Navigation – Plan du site

Enjeux et conflits autour de la construction des temples de Cabrières-d'Aigues et de Puget-sur-Durance (Vaucluse) au XIXe siècle

Bernard Thomas
p. 79-95

Texte intégral

1L'originalité des communautés protestantes de Vaucluse réside dans le fait qu'il s'agit, à l'exception d'Orange, de populations rurales, implantées depuis plusieurs générations de part et d'autre du Luberon, puisant leurs origines dans les anciennes communautés vaudoises. Comme ailleurs, elles ont connu les persécutions du XVIe siècle, le régime de l'édit de Nantes, puis l'exil ou les conversions forcées. Mais parce qu'ils vivaient de leurs terres, ces protestants du pays d'Aigues et du pays d'Apt ont préféré pour la plupart ne pas prendre la route de l'exil après la révocation de l'édit de Nantes, mais abjurer et, sous une apparence de nouveaux convertis, vivre clandestinement leur culte au Désert. La Révolution leur rend leurs droits et leur accorde la liberté de conscience; le Consulat les organise au sein des nouveaux consistoires, un par département, Lourmarin pour celui de Vaucluse.

r2r-img-66-1.gif Jusqu'en 1905, protestants comme catholiques vont vivre sous le régime de la tutelle de l'Etat sur les cultes; depuis la promulgation des Articles organiques des cultes protestants en avril 1802, équivalent pour les protestants du régime concordataire régissant le culte catholique, les pasteurs sont nommés par le gouvernement, et leurs traitements sont pris en charge par l'Etat. La construction et l'entretien des édifices du culte sont assurés par les communes au titre du décret du 5mai 1806; le gouvernement, par l'administration préfectorale instruit les dossiers de construction des nouveaux temples et les demandes de secours1. La question de la création d'un nouvel édifice religieux au XIXe siècle pose certainement davantage problème pour une confession minoritaire comme l'est le protestantisme en France, que pour le culte catholique : en premier lieu, l'administration s'accordera le droit de juger de la nécessité ou non de construire un temple au vu de l'importance plus ou moins relative de la communauté protestante, ou encore du contexte local. Mais au rang des difficultés à surmonter figurent aussi celle du financement, pour des communes ayant de faibles ressources, et celle de l'emplacement du nouveau lieu de culte. Ce dernier point a pu susciter des tensions vives et parfois des divisions au sein des populations et des conseils municipaux, ou encore entre les municipalités, les églises, l'administration; même s'il n'a pas existé d'instructions précises à ce sujet, la pratique administrative imposa très vite des règles tacites à observer (dont l'éloignement du temple de l'église et des accès empruntés par les processions). Si l'édification d'un temple passe pour un acte de justice réparateur à l'égard d'une partie de la population, jusque là privée de lieu de culte, il n'en est pas moins vrai que sa réalisation met à bas matériellement le monopole de la présence confessionnelle réservée jusque là à l'église paroissiale; il va exister dès lors, dans ces petites communes rurales, où les protestants sont soit majoritaires, soit minoritaires, ou encore à parité pour les deux confessions, une situation nouvelle, deux édifices religieux perçus parfois par les membres de chaque confession comme « en concurrence », ne serait-ce que pour les attributions de décisions budgétaires (réparations, entretien, agrandissements). La question de l'emplacement du nouveau temple protestant intéresse donc les catholiques et plus encore le clergé, mais elle peut aussi agiter la seule communauté protestante, unanime ou divisée sur des choix à retenir, et il n'est pas dépourvu d'intérêt d'examiner les raisons qui portent les uns ou les autres vers tel emplacement plutôt qu'un autre. Ici, le choix du lieu peut rassembler comme diviser.

r2r-img-66-1.gif Les exemples retenus ici sont ceux de deux petites localités de la rive droite de la Durance, Cabrières-d'Aigues, en vallée d'Aigues, et Puget-sur-Durance, village de plaine au pied du Luberon.

Tensions autour de l'emplacement du temple
à Cabrières-d'Aigues

r2r-img-66-1.gif Située sur le flanc sud du Luberon, à quelques kilomètres au nord de Pertuis, Cabrières-d'Aigues est l'une des quatre communes composant la vallée d'Aigues avec La Motte-d'Aigues, Peypin-d'Aigues et Saint-Martin-de-la-Brasque. Le pays est anciennement et majoritairement protestant. Un temple y existait au XVIIe siècle et fut détruit en 1663, avec la reprise des persécutions; après la révocation, les populations, sous couvert de conversions apparentes, s'organisent au Désert, bénéficiant des services de pasteurs itinérants, comme ce ministre qui en 1755 baptise « dans l'église vaudoise de Cabrières » dont les registres clandestins sont conservés depuis cette époque2. Ainsi, une forte identité, nourrie des souvenirs des persécutions se maintient au XIXe siècle. Sur une population de 1598 habitants, la vallée d'Aigues compte 4/5e de protestants en 1812.

r2r-img-66-1.gif Lorsque le consistoire de Lourmarin est établi en 1804, ce n'est pas Cabrières mais la localité voisine de La Motte-d'Aigues qui constitue le chef-lieu de la 3e section de la consistoriale, regroupant les quelques communes de la vallée; un poste fixe de pasteur ne sera pourvu qu'en 1811. A cette date, un projet commun voit le jour pour l'édification d'un temple à La Motte, point central de la vallée et résidence du ministre; les quatre communes vont financer à fonds communs la construction de ce temple qui s'élève de 1817 à 1819, et Cabrières, qui compte la population la plus élevée participe pour la part la plus importante (3506 f., alors que La Motte verse 3052 f. et Peypin et Saint-Martin-de-la-Brasque 2569 f. chacune). Mais cette réalisation va vite s'avérer insuffisante, le pays connaissant une augmentation sensible de sa population dans cette première moitié du XIXe siècle. A Cabrières, où on compte plus de 400 protestants sur une population totale de 585 habitants, on décide très vite d'aménager pour la localité un lieu de culte dans un appartement pris en location par la commune; mais une correspondance du président du consistoire de Lourmarin, le pasteur Gaitte, précise dans les années 1840 que « le culte se célèbre encore au désert », donc en plein air, ou encore l'hiver dans une grange3.

r2r-img-66-1.gif Après plusieurs demandes appuyées par le consistoire, Cabrières-d'Aigues finit par obtenir à son tour du gouvernement son poste fixe de pasteur et devient par ordonnance royale du 28 décembre 1836, la 7esection de la consistoriale de Lourmarin. Aussitôt, la question d'un temple agite les esprits car le local dont on dispose est notoirement insuffisant. Le 9 novembre 1837, sur une proposition du maire Jean-Philippe Pelanchon, le Conseil municipal, composé pour l'essentiel de protestants, décide de procéder à la construction d'un temple sur la commune; il agrée l'offre d'un terrain situé au quartier des aires des Félicians, sur la hauteur, et fait dresser des plans et des devis par le commissaire voyer de l'arrondissement d'Apt4. L'année suivante, en 1838, le renouvellement de la municipalité avec la nomination comme maire de Jean-François-Mathieu Félician, maintient à l'ordre du jour la question du futur temple, encore que le conseil municipal de Cabrières soit davantage soucieux d'obtenir du sous-préfet d'Apt l'autorisation de désaffecter les deux cimetières catholique et protestant de la commune pour en établir un nouveau à l'extérieur du village seulement séparé par un mur pour les deux confessions. Pourtant, déjà à cette date, des divergences de vues sur l'emplacement du futur temple se font sentir. Le commissaire voyer s'est rangé à l'avis du maire pour l'emplacement sur la hauteur du village, de même que le commissaire enquêteur désigné en 1838, lequel conclut pourtant qu'il existe une opposition très prononcée au projet d'implanter le temple sur la hauteur, ce qui représente une situation moins centrale par rapport à l'agglomération. La décision prise en 1837 n'est pas partagée par l'ensemble des habitants; beaucoup d'entre eux émettent des objections et marquent leur préférence pour un terrain situé dans le vallon qui partage en deux le village. La topographie accidentée de Cabrières-d'Aigues est marquée par ce profond ravin où convergent plusieurs torrents et qui coupe le village en deux parties inégales, s'étageant sur les deux versants; l'église et les cimetières occupent avec des jardins le creux du vallon, d'une largeur d'une centaine de mètres.

r2r-img-66-1.gif Les objections émises sur le choix du site jugé excentré, sont vite reprises par certains conseillers municipaux, d'autant plus que le renouvellement municipal de 1840 amène au conseil municipal des personnes nouvelles. Ce qui n'était que divergences de vues va se transformer en véritable épreuve de force en 1841; au mois de février, une pétition signée par huit conseillers municipaux sur onze dont le premier adjoint parvient au sous-préfet d'Apt pour lui demander d'autoriser une réunion extraordinaire du conseil municipal afin de statuer sur l'acquisition d'un terrain différent de celui qui a été retenu en 1837 pour y construire le nouveau temple; ce à quoi le préfet donne son accord le 4 mars. Dix jours plus tard, le conseil municipal se réunit et décide que le futur temple sera construit non plus sur les hauteurs du village, comme prévu, mais en contrebas, dans le vallon, emplacement qu'il déclare être celui voulu par la majorité des habitants, et il vote les frais d'acquisition du terrain des héritiers de Louis Roux. Le maire Félician, mis en minorité, proteste, fait porter au procès-verbal qu'il conteste la validité de la délibération qui aurait été présentée rédigée d'avance par une faction. Les pétitions se succèdent ensuite à la préfecture et à la sous-préfecture, des courriers également, du maire (qui écrit beaucoup contre son adjoint et les conseillers qui l'entourent), du curé de Cabrières appuyé par l'archevêque, qui se range aux côtés du maire pour soutenir le premier emplacement, des principaux notables dont d'anciens maires et conseillers de Cabrières qui apportent leur soutien au maire Félician, ou développent des arguments contraires. Le sous-préfet d'Apt alerte l'autorité supérieure sur le sérieux des dissensions, et le préfet de Vaucluse se résout à mandater sur les lieux l'architecte départemental, lequel remet le 6 juillet son rapport sur le projet de temple et sur l'emplacement qu'il convient de retenir; pour lui, le site le mieux approprié demeure l'emplacement initialement prévu sur le point culminant du village, emplacement que soutenait le maire. Le 16juillet 1841, le préfet transmet ses instructions : « toutes les considérations d'économie, de morale et même de salubrité doivent fixer le choix de l'emplacement du temple sur le point culminant et au milieu de la population du village… Je détermine que le temple protestant devra être établi au point fixé par ce rapport ».

r2r-img-66-1.gif Ce sont ces instructions que présente en septembre le maire à son conseil municipal, régulièrement convoqué; mais celui-ci refuse de délibérer « alléguant pour motif qu'on ferait [de cette délibération] ce qu'on avait fait de la dernière ». La situation semble bloquée et le maire est fort embarrassé de devoir se retourner vers le sous-préfet quelques jours plus tard pour lui demander la marche à suivre5. Le sous-préfet d'Apt fait réponse de procéder selon l'article 26 de la loi du 18 juillet 1837 qui permet à la 3e convocation de faire adopter une délibération, quel que soit le nombre des présents, disposition qui fait « disparaître les entraves que le mauvais vouloir ou l'indifférence de conseillers municipaux apportent trop souvent à la marche des affaires de la commune »6. L'opposition du conseil municipal déjoue la manœuvre, et le 31 octobre vote l'acquisition du terrain Roux, dans le vallon, pour y bâtir le futur temple de Cabrières contre le maire et contre l'administration. Le maire Félician commente au sous-préfet d'Apt cette délibération qui se présente comme un véritable camouflet : « je vous prie de croire que je suis resté absolument étranger à la manifestation des opinions qu'elle émet. En effet, après avoir pendant deux fois consécutives refusé de délibérer sur l'objet à eux soumis relativement aux dispositions de votre lettre du 16 septembre 1841, les 8 membres opposants ont enfin à la 3e réunion du conseil présenté la délibération ci jointe rédigée à mon insu et forts de leur majorité sans égard pour les raisons que j'ai données […] ils l'ont fait transcrire sur le registre à ce destiné », et de fustiger les « conseillers tracassiers et ignorants, mus uniquement par la malveillance et qui croient se faire une réputation en résistant aux projets de l'administrateur qu'ils entourent d'une défiance insultante »7. La question du temple de Cabrières-d'Aigues est dans l'impasse.

r2r-img-66-1.gif Le nouveau sous-préfet d'Apt transmet le dossier au préfet, lequel le 13 avril 1842 refuse d'approuver la délibération du mois d'octobre, au motif que la majorité du Conseil municipal a délibéré sur un objet qui n'était pas celui pour lequel il avait été spécialement convoqué, c'est-à-dire l'acquisition du terrain placé au point culminant retenu par l'architecte du département, approuvé par lui-même, et que d'autre part, cette majorité a donné à cette affaire une direction autre que celle qui avait été déterminée. Le préfet demande une expertise contradictoire du terrain désigné par l'architecte, puis une nouvelle réunion du conseil municipal pour voter cette acquisition. Mais réuni le 7 mai suivant, le conseil municipal de Cabrières refuse formellement de prendre de nouvelle délibération à ce sujet, se reportant à celle déjà prise et qui par deux fois a été rejetée par l'autorité supérieure.

r2r-img-66-1.gif Si le sous-préfet d'Apt envisage en ultime recours de provoquer une réunion en y faisant assister les plus forts contribuables de la commune sous le prétexte du vote d'une contribution extraordinaire, ce qui aurait pour effet de changer la majorité, il lui paraîtra finalement plus sage, ainsi qu'au préfet, d'ajourner l'affaire du temple de Cabrières-d'Aigues jusqu'aux élections municipales suivantes8. Sage mesure en effet; celles-ci eurent lieu en août 1843 et le maire Félician put mettre un terme à la division en faisant adopter par un conseil renouvelé l'emplacement du temple protestant conformément à ses vues et à celles de l'administration, sur le site prévu six années auparavant9.

r2r-img-66-1.gif Après avoir suivi la chronologie des événements, il est temps d'examiner les motivations ou les intérêts qui ont fait s'affronter les habitants de Cabrières au sujet de l'emplacement de leur futur temple, l'emplacement du maire contre celui du conseil municipal. Les attitudes du préfet et du sous-préfet, du clergé catholique, du pasteur et du consistoire, sont ici tout autant intéressantes.

r2r-img-66-1.gif Deux sites sont en présence :

r2r-img-66-1.gif ­ Le terrain dit aire des Félicians, au quartier du Clos, est situé en bordure de la route de Cucuron, sur la hauteur et à la sortie du village. A son avantage, se trouvent de ce côté le plus grand nombre des habitations, non seulement vers la crête de l'escarpement, mais encore sur une partie de la pente du ravin, de même que les campagnes protestantes; cependant il est excentré par rapport au coeur du village.

r2r-img-66-1.gif ­ Le terrain dit de la Luzerne, appartenant aux héritiers de Louis Roux est situé dans le creux du vallon, donc au centre du village, à égale distance du versant précédent et du quartier des Jourdans ou du château, sur l'autre versant où les maisons sont moins nombreuses.

r2r-img-66-1.gif L'église de Cabrières est située en contrebas, de même que le cimetière protestant, alors que le cimetière catholique se trouve à mi-hauteur sur le versant opposé.

r2r-img-66-1.gif Au centre de l'affaire, il y a la personnalité de Jean-François-Mathieu Félician, maire de Cabrières-d'Aigues nommé en 1838 (il le demeurera jusqu'en 1848 et décédera à Cabrières en 1865, à l'âge de 75 ans); protestant, propriétaire, il appartient à une famille de notabilités et compte parmi les plus imposés de la commune. Qu'il y ait eu des oppositions de personnes, cela est une chose sûre, peut-être même des rancunes et des occasions saisies pour le mettre en difficulté; les courriers qu'il échange avec les sous-préfets successifs évoquent des querelles au sujet du garde-champêtre ou encore du secrétaire de mairie. Pour lui, ces dissensions regrettables sont avant tout le résultat d'une intrigue que l'enquête publique a révélée pour faire prévaloir une opinion contraire et ses mots sont durs à l'encontre des conseillers municipaux qui lui sont hostiles; il évoque même l'influence d'une personne étrangère à la commune. Cependant, il semble sincère lorsqu'il dit rechercher avant tout l'intérêt de ses administrés et le maintien de la paix entre les deux confessions. Face à la division de ses administrés, il répète vouloir s'en remettre à l'autorité du préfet : « c'est à l'autorité supérieure, si je ne me trompe, à faire prévaloir l'opinion qui lui paraîtra la plus raisonnable », écrit-il déjà en août 1839 au sous-préfet à qui il laisse la décision de choisir « celui qui des deux doit avoir la préférence de l'emplacement, qui a pour lui d'être plus central ou de l'autre qui serait plus salubre »10. Il sollicite sans cesse la marche à suivre, suit à la lettre les instructions reçues de la préfecture et de la sous-préfecture, mais reste ferme sur le projet initial sur la hauteur qui a pour lui l'avantage de l'économie, de la salubrité et du respect de la liberté des cultes. S'il ne dispose que du soutien de trois conseillers municipaux, il se flatte d'avoir l'assentiment « des gens éclairés et aisés de la commune », l'appui des quinze plus imposés au rôle des contributions11, l'avis de l'agent voyer, le soutien du pasteur et du consistoire mais aussi du curé. Pour lui, l'implantation du temple dans le vallon serait d'un coût élevé; « il faudra bâtir sur pilotis pour bâtir solidement, exhausser le terrain avec du gravier d'un mètre au moins pour empêcher l'humidité du sol » et de plus, ce contre projet porterait atteinte à la liberté des cultes à deux titres :

r2r-img-66-1.gif ­ d'une part par la situation du futur temple sur la route qui conduit aux nouveaux cimetières que la commune prévoit d'aménager, ce qui à coup sûr sera source de désagréments. « L'église catholique est à une distance d'environ 80 mètres; pour se rendre au nouveau cimetière que l'on se propose de construire, il faudra passer à côté du temple : quoique la plus parfaite harmonie règne entre les ministres des deux cultes et les deux troupeaux, l'ordre qui doit exister partout mais surtout dans ces circonstances tristes et graves (les enterrements) serait infailliblement troublé si les troupeaux se rencontraient dans la route étroite qui sépare les deux édifices religieux : pareille chose serait toujours affligeante pour les catholiques comme pour les protestants »12.

r2r-img-66-1.gif ­ d'autre part par la proximité du futur temple et de l'église, « des troubles pourraient avoir lieu par la suite; si nous, protestons, nous pourrions être gênés actuellement, nos frères d'une autre communion le seront plus encore parce que le rendez-vous serait sur la place ou se trouve l'église et que par conséquent le service religieux serait infailliblement troublé par le bruit que font toujours un grand nombre de personnes réunies, quelque bienveillants d'ailleurs que soient leurs sentiments »13.

r2r-img-66-1.gif L'abbé Delaye, curé de Cabrières-d'Aigues, dont l'avis a été recherché, est un prêtre attaché comme le maire à maintenir « la paix et l'harmonie » entre les deux confessions, écrivant qu'il ne « veut donner à aucun de nos frères séparés le moindre sujet de mécontentement »14; le 30 mars 1841, il s'adresse à l'archevêque d'Avignon, l'informe des deux projets d'emplacement du temple protestant qu'on prévoit de construire, fait valoir les inconvénients de celui situé dans le vallon, « très rapproché de l'église, tout à fait sur le chemin qui conduira au nouveau cimetière que l'on doit faire » et souligne sa préférence pour le projet du maire qui éloigne le futur temple à la sortie du village, et par conséquent de l'église paroissiale; il signe même, au nom des quelques catholiques de la paroisse, la pétition remise par le maire au mois de février 1841. Dans un courrier au préfet, Mgr Du Pont, archevêque d'Avignon, intervient dans le même sens.

r2r-img-66-1.gif Quant au pasteur protestant et au consistoire, ils demeurent discrets dans une affaire qui divise avant tout leur propre communauté.

r2r-img-66-1.gif Enfin, architecte et commissaire enquêteur, font prévaloir les raisons techniques en faveur du site soutenu par le maire : la salubrité, à l'écart de l'humidité des bas fonds (dont souffre déjà l'église), les raisons d'économie (coût du terrain), un usage d'architecture que Prosper Renaux, l'architecte du département, a soin de souligner : « le meilleur emplacement est celui de la hauteur qui a été désigné dès le principe […]. De tout temps on a bâti les temples et les églises sur les hauteurs, […] cet usage a existé chez tous les peuples et dans toutes les religions ».

r2r-img-66-1.gif Face au maire, les huit conseillers municipaux de Cabrières disent avoir le soutien de la plus grande partie de la population que le rapport de l'architecte départemental dit divisée suivant des critères topographiques, entre habitants de l'un et l'autre versant : si la majorité du conseil municipal a changé d'avis, préférant « placer le temple dans le ravin, non loin de l'église, afin qu'il se trouve à distance à peu près égale des habitations des deux bords, cette prétention est vivement combattue par les habitants et notables de la rive droite qui sont soutenus par M. le Maire et par les ministres des deux cultes ». L'aspect central du site « à distance égale des deux bords » apparaît comme l'argument principal en faveur du terrain du vallon, ainsi que la volonté de ne pas privilégier les habitants du versant droit, plus nombreux, au détriment de ceux du versant gauche, davantage dispersés.

r2r-img-66-1.gif Les pétitions et correspondances conservées reflètent bien les convictions des élus et des notables; mais l'opinion de la population est-elle si bien connue? A-t-elle suivi majoritairement le choix du conseil municipal contre le maire et l'administration? Ou bien fut-elle divisée réellement pour moitié? On peut difficilement se prononcer bien que le commissaire enquêteur évoque une forte opposition générale au projet du maire. L'aspect central de l'emplacement du vallon semble bien l'avoir emporté au sein de la population qui n'est pas insensible à ce que le nouveau temple soit placé « dans un endroit accessible à tous les âges ». Le choix de « la propriété de Mme Veuve Roux située dans l'enceinte et du côté du Nord du village dans un endroit tout à la fois agréable et riant [...] causa l'enthousiasme dans presque tous les cœurs et principalement de la part des vieillards et des pères de famille qui ont des enfants à élever et à instruire dans les dogmes de la religion que leurs ancêtres leur ont réservés », écrivent les huit conseillers opposants15. Enfin, on a soin de rappeler l'erreur commise vingt ans auparavant avec l'éloignement du temple de la Motte-d'Aigues, cofinancé par les habitants de Cabrières.

r2r-img-66-1.gif Contre le choix des administrateurs et des techniciens, se dessinerait donc celui des habitants davantage sensibles à l'argument de la proximité, qu'à celui de la salubrité; et peut-être aussi faudrait-il lire entre les lignes le non-dit de souvenirs plus anciens? Celui de l'ancien temple disparu au temps des persécutions, et qui se trouvait à la place de l'église actuelle; il avait été aménagé au-dessus du moulin à huile et fut arasé au XVIIe siècle; l'obligation faite alors par l'archevêque d'Aix de transférer l'église paroissiale, aux frais de la communauté, au centre du village et la résistance des nouveaux convertis firent qu'au lieu d'une construction neuve on aménagea l'ancien moulin, dès lors privé de sa salle haute à usage de temple, pour en faire l'église paroissiale. Dès lors, le projet d'emplacement du nouveau temple, dans le vallon, le situerait ainsi à quelques mètres seulement de l'ancien, disparu, et qui plus est, juste en face du cimetière protestant. Continuité des sites! Le choix symbolique du bourg voisin de La Motte-d'Aigues qui édifia en 1817 le nouveau temple de la vallée à l'emplacement exact de l'ancien temple détruit au XVIIe siècle était encore sous les yeux.

r2r-img-66-1.gif Enfin, dans cette affaire, et ce n'est pas une surprise, le rôle de l'administration, préfet et sous-préfet, apparaît prépondérant, même si le dossier n'est pas remonté au-delà du chef-lieu du département. Cinq sous-préfets se succèdent à Apt durant ces six années, et les archives de la sous-préfecture ­ plus complètes pour ce dossier que celle de la préfecture ­ conservent la trace des entretiens accordés et des navettes de dossiers; si le préfet tranche et donne les directives, le sous-préfet instruit et fait appliquer les mesures prises. En 1839, apprenant les désaccords existant à Cabrières, le sous-préfet Lerat de Matignot penche vers l'emplacement du temple dans le vallon, ce que le maire prend comme un désaveu16; mais à partir de juillet 1841 ses successeurs s'abriteront derrière l'autorité de la décision prise (le rapport de l'architecte et la lettre qui suivit de la part du préfet pour le projet initial). Les lenteurs administratives accentuées par les vacances répétées des fonctions de sous-préfet, en l'absence duquel le conseiller de sous-préfecture s'abstient de se prononcer, donneront au projet « officiel » l'avantage de jouer avec le temps, et ainsi les chances de l'emporter… à l'usure.

r2r-img-66-1.gif A la suite de cette épreuve de force sur l'emplacement du temple, les protestants de Cabrières-d'Aigues durent encore patienter quelques années pour disposer de leur nouveau lieu de culte; la recherche des fonds nécessaires à la construction, la révision des plans et devis, l'achat du terrain, la conduite des travaux firent que le temple de Cabrières-d'Aigues ne sera édifié qu'en 1847-1848, soit plus de dix ans après que l'affaire avait été lancée.

2L'affaire du temple protestant de Puget-sur-Durance.
Un enjeu entre municipalité, curé et sous-préfet?

r2r-img-66-1.gif C'est un conflit d'une autre nature que celui qui éclate sous le Second Empire à Puget, petite localité de la plaine de la Durance entre Mérindol et Lauris, dont le territoire se compose de quelques maisons groupées autour de l'église et de hameaux dispersés, ces derniers abritant les populations protestantes. La question de la construction d'un temple protestant fut tout autant houleuse, mais elle mit aux prises des intervenants différents.

r2r-img-66-1.gif Ici, pas d'entente cordiale entre le maire, le catholique Paul Grégoire qui vient de succéder au protestant Sambuc, et le curé, ni non plus avec les différents sous-préfets de l'arrondissement d'Apt. L'affaire débute en 1859. Puget dispose d'une petite église qui a rang d'annexe de la paroisse voisine de Lauris et cette année 1859 voit l'érection de la localité en succursale, alors que la population du village ne compte que 190 habitants. A la différence de Cabrières, les catholiques sont majoritaires puisqu'on dénombre seulement 71 protestants. Cependant, le conseil municipal de Puget, composé de huit membres, est à majorité protestante (six protestants et deux catholiques). Dès la nomination du desservant catholique, une demande de la part du conseil de fabrique parvient à la municipalité pour des réparations à faire à l'église et pour l'acquisition d'ameublement.

r2r-img-66-1.gif Lors de sa réunion du 20 novembre 1859, la municipalité de Puget décide que pour les protestants, il est désormais temps de construire un temple, même si le village et ses hameaux ne disposent que des services du pasteur voisin de Mérindol, paroisse à laquelle ils sont rattachés. Mais, le conseil municipal déclare aussi qu'il ne votera pas les réparations à l'église tant que sa demande pour un temple ne sera pas prise en considération par l'administration. La réponse du sous-préfet d'Apt ne se fait pas attendre; quelques semaines plus tard, celui-ci écrit au maire : « Cette assemblée [le conseil municipal] en cherchant ainsi à ajourner les réparations à l'église démontre son mauvais vouloir pour cette entreprise. Je ne saurais… tolérer de pareilles prétentions et je ne veux pas que dans mon arrondissement un culte cherche à entraver le projet d'un autre culte »17; le sous-préfet exige une nouvelle réunion du conseil municipal pour l'examen des devis de l'église. Le maire ne peut que se borner à faire quelques réserves sur le montant élevé du devis, et faire remarquer qu'il vaudrait mieux construire un presbytère et un cimetière à la place, vu que la commune en est dépourvue.

r2r-img-66-1.gif Mais, en février 1860 sous les pressions de l'administration, le conseil municipal de Puget s'incline et vote les réparations de l'église ainsi que les dépenses pour son ameublement. Il espère bien pouvoir en échange de sa docilité mettre en marche le projet de temple; des plans et des devis sont établis en 1861, et l'année suivante, une nouvelle délibération est prise pour l'édification d'un temple à Puget, « à l'emplacement le plus convenable » ­ on propose le hameau des Beaumes situé à mi-chemin du village de Puget et du hameau protestant des Boris ­ et le conseil vote la somme de 8.000 f. sur les fonds libres des exercices courant et à venir. Cependant, de nouvelles demandes du curé de Puget arrivent : après les réparations et le mobilier de l'église, l'achat d'une chaire à prêcher et la construction d'un presbytère apparaisent indispensables; le 23 novembre 1862, le maire envoie à la sous-préfecture pour approbation les deux projets de presbytère catholique et de temple protestant. Mais l'affaire traîne. Le sous-préfet d'Apt exige en retour qu'un emplacement soit retenu pour le presbytère catholique, ce qui par voie de conséquence fait ajourner le dossier du temple protestant, malgré la demande du conseil presbytéral de Mérindol de dissocier les deux questions. Deux ans plus tard, le maire de Puget précise que sa commune n'a pas les moyens financiers de mener de front les deux chantiers, d'autant plus que la recherche d'un terrain pour y bâtir le presbytère s'enlise dans des discussions sans fin. Pourtant, le dossier du temple est prêt depuis longtemps; de l'avis de l'église réformée de Mérindol, « il n'y a pas d'opposition à la construction du temple ni de la part de M. le Maire de Puget, dont les bienveillantes attentions sont connues et appréciées, ni de la part du conseil municipal qui a déjà voté la somme nécessaire à cette construction et même acheté le terrain d'emplacement, ni de la part de l'autorité supérieure, puisque M. le Préfet et M. le sous-préfet ont successivement encouragé M. le pasteur à faire hâter la dite construction »18. Mais l'obstination du sous-préfet d'Apt à vouloir mener ensemble les deux affaires interdit de rendre prioritaire le projet de temple et de faire procéder à l'adjudication des travaux.

r2r-img-66-1.gif Il s'ensuit des épisodes à rebondissements où les désaccords des curés successifs sur l'emplacement du presbytère à construire ou le choix d'une maison ne font que compliquer une situation déjà embrouillée. En dépit de la faiblesse des ressources communales, le sous-préfet d'Apt n'a pas renoncé à conduire ensemble l'affaire du presbytère et celle du temple, question de principe, et il recommande à la commune de voter des centimes additionnels, tandis qu'une demande de secours sera envoyée auprès du gouvernement. Finalement, c'est en 1869, après une visite à Puget où il impose au curé son choix sur l'emplacement du presbytère, que le sous-préfet d'Apt fait adopter par le conseil municipal la construction du presbytère catholique et du temple protestant, au même endroit, dans la plaine de Puget et en contrebas du village; seule la route séparera les deux édifices. En ultime recours, le curé de Puget dénonce devant le sous-préfet tous les inconvénients de ce choix, au rang desquels celui du voisinage immédiat du temple : ceci « était certainement bien loin de votre pensée. Il serait ridicule en effet d'aller bâtir de propos délibéré, la maison de M. le curé loin de l'église côte à côte du temple protestant, à une quinzaine de mètres. Tout le département s'amuserait de la bonhomie de ceux qui l'ont fait faire et de ceux qui l'ont laissé faire : la place du presbytère n'est pas à côté du temple protestant. Outre les raisons de convenance, il y en a d'autres plus sérieuses : ce voisinage exposerait M. le curé à toute sorte d'injures et de mauvais procédés de la part des protestants au moment de leurs réunions; ce voisinage serait une source funeste de divisions, de querelles plus graves qu'on ne croit […] il est de la sagesse de l'administration d'éviter ce qui serait dans la suite un danger perpétuel de troubles et de discordes ».

r2r-img-66-1.gif L'affaire du temple de Puget est alors réglée. L'achat des terrains et les deux constructions sont ensuite menés de 1869 à 1871.

r2r-img-66-1.gif A Puget, si la question même de l'emplacement du temple protestant ne suscita pas de désaccords profonds, encore qu'on relève la préférence du conseil presbytéral pour le hameau protestant des Beaumes et celle de la municipalité pour le village, le projet de temple apparaît réellement comme un enjeu entre les principaux protagonistes :

r2r-img-66-1.gif ­ tout d'abord le curé nouvellement installé, bien décidé à ne pas s'en laisser imposer selon ses propres mots « par 71 hérétiques qui tiennent à leur merci 143 catholiques ». Sûr de son droit et de ses appuis, il multiplie les exigences pour son église, comme son successeur le fera sur le choix du presbytère. Il fait pression sur le maire, seul élément catholique du conseil, dont il se plaint amèrement auprès du sous-préfet : « que pensez-vous de notre maire catholique qui refuse à l'église ce que les protestants accordent de bonne grâce? »19. Pour le clergé, le projet de temple protestant ne saurait en aucun cas escamoter les besoins de l'église.

r2r-img-66-1.gif ­ la municipalité de Puget, semble-t-il bien soudée par delà les différences de confessions derrière son maire. Le conseil municipal estime devoir maintenir la parité sans désavantager les protestants des hameaux, éloignés de plusieurs kilomètres du temple le plus proche, alors que les catholiques obtiennent satisfaction. Alors que Puget n'a pas statut de section de la consistoriale de Lourmarin et ne dispose pas d'un pasteur sur place, la construction d'un temple devient vite un enjeu pour tenir tête à un clergé trop envahissant ou à une administration trop disposée à lui prêter l'oreille; mais l'affrontement du conseil municipal contre la sous-préfecture est sans grand espoir et ne peut que provoquer des réunions orageuses où les conseillers protestants affirment qu'ils refuseront de voter quoi que ce soit, laissant plutôt le préfet faire passer sans eux les fonds nécessaires, puis finalement s'inclinant sous la pression de l'administration.

r2r-img-66-1.gif ­ le sous-préfet d'Apt, le comte de Saint-Aulaire, et ses successeurs, mettent l'édification du temple protestant de Puget au rang des principes d'une stricte égalité des cultes dont ils ont la tutelle; pour maintenir la balance à égalité, ils refusent de dissocier deux projets de construction d'édifices cultuels, et figés dans la ligne de conduite qu'ils se sont fixée, ils iront jusqu'à imposer un emplacement presque provocateur, mitoyen pour le presbytère catholique et le temple protestant.

r2r-img-66-1.gif Les deux exemples vauclusiens retenus pour cette présentation sont à la fois l'exception ­ car ailleurs, en Vaucluse, la question de la construction d'un temple suscita peu de tensions ­ mais aussi des exemples révélateurs de la force symbolique que peut avoir l'édifice religieux. Ici l'affaire du temple protestant cristallise brusquement des tensions, anciennes ou inattendues, et dans les deux cas envenime les relations entre les parties intervenantes (maire, conseil municipal et population villageoise, ou administration et municipalité).

r2r-img-66-1.gif Dans certaines localités, la construction du temple ne fut pas une banale affaire de bâtiment public. Si la guerre des temples n'a pas eu lieu, il s'en est fallu parfois de peu, et c'est peut-être parce que l'administration a su composer un habile dosage de fermeté et de médiation. On sent malgré tout l'équilibre de la paix civile fragile, même si les populations catholiques et protestantes cohabitent dans le respect l'une de l'autre. Du moins, le symbole de l'édifice a joué;

r2r-img-66-1.gif ­ symbole de l'emplacement à déterminer, car si une convention tacite fait rejeter à l'extérieur de l'enceinte du village l'implantation de l'édifice protestant et conserve le point central à l'église paroissiale, cette unanimité des notables, de l'administration, du clergé, mais également du ministre protestant a parfois été battue en brèche par des villageois davantage soucieux de réserver au futur temple protestant une situation privilégiée au cœur du village ce qui aurait été également, dans des villages majoritairement protestants, l'affirmation d'une reconnaissance totale.

r2r-img-66-1.gif ­ symbole de l'édifice qui peut apparaître comme un enjeu pour le maintien d'un équilibre des deux confessions, catholique et protestante, surtout dans des localités où les protestants sont minoritaires. Mais à Cabrières, maire, pasteur et curé en appellent aussi au maintien de l'harmonie pour défendre leur projet commun d'emplacement du temple; à Puget, face aux pressions d'un clergé catholique beaucoup plus combattif, l'affirmation identitaire des protestants s'exprime par la construction du temple.

r2r-img-66-1.gif ­ enfin, le projet de construction d'un temple a pu réveiller d'anciennes tensions catholiques/protestants attisées par un clergé local, ou bien diviser la seule communauté protestante.

r2r-img-66-1.gif L'étude de ces deux exemples qui nous font plonger dans la micro-histoire locale et nous oblige à sonder les consciences derrière le croisement des sources d'archives, nous montre combien l'édifice religieux, temple ou église, même encore à l'état de projet, peut déjà être chargé d'une valeur de symbole.

Haut de page

Document annexe

  • Image 1 (cannot open `docannexe/66/THOMAS-1.jpg' (No such file or directory) – 0k)
Haut de page

Notes

1 Pour une étude d'ensemble, B. Thomas, « La construction des temples protestants en Vaucluse au XIXe siècle », Mémoires de l'Académie de Vaucluse, 8e série, t. VII, 1998, p. 121-148.
2 Arch. comm. La Motte-d'Aigues GG 4 bis.
3 Lettre du 2 septembre 1845 (Arch. départ. Vaucluse 2 O 24/6).
4 Pour cette étude, nous avons fait appel aux deux dossiers relatifs à la construction du temple de Cabrières conservés dans les archives de la préfecture (Arch. dép. Vaucluse 2 O 24/6) et de la sous-préfecture d'Apt (Arch. dép. Vaucluse 1 Z 210); sauf mention contraire, les documents cités en sont issus. Les archives communales de Cabrières-d'Aigues, déposées aux Archives départementales, ont complété notre information, en particulier pour les registres de délibérations municipales.
5 Lettre du 27 septembre 1841.
6 Lettre du 30 septembre 1841.
7 Lettre du 7 novembre 1841.
8 Lettre du préfet du 4 avril 1843.
9 Délibération du 12 novembre 1843.
10 Lettre du 14 août 1839.
11 Pétition du 11 avril 1841.
12 Pétition du 25 février 1841.
13 Lettre du 30 avril 1841.
14 Lettre du 29 juin 1838.
15 Pétition du 7 août 1841.
16 Mention en marge de la lettre du 14 août 1839.
17 Lettre du 7 décembre 1859. Pour Puget, les archives consultées sont également celles de la préfecture (Arch. dép. Vaucluse 2 O 93/6) et surtout celles de la sous-préfecture d'Apt (Arch. dép. Vaucluse 1 Z 249).
18 Délibération du conseil presbytéral de Mérindol du 6 décembre 1863.
19 Lettre du 26 novembre 1863.
Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Bernard Thomas, « Enjeux et conflits autour de la construction des temples de Cabrières-d'Aigues et de Puget-sur-Durance (Vaucluse) au XIXe siècle », Rives nord-méditerranéennes, 6 | 2000, 79-95.

Référence électronique

Bernard Thomas, « Enjeux et conflits autour de la construction des temples de Cabrières-d'Aigues et de Puget-sur-Durance (Vaucluse) au XIXe siècle », Rives nord-méditerranéennes [En ligne], 6 | 2000, mis en ligne le 22 juillet 2005, consulté le 29 mai 2017. URL : http://rives.revues.org/66 ; DOI : 10.4000/rives.66

Haut de page

Auteur

Bernard Thomas

Archives départementales du Vaucluse

Haut de page

Droits d’auteur

© Tous droits réservés

Haut de page
  • Revues.org