Navigation – Plan du site
Transmission et création

La modernité en héritage

Le CIAM9 d’Aix-en-Provence et la crise générationnelle du Mouvement Moderne
Jean-Lucien Bonillo
p. 89-99

Résumés

Le neuvième Congrès International d’Architecture Moderne (CIAM 9) qui se tient à Aix en Provence en 1953 tient une place quasi mythique dans l’historiographie du Mouvement Moderne alors même qu’il est le théâtre d’un échec consécutif à une crise interne. Réunis pour formaliser une Charte sur l’habitat en pendant de la fameuse Charte d’Athènes, doctrine d’urbanisme officielle du mouvement, les participants ne parviennent pas à un accord. Porteuse des nouvelles idées et sensibilités d’après-guerre : spécificités et différences culturelles, sociabilité et convivialité, mobilité et changement… la jeune génération, bientôt réunie sous l’appellation TEAM TEN pour préparer le dixième congrès s’attelle à la critique du credo fonctionnaliste que symbolise la fameuse grille CIAM.

Haut de page

Texte intégral

1Dans la saga des Congrès Internationaux d’Architecture Moderne, le neuvième qui se déroule à Aix-en-Provence en 1953, tient une place spécifique dans l’historiographie. Il apparaît comme le congrès de l’échec de la génération héroïque du Mouvement Moderne, incapable d’imposer son projet d’une Charte de l’Habitat face à la jeune génération, attentive à entreprendre depuis l’intérieur du mouvement la critique du fonctionnalisme.

2En grande partie vraie cette vision, à laquelle Le Corbusier lui-même contribue par un fameux dessin d’humeur, reste quelque peu schématique. Elle a l’avantage de correspondre aux récits canoniques de la modernité qui s’appuient sur les mouvements sécessionnistes pour construire les mythes des avant-gardes. Mais les conditions sont ici différentes car l’histoire de la crise interne des CIAM se présente moins en termes de volonté de rupture que de procès de réévaluation. Le souci de la jeune génération, en effet, fut moins de prendre ses distances et de bannir la modernité que d’apparaître comme une sorte de courant que l’on pourrait rétrospectivement appeler la Modernité critique.

3De là cette attitude qui visait moins à refuser l’héritage qu’à le réviser, cette position complexe les obligeant en quelque sorte à faire le tri entre les idées, les valeurs et les modèles du Mouvement Moderne. Un positionnement qui allait être en quelque sorte facilité par le fait que la génération des maîtres avait elle-même amorcée, marquée par l’évolution du contexte et des sensibilités de l’après-guerre, une notable transformation de son approche poétique du réel. Et particulièrement Le Corbusier dont la production se renouvelait au point d’étonner ses plus ardents prosélytes, et qui était devenu à ce moment un point de référence absolu du milieu de l’architecture au panthéon duquel il régnait aux côtés de Frank Lloyd Wright (objet alors d’un vif regain d’intérêt, appelé à Londres, mis en avant par Bruno Zévi et Alfred Roth) et de Mies Van der Rohe. Dans cette période d’après-guerre et malgré la présence de Walter Gropius au Conseil, le patron des CIAM c’était lui1.

4Il faut rompre également avec l’image d’un groupe monolithique avant sa mise en crise par la nouvelle génération. Dès l’origine, les CIAM – qu’il faut considérer comme un processus continu, avec ses nombreuses réunions dans lesquelles les congrès ne sont qu’un moment rituel – sont travaillés par deux courants culturels qui renvoient à une différence nord/sud. Un courant que les Méditerranéens qualifient sur un mode péjoratif d’analytique, et un autre dont ils se veulent porteurs sans le définir et le nommer clairement et qui est, dans les faits, un courant rationaliste solaire et poétique. Comme nous le rappelle Pierre-André Emery, « pour les CIAM, les Méditerranéens ont été l’antidote à la « Sachlichkeit » germanique et batave. Corbu plaçait ses pions avec une grande sûreté : Barcelone, Alger, Athènes et Milan2. » Dans la période d’après-guerre, les difficultés dues aux rapports générationnels vont donc se superposer aux guerres de tendances entre sensibilités du nord et du sud, sources d’affrontements et de conflits mais aussi occasions de confrontations et d’échanges, éléments dynamiques d’acculturation.

5Enfin et surtout pour mieux comprendre les raisons de la fin des CIAM il faut considérer la difficulté des questions en forme d’apories qui se posent collectivement aux architectes modernes engagés dans ce groupe au tournant des années 1940/1950 : est-il possible de continuer à s’appuyer sur un corps de doctrine élaboré pour l’essentiel dans les années 1920 et dont la principale motivation était de démarquer une minorité de modernes à l’intérieur de la profession pour revendiquer une part de la commande publique ? Comment gérer sans conflit et sans rupture le passage de témoin à la jeune génération dans un contexte d’évolution des idées et d’élargissement des thèmes abordés et aussi de forte augmentation des effectifs du groupe CIAM ? Comment formuler une doctrine d’habitat (modèles et modes de production) simultanément adaptée au cadre des pays développés et à celui des pays en développement ?…

6On le voit toutes ces questions engageaient d’une part des enjeux de nature stratégique – par exemple sur les objectifs du groupe CIAM, les conditions de sa pérennité et les formes de son contrôle – et d’autre part des enjeux de contenu, sur l’adoption d’un programme d’idées et d’action commun susceptible d’illustrer encore l’idée de modernité dans le contexte de l’après-guerre.

7Pour séquencer l’histoire des dix congrès internationaux d’architecture moderne l’historiographie distingue deux périodes, celle qui de 1928 à 1937 correspond aux cinq congrès de l’entre-deux-guerres et, après un intermède d’une décennie, celle des années 1947 à 1956 durant lesquelles se tiennent les cinq réunions d’après-guerre. Malgré le titre de l’ouvrage d’Oscar Newman CIAM 59 in Otterlo3, il est admis que cette dernière rencontre ne se tient pas sous l’égide du CIAM.

8Ces deux périodes se caractérisent par des différences importantes de contenu. La première reflète les préoccupations de l’âge d’or du Mouvement Moderne, les années 1920. Elle est marquée par le CIAM qui se tient sur un bateau, le Patris II, qui joint Marseille à Athènes et les contributions sur le thème de la ville fonctionnelle permettent à Le Corbusier de publier, dix ans après, en 1943, la fameuse Charte d’Athènes qui contient la doctrine officielle sur la ville et l’urbanisme du groupe CIAM4.

9La deuxième se développe dans un contexte historique et international très différent5, avec un élargissement considérable du groupe (trois générations et une grande ouverture géographique). La thématique s’élargit jusqu’à l’introduction des thèmes forts délicats comme l’esthétique (CIAM 7 de Bergame en 1949) et les points de vues contradictoires se développent dès Bridgewater (1947) et ne font que s’affirmer faisant apparaître le congrès d’Aix-en-Provence, en 1953, comme celui de la contestation et du passage de témoin à la jeune génération d’où résultent la crise, la création du Team-Ten, la rupture et la fin des CIAM.

10Envisagée du point de vue des rapports de force internes, la séquenciation de l’histoire des congrès est dès lors différente. Les congrès de 1928, 1929 et 1930 sont dominés par les Allemands, les sept qui suivront de 1933 à 1953 par la figure tutélaire de Le Corbusier ; le dernier en 1956 par le groupe Team-Ten composé des jeunes contestataires qui avaient marqué leurs différences au congrès d’Aix-en-Provence.

11L’organisation de ce dernier se réalise donc encore sous l’égide de Le Corbusier et correspond pour lui à la réalisation de deux enjeux, deux objectifs plus ou moins liés.

12Le premier consiste à clore vingt-cinq années de congrès par un événement symbolique important : la publication d’une Charte de l’Habitat, thème dès lors retenu pour le congrès d’Aix-en-Provence. Dans l’autofiction corbuséenne cette charte ne vise rien moins qu’à établir la position dominante d’un groupe (et ce faisant la sienne !) sur le double terrain des idées et de la commande d’Etat relative au logement. Rappelons que c’est cet objectif stratégique de reconnaissance qui présida à la naissance du groupe CIAM suite à la mise à l’écart de Le Corbusier lors du concours pour le Palais des Nations à Genève. En 1964, dans un article troublant mais significatif L’histoire de 25 ans d’activité des CIAM (au lieu de 28, l’impasse est faite dans le titre sur le congrès de Dubrovnik organisé par le Team-Ten !), Siegfried Giedion nous rappelle que, au CIAM de la Sarraz en 1928, « Le Corbusier a composé une large fresque sur le mur de la crypte où reposent les seigneurs de ce domaine ; cette composition exprime la route que se traçaient les CIAM, bien qu’il parut alors utopique que l’architecture contemporaine puisse un jour conquérir la « forteresse » de l’Etat. Sur ce point, la composition était plus violente et humoristique qu’optimiste6. »

13Le deuxième enjeu pour Le Corbusier dans le cadre du CIAM 9 consiste à gérer la question désormais acquise du passage de témoin aux jeunes (les architectes qui ont à ce moment entre trente et quarante ans) tout en défendant la tendance méditerranéenne sur laquelle il s’est toujours appuyé, développant ce faisant dans un cadre professionnel international ses affinités électives et ses rêves de politique-fiction7. Le choix initial de tenir le dixième congrès à Alger (abandonné suite aux événements) n’était pas innocent, c’est là que le maître était assuré de son soutien et de sa postérité la plus solide dans la nouvelle génération avec la fameuse école corbuséenne d’Alger – le CIAM-Alger –, dont les protagonistes étaient Roland Simounet, Louis Miquel, Pierre-André Emery, et aussi Jean de Maisonseul et Gérald Hanning, ancien chef d’agence de la rue de Sèvres qui sera précisément nommé directeur de l’Agence du plan à Alger en 1953.

14De fait, et comme nous allons le voir plus précisément, toute la préparation du CIAM 9 se fera sous l’égide de Le Corbusier avec la volonté de fixer une étape claire dans l’histoire des CIAM, de marquer de son empreinte une réunion que Siegfried Giedion qualifiait avant l’heure de « congrès de transition8 ».

15Le thème de l’habitat fut proposé dès 1951 par l’exécutif des CIAM, le CIRPAC (Comité international pour la résolution des problèmes de l’architecture contemporaine) alors même que les Hollandais et le groupe anglais MARS (Modern architecture research group) demandait que le thème du 8ème congrès soit « le core9 ». Mais l’influence de Le Corbusier dans le choix et la promotion de ce thème est certaine, ainsi que l’ambition de le formaliser dans une charte. On peut trouver dans les archives de la Fondation Le Corbusier un courrier de sa main daté du 16 mai 1949 et envoyé au ministre de la Reconstruction et de l’urbanisme avec les indications suivantes : « objet : Charte de l’habitat… extraits du sous-rapport de Le Corbusier, président de la sous-commission de la Charte de l’habitat français au Conseil économique10. » En écho aux priorités définies par le M.R.U. le texte est une défense et une illustration de la préfabrication appliquée aux « Unités de grandeur conforme ». Il a pour objet de « vendre » la valeur de modèle de l’Unité d’habitation de Marseille alors en chantier.

16En France, comme au plan international, l’actualité du thème retenu pour le congrès d’Aix-en-Provence est patente. Le logement défini comme une priorité de l’immédiat après-guerre à côté des grands chantiers concernant l’énergie et les transports se trouvera au premier plan des urgences, dès 1950, avec la loi Courant qui institue des plans types de logements et l’institution HBM qui devient HLM. L’année 1953 précisément voit le ministère de la Reconstruction et de l’Urbanisme se transformer en ministère de la Reconstruction et du Logement et deux lois successives instituer, les LOGECO (Logements économiques et familiaux) et les procédures d’expropriation pour la réalisation de groupes d’habitation et de zones industrielles11.

17De la fin de la guerre à la fin des années 1950 l’actualité éditoriale très fournie sur les questions d’urbanisme et d’habitat témoigne elle aussi de la prégnance d’un thème qui bénéficie des réflexions de Gaston Bardet, Robert Auzelle, Georges Chabot, Max Sorre, Pierre Georges, Paul-Henry Chombart de Lauwe,… et bien sûr Le Corbusier lui-même qui dans la période publie La Maison des Hommes (textes de François de Pierrefeu et dessins légendés de Le Corbusier, 1942), Manière de penser l’urbanisme (1945), Le Modulor (1950), et Urbanisme des trois établissements humains (1959). Alors que dans un genre plus technocratique et en soutien à la politique des grands ensembles on peut noter l’ouvrage de Charles Rambert L’habitat collectif problème urbain (1958) et le fameux rapport de Gérard Dupont sur Les équipements résidentiels (1958).

18On le voit, au tournant des années 1950 l’ambition d’établir une Charte de l’habitat était loin d’être anachronique. Peu consensuel dans le cadre des CIAM compte tenu de l’émergence de nouvelles sensibilités modernes, il n’était pas impossible que ce projet trouve un écho dans le cadre des procédures technocratiques et opérationnelles en cours, fut-ce sous une forme indirecte et diffuse, comme pour la Charte d’Athènes.

19Le choix de la ville d’Aix-en-Provence pour la tenue du 9ème congrès cache (mal) celui de Marseille où l’Unité d’habitation de Le Corbusier a été officiellement inaugurée le 14 octobre 1952.

20Au printemps de cette même année un « Conseil extraordinaire et officieux12 » se tenait à l’atelier parisien de Le Corbusier du 35 rue de Sèvres, avec les objectifs suivants :

« 1. Discuter le départ des anciens du CIAM et la passation du flambeau aux jeunes.
2. Commenter la « Charte de l’habitat » de Wogenscky. »

21Sans être formellement à l’ordre du jour les modalités pratiques de la tenue du 9ème congrès furent également examinées. L’équivalence de situation avec le CIAM de 193313, avait fait envisager l’hypothèse d’une croisière en bateau rapidement abandonnée parce que trop coûteuse. Cette solution rejetée, la conversation prit le tour suivant :

« W. Gropius – Je trouve que le Congrès de 53 devrait se tenir à Marseille à l’Unité d’habitation Le Corbusier.
S. Giedion – Je trouve cette idée dangereuse. On dit déjà beaucoup trop que les CIAM sont entre les mains de Le Corbusier.
W. Gropius – J’estime que puisque l’on attaque tellement l’Unité d’habitation de Marseille, il serait bon que les gens y aillent pour se faire une opinion.
C. Van Eesteren – Il faudrait que tous les CIAM puissent se faire une opinion architecturale sur l’Unité d’habitation de Corbusier. »

22Mais il faut revenir sur les deux sujets principaux qui avaient motivé la réunion.

23La passation de pouvoir à la jeune génération était un fait acquis qui s’était imposé progressivement. Pour représenter les jeunes B. Howell et G. Candilis avaient même été nommés dès 1951 (Hoddesdon) dans le Conseil14, instance suprême des CIAM, sans doute avec le souci de maintenir l’équilibre nord/sud. Pour l’heure la question posée était surtout celle des conditions de la succession et le vrai ennemi prenait les apparences d’un groupe de l’intérieur qui semblait faire l’unanimité et que Rogers désignait ainsi « les traîtres sont très dangereux pour les CIAM, surtout les Modernistes, les Académistes de l’architecture moderne qui risquent de dérouter les jeunes, il faut les supprimer15. »

24Dans le cadre de cette même réunion, la discussion sur le texte préparatoire de la Charte de l’habitat fut conduite par André Wogenscky. C’est pour sa qualité de membre de l’ASCORAL que ce travail lui avait été confié à Hoddesdon. Les premières réactions des divers groupes nationaux, allemands et suisses, « Marocains » du groupe GAMMA et anglais du groupe MARS… feront apparaître les faiblesses et les lacunes de ce texte, relativement plat, composé d’une succession de truismes, et qui limitait la question de l’habitat à celle du logis. Entre cette formule et celle qui sera définitivement adoptée la différence sera grande16. Mais loin de refléter de riches contributions, des débats tendus et des pressions appuyées le programme diffusé in fine semble être de la main de Le Corbusier lui-même.

25Son objet est l’étude de la fonction habiter – une des quatre fonctions de la Charte d’Athènes avec travailler, circuler, se récréer (loisirs) – définie comme englobant le logis et ses prolongements ; étudiée à partir d’exemples concrets. La méthode s’appuie sur la fameuse grille CIAM d’urbanisme mise au point par l’ASCORAL déjà expérimentée à Bergame (CIAM 7, 1949) avec une normalisation poussée jusqu’à l’outrance concernant les dimensions, la fabrication matérielle, la maquette et les codes graphiques de représentation…

26L’enjeu est clairement annoncé, « il est souhaitable que le CIAM 9 permette de créer une grille de LA FONCTION HABITER… définitive et bien pensée » et le texte conclut sans humour volontaire « la liberté des groupes reste donc totale, à l’intérieur de ce cadre matériel, pour choisir les titres des bandes horizontales et verticales qui leur sembleront les meilleurs ».

27Avec ces directives le congrès prenait clairement des allures de projet éditorial sous l’égide de l’ASCORAL.

28L’Association des constructeurs pour la rénovation architecturale (ASCORAL) avait été créée durant la guerre, le 26 mars 1943, à l’initiative de Le Corbusier17, comme un bureau d’étude à très forte capacité d’innovation associé à un Comité directeur composé de personnalités diverses et à l’image d’un club de décideurs. Organisée comme force de proposition et de pression auprès de l’« autorité » dans le cadre de la Reconstruction, l’ASCORAL avait trouvé sa survie, toujours à l’initiative de Le Corbusier, comme groupe français des CIAM.

29Parallèlement au relatif « verrouillage » des contenus et des modalités de la discussion, l’indéfectible compagnon de route, José Luis Sert, veillait aussi, fort de son autorité de président depuis le congrès de Bridgewater (1947), à resserrer les rangs : « Reçu la lettre d’Ascoral au sujet du travail pour le 7ème congrès… les grilles seront de la plus grande utilité pour le travail d’urbanisme. Et votre coopération et celle d’ASCORAL va remettre les CIAM sur la bonne route et les sortir de l’impasse analytique. Tous les groupes latins se sont alignés de votre côté avec le groupe France18. »

30Pour sauvegarder les apparences ce n’est donc pas à Marseille mais à Aix-en-Provence dans les locaux de l’Ecole des Arts et Métiers que se déroulent du 19 au 24 juillet 1953 les travaux du 9ème congrès (conférences, discussions et expositions). Cela dans un huis clos conforme au projet « sectaire » du groupe qui laisse à l’écart tous les professionnels de la région et dont la presse locale rend compte, unanime malgré les différences de sensibilité, avec autant d’étonnement que de scepticisme. Un journaliste pense utile de préciser : « Je cherche M. Le Corbusier. On me dit qu’il est à Marseille ; qu’il ne fait au congrès que de brèves apparitions, sans souci du moindre horaire19. »

31Le programme du festival de musique d’Aix-en-Provence, qui se tenait du 10 au 30 juillet, avait été distribué aux participants en même temps que le programme de travail20. Et pour ponctuer le rythme des séances, des visites culturelles furent également organisées, comme celle qui permit la découverte du patrimoine de la ville d’Arles et de la cité en grande partie ruinée des Baux de Provence.

32Une des difficultés du CIAM 9 fut sans aucun doute le nombre élevé de participants. L’organisation comptait à ce moment environ trois mille adhérents. Trente et un pays étaient représentés à Aix-en-Provence par environ deux cent cinquante participants21. La diversité des statuts sociaux, des cultures et des approches fut une des raisons avancées par Emery, qui évoque à ce propos un véritable « drugstore intellectuel22 », pour expliquer l’échec du CIAM 9 et l’impossible consensus.

33C’est à l’Unité d’habitation de Marseille que s’achève la rencontre avec au programme un colloque associant les habitants et une fête nocturne sur le toit-terrasse célébrant les 25 ans d’existence des CIAM. Un fête qui aurait pu sonner l’heure de la réconciliation si le groupe France n’avait pas eu l’idée saugrenue d’organiser un strip-tease qui paraît-il choqua fortement les participants du nord et plus particulièrement les Hollandais. Symptôme évident de ce moment de crise les congressistes eurent la périlleuse ambition d’achever leur réflexion avec cette ultime question (c’est Giedion qui le rapporte) : « que signifie pour nous le CIAM23 ? »

34Peut-être que Giedion lui-même fut à l’origine de ce questionnement avec l’ambition de trouver un exutoire aux conflits internes dont il témoigna peu après : « Les rapports entre générations sont, en 1950, complètement et fondamentalement différents de ce qu’ils étaient en 1914. Ils s’expliquent par la structure même de notre époque. En 1914 : bouleversement total des valeurs artistiques. Vers 1950 : besoin de continuité, d’affermissement, de développement à longue échéance. Certes il faut que les différences entre les générations existent. Leur absence serait malsaine. Nous en avons fait l’expérience tout récemment, lors du 9ème congrès des CIAM, à Aix-en-Provence, où l’assaut des jeunes fut parfois d’une violence telle que nous fûmes embarrassés pour y faire face24. »

35A ce stade pourtant Le Corbusier pouvait encore espérer formaliser la publication d’une charte conforme à ses objectifs et à ses idées. Mais la stratégie que les jeunes les plus radicaux allaient développer dès après allait rendre ce projet éditorial impossible, trop critiquable sur le plan d’une éthique interne aux CIAM25.

36C’est par insatisfaction et sans doute aussi par défi que le groupe des jeunes chargé d’organiser le congrès suivant, et qui devait après le manifeste de Dorn26 en 1954 constituer une nouvelle tendance officielle de l’architecture moderne, le Team-Ten, a décidé de poursuivre la réflexion sur l’habitat en retenant ce même thème pour le 10ème congrès, qui se tiendra à Dubrovnik en 1956, précisément intitulé avec une volonté polémique évidente : « The habitat : problems of inter-relationships :CIAM’s first proposals, statement and resolutions. » Sans nier la nécessité d’un cadre commun facilitant les échanges, le Team-Ten voulait échapper à la fausse neutralité de la grille ASCORAL et au carcan conventionnel des commissions permanentes. Il proposa donc d’organiser les discussions autour de quatre thèmes, pour l’essentiel issus des préoccupations théoriques des Smithson : mobilité, cluster, croissance et changement, urbanisme et habitat.

37Dès la réception des premiers textes d’orientation Wogenscky et Le Corbusier avaient manifesté leur (mauvaise) humeur. Et très vite les manœuvres en coulisse avaient repris pour sauvegarder une architecture moderne de tendance et garder une certaine mainmise sur ce qui se présentait alors comme la promesse d’un deuxième CIAM.

38A la veille de ce qui deviendra plus tard le dernier congrès, celui de Dubrovnik, José Luis Sert écrivait à Le Corbusier : « Viens au Congrès cette fois-ci, plus que jamais, ta présence et ton conseil sont indispensables pour bien finir une période de travail commencée il y a 28 ans. Ce travail, c’est ton travail plus que celui de n’importe qui. »

39Et Le Corbusier de répondre avec une certaine violence : « Je suis très fatigué et je n’irai pas au Congrès CIAM déclarant une fois encore que le relais doit être repris par les jeunes et si cela doit tout faire crever, que cela crève ! Mais je ne vois pas pourquoi cela crèverait ! Cela peut changer… »

40Toujours aussi opiniâtre, au premier plan de la tendance méditerranéenne, Sert continuait l’échange un mois et demi plus tard : « Le conseil et le comité de réorganisation travaillent ensemble à établir une nouvelle liste de membres fondateurs du deuxième CIAM. Ça fera un bon nettoyage qui est bien nécessaire. Les Bodiansky, Lods et Cie se trouveront automatiquement dehors. Parmi les jeunes qui seuls doivent conduire le congrès, il y a des gens très bien. C’est dommage que Wogenscky [ne soit] pas venu au congrès. Il faut absolument que lui Aujame et Maisonnier soient dans cette liste. Le groupe X est bien disposé à proposer que le nouveau secrétariat soit à Paris. D’accord avec toi qu’il ne faut pas laisser les CIAM se perdre dans les brumes nordiques ! Pour çà il faudrait aussi compter sur l’Afrique du Nord et l’Italie… »

41Le Corbusier confirmera son accord dans un courrier à Sert du 5 septembre 195627. Il apparaît dès lors clairement qu’aux fractures générationnelles et culturelles nord/sud s’est ajoutée une division interne au groupe corbuséen. Dans ce groupe certains semblent écartelés et hésitent sur la position à tenir comme en témoigne la réflexion de Le Corbusier à Emery peu avant le 10ème congrès : « Je te signale, Woods et Candilis ont demandé de s’incorporer à l’ASCORAL, ce qui représente une attitude toute différente28. »

42Dans les faits l’œuvre de Candilis et Woods se développera progressivement dans une voie qui s’éloignera de plus en plus des enseignements du maître. Sous l’influence du modèle de la « cluster-city » des Smithson et aussi des utopies mégastructurelles des années 1950/1960, naissent chez eux les concepts de stem et de web qui président par exemple à la conception de la ZUP de Toulouse Le Mirail, sur le principe d’une œuvre ouverte, à la fois réseau, maillage et nappe, loin de la logique corbuséenne d’objet. Ces modèles qui se voulaient porteurs d’urbanité et innovants se heurteront bientôt aux cadres de la production courante (et peut-être tout simplement du bon sens) pour être décriés dans la catégorie des architectures « proliférantes ».

43Dès la fin des années 1950 le paysage mondial de l’architecture moderne s’est considérablement complexifié. A l’émergence d’un nouveau maître comme Louis Kahn s’ajoutent les contributions de pays comme le Brésil (Oscar Niemeyer et l’école Carioca) et le Japon (Kenzo Tange et le groupe métaboliste). A l’intérieur même des CIAM il faut souligner le contexte complexe des réunions qui suivront celle d’Aix-en-Provence, de Dubrovnick et d’Otterlo, et signaler que d’autres groupes s’étaient formés au sein de la nouvelle génération, par exemple en France le GEAM (Groupe d’étude de l’architecture mobile) mené par Yona Friedman et auquel participaient des jeunes issus de l’atelier de Le Corbusier à l’instar de Guy Rottier. Portés par l’utopie mégastructurelle et participationniste de l’« architecture à deux degrés » plus inscrits dans la contre-culture29, leur action contribuera à brouiller l’unité des CIAM et à précipiter leur fin.

Haut de page

Notes

1Sur les congrès d’après guerre voir « The last CIAM’s », Rassegna n°52, décembre 1992.
2P.-A. Emery, « Les CIAM et la Charte d’Athènes », l’Architecture d’Aujourd’hui, Doctrines, n°158, oct-nov 1971, p. 28 à 37.
3O. Newman, CIAM 9 in Otterlo, Arbetisgruppe fûr die Gestaltung soziolischen and visueller Zusammenhänge, Stuttgart, Karl Krämer Verlag, 1961.
4Le Corbusier, La Charte d’Athènes, préface de Jean Giraudoux, Paris, Editions de Minuit. Dès 1943 José Luis Sert avait publié aux Etats Unis sa propre version Can our cities survive ?
5Ce contexte est bien décrit par Brian B. Taylor dans le numéro qu’il a préparé pour célébrer les vingt ans d’existence du Team-Ten : l’Architecture d’Aujourd’hui - Team 10+20, n°177, janvier-février 1975. Brian Taylor et Kenneth Frampton insistent dans ce numéro sur la diversité des approches, des engagements et des réalisations des membres du Team-Ten.
6Publié dans le numéro double 113/114 de la revue l’Architecture d’Aujourd’hui faisant le bilan d’« Un siècle d’Architecture », l’article de Giedion (p.36, 37) traite bien des 28 années d’existence des CIAM incluant le congrès de Dubrovnik.
7Au moment de la constitution de l’Axe Rome/Berlin Le Corbusier avait proposé dans les pages de la revue Prélude (n°6,1933) l’idée d’une Fédération Latine regroupant l’Espagne, la France, l’Italie et l’Algérie.
8FLC-D3. 0.12.
9Voir P.-A. Emery, op. cit. note 2. Pour les Hollandais le concept de core traduisait la relation de l’homme à son environnement. Il sera traduit ensuite par cœur, noyau ou centre de la ville. Le groupe MARS, établi à Londres, est actif de 1933 à 1957.
10FLC-D3.0.1365. Le courrier reprend un extrait d’un document daté du 5 avril 1949 : Conseil Economique : Commission de la Reconstruction, des Travaux publics et de l’urbanisme / Charte de l’Habitat, les problèmes de la normalisation : D3-O.1357. Dans les faits et à la demande du ministre Eugène-Claudius Petit, Le Corbusier rédigera une Charte de l’habitat avec Eugène Davy et Louis Leroy, Conseil économique, Paris, 1960.
11Parallèlement était créé en 1950 le Fonds national d’aménagement du territoire (FNAT) qui devait permettre à l’Etat la maîtrise des grandes décisions à l’échelle du territoire national et les Comités interprofessionnels du logement (CIL) en 1953, par décision du ministre Pierre Courant, chargés de collecter le fameux 1% patronal qui rendait obligatoire la participation des employeurs à l’effort de construction. Par le biais des concours associant architectes et entreprises, dont le fameux concours du chantier d’expérience de Strasbourg (1951), l’Etat s’efforçait d’impulser son objectif d’industrialisation du bâtiment.
12FLC-D3.0.12. et D3.0.13. Le premier document est annoté de manière manuscrite « notes prises par Jeanne » (la secrétaire de Le Corbusier). Etaient présents à cette réunion : Le Corbusier, A. Wogenscky, W. Gropius, S. Markelius, E. Rogers, S. Giedion, C. Van Eesteren, W. Coates W. G. Howell, G. Samuel, J. J. Honegger, R. Steiger, G. Candilis, J. Tyrwhitt.
13Originellement prévu à Moscou mais annulé, peut-être sous la pression des autorités staliniennes, le CIAM se tint sur le bateau Patris II. L’hypothèse d’une nouvelle Charte fit sans doute par analogie émerger l’idée d’une croisière.
14Au moment du CIAM 9, le bureau du conseil était composé de : J. L. Sert, président ; C. Van Eesteren, président d’honneur ; Le Corbusier et W. Gropius vice-présidents ; S. Giedion, secrétaire général ; J. Tyrwhitt, secrétaire et J. J. Honegger, trésorier.
15Op. cit. note 12.
16Pour le premier document : ASCORAL, Projet de programme pour le 9ème congrès CIAM, 1953. Le 10/01/1952. FLC-D3.01. de 9 à 12. Pour le deuxième document : ASCORAL, Programme du CIAM 9 à Aix-en-Provence, du 19 au 26 juillet 1953, Paris le 11/01/1953. FLC-D3.01 de 29 à 42.
17Voir Patrice NOVIANT « ASCORAL » et Rémy BAUDOUI, « Vichy : l’attitude de Le Corbusier pendant la guerre », dans Le Corbusier, une encyclopédie, Centre Georges Pompidou, Paris, 1987.
18FLC. Lettre de J.L. Sert à Le Corbusier du 13/09/1948, avant le congrès de Bergame de 1949 qui expérimente la grille ASCORAL.
19« Le congrès international des architectes à Aix. Quand les congressistes tiennent leur ultime séance à l’ombre des platanes », Le Provençal, 25 juillet 1953. La veille, le même journal signalait dans une brève : « En marge du congrès international des architectes : le groupe Ascoral (Association des constructeurs pour une rénovation de l’architecture) chargé d’organiser cette année le 9ème congrès CIAM (Congrès internationaux d’architecture moderne), qui se tient actuellement dans notre ville, a demandé à la galerie Arnaud, de Paris, de réunir un certain nombre de peintures et sculptures d’esprit architectural qui, disposées dans les locaux de l’Ecole des Arts et Métiers d’Aix, servent de cadre aux séances de travail. Ainsi que nous l’avons signalé, le congrès étant privé, les locaux ne pourront être visités par le public qu’aujourd’hui vendredi, de 15 à 19 heures. Participent à cette manifestation les artistes suivants : peintres : Battestini, Bertini, Calliyannis, Carrene, Goebel, Holley, Kalinowski, Koenig, Le Corbusier, Léger, Maussion, Pillet et Valera. ; sculpteurs : Antoons, Gerdur, Jonas, Noll et Pan ». Selon André Bloc, les conditions précaires de cette exposition en firent un ratage. Le journal Le Méridional signala également la tenue du congrès dans son édition du 25 juillet 1953.
20FLC-D.3.2. 447 à 479.
21Selon les sources le nombre de participants varie du simple au double. Ainsi G. Candilis avance le chiffre sans doute très exagéré de 500 congressistes (Architecture d’Aujourd’hui n°49, oct. 1953). Nous nous référons pour celui de 250 à un article de presse qui s’appuie sur le témoignage de M. Servan, directeur de l’Ecole des Arts et Métiers (Le Provençal du 28/07/1953).
22Op. cit. note 2. La première de ces anecdotes est rapportée par Reyner Banham dans l’Ecyclopédia of Modern Architecture, London, Ed. Gerd Hatje, 1963 ; la deuxième par Siegfried Giedion, voir Eric MUMFORD, The CIAM discourse on urbanism, 1929/1960, Cambridge/London, Mit Press, 2000, p.225-238 pour le CIAM 9.
23Voir Eric MUMFORD, The CIAM discourse on urbanism, op.cit., p. 225-238 pour le CIAM 9. Par ailleurs, François Bernard Mâche signale que : « A la demande de Le Corbusier, Xénakis organise pour le CIAM un concert spatialisé sur le toit de l’Unité d’habitation de Marseille avec trois sortes de musique en trois points différents de la terrasse (musique concrète, musique traditionnelle de l’Inde et du Japon, jazz). » in Portrait de Iannis Xénakis, Paris, BNF, 2002.
24L’Architecture d’Aujourd’hui - USA, Contributions américaines, n°50/51, déc. 1953, article de Siegfried Giedion, « Aspects de l’Architecture aux Etats-Unis en 1953 », p.7-9.
25Eric Mumford, op. cit. note 22, signale que le volume relié concernant la documentation relative au CIAM 9 détenu dans les archives de l’ETH/Zurich est signalé “publication interdite”. Quelques articles rendront compte partiellement dans les revues professionnelles des contenus du CIAM 9 : Georges Candilis dans l’Architecture d’Aujourd’hui, n°49, octobre 1953 de manière synthétique et dans un dépliant qui annonce un numéro exceptionnel préparé par l’Atbat sur l’habitat pour le plus grand nombre, n°50/51, décembre 1953 ; plus tard Aldo Van Eyck évoquera également ce congrès dans la revue Forum, n°14, septembre 1959 et Alison Smith dans Architectural Design, n°12, décembre 1962 ; il est intéressant de noter le parallélisme des comptes rendus faits dans la revue Architecture d’Aujourd’hui entre les CIAM et les réunions de l’UIA (Union internationale des architectes), un équilibre sans doute voulu par Pierre Vago très actif dans cette organisation internationale qui se veut moins partisane.
26Ville hollandaise où s’est tenue la première réunion de préparation du 10ème congrès. La deuxième aura lieu à Paris. Le groupe de jeunes nommés au congrès d’Aix-en-Provence est composé de : A. et P. Smithson, J. et B. Howell, Vollcker, Richards, Candilis, Woods, Gutman, Neueuschwander, Studer, Bakema et Van Eyck.
27Pour l’ensemble de ces échanges épistolaires, voir Jean-Lucien Bonillo, « Correspondance(s) entre Le Corbusier et José Luis Sert », in Le Corbusier, écritures, Actes des Rencontres des 18 et 19 juin 1993, Paris, Fondation Le Corbusier, 1993, p. 125-137.
28FLC D-3-7-162
29Michel Ragon tentera au milieu des années 1960 de donner à ce groupe une dimension internationale sous la forme du GIAP (Groupe international d’architecture prospective). Voir Autour de Michel Ragon, catalogue d’exposition, Nantes, musée des Beaux-Arts, Paris, Art center, 1984, p. 109-115.
Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Jean-Lucien Bonillo, « La modernité en héritage », Rives nord-méditerranéennes, 24 | 2006, 89-99.

Référence électronique

Jean-Lucien Bonillo, « La modernité en héritage », Rives nord-méditerranéennes [En ligne], 24 | 2006, mis en ligne le 29 décembre 2008, consulté le 22 juillet 2017. URL : http://rives.revues.org/561 ; DOI : 10.4000/rives.561

Haut de page

Auteur

Jean-Lucien Bonillo

INAMA/ENSA, UMR TELEMME

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

© Tous droits réservés

Haut de page
  • Revues.org