Navigation – Plan du site

La seigneurie en Provence au XIIIe siècle :

le cas d'Entraunes et St-Martin d'Entraunes d'après l'enquête de 1285
Laure Verdon
p. 57-79

Texte intégral

1Les Archives Départementales des Bouches-du-Rhône conservent, sous la cote B 380, un rouleau de six feuilles de parchemin collées les unes à la suite des autres, concernant l'enquête effectuée à Entraunes et Saint-Martin d'Entraunes en septembre 1285 et ayant fait l'objet d'une expédition notariée datée du 14 novembre de la même année. Cette enquête a été établie à la demande des deux coseigneurs des lieux, Raimond Roux de Comps et Raybaud de Piégut, à la suite d'un conflit les ayant opposés au sénéchal de Provence à propos du paiement des lods et trézains par les milites et les castlans des deux villages.

2La procédure de l'enquête, établie sur la base d'un questionnaire rédigé par des juristes et proposé ensuite aux témoins venus déposer devant notaire, est bien établie en Provence depuis le milieu du XIIIe siècle On peut même distinguer plusieurs types d'enquête, à commencer par celles ayant pour objet la réforme de l'administration comtale et de ses agents. J.P. Boyer a ainsi pu dater l'apparition en Provence des premiers statuts de réformation des officiers, en 1266-671, sans doute mis en application dès les années 1270. Il faut cependant attendre 1289-90 et le retour de Charles II après sa captivité aux mains des Aragonais, pour voir établie une grande enquête destinée à recevoir les réclamations de tous ceux s'estimant lésés par la cour comtale.

3Ces enquêtes générales peuvent également porter plus précisément sur les revenus comtaux et avoir une portée plus spécifiquement fiscale. Celle de 1252, établie à la demande du roi Charles Ier et publiée par E. Baratier 2est bien connue, de même que celle de 1296. En 1289-90, le comte fait également enquêter dans ses terres sur les biens nobles achetés par des clercs ou des roturiers de façon à établir un contrôle des transferts de fiefs et imposer son droit à percevoir les amortissements.

4L'enquête peut aussi être le moyen de régler un conflit d'autorité survenu entre un seigneur et le comte ou encore entre seigneurs. C'est de ce deuxième type, semble-t-il fort fécond, que ressortit notre enquête. On peut également citer, entre autres exemples, le cas de la ville d'Arles qui fit l'objet d'une procédure inquisitoriale en 1269-70 destinée à fixer les limites respectives des territoires de la commune, gouvernée par Charles Ier, et de la seigneurie de Bertrand de Baux3. Cette investigation s'inscrit dans une série du même genre en Provence rhodanienne afin de fixer les droits respectifs des communes et des seigneurs sur les pâturages, les marais et les cours d'eau. En 1285-86, un compromis est aussi établi entre la famille des Simiane et l'ordre de l'Hôpital, portant sur un ensemble de localités de la montagne de Lure.

5Le document de 1285 sur Entraunes présente, néanmoins, quelques singularités. Le questionnaire établi porte sur 16 titres, que l'on peut regrouper en trois ensembles :

6- un premier groupe de questions concerne le paiement des trézains (articles I, X, XI, XVI)

7- puis on trouve des questions ayant trait à l'exercice de la seigneurie sur ces deux villages; on demande en particulier aux témoins qui sont les seigneurs (III, IV), de qui tiennent les milites et castlans du lieu (VI, X, XVI), qui, enfin, exerce le pouvoir de ban (II, V, XIII, XIV)

8- enfin, un troisième groupe de questions est relatif au partage des droits seigneuriaux réalisé entre les deux fils du seigneur Faraud de Thorame, vraisemblablement vers 1270 (VII, VIII, IX, XV).

9Cette enquête semble, cependant, avoir été réalisée dans une certaine précipitation, ou pour reprendre les termes d'E. Baratier qui l'a en partie publiée 4« avoir été menée rondement. C'est le moins que l'on puisse dire puisque l'ordonnance émanant du sénéchal de Provence Isnard d'Agout-Entrevennes est datée du 17 septembre 1285, l'enquêteur (le chevalier Guillaume de Populo, juriste de formation, assisté d'un notaire et d'un huissier de Digne) convoque les officiers royaux de Puget-Théniers à Entraunes pour le 23 septembre et l'enquête se déroule dans ce village entre le 24 septembre et le 27 septembre. Le nombre de témoins interrogés contribue à accentuer ce sentiment de précipitation : loin des 206 témoins évoqués dans le Liber Rubei arlésien, nous devons nous contenter de 24 interrogatoires, dont 14 pour Entraunes et 8 pour Saint-Martin d'Entraunes. La taille de ces villages n'est cependant pas en proportion : en 1313-15, on compte 147 feux de queste à Entraunes et 120 dans la localité voisine. On peut également douter que les 24 témoins aient bien été interrogés tous sur les 16 points du questionnaire : au moins 5 d'entre eux ne répondent, en effet, qu'à une seule question, d'autres font une réponse globale à plusieurs titres ou passent d'un titre à un autre en en « oubliant  plusieurs. A tout le moins, le notaire se livre à une reconstruction du récit due à sa mise par écrit. On soulignera, enfin, le fait que les officiers royaux n'ont pas voulu répondre à la convocation des enquêteurs démontrant de la sorte une certaine mauvaise volonté à régler cette affaire.

10Cette précipitation s'explique sans doute en partie par le contexte perturbé de l'année 1285 qui voit la mort de Charles Ier et la captivité de son héritier Charles II qui restera aux mains des Aragonais jusqu'en 1288. On comprend, dès lors, que les officiers royaux n'aient pas jugé urgent de régler un conflit ayant, qui plus est, tourné à l'avantage de la cour (le produit des trézains se trouve, en effet, en 1285 placé sous séquestre à Puget-Théniers), dénoncé par deux seigneurs lésés. Néanmoins, la réaction du sénéchal montre une certaine bonne volonté (le dialogue avec l'aristocratie semble, d'ailleurs, renoué depuis 1266-67), à moins que ce ne soit un élément de plus à apporter à la lente construction de l'édifice administratif angevin en Provence, le sénéchal ayant espéré régler la question au profit de la cour en officialisant une situation de fait.

11Car ce que révèle cette enquête est bien une progressive main-mise du comte sur les revenus seigneuriaux dans ces deux localités, en marche depuis le milieu du XIIIe siècle. Notre document s'inscrit en effet également dans le cadre des efforts de réorganisation administrative menés en Provence dès le règne de Charles Ier. Ceci est passé par une multiplication du nombre des officiers de l'administration locale notamment : l'enquête donne la parole à l'un de ces « petits » bayles, établi en l'occurrence à Saint-Martin, qui dit être resté en fonction pendant 10 ans, mais n'avoir exercé qu'en l'absence « des officiers majeurs », c'est-à-dire sans doute du bayle de Puget-Théniers. Ce personnage, R. Bartholomé, se dit être l'homme d'un castlan de Saint-Martin et n'a a priori aucune formation ni compétence spécifique. Il ne semble plus, d'ailleurs, y avoir de petit bayle à Saint-Martin en 1285. Le document évoque également le bayle royal d'Entraunes, le notaire R. de Châteauneuf.

12A l'ouest et à l'est de la baillie de Puget-Théniers, l'emprise comtale accrue s'est traduite par une réorganisation des circonscriptions administratives :

13­ à l'ouest, la vaste baillie de Digne s'est vue morcelée en cinq éléments, par la création de la baillie de Castellane, à la suite de l'intégration de la baronnie de Castellane au domaine comtal entre 1262-1278, puis les créations des baillies de Moustiers (1299-1300) et de Barjols (1322).

14­ à l'est, entre 1290 et 1318 se constitue la viguerie du comté de Vintimille et du val de Lantosque qui se détache de celle de Nice.

15Enfin, sur le plan fiscal, la Provence a été mise à contribution dès le règne de Charles Ier pour subventionner les entreprises italiennes de ce dernier. Dès 1265-68, on assiste à une multiplication des impositions (notamment de la queste et des fouages) et une mobilisation des combattants par une généralisation de la levée de la cavalcade comtale, dont notre document porte témoignage.

16Ce texte est donc, bien qu'assez succinct, riche d'enseignements sur le visage de la seigneurie provençale à la fin du XIIIe siècle et les empiètements de pouvoir auxquels le comte se livre depuis le milieu du siècle.

Les cadres de la seigneurie :

La mémoire collective et son fonctionnement :

17Ce thème de recherche, issu de l'utilisation des enquêtes comme document historique, fait l'objet, depuis une quinzaine d'années, d'études de plus en plus nombreuses et précises, qui affinent à la fois les outils de l'analyse et les conclusions auxquelles on peut aboutir5. Mon propos ne sera pas ici d'apporter du neuf, mais de voir comment la mémoire collective perçoit la pratique seigneuriale, ce qu'elle en retient et la manière dont elle le fait. Le lieu commun de la coutume orale fondant la légitimité du droit seigneurial mérite, je crois, d'être précisé et affiné afin d'atteindre au plus près la réalité du fonctionnement de la seigneurie

18A Entraunes comme ailleurs, la mémoire fonctionne sur la base de cycles. Il ne s'agit pas ici de cycles agricoles, saisonniers ou liturgiques, comme ont pu le révéler d'autres études, mais de périodes d'entre 5 et 20 ans qui semblent rythmer la vie seigneuriale et dont on se souvient relativement précisément, même si l'énonciation du souvenir se fonde toujours sur une fourchette de temps.

19Au-delà de 20 ans, la mémoire devient très élastique, même si les témoins sont conduits à préciser jusqu'à quand remonte leurs souvenirs par une formule qui ouvre généralement les interrogatoires : memoria que est triginta annorum et plus (témoin 3) ou a tempore sue memorie citra que est LXXX annorum (témoin 2. On semble ici avoir d'ailleurs confondu la profondeur de la mémoire et l'âge approximatif de la personne qui dans ses souvenirs précis ne remonte pas au-delà de 15 ans. Deux témoins seulement, en effet, donnent leur âge : il s'agit des témoins 22 et 23 : interrogatus cujus etatis est, dixit quod LX annorum et plus (E. Baratier conclut à une moyenne d'âge de 40-50ans). Comme le remarque M. Aurell, la mémoire peut remonter loin (40-50ans), mais la moyenne est plus réduite, de l'ordre d'une vingtaine d'années.

20Au-delà, on rencontre ce que N. Coulet nomme « le temps étiré de la coutume , sans référence ni souvent expérience personnelle précise : il s'agit, par exemple, de rappeler le temps de la génération précédente, comme le fait le témoin 22 dont le père fut bayle des seigneurs et, à ce titre, perçut les trézains pour eux. Ce cas est intéressant car le témoin ne donne pas de précision chronologique de lui même, les enquêteurs doivent l'interroger à plusieurs reprises pour qu'il précise (interrogatus de tempore dixit quod sunt bene XXXV anni). Quelques témoins ancrent également ces époques reculées en référence à un règne : trois témoins font allusion au temps de Raimond Bérenger V (pour dire qu'il n'avait alors aucun droit sur les villages), un autre au début du règne de Charles Ier (postquam dominus noster rex dominus (sic) karolus felicis memorie fuit dominus provincie). Ce temps imprécis est aussi celui du seigneur Faraud de Thorame pour lequel est employé le plus souvent la référence à la coutume ou l'utilisation d'expression comme semper vidit, tunc, semper tempore. L'exercice des droits seigneuriaux se définit alors véritablement, dans la bouche des témoins, comme une habitude plusieurs fois répétée (semper vidit per consuetudinem observari). Le témoin 19, domicellus de Saint-Martin qui fut procureur des seigneurs en ce lieu, évoque sa charge en ces termes : fuit procurator a recipiendum trezena seu laudimia et tunc recepit multa trezena et laudavit multas venditiones. Le témoin 21, qui fut lui aussi procureur pour les trézains, résume, quant à lui, très bien la situation par cette formule : tunc percepit plura trezena sed non recordatur de omnibus qui longum tempus est quod fuit.

21Ces souvenirs lointains peuvent se cristalliser néanmoins sur des événements jugés exceptionnels et dont la personne interrogée a été le témoin. Notre enquête comporte deux références de ce type :

22­ la première concerne le témoin 16 qui se souvient avoir vu « il y a bien 40 ans » deux seigneurs mineurs du castrum prêter hommage à Faraud de Thorame.

23­ la seconde est très précise et signifiante à plus d'un titre : le témoin 18, Raymond de Châteauneuf notaire, déclare avoir vu a XL annis citra… quod dominus Guillemus Martinus condam judex Thenearum condepnavit quandam mulierem de Sancto Martino cujus nomen ignorat ad mortem et vidit ipsam in platea de Guillemo comburi. Ce témoignage intervient alors que le notaire qui témoigne est en train de préciser à qui, selon lui, appartient le droit de haute justice et à quand remonte l'intervention de la cour comtale en ce domaine. Ce qui frappe ici, et ce pourquoi le témoin a retenu cet épisode, est d'une part la mise en scène de l'exécution, qui a lieu non pas au village mais sur la place de Guillaumes, c'est-à-dire sur le lieu d'exercice du pouvoir comtal, mais aussi le statut de la condamnée : C. Gauvard a bien montré dans sa thèse l'extrême rareté de la condamnation à mort des femmes, d'une part, et d'autre part les modes d'exécution de ces dernières qui sont plutôt l'enfouissement ou la noyade6. On aimerait évidemment en savoir plus sur ce cas, qui souligne néanmoins le caractère exceptionnel de l'usage de la justice de sang : en 40 ans, il semble que la peine de mort n'ait été prononcée qu'une seule fois dans le cadre de cette seigneurie.

24Les références se font plus précises lorsque l'on en arrive au temps présent, c'est-à-dire à la seigneurie des deux fils de Faraud, au point que la perception du temps semble même en être modifiée (témoin 15 :         ). Un autre (témoin 12) oppose l'antiquité de la coutume « aux temps modernes  (ipsa moderna tempore) Le partage des droits seigneuriaux entre les deux frères ne semble pourtant pas avoir laissé de souvenirs chronologiques précis, pas plus que le décès de leur père Faraud : le témoin 1 évoque le moment de l'héritage par cette formule : postea ipsi domini Raymbaudus et Raymundus diviserunt segnoriam et quicquid habebat in castro Antraunis ; le témoin 2 se contente d'évoquer le : tempore quod decessit sans autre précision; le 9, enfin, évoque le partage sans que cela renvoie, pour lui, à un souvenir visuel concret : bene scit predictos dominum Raymbaudum et dominum Raymundum fratres inter divisse milites et homines et jura… non interfuit divisioni sed de ipsa fuit fama. La rumeur ­ fama ­ peut, d'ailleurs, venir renforcer le souvenir visuel : il n'est pas inintéressant de souligner que le seul témoin un peu plus précis que les autres à ce propos est un habitant de la localité voisine de Colmars qui déclare : dixit quod vidit et audivit quod dicti fratres bona et hereditatem dicti condam domini Faraudi eorum patris diviserunt ; il précise peu après que ce fait se place il y a environ 16 ans.

25La mémoire devient beaucoup plus fiable, en revanche, à propos de l'intrusion du comte de Provence dans le jeu seigneurial, que l'on peut dater d'une quinzaine années (On verra plus loin que la mémoire collective est ici conforme à la réalité des faits).

26Car le souvenir touche là directement à la pratique seigneuriale et à la présence du seigneur La mémoire devient alors plus solide sur la foi de la vision avant toute chose : le rythme de la coutume en paraît même, dans l'énoncé, rompu par l'emploi de l'expression salvo quod qui introduit, dans le cadre proposé par le questionnaire, un détail que le témoin va énoncer et qu'il place non plus dans « le temps étiré de la coutume mais il y a entre 5 et 15 ans (bene sunt… anni). L'audition joue également un rôle dans la construction de la mémoire; elle peut être réservée au cadre spatial extérieur à la seigneurie : la rumeur, puisque c'est bien de cela qu'il s'agit, sert ainsi de medium à la connaissance des condamnations prononcées par la cour comtale à Puget-Théniers, par exemple, ou des guerres entreprises par les seigneurs dont la fama se répand dans les villages voisins. La fama va également suppléer la vision dans le processus de construction de la mémoire et établir définitivement un droit que plus personne ne se souvient avoir vu exercé (témoin 7 : fama est et fuit in dicto castro de Antraunis quod domini de podio acuto consueverunt antiquitus recipere dicta trezena, il ajoute que lui-même ne les a jamais vu les recevoir).

27Plus précisément encore, ce qui cristallise véritablement la mémoire, c'est l'expérience personnelle et l'on peut dire presque corporelle. De quoi se souviennent, en effet, les hommes interrogés en 1285 dans cette fourchette de temps qu'ils ont eux-mêmes fixée à 15ans plus tôt? Essentiellement de condamnations qu'ils ont pu subir (amendes et emprisonnements), de taxes qu'ils ont pu payer (trezains), de campagnes militaires auxquelles ils ont pu participer (témoin 1 : fuit unius de illis qui…). La vie du seigneur et les différents événements qui la composent sont également mémorisés, mais toujours par le biais de taxes auxquelles ils ont donné lieu (queste pour des adoubements fils de Faraud ou le mariage de la fille de Raybaud.). L'image forcément morcelée et biaisée qui ressort de ces témoignages est donc celle d'une pratique seigneuriale coercitive, répressive et spectaculaire, mais construite par la juxtaposition de multiples expériences personnelles. Le caractère maléable de ce type de mémoire est évident et il suffit d'une seule génération pour qu'un droit devienne coutumier. Un seul témoin fait référence à des archives écrites (témoin 9 : le bayle d'Entraunes qui dit avoir vu deux instruments publics dont l'un attestait de la levée des trezains par Raybaud à l'occasion d'une vente).

Le système de la coseigneurie

28Le système seigneurial est fondé, en Provence, sur une hiérarchie stricte qui superpose des seigneurs dits majeurs à d'autres nommés mineurs. E. Baratier en a dressé le modèle à partir des enquêtes comtales effectuées dès le milieu du XIIIe siècle, lorsque le comte cherche à s'insérer dans cette hiérarchie. Le cas du val d'Entraunes apparaît même comme un modèle en ce domaine7.

29La famille qui détient la seigneurie majeure à Entraunes et la moitié des droits sur Saint-Martin ­ les Faraud de Thorame-Piégut ­ fait partie de la moyenne aristocratie provençale, dont l'origine noble remonte sans doute au XIe siècle. Selon E. Baratier, sa généalogie apparaît « moins obscure  à partir du milieu du XIIIe siècle, l'enquête de 1285 permettant d'ailleurs de la compléter et d'apercevoir les stratégies choisies par ses membres.

30· Nous avons affaire à l'une des branches de la famille Faraud, dont l'enquête révèle la progressive identification par l'adoption du toponyme Piégut (appliqué de façon systématique dans notre enquête aux fils de Faraud et plus particulièrement à Raybaud, le fils aîné), créateur d'un nouveau lignage.Le contexte est ici identique à celui de la haute Provence : T. Pécout a montré dans sa thèse comment, durant la seconde moitié du XIIIe siècle, les grandes structures familiales éclatent, par le biais des partages successoraux notamment, au profit de lignages plus localisés8. Il convient, pour comprendre le phénomène, de remonter un peu plus haut : un premier membre de la famille Faraud apparaît dans le cartulaire de Saint-Victor, en 1122 : à cette date, un accord passé entre l'abbaye et l'évêque de Senez fait apparaître, en qualité de témoin, Foulques Faraud. Il faut attendre ensuite le début du XIIIe siècle pour voir surgir un autre Faraud, toujours dans le cartulaire de Saint-Victor : en 1218, Guillaume Faraud fait un legs en faveur du prieuré Sainte-Marie de Thorame et ancre la famille dans ce lieu. Il laisse également la tutelle de ses filles à Raybaud de Beaujeu. La généalogie sommaire des Faraud-Piégut reconstituée à partir des informations fournies par l'enquête permet de constater que si le prénom Guillaume semble avoir été abandonné, en ligne masculine tout au moins (au profit de la branche de Thorame sans doute aînée), il n'en va pas de même de Raybaud devenu lignager à partir de la seconde moitié du XIIIesiècle. Durant la première moitié du XIIIe siècle, la famille va s'allier aux puissants Glandèves, vraisemblablement par le mariage de l'une des filles de Guillaume Faraud avec Guillaume Balb de Saint-Auban. Cette alliance va créer un lien de parenté que l'on retrouve dans notre enquête : sur Saint-Martin, Faraud de Thorame partage la seigneurie majeure avec « son cousin  Gaufred Balb. Plus tard dans le siècle, une enquête sur les chevauchées comtales dans la baillie de Puget-Théniers fait apparaître Boniface de Glandèves ainsi que ses neveux Guillaume Faraud de Thorame et Guillaume Faraud de la Garde. Enfin, l'alliance avec les Glandèves se renforce par le mariage, attesté par un témoin de notre enquête, de l'une des filles de Faraud avec Guillaume de Saint-Auban.

31· Les alliances matrimoniales des filles de Faraud, telles qu'elles sont révélées dans l'enquête, permettent en effet de voir les stratégies poursuivies par la famille Faraud-Piégut durant la seconde moitié du XIIIe siècle :

32­ Guillema est connue pour être la mère de Faraud de Saint-Sauveur et Guillaume Rostaing, ce qui laisse supposer une alliance avec la famille Saint-Sauveur-Rostaing du val de Blore à laquelle elle transmet le prénom Faraud.

33­ Faraude a épousé, toujours selon les témoins de l'enquête, Albert Bérard de Meyronne; ici encore, il s'agit d'une alliance prestigieuse avec les Bérard-Meyronne qui ouvre les portes de la haute vallée de l'Ubaye.

34­ la quatrième fille citée, Raimonde, est dite « de la Penne », une seigneurie située près de Puget-Théniers et relevant en partie des Glandèves-Balb.

35Ces alliances renforcent la famille en direction du nord et de l'est (vallées de l'Ubaye, La Tinée) et consolident les rapports avec les Glandèves.

36Nous ne semblons donc pas avoir affaire à une famille sur le déclin; pourtant, le système seigneurial semble bien, lui, être entamé non seulement par l'intrusion du comte de Provence, mais aussi par le jeu des partages successoraux et la multiplication des seigneurs mineurs.

37Daté approximativement de 1270 (entre 15 et 16 ans auparavant suivant les témoins), le partage seigneurial effectué entre Raybaud et Raimond, les conduit à diviser en deux parts les droits tenus par Faraud sur Entraunes, tout en préservant en indivis ceux de Saint-Martin (dont ils ne possèdent pas plus de la moitié de toute façon). Ceci conduit donc les deux seigneurs à ne plus posséder qu'1/6e chacun des revenus des bans, fours et pasquiers, même si le partage donne lieu, dans un premier temps, à une sorte de resserrement lignager par le rachat de la part de Gaufred, le troisième frère. Par la suite, seul Raybaud se maintiendra en tant que coseigneur d'Entraunes (on le trouve encore mentionné dans l'enquête comtale de 1296.)

38Cette division des droits apparaît déjà à la génération précédente : du temps de Faraud, les bans, fours et pasquiers étaient déjà répartis en trois parts, l'une revenant à Faraud, un deuxième tiers aux Trossel associés aux Gaimard et le troisième aux Dosons.

39Gaufred Balb semble se défaire assez vite de ses droits sur Saint-Martin en les aliénant (vente?) à Audebert Dadaloys (un témoin évoque un autre nom : Bertrand d'Aloys).

40Le tableau que l'on peut dresser, à partir des témoignages, de la hiérarchie seigneuriale à Entraunes et Saint-Martin, fait apparaître, ainsi, un nombre, qui semble aller en s'accroissant, de seigneurs mineurs. Si certaines familles se maintiennent, en effet, tout au long du demi-siècle (comme les Trossel à Entraunes ou les Isoard à Saint-Martin), d'autres sont nettement plus récentes : la fin du XIIIe siècle est bel et bien, comme dans la Vésubie voisine, le « temps des milites », certains profitant de l'essor économique pour acquérir une part de seigneurie et contribuer à cet émiettement des droits que l'on rencontre partout en Provence à la même époque. La petite aristocratie est en plein essor, même si les droits et les revenus qu'elle possède sont souvent peu importants. L'enquête révèle, par le biais du témoin 15 notamment, au moins un exemple de la promotion d'un miles : celui de Raimond Roux de Comps (miles hodie dominus) auquel Raimond de Piégut vend sa part de seigneurie sur Entraunes. Certains seigneurs mineurs ne sont, d'ailleurs, même pas chevaliers : Raimond Isoard et Raimond Assalitus sont qualifiés de domicellus. Ces personnages peuvent servir d'agents seigneuriaux aux seigneurs de Piégut, comme Raimond Trossel qui fut bayle de Faraud à Entraunes pendant 16 ans.

41Enfin, complétons la hiérarchie en évoquant les castlans, dont E.Baratier estime le nombre à une vingtaine à Saint-Martin. Tout en ne pouvant prétendre à la qualité de noble, ils sont astreints aux mêmes services que les milites, et peuvent posséder terres et hommes sur lesquels ils exercent un droit de basse justice, perçoivent taxes foncières et trézains.

La force des liens féodaux :

42Si les intermédiaires se multiplient, au sein de la hiérarchie seigneuriale, le lien qui les unit aux seigneurs majeurs semble néanmoins fort. Il s'agit d'un lien vassalique ­ même si le terme n'est jamais employé ­ qui se caractérise en premier lieu par un certain nombre de devoirs auxquels les milites et castlans des lieux sont astreints par les seigneurs de Piégut et avant eux leur père Faraud.

43Plusieurs questions posées par les enquêteurs portent, en effet, sur les services dus par les milites (notamment les articles I, VI, VII, X, XI) : ceux-ci se traduisent d'abord par le paiement des trézains, équivalent du droit de relief, qui ne semble cependant pas avéré par tous les témoins.Il apparaît que si l'accord du seigneur est indispensable et coutumier à l'aliénation du fief, l'exigence du paiement d'un droit de mutation est, en revanche, apparue depuis peu de temps. Le témoin 16 est le plus précis à ce propos : s'il ne remet pas en cause le droit des seigneurs à percevoir les trézains sur les milites, il précise cependant qu'il a vu R. Isoard accorder son accord, au nom des seigneurs de Piégut, à plusieurs ventes effectuées par des milites sans toutefois assister au paiement des droits de mutation. Ceci ne doit pas surprendre : G.Giordanengo précise, dans son ouvrage sur le droit féodal en Provence et Dauphiné qu'« avant 1329 (date correspondant à une vaste tournée des officiers comtaux pour percevoir les trézains), la question des trézains est délicate à interpréter pour les fiefs provençaux. Pour les XIIe-XIIIe siècles quelques mentions isolées semblent l'indice de tentatives de la part des seigneurs pour tirer quelques avantages financiers des mutations de fiefs et des cas d'espèce où les rapports de force ont imposé aux feudataires une composition avec un seigneur puissant ».

44Si les témoins placent, en grande majorité, le paiement des trézains dans le cadre de la coutume, ils se révèlent en revanche souvent incapables de se souvenir d'un cas précis ou de donner un taux pour cette taxe. Rares sont ceux, en effet, qui ont quelques faits à raconter aux enquêteurs : seuls quatre témoins s'exécutent en rapportant une expérience personnelle (témoin 1 : Raimond Trossel, seigneur mineur d'Entraunes et qui fut bayle des seigneurs de Piégut, a payé au moins deux fois les trézains; témoins 9, 12, 20).

45Car, à Entraunes et Saint-Martin, il semble bien que ce soient les initiatives comtales qui aient incité les seigneurs à vouloir tirer profit des mutations de fiefs. On peut tenter de retracer l'historique de cette taxe à partir des témoignages fournis (13 témoins sur 24 évoquent cette question) : du temps de Faraud, soit entre 40 et 30 ans auparavant, le seigneur avait l'habitude et le droit de contrôler les aliénations des biens vendus par les seigneurs mineurs et ses hommes propres sans, apparemment, percevoir de taxe pour autant (témoin 1 : « ce n'était pas la coutume sicut nunc est »). Cependant, il y a 25 ou 30 ans, nous apprend le témoin 18, le comte, à la faveur d'une enquête sur ses droits, se mit à percevoir les trézains par l'intermédiaire de son bayle de Puget-Théniers. Il s'agit très probablement d'une allusion à l'enquête de 1252 qui aurait donné lieu à une première tentative comtale, précoce, de tirer bénéfice des aliénations de fiefs. Il faut ensuite attendre les années 1269-70 (entre 15 et 16 ans auparavant) pour voir à nouveau les officiers comtaux intervenir en ce domaine en percevant à Entraunes un trézain de 16 sous et un autre sur le seigneur Bauduin de 20 sous pour la vente d'un pré. Cela a sans doute donné des idées aux seigneurs de Piégut qui se mettent, dès lors à imiter le comte en faisant percevoir par leurs bayles, à Entraunes et Saint-Martin, les trézains pendant plusieurs années (témoins 12, 19 surtout : il y a 16 ans, pendant 4 ans, multa) Ceci ne va pas, évidemment, sans rapidement heurter les intérêts du comte qui, réagit assez vigoureusement (il y a entre 15 et 10 ans selon les témoins, avec une convergence vers 12ans) : un conflit judiciaire éclate (témoin 1) résolu par la cour d'Aix (le seigneur R. de Lauzière près de Digne est également présent) prévoyant, dans un premier temps, un partage des trézains entre le comte et les seigneurs (Raybaud ayant, notamment, réclamé « sa part ») compromis dont le comte ne se satisfait pas puisqu'il interdit bientôt (12-10 ans) aux Piégut de percevoir les lods sur leur territoire, allant même jusqu'à faire mettre sous séquestre le produit des taxes qui semble encore s'y trouver au moment de l'enquête. Le témoin 19 ajoute que les seigneurs ont cessé de percevoir les trézains à Saint-Martin depuis 9 ou 10 ans.

46Les milites et castlans doivent également obedire et obtemperare à leurs seigneurs, ce que le témoin 16 traduit par payer les trézains, l'albergue et accorder une aide militaire. L'albergue (ou hospitium) est décrite précisément à plusieurs reprises dans l'enquête : il s'agit de loger et nourrir une fois par an le seigneur accompagné d'une petite troupe (composée de 7 chevaliers à Entraunes et 9 à Saint-Martin). Certains précisent que cette albergue ne doit être accordée que pour un seul jour (voire un seul repas : 19) et que seuls les castlans y sont astreints à Saint-Martin. Deux témoins affirment avoir partagé le repas du seigneur à cette occasion. Le comte ne semble pas avoir revendiqué ce service, au contraire de l'aide militaire (ire ad guerram, in exercitum et cavalcatas). Nous touchons là, à nouveau, au domaine de la coutume, puisque plusieurs témoins affirment ne jamais avoir vu les seigneurs de Piégut réclamer une aide militaire; les seuls cas concrets évoqués sont relatifs aux guerres menées par Faraud de Thorame, il y a donc une trentaine d'années. Quelques témoins affirment même que cette aide est due à la cour comtale, évoquant par là indirectement les répercussions des entreprises militaires italiennes du règne précédent. Enfin, un témoin mentionne la transformation du service armé en aide pécuniaire (témoin 17 : à propos de Raybaud de Piégut auquel les milites et castlans de Saint-Martin ont accordé 10£).

47Quelques témoignages vont plus loin dans la définition du lien vassalique : deux témoins prétendent que les milites d'Entraunes et Saint-Martin doivent honorer les seigneurs de Piégut, notamment en les appelant (et donc en les reconnaissant comme leur) «seigneur» (vocando ipsos suos dominos et in honorando eos sicut dominos). Deux autres mentionnent la prestation d'un hommage et d'un serment de fidélité. Il s'agit des témoins 16 et 17 (le prieur de Villeneuve et le seigneur Lantelme de Saint-Martin) rapportant les hommages prêtés par Isoard et Lantelme Bérard à Faraud il y a environ 40 ans et celui des Isoard, toujours à Faraud, il y a trente ans. Il est intéressant de remarquer que Lantelme, pourtant seigneur de Saint-Martin, n'évoque aucune prestation de sa part. Nous avons donc affaire à une pratique exceptionnelle, phénomène qui, si l'on compare encore une fois avec la haute Provence, ne surprendra pas : T. Pécout ne rencontre que très rarement des prestations d'hommages à des seigneurs laïques encore au début du XIVe siècle. Cette rareté ne doit cependant pas faire conclure à une absence du fief : les deux mêmes témoins prétendent que les milites du castrum de saint-Martin tenaient et tiennent toujours leurs biens immobiliers sub dominio et segnoria des seigneurs de Piégut.

Les droits seigneuriaux

La captation des droits banaux :

48L'offensive comtale prend d'abord la forme d'une captation de certains droits relevant du pouvoir de ban, que le comte s'arroge.

49Il peut s'agir de droits tout à fait symboliques, comme celui portant sur les éperviers capturés sur le territoire d'Entraunes : trois témoins font remonter la revendication de ce droit par le comte à entre 20 et 12ans, l'un d'eux plaçant l'intervention comtale en ce domaine au début du règne de Charles Ier.

50Plus intéressant apparaît l'emprise sur le droit de queste. Bien connue des historiens de la Provence, cette taxe, dérivant de l'aide féodale due par tout vassal à son seigneur, est fermement ancrée dans les mentalités seigneuriales encore à la fin du XIIIe siècle. A Entraunes et Saint-Martin, Faraud et ses fils semblent la percevoir uniquement à l'occasion d'un adoubement ou du mariage de l'une de leur filles (sans chercher à multiplier les occasions, comme le constate L. Stouff pour la région de la montagne de Lure à la même époque). Plusieurs témoins l'évoquent et montrent qu'elle fut perçue à ce titre sur les castlans et les hommes des deux castra (le témoin 1 précise : et non super militibus) à l'occasion du mariage de la fille de Raybaud avec Raybaud de Meyronne (témoins 4 et 9 : vers 1278-79), de la chevalerie des deux frères (témoin 5), de la chevalerie de Gaufred Balb. Cette queste est, à deux reprises (témoins 22 et 5), payée par une quantité de moutons. Les seigneurs mineurs, à leur tour, peuvent exiger une telle taxe de leurs hommes : le chevalier Lantelme de Saint-Martin (témoin 17) rapporte qu'à l'occasion de son propre adoubement il perçut un « tribut » sur ses hommes de 10 sous ou environ.

51Le comte lève la queste sur les deux villages depuis environ 30 ans, ce qui fait remonter la première intervention comtale en ce domaine aux années 1250 (l'enquête de 1252 l'évoque) et plus particulièrement à 1259-60, vraisemblablement à l'occasion de l'expédition que mena Charles Ier en Lombardie à cette date, expédition qui est d'ailleurs évoquée par le témoin 18, le notaire Raimond de Châteauneuf qui fut bayle du comte à cette époque à Entraunes et, à ce titre, y exerça un certain nombre de droits comme mitendo rusticos dictorum castrorum in cavalcatas et in exercitum ad partes Lombardie et alio quocumque curie regie placebat. La caractéristique de cette queste comtale, due en remplacement du service armé, est entrée dans les moeurs en 1285, comme en témoigne le témoin 15, évoquant les questes et tailles que fiunt seu fieri consueverunt in dicto castro pro curia domini nostri regis vidit semper dare et solvere chaslanos et homines dicti castri qui non erant milites nec militares persone.

52Il semble donc bien qu'il y ait eu ici partage de droit entre le comte et les seigneurs de Piégut, chacun pouvant lever la queste en des occasions qui ne sont pas les mêmes.

53La participation du comte à la seigneurie banale peut également être obtenue par confiscation ou achat de parts de seigneurie. A Entraunes et Saint-Martin, le comte s'est ainsi approprié, depuis une dizaine d'années, les droits de trois seigneurs mineurs, Girard Noyer (confiscation pour homicide à Saint-Martin il y a douze ans), Julien (achat il y a dix ans), et Garcin Gaymar (confiscation pour homicide il y a six ans). La dernière confiscation lui a permis d'acquérir un sixième des bans, fours et pasquiers sur le territoire d'Entraunes. Le pouvoir de ban se concrétise ici principalement par la justice, nous allons y revenir, mais il faut auparavant dire un mot des banalités qui n'apparaissent que sous l'aspect du droit de fournage. Ce type d'emprise seigneuriale semble peu présente dans la région qui nous occupe : un témoin (témoin 22) précise, en effet, que si les fournages sont bien payés au seigneur à Entraunes, il n'en va pas de même à Saint-Martin où, dit-il, il n'a jamais vu ce droit acquitté. La carte dressée par E.Baratier sur la base de l'enquête de 1252 semble confirmer ce fait : le comte possède fours et moulins banaux à Guillaumes mais dans aucun autre village alentour.

La justice :

54La concentration de l'exercice de la haute justice entre les mains du comte à partir de la fin du XIIIe siècle en Provence est devenue un lieu commun de l'historiographie. Il est vrai que l'essor de la justice royale apparaît précoce dans certaines baillies, comme celle de Digne dès le milieu du XIIIe siècle, de même que l'on assiste, à la même époque, à une définition de plus en plus précise de la notion de mere empire.

55A Entraunes, 30 ou 40 ans plus tôt, Faraud de Thorame (et son cousin Gaufred Balb à Saint-Martin) jouissaient de la haute justice. Le témoin 8 résume la situation ainsi : erat major dominus dicti castri et fama tunc erat quod ibi dictus dominus faraudus exercebat omnem juridictionem quam dominus debet et potest exercere in hominibus suis. Ce droit de haute justice se traduit notamment, dans les témoignages, par des arrestations et emprisonnement, des condamnations à des amendes relativement élevées; (le témoin 10 se souvient ainsi avoir été condamné il y a plus de 20 ans à 30 ou 40 sous d'amende pour adultère : fuit inventus cum quadam muliere maritata. Faraud perçut également à Entraunes un troupeau de moutons de Pierre Lieutard qui avait tué un écuyer de Gaufred Balb et condamna à 20 sous d'amende des chevaliers de Saint-Martin pour avoir tué et mangé le boeuf d'un étranger de Péone. Nous pouvons remarquer, au passage, que les tarifs des amendes sont un peu inférieurs à ceux rencontrés par M. Aurell dans la région d'Arles : les peines les plus importantes concernent les atteintes à l'honneur (injures : 50£), les viols (55£) et les coups et blessures (25£). La situation d'Entraunes semble différente à plusieurs égards : si les coups et blessures ne sont assortis que d'une amende légère (seulement entre 10 sous et 10£), il n'en va pas de même de tout acte pouvant porter atteinte aux bénéfices de l'économie pastorale de ce lieu. Les alliances vers le nord et la vallée de l'Ubaye permettent, d'ailleurs, de renforcer le contrôle des seigneurs sur les voies de transhumance. Rappelons également que la queste est aussi le plus souvent payée en moutons.

56Cependant, une première tentative de la cour comtale pour imposer son droit de justice peut être placée à cette époque, soit il y a entre 30 et 40 ans (1245-1255) : l'un des témoins (témoin 22) évoque, en effet, le souvenir de la cour comtale exerçant à cette époque la justice sur Entraunes pendant un an avant de restituer ce droit au seigneur (on peut placer cet épisode aux alentours de 1252 puisque l'enquête comtale de la même année précise que le comte possède dans les deux villages albergue, cavalcade, justice et queste), un autre (témoin 18) se souvient d'avoir vu le juge de Guillaumes condamner à mort une femme de Saint-Martin 40 ans auparavant, c'est-à-dire au moment précisément où la cour installa un tribunal comtal dans ce bourg. E. Baratier place cette première offensive comtale dans un contexte conflictuel qui aurait opposé Faraud de Thorame au grand Bayle Romée de Villeneuve agissant pour le compte de Raimond Bérenger V. Sans doute y a-t-il eu un premier partage des droits de justice par le biais de l'instauration d'un juge commun à Entraunes.Ce fait est avéré par un témoignage, à la fois très intéressant mais malheureusement confus à plusieurs niveaux : le témoin 1, Raimond Trossel, évoque sa propre condamnation, qu'il situe 30 ans auparavant, par Manfred, juge commun à Entraunes de la cour comtale et de Raybaut Piégut, à une amende de 10£ pour une rixe l'ayant opposé à Raimond Salvayre d'Entraunes. Trossel paya l'amende à Raybaud (bien que la condamnation ait été prononcée par la cour comtale) alors que son adversaire la versa directement à la cour. Les enquêteurs lui demandent alors s'il connaît la raison de ce partage; il précise que, d'après lui, la cour a voulu juger cette affaire car il y avait eu effusion de sang (c'est également l'effusion de sang qui caractérise la justice majeure selon les seigneurs de Simiane à la même date). Il évoque, ensuite, un cas similaire remontant à environ 20 ans, où la condamnation fut là prononcée, et l'amende perçue, par Raybaud de Piégut, bien qu'il y ait eut effusion de sang. Comment interpréter ce témoignage?

57· Soit Raimond Trossel se trompe dans les dates, et il faudrait replacer cet épisode au temps des seigneurs de Piégut, soit entre 13 et 15 ans plus tôt : on aurait alors un indice de la volonté des seigneurs de préserver une partie de leurs droits de haute justice face aux empiétements du comte, la connaissance de certains cas relevant du mere empire pouvant être partagée entre la cour et les seigneurs (partage entraînant celui des amendes également et surtout, partage auquel donne lieu tous les conflits tranchés au milieu du siècle par les juristes Basanius et Robert Laveno). Un autre témoignage va dans ce sens : il s'agit du témoin 14 qui évoque à nouveau une bagarre survenue entre lui-même et un certain Guillaume Raynaud, pour laquelle le témoin fut condamné par la cour comtale et son adversaire par les seigneurs Raybaud et Raimond de Piégut.

58· Soit Raimond Trossel se trompe dans le nom du seigneur et confond Raybaud et Faraud. Ce que nous avons évoqué plus haut, cependant, à propos de la mémoire et de sa relative imprécision concernant les dates me fait plutôt pencher pour la première solution.

59Car la véritable offensive comtale, après cette première tentative éphémère, se place après la mort de Faraud, dans les années 1270. Raybaud et Raimond de Piégut ne semblent plus, en effet, avoir les mêmes prérogatives que leur père : les témoins sont assez unanimes pour situer les premières interventions de la cour en matière de haute justice dans une fourchette remontant à entre 13 et 15 ans plus tôt. Le témoin 4 évoque ainsi l'arrestation par la cour d'un violeur à cette époque, le 6 la connaissance de toute justice tam grossa quam parva par le comte. Il reste aux seigneurs l'exercice de la moyenne justice, c'est-à-dire essentiellement les condamnations pour bagarre sans effusion de sang et pour vol (témoins 11,13,7, ce qui ne donne pas lieu au versement des plus grosses amendes).

60Et encore, la justice comtale vient-elle se placer sur ce terrain-là aussi en percevant des amendes pour rixe n'ayant pas entraîné d'effusion de sang ; le témoin 4 le dit clairement : se vidisse a X annis citra quod curia predicta percipiebat justicias illorum qui rixabantur percussiendo cum manibus vel etiam cum tarronibus, tamen inde conquerebantur domini predicti et contradicebant. Il évoque ensuite sa condamnation pour bagarre sans effusion de sang prononcée par un notaire de Puget-Théniers.

61On assiste bien là à une bataille non pas tant juridique qu'économique, pour le contrôle des profits pécuniaires attachés à l'exercice de la justice, l'avancée des prétentions comtales réduisant d'autant les revenus seigneuriaux en la matière. Ceci ressortit néanmoins aussi d'une interprétation stricte de la justice du mere empire dont la définition est fixée par les juristes, comme Robert de Laveno, à partir du milieu du XIIIe siècle. Celle-ci comprend, dans son acception maximale, les cas d'homicide, de blessures avec effusion de sang, de viol, d'adultère, les peines entraînant mutilation ou bannissement, les crimes commis sur la voie publique ou contre des clercs. C'est également à la même époque que se fixent les différents types de justice pouvant être exercée, distinguant entre la haute, la moyenne et la basse justice. Ce merum imperium, bien que faisant l'objet de nombreuses controverses encore au début du XIVe siècle, semble connu, même approximativement, y compris par la population des villages d'Entraunes et de Saint-Martin. Trois témoins l'évoquent, en effet au cours de l'interrogatoire : le premier (témoin 4 : Guillaume Thoramina d'Entraunes) dit qu'il a entendu dire que de la cour relève cinq cas de justice : l'effusion de sang, les délits sur les chemins, les viols, puis ajoute qu'il ne se souvient plus des deux autres! Il poursuit son témoignage en évoquant les tentatives de la cour pour capter la connaissance de tous les cas de rixe qui semblent bien être la forme principale de la violence entraînant condamnation dans ces villages. Le second n'est pas beaucoup plus précis; il s'agit du témoin 6, Raimond de Volona d'Entraunes.Il emploie l'expression mere empire et en précise le sens : violentiis illatis mulieribus, robatione caminorum, injuriis factis ecclesiis et personnis ecclesiasticis que maleficia proxime nominata curia regia semper tempore memorie ipsius testis punivit. Le témoin 24, enfin, emploie également la formule mere empire qu'il associe aux délits majeurs sans autre précision. La cour a au moins gagné sur un point : celui de faire reconnaître son droit par la mémoire collective.

La seigneurie foncière :

62Si les seigneurs semblent avoir perdu sur le terrain de la justice, il n'en va pas de même en ce qui concerne les taxes relevant de la seigneurie foncière.

63Bien peu d'éléments, malheureusement, viennent dresser le tableau de la situation foncière à Entraunes et Saint-Martin, ce que l'on peut néanmoins tenter de faire en distinguant encore une fois la seigneurie du temps de Faraud de l'époque présente.

64Le témoin 22, à la question 11 répond : tempore domini faraudi nullus erat in castro de Antraunis acensatus et in omnibus quistam percipiebat. Cette phrase a conduit E. Baratier, et d'autres à sa suite, à prétendre que la totalité des hommes d'Entraunes était de statut servile au milieu du XIIIe siècle, ou plus précisément que ces hommes étaient chasés, selon la distinction que l'on fait très couramment en Provence entre la tenure servile ­ nommée casamentum ­ et la tenure à cens tenue en acapte. Notre enquête oppose, effectivement, des hommes acensés aux autres, sans toutefois mentionner le terme casamentum. Sur ces hommes « non acensés » pesait, et pèse toujours en 1285, une queste annuelle (témoins 2, 6), des services pécuniaires (témoin 5 : dus lorsque le seigneur se rend dans le castrum, il s'agit alors de l'albergue; d'autres évoquent des services censuels) ainsi que des corvées (témoins5, 19). Les hommes relevant de la cour comtale (homines proprii ipsius curie) sont, eux, acensés, mais ils ne sont pas les seuls : Raybaud et Raimond de Piégut en possèdent aussi (témoin 6), de même que l'ordre de l'Hôpital (témoin 4) et sans doute la plupart des seigneurs mineurs qui perçoivent sans contradiction les trézains sur les biens immobiliers aliénés par leurs hommes. Certains doivent en particulier la tasque (témoin 4) ce qui peut faire penser à de récents défrichements.

65Le comte a-t-il adopté « une attitude généreuse » et joué le rôle d'un promoteur de liberté en permettant la diffusion du système de l'emphytéose au détriment du chasement? Il me semble plutôt que l'évolution était inévitable, dans un contexte d'essor économique et démographique (le document évoque, à ce propos, les étrangers venus s'installer à Entraunes qui seront hommes du comte) qui conduit dès le milieu du XIIIe siècle à un fractionnement des chasements. La charte de franchises de Saint-Tropez, datée de 1234, montre, par exemple, des tenanciers se détachant des tènements et refusant de payer le servitium censuale; les seigneuries de la montagne de Lure connaissent la même évolution à la fin du XIIIe siècle, les taxes pouvant porter sur des fractions de casamentum. L'essor des défrichements, et l'absence de plus en plus fréquente du seigneur (a fortiori du comte) qui ne permet plus la permanence d'une relation aussi étroite que celle entretenue avec les hommes chasés (entraînant la prestation d'un hommage et des services lourds) sont également des éléments qui peuvent expliquer cette évolution.

66L'enquête sur Entraunes et Saint-Martin, malgré ses limites, permet donc d'approcher d'un peu plus près le fonctionnement d'une seigneurie au XIIIe siècle, même si le tableau est loin d'être complet. Il semble bien que le pouvoir coercitif soit exercé avant toute chose pour percevoir des revenus, plus que pour poursuivre un quelconque prestige (comme en témoigne la facilité avec laquelle les seigneurs de Piégut ont abandonné leurs droits sur les éperviers au comte), revenus qui proviennent avant tout de l'exercice de la justice; d'où les conflits relatifs à la définition de ces droits, le comte apparaissant, dans ce domaine, presque mesquin, allant disputer aux plus petits seigneurs leur droit à régler les conflits survenus sur leurs territoires.

67On aimerait en savoir beaucoup plus sur les revenus liés à l'élevage qui semblent représenter un autre pilier des recettes seigneuriales par différents biais (plusieurs indices sont néanmoins présents dans le texte, tels que le poids des pasquiers, de la queste, l'importance accordée aux vols de moutons).

68Enfin, la féodalité constitue toujours le modèle de l'organisation seigneuriale : les liens vassaliques entre seigneurs restent forts (on ne connaît pas la conclusion de cette affaire, mais sans doute les seigneurs ont-ils obtenu gain de cause), l'aide et la fidélité féodale sont transposées dans les relations seigneurs-paysans par le biais de la queste et des services dus par les hommes non acensés.

69La réorganisation administrative que connaît la Provence à partir du milieu du XIIIe siècle a donc été également l'occasion pour le comte d'étendre ses prétentions et de gagner, petit à petit, des droits seigneuriaux dans les localités les plus reculées de son territoire. La seconde moitié du siècle voit ainsi, dans l'ensemble de la Provence, une cristallisation des éléments constitutifs de la seigneurie s'opérer sous la contrainte comtale.

70Faraud de Thorame

71Entraunes et Saint-Martin : consulter les tableaux

Haut de page

Documents annexes

Haut de page

Notes

1 Jean-Paul BOYER, « L'espace provençal sous l'administration de la première maison d'Anjou-Naples, Actes du colloque « Des principautés aux régions dans l'espace européen  (Lyon 1992), Presses Universitaires de Lyon III, 1994
2 douard BARATIER, Enquête sur les droits et revenus de Charles Ier d'Anjou en Provence (1252 et 1278), Paris, 1969
3 Martin AURELL, « Le roi et les Baux, la mémoire et la seigneurie (Arles, 1269-1270)  », De Provence et d'ailleurs. Mélanges offerts à Noël Coulet, Provence Historique, tome XLIX, fasc. 195-196, 1999, p. 47-59
4 Edouard BARATIER, « Entraunes et Saint-Martin d'Entraunes », Bulletin philologique et historique (1965), Paris, 1968, p. 13-36
5 Voir notamment les actes du colloque du C.E.S.M.tenu à Aix en Provence en 1982, dont de nombreux articles apportent un éclairage important sur ces questions : Temps, Mémoire, Tradition au Moyen Age; plus récemment, Noël Coulet y a consacré quelques pages dans son ouvrage Affaires d'argent et affaires de famille en Haute Provence au XIVe siècle Le dossier du procès de Sybille de Cabris contre Matteo Villani et la compagnie des Buonaccorsi, Rome, Collection de l'Ecole Française de Rome 158, 1992, de même que Gérard VEYSSIERES, Vivre en Provence au XIVesiècle, Paris, 1998.Voir également l'article de Martin AURELL cité note 3.
6 Claude GAUVARD, « De grace especia . Crime, Etat et société en France à la fin du Moyen Age, Paris, Presses Universitaires de la Sorbonne, 1992.
7 Voir note 4
8 Thierry PECOUT, Une société rurale du XIIe au XIVe siècle en haute Provence : les hommes, la terre et le pouvoir dans le pays de Riez, thèse nouveau régime inédite, Université de Provence Aix-Marseille I, 1998.
Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Laure Verdon, « La seigneurie en Provence au XIIIe siècle : », Rives nord-méditerranéennes, 7 | 2001, 57-79.

Référence électronique

Laure Verdon, « La seigneurie en Provence au XIIIe siècle : », Rives nord-méditerranéennes [En ligne], 7 | 2001, mis en ligne le 22 juillet 2005, consulté le 29 avril 2017. URL : http://rives.revues.org/70 ; DOI : 10.4000/rives.70

Haut de page

Auteur

Laure Verdon

Université de Provence,UMR Telemme

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

© Tous droits réservés

Haut de page
  • Revues.org