Navigation – Plan du site

Notes pour un projet de Guide de recherche

Serge Aberdam
p. 19-30

Résumés

Les enjeux de la discussion sur les comités chargés pendant la Révolution de fonctions de surveillance et de police rejoignent ceux sur les origines et la nature du Mode révolutionnaire de gouvernement. Mais ces comités ont souvent une composition spécifique, nettement populaire, et permettent d’intéressantes approches sociales, à partir d’organes où se concrétisent les polarisations de l’époque et dont le semis tend à couvrir tout le territoire. Il est proposé de mettre en chantier un Guide de recherche collectif, pour favoriser les travaux des étudiants comme des chercheurs en fournissant une documentation et des indications méthodologiques, conformément à d’autres expériences récentes. L’équipe d’Aix pourrait prolonger son effort et mettre en œuvre ce projet, auquel s’associeraient toutes les bonnes volontés.

Haut de page

Entrées d’index

Géographie :

France

Chronologie :

Époque moderne
Haut de page

Texte intégral

1En novembre 2002, aux journées d’Aix, j’avais pensé traiter : « Élection et nomination des comités de surveillance – Les questions de l’arbitraire et de la dualité de pouvoir dans les sources nationales » et parler du glissement qui se produit en 1793-1794 depuis les comités de surveillances (CdS) initiaux, communaux, vers des comités organisés de fait par canton ou par district… Mais les intéressants débats à la Maison Méditerranéenne des Sciences de l’Homme (MMSH) d’Aix, puis les documents successivement reçus des organisateurs qui esquissaient le projet d’un ouvrage, m’ont amené à concevoir le sujet plus globalement, sur un plan à la foi plus documentaire et un peu plus « problématisant », comme on jargonnait jadis. C’est que le travail sur les comités, s’il avance, peut avoir des enjeux.

2Quand on parle de comités de surveillance, ou de comités révolutionnaires ou de comités de salut public locaux, chaque auteur ou chercheur peut en avoir une idée bien spécifique. On traite en effet sous ces dénominations aussi bien des institutions communales électives nées de la loi du 21 mars 1793 et qui prennent toute leur importance en l’an II, que de structures parfois très antérieures ou encore d’autres, plus tardives. Les premières sont organisées par commune, puis par canton, les autres par ville, par district voire par département. Si leurs statuts légaux et leurs rapports à l’élection populaire sont variables, elles sont très influentes et restent opérationnelles pendant des mois, au vu et au su des autorités supérieures. C’est ce que la diversité des cas évoqués lors de la journée de travail d’Aix a montré de façon évidente, du Puy-de-Dôme de Philippe Bourdin à l’Ain de Philippe Croyet.

3Les origines de ces comités ne sont donc pas conçues de la même façon par les historiens : certains voient les premiers CdS dans les comités secrets que mettent en place des administrations de tous niveaux lors de chaque crise depuis l’été 1791, comités dont les fonctions se prolongent ensuite dans des rôles de plus en plus spécialisés ; d’autres chercheurs voient l’institution de façon plus restrictive et légale, naissant de la stricte application des deux lois de mars 1793 qui prévoient leurs modalités d’élection ; d’autres enfin en ont une conception extensive où se combinent toutes sortes d’institutions de type policier, légales ou improvisées localement, à la fois avant et après les lois de mars. Mais si on insiste sur la rupture que représente la multiplication des comités après les lois de mars 1793, on peut y voir, tout aussi bien, une conséquence de la réorganisation en 1792 des gardes nationales. Cette réforme, délibérément fixée au niveau cantonal, a entraîné mécaniquement un affaiblissement des gardes nationales communales et mis fin à la complémentarité du binôme local qu’elles formaient avec les municipalités. Avec les conséquences de cette réorganisation, le besoin apparaît de disposer d’une force de police au niveau communal ou sectionnal, ce qui peut expliquer le succès d’application que rencontrent les lois de mars 1793, de l’été jusqu’au Gouvernement révolutionnaire. Les effectifs prévus pour les CdS sont en effet assez importants : il faut élire douze citoyens, ce qui permet à une commune rurale ou à une section de penser disposer ainsi, légalement, d’une petite force de police… et de suppléer à la garde nationale désorganisée.

4En creux, ces diverses lignes explicatives de la création et de l’activité des comités de surveillance renvoient à leur fonctionnalité et à l’enchaînement des situations pratiques auxquelles répondent leurs créations successives. On n’est évidemment pas loin alors d’une discussion sur les origines du Mode révolutionnaire de gouvernement et de ce qui est le plus souvent désigné comme la Terreur. Parallèlement à cette problématique, il faut noter l’existence de comités de surveillance issus des sociétés populaires, qui compliquent encore la typologie. Globalement, les études de cas permettent d’affirmer l’extrême diversité des fonctions pratiques des comités, qui vont d’une mission de surveillance strictement limitée aux étrangers (mais lesquels : à la commune ou à la France_?) puis aux suspects (mais lesquels ?) jusqu’à des fonctions policières encore plus étendues, voire à une quasi prise en charge des responsabilités d’autres administrations locales, dans des domaines aussi variés que le ravitaillement, les prix, l’assistance, les réquisitions civiles et militaires…

5La brièveté de l’existence des institutions est évidente et correspond à la période la plus controversée mais pas la mieux connue de la Révolution, et leur importance est réelle. Si les comités départementaux ou de districts sont étroitement imbriqués aux autres administrations, les comités communaux ou sectionnaux ont eu, de droit et de fait, un recrutement statistiquement proche de la composition de la société réelle. On peut rapprocher en ce sens les CdS des sociétés sectionnaires comme des armées révolutionnaires. Il s’agit donc à la fois d’un lieu où se concrétise la polarisation sociale et politique révolutionnaire, et aussi d’un réseau ou d’un semi (la nuance peut avoir son importance) qui tend à couvrir tout le territoire. Les effectifs relativement importants des CdS communaux et, assez rapidement ensuite, le défraiement au moins théorique de leurs membres leur permettent effectivement d’exercer des contrôles étendus, ceux des cartes de civisme, des passeports et documents relatifs aux transports de biens, le traitement des dénonciations, l’émission de mandats d’amener ou d’arrêter, la conduite de piquets mobiles sur les routes, l’exécution de perquisitions avec la garde nationale, la gendarmerie ou des citoyens volontaires, la pose et éventuellement la levée de scellés, la possibilité d’imposer des amendes forfaitaires…

6A côté de cette variété des fonctions et des enjeux, on doit insister sur l’abondance et l’hétérogénéité des sources. Ces dernières existent fortement dans les Archives nationales, mais y sont totalement éclatées dans des séries politiques, administratives et policières. Pour Paris proprement dit, les documents des CdS ont mieux survécu que d’autres, par suite de la constitution d’archives spécifiquement policières. Dans les archives provinciales, les documents de base conservés peuvent être d’origine interne, réunis lors du dépôt des papiers des CdS, décrété après Thermidor. Il s’agit alors de registres, comptes-rendus, correspondances administratives, comptabilités… Dans ces cas, leur degré de conservation renvoie aux conditions faites dans les premières décennies post révolutionnaires aux archives des anciens districts et plus largement aux papiers de cette époque. Dans un contexte de forte politisation notabiliaire, les registres des comités, comme ceux des sociétés politiques ou bien des assemblées primaires, ont été les cibles d’opérations locales de soustraction, pour récupération ou destruction, qui ont eu leur efficacité… L’existence dans les séries L des Archives départementales d’une rubrique particulière consacrée aux comités révolutionnaires et de surveillance, curieusement associés à ceux des sociétés populaires (probablement à cause de leur caractère commun de « marge » des administrations régulières) peut aider, mais ne pas rassembler, loin de là, l’ensemble des matériaux existants. De mauvais classements ou bien l’existence de registres « indivisibles » ont entraîné des phénomènes de déperdition, par exemple vers la sous-série 1 Q, avec les biens nationaux. Aux AD de la Haute-Saône, on trouve : 1 Q 163, district de Vesoul, comité révolutionnaire, Instruction contre Elisabeth Seguin, femme Clerc, émigrée. Tarif du maximum. Tableau des suspects. Vente du mobilier des ci-devant maison (sic) religieuse (re-sic) de Charriez et Faverney. Expédition des ventes de biens nationaux. Ce dossier composite est demeuré avec les pièces relatives aux biens nationaux, classées prioritairement. La dispersion des sources découle donc aussi de l’impécuniosité des municipalités, qui réemploient facilement les coûteux registres devenus inutiles. C’est souvent ce qui explique leur maintien dans les archives communales.

7Les sources sur les CdS peuvent également être externes, constituées de pièces dérobées, de récits privés, de courriers, de documents « immédiatement » postérieurs… conservés par des membres ou des adversaires, revenus ou non dans des dépôts publics, authentiques ou interpolés… La bibliothèque municipale de Vesoul conserve ainsi, dans un volume factice, FC 338, 18 (?) pièces révolutionnaires, en particulier sur les réquisitions et sur les élections directoriales, dont un Mémoire justificatif de Jean Octave Drouhin, fort intéressant sur l’histoire des CdS dans la Haute-Saône, mémoire qui a dû sa survie à un collectionneur. La brièveté de l’existence de beaucoup de CdS est corrélée à la fragilité et à la dispersion des sources, aux tensions qui les ont entourées mais aussi, spécifiquement pour les CdS communaux ou sectionnaires comme pour les autres organes sectionnaires ou pour les armées révolutionnaires, à l’analphabétisme d’une partie des participants, puisque les incompatibilités et exclusions prononcées par la loi « orientent » leur recrutement : ecclésiastiques et nobles, mais aussi ci-devant seigneurs roturiers et tous leurs anciens agents en sont exclus de droit.

8La fragilité des sources et la difficulté de leur assemblage n’empêchent évidemment pas, bien au contraire, des caractérisations historiographiques à l’emporte-pièce, surdéterminées par la période concernée. Institutions essentiellement policières dans tous les cas connus, explicitement chargées dans les cas communaux du repérage des suspects, de leur surveillance et des mesures à leur encontre, les CdS sont effectivement inséparables de la marche au Gouvernement révolutionnaire, puis de son exercice. L’importance des pouvoirs assumés, les abus qu’ils entraînent, les dangers de la dualité des pouvoirs au niveau communal sont évidents dès la création – et certains peuvent conclure, pourquoi pas, que tels étaient les buts poursuivis. Mais on fait ainsi l’économie d’une lecture sociale aussi bien que fonctionnelle de l’existence des comités. Par leur nombre, leurs effectifs et leur implication, il me semble qu’ils méritent qu’on leur accorde ne serait-ce qu’une fraction de l’attention consacrée à des groupes beaucoup plus restreints, quoique plus relevés.

9Pour donner une base pratique aux études, pour limiter les confusions, il me semble d’abord nécessaire de rassembler les textes normatifs. C’est à partir d’eux qu’on peut définir ce qu’on nommera ou non « CdS » « CR »… et comprendre ce qui fonctionne sous ces noms… La diffusion des textes normatifs a forcément scandé les créations de comités et les attitudes tenues par eux, comme les retards dans la diffusion ont nécessairement entraîné des rectifications, réajustements, suppressions… Remords, conflits et modifications s’appuient nécessairement sur les textes officiels. Leur connaissance est donc essentielle pour distinguer les institutions policières spontanées, parfois fort importantes et durables au niveau des départements ou des districts (Paris, Versailles, Châteauroux…) et les comités répondant aux définitions légales, elles-mêmes souvent sévèrement bousculées. Il faut disposer de ces textes normatifs pour envisager les relations des comités avec leurs interlocuteurs : municipalités, gardes nationales, tribunaux, directoires des districts ou des départements, procureurs, procureurs syndics et procureurs généraux syndics, puis agents nationaux, et enfin représentants en mission…

10La recension de ces textes normatifs n’est pas aisée, car elle doit regrouper des lois ou décrets de la Convention, mais aussi des circulaires du Comité de salut public et de ses bureaux et d’autres, encore moins accessibles, issues du comité de sûreté générale… Il s’agit donc d’un montage à partir de sources inégalement répertoriées. Les Procès-verbaux de la Convention et a fortiori le Recueil de Duverger comme les Archives parlementaires se présentent comme largement suffisants dans le domaine des lois ou décrets généraux. La collecte des débats qui éclairent les décisions, quand ils ne se déduisent pas bien des textes adoptés1, est plus difficile, au-delà du Moniteur et des Archives Parlementaires (AP). Pour les circulaires du Comité de salut public, on dépend de collectes non systématiques. Celle d’Alphonse Aulard, Recueil des actes du comité de Salut public, 28 volumes (1889-1951) plus trois de tables (1893, 1955, 1964) exploite les dépôts parisiens centralisés, mais les circulaires du Comité n’y figurent que par exception (tome 9, pp. 161-186, note p. 163). D’où le recours à Augustin Cochin, Actes du gouvernement révolutionnaire, 3 volumes (1920-1935) qui, suivant une logique antagonique, s’appuie sur le contenu des parties alors classées de divers dépôts d’archives départementales. Le tout est complété par les recherches de Marc Bouloiseau pour les cinq volumes de suppléments et de table des suppléments (1966-1999) au recueil d’Aulard. Le premier de ces volumes donne la présentation la plus complète disponible des papiers du Comité. Pour le Fonds du comité de sûreté générale, on dépend de l’exceptionnel inventaire transversal de Pierre Caron (1954). D’autres circulaires et pièces normatives continuent d’apparaître, au hasard des inventaires (Odile Krakovitch, Impressions de la Convention, 1997) ou des mémoires de maîtrise (Laurent Lavefve, s/d Michel Vovelle 1991, Franck Gousset, s/d Catherine Duprat, 1994, Stéphane Gautier, s/d Dominique Godineau, Nicolas Robin, s/d Serge Bianchi).

11Je ne trouve qu’une bonne trentaine de ces textes normatifs mais il en a existé certainement plus. Ce début de recension m’amène en tous cas à insister sur les retards et hésitations pour nommer les organismes policiers plus ou moins spontanés, dont les dénominations oscillent d’ailleurs jusqu’à nos jours entre les diverses formules déjà évoquées.

121) La loi du 21 mars 1793 décide simplement l’élection au scrutin (secret), dans les communes et sections, de comités de 12 membres, sans autre précision de titre. Le rapport initial présenté par Jean de Bry pour le comité diplomatique, ne porte réellement au départ que sur les étrangers, même s’il n’est finalement pas précisé s’il s’agit d’étrangers à la commune ou au pays. Le débat entraîne cependant adoption d’un titre 2, formé d’un article unique sur le contrôle de toutes les cartes civiques, ce qui élargit considérablement le rôle prévu pour un organisme policier qui deviendrait nettement universel ; à noter que ce titre 2 figure dans les AP, mais pas dans le Recueil Duverger qui ne retenait donc pas cette dernière lecture.

132) La précision de comités « de surveillance » n’intervient qu’avec la loi modificative du 30 mars, rendue sur demande de précision de la section parisienne du Contrat social. L’obligation d’un quorum à réunir pour l’élection des comités, introduite dès la loi du 21 mars y est également amendée. La condition initiale de 10 % de la population, et donc selon les cas d’entre 35 % et 60 % des ayants-droit (pour chaque nomination, autant de fois cent votants que la commune ou section contiendra de fois mille âmes de population), est remplacée par un quorum nettement plus accessible de 10 % des ayants-droit (Sur mille citoyens ayant le droit de voter dans la section, il faudra les suffrages de cent pour l’élection des membres qui doivent constituer le comité de surveillance). La préoccupation initiale sur le risque de créer une autorité arbitraire recule visiblement devant le réalisme électoral. Reste l’inquiétude sur la possible dualité des pouvoirs locaux.

143) Loi du 26 mai : casse le CR de la section parisienne de l’Unité : cette appellation de CR devient prohibée.

154) Le 2 juin, le Comité de salut public propose un décret sur les CdS, mais n’est pas suivi par l’Assemblée.

165) Loi du 12 août : grandes mesures de sûreté.

176) Loi du 5 septembre : fixe une indemnité pour les membres des CdS : 3 £ par commissaire et par jour, après une séance tendue où sont également fixées les indemnités des sectionnaires, 40 sols par séance, limitées à 2 par semaine (Danton et Romme contre) ; Billaud fait un parallèle avec les indemnités des Électeurs secondaires.

187) Loi du 13 septembre : les lois relatives à la sûreté générale et dont l’exécution est confiée aux CdS leur seront envoyées (directement ?).

198) Loi du 17 septembre sur les suspects, rapport Merlin de Douai : se réfère bien à celles de mars et fait suite à celle du 12 août.

209) Loi du 25 septembre : l’appellation de comité de salut public (local) est bannie, celle de CdS généralisée.

2110) Circulaire du 29 septembre, Comité de salut public/intérieur aux départements, leur enjoint de diffuser les lois nouvelles aux CR/CdS lorsqu’ils sont chargés de leur exécution, plus une liste de 33 décrets antérieurs concernés, à faire réimprimer.

2211) Loi du 10 octobre : le gouvernement provisoire de la France est révolutionnaire jusqu’à la paix.

23À partir de là, incertitude durable sur le régime électoral des CdS, avec exemples d’élections maintenues pour ce seul organisme pendant le Gouvernement révolutionnaire, à côté des cas encore plus fréquents de nomination par les représentants en mission.

2412) Loi du 18 octobre, complémentaire à celle du 17 septembre : il sera remis sur le champ copie du procès-verbal, afin que le prévenu et sa famille puissent éclairer la religion du comité de sûreté générale qui est autorisé à prononcer sur la validité ou invalidité de la détention ; loi détaillée, régime des sanctions (rapport Lecointre, mais projet très amendé).

2513) Circulaire du 26 octobre, Comité de salut public/intérieur aux départements : diffuse la collection annoncée de lois, antérieures au 13 septembre ; pour les autres, chaque département doit prendre ses dispositions, choisir et faire imprimer.

2614) Loi du 27 novembre : les parents et alliés, jusqu’au 4e degré, ne peuvent pas siéger dans le même CdS.

2715) Loi du 4 décembre (14 frimaire II) : interdit d’utiliser l’en-tête Au nom du peuple français… à tous autres que la Convention, les représentants en mission et les tribunaux ; puis, même jour :

2816) Loi du 4 décembre (14 frimaire) sur le Gouvernement révolutionnaire, section 2, art. 8 : mission explicite des municipalités et des CdS ou révolutionnaires (formulation commune à tous les projets) ; art. 12, pas de droit d’élargissement pour les « autorités intermédiaires » ; interdiction de toute fédération partielle ou relation horizontale.

2917) Loi du 22 décembre (2 nivôse) ordonne des poursuites contre ceux qui prennent des dénominations supprimées.

3018) Circulaire du 6 janvier 1794 (17 nivôse), comité de sûreté générale aux districts : diffusion d’un questionnaire pour une enquête générale sur les CdS.

3119) Circulaire du 4 février (16 pluviôse), Comité de salut public aux CdS : sur l’exercice du Gouvernement révolutionnaire.

3220) Débat le 26 février (8 ventôse) : rapports et projets, en particulier Saint-Just.

3321) Circulaire du 1er mars (11 ventôse), Comité de salut public/intérieur aux municipalités des chefs-lieux de cantons : demande de liste des CdS dans les communes pour proportionner les envois qui seront expédiés par le canal de ces chefs-lieux de canton ; référence à celle du 4 février.

3422) Loi du 13 ventôse (3 mars)… (?)

3523) Circulaire du 4 mars, comité de sûreté générale aux agents nationaux des districts : diffusion d’un modèle de tableau à faire réimprimer et parvenir à tous les CdS du district, conformément à loi du 13 ventôse (3 mars).

3624) Circulaire du 7 avril (18 germinal) du Comité de salut public : modifie la procédure locale relative aux suspects, rendue partiellement publique.

3725) Lettre-circulaire modificative du 16 avril (27 germinal) des 2 comités de gouvernement : rend la publicité facultative.

3826) Arrêté du 18 juin (30 prairial) du Comité de salut public… (?)

3927) Loi du 9 juillet (21 messidor) : ordonne de libérer les paysans et artisans détenus…

4028) Circulaire du 11 juillet (23 messidor) du Comité de salut public (datée du 9 juillet, 21 messidor) aux districts : les autorise à correspondre avec les CR et CdS pour prendre des renseignements sur les personnes que nous sommes chargés d’interroger par un arrêté du 30 prairial (18 juin).

4129) Loi du 5 août (18 thermidor) : reprend les termes de celle du 18 octobre sur la communication aux intéressés des procès-verbaux établis par les CdS.

4230) Loi du 6 août (19 thermidor) : dissocie l’état de suspect de celui de détenu.

4331) Le 17 août (30 thermidor), la section parisienne du Muséum adopte un projet d’Adresse demandant le rétablissement immédiat des élections2 ; Adresse débattue dans les sections, combattue par les survivants de la Montagne ; reprise par le Club électoral qui la concrétise en proposant l’élection populaire des nouveaux membres des comités de surveillance et l’associe à la revendication de la liberté de la presse ; proposition relayée à la Convention ; débat tendu le 24 août (7 fructidor) après rapport de Goupilleau (de Fontenay) sur la réorganisation des CdS ; Châles propose à la Convention, présentée comme le sanctuaire de la démocratie pure, de revenir au mode électoral ; opinion combattue par Cambon et Charlier, repoussée puis dénoncée aux Jacobins le soir même. Par contre, projet Goupilleau adopté :

4432) Loi du 24 août (7 fructidor), 33 articles : comités révolutionnaires (CdS) maintenus dans chaque chef-lieu de district, plus les communes au dessus de 8.000 habitants ; 5 £ par jour pour les commissaires, mesures de contrôle de leur activité… Tous autres CR supprimés, dépôt de leurs papiers ordonné…

4533) Loi du 19 février 1795 (1er ventôse III) : suppression des comités dans les communes en dessous de 50.000 habitants, donc suppression de la limite des 8.000 (ambiguïté à régler pour les petits chefs-lieux de district).

4634) Les mesures d’indemnisation des commissaires semblent toujours appliquées au début de 1795 (Etampes, la Châtre)

4735) Loi du 10 avril (21 germinal) : désarmement sélectif des ex-commissaires…

48On voit d’emblée que ce canevas doit être très incomplet et qu’il reste beaucoup à faire, en particulier des vérifications méticuleuses à conduire sur l’authenticité, la publicité et la diffusion des textes…

49En conclusion, le projet dont nous avons longuement parlé lors des journées d’étude d’Aix devrait déboucher sur une publication d’ensemble sur les comités de surveillance/comités révolutionnaires. Au-delà du présent numéro, premier résultat de l’initiative méritoire des collègues d’Aix et qui réunit une bonne part des chercheurs concernés, il faut désormais donner un cadre commun à des études nombreuses mais jusqu’ici dispersées. Vu leur inégal avancement, il me semble prématuré d’aller vers un travail « totalisant », sur le modèle du volume de Jean Boutier et Philippe Boutry, leur tome 6 de l’Atlas de la RF consacré aux sociétés politiques, avec sa cartographie d’ensemble. A mon sens, il faut d’abord réaliser un genre de guide de recherche donnant, à côté de l’ensemble des textes normatifs, une chronologie, quelques bonnes études de cas, une importante partie méthodologique, une bibliographie critique comprenant un maximum d’études locales et de sources praticables, enfin un lexique et un index.

50S’agissant d’une des institutions essentielles de l’époque du Gouvernement révolutionnaire et donc d’un sujet éminemment « chaud », il faut donner un maximum d’ouvertures méthodologiques si l’on veut que les études se multiplient au-delà de nos cercles habituels. Dans les orientations de recherche, il faudra restituer les acquis des accumulations régionales de travaux et de maîtrises (en Provence, en Normandie, en Ile-de-France, désormais en Lorraine…) sur la composition et l’activité des comités, sur leur articulation aux autres formes du pouvoir révolutionnaire, sur leurs rapports aux groupes sociaux, aux femmes, à la politique locale… Il faudra donner leur place à des approches qualitatives, mais aussi quantitatives : je pense au savoir-faire de Philippe Barlet pour mesurer la suspicion dans l’Indre, avec ses calculs sur les mandats d’amener et les mandats d’arrêt (AHRF 275, 1989/1) ; je pense aux approches comptables de l’activité des CdS, aux amendes et autres ressources des comités, pose et levée des scellés, aux dépenses, aux travaux d’aménagements des locaux (maîtrise de Franck Gousset) ; je pense à l’âge et aux statuts familiaux des commissaires : sont-ils comparables aux sans-culottes, quels rapports ont-ils avec, par exemple, les citoyens volontaires et requis - proposition d’ailleurs valable pour d’autres groupes : municipalités, comités civils, sociétés politiques et armées révolutionnaires chères à Richard Cobb… S’agissant de Paris, il faudrait mettre en commun les ressources existantes depuis Albert Soboul, Raymonde Monnier et bien d’autres. Michel Pertué avait par exemple accumulé près de 3.000 fiches sur les membres des CdS parisiens du début 1793… et Emile Ducoudray rappelait récemment le travail jusqu’ici inabouti de Serge Barbazange.

51Donnera-t-on, dans ce cadre, toute sa place à l’élaboration d’outils informatiques du type de ceux proposés par J-P. Rothiot ? D’ici très peu d’années, il sera impossible de faire travailler des étudiants sur ce genre de sujets sans qu’ils recourent à la discipline rigoureuse des bases de données. On peut évidemment considérer cet aspect comme prématuré, mais aussi s’en mordre les doigts ensuite. Quelles sont par ailleurs les ressources à mobiliser au plan des aides financières, des collaborations et des moyens éditoriaux ? Plus les objectifs seront explicites, plus on aura des chances de recevoir les aides indispensables pour aboutir, en dehors d’une époque comme le Bicentenaire.

52Avec le projet d’un ouvrage de référence qui facilite les travaux, je me réfère évidemment aux Guides de recherche antérieurs, ceux du Nord-Pas-de-Calais, de Provence, de Picardie, mais aussi à ceux du Comité pour l’histoire économique et financière et à notre Voter, élire… En cette matière, l’expérience montre qu’une procédure d’enquête collective d’une certaine ampleur exige, pour aboutir : soit qu’il existe un noyau de chercheurs qui se réunissent facilement – c’était le cas de l’atelier Voter-élire, qui a pu ne déboucher que tardivement sur le Guide du même nom ; soit qu’on fixe d’emblée un objectif clair et qu’une sorte de « bureau » fonctionne pour repérer consensus et dissensus, selon un calendrier aussi léger que possible de réunions générales. C’est ce second cas qui nous concerne ici : l’équipe d’Aix devrait logiquement piloter et coordonner une enquête qu’elle a initiée et qui paraît prometteuse. Il y faut une équipe d’animation un peu élargie aux volontaires, une liste des objectifs, une annonce publique dans les Annales, une répartition du travail, pas mal de correspondances (le mèl aide) et de circulation de textes, le tout scandé par trois ou quatre réunions de travail sur deux ou trois ans, maximum… C’est en tous cas ce qui me paraîtrait nécessaire.

Haut de page

Notes

1Les décrets sur des points spécifiques, si non publiés à l’époque ou non repris dans les AP, peuvent avoir leur importance en matière de procédure ; ils doivent être retrouvés en série C, ce qui n’est pas techniquement possible en dehors de cas ponctuels datés.
2A. Soboul, 1958, p. 992, note, d’après le Journal de la liberté de la presse de Babeuf, n° 18 et 23 ; B. Baczko, 1989, p 137-138.
Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Serge Aberdam, « Notes pour un projet de Guide de recherche », Rives nord-méditerranéennes, 18 | 2004, 19-30.

Référence électronique

Serge Aberdam, « Notes pour un projet de Guide de recherche », Rives nord-méditerranéennes [En ligne], 18 | 2004, mis en ligne le 06 décembre 2006, consulté le 24 mars 2017. URL : http://rives.revues.org/564 ; DOI : 10.4000/rives.564

Haut de page

Auteur

Serge Aberdam

A la parution du numéro, Serge Aberdam mène ses recherches à l’INRA, Paris

Haut de page

Droits d’auteur

© Tous droits réservés

Haut de page
  • Revues.org