; plus de 3 000 emplois dans l'ensemble de la Provence des années 1908 aux années 1970. Cette activité a été profitable, elle a contribué aux ressources financières de la ville.

2Par ailleurs, il s'en est fallu de peu que cette activité industrielle connaisse pendant et après la deuxième guerre mondiale des rebondissements considérables puis un véritable renouveau dans les années 1980.

3Or, tout cela a disparu, il n'existe plus ou quasiment plus de traces de ces activités et qui plus est, elles ont disparu des mémoires et de la littérature. C'est pourquoi, derrière la disparition physique, la question à laquelle s'attache cette communication est celle du pourquoi de la disparition symbolique?

L'alumine à Marseille a existé plus qu'on le croit

4L'alumine est la matière première de l'aluminium dont la croissance s'amorce à la fin du XIXe. Au cours du XXe siècle, il est devenu le premier des métaux non-ferreux avec une production mondiale d'environ 20 millions de tonnes en 19963. L'alumine est obtenue à partir du minerai de bauxite et celui-ci, qui doit son nom à son identification par le chimiste Berthier en 1822 aux Baux-de-Provence, est particulièrement abondant dans le Var provençal. En 1914, les 300 000 tonnes de bauxite extraites en Provence représentent les trois-quarts de la production mondiale. Au début du XXe, la France était le premier producteur mondial de bauxite, d'alumine et d'aluminium.

5Quatre, voire cinq des principales entreprises européennes produisent de l'alumine en Provence. Chronologiquement, la première usine est celle de Salindres qui reste à l'écart de notre propos car elle n'est pas en Provence et produit de l'alumine selon des technologies particulières, rapidement abandonnées. Les autres sont à Marseille ou en Provence. L'établissement de Gardanne entre en fonctionnement en 1894 et il est le premier à mettre en œuvre le procédé Bayer 4. Ce procédé a progressivement pris le pas sur tous les autres. Si bien qu'il est utilisé de nos jours par tous les producteurs d'alumine dans le monde et que Gardanne est la plus ancienne unité du globe.

6Deux autres établissements de la région restent à l'écart de notre propos et nous les mentionnons pour mémoire. Il s'agit d'une usine norvégienne installée à Rousset pendant la première guerre mondiale dont la production a été interrompue au bout de six mois 5 et de l'établissement de Saint-Auban qui produit de l'alumine de 1918 à 19506.

7Avant d'entrer dans plus de détails à propos des deux usines marseillaises, il convient de rappeler quelques données de base. Il faut environ deux tonnes de bauxite pour faire une tonne d'alumine. L'attaque de la bauxite se réalise avec de la soude dans des autoclaves à vapeur dont la chaleur et la pression augmentent progressivement. Les trois matières premières de base sont donc la bauxite, le charbon et la soude. Jusqu'aux années 1980, l'alumine n'a qu'un seul débouché : l'électrolyse pour l'aluminium. Mais les usines d'aluminium sont toutes installées dans les massifs montagneux car elles dépendent totalement de l'hydroélectricité la moins chère possible pour réaliser l'électrolyse. Ainsi, aux trois matières premières, il faut ajouter une quatrième contrainte essentielle pour la localisation des usines d'alumine : la proximité du réseau ferroviaire pour acheminer la production vers l'électrolyse.

Saint-Louis-des-Aygualades7

8La société Métallurgique Suisse, SMS, est créée en 1887, elle devient Aluminium Industrie Aktien Gesellchaft (AIAG) en 188 8(et, en 1963 Alusuisse)8. Elle bénéficie de la collaboration de l'inventeur européen du procédé d'électrolyse, Paul Héroult, et c'est ainsi que l'usine AIAG de Neuhausen est la doyenne de la production d'aluminium par électrolyse9. En 1894, la société construit une nouvelle usine en Allemagne à Rheinfelden (Bade), puis en 1897 une troisième en Autriche, à Lend et elle acquiert à la société Bergius l'unité d'alumine de Goldschmieden. L'AIAG est en 1907 le premier producteur d'aluminium en Europe (3 800 tonnes). Elle construit l'usine de Chippis (Valais) en 1906-1907, et il lui faut accroître ses approvisionnements en alumine. Elle dispose aussi d'un établissement en Silésie qu'elle alimente avec les bauxites du Var (Société des Bauxites de France). AIAG prend le contrôle des Bauxites de France en 1905 10 et constitue la Société française pour l'industrie de l'aluminium (SFIA) en 1906 11. L'entreprise doit développer sa production d'alumine au moment où, en France, le procédé Bayer tombe dans le domaine public. C'est donc une entreprise en pleine expansion sur un marché porteur qui vient en Provence.

9La société choisit Marseille. La chimie emploie alors 11 000 personnes dans la ville, la main-d'œuvre est abondante et le réseau ferroviaire permet tout à la fois d'amener la bauxite du Var et d'exporter l'alumine produite vers les électrolyses de la société. Elle est localisée à Saint-Louis-des-Aygualades, à environ cinq kilomètres au nord-ouest du centre ville, actuellement 15e arrondissement de Marseille. Cette position est très avantageuse. En effet, au même moment, la Société des Charbonnages des Bouches-du-Rhône construit la « galerie à la mer » pour évacuer l'exhaure des mines de lignite de Gardanne. Le percement a commencé en 189012. La galerie relie l'anse de la Madrague, près de Cap Pinède, au puits Biver de Gardanne sur une longueur de 14km857. Elle a une section de 6 mètres carrés dont 1,4 pour l'eau qui peut débiter 72 m3 à la minute. Des locomotives électriques transportent le charbon à Marseille; en 1913, on y a transporté 118 540 tonnes. Un accord entre la SFIA et les charbonnages permet d'approvisionner le site industriel en lignite et en eau avec un puits spécial de 80 mètres de profondeur13. Les terrains de l'usine sont au long de la voie ferrée du PLM qui dessert la gare de Saint-Louis-des-Aygualades depuis 1883 et la ligne Marseille-Aix-Veynes-Brignoles s'arrête tout près, aux Aygualades-Accates. La construction commence en 1906 et la production démarre en 1907. Dès 1911, celle-ci dépasse la production de Gardanne. Les travaux de M. Lo Faro permettent de suivre la montée en puissance des effectifs : 506 salariés en 1911, 792 en 1913. Ceux-ci sont à 83% étrangers, essentiellement Italiens du Piémont, de la Toscane et de l'Émilie-Romagne, conformément à ce que les travaux sur Marseille ont démontré par ailleurs14.

10A son démarrage, c'est la plus importante usine d'alumine du continent. Son histoire n'est pas l'objet de cette communication, même si nous reviendrons plus loin sur l'épisode du séquestre pendant la première guerre15. Rappelons que la production d'alumine s'est prolongée jusqu'en 1968 et celle du gallium, entreprise en 1954, jusqu'en 1972.

La Barasse

11En attendant les travaux en cours de Mlle Assié, l'établissement de La Barasse reste peu connu. La Société d'Électrochimie fondée en 1899 par Henry Gall souhaite diversifier son approvisionnement en alumine, assuré à l'origine par la Société Guilini16. Elle s'installe à La Barasse et démarre en 1908 avec le procédé Bayer. Elle est à Saint-Marcel, sur la route d'Aubagne, le long de la voie ferrée Marseille-Nice17. Comme Gardanne et Saint-Louis, La Barasse se localise au carrefour des approvisionnements en bauxite et en lignite et des expéditions vers les Alpes18. Le premier directeur est M. Honneger (1908-1910)19. Comme Gardanne, La Barasse est arrêtée près d'un an en 1921-1922, du fait de la crise de reconversion de l'après-guerre. En 1935, la société achète l'ancienne savonnerie Trigano où elle implante une centrale thermique. L'effectif est de 22 employés et 213 ouvriers en 193720. Jusqu'à la deuxième guerre mondiale, ses capacités de production restent nettement inférieures à celles de Gardanne et de Saint-Louis; mais la production connaît un essor remarquable dans les années 1950 grâce à l'attaque continue, procédé mis au point à Gardanne et qui autorise de gigantesques gains de productivité. En dépit de sa modernité technologique, la production de La Barasse est interrompue en 1988.

Projets et tentatives avortées

12L'histoire de l'alumine à Marseille aurait pu ne pas se limiter à celles des usines de Saint-Louis et La Barasse. A plusieurs reprises, il a été envisagé d'importants développements de cette industrie dans la région. Sans pouvoir développer ici, nous citerons trois exemples de ces projets ou tentatives avortées. Pendant la deuxième guerre mondiale, la mainmise de l'occupant sur l'appareil économique du pays a pour conséquence un accaparement de la production d'aluminium par l'Allemagne, directement ou indirectement, après transformation en France, ceci a été remarquablement démontré par l'historien Michel Margairaz21. Les besoins en alumine de l'industrie de guerre allemande sont si importants qu'ils font l'objet de contrats spécifiques négociés au plus haut niveau. Le contrat A de 1941 prévoit la livraison de 2 000tonnes d'alumine par mois et le contrat B de 1942 de 7 700 tonnes par mois. Plus encore, au printemps 1941, les Allemands proposent de construire en commun avec AFC (Alais Forges et Camargue), futur Pechiney, et Ugine une nouvelle usine d'alumine dans le Midi de la France pouvant produire de 100 à 200 000 tonnes, mais la négociation n'aboutit pas. La localisation envisagée n'est pas connue actuellement, elle aurait été en tout cas provençale.

13Le deuxième exemple date des années soixante. Des informations ont fait état de la construction d'une usine d'aluminium dans l'espace marseillais de Fos. Une note du dirigeant de Pechiney, Jacques Marchandise22, évoque un projet d'électrolyse de l'aluminium sur le territoire du Port Autonome de Marseille : « L'Aluminium Suisse [entente suisse] a demandé l'autorisation de s'installer à Fos, l'énergie étant produite par une centrale nucléaire construite en Suisse et le courant livré à la frontière française étant restitué par Électricité de France à Fos » 23. Et cette information confidentielle est reprise dans la presse spécialisée : « Le site de Fos semble assez favorable à l'implantation d'une unité de production de l'aluminium brut de première fusion ainsi qu'une unité de transformation (laminage, filage, profilage) susceptible d'absorber une plus grande part de sa production » 24. Il n'est pas encore possible d'expliquer cet échec, mais on peut avancer l'hypothèse d'une corrélation entre la non réalisation de l'électrolyse suisse en 1966 à Fos et l'arrêt de la fabrication de l'alumine à Saint-Louis en 1968.

14Le troisième exemple est stratégique et inconnu des Marseillais. Les archives concernant le procédé H+ sont inaccessibles. Cette appellation codée désigne un vaste projet de recherche largement conduit par les laboratoires de Gardanne et la mise en place d'une unité pilote à Marseille dans le quartier de L'Estaque. L'idée de base est que l'alumine est très largement répandue sur la surface terrestre et qu'on peut l'extraire de divers matériaux comme les schistes et les argiles, sans passer nécessairement par la bauxite. C'est ici que repose l'enjeu économique : les réserves de bauxite française tendent à s'épuiser et Pechiney ne veut pas être placé sous la dépendance des pays producteurs. En particulier lorsque ceux-ci constituent en 1974 l'International Bauxite Association (IBA) qui semble annoncer une sorte d'OPEP de la bauxite et un renchérissement des prix. Ceci étant, les cheminements techniques et même la chronologie de l'opération sont difficiles à établir car la démarche est entourée de secrets. Elle s'inscrit dans une stratégie de veille technologique pratiquée par le groupe depuis longtemps. Les recherches entamées en 1964 à Gardanne débouchent sur la mise en service de l'unité pilote de fabrication de L'Estaque entre 1968 et 1974. L'existence de l'unité pilote pourrait avoir été prolongée jusqu'aux débuts des années 1980. L'enjeu du H+ était un bouleversement de l'économie mondiale de la bauxite. Il est vraisemblable que la croissance remarquable des réserves estimées de bauxite en Guinée, Australie et Brésil ait provoqué l'arrêt ou la mise en sommeil de ce procédé.

15Nous avons limité cette présentation des projets et tentatives avortées à trois exemples, il en est d'autres, dont certains importants. Il demeure que Marseille et la région auraient pu bénéficier considérablement de l'héritage induit par les ressources naturelles de bauxite dans la région et par l'implantation des usines d'alumine. Pour autant, tout ceci a disparu, ou presque.

Elles ont disparu

16Il s'agit à présent d'évoquer de façon très incomplète la cessation d'activité des deux usines en posant de façon insistante la question : la localisation marseillaise a-t-elle joué un rôle dans la décision de fermeture?

17Concernant Saint-Louis, nous ne disposons que d'indications très partielles. La fabrication d'alumine est interrompue en 1968, celle du gallium entreprise à partir de 1954 est maintenue jusqu'en 1972. Le site est ensuite revendu par lots à différents acquéreurs et partiellement rasé. Nous avons évoqué la non-réalisation du projet d'électrolyse à Fos. Le groupe Alusuisse connaît une mutation au cours des années soixante en recherchant une diversification vers la chimie25, mais les informations disponibles ne permettent pas d'expliquer la fermeture de l'établissement.

18Le contexte de la fermeture de La Barasse est mieux connu. Après la fusion Pechiney-Ugine-Kuhlmann, PUK, de 1971 le nouveau groupe électrochimique est confronté à un tassement de la demande d'aluminium, prémisse de la grande dépression industrielle de la fin du XXe siècle. Et il dispose à présent de deux usines d'alumine en France avec Gardanne et La Barasse. Si la nécessité économique de fermer un des deux établissements semble acquise par l'état-major de PUK, le choix du désinvestissement n'est pas évident. Les deux unités disposent d'importants centres de recherche, sur les procédés à Gardanne et sur les produits à La Barasse, tous deux héritiers d'une longue tradition26. L'usine marseillaise est performante car elle a été modernisée en 1967, et son prix de revient peut être comparé avantageusement avec celui de Gardanne. Elle dispose d'une capacité de production de 250 000 tonnes d'alumine par an, d'un dispositif antibruit récent. Elle est une des usines les plus modernes d'Europe. C'est pourtant l'unité marseillaise qui est fermée. La Barasse est nettement plus enclavée dans le milieu urbain que ne l'est Gardanne qui dispose encore d'une « ceinture verte ». Il semble que les négociations entre La Barasse et la SNCF soient devenues laborieuses à la fin des années soixante à propos des tarifs de la ligne Gréasque Saint-Marcel que la SNCF souhaite fermer. La situation des rapports sociaux ne paraît pas en question car elle est devenue comparable dans les années 1980 avec dans les deux cas, une prédominance CGT assez forte chez les ouvriers. Restent deux arguments importants en faveur de Gardanne. L'effectif de La Barasse est nettement inférieur, ce qui limite d'autant le nombre de dossiers de reclassement ou autres. Surtout, la capacité de production à Gardanne est d'environ le triple (725 000 tonnes) de celle de Marseille et elle dispose en particulier d'un potentiel de trois fours à calciner qui vont devenir des pièces maîtresses de l'usine actuelle. La mise en œuvre de la bauxite africaine à La Barasse supposait d'importants investissements alors qu'elle est possible à moindre coût dans l'usine de Gardanne. Jusqu'aux derniers moments, la direction du groupe n'a pas dévoilé son choix afin d'enrayer d'éventuels mouvements de protestation contre la fermeture, ce qui prouve aussi que la décision n'était pas évidente.

19A priori, il ne reste plus rien de l'alumine à Marseille depuis la fermeture de La Barasse car l'épopée du H+ est inconnue. Pourtant, on peut évoquer trois héritages. Le premier est celui des logements construits par Ugine dans le quartier de La Barasse. Ils n'ont plus de relations juridiques avec le groupe Pechiney, mais ils sont encore très visibles dans le paysage urbain. Ceci est d'ailleurs une différence importante avec Saint-Louis car l'entreprise d'origine helvétique n'a pas eu de politique de construction de logements.

20Les deux sites sont devenus des friches industrielles, celle de Saint-Louis a fait l'objet de multiples attributions, celle de La Barasse est en cours d'affectation27.

21Le troisième héritage est celui des « boues rouges » ou « résidus inertes ». Le procédé Bayer sépare les hydrates d'alumine de la bauxite des résidus ferreux qui donnent la couleur rouge de la bauxite et desdits résidus. Désignés comme « boues rouges » pendant fort longtemps, il est vraisemblablement possible d'utiliser le terme de « résidus inertes » de nos jours, conformément aux souhaits de l'entreprise, car la teneur en soude des résidus a beaucoup diminué, en particulier depuis la mise en œuvre des bauxites tropicales28. Quoi qu'il en soit, ces résidus sont aujourd'hui un héritage de l'alumine dans le territoire. Nous savons avec précision ce qu'il en est pour l'usine de Gardanne. L'évacuation des résidus a connu trois étapes. De la création (1894) à 1903, les résidus ont été déposés à proximité des installations, de l'autre côté de la route de Marseille. De 1903 à 1966, les résidus sont transportés en téléphérique depuis l'établissement vers deux vallons aménagés des hauteurs de Bouc-Bel-Air. Depuis 1966, les résidus sont conduits à la mer par un sea-line. La canalisation, longue de 45 kilomètres, va de Gardanne à Port Miou (près de Cassis) en passant par Roquevaire et Aubagne. Elle est en partie enterrée, en partie aérienne quand elle emprunte un tracé ferroviaire. Elle est prolongée par une canalisation sous-marine d'environ huit kilomètres. Elle s'interrompt en bordure de la fosse de Cassidaigne où une forte déclivité favorise l'écoulement des résidus vers le fond, à 2 400 mètres. A l'origine le sea-line devait permettre l'évacuation des boues de Saint-Louis et de La Barasse, en fait seul La Barasse a utilisé le tracé pour une conduite parallèle car, comme mentionné plus haut, Saint-Louis est fermée en 1968. Pour les deux usines marseillaises, les informations sur les résidus sont moins précises mais on peut imaginer que la périodisation est proche de celle de Gardanne. A Saint-Louis, les résidus ont pu être versés à proximité de l'usine puis dans un deuxième temps ­ à une date que nous ignorons à ce jour ­ les résidus ont été expédiés dans un dépôt des hauteurs de Vitrolles29. A La Barasse, la société achète en 1918 et 1920 la propriété Quinson, soit 300 hectares. Elle implante ses crassiers dans les collines Saint-Cyr. En 1943, l'écroulement du crassier dans l'Huveaune conduit à la décision de percer un tunnel dans les collines Saint-Cyr, le « téléphérique-blondin » est mis en service en 1947. Après la mise en place du sea-line, les résidus de La Barasse ont rejoint ceux de Gardanne à Cassis.

22On ne fait pas d'industrie sans produire de résidus et la gestion de ces héritages est un chantier de la réflexion collective ainsi que de l'aménagement du territoire. Mais pourquoi n'existe-il pas d'autres traces de cette activité qui a contribué aux dynamiques de Marseille?

Elles ont été effacées

23L'alumine a disparu de Marseille, mais personne n'en dit rien. Il ne reste ni patrimoine, ni mémoire. Et la littérature savante efface l'alumine de Marseille. Dans son excellent ouvrage, O. Lambert qui n'ignore pas que l'aluminium est un produit clé de la période n'écrit pas un mot sur cette industrie. Il en est de même pour M. Roncayolo30.

24La raison la plus générale de cet oubli est historiographique. Pendant fort longtemps l'histoire a ignoré l'aluminium. Quand des historiens ­ peu nombreux ­ s'intéressaient à une branche industrielle, ils sont d'abord allés vers le textile, les chemins de fer et la sidérurgie. Ce retard a été comblé grâce à l'action de l'Institut pour l'Histoire de l'Aluminium créé en 198531. Il y a aussi des causes propres à l'alumine. Ce n'est pas un produit de consommation, il ne se vend pas, on ne voit pas son marché. C'est un demi-produit qui repart ailleurs. Il n'y a pas de comparaison possible avec le savon.

25Ajoutons que les producteurs ne se sont jamais donné beaucoup de mal pour faire comprendre la différence entre la production d'alumine et celle d'aluminium. En 1999 encore, Gardanne relève de la division Aluminium Pechiney et c'est l'inscription que l'on peut lire depuis l'autoroute. Le résultat est inévitable. Dans un article documenté du 17février 1999, le Monde écrit à propos de Gardanne : « 650 salariés transforment ici la bauxite en aluminium pour la société Pechiney »32. On n'a jamais produit le moindre aluminium à Gardanne. Les usines d'alumine ne se donnent pas à voir. Il est vrai que les contraintes du secret technique ont joué pendant longtemps autour du procédé Bayer et de ses adaptations. Ce sont des usines chimiques de grande taille et elles peuvent être dangereuses. A défaut de connaître l'évolution de la sécurité au travail des usines de Saint-Louis et de La Barasse, on peut donner l'exemple du terrible accident de 1932 à Gardanne, vraisemblablement provoqué par un attentat33. Ajoutons que le climat social a été particulièrement tendu à la fin des années trente.

26Enfin ces usines produisent des nuisances à leur environnement immédiat. Les réserves de bauxite provoquent de la poussière rouge que le Mistral dépose sur les maisons voisines. Ce sont des usines en continu, relativement bruyantes de jour comme de nuit. L'odeur de l'alumine calcinée n'est pas désagréable, mais elle peut surprendre. Il est possible que ces facteurs répulsifs contribuent à leur rejet.

27Mais il existe aussi des raisons « marseillaises » à cet oubli. Le travail de M. Lo Faro montre que la nationalité vraie ou supposée des fondateurs de Saint-Louis a été au centre d'une polémique qui se déroule de 1914 à 1921. « Il faut que cette usine allemande soit fermée, expropriée des terrains qu'elle occupe dans notre banlieue [...] où elle est restée trop longtemps »34. L'alumine produite à Saint-Louis devient de l'aluminium en Suisse puis des obus en Allemagne. Aussi, au nom du patriotisme et de ses intérêts propres, le groupe français PCAC dénonce la propriété allemande dans AIAG et réclame la réquisition ou la confiscation de l'usine marseillaise. Il obtient gain de cause pendant le conflit mais doit restituer l'usine en 1921. Entre temps, PCAC a financé des campagnes dans la presse régionale afin de dresser l'opinion contre « l'usine boche » et la plume stipendiée n'est rien moins que celle de Marcel Provence (1892-1952). Écrivain régional, il est vice-président en 1942 de l'Académie d'Aix-en-Provence, puis président en 194535. Son prestige, en particulier auprès des magistrats d'Aix en charge de l'affaire a contribué à former l'opinion et peut-être au-delà, la mémoire de cette usine dans la région. Mais cette hypothèse ne vaut évidemment pas pour l'usine de La Barasse. Toutefois, Ugine, comme la SFIA sont des capitaux et des décideurs totalement extérieurs à la région et ceci contribue certainement au rejet de la mémoire marseillaise.

28Ajoutons que les directeurs de ces deux établissements ne semblent pas avoir joué un rôle consulaire. La liste des membres de la Chambre de commerce et d'industrie pendant l'entre-deux-guerres n'en nomme aucun36. Ceci est fort important et peut contribuer à expliquer pourquoi les deux usines d'alumine sont mentionnées de façon très cursive dans l'Encyclopédie départementale de Paul Masson, car celui-ci travaillait et se documentait en étroite collaboration avec la Chambre de commerce37.

29Plus fondamentalement, ces usines tournent le dos au schéma d'une industrialisation liée au colonialisme et au commerce maritime. Les matières premières viennent du Var, du Gard et du Royaume-Uni, les produits finis partent vers les Alpes et les Pyrénées. Ce qui ne rentre pas dans le schéma de l'exploitation coloniale et maritime dérange et doit être effacé. « La fortune de Marseille vient de la mer et ne s'en détache jamais », telle est la première phrase du chapitre sur l'histoire de l'industrie dans un ouvrage de référence38. Et il ne comporte pas un mot sur l'industrie de l'alumine alors qu'il retient celles de Rio Tinto et de Mente. La chronologie des usines d'alumine ne s'intègre pas aux schémas de lecture de l'histoire marseillaise. L'alumine naît en 1906-1908, Saint-Louis connaît un beau succès à ses débuts, La Barasse un grand essor dans les années 1950; or, la chronologie généralement retenue pour l'histoire industrielle de Marseille est la suivante : un apogée (1848-1900), le déclin (1900-1960), une tentative de renouveau avorté (1960-1973), et la fin du déclin industriel. A nouveau, l'histoire de l'alumine ne rentre pas dans la norme.

30Cette communication voudrait contribuer à rétablir la mémoire de ces milliers de travailleurs marseillais de l'alumine bien injustement oubliés. Ils font partie du patrimoine et de la mémoire du travail et de l'industrie de la grande ville. Ils ont contribué à sa richesse et ils ne doivent pas payer ­ en termes de reconnaissance patrimoniale ­ le prix de l'oubli pour avoir travaillé dans une industrie différente, mal aimée, rejetée par les modèles.

31Mais il s'agit aussi de se demander quel est l'effet de ce rejet sur l'industrialisation et les choix industriels contemporains. En mutilant une partie de sa mémoire industrielle, la ville et la Provence ne se mutilent-elles pas elles-mêmes? En oubliant l'alumine, la ville et la région n'en viennent-elles pas à se sous-estimer?

Haut de page

Notes

1 Masson (Paul) (dir.), Encyclopédie départementale des Bouches du Rhône, volume 8, L'Industrie, Marseille-Paris, Archives départementales, librairie Champion, 1926, p. 277 : « Tandis que la métallurgie du fer disparaissait du département, celle de l'aluminium y apparaissait favorisée par l'existence des bauxites du versant des Alpilles et surtout par l'abondance de celles du Var ». Sur le déclin de la sidérurgie marseillaise, voir Raveux (Olivier), « Un demi-siècle de sidérurgie provençale : Les hauts-fourneaux de Saint-Louis-Marseille (1855-1905) », in Industries en Provence. Dynamiques d'hier et d'aujourd'hui, n° 3, mars 1999, pp. 18-28.
2 Lambert (Olivier), Marseille entre tradition et modernité. Les espérances déçues (1919-1939), Histoire du commerce et de l'industrie de Marseille, XIXe-XXe siècles, tome X, Marseille, Chambre de Commerce et d'Industrie Marseille-Provence, 1995, p. 173 : en 1913, les savonneries occupent 2 000 ouvriers.
3 Grinberg (Ivan), Hachez-Leroy (Florence), Industrialisation et sociétés en Europe occidentale de la fin du XIXe siècle à nos jours. L'âge de l'aluminium. Paris, Armand Colin, 1997.
4 Mioche (Philippe), L'alumine à Gardanne de 1893 à nos jours. Une traversée industrielle en Provence. Grenoble, Presses Universitaires de Grenoble, 1994.
5 Mioche (Philippe), « Un patrimoine insaisissable et pourtant considérable : l'alumine dans les Bouches-du-Rhône », Acte de la table-ronde de Marseille, mai 1999, à paraître.
6 spariat (Corinne), Les relations sociales à l'usine de Saint Auban de 1917 à 1940, Maîtrise d'histoire contemporaine de l'Université de Provence (Aix MarseilleI), 1995.

Lamic (Patrick), L'évolution de l'usine de Saint Auban de 1944 à 1954. Maîtrise d'histoire contemporaine de l'Université de Provence (Aix Marseille I), 1995.

7 L'essentiel des informations sur cette usine provient du mémoire de Lo Faro (Frédéric), Histoire de l'usine d'alumine de Saint-Louis-des-Aygualades, 1906-1939. Une usine ennemie à Marseille, Maîtrise d'histoire contemporaine, Université de Provence, 1999.
8 Lesclous (René), Genèse et évolution des sites producteurs d'aluminium. Essai d'interprétation des choix stratégiques de Pechiney et de leur mise en œuvre. 1893-1972, thèse de doctorat, École des Hautes Études en Sciences Sociales, 1996, p. 78 et suiv.
9 Hans (Joliet), « Contribution à l'histoire européenne de l'aluminium en Allemagne, Autriche, Norvège, Grande-Bretagne, Suisse », Cahiers d'Histoire de l'aluminium, n° 5, 1989, p. 28.
10 Arnaud (Claude), Guillon (Jean-Marie), « Un siècle d'exploitation de la bauxite en France. Naissance, apogée et agonie d'un bassin mineur », in Grinberg (Ivan), Hachez-Leroy (Florence), op. cit., 1997.
11 Paquier (Serge), « Le groupe Alusuisse de 1945 à 1975 : l'analyse d'une multinationale helvétique pendant les trente glorieuses », Actes du colloque d'Aix-en-Provence, juin 1998, à paraître.
12 Masson (Paul) (dir.), op. cit. p. 385.
13 Soudan (Paul), Historique technique et économique de la fabrication de l'alumine, document dactylographié, 1970, 200 p.
14 Lopez (Renée), Témime (Émile), Migrance, histoire des migrations à Marseille, tome II, L'expansion marseillaise et « l'invasion italienne » (1830-1918), Aix, Edisud, 1990.
15 Cailluet (Ludovic), « L'impact de la Première Guerre mondiale et le rôle de l'État dans l'organisation de la branche et des entreprises », in Grinberg (Ivan), Hachez-Leroy (Florence), op. cit. 1997.
16 Knauer (Manfred), « “Le roi de l'alumine” Georges Guilini et l'industrie de l'aluminium (1858-1954) », Cahiers d'Histoire de l'aluminium, n° 24, été 1999, pp.33-38.
17 « Premiers éléments constitutifs d'une monographie de l'usine de La Barasse, le 1er août 1939 ». Fonds IHA 98 1 502 GALL 19/30. Je remercie M.I.Grinberg de m'avoir communiqué ce document.
18 Toutefois, l'établissement dispose aussi d'une carrière de bauxite à Allauch (20 000 tonnes en 1937). « Premiers éléments constitutifs d'une monographie de l'usine de La Barasse », 1er août 1939, Fonds IHA 98 1 502 GALL 19/30.
19 Suivi par Chaumet, Drillat, Thiers, Biarne et Michoux en 1938 (ingénieur de l'Institut de Chimie de Paris). « Premiers éléments constitutifs d'une monographie de l'usine de La Barasse », 1er août 1939, Fonds IHA 98 1 502 GALL 19/30.
20 « Petit historique de l'usine de La Barasse », le 22 mai 1959. Dossier XE n°E 12. 051. Document aimablement communiqué par M. I. Grinberg.
21 Margairaz (Michel), L'État, les finances et l'économie. Histoire d'une conversion, 1932-1952, 2 vol., Ministère des Finances, Histoire économique et financière, Paris, 1991, p. 614 et suiv., 652 et suiv.
22 Sur J. Marchandise, cf. Mioche (Philippe), « Aux origines d'aluminium de Grèce », Cahiers d'Histoire de l'aluminium, n° 24, été 1999, pp. 77-86.
23 Note Marchandise du 28 Novembre 1966, SCA Pechiney 001/5/49173.
24 Équipement, n° 12, 15 janvier 1967, p. 22.
25 Paquier (Serge), « Le groupe Alusuisse de 1945 à 1975 : l'analyse d'une multinationale helvétique pendant les trente glorieuses » in Actes du colloque d'Aix-en-Provence, L'aluminium dans l'Europe de la croissance, juin 1998 à paraître. Le mouvement social du printemps 1968, semble-t-il important à Saint-Louis a-t-il pesé dans la décision des administrateurs helvétiques?
26 Le Roux (Muriel), L'entreprise et la recherche. Un siècle de recherche industrielle à Pechiney, Paris, Éditions Rive Droite, 1998.
27 Marseille, Le magazine de la Ville de Marseille, n° 13, octobre 1999, p. 15.
28 Morel (Paul), sd, Histoire technique de la production d'aluminium, Presses Universitaires de Grenoble, Grenoble, 1991, 349 p.
29 L'emplacement où a été construit la salle de spectacle « le Stadium » par la ville de Vitrolles est aisément identifiable en novembre 1999.
30 Roncayolo (Marcel), L'imaginaire de Marseille, port, ville, pôle, Histoire du commerce et d'industrie de Marseille, XIXe-XXe siècles, tome V, Marseille, Chambre de Commerce et d'Industrie Marseille-Provence, 1990, p. 221.
31 IHA, Institut pour l'histoire de l'aluminium, Tour Manhattan, 92087, Paris La Défense cedex.
32 Samsom (Michel), « Gardanne : la centrale, le charbon et Cézanne », Le Monde, 17 février 1999, p. 12.
33 Mioche (Philippe), op. cit.
34 Le Soleil du Midi, le 11 août 1914, cité par F. Lo Faro.
35 Renseignements aimablement communiqués par M. Claude Alain Sarre.
36 Lambert, op. cit. pp. 599-600.
37 Masson (Paul), op. cit., pp. 277 et 407 (une ligne sur La Barasse).
38 Divers auteurs, Marseille au XIXe, rêves et triomphes. Musée de Marseille et réunion des musées nationaux, Marseille, 1991.
Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

« Pourquoi l'alumine a-t-elle été effacée de Marseille? », Rives nord-méditerranéennes, 4 | 2000, 11-24.

Référence électronique

« Pourquoi l'alumine a-t-elle été effacée de Marseille? », Rives nord-méditerranéennes [En ligne], 4 | 2000, mis en ligne le 22 juillet 2005, consulté le 29 mars 2017. URL : http://rives.revues.org/73 ; DOI : 10.4000/rives.73

Haut de page

Droits d’auteur

© Tous droits réservés

Haut de page
  • Revues.org