Navigation – Plan du site

La charte agricole d’Aubagne

Modèle ou utopie ?
Jean-Noël Consalès
p. 25-35

Résumés

Lancée en 1992, dans le cadre d’un partenariat très large (municipalité, profession agricole, administrations), la charte agricole d’Aubagne tente de maintenir et développer l’agriculture périurbaine. Elle s’appuie sur deux axes, l’un foncier, l’autre économique, et revêt aujourd’hui tantôt les caractères d’un modèle, tantôt ceux d’une utopie.

Haut de page

Texte intégral

1Aubagne est localisée dans une cuvette drainée par l’Huveaune et cernée de collines calcaires dominées par le Garlaban. Elle se situe au sein de l’espace métropolitain Aix-Marseille-Toulon, au croisement de 3 axes autoroutiers qui « balafrent » sa plaine agricole, à savoir les axes Marseille-Aix, Marseille-Toulon et Aix-Toulon. Ville moyenne d’environ 45000 habitants contre 17600 en 1954, elle cumule les aspects d’une banlieue de Marseille et ceux d’un centre secondaire pour les communes de l’est de l’aire métropolitaine en raison de ses équipements et du dynamisme de ses activités secondaire et tertiaire.

2L’agriculture occupait une place prépondérante dans la vie aubagnaise jusqu’à la seconde guerre mondiale. Mais depuis, l’urbanisation galopante n’a cessé de fragiliser et de marginaliser cette activité qui par ailleurs s’est mal adaptée à l’évolution économique moderne. La SAUée (Surface Agricole Utilisée) est ainsi passée de 3 000 hectares en 1955 à 300 hectares environ en 1995. C’est pourtant dans ce contexte de perdition que la commune prend l’initiative de maintenir et de conforter ce qui reste de l’agriculture aubagnaise, initiative concrétisée le 19 février 1992 par la création d’une charte agricole. Pourquoi une décision aussi risquée est-elle intervenue en faveur d’une activité qui paraissait agonisante après 40 années de recul incessant? Quels sont les fondements de cette politique affirmée de préservation et de développement de l’agriculture? Quel est le contenu de la charte agricole et quelles ont été les étapes de sa mise en place? Quel bilan peut-on dresser au bout de huit années de fonctionnement de cette opération?

Les fondements politiques de la volonté de maintien et de développement de l’agriculture aubagnaise

Le bilan décevant de la charte agricole départementale

3Lancée en 1973 par les organismes professionnels de l’agriculture départementale, la charte agricole des Bouches-du-Rhône inaugure une ère de politique défensive visant à limiter les nombreuses expropriations qui interviennent dans l’aire métropolitaine marseillaise en raison d’une croissance urbaine effrénée. Mais, au début des années 90, le bilan de cette tentative se révèle plutôt décevant. L’agriculture est résiduelle dans certaines communes (Bouc-Bel-Air) et plusieurs n’ont plus de zones NC (Simiane, La Penne-sur-Huveaune). Dans les réunions de P.O.S., les terres cultivées sont essentiellement perçues comme des réserves foncières destinées à l’urbanisation. La vision prédominante est alors particulièrement pessimiste quant à l’avenir de l’agriculture périurbaine. C’est, néanmoins, à cette époque que survient le lancement de la charte agricole d’Aubagne, véritable sursaut, qui apparaît pour l’ensemble de la profession et notamment pour la chambre d’agriculture, comme l’occasion idéale d’inverser la tendance et de promouvoir une stratégie offensive en matière d’agriculture périurbaine.

La charte agricole d’Aubagne : une initiative politique

4Grâce à sa colline évoquée par M. Pagnol, Aubagne possède dans la mythologie provençale une image rurale forte ainsi qu’une tradition agricole longtemps préservée. Jusqu’au début du XIXe siècle, la ville s’est affirmée comme un pôle agricole majeur de l’est du département servant de centre de collecte, de transformation et de redistribution pour les productions des villages voisins. En 1860, l’arrivée du chemin de fer permet l’intégration du terroir aubagnais au sein de la ceinture maraîchère marseillaise et donc le développement d’un maraîchage diversifié. Cependant, au lendemain de la deuxième guerre mondiale, le développement des transports modifie non seulement les logiques d’approvisionnement mais encore les systèmes économiques et spatiaux. L’urbanisation génère de nouveaux rapports entre l’espace urbain et l’espace agricole, rapports de mitoyenneté conflictuelle ou d’absorption. La pression foncière qui commence à fragiliser l’ensemble de l’activité primaire départementale est toutefois moins forte dans la cuvette aubagnaise. Quelques maraîchers marseillais chassés par les expropriations du début des années 1970 peuvent même s’y installer. Pourtant, dans les années 1980, la croissance urbaine se poursuit, entretenue par l’exurbanisation des Marseillais. L’activité agricole est désormais mise en péril. Les autoroutes défigurent et morcellent la plaine agricole, de la même façon que les immeubles, les centres commerciaux et les zones industrielles (ZI des Paluds, 120 ha ; ZI Saint-Mitre, 30 ha). La contraction de l’espace cultivé limite les possibilités de restructuration alors que les exploitations sont très petites, moins de 4 hectares en moyenne. Déstabilisés par l’incertitude foncière et peu enclins à investir sur le long terme, les agriculteurs aubagnais se replient alors sur leurs traditions.

5Mais, les années 1980 sont aussi marquées par la progression des nouvelles préoccupations territoriales. De grandes agglomérations, comme Lyon ou Grenoble, mettent en place des structures pour le maintien de leurs zones agricoles et leur exemple sert de référence. A Aubagne, environ un millier d’emplois induits dépendent encore des grossistes locaux en fruits et légumes (entreprise Canavèse), du MIR (Marché d’Intérêt Régional) et plus généralement de l’agriculture. Cette activité lui confère une image de village provençal au sein de l’agglomération marseillaise. La crainte de voir disparaître ces emplois et de perdre cette image positive conduit la commune à décider de préserver ce qui reste de l’agriculture aubagnaise dans le cadre d’un « projet de développement local équilibré » : la charte agricole d’Aubagne.

6L’initiative de cette opération est à mettre au crédit du maire (M. Tardito), communiste et personnalité régionale forte. Ses choix politiques sont dictés par sa volonté de démarquer sa ville de l’image de Marseille. Cette opinion, partagée par de nombreuses communes de l’est du département, empêche d’ailleurs l’aire métropolitaine marseillaise d’être bien identifiée au plan institutionnel et de se forger un avenir unitaire. Celle-ci se trouve ainsi écartelée, en 1999, entre la Communauté de Communes Marseille Provence Métropole (19 communes), la Communauté de Communes du Pays d’Aix (15 communes), et la Communauté de Villes Garlaban-Huveaune-Sainte-Baume, dont les cinq communes membres (Aubagne, Auriol, Roquevaire, Cuges-les-Pins et La Penne-sur-Huveaune), toutes d’obédience communiste, se placent sous la direction du maire d’Aubagne.

De l’opposition au consensus

7Dans un premier temps, la commune se heurte à l’opposition des agriculteurs qui ne voient dans la charte qu’une promesse électorale supplémentaire pour séduire un groupe social de tendance politique opposée. La Chambre d’agriculture se faisant l’écho de la profession qu’elle représente s’abstient alors de répondre aux propositions aubagnaises. Le Méridional, quotidien libéral, traduit ces inquiétudes et redoute de voir éclore « des kolkhozes à Aubagne… ». Mais, l’affirmation et la démonstration du volontarisme municipal permettent toutefois d’établir des contacts et la confiance s’installe rapidement.

8Pour les agriculteurs, il s’agit d’abord de se positionner face à ce projet. L’absence ou l’engourdissement des organisations professionnelles territorialisées de type syndical ou coopératif ne facilite pas la tâche. Beaucoup d’exploitants âgés, sans repreneur, espèrent spéculer sur la valeur de leurs terres et se désintéressent des offres de la municipalité. D’autres, plus jeunes, souhaitant poursuivre leur activité, peuvent être séduits à condition de vaincre leurs réticences politiques. L’habileté et surtout l’engagement personnel du maire, débloquant des financements importants et promettant l’arrêt des déclassements en zones agricoles, convainquent finalement une partie des agriculteurs. Des leaders émergent et la Chambre d’Agriculture comprend très vite le profit qu’elle peut tirer du volontarisme municipal pour l’affirmation de l’agriculture périurbaine, dans le cadre d’une approche essentiellement économique, conforme à la sienne.

9En 1990, un comité de pilotage de la charte agricole d’Aubagne est constitué pour moitié d’agriculteurs aubagnais auxquels s’ajoutent des représentants des organisations professionnelles, des administrations et des collectivités territoriales concernées. Avec le maire à sa tête, il est le reflet du consensus réalisé autour du maintien de l’agriculture et du développement territorial. En 1992, le programme d’action de la charte agricole d’Aubagne commence.

L’action foncière de la charte agricole d’Aubagne

Les données du problème foncier et les enjeux de ses solutions

10Au début des années 1990, les problèmes fonciers sont omniprésents dans l’agriculture aubagnaise. Les zones de culture sont souvent perçues comme des réserves de terrains à bâtir non seulement par les promoteurs mais aussi par certains agriculteurs d’où le développement des friches (60 ha). Par ailleurs, la révision du P.O.S, en 1992, transforme en zones urbanisables (N. A. ou N. B.) 68,2 ha classés en zones agricoles (N. C.) auparavant. A l’inverse, 19,8 ha sont rattachés aux zones N.C. Au total, la réduction des zones agricoles est de 48,4 ha. Dans ce contexte, les exploitations ne peuvent pas s’agrandir et les jeunes agriculteurs n’accèdent pas à la propriété. L’extension du tissu urbain aubagnais ainsi que les permis de construire accordés aux enfants d’agriculteurs dans la zone N.C. amputent encore fortement la plaine cultivée.

11Parallèlement au déclin de l’agriculture, l’émergence d’une nouvelle demande urbaine en termes de qualité de vie, d’authenticité du territoire habité et d’harmonie des paysages, devient perceptible. Les rôles culturels, patrimoniaux, sociaux et environnementaux de l’agriculture aubagnaise sont de plus en plus mis en exergue. Ils participent, dès lors, à la justification de l’action foncière entreprise dans le cadre de la charte agricole.

Les outils d’intervention foncière de la charte agricole d’Aubagne

12La première action entreprise a été d’inclure les objectifs de la charte au règlement du P.O.S. (17 avril 1992) pour affirmer clairement la volonté de préserver les 847 ha de zones N.C. durant 10 ans. Par cette officialisation, la commune comptait créer une dynamique anti-spéculative et couper court à toutes les espérances de reclassement de zones agricoles en zones constructibles. Pour veiller au respect des directives agricoles du nouveau P.O.S., la mairie délégua dans le même temps à un groupe d’exploitants l’examen pour avis des permis de construire déposés en zone N.C.

13Parallèlement, une convention spéciale lie depuis le 21 février 1992 la municipalité et la S.A.F.E.R. Cet accord détermine trois axes d’actions :

14– la constitution d’un observatoire local du marché foncier au sein duquel la S.A.F.E.R. et la mairie échangent les informations dont elles disposent sur l’évolution du marché foncier dans les zones N.C. Les deux parties peuvent ainsi déterminer si les transactions qui s’y effectuent ne nuisent pas à la pérennité de l’agriculture;

15– l’élargissement, sur le territoire communal, du rôle de la S.A.F.E.R. qui peut désormais y agir soit de façon habituelle (acquisition à l’amiable et acquisition grâce à son droit de préemption) soit sur simple demande de la mairie. Cette dernière jugeant de l’intérêt agricole d’une parcelle mise à la vente peut, en effet, solliciter les compétences de la S.A.F.E.R.. Dans ce cas, les terres acquises sont rétrocédées, en priorité, à des agriculteurs locaux. Si aucun agriculteur ne se propose, la commune s’engage à racheter les terrains et à les relouer à des exploitants sur la base de baux à ferme ou de locations-ventes;

16– la promotion des Conventions de Mise à Disposition (C.M.D.) dont les structures souples (location liant un propriétaire foncier, la S.A.F.E.R. et un exploitant pour une durée de 1 à 6 ans renouvelable une fois) sont susceptibles de concilier à court terme les ambitions spéculatives des propriétaires et les besoins en terres des agriculteurs.

17C’est en soulignant les atouts du maintien de l’agriculture périurbaine que les différents acteurs de la charte agricole ont compris que ceux-ci ne se limitaient pas à la plaine. En effet, les terrasses de culture qui, jadis, étaient des composantes majeures de la vie aubagnaise, relèvent des mêmes enjeux. Compte tenu du contexte foncier, les terrasses peuvent représenter une solution palliative du manque de terres disponibles, ainsi qu’une aide à la diversification des productions. De plus, leur rôle paysager et culturel est évident de même que leur rôle environnemental comme pare-feu en interface entre les massifs forestiers et la ville. En 1996, le programme de reconquête des restanques financé par le Fonds de Gestion de l’Espace Rural (F.G.E.R.) est à l’origine de neuf chantiers de reconquête sur la commune d’Aubagne.

Le bilan foncier de la charte agricole d’Aubagne

18La révision du P.O.S. a réellement eu des répercussions positives sur la cote foncière des terrains agricoles qui est passée de 120 francs/m2 voire de 200 francs/m2 avant 1992 à 45 francs après cette date. Par ailleurs, l’action du groupe de vérification des permis de construire en zone N.C. a relativement réduit la progression du mitage urbain. En revanche, les résultats de la convention signée entre la municipalité et la S.A.F.E.R. n’ont pas été à la hauteur de ceux escomptés au départ. Seulement six hectares de terrains ont été libérés et acquis par des agriculteurs ou arrachés à la friche. Les propriétaires fonciers, souvent des agriculteurs, demeurent réticents à l’idée de céder leurs parcelles à des exploitants. L’espoir d’un prochain reclassement des terrains en zones constructibles demeure, en effet, vivace. Mais, grâce à cette convention, quatre exploitants se sont installés à Aubagne, six en tout sur le territoire intercommunal. Quatre d’entre eux se sont établis grâce à l’achat de terres, alors que les deux autres fondent leur exploitation sur la location de parcelles que la S.A.F.E.R. a réussi à libérer par des procédures de C.M.D. Quant au programme de réhabilitation des restanques, il a sensiblement été ralenti depuis l’arrêt du F.G.E.R. en 1998.

19Les exploitations agricoles confortées sur le plan foncier doivent être viables d’où des actions économiques fortes, inclues à la Charte agricole d’Aubagne.

Les outils économiques de la charte agricole d’Aubagne

Modernisation de l’irrigation

20La plaine d’Aubagne a été irriguée à partir du XVe siècle grâce à la mise en place d’un réseau d’irrigation gravitaire reposant tout d’abord sur l’Huveaune puis, au XIXe siècle, sur le canal de Marseille. Cependant, à partir des années 1970, ce système traditionnel est apparu comme totalement inadapté à l’évolution économique moderne (pénuries estivales, tour d’eau), précipitant, de ce fait, le déclin de l’agriculture aubagnaise.

21Le premier axe du volet économique de la charte agricole a donc été d’entreprendre la modernisation de l’irrigation. Les travaux ainsi réalisés (construction d’un bassin de stockage, d’une station de pompage et d’un réseau de canalisations) ont permis de raccorder 310 ha à un système d’irrigation sous pression. Ce dernier a coûté 16,5 Millions de francs financés à 80% par des subventions émanant des collectivités territoriales (Etat, Commune, Région, Département) et à 20% par un emprunt des arrosants. Il est géré par une Association Syndicale Autorisée (A.S.A.) qui regroupe 500 adhérents dont seulement une centaine d’agriculteurs. Selon l’avis des exploitants, ce programme de modernisation est très certainement la grande réussite de la charte agricole d’Aubagne. En effet, l’irrigation sous pression a non seulement simplifié leur travail mais a encore entraîné la reconquête d’une trentaine d’hectares de friches (selon les estimations de l’A.S.A.). Si l’on ajoute à ce chiffre les six hectares remis en culture grâce à la convention ville/S.A.F.E.R., on peut estimer qu’il reste entre 20 et 30 ha de friches à vocation agricole sur le territoire aubagnais. A ce jour, une seconde tranche de réalisations a débuté afin de relier au réseau d’autres exploitations aubagnaises.

Le développement du Centre d’Etudes Techniques Agricoles (C.E.T.A.)

22Le développement de l’agriculture périurbaine aubagnaise passe également par l’adoption de nouvelles techniques agricoles. Dans ce but, la mairie a passé, en mai 1993, une convention avec le C.E.T.A. de la ville qui a été doté de nouveaux moyens financiers. Ceux-ci permettent aujourd’hui d’assurer le salaire des deux ingénieurs agronomes et de prendre en charge 50%, voire la totalité, de la cotisation (fixée à
600 francs) des nouveaux adhérents. Les membres du C.E.T.A. sont ainsi passés de 8 à 45 sur l’ensemble de la Communauté de Villes « Garlaban-Huveaune-Sainte-Baume » dont 27 sur Aubagne. La commune compte plus d’une centaine d’exploitants, mais les adhérents du C.E.T.A. sont parmi les plus performants et représentent environ 40% de la production aubagnaise.

La marque « Les Jardins du Pays d’Aubagne »

23En 1996, la marque « Les Jardins du Pays d’Aubagne » est lancée. Elle correspond à la création d’un rapport privilégié avec le consommateur grâce à une politique d’image. Elle appartient à la mairie qui en a confié sa gestion au C.E.T.A. En conséquence, seuls les adhérents ayant signé une « convention d’utilisation » avec ce dernier, peuvent bénéficier de l’usage de la promotion collective. Pour fidéliser la clientèle, les agriculteurs s’engagent à respecter un cahier des charges élaboré pour une trentaine de produits garantissant la qualité, la provenance et la fraîcheur de la production mise en vente sur les divers circuits locaux de commercialisation (vente directe sur l’exploitation et sur six marchés de détail, vente sur des marchés de gros des Arnavaux et de la Tourtelle, vente aux grossistes, vente en grande distribution et vente aux détaillants).

24Actuellement, sur les 45 adhérents du C.E.T.A., 29 participent à la marque (la moitié est issue de la seule commune d’Aubagne). De manière générale, les agriculteurs des « Jardins du Pays d’Aubagne » se distinguent par leur dynamisme et leur puissance économique. Leur engagement dans la promotion collective témoigne de leur détermination à préserver leur activité. Les six jeunes exploitants nouvellement installés sur le territoire intercommunal font tous partie de l’opération.

25Ce sont les liens anciens et privilégiés qui unissent les exploitants à leurs grossistes qui freinent les participations et donc le volume de production consacré à la marque. L’impact sur le marché local en est restreint mais, après quatre ans d’existence, cette dernière, connue et appréciée bien au delà de la cuvette aubagnaise, est un franc succès commercial. Les caractères de fraîcheur et de proximité de la production, selon le slogan « plus frais, plus près » que mettent en avant les adhérents, justifient, au moins pour les fruits, des prix sensiblement supérieurs à ceux des mercuriales.

Conclusion

26La charte agricole d’Aubagne est-elle un modèle de maintien et de développement d’une agriculture périurbaine ou au contraire n’est-elle qu’une utopie favorisée par la conjoncture? Après huit ans de fonctionnement, le bilan de cette opération doit être nuancé.

27La charte agricole d’Aubagne s’affirme, en effet, par sa prise en compte des problèmes de l’agriculture et par sa volonté de les résoudre consensuellement dans le cadre d’un développement territorial équilibré étendu, depuis 1993, à l’ensemble de la Communauté de Villes « Garlaban-Huveaune-Sainte-Baume ». La réussite, même modérée, de l’action aubagnaise constitue de ce fait une référence en matière d’agriculture périurbaine, tant au plan régional qu’au plan national. Pour les professionnels agricoles locaux, l’expérience aubagnaise s’impose comme un exemple à suivre notamment dans le département des Bouches-du-Rhône. C’est d’ailleurs sur cette base qu’a été initiée la charte agricole de la Communauté de Communes du Pays d’Aix.

28Mais la charte agricole d’Aubagne n’a pas pu rassembler la majorité de la profession agricole aubagnaise et la pression foncière reste forte. Or, au delà du potentiel économique et des enjeux socio-environnementaux de l’agriculture périurbaine, la maîtrise du foncier reste la pierre angulaire de la réussite de telles opérations.

Haut de page

Bibliographie

BERGERIE NATIONALE (A.D.A.Y.G., A.F.I.P., A.P.C.A., B.N. de Rambouillet, C.E.D.A.G., E.N.S.P., F.N.S.A.F.E.R. ministère de l’Agriculture, ministère de l’Equipement, Université de Lille) (1996), « Agriculture et forêt en zones périurbaines : constats et perspectives; rencontre à la Bergerie nationale, Rambouillet
22-23 février 1996 », Rambouillet.

DURBIANO C., DE REPARAZ A. (1979), « Le foncier agricole en Provence-Alpes-Côte-d’Azur, spécificité, défense et restructuration » in Méditerranée, n° 4, p. 55-75.

QUARACINO F. (1991), « Dynamique spatiale agricole dans l’agglomération marseillaise : le modèle d’Allauch », in Méditerranée, 1991, n° 23, p. 79-87.

VAUDOIS J. (1994)-2, « Les zones maraîchères périurbaines : espaces résiduels ou nouvelles formes d’intégration des espaces agricoles aux stratégies urbaines? », in Bulletin de l’Association de géographes français, Paris, p. 123-134.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Jean-Noël Consalès, « La charte agricole d’Aubagne », Rives nord-méditerranéennes, 8 | 2001, 25-35.

Référence électronique

Jean-Noël Consalès, « La charte agricole d’Aubagne », Rives nord-méditerranéennes [En ligne], 8 | 2001, mis en ligne le 07 décembre 2012, consulté le 28 mars 2017. URL : http://rives.revues.org/64 ; DOI : 10.4000/rives.64

Haut de page

Auteur

Jean-Noël Consalès

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

© Tous droits réservés

Haut de page
  • Revues.org