Navigation – Plan du site

L’édifice religieux : lieu de pouvoir, pouvoir du lieu

Pascal Julien

Entrées d’index

Géographie :

France, Occitanie

Chronologie :

Époque moderne
Haut de page

Texte intégral

1Lieu de pouvoir, l’édifice religieux est avant tout le lieu du pouvoir, celui de Dieu, autour duquel se regroupent ministres et fidèles, un lieu privilégié où l’approche du sacré doit révéler aux hommes leur dimension véritable.

2Si l’on y recherche une vérité spirituelle, s’y exprime également une réalité sociale et politique, parfois même de manière flagrante, comme le rappelait ce bénitier du XIIIe siècle conservé au musée d’Angers, par une inscription latine qui fut ainsi traduite : « pour le clerc et le soldat ; que les vilains s’en aillent à d’autres bénitiers. C’est ici la première place ; aux vilains la moins noble et la dernière ». Mais lorsque la société pénètre avec ses règles auprès du sacré, elle doit aussi s’y soumettre à de nouveaux modes d’autorité, en fonction d’enjeux dépassant largement le quotidien. De ce fait, l’expression des pouvoirs connaît des implications et des applications particulières dans les édifices religieux.

3Celles-ci sont souvent sensibles dans la structure ou le décor. La commande, ses acteurs, ses moyens, ses visées, de tels thèmes sont trop rarement analysés dans leur conséquences sur la nature, la place ou la justification des œuvres d’art, parfois plus considérées pour leur sujet que pour leur objet. La démarche est pourtant riche d’enseignement, dépassant largement le cadre de l’architecture, du mobilier ou de l’image, débouchant sur une prise en compte plus large du monument, de l’emblématique d’un clocher jusqu’au mythe des cathédrales. Ce qu’exprimait le jésuite Richeome, à l’aube du XVIIe siècle, lorsqu’il écrivait : « Le lieu honore l’Image, et l’Image le lieu, et l’un par l’autre est aydé pour estre plus utile en sa façon ».

4Différentes questions, tenant à ces thèmes majeurs, ont été abordées lors de la Journée d’Etudes du 27 mars 1999, organisée dans le cadre du programme de recherche Religion et pouvoir de l’UMR Telemme. Pourquoi et comment se rapprocher de Dieu, pour les vivants ou les morts, soumis à des règles juridiques, à des enjeux financiers, à des querelles de préséances ou à des subtilités diplomatiques ? Du décor à l’image, quelle forme prend le don, quelle est la place allouée à la représentation du donateur, entre exigences des religieux et préoccupations des fidèles ? Lorsque coexistent diverses confessions, quelle valeur accorde-t-on aux lieux de culte et à leurs emplacements ? De l’époque médiévale à nos jours, historiens et historiens de l’art ont ainsi cherché à définir certains axes de réflexion dépassant les seules oppositions entre clercs et laïques. Nourri d’exemples concrets, un fructueux débat a permis de confronter différentes approches, tout en soulignant que bien d’autres thèmes méritaient d’être abordés, comme l’utilisation des édifices paroissiaux pour la réunion des pouvoirs consulaires, l’importance que pouvaient revêtir les monitoires dans la vie publique, l’origine sociale des membres des chapitres, l’ingérence des parlements dans la construction, l’achèvement ou la réparation des églises…

5Quels qu’en soient les acteurs, ou les modalités d’application, les enjeux de pouvoir liés à l’édifice religieux sont déterminés par la symbolique des lieux, où il faut bien souvent rivaliser pour paraître.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Pascal Julien, « L’édifice religieux : lieu de pouvoir, pouvoir du lieu », Rives nord-méditerranéennes [En ligne], 6 | 2000, mis en ligne le 21 décembre 2012, consulté le 21 novembre 2017. URL : http://rives.revues.org/59

Haut de page

Droits d’auteur

© Tous droits réservés

Haut de page
  • Revues.org