Navigation – Plan du site
2001

« Les vrais favoris d'Apollon »

L'identité poétique, compétence littéraire ou qualification sociale ?1
Isabelle Luciani

Entrées d’index

Mots-clés :

histoire, littérature
Haut de page

Texte intégral

1Au XVIIe siècle, l'opposition du poète au « versificateur » relève de ces topoi efficaces qui traversent les recueils de lieux communs. On peut lire ainsi dans le Chaos manuscrit de l'Arlésien Rebatu :

2Declamare : […] Horace, le poëte lyrique, ... assure qu'il n'y a rien au monde qui doive être plus redouté qu'un versificateur.

3Muses : […] Le nom de ces Muses et leurs offices servent à guider les poètes et faiseurs de vers…

4Paupertas : […] Toute la septieme Satyre de Juvenal ne parle d'autre chose sinon que les poètes et 2ceux qui courtisent les Muses meurent de fin dans Rome…3

5L'héritage humaniste a renforcé cet usage : il faut être né poète, et seule la Fureur fait accéder à la divine musique du monde céleste4. Mais au-delà du topos, la dichotomie des représentations renvoie à celle du langage poétique : aux frontières d'une « littérarité » encore indéfinissable, le poids des poètes amateurs désigne une pratique d'écriture fortement socialisée, mobilisant une culture commune et engendrant des pratiques mondaines, au moins autant qu'une spécialisation littéraire. La poésie de langue française s'enracine de surcroît dans les alternatives culturelles du temps : elle perpétue la tradition humaniste des collèges, tout en relayant la valorisation récente du français à travers des lieux « alternatifs » de l'apprentissage culturel ­ famille, académies, salons… ­, qui impliquent aussi des choix politiques dans une nation qui se construit en grande partie au travers de sa langue5.

6Ce foisonnement poétique place le poète de langue française à la proue d'une littérature moderne en émergence. Dès le XVIe siècle, une professionnalisation s'ébauche, par des structures de légitimation interne (pièces liminaires offertes aux auteurs, Vies de poètes, manifestes poétiques…), des supports de publication (recueils collectifs, œuvres complètes…), des cursus au service du Prince6. Mais la diffusion sociale du vers signifie aussi l'abondance des publications : plus de 400 auteurs peuplent les seuls recueils collectifs du premier tiers du siècle; près de 30% n'ont publié que ces quelques pièces; sous Louis XIV, ils s'élèvent à près de 60%. La poésie se « banalise », et le poète devient « [le] grotesque du genre humain7», dans un champ littéraire soumis à l'hétéronomie accrue de ses institutions8.

7Face au risque de saturation du champ, et devant la dualité des pratiques, la dénonciation du faussaire devient un enjeu de la professionnalisation du poète. La défense d'une compétence pourrait alors produire des critères de « littérarité » propres au monde des « écrivains », qui relaieraient les valeurs culturelles cristallisées dans les pratiques des « écrivants »9. Or on constate l'emprise bien supérieure des considérations d'ordre social, culturel, ou éthique. La poésie du faussaire est insuffisante, mais sa valeur morale l'est plus encore. Sur le Mont Parnasse où nous entraîne en 1661 le Marquis de la Grille d'Estoublon, le « meschant poète10», est acculé dans un espace imaginaire de damnation :

8Nous n'avons point de commerce avec cette sorte de gens : ils ont une partie de la montagne, que nous appelons le Parnasse inférieur…, ils ont… une Fontaine qui n'est qu'un escoulement et un égout…. C'est dans ces forests qu'ils se cachent sous le plumage des Perroquets, et qu'ils se jouent, déguisez et metamorphosez en singes, et en Oysons…11

9Son identité est une subversion de l'ordre social : c'est par elle que le faussaire est puni. Pour d'Aceilly, les faux poètes sont identifiés par leur vacuité : un « Poète flatteur » loue ses confrères afin d'être reconnu; un « Médecin poète », Roc,

10… fait vivre au temple de Mémoire

11Ce que Roc médecin vient de faire mourir12

12La démarche semble remplir sa fonction professionnelle : elle régule l'accès au champ, qu'elle dote d'un code moral. Mais en révoquant le faussaire par sa morale, ne court-on pas aussi le risque de définir aussi le bon poète par ses seules vertus? La vertu, il est vrai, est alors une composante essentielle de la profession, pensée sur le modèle nobiliaire13. Cependant, la noblesse est « profession de la vertu », car sa vertu, la vaillance, permet l'accomplissement d'une fonction ­ la guerre14. La fonction du poète peut-elle produire la spécialisation d'un métier15, alors que son rôle, au sein du programme humaniste, est aussi de former les élites professionnelles, « [d']améliorer les qualités d'un individu dans un cadre élargi »16? De fait, on ne peut scinder la production imprimée en deux catégories distinctes, les écrivains et leur public : rituels discursifs et œuvres littéraires se rejoignent dans les échanges quotidiens de ces élites lettrées17.

13La poésie comme vecteur d'une identité professionnelle est donc problématique. Sa légitimité semble fondée sur la reconnaissance publique d'une vertu, par la réputation notamment, et la nature de cette vertu relève d'un système de valeurs morales ou culturelles au moins autant que littéraires. Le référent poétique est donc constitutif d'autres identités sociales : pour les « élites » humanistes, par exemple, c'est une qualité qui renvoie aussi à des compétences. La place du poète dans le champ littéraire serait donc largement tributaire de cette dialectique entre qualifications sociale et professionnelle.

« Etre poète » : une qualification sociale

14Le groupe professionnel suppose une institution discursive autonome et cohérente. De fait, la plupart des œuvres poétiques du temps usent de stratégies argumentatives communes pour se positionner favorablement dans un espace littéraire schizophrène18: la dichotomie du poète et du versificateur recouvre des conflits d'autorité bien réels; l'opposition des doctes et des mondains par exemple, qui met en concurrence l'héritage de Ronsard et le purisme malherbien, soulève avec les enjeux théoriques de véritables enjeux de carrière19.

15Or les procédures de légitimation revendiquent la reconnaissance publique d'une qualification sociale, au moins autant qu'une compétence littéraire qui permettrait de la définir : on est poète par sa réputation, par son rattachement aux sociabilités poétiques, par des « signes extérieurs de poésie » qui relèvent d'un système de références culturelles dépassant la seule activité poétique.

De la réputation d'être poète…

16Les vertus de la Réputation sont largement reconnues dans une société où elle fondait encore, il y a peu, les preuves de la noblesse. La reconnaissance des pairs suffit donc à prouver l'identité du poète, par une procédure parfaitement tautologique qui postule la légitimité de l'instance légitimante. Les Vies de poètes français rédigées par Guillaume Colletet mettent en exergue ce primat de la réputation20. Il reconnaît souvent l'incompétence de ses auteurs, mais leur réputation acquise auprès d'autres poètes justifie systématiquement leur présence. Ces juges sont « convoqués » par Colletet à la fin de chaque biographie, ce qui institue sa propre centralité dans le champ : il établit la légitimité des poètes dont il traite, et celle des « autorités » qu'il fait témoigner. C'est le cas dans ses Vies de poètes tourangeaux21. Beroalde de Verville, à qui l'auteur reconnaît du talent22, reçoit ainsi l'agrément des témoins :

17Une infinité d'excellens hommes de son siècle l'ont hautement loué, et entre les autres Nicolas Ledigne luy a consacré un grand nombre de vers que l'on void à l'entrée des livres de Verville (...)23

18Un autre tourangeau, Victor Palma Cayet lui paraît en revanche un poète exécrable24. Il n'est pas moins poète, puisque

19ce grand poète de nos amis, Nicolas Bourbon (...), lui consacra une belle épigramme latine sur sa Navarreide [et] Philippe Tourniol (...) le loue avec des stances aussi pointues que le stile du poëte qu'il loue estoit emoussé25

20Les stratégies d'écriture reproduisent dans le carré matériel du livre cette irrécusable Réputation. Dès les années 1620, François Rebatu émaille ses recueils de notations précises sur l'accueil fait à ses pièces, variante efficace du procédé des pièces liminaires. Il précise ainsi d'un sonnet présenté aux frères Grignan :

21Présenté aux deux frères estant en Arles qui le receurent fort agréablement.

22Et plus loin, d'une épigramme adressée au sieur Barbier :

23J'ay envoyé cette pièce audit sieur Barbier, avec une lettre de remerciement sur quelques pièces de sa façon, dont il m'avoit fait présant avec lettre de compliment, quelques jours auparavant26.

24Ce dernier échange reflète la circularité efficace des cautionnements. Contre la dichotomie du poète et du versificateur, la réputation transforme la compétence littéraire en qualité sociale reconnue par les pairs; on peut être bon ou mauvais poète, on n'en est pas moins « poète ».

… à la visibilité d'un groupe social?

25Cette visibilité sociale du poète implique aussi des « stratégies d'agrégation », la revendication d'une appartenance, ou d'un parrainage. En 1634, L'Entretien des Illustres bergers de Nicolas Frénicle entend dénoncer les poètes mondains, et c'est l'affirmation d'une filiation qui permet de revendiquer l'héritage de Ronsard27. Sans réelle argumentation littéraire, le manifeste identifie le vrai poète, pris dans une « solidarité diachronique ». Ainsi Philinte est identifié par son rattachement au « Grand Scevole », dont il est l'ami, et Scevole par son rattachement à Ronsard :

26Ce bon vieillard avoit de tout temps fort aimé la poésie, et prenoit un singulier plaisir d'y encourager la jeunesse, comme autrefois le divin Ronsard l'avoit poussé à monter dessus Parnasse28.

27Ailleurs, le récit poétique institue l'appartenance29. Dans La Pièce de cabinet dédiée aux Poëtes du temps en 1648, le Célestin Carneau sollicite son agrégation30:

28L'Auteur de ceste pièce, qui ne vous est pas inconnu, se promet tant de vos bontez qu'il asseure que l'adresse qu'il en vous en fait ne vous sera pas déplaisante31.

29Les stances énigmatiques réalisent ensuite le rite d'intégration. Elles invitent à lire la prosopopée d'une bouteille, réceptacle du vin poétique :

30C'est erreur de penser que dans la Poësie

31On puisse réussir à moins que de m'aimer32.

32Cet espace allégorique assure une position d'énonciation parfaitement légitime : la bouteille est habilitée à dresser la liste des 36 meilleurs poètes qu'elle a pu inspirer, de Virgile,

33Ce lyrique excellent de la Muse romaine

34Que Mécène appelait le Pindare latin…33

35aux poètes du temps présent, dans lesquels l'auteur s'inclut naturellement :

36 (...) Faret, Beys, Colletet, Benserade,

37Desmarets, Mareschal, Saint Alexis, Du Rier…

38Lysis, quoyque Prélat, et Carneau, quoique Moine…

39Cherchent… en moy la perle de santé…34

40Pour être ludique, ce procédé n'en est pas moins efficace.

41La Réputation ou l'affirmation d'une appartenance permettent ainsi de revendiquer l'identité du « poète » : mais c'est une mystérieuse coquille vide, un référent culturel extensible à d'autres identités sociales.

Les schèmes biographiques d'une identité : un poète humaniste ou un humaniste poète?

42L'auto-affirmation du groupe passe aussi par l'établissement d'un modèle biographique35. Certes, ces « signes extérieurs de poésie » sont influencés par la tradition littéraire. Le talent, désintéressé par essence, revendique noblement sa misère, comme l'affirme Colletet dans ses Divertissements :

43Les Poëtes ont beau s'eslever dans les nues…

44Toujours la pauvreté leur dénonce la guerre36

45Le mauvais poète se reconnaît à son succès douteux37, ou à sa pauvreté ridicule (« le poète crotté »).

46Mais ce modèle biographique participe aussi à la régulation du champ38. L'identité poétique se construit par l'adhésion à certaines valeurs, un état attaché à la personne; comme le vivre noblement, elle confirme un « titre de noblesse culturelle ». La précocité de la production devient par exemple le signe de l'élection. Racan défend ainsi sa réputation devant Conrart, Chapelain et Ménage :

47A peine savois-je marcher

48Que j'osay aller vous chercher

49Au plus haut sommet de Parnasse39.

50Dans ses Travaux sans travail, Davity rappelle à son cousin l'importance de cette précocité :

51Les vers que vous avez envoyés à mon père en ont aussitôt fait naistre d'autres en son fils : la graine a été bonne de prendre si tôt40.

52 Ces valeurs poétiques rejoignent aussi des valeurs humanistes : le sens de la piété filiale, l'attachement au pédagogue. L'identité du poète implique alors un système de références non spécifiques de l'activité d'auteur, et les membres de cette « bourgeoisie humaniste » présentent fréquemment la poésie comme une étape de leur qualification, sociale et professionnelle. Deux exemples croisés sont révélateurs de cet effet de chiasme.

53Dans l'Entretien des Illustres Bergers41, les arguments littéraires se limitent quasiment à la dénonciation du plagiat. Le vrai poète est identifiable parce qu'il cristallise les valeurs de l'humanisme docte. Il n'est plus seulement un auteur, mais l'humaniste par excellence. Le programme des collèges préfigure leur talent, tandis que les mondains ignorent les Anciens :

54Ces Maistres de nostre art ne leur ont point appris

55Comme il faut par les vers enchanter les esprits42.

56La ferveur reconnaissante envers les pédagogues comme Scevole de Sainte Marthe, le rôle de l'oralité poétique comme propédeutique de l'éloquence, assumé par les joutes oratoires43, font également partie de cette culture.

57Ce dernier trait nous rappelle à la place du vers dans le cursus humaniste. L'identité poétique est alors l'élément d'un autre schème biographique. A Douai, Jean et Jacques Louys célèbrent dans leurs recueils le parcours de leurs amis44. Beaucoup sont juristes ou médecins, et le Mont Parnasse leur est un séjour presque obligé. C'est le cas de Mathieu Cordouan, dans Le triomphe de la médecine, à Monsieur Maistre Mathieu Cordouan, au jour de sa licence en médecine, prise à Douay le 14 octobre 1608 :

58… n'oublie pas… nostre sainte triade,

59Tu n'estois point encore en l'avril de ton aage,

60Qu'heureux tu exerçois ton esprit et tes mains…

61Or sur le double mont qui le doux miel distile

62Tu grimpais courageux pour remporter le prix45

63Où de divin nectar abreuvant tes escris

64Le beau style esgallois du grave-doux Virgile…

65Or tu découvrais de quelle sympathie

66L'aimant aime le fer…

67… après la longueur de tant de doctes veilles

68Jouy heureusement du Laurier mérité

69Et puisses-tu tousiours redonner la santé…46

70On retrouve ici la « biographie légitime » du poète : sociabilité poétique (« nostre sainte Triade »), continuité générationnelle (le concours poétique), précocité de son art (« tu n'estois point… »), inspiration des Anciens (Virgile)… Mais ce poète exerce une tout autre profession, puisqu'il est médecin. De même Jacques Dansaert, licencié en droit, « dès son âge plus tendre […] caressa les Muses47».

71En 1608, Jérôme de Benevent, conseiller du roi et trésorier général de France, commémore ainsi la mémoire de son père48:

72 1 Allez piteux discours, et d'un plaintif accent

73 Tesmoignez la douleur que mon ame ressent…

74 Du soing que d'un enfang un bon père peut prendre,

75 Il cultiva la fleur de ma jeunesse tendre…

76 5 Lorsque l'Esprit devient une table d'attente,

77 Un tableau ras et vuide, où d'une main scavante

78 Un pedagogue peut tracer les Rudiements

79 Des lettres et des arts…

80 Muses, si quelque fois vous me fistes la grace…

81 10 De m'aller decelant les secrets de Parnasse,

82 C'est luy qui le premier bastit mon entreprise,

83 Qui m'enflamma le cœur…

84 De mille beaux propos que souvent il me dit.

85 Mon fils, ce disoit-il,

86 15 [seul] celuy qui des vertus espris

87 A les divins secrets des sciences appris,

88 Est homme vrayement et de nom et d'effect,

89 … et la philosophie

90 leurs ames deifie.

91 20 Ainsi me disoit-il…

92 […]

93 Où tu es maintenant mes propos tu escoutes,

94 Ne me refuses point de me faire pardon

95 Ne prends garde aux erreurs de ma jeunesse folle…

96 Puisses-tu contempler l'immense éternité

97Bénévent commémore donc le pédagogue qui l'a fait homme (v. 7), et la poésie fait partie de ces arts par lesquels on acquiert son humanité (v. 9 et 17). Mais les Plaintes funèbres n'affirment pas seulement la foi d'une élite lettrée dans la transmission d'un savoir. Elles sont l'application d'une compétence par laquelle le fils remplit un devoir filial.

Le poète humaniste : qualification sociale, charge citoyenne,
service monarchique

98 Le poète reçoit une qualification sociale au double sens du terme : c'est un état, mais aussi une compétence, qui se manifeste au cœur de la vita activa humaniste49. Elle sert les devoirs de l'homme envers sa famille et envers le public, dans sa cité et pour son roi.

Devoir familial

99Les Plaintes de Bénévent en sont un exemple. Elles font partie intégrante du rituel funéraire, et le sont d'autant plus que l'auteur n'a pu assister son père à l'agonie50. La fonction religieuse est à la fois dans le pardon (v. 22) et la demande d'intercession pour le défunt (v. 23). Ce rituel discursif est également rite de passage; il opère le travail du deuil dans la reconnaissance puis la captation d'un héritage, celui du savoir transmis, dont la maîtrise des mots, qui est une maîtrise du monde. Le père n'a réellement donné la vie qu'en donnant le savoir, et le langage, qui permettent à l'homme de maîtriser le monde où il vit (« la philosophie… déifie », v. 18-19) : cette activité démiurgique qui d'un « tableau… vuide » (v. 6) fait un « homme vrayement » (v. 17), s'appuie sur la parole (« mille beaux propos », v. 13) ; par cette parole, transmise du père au fils dans l'apprentissage poétique (« Muses… », v. 9-13), le fils devenu démiurge peut rendre la vie à son créateur le temps de la prosopopée (« Mon fils, ce disoit-il… »). L'héritage est assumé avec le silence du père, devant la voix de son fils (« mes propos tu escoutes », v. 25).

Identité citoyenne

100L'Humanisme fait de la langue la mère des vertus morales d'un peuple, le creuset de ses institutions. Pour J.C. Scaliger, elle est l'aboutissement d'un cycle qui est aussi celui de la civilisation51. L'apprentissage poétique comme maîtrise de la langue est donc une forme de la socialisation des élites, où se construit leur identité - valeurs, sociabilités, choix linguistiques… Cette identité est politique, puisque la langue où elle se forme renvoie à un corps politique, une nation, et pas encore à un sujet universel52.

101L'application de cette compétence à la représentation municipale est vive dans les cités héritières d'une tradition poétique. Une mystique du langage comme expression du corps politique permet en effet de « donner voix » à la communauté dont une instance se pense représentative : c'est une « compensation symbolique53» non négligeable alors que la “genèse de l'Etat moderne” impose l'appartenance à un seul corps, celui du Roi. A Toulouse par exemple, les Jeux floraux sont perçus par la ville comme l'expression de son autonomie54. Or les autorités municipales n'ont en charge que la police des Jeux, tandis que les Parlementaires contrôlent l'institution : dès le XVIe siècle, ils fournissent la totalité des chanceliers et l'essentiel des mainteneurs55. Pour les édiles, le concours devient alors un enjeu de l'identité urbaine. Les conflits réitérés autour de la prestation de serment des Chanceliers, vice-chanceliers et Mainteneurs entre les mains des capitouls représentent une tentative d'annexion des Jeux à l'espace public. Les registre de Délibérations du Conseil de Bourgeoisie rappellent ainsi que

102les capitouls [sont] en droit et possession à recevoir le serement des ungs et des autres…56

r2r-img-71-1.gif En 1624, lors d'une crise majeure entre les capitouls et le « collège de rhétorique », le chanoine et linguiste Pierre de Caseneuve défend cette paternité de la ville sur sa langue, et sur l'institution poétique qui l'a conduite à maturité. Son Origine des Jeux floraux de Toulouse, imprimée par la ville en 1659, s'oppose notamment à l'opinion commune d'une fondation testamentaire privée, celle de la légendaire Clémence Isaure57. Le libraire, R. Bosc, souligne ce caractère citoyen de l'ouvrage :

103Je ne doute point que le reste des Illustres savants de cette Compagnie n'ayment mieux devoir à leur patrie l'invention et le maintien de leurs Jeux que d'en avoir l'obligation à une personne particulière58.

104Ainsi, pour Caseneuve, la fondation des Jeux constitue le premier acte de l'autonomie urbaine, libérée de la tutelle politique des Comtes :

105[Ils établirent une Cour d'Amour] dans le mesme sacré consistoire où ses Magistrats rendent aujourd'hui encore les Oracles de la Justice. […]

106On ne peut douter que nos Jeux ne soient la mesme chose, [à] cette seule difference, que les cours d'Amour ne pouvoient subsister que durant la vie de ceux qui les maintenoient, et que nos Jeux estant l'institution d'une Ville entière et l'ouvrage d'une Communauté Policée ne pouvoient moins promettre que la durée de plusieurs siècles59.

107Cette correspondance entre la déclamation poétique et le langage efficace de la justice rappelle que la ville rend d'une même voix les sentences poétiques et judiciaires; or cette parole autonome et performative est le privilège essentiel d'une ville libre. De la sorte, chaque nouvelle séance des Jeux réitère un acte fondateur de l'autonomie urbaine : être poète, c'est être citoyen. Les délibérations capitulaires insistent notamment sur la fonction culturelle de la ville, qui relève de sa dignité politique :

108C'est non seulement l'honneur de la ville mais aussi des Jeux d'encourager les étrangers à la vertu et animer à l'étude des bonnes lettres et de la poésie60.

109Mais au premier chef, c'est naturellement sa propre jeunesse que le concours doit former. Il s'agit

110 [d']esvertuer la jeunesse a bien estudier et bien faire en la poesie francoise, grandement profitable à ladicte jeunesse et à la republique61.

111Dans ce cadre, l'Académie exerce une réelle action de socialisation. Les lauréats sont constitués pour les deux tiers par des écoliers, et l'œillet permet de faire participer de jeunes enfants. Un mandement du 8 mai 1623 témoigne de cet intérêt :

112Est mandé à Mathieu Michau… cinquante livres… pour le pain vin et viande par luy forny de nostre mandement pour le disner qui convient donner hors du Con[cistoi]re a ung grand nombre d'enfents quy ne peurent estre placés aux tables ordinaires…62

113On pourrait multiplier les exemples d'une telle imbrication entre pratique poétique et identité citoyenne. En marge des concours hérités du Moyen Age, les élites urbaines cultivent la poésie autour de sociabilités informelles dans des villes comme Reims, Arles ou Aix; leur implication publique transparaît notamment dans les vers publiés lors des Entrées royales, sous formes d'inscriptions ou de recueils imprimés. A Aix-en-Provence, plus d'une vingtaine d'auteurs participent au Baudrier du Sacre de Louis Le Juste, XIII de ce nom Roy très chrestien de France et de Navarre (Tholosan, Aix, 1623)63.

La vertu poétique au service du roi

114Bien des officiers font enfin « profession de poésie ». Les Parlementaires toulousains introduisent dans l'espace urbain une autre source du langage, où le corps de ville ne monopolise plus la représentation. Le poète de langue française se fait la voix de la nation, ce qui redouble la fonction représentative du Parlement. L'avocat Jean Alary évoque ainsi le retour du Parlement après la Ligue dans une épître à la reine Marguerite :

115 (…) Je vous prie de recevoir ce petit œuvre françois avec autant de contentement que la France vous a receue (…) ou plustost recevez la France qui se resiouyt et vous tesmoigne de sa propre langue, par mes escrits, le grand ayse qu'elle a conceu dans son ame de vostre désiré retour64.

116Dans cette conception usuelle, la nation possède le poète, comme il est possédé par l'inspiration65. La vertu poétique peut alors s'attacher à l'office comme une dignité. C'est une même voix qu'inspirent Apollon et Thémis, dans une correspondance que souligne par exemple le sonnet de Du Gardin à Monsieur Loys Poete lauré le jour de son doctorat es droits le 25 d'octobre 1610 :

117Faire tonner la voix d'une grace oraison (…)

118Sur Parnasse chanter la plus haute chanson (…)

119Sçavoir interpreter toutes les loix divines

120Savoir interpreter toutes les loix humaines66

121La qualité poétique finit par agir comme une synecdoque, désignant la fonction d'officier67; elle annexe à son champ sémantique les valeurs que l'éducation humaniste rend nécessaires au service du public. Ces humanistes poètes entendent cristalliser leur identité, au sein des fonctions publiques, en alliant profession et culture, tout comme les « intellectuels » nés au siècle dernier peuvent aspirer à la compétence sociale que produisent, en marge de l'Etat, profession libérale et légitimité culturelle (« Je suis Joseph Garcin, publiciste et homme de lettres68… ») : François de Rebatu est « un Poète et magistrat parfait69», tout comme Jacques Loys est « licencié en droit et poète lauré70».

122Cette caution intellectuelle qu'apporte la poésie ajoute probablement aux obstacles idéologiques de sa professionnalisation, telle que l'illégitimité des droits d'auteur. D'autres systèmes de référence, comme les salons, peuvent l'annexer de surcroît comme caution d'une culture mondaine71. Quant à la place tenue par la poésie dans la formation humaniste, on peut se demander si elle n'entre pas en contradiction avec « l'évolution des sociétés et des Etats […où] la profession intellectuelle [est] soumise au morcellement et à la spécialisation72».

123Peut-être reste-t-il cependant de cet « universalisme intellectuel » de l'humaniste, symbolisé par le poète, l'irréductible ambition de l'intellectuel à pouvoir agir sur le monde73? Sa fonction médiatrice du réel reste constitutive de ce qui peut aujourd'hui définir la littérarité. Dans le Baudrier du sacre de Louis XIII, les élites lettrées s'attachent à la « vérité poétique » d'un acte, le don royal, dont la vision ne pouvait suffire à révéler tout le sens74: ainsi le discours poétique a-t-il pour fonction de rendre l'univers signifiant, au point que ce miroir tendu vers le réel semble bien être la fonction première de la littérature.

Haut de page

Notes

1 François de La Mothe Le Vayer, Derniers petits traités en forme de lettres escrites à diverses personnes studieuses, Paris, 1660 : « puisque je n'ai rien écrit contre les vrais favoris d'Apollon, tenez pour assuré que personne ne voudra prendre pour soi, ce que j'ai dit aussi sans dessein de taxer en particulier aucun de cette profession », p. 343.
2 J'ai souligné les termes en italique dans les citations.
3 B.M. Méjanes, Aix-en-Provence, Ms 907, fol. 9 et 140, 287. Conseiller du roi au Présidial de la ville, François Rebatu laisse plusieurs recueils manuscrits de poésies, et des travaux sur l'histoire de sa ville. Il commence son recueil de lieux communs en 1646.
4 Sous l'impulsion de Dante et de Pétrarque, l'humanisme italien élève ainsi « la poésie… à la fonction de “théologie poétique”, presque égale en dignité à la théologie dogmatique et mystique, à la philosophie et au droit canon parmi les sciences sacrées », Marc Fumaroli, « L'inspiration du Poète de Poussin : les deux Parnasses », L'école du silence. Le sentiment des images au XVIIe siècle, Paris, Flammarion, 1994, pp. 53-146, p.69.
5 La fondation de l'Académie française, en 1635, témoigne de l'intérêt que la monarchie porte à la langue.
6 Sur le prestige de la poésie et du poète, voir Eugenio Garin, L'Education de l'homme moderne, 1400-1600, Bari, 1957, Paris, 1968, et Marie-Madeleine Fragonard, Les dialogues du Prince et du Poète, littérature française de la Renaissance, Paris, Gallimard, 1990, p. 124. Sur l'émergence d'un champ littéraire au XVIIe siècle, voir Alain Viala, Naissance de l'écrivain, Paris, Minuit, 1985.
7 Montesquieu, Les lettres persanes, Paris, 1721, G.F., 1992, p. 90-91.
8 Ces institutions hétéronomes sont notamment la cour, les salons, ou les académies. Cf. A. Viala, op. cit.
9 Autour de cette dualité « écrivants »/écrivains, voir notamment Daniel Fabre (dir.), Par écrit. Ethnologie des écritures quotidiennes, textes réunis par Martin de La Soudiere et Claudine Voisenat, Paris, MSH, 1997.
10 Le Mont Parnasse, ou de la préférence entre la prose et la poésie, par M.D.S., Paris, De Bresche, 1663, p. 22.
11 Op. cit., p.22
12 Chevalier d'Aceilly, Diverses petites poésies, Paris, Cramoisy, 1657, pp.123 et 126.
13 Cf. Ellery Schalk, L'épée et le sang. Une histoire du concept de noblesse (vers 1500 - vers 1650), Princeton 1986, Paris, Champ Vallon, 1996, p. 25 : « …la noblesse est conçue au XVIe siècle comme une fonction. Il nous faut ajouter que cette fonction est, par essence, d'agir conformément à la vertu. »
14 « Nobles ou non, tous admettaient dans l'ensemble que le principe de l'anoblissement était accordé en récompense d'authentiques actes de “vertu”, supposés accomplis évidemment sur un champ de bataille » (id. p.31).
15 Cf. Michèle Descolonges, Qu'est-ce qu'un métier?, Paris, PUF, 1996.
16 Hilde de Ridder-Symoens, « Formation et professionnalisation », in Wolfgang Reinhard (dir.), Les élites du pouvoir et la construction de l'Etat en Europe, Paris, PUF, 1996, pp. 203-236, p. 217. Il s'agit d'apporter aux élites professionnelles « une éducation sociale, morale et politique, correspondant aux normes et aux valeurs de la société qu'elles étaient censées diriger » (id, p. 217). Eugenio Garin, qui a beaucoup insisté sur la place de la poésie dans l'éducation de l'homme moderne (voir supra), rappelle également que cette éducation devient partie intégrante du statut social. Comme l'écrit Frances Yates, « les disciplines morales […] sont toutes ensemble embrassées dans la vision du poète quand ce dernier est inspiré de la “fureur divine” » (Les académies en France au XVIe siècle, Wargburg Institute, 1947, Paris, PUF, 1996, p.154.
17 Le corpus est impressionnant. Les pièces liminaires offertes aux auteurs témoignent de la circulation manuscrite des pièces; certains auteurs, comme François Rebatu, sont au cœur d'échanges quotidiens avec les membres de la notabilité locale (BM Méjanes, Ms 156, 561…) ; la plupart des grandes villes de France s'illustrent par leurs chantres locaux, dont les vers célèbrent les « rites de passage » (mariages, décès…) et les événements politiques; le rituel poétique accompagne aussi les sollicitations ou les remerciements auprès d'un supérieur hiérarchique; il faudrait encore évoquer la production des académies, des salons, de la cour… Dans ces pratiques, la part des « professions de justice » est écrasante, de la Robe à la basoche : dans les seuls recueils collectifs, sur les 171 versificateurs « occasionnels » identifiés n'ayant publié qu'une seule pièce, 69 (soit 40%) sont issus de ces milieux (Isabelle Luciani, « Les poètes au XVIIe siècle, essai de sociologie historique », Maîtrise sous la direction de Daniel Roche, Université Paris I, 1994).
18 Cette dimension argumentative des œuvres s'appuie sur de nombreuses stratégies que je ne développerai pas ici; l'allégorie par exemple (le Parnasse, le procès poétique), est largement utilisée lorsqu'il s'agit d'établir un espace énonciatif légitime.
19 Mais les conflits d'autorité propres au champ littéraire du temps ne sont pas directement l'objet de cet article…
20 Ces quelques 450 Vies manuscrites ont disparu en 1871 dans l'incendie de la bibliothèque du Louvre. Fort heureusement, presque la moitié d'entre elles avaient été recopiées ou déjà publiées : Ernest Gellibert Des Seguins publiait en 1862 Les Poètes angoumoisins, Philippe Tamizey de Larroque l'imitait en 1866 avec Les Poètes gascons, et en 1866 avec Les Poètes bordelais et périgourdins. (L. et M.Locey, J.L. Pallister (ed.), Vies des Poètes tourangeaux, Biblio 17, Paris, Seattle, Tübingen, 1989, pp. V-VII).
21 Guillaume Colletet, op. cit.
22 « Il estoit profond Theologien, scavant Philosophe, Grand Mathématicien, scavant Orateur, subtile Alchymiste et supportable Poëte », ce qui sous sa plume est déjà un compliment… (id., p.20)
23 Id, p.37. 19 poètes français ou latins sont alors énumérés.
24 « Qui croiroit que cet homme si savant… eut pu se rendre si ridicule en composant des vers? » (id, p.74)
25 id., p.83-84.
26 François de Rebatu, Recueil de diverses pièces et compositions faictes tant par mestre françois de Rebatu, conseiller du Roy au siège de Sénéchal et submissions de la ville d'Arles et son ressort, que autres… Sur divers subjects, BM Aix-en-Provence, Ms 156, fol 11 et 70.
27 Nicolas Frénicle, L'Entretien des Illustres Bergers, Paris, Dugast, 1634. Nés entre 1595 et 1605, ces jeunes gens issus pour la plupart des milieux de judicature ont en commun la formation humaniste des collèges et de l'université; ils appartiennent à cette génération qui doit concilier les héritages humanistes de la Pléiade et les pratiques mondaines des salons afin de faire carrière. Guillaume Colletet (1598-1659), fils d'un procureur au Châtelet, devient avocat mais ne plaide guère; il est de toutes les mouvances littéraires, des milieux libertins jusqu'à l'Académie française; Nicolas Frénicle (1600-1662), de famille noble, fait carrière dans la Robe; il est avocat au Parlement de Paris, puis conseiller général à la Cour des Monnaies. Il est mis en cause avec Colletet et Théophile de Viau dans le procès des satiriques de 1623 (mais seul ce dernier « échoue » dans les prisons de la Conciergerie). Le groupe compte aussi Antoine Godeau (d'avocat, il devient évêque de Vence après avoir fait carrière dans les salons et sous l'aile de Conrart), Germain Habert, Claude Malleville, Pierre de Cotignon, sieur de La Charnayes, François Ogier, Louis Mauduit, Jean César de Villeneuve, ou Isaac Du Rier…
28 id., Eglogue XI, p.388. Il s'agit de Gaucher II, dit Scevole Ier (Loudun, 1536-1623). Après des études de droit à Poitiers, il devient contrôleur général des finances en Poitou, maire et capitaine de Poitiers, trésorier de France dans la même généralité. En 1588, il siège aux Etats de Blois, et déploie son zèle pour la cause royale. Il est ensuite intendant des finances dans l'armée de Bretagne, commandée par le duc de Montpensier, et Maire de Poitiers. Poète latin de renom, son tombeau réuni en 1630 plusieurs dizaines d'auteurs (Scevolae Sammarthani Quaestoris Franciae Tumulus, Paris, Jacques Villery, 1630).
29 Sur le pouvoir du récit à instituer la vérité, cf. Louis Marin, Le récit est un piège, Paris, Minuit, 1978. L'analyse d'un tel procédé doit naturellement se poursuivre dans l'étude conjointe des sociabilités littéraires.
30 P. Estienne Carneau, La Piece de cabinet dédiée aux Poëtes du Temps, Paris, Jean Paslé, 1648.
31 op. cit., p.3
32 id, p.12.
33 id., p.12.
34 Id, p.13.
35 Outre les Vies de poètes, les digressions biographiques sont fréquentes dans les œuvres, que l'auteur évoque son parcours ou rende hommage à l'un des siens.
36 Guillaume Colletet, Les Divertissements, Paris, Estienne, 1631, p.56
37 « Les ignorans ont l'applaudissement du peuple », N. Frénicle, op. cit., p.143.
38 L'argumentation technique est utilisée, bien sûr, par les « maîtres de la langue ». Le purisme malherbien applique ainsi les préceptes d'un art poétique au jugement des auteurs qu'il condamne. Mais ce type d'argumentation n'est que rarement utilisée seule, et parfois même totalement inexistante, alors qu'il s'agit de juger la qualité d'un poète.
39 Bibliothèque de l'Arsenal, Mss 4127, fol. 483. On pourrait multiplier les exemples. Dans ses Vies de poète, Colletet rappelle que Roland Brisset aimait la poésie « dont la nature avait répandu les semences secrètes dans son esprit dès sa plus tendre jeunesse » (op. cit. p.55), et que Beroalde, qui « suivit l'exemple d'un docte père », « fit imprimer fort jeune » son premier ouvrage (id., p. 21 et 24).
40 Pierre Davity, Les travaux sans travail, Lyon, Ancelin, 1603, lettre à Monsieur de Luc, p.71.
41 Voir supra.
42 Id, p. 9.
43 « Ce berger [Arcas] parla de la sorte, et bien que le sujet de ses vers ne fut pas enrichi de pensées relevées… néanmoins la grâce dont il les prononcea les fit paroistre avecque un éclat merveilleux… », id., p. 191
44 Œuvres poetiques de J[ean].L. Douaysien licentié es droicts, Diffusées en IIII livres, et Œuvres poetiques de Jacques loys Docteur es droits et poète lauré, Douai, Pierre Auroy, 1613. Il s'agit d'une édition posthume du père et du fils, suivie d'un recueil d'hommages : Les honneurs de Jean Loys licentié et advocat et de Jacques Loys son fils docteur ès droits, poètes douysiens, Douai, Pierre Auroy, 1612.
45 Il s'agit du « puy » local, la grande confrairie des clercs parisiens.
46 Op. cit., pp. 87à 95.
47 Le bal des muses à Jacques Dansaert au jour de sa licence ez droicts prise à douay le 6 de may, l'an 1609, op. cit, p. 106.
48 Plaintes funebres de Hierosme de Benevent, Conseiller du roy, et Thrésorier Général de France, en la généralité de Berry, sur le deceds de François de Benevent son père, aussi Conseiller du Roy, et Thrésorier General en la mesme Généralité, Paris, Claude Morel, 1608.
49 Cf. notamment H Baron, The Crisis of the Early Italian Renaissance. Civic Humanism and Republican Liberty in an Age of Classicism and Tyranny, rev. éd., Princeton, 1966, et In search of Florentine Civic Humanism. Essays on the Transition from Medieval to Modern Thought, 2 vol, Princeton, 1988, ainsi que J.G.A. Pocock, The Machiavellian Moment. Florentine Political Thought and the Atlantic Republican Tradition, Princeton, 1975, Paris, PUF, 1997.
50 « Au moins si j'eusse veu ses mourantes paupières / … Je n'aurois dans le cœur le regret qui me tue » (op. cit. p. 26).
51 La perfection poétique signifie à travers la maîtrise du verbe l'adéquation parfaite entre « la forme et la matière qu'elle travaille » (Marc Fumaroli, « Jules Cesar Scaliger et le “schème historiographique” dans la Poétique », dans C.Balavoine et P. Laurens (dir.), La Statue et l'empreinte. La poétique de Scaliger, Actes du Colloque du Centre d'Etudes de la Renaissance de Tours, 1983, Paris, 1986, p.9).
52 cf. Sylvain auroux (dir.), Histoire des idées linguistiques, Mardaga, 1985, notamment la section 4 du 2e volume, rédigée par Sylvain Auroux et Geneviève Clerico, sur « Les traditions nationales : France », pp. 359-385) : « … le sujet de la grammaire générale ­ l'homme universel ­ n'est nullement le sujet de la langue française, comme l'indique assez la définition que l'Encyclopédie donne de la langue : “totalité des usages propres à une nation pour exprimer les pensées par la voix”. » (p.377)
53 cf. Roger Chartier et Hugues Neveux, dans Emmanuel Le Roy Ladurie. (dir.), Roger Chartier, Guy Chaussinand-Nogaret, Hugues Neveux. La ville des temps modernes, de la Renaissance aux Révolutions, Paris, 1998, chapitre I, « La ville dominante et soumise, Conflits et tensions », p.155 sqtes.
54 Les Jeux sont fondés en 1323 par sept troubadours, avec l'aide financière de la ville. Cf. Isabelle Luciani, « La province poétique au XVIIe siècle : sociabilité distinctive et intégration culturelle », Revue d'histoire moderne et contemporaine, 47-3, juillet-septembre 2000, pp.545-564. Ce rôle de l'Académie dans le conflit qui oppose capitouls et parlementaires a fait l'objet d'un approfondissement lors d'une communication proposée le 25 mai 1999 à la Maison Méditerranéenne des Sciences de l'Homme (Aix-en-Provence), dans le cadre de deux journées de l'Ecole Doctorale « Lettres et Sciences humaines » sur La littérature : source, ressource ou concurrente des sciences sociales.
55 Académie des Jeux floraux, « Actes et déliberations du collège du Gay Savoir », vol 1 et 2. Ce recueil manuscrit présente le compte rendu annuel des séances de 1590 à 1541; le greffier, Coderci, a cependant pu recopier une partie des procès verbaux précédents, entre 1513 et 1590.
56 ACT, GG 917, Livre des Délibérations concernant les Jeux Floraux commencé par Mrs les Capitouls qui entrèrent en charge en l'an 1625, fol 1. Bien entendu, le registre des Jeux Floraux dit exactement le contraire.
57 Pierre de Caseneuve, Origine des Jeux Floraux de Toulouse, Toulouse, R.Bosc, 1659
58 op. cit. p.2.
59 Id. p.63, et pp. 103-105.
60 Id., 11 septembre 1625, fol 13.
61 Académie des Jeux floraux, op. cit., vol II, année 1596, fol 76
62 ACT, GG 915, fol 141 sqts.
63 Plusieurs pièces sont signées par les élèves du collège royal Bourbon (Collegii Borbonii alumni), et par trois de leurs enseignants (op. cit, pp.11-13). Ce recueil imprimé par le notaire aixois Boniface Borrilly célèbre le don que lui fit le roi à l'occasion de son Entrée dans la ville en novembre 1622; à travers chaque poème, les auteurs décrivent un aspect du don royal, afin de parvenir au « récit de la vérité… de ce don » (Lettre de Borrilly à Peiresc, février 1623; publiée par tamizey de larroque, Les correspondants de Peiresc, XVIII, Boniface Borrilly, Aix-en-Provence, 1890, p. 20-23). Naturellement, cette interprétation est très favorable à la Provence, qui recevrait du roi la reconnaissance d'une place privilégiée dans le royaume, et à la ville d'Aix, qui renforce ici sa conscience historique de capitale, célébrée déjà dans les arcs triomphaux de l'Entrée (cf. Noël Coulet, « L'histoire médiévale de la Provence dans le Discours sur les Arcs triomphaux de Jean de Galaup-Chasteuil (1623) », in Provence historique, t. 34, fasc. 139, 1985, pp. 11-26.)
64 Le premier Recueil des Recreations Poetiques de M. Jean alary, Advocat en Parlement, A la Royne Marguerite, Paris, Pierre Ramier, 1605, fol 4.
65 « … la langue française devient aussi peu à peu une langue sacrée parée de qualités multiples. Cette mystique de la langue amène à affirmer que le français est parlé partout dans le royaume, et que langue et nation coïncident », Colette Beaune, Naissance de la nation France, Paris, Gallimard, 1985, p. 394.
66 Op. cit, p.185. La même correspondance s'imposait à Caseneuve, évoquant la justice municipale.
67 Alary leur confère génériquement le nom de « beaux esprits », et ne se contente pas d'associer la maîtrise du verbe à une dignité, mais aussi à la fonction parlementaire. Ainsi, dans une pièce dédiée à Monsieur de Trellon, conseiller au Parlement de Toulouse, « sur son livre des Duels », il sollicite son talent au service de la monarchie : « Appelez en Duel, le Duel malheureux, / Que vous blessez à mort des traicts de vostre plume » (op. cit., p. 56). Cet ouvrage intervient lors d'une nouvelle crise opposant mainteneurs et capitouls, ces derniers perturbant la publication d'un édit royal contre les duels pour des raisons de préséance (AMT, FF 68, Procès contre les officiers des juridictions royales, les officiers des gabelles, élections capitulaires, défense des privilèges, 1601-1788, liasse « conflits de juridiction », 1601-1605, fol 1-5.)
68 J-P SARTRE, Huis clos, Paris, 1947, Gallimard, 1996, p. 24.
69 Sonnet A Monsieur de Pourcelet lieutenant Criminel au siège d'Arles…, op cit., fol 50.
70 C'est l'identité dont il revêt sa « fonction-auteur » sur le frontispice même du recueil (op. cit.).
71 Charles Cotin, prototype de « l'abbé mondain », affirme ainsi dans son Discours sur les Enigmes (Rouen, 1655) que « les descriptions énigmatiques sont obscures, à ceux qui ne sont pas polis et intelligents » (p. 7).
72 Vittor Ivo Comparato, « Un exemple d'individualisme moderne : la politique et le malaise des intellectuels à l'âge baroque », in Janet Coleman (dir.), L'individu dans la théorie politique et dans la pratique, Paris, PUF, 1996, pp.173-195.
73 L'intellectuel, sans entrer dans le moule professionnel anglo-saxon « aspire à l'universel et défend ses propres valeurs »  (Christophe Charles, Naissance des « Intellectuels », 1880-1900, Paris, 1990, p. 232.)
74 Op. cit. p. 48

Afin que noz yeux esblouys D'une plume dans l'or trempée

En voyant ce beau don paroistre Il faut graver ces beaux vers

Puissent plus aisément cognoistre « Voicy le Baudrier d'une espée

Que c'est le Baudrier de Louys Qui doit vaincre tout l'univers »75

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Isabelle Luciani, « « Les vrais favoris d'Apollon » », Rives méditerranéennes [En ligne], Jeunes chercheurs, mis en ligne le , consulté le 28 mai 2017. URL : http://rives.revues.org/71 ; DOI : 10.4000/rives.71

Haut de page

Auteur

Isabelle Luciani

Université de Provence,UMR TELEMMEPrépare actuellement une thèse sous la direction de Régis Bertrand et Daniel Roche, sur les pratiques poétiques de langue française dans la première moitié du XVIIe siècle.

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

© Tous droits réservés

Haut de page
  • Revues.org