Navigation – Plan du site

Le statut des morts dans les lieux de cultes catholiques à l'époque moderne

Régis Bertrand
p. 9-19

Entrées d’index

Géographie :

France, Provence, Méditerranée

Chronologie :

Époque moderne
Haut de page

Texte intégral

1L'inhumation dans les églises constitue une réalité ancienne si bien connue que l'on omet quelquefois d'en souligner le caractère exceptionnel : elle s'inscrit pourtant en rupture totale avec le double héritage gréco-romain et juif de l'aire culturelle européenne, dont un interdit majeur a été ainsi violé pendant près d'un millénaire. Il en est dérivé une autre originalité du système funéraire occidental qui est la licéité de l'exhumation et du transfert des restes, qui existait en revanche en droit romain, avec l'autorisation des pontifes, mais est très limitée et réglementée dans la loi juive. La source testamentaire a montré cet envahissement des lieux de culte par les tombes dans les deux derniers siècles du Moyen Age, tout en marquant son caractère évolutif; une sorte d'apogée doit se situer au cours du XVIIe siècle, une décrue intervenant au XVIIIe siècle, du moins dans les édifices paroissiaux, au point que la déclaration royale de 1776 qui limite le droit d'inhumation dans les églises à un nombre infime de personnes ne fait en plusieurs sites que systématiser une tendance de fait.

2Les évêques sont, sous l'Ancien Régime, seuls compétents en droit pour affecter à la sépulture un lieu de culte qui n'en renferme pas encore, de même que pour décider du principe de la création ou la désaffectation d'un cimetière. L'évêque a aussi le droit de « fixer dans son diocèse la qualité des personnes qu'on pourra enterrer dans l'église ou se réserver s'il le juge à propos le pouvoir d'accorder cette permission » (Héricourt). Les évêques provençaux tendent à exiger de façon assez formelle, lors de leurs visites pastorales, que l'on n'établisse point de tombes de famille sans leur permission et exercent surtout un contrôle éventuel a posteriori lorsqu'ils demandent que les détenteurs de tombes justifient de leurs titres.

3Le principe obtenu, Héricourt semble énoncer la règle la plus couramment admise par les tribunaux français lorsqu'il indique : « C'est au curé et aux marguilliers des paroisses à marquer l'endroit du cimetière ou de la nef de l'église dans lequel on doit enterrer les corps de ceux qui ne sont ni patrons ni seigneurs hauts-justiciers ».

4Le cas du chœur liturgique était en effet différent. La tradition juridique française le réservait de façon très théorique aux patrons et seigneurs hauts-justiciers qui y avaient leur banc et par extension éventuelle, dans les villes dont le roi était seigneur, aux magistrats royaux exerçant la haute justice par délégation directe du souverain. En fait après le concile de Trente, un second principe est posé : le Rituel romain de 1614 exigeant que « les sépulchres des prêtres et de tout le clergé doivent être, s'il est possible, séparés de ceux des laïques et placés dans un lieu plus honorable », les tombes des clercs sont donc fréquemment établies dans le chœur, au nom du principe que ce dernier ne devrait être accessible qu'aux clercs et par exception à certains laïcs. Dans les faits, des tombes de laïcs ne relevant pas des deux catégories ci-dessus se retrouvent néanmoins dans les sanctuaires de certaines églises, en particulier conventuelles.

5Il est enfin canoniquement prohibé d'inhumer sous les autels ou à leur proximité immédiate, soit leur marchepied. Ce détail suggère le caractère attractif d'une immédiate proximité avec le lieu où s'accomplit la Présence Réelle. Les évêques provençaux font condamner les caveaux qu'ils découvrent ainsi lors de leurs visites.

STATUT JURIDIQUE DES TOMBES

6Juridiquement, les tombes étaient de deux sortes : celles des fondateurs d'églises et de chapelles leur appartenaient en toute propriété ainsi qu'à leurs descendants ou successeurs; par ailleurs, des portions du sous-sol d'une église pouvaient être concédées sans limitation de durée à des familles ou à des corps organisés. Enfin le clergé pouvait autoriser la simple inhumation dans le sol de l'église, sans qu'elle s'accompagne d'une concession.

La tombe de fondation

7La première solution, la plus prestigieuse, consistait à fonder un lieu de culte, à le doter de revenus nécessaires à son entretien et au service du culte. La tombe de fondation est surtout un héritage aux temps modernes. Il pouvait s'agir de la chapelle latérale d'une église paroissiale ou conventuelle; ou bien d'une chapelle rurale. Citons pour exemple la chapelle de Sainte-Madeleine de Cuges (Bouches-du-Rhône), édifiée en conséquence du testament d'un notable local, daté de 1655; il exigeait que ses héritiers fassent construire dans un vallon lié à un légendaire magdalénien ce sanctuaire où il désirait être enterré. Ses héritiers devaient y faire célébrer trois messes toutes les années le jour de la fête de la sainte. Ses descendants y furent inhumés jusqu'à la Révolution.

8Les détenteurs d'une chapelle fondée avaient plusieurs possibilités légales de marquer leur possession. Le droit d'abord de faire fermer la chapelle de grilles; celui d'y placer leurs armoiries à la voûte ou à l'autel, voire au tableau du retable. Mais un évêque rigoriste tel que J. Soanen ordonne, lors de ses visites pastorales de Senez, d'effacer les blasons qui figurent sur les tableaux. Enfin le droit d'y faire peindre ou poser une litre, droit lié soit au titre de seigneur haut-justicier, soit à la possession d'une chapelle de fondation dans une église. L'on distinguait deux litres :

9­ La litre proprement dite ou « peinture funèbre » était « une trace de peinture noire d'un pied et demi ou de deux pieds au plus, sur laquelle on peint d'espace en espace les armes de celui qu'on veut honorer » (Héricourt). Elle ne pouvait être réalisée que pour un fondateur ou le patron de l'église.

10­ La litre d'étoffe ou « ceinture funèbre », amovible et temporaire, était faite selon Héricourt « de bandes de velours, de damas, ou de serge noire sur lesquelles on attache d'espace en espace les armoiries du défunt peintes sur du carton. Ces litres se mettent pour les personnes qualifiées dans les églises où elles sont inhumées, quoique ces personnes n'aient ni le droit de patronage, ni la haute-justice, ni même aucune seigneurie dans le lieu où l'église est située. On ôte ces sortes de litres au bout de l'an et l'étoffe en appartient à la fabrique ».

11Bien que les juristes ne le signalent guère, il est net que l'on pouvait céder une chapelle de fondation et aussi que le clergé a disposé de celles qui n'étaient plus entretenues. Les inconvénients des chapelles de fondation, qui pouvaient cesser assez vite d'être entretenues et desservies, apparaissent à travers les visites pastorales. C'est un contraste évident qu'offrent deux chapelles latérales de Saint-Agricol d'Avignon lors de la visite de Mgr de Gonterii en 1713 : « A la chapelle appelée des Grillets on n'y célèbre point estant presque tousiours fermée et l'autel est couvert d'un ancien tabernacle qu'on a mis là par entrepôt ». Mais celle de M. de Blanc de Brantes « est ornée de belles figures et d'une belle architecture; l'autel est en marbre et magnifique ». En fait Pierre de Blanc de Brantes avait racheté le 21 août 1702 la chapelle des Tulle de Villefranche et l'avait faite entièrement reconstruire par Jean Péru en 1703-1708.

La tombe de concession

12Le clergé des Temps modernes paraît avoir considéré que la détention par une famille d'une portion de l'église sur laquelle elle avait le juspatronat présentait de nombreux inconvénients, et point seulement juridiques; la prolifération de bâtiments dissemblables ceinturant le sanctuaire ne convenait guère au goût de l'époque classique. Le clergé préférait en général que l'on participât par un don à l'édification de l'église ou du couvent. Les bienfaiteurs recevaient en échange la concession d'une chapelle latérale avec l'autorisation d'y établir leur tombeau, d'y faire sculpter leurs armes, de l'orner et d'y faire poser des litres textiles. Ces chapelles funéraires s'intégraient ainsi au plan d'ensemble de l'édifice; le clergé imposait qu'elles soient faites « de la mesme manière et simétrie » que les voisines et en contrôlait la décoration. La formule était aussi plus avantageuse pour la famille concessionnaire, qui était tenue d'entretenir la chapelle mais n'était pas obligée de la faire desservir et n'avait donc pas à y établir un bénéfice de chapellenie.

13La tombe « de concession » est une portion du sous-sol de l'église remise en jouissance sans limitation de durée à un particulier et ses héritiers, et où seuls ces derniers pourront désormais être enterrés. Cette privatisation n'était pas sans poser quelques problèmes de droit canon ­ d'autant que plusieurs conciles l'avaient interdite. Louis Aubert de Villeserin, évêque de Senez, explique dans ses ordonnances pastorales (1678) :

14« l'argent que l'on donne n'est pas pour la terre précisément, laquelle étant de soy bénite, ne peut estre vendue, ny pour les cérémonies ny autres offices ecclésiastiques qui se font pour le soulagement spirituel des défunts (…) mais c'est pour le droit qu'acquiert une personne de se faire enterrer et sa famille en tel lieu, à l'exclusion de tout autre, ce qui est onéreux à l'église et peut être estimé par argent ».

15Durand de Maillane écrit dans le même sens : « Pour ce qui est des particuliers, ils ont obtenu des sépultures dans l'église paroissiale par certaines rétributions à peu près comme des places pour les bancs (…) en payant un certain droit qui n'a rien de simoniaque ».

16Le tombeau de fondation et l'emplacement concédé correspondent donc à deux formules juridiquement différentes. Ainsi la déclaration de 1776 qui mit fin aux tombes concédées dans les églises dut faire une exception pour les fondateurs. La distinction est cependant moins nette dans la réalité et la tendance semble l'alignement progressif de facto du statut de la concession aux chapelles de fondation.

17Je me bornerai enfin à indiquer que ces tombes ont donné lieu à une jurisprudence importante. Elle porte sur deux grands problèmes.

18­ Identification d'une tombe comme familiale en cas de décès d'un adulte intestat ou d'un mineur. C'est le problème de l'interprétation de l'adage « in tumulo majorum si locus certus sit » (au tombeau de ses ancêtres, si l'emplacement en est assuré) qui peut opposer le curé du lieu de décès au clergé du lieu où se trouverait le tombeau.

19­ Problème du droit à reposer dans un caveau de famille des conjointes mortes intestat et des affins (la réponse dépend de la jurisprudence du lieu).

TOMBES FAMILIALES OU COLLECTIVES

20Certaines tombes rassemblaient des corps selon d'autres critères que les liens du sang. Elles correspondent en fait à trois types bien différents : ce que nous appellerons les tombes de dignité ou de fonction, étroitement limitées à un état social, la détention d'une seigneurie ou l'exercice d'une charge, les tombes associatives et enfin les « caveaux communs ».

Les tombes de dignité ou de fonction

Les tombes du clergé

21Les cas les plus évidents sont ceux des membres du premier ordre : l'existence de tombes collectives pour le clergé semble découler à la fois des prescriptions déjà citées du Rituel romain et du statut même du clerc consacré, qui a quitté sa famille pour entrer dans l'Eglise.

La tombe du seigneur

22Non moins attesté est le droit du seigneur de posséder une tombe dans la chapelle du château ou l'église de sa seigneurie. Aucun évêque ne le conteste, même s'il s'agit de la seule tombe de l'édifice, ce qui est le cas dans les « petits endroits ».

Les caveaux liés à une charge

23Enfin, quelques caveaux liés à une fonction ou une charge semblent avoir existé dans les chapelles des hôpitaux pour les pharmaciens, économes et chirurgiens de l'hôpital ou les recteurs. Même chose dans les chapelles de certaines citadelles ou aux Invalides pour les gouverneurs.

Les caveaux associatifs

24Toutes les associations pieuses n'ont apparemment pas détenu des tombes. Parmi les confréries de dévotion, il s'agit surtout des confréries mariales liées à des ordres religieux (l'exemple le plus net est celui du Rosaire dans les couvents de Dominicains) ainsi que certaines confréries des âmes du Purgatoire et des pénitents. Les tiers-ordres davantage liés encore à des ordres religieux possédaient ordinairement des tombes lorsque leur chapelle était établie dans l'enceinte d'un couvent.

25Les confréries professionnelles avaient aussi des tombes dans les églises urbaines, en général dans les chapelles latérales dont elles avaient le patronat ou la concession.

26La tombe confraternelle n'est pas explicitement prévue dans le droit d'Ancien Régime, sinon comme une conséquence de facto de l'élection de sépulture. La définition de ceux qui pourraient être inhumés dans une chapelle de confrérie relevait en théorie de l'évêque, et en fait aussi du curé de la paroisse. Leur attitude a été fort variable à l'égard de ce type de tombes, dépourvu de textes de référence sur deux points essentiels : l'exigence d'une élection de sépulture, le droit d'autres que les confrères d'y être enterrés.

Les « caveaux communs »

27Il était enfin possible, moyennant une somme assez faible, et parfois même gratuitement en certains endroits ­ en particulier ceux qui ne possédaient aucun cimetière ­, de reposer dans les parties de l'église qui n'étaient point concédées. Il ne semble point qu'une élection de sépulture ait été nécessaire pour cela, à moins que le défunt ait absolument tenu à être déposé en un endroit bien précis de l'église. Des « caveaux communs » sont signalés dans la plupart des églises paroissiales ou conventuelles d'Aix et Marseille.

28Le repos dans ces caveaux commun n'était nullement le « quies aeterna » qui selon les juristes devait très théoriquement caractériser la sépulture. Dès lors qu'ils étaient combles, les restes des générations précédentes devaient comme dans les fosses communes des cimetières, céder la place à ceux des générations suivantes : la réexhumation des restes et leur « réduction » dans des ossuaires achève de se généraliser dans l'Occident catholique des Temps modernes au point de devenir au début du XIXe siècle l'un des fondements de la législation des cimetières.

29L'on peut ajouter un dernier cas qui relève de la sépulture privilégiée : les ordonnances synodales de l'archevêque d'Aix Daniel de Cosnac, publiées en 1702, sont les seules dans l'espace régional à prescrire la création dans chaque église d'un caveau « pour les enfans qui mourront après leur baptême, avant l'usage de raison, que l'Eglise a toujours regardés comme autant de bienheureux ». Cette exigence d'une inhumation particulière pour les jeunes enfants morts sans avoir commis le mal était très théoriquement satisfaite ailleurs par le « cimetière des innocents », portion du cimetière paroissial dont l'existence reste hypothétique à de rares exceptions près et l'on peut a fortiori douter que ce caveau ait été très répandu. Néanmoins une fouille très ponctuelle de l'église des Prêcheurs d'Aix a mis au jour ce qui était sans doute l'un des « caveaux des enfants » de l'édifice.

TOMBES ET TOMBEAUX

30Le Français actuel tend à distinguer la tombe, qui est le lieu où sont ensevelis un ou plusieurs morts, ou éventuellement le lieu destiné et préparé à cet usage, et le tombeau, qui est aujourd'hui à la fois le signal d'une tombe et un « monument élevé à la mémoire d'un mort dans le lieu même où se trouve sa tombe et de préférence au-dessus de celle-ci » (J.-M. Pérouse de Montclos). Cette distinction, qui n'est guère universelle, semble récente. Aux XVIIe et XVIIIe siècles, la « tombe » tend en Provence à désigner sans la préciser davantage une sépulture dans une église ou un cimetière et donc un espace funéraire. Le mot « tombeau » peut avoir parfois le sens de monument, mais il indique ordinairement un caveau sous la plume des scribes provençaux d'Ancien Régime, qui désigneront par « mausolée » un tombeau au sens actuel du terme, du moins s'il a quelque ampleur.

31Lorsque les curés ou les religieux concèdent un emplacement dans des églises paroissiales ou conventuelles, ils tendent à exiger de plus en plus nettement au XVIIe siècle que ses bénéficiaires traitent avec un maçon pour la construction d'un caveau. Les évêques du XVIIIe s'efforcent d'interdire toute inhumation dans les églises hors des caveaux. Il arrive fréquemment en milieu urbain qu'au cours du XVIIe siècle sinon auparavant une communauté conventuelle, un chapitre ou les marguilliers d'une paroisse fassent lotir entièrement ou partiellement le sous-sol de leur église en rangées régulières de caveaux, lesquels sont ensuite concédés.

32Ajoutons qu'un marché de la revente semble avoir discrètement existé et que le concessionnaire pouvait être déchu de ses droits s'il n'entretenait pas la tombe ou ne se conformait pas aux règlements. Bien que ce principe ne figure pas dans les recueils juridiques d'Ancien Régime, il est constamment énoncé par les évêques dans leurs ordonnances pastorales et découle apparemment de leur droit, sinon direct du moins éminent, à autoriser une inhumation dans l'église.

33Le tombeau de cimetière sert ordinairement aujourd'hui à la fois de signal de l'emplacement d'une tombe et de mémorial de ceux qui y sont ensevelis. Ces deux fonctions pouvaient être distinctes sous l'Ancien régime, le caveau étant une construction funéraire souterraine, visible à la surface du sol par sa dalle de fermeture, qui indique son existence, sans permettre, lorsqu'elle est dépourvue d'épigraphie ou ne porte qu'un numéro d'ordre, d'identifier ses ayants droit, et le tombeau portant l'épitaphe ou les armes n'étant pas toujours superposé au caveau et pouvant être plaqué contre un mur. Un cahier non daté des archives de Grasse procure l'inventaire des tombes existant dans la cathédrale. 34 ne sont situées que par rapport à des repères tels que l'orgue, le marchepied d'un autel ou le banc d'une confrérie. Deux ont une dalle de marbre, sans que l'on soit assuré qu'elle porte une épitaphe; 11 ont pour caractéristique d'avoir un ou deux anneaux de préhension; trois portent des armes et enfin 14 sont marquées des initiales de leurs possesseurs.

34Il n'est pas inutile de signaler l'existence de « lois ecclésiastiques » en matière de tombeaux d'église, même si elles étaient globalement libérales et ne purent vraiment constituer un frein à leur construction. Selon L. de Héricourt :

35« il n'appartient qu'aux princes et princesses, aux seigneurs distingués par les dignités les plus éminentes, aux patrons et aux seigneurs hauts justiciers de faire élever un sépulcre hors de terre. On doit même avoir soin par rapport aux personnes à qui ce droit appartient, que ces sépulcres soient disposés de manière qu'ils ne causent aucun embarras pendant le service divin ».

36En revanche :

37« les particuliers peuvent du consentement du curé et des marguilliers mettre une tombe avec une inscription, pourvu qu'elle ne soit pas plus haute que le pavé de l'église ou qu'elle soit attachée contre le mur. On doit prendre garde à ce qu'il n'y ait rien dans l'inscription ou dans les figures qui l'accompagnent qui ne puisse convenir à la sainteté du lieu dans lequel on les place. Les mêmes règles doivent être observées pour les épitaphes qu'on pose dans les cimetières ».

38La législation ne réglementait fortement, on le voit, que le tombeau « relevé », soit les types dérivés du tombeau-coffre surmontant directement la tombe. Elle soumettait simplement à autorisation préalable les lames encastrées dans le sol et les tombeaux adossés aux murs. Le clergé de l'église et l'évêque avaient en matière de police des tombeaux un droit de regard à la fois sur la forme du tombeau, le contenu de l'épitaphe et son emplacement dans l'église.

39L'on doit souligner combien ce droit ancien constitue un héritage de longue durée : la législation contemporaine de la concession perpétuelle tire ses grandes lignes du statut de la tombe d'église d'Ancien Régime. La notion de concession d'abord, soit d'un usage privatif strictement réglementé d'un terrain inaliénable parce que public (alors que la tombe de fondation aurait eu pour équivalent le cimetière familial privé). Par ailleurs, le droit contemporain a avalisé sans les résoudre les problèmes déjà posés par la concession d'Ancien Régime. La notion de perpétuité, exorbitante du droit français contemporain, pour laquelle on a dû reproduire les mesures de reprise de la concession pour absence d'entretien édictées sous l'Ancien Régime. Le principe de la transmission indivise de sa jouissance « par le sang » ou à défaut par l'alliance. Un dernier trait aujourd'hui encore caractéristique de la gestion des cimetières est également bien perceptible à travers toutes les visites pastorales : l'absence d'un enregistrement officiel et normalisé devant notaire des titres de concessions, source de contestations multiples sur l'éventuel statut familial de certaines tombes d'église. Sous l'Ancien Régime comme à l'heure actuelle, c'est au bénéficiaire de produire à l'autorité publique, lorsque cette dernière l'exige, ses titres de concession aux fins de vérification.

Haut de page

Bibliographie

Bibliographie

BARATTE Léon, Rapports de l'autorité civile et de l'autorité religieuse en matière de sépulture (ancien droit et droit actuel), thèse de droit, Le Mans, 1904.

BERNARD Antoine, La sépulture en droit canonique du décret de Gratien au Concile de Trente, thèse de droit, Paris, 1933.

BERTRAND Régis et GALLIANO Geneviève, « Les caveaux de l'église des Prêcheurs d'Aix », Bulletin archéologique de Provence, n° 17, 1987, p.1-10.

BERTRAND Régis, « Les Provençaux et leurs morts. Recherches sur les pratiques funéraires, les lieux de sépultures et le culte du souvenir des morts dans le Sud-Est de la France depuis la fin du XVIIe siècle », thèse d'histoire dactyl., U. de Paris I-Sorbonne, 1994, 5 vol.

DURAND DE MAILLANE, Dictionnaire de droit canonique et de praitique bénéficiale, Paris, 1761, 2 vol. et rééd. très augmentées (Lyon, 1776, 5 vol.).

[DU SAULZET] abbé M., Abrégé du recueil des actes, titres et mémoires concernant les affaires du clergé de France ou table raisonnée en forme de précis des matières contenues dans ce recueil, Paris-Avignon, 2e éd. (1re en 1752), 1771, 14 vol.

HERICOURT, Louis de, Les loix ecclésiatiques de France dans leur ordre naturel et une analyse des livres du droit canonique conférées avec les usages de l'église gallicane, Paris, nouv. éd. (posthume), 1771.

J[OUSSE], Traité du gouvernement spirituel et temporel des paroisses, Paris, 1769.

MERLIN [DE DOUAI] Répertoire universel et raisonné de jurisprudence, Paris, 4e éd., 1812-1825, 17 vol.

THIBAUT-PAYEN Jacqueline, Les morts, l'Eglise et l'état dans le ressort du parlement de Paris aux XVIIe et XVIIIe siècles, thèse de droit, Paris, 1977.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Régis Bertrand, « Le statut des morts dans les lieux de cultes catholiques à l'époque moderne », Rives nord-méditerranéennes, 6 | 2000, 9-19.

Référence électronique

Régis Bertrand, « Le statut des morts dans les lieux de cultes catholiques à l'époque moderne », Rives nord-méditerranéennes [En ligne], 6 | 2000, mis en ligne le 22 juillet 2005, consulté le 22 juillet 2017. URL : http://rives.revues.org/60 ; DOI : 10.4000/rives.60

Haut de page

Auteur

Régis Bertrand

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

© Tous droits réservés

Haut de page
  • Revues.org