Navigation – Plan du site

Seigneurie épiscopale, aristocratie laïque et structures féodo-vassaliques en Provence au XIIe siècle :

le sens d'une féodalisation limitée
p. 27-36

Texte intégral

1En Provence1, comme dans bien d'autres régions, on assiste dans la seconde moitié du XIIe siècle, après les graves tensions de la période « grégorienne », à une relative normalisation des relations entre les évêques et les grands laïcs. Il est frappant de constater que cette normalisation, si fragile soit-elle, s'avère contemporaine de la diffusion des usages féodo-vassaliques au bénéfice des seigneuries ecclésiastiques. Jusque-là marginaux en Provence, le vocabulaire et les pratiques de la féodalité commencent à être utilisés par les chancelleries épiscopales, principalement autour des grandes cités, Avignon, Arles, de manière plus modeste Marseille, mais aussi dans les cités secondaires comme Apt, avant même que les comtes ne s'y intéressent vraiment, à partir des règnes d'Alfonse Ier (1166-1196) et Alfonse II (1196-1209)2. Clairement associée à la renaissance des études juridiques dans les villes rhodaniennes3, la diffusion de ces nouveaux usages pose la question des motivations de ses propagateurs. L'étude des relations qui unissent les sièges d'Arles et de Marseille à deux grands lignages aristocratiques, les vicomtes de Marseille et les Baux, au cours du XIIe siècle, permet d'esquisser quelques perspectives de réponse.

La diffusion des usages féodo-vassaliques à Marseille
et Arles et ses limites

2A Marseille, malgré l'essor d'une seigneurie épiscopale autonome dès le début du XIIe siècle, les vicomtes parviennent à conserver le contrôle effectif d'un certain nombre de domaines de l'Eglise cathédrale. Ces biens sont loin d'être négligeables et représentent à la fin du siècle presque la moitié des castra qui relèvent de la seigneurie épiscopale et canoniale. Il s'agit essentiellement d'Aubagne et des quatre castra qui en dépendent (Gémenos, Cuges, Julhans, Roquefort), qui forment un ensemble seigneurial vaste et homogène, à l'origine de la future baronnie d'Aubagne de l'Ancien Régime. Viennent s'y ajouter les castra de Saint-Marcel et du Castellet4. Mais en contrepartie de la possession de ces seigneuries castrales, les vicomtes doivent peu à peu reconnaître les droits éminents de l'évêque ou du chapitre. Un lien féodo-vassalique se noue, une hiérarchie relative s'instaure, qui joue en leur défaveur5. Toutes les sources dont nous disposons manifestent toutefois les limites de cette reconnaissance et la fragilité de cette nouvelle hiérarchisation des pouvoirs.

3L'évêque obtient la prestation d'un serment de la part d'un vicomte pour la première fois, semble-t-il, dès 11286: selon l'acte rendant compte de l'assemblée judiciaire tenue pour régler le contentieux au sujet du castrum d'Orvès, le vicomte Raimon Jaufre I, juste après le plaid, prête serment de fidélité à l'évêque et à l'Eglise de Marseille, dont il est déclaré l'« homme »7. Cette innovation qui semble induire une certaine soumission du vicomte à l'évêque ne doit pas faire illusion. Comme Gérard Giordanengo l'a souligné, le formulaire de l'acte rend compte des réserves de Raimon Jaufre I et le serment lui-même s'inscrit beaucoup plus dans la tradition carolingienne du serment de sûreté ou de sécurité sur la vie, les membres et les biens du récipiendaire, qu'il ne donne naissance à une véritable relation féodo-vassalique8. Si le serment mentionne l'aide que Raimon Jaufre s'engage à fournir à l'évêque, sans en préciser toutefois la nature, aucune allusion n'est faite à l'hommage, ni aux biens que le vicomte tiendrait en fief de l'évêque. En outre, s'il est possible qu'en s'adressant à l'aîné de la branche aînée l'évêque ait pensé engager la famille vicomtale dans son ensemble, ce serment apparaît comme strictement personnel et il ne fait aucune allusion à Uc Jaufre III, alors que celui-ci détient la vicomté ­ et les domaines de l'évêque qui y sont annexés ­ en indivision avec son cousin depuis au moins 1125.

4Les sources postérieures confirment la fragilité de la seigneurie supérieure de l'évêque. On rencontre la mention d'une nouvelle prestation d'hommage par Raimon Jaufre I en faveur de l'évêque Peire (1152-1170) en 11529; on relève aussi l'utilisation plus fréquente du terme « fief  pour décrire la nature des biens tenus de l'Eglise de Marseille. Mais ce vocabulaire n'a rien de systématique et aucune reconnaissance ne fournit la liste des domaines tenus par les vicomtes de l'évêque ou du chapitre. Enfin, en 1177, Uc Jaufre IV reconnaît explicitement qu'il tient du chapitre de Marseille « ad feudum et fidelitatem  Aubagne et ses dépendances10. Mais à cette date le formulaire est encore incomplet : il n'est fait mention ni de Saint-Marcel, ni de la nature exacte de la fidélité due par le vassal. Si les rapports féodo-vassaliques semblent bien apparaître peu à peu, aux yeux des clercs marseillais, comme un moyen juridique commode pour sortir de la crise inaugurée par l'émergence, aux dépens du pouvoir vicomtal, d'une seigneurie ecclésiastique autonome, leur introduction s'avère hésitante et laborieuse et ne permet en fait ni à l'évêque, ni au chapitre d'imposer véritablement leur prééminence aux vicomtes.

5A Arles, l'archevêque Raimon de Montredon (1142-1160) et ses successeurs s'efforcent eux aussi de préciser la nature des relations qui lient à leur Eglise les fidèles laïcs qui tiennent d'elle certains de leurs domaines depuis des générations11. Dans leur entourage, on commence à prendre soin de la prestation des serments qu'on estime leur être dus et on modifie leur formulaire en le féodalisant peu à peu. En 1142, Peire de Lambesc qui reçoit en fief de l'archevêque Raimon, en contrepartie de l'abandon de ses droits sur Salon, les castra de Vernègues et d'Avallon, doit ainsi prêter un serment de fidélité qui l'oblige explicitement à l'hommage, à l'aide (« servicium »), à une albergue de vingt chevaliers et à la reddibilité des deux castra sur simple requête de l'archevêque12. Mais les grands seigneurs, les Baux, comme les Marseille, échappent à cette évolution et bénéficient de la perpétuation des relations traditionnelles, plus égalitaires. Raimon de Baux vers 1142-1147, puis son fils Uc en 1152, doivent à leur tour prêter serment de fidélité à l'archevêque d'Arles, mais les engagements qu'ils souscrivent s'avèrent beaucoup moins contraignants13: Raimon et Uc promettent de respecter la vie et les membres de la famille de l'archevêque, de respecter l'Eglise et le chapitre d'Arles, de garantir l'honneur de l'Eglise d'Arles, à savoir le castrum de Salon et celui de Saint-Chamas, c'est-à-dire en fait les principaux domaines de l'archevêque. Il s'agit du traditionnel serment de sécurité inspiré du vieux modèle carolingien et dépourvu de toute résonnance vassalique. En possession de nombreux biens de l'Eglise d'Arles, Raimon de Baux ­ et son fils Uc après lui ­, n'en devient pas le vassal, mais en reste le « fidelis adjutor et defensor », une expression utilisée au début du XIe siècle pour définir le statut des vicomtes de Marseille vis-à-vis du monastère Saint-Victor, et qui traduit en quelque sorte une fonction d'avoué.

6Cependant, à la fin du XIIe siècle, la nature du lien entre les Baux et l'archevêque se précise en se féodalisant. Dans les années 1180, Bertran II et Uc V de Baux déclinent pour la première fois, à l'occasion du serment qu'ils prêtent à l'archevêque, les biens qu'ils tiennent de lui14. En 1191, à la suite d'un nouveau serment prêté par Uc V, apparaît la première mention de l'hommage15. Cette évolution suit de peu celle qui concerne les vicomtes de Marseille qui reconnaissent les biens qu'ils tiennent de l'archevêque d'Arles peu après 1155 et lui prêtent pour la première fois hommage en 118816. Ces serments et hommages transforment les vicomtes et les Baux en véritables vassaux de l'archevêque. Mais plusieurs indices laissent entendre que les implications concrètes de cette féodalisation très tardive demeurent limitées. Tout d'abord, il s'agit d'une féodalisation incomplète, en terme de reconnaissance des domaines inféodés comme en terme de services dus par le vassal. On ne s'étonne guère de ne pas trouver mentionnés dans la liste des fiefs tenus de l'archevêque des biens allodialisés depuis le XIe siècle, tels le castrum et la vallée des Baux, mais il est plus surprenant de ne pas y voir figurer les pâturages de la Crau évoqués par le censier des années 1143-115017: est-ce seulement un oubli, une négligence volontaire, ou bien le signe d'un abandon des droits de l'archevêque? Par ailleurs, les nouveaux serments reprennent telle quelle la formule traditionnelle (« in omnibus et de omnibus tibi fidelis adjutor et defensor ero contra omnes homines ») et ne font aucune allusion ni à la nature de l'aide, ni à une éventuelle albergue, ni à la reddibilité des castra.

7Plus remarquable encore, cette féodalisation limitée semble s'être accompagnée d'un augment de fief, dont l'obtention manifeste clairement la puissance et l'ascendant que conservent les Baux vis-à-vis de l'archevêque. Déjà en 1178 ou 1179, l'archevêque Raimon de Bollène (1164-1182) avait dû donner Mornas et Mondragon en augment de fief à Raimon V de Toulouse pour obtenir son hommage pour la terre d'Argence18. Dans les années 1180-1190, les Baux semblent avoir à leur tour bénéficié dans des conditions voisines, de la part des archevêques Peire Isarn (1183-1190) et Imbert d'Eyguières (1191-1202), de l'inféodation de l'honneur de Barbegal, et peut-être aussi des ports de Saint-Gilles et du Petit Rhône, qui tous apparaissent pour la première fois dans le patrimoine qu'ils reconnaissent tenir de l'Eglise d'Arles, aux côtés de leurs autres domaines, beaucoup plus anciens, le castrum de Trinquetaille et l'honneur du Pont-Saint-Geniès19. La féodalisation des relations entre l'archevêque d'Arles et les Baux, recherchée et finalement obtenue par les clercs et magistri arlésiens, aurait ainsi été acquise au prix d'un doublement des domaines inféodés à la grande famille.

L'influence des juristes : le sens d'une évolution

8Les recherches menées en anthropologie juridique depuis une vingtaine d'années ont appris aux médiévistes à ne pas dramatiser à l'excès les conflits qui déchirent de manière apparemment régulière la société aristocratique des XIe-XIIe siècles20. Plus que de rigoureux affrontements, ces conflits sont désormais analysés comme le moyen par lequel les parentèles s'efforcent d'asseoir leur pouvoir social et politique local en mobilisant leurs clientèles et leurs alliés et en manifestant leur force de manière épisodique et dans des limites généralement bien définies. A la lumière de ces études et des sources dont nous disposons, la rivalité qui oppose à des degrés divers les familles de Marseille et de Baux à l'évêque de Marseille et à l'archevêque d'Arles ne semble pas devoir être envisagée comme une lutte féroce, même si elle est parfois ponctuée de « coups de mains », de pillages ou d'escarmouches propres à toute démonstration de force « chevaleresque ». Sous la plume des clercs, les termes de « violentia »  ou d'« exactio »  renvoient plus à la notion d'injustice, de violation de droit ou de privilège, qu'à l'exercice démesuré de la violence au sens propre. Passé 1130, la récurrence des plaids, particulièrement nette dans le cas marseillais, ainsi que le recours systématique au discours du compromis ­ la « concordia » , la « transactio »  ­ plutôt qu'à celui du jugement, révèlent un mode de gestion des conflits tout à fait comparable à ce que l'on peut observer dans les conflits entre laïcs : régulièrement l'un des protagonistes réactive des motifs d'insatisfaction connus et mobilise ses partisans de façon à modifier en sa faveur le rapport de force qui l'oppose à son concurrent. A Marseille, le cas le mieux connu, le recours périodique aux voies de fait relève ainsi aussi bien de l'initiative des vicomtes (en 1128, à Orvès, par exemple), que de l'évêque (avant 1151, à Roquebarbe, par exemple), et la tenue des plaids, qui suivent de peu la phase de « violence », résulte apparemment d'une volonté réciproque de compromis et de retour à la paix.

9Cependant, cette dimension en quelque sorte structurelle du conflit et de son règlement ne doit pas nous dissimuler une évolution assez nette. En effet, à partir du milieu du siècle, sous l'influence de l'essor des études juridiques dans la région rhodanienne, le recours à l'arbitrage d'autorités extérieures, généralement versées dans le droit ou entourées de spécialistes, devient plus fréquent. Ainsi à Marseille, les parties, faute de parvenir à un accord durable par leurs propres moyens, semblent s'être entendues dès 1151 pour faire appel à des arbitres, qu'il s'agisse de l'archevêque d'Arles, des évêques de Carpentras, Antibes ou Toulon, ou bien encore du comte de Provence Raimon Bérenger II21. Dans l'entourage de ces autorités, parmi les conseillers, on repère des juristes, chanoines ou simples laïcs, de plus en plus nombreux22. Le recours à des hommes avertis des nouvelles techniques du droit savant, tels l'archevêque d'Arles Raimon de Montredon, l'archevêque d'Aix Henri (1180-1186) ou l'évêque de Carpentras Raimon (1142-1170), modifie les procédures : à Marseille toujours, on assiste pour la première fois en 1164 à une véritable enquête, avec audition de nombreux témoins, et les arbitres semblent directement s'inspirer d'une procédure tirée de la Somme au Code de Géraud le Provençal, un des premiers grands juristes provençaux23. Ce dernier arbitrage semble d'ailleurs définitif : nous n'avons plus trace d'un autre plaid après celui d'Aix.

10Cette émergence des juristes dans les instances d'arbitrage dans la seconde moitié du XIIe siècle, ainsi que l'accession de certains d'entre eux à l'épiscopat (à Arles, Orange, Aix, Carpentras, Apt, Riez), sont à rapprocher de la diffusion des usages féodo-vassaliques au bénéfice des seigneuries ecclésiastiques, en particulier épiscopales. A Apt par exemple, il est frappant de relever que l'entreprise de féodalisation de la relation entre l'évêque et la famille d'Agoult-Simiane à propos de la seigneurie urbaine coïncide avec l'épiscopat de Peire de Saint-Paul (1162-1181), ancien juge de Grasse, chanoine puis prévôt d'Apt, premier des évêques de la petite cité à avoir reçu une formation juridique24. Même si les premières attestations explicites témoignant de la connaissance des traités de droit féodal en Provence ne datent que des années 122025, les juristes de la deuxième moitié du XIIe siècle paraissent autant versés dans le droit féodal que dans le droit romain, certains d'entre eux, tels Peire de Cabannes qui assiste au serment d'Uc de Baux à l'archevêque d'Arles en 1151, ou l'évêque Raimon de Carpentras qui arbitre à Marseille en 1164, semblant même s'être fait une spécialité des questions féodales. Gérard Giordanengo a d'ailleurs bien montré que le droit romain et le droit féodal ne doivent, ni ne peuvent, être opposés l'un à l'autre; il est même fréquent de les voir utilisés de pair dans une même affaire, comme le montre le célèbre procès entre les Baux et le comte de Barcelone devant la cour impériale en 116226.

11Dans un tel contexte, on peut donc avancer sans grand risque de se tromper que, dans la seconde moitié du XIIe siècle, le droit féodal savant est perçu par les clercs provençaux comme le moyen de régler pacifiquement l'imbroglio provoqué par la réforme « grégorienne » et l'essor de la seigneurie épiscopale. Laborieusement mais progressivement acceptés par les laïcs, les usages féodo-vassaliques permettent à la rivalité entre seigneurie épiscopale et seigneurie laïque de ne pas dégénérer. Cependant, il ne faudrait pas exagérer la portée socio-politique d'une « recette » juridique : il s'agit d'une féodalisation très mesurée, qui manifeste plus l'institutionnalisation du compromis, le partage « officiel » des droits de chacun, qu'une véritable hiérarchisation des pouvoirs au bénéfice de l'évêque.

Haut de page

Notes

1 Cet article reprend, sous une forme légèrement modifiée, un passage de notre thèse, menée sous la direction de Noël Coulet : La noblesse et l'Eglise en Provence (XIe-XIVe siècle). L'exemple des familles d'Agoult-Simiane, de Baux et de Marseille.
2 Voir G. Giordanengo, Le droit féodal dans les pays de droit écrit : l'exemple de la Provence et du Dauphiné, XIIe-début du XIVe s., Rome, 1988, p. 69 et 72-86; contra Jean-Pierre Poly, La Provence et la société féodale, 879-1166, Paris, 1976, p. 346-352, qui faisait l'hypothèse d'une diffusion massive des usages féodo-vassaliques par les comtes de la maison de Barcelone dès le début du XIIe siècle.
3 Sur le renouveau du droit en Provence et dans le Midi, voir A. Gouron, « Les étapes de la pénétration du droit romain en Septimanie , Annales du Midi, t. 69 1957), p. 103-120; id., « Enseignement du droit, légistes et canonistes dans le midi de la France , Recueil de droit écrit, t. 5 (1966), p. 1-33; id., « Une école juridique française dans la première moitié du XIIe siècle , Recueil de droit écrit, t. 9 (1974), p. 363-384; id., « Le rôle des maîtres français dans la renaissance juridique du XIIe siècle , Comptes-rendus de l'Académie des Sciences et Belles Lettres, année 1989, p. 198-207; J. Dufour, G. Giordanengo, A. Gouron, « L'attrait des leges. Note sur la lettre d'un moine victorin (vers 1124/1127) , Studia et documenta historiae et juris, t. 45 (1979), p. 504-529; M.-L. Carlin, La pénétration du droit romain dans les actes de la pratique provençale, XIe-XIIIe siècles, Paris, 1967; J.-P. Poly, « Les légistes provençaux et la diffusion du droit romain dans le Midi , Mélanges Roger Aubenas, Montpellier, 1974, p. 613-635; id., « Les maîtres de Saint-Ruf. Pratique et enseignement du droit dans la France méridionale au XIIe siècle , Annales de la faculté de droit de Bordeaux, t. 2 (1978), p. 183-203.
4 En fait, jusqu'en 1165, l'évêque et le chapitre semblent avoir conservé en propre la possession d'un quart d'Aubagne et de Saint-Marcel, mais à cette date ils doivent y renoncer en faveur des vicomtes (B. Guérard, Cartulaire de Saint-Victor de Marseille, Paris, 1857 [abrégé CSV], n° 1106).
5 Soulignons que la notion de domaine éminent est connue et utilisée à Aix au profit de l'archevêque dès 1155 (J.-H. Albanès, U. Chevalier, Gallia christiana novissima [abrégé GCNN], t. I, Montbéliard, 1899, Instrumenta. eccl. Aquensis, n°IX).
6 Lors de l'enquête de 1164, un témoin, Aicard de Toulon, affirme que Pons de Peynier aurait prêté un serment de fidélité et l'hommage à l'évêque Raimon de Vie Eternelle (1082?-1122), puis à Raimon de Solliès (1124-1151) : GCNN, t. II, Valence, 1899, n° 163. Cependant, au regard des sources conservées et de l'évolution du lien féodo-vassalique entre l'évêque et les vicomtes, il semble s'agir d'une vision rétrospective.
7 GCNN, t. II, n° 142 (1128) : « ...homo effectus est et fidelitatem tam episcopo quam ecclesie juravit; et vitam et membra et urbem et omnia loca quibus episcopus presidet sibi suisque pertinentia
8 G. Giordanengo, Le droit féodal, op. cit., p. 46.
9 GCNN, t. II, n° 152 (1152).
10 GCNN, t. II, n° 1103 (1177). Les dépendances d'Aubagne sont les castra de Roquefort, Julhans, Cuges et Gémenos.
11 G. Giordanengo, Le droit féodal, op. cit., p. 38-41.
12 GCNN, t. III, Valence, 1901, n° 543 (1142).
13 E. Boeuf, Edition du chartrier de l'archevêque d'Arles (417-1202), thèse dactyl., Ecole nationale des chartes, 1996, n° 75 (1142-1147) et 81 (1152).
14 Serment de Bertran II : E. Boeuf, Edition du chartrier, op. cit., n° 162 (1183-1188) : après avoir décalqué le formulaire du serment de 1142-1147, le texte se poursuit par une innovation : « Et hoc sacramento facio tibi pro castro de Trenquatalliis cum omnibus pertinenciis suis, et pro honore Pontis Sancti Genesii, et pro honore de Berbegal, et pro omnibus illis pro quibus antecessores mei tuis fecerunt; que omnia a te et ab ecclesia Arelatensi me terre cognosco . Serment d'Uc V : ibid., n° 165 (1183-1190) : un nouveau domaine apparaît : « Et hoc sacramento facio tibi pro castro de Trenquatalliis cum omnibus pertinenciis suis, et pro honore Pontis Sancti Genesii, et pro honore de Berbegal, et pro portu Sancti Egidii, et pro omnibus illis pro quibus antecessores mei tuis fecerunt; que omnia a te et ab ecclesia Arelatensi me terre cognosco
15 Serment d'Uc V : GCNN, t. III, n° 690 (1191) : le formulaire s'enrichit de nouvelles spécifications : « Et hoc sacramento facio tibi pro castro de Trenquatalliis cum omnibus pertinenciis suis, et pro honore de Berbegal, et pro portu Sancti Egidii, et pro portu de Rodaneto, et pro omnibus illis honoribus pro quibus antecessores mei antecessoribus tuis hominium et sacramentum fecerunt et facere debuerunt; que omnia a te et ab ecclesia Arelatensi me tenere cognosco
16 En 1132 et 1155, le serment des vicomtes Raimon Jaufre I et Jaufre III suit encore le formulaire du serment de sécurité carolingien (GCNN, t. III, n° 522 et 577). En 1159, un acte de vente utilise pour la première fois le mot fief au sujet de l'honneur du Pont-Saint-Geniès (GCNN, t. III, n° 596 : « ...honorem Sancti Genesii quem a te [l'archevêque] ego et fratres mei [Jaufre IV et ses frères] ad feudum habemus... ). Vers 1157-1159, le serment prêté par Uc Jaufre II et Bertran de Marseille comporte une première innovation par rapport au formulaire carolingien, en introduisant la reconnaissance des honneurs tenus par les vicomtes : « ...recognoscens honorem Arelatensem et honorem de Ponte Sancti Genesii... . A la même date, le serment de Jaufre IV ne fait toutefois encore que reprendre le formulaire carolingien (GCNN, t. III, n° 595). En 1188, le serment de Raimon Jaufre dit Barral reprend la description des fiefs et leur ajoute enfin l'hommage : « Ego Raimundus Barralus, filius Cecilie, recognoscens honorem Arelatensem et honorem de Ponte Sancti Genesii, me ab Arelatensi ecclesia habere, et pro eodem honore, tibi domino Petro, Arelatensi archiepiscopo, juro vitam et membra et castella et omnem honorem quem modo Arelatensis ecclesia habet, vel in antea adquirere poterit; quod aliquid ex eis non aufferam, neque aliquis homo meo consilio. Et si quis ex eix aliquid aufferet vel impediret, fidelis adjutor ero. Et sic tibi hominium faciens, hec me omnia prosecuturum promitto.  Ce n'est cependant qu'au détour d'une liste des possessions de l'archevêque d'Arles que nous prenons connaissance de ce que recouvre exactement l'expression d'« honneur arlésien  : E. Boeuf, Edition du chartrier, op. cit., n°136 (1150-1157, 1163-1182) : il s'agit des vignes de la Roquette (réinféodées aux seigneurs de Gardanne), Meyranne (réinféodée aux Rapina, une famille de milites arlésiens), d'une partie du Plan du Bourg (réinféodé aux seigneurs de Confoux), d'une condamine au Trébon et de la moitié du marché d'Arles (l'autre moitié appartient au « viguier  d'Arles, qui la tient aussi de l'archevêque; le marché neuf, au Bourg neuf, appartient aux Baux). Une notice sur les salines détenues par le chapitre d'Arles, réalisée vers 1153-1166 (Bibliothèque d'Arles, ms n° 1242, fol. 116), nous apprend qu'Uc Jaufre possède aussi une saline « in Clausello juxte Devezum , en Camargue.
17 GCNN, t. III, n° 3417 (1143-1150). Selon une liste des possessions de l'archevêque, Uc IV de Baux tient aussi de l'archevêque une rente de sept sous sur les juifs d'Arles : E. Boeuf, Edition du chartrier, op. cit., n° 136 (1150-1157, 1163-1182).
18 GCNN, t. III, n° 640 (1178/1179).
19 Le port du Petit Rhône a peut-être été inféodé entre [1183-1190] et 1191, puisqu'on ne le trouve pas dans le premier serment et qu'il figure dans le second, tous les deux prêtés par Uc V.
20 Voir l'essai modèle de P. Geary, « Vivre en conflit dans une France sans Etat : typologie des mécanismes de règlement des conflits (1050-1200) , Annales ESC, 1986, p. 1107-1133.
21 GCNN, t. II, n° 149 (1151) : arbitrage de l'archevêque d'Arles Raimon de Montredon, qui aime s'entourer de juristes comme Bernat d'Auriac ou maître Milon (J.-P. Poly, « Les légistes provençaux , art. cit., p. 615, 617). G. Doublet, Recueil des actes concernant les évêque d'Antibes, Monaco-Paris, 1915, n° 81 (1162) : arbitrage de l'évêque de Carpentras Raimon, «    jus feudorum  (G.Giordanengo, Le droit féodal, op. cit., p. 48).
22 En 1152, le juriste Peire de Cabannes assiste ainsi au serment d'Uc IV de Baux à l'archevêque d'Arles (GCNN, t. III, n° 563). Sur ce juriste, voir J.-P. Poly, « Les légistes provençaux , art. cit., p. 621 et note 60, et G. Giordanengo, Le droit féodal, op. cit., p. 70-71 et note 46.
23 GCNN, t. II, n° 163 (1164) et CSV n° 1106 (1165). Pour l'emprunt d'une procédure de la Somme au Code, ou Summa Trecensis, de Géraud le Provençal, voir A. Gouron, « Dilectus Henricus, archevêque d'Aix et juriste », Provence Historique, t. 34 (1984), p. 97-101.
24 Déjà vers 1120, les premiers serments de fidélité connus pour la région d'Apt, ceux que prêtent Guiran et Bertran Raimbaud à leur oncle Laugier, évêque, se font en présence d'un Otton, judex, qui figure en premier dans la liste des témoins (N. Didier, H. Dubled, J. Barruol, Cartulaire de l'Eglise d'Apt, 835-1130 (?), Paris, 1967, n° 117 et 118 (v. 1120).
25 G. Giordanengo, Le droit féodal, op. cit., p. 111.
26 G. Giordanengo, Le droit féodal, op. cit., p. 55-61.
Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

« Seigneurie épiscopale, aristocratie laïque et structures féodo-vassaliques en Provence au XIIe siècle : », Rives nord-méditerranéennes, 7 | 2001, 27-36.

Référence électronique

« Seigneurie épiscopale, aristocratie laïque et structures féodo-vassaliques en Provence au XIIe siècle : », Rives nord-méditerranéennes [En ligne], 7 | 2001, mis en ligne le 22 juillet 2005, consulté le 29 avril 2017. URL : http://rives.revues.org/58 ; DOI : 10.4000/rives.58

Haut de page

Droits d’auteur

© Tous droits réservés

Haut de page
  • Revues.org