Navigation – Plan du site
Transmission et création

De Mère en filles et de la plume au pinceau

Le Journal de La Présidente (1883/1899)
Chantal Guyot
p. 75-87

Résumés

« Le Journal de La Présidente » est une chronique estivale, tenue de 1883 à 1899, à la bastide La Présidente (sur le plateau de Puyricard) par Madame Thérèse de Giraud d’Agaÿ et ses filles, Suzanne et Madeleine, dite Chichon. On précise d’abord en quoi l’écriture féminine est à l’unisson. On s’attache ensuite à en montrer les variations. Thérèse d’Agaÿ peut donner à la chronique un côté tout autant intime que mondain ; L’aînée, « Suzy » en 1889 et 1890 décrit avec son humour propre, certains « rites » de la société. Puis Chichon prend le relais, mais sa plume est plus caustique. Elle revendique un regard différent. Enfin, de 1895 à 1899, c’est le duo de Chichon avec son cousin Damien de Castelet qui donne toute son originalité au « Journal », les deux amis ayant entrepris de le relire et avec talent, de l’illustrer à quatre mains. Nous montrons les mécanismes de la transmission familiale et sociale. Ce « Journal » est un bon exemple d’héritage matrimonial qui témoigne du crédit accordé à l’écriture et à l’art.

Haut de page

Texte intégral

1Le lien entre écritures ordinaires et mémoire familiale qui fait des écritures privées un objet d’analyse non plus seulement historique mais aussi littéraire est à replacer dans le contexte d’une reconnaissance de l’écriture autobiographique théorisée par Philippe Lejeune1. C’est en partie grâce à lui que s’est exprimé l’engouement d’un grand nombre de personnes anonymes pour leur histoire familiale2, surtout quand ces écritures intimes (journaux, mémoires, récits de vie, correspondances...) s’inscrivent dans un cadre à la fois historique, social et culturel et privilégient une démarche d’analyse réflexive.

2M’étant, sur ses conseils, intéressée aux journaux intimes de jeunes filles3 et particulièrement à celui laissé à ses descendants par Elise Chauméry de Sorval (1879-1953)4, j’ai eu à enquêter, en 1994, sur le cercle des amies d’Elise jeune fille, et à cette occasion j’ai rencontré en Aix, la descendante d’une de ces amies, Madeleine de Giraud d’Agaÿ, en la personne de sa nièce mademoiselle Monique de Ponthus. Lors de nos rencontres si amicales, celle-ci, déjà âgée, m’avait confié un document transmis par sa mère, Suzanne de Ponthus née d’Agaÿ, les quatre cahiers cartonnés noir du « Journal de La Présidente ». Et puis, le temps a passé, trop vite, et Monique de Ponthus est décédée en octobre 2004 : c’est aussi en hommage à sa mémoire que je présente l’analyse de ce document.

L’histoire de « La Présidente » – Description du document

3Le toponyme « La Présidente » désigne une bastide, sise sur le plateau de Puyricard, près de Couteron5. Cette dénomination, qui ne marque pas la féminisation d’un patronyme comme c’est le cas pour de nombreuses bastides, est le titre donné à Suzanne de Lenfant, épouse d’Esprit Hyacinthe Bernard d’Albert de Bormes, Président en la cour des Comptes d’Aix, qui fit construire cette bastide pour sa femme à la fin du XVIIIe siècle. C’est donc elle “La Présidente”, la femme du Président, et le nom est donné à la maison par métonymie.

4Sous la Révolution, la bastide a été vendue à André Féraud qui la lègue à sa fille Marie-Thérèse, épouse d’Alphonse Guïeu, avocat. Leur fille unique, Thérèse Guïeu, en hérite. (Il faut insister sur cette transmission par les femmes, cette bastide est une maison maternelle). Thérèse épouse en 1868 Gabriel de Giraud d’Agaÿ6 et le jeune couple transforme les lieux, spécialement le parc. Ils conserveront la propriété jusqu’à l’entre-deux-guerres. L’appellation “La Présidente” se trouve également confirmée, de manière amusante et un peu dérisoire peut-être, par le fait qu’il existe, à cette époque-là à Aix, une société de croquet (ou « crocket-club »), fréquenté par la bonne société aixoise, dont Thérèse d’Agaÿ est justement la présidente ! Les statuts et les comptes-rendus des parties en sont d’ailleurs exposés au début du premier tome du “Journal de La Présidente”. Plus intéressant, madame d’Agaÿ est aussi l’égérie d’un “Salon” de la société aixoise, fondé en 1882, qui s’est baptisé “Le Comité des Seize”. Les réunions en l’hôtel particulier des d’Agaÿ, 15 rue Cardinale, sont à la fois mondaines, amicales et littéraires, puisqu’on y versifie et poétise et que Thérèse d’Agaÿ non seulement écrit mais aussi calligraphie.7 Outre leur hôtel particulier, où ils habitent l’hiver, et la bastide « La Présidente » où l’on passe l’été, les d’Agaÿ possèdent aussi des terres (vignes, bois) et un cabanon sur la commune de Cabriès, ce qui va générer un certain nombre d’activités estivales, comme on le verra.

5Gabriel et Thérèse de Giraud d’Agaÿ auront trois enfants. Les deux filles nous intéressent : l’aînée, Suzanne, née en 1870, dite Suzy, (qui épousera en 1891 Gustave de Ponthus) et Madeleine, (écrit parfois “Magdeleine”,) dite Chichon8, née en 1875. André, né en 1874, fera carrière dans l’armée.

6Le “Journal” de La Présidente n’est ni un journal intime, ni un récit autobiographique.

7Il s’agit d’une chronique de la vie à la bastide, tenue pendant seize étés, du 17 juin 1883 au 27 octobre 1899. Il se compose de quatre cahiers, de 22 cm sur 16 cm, d’environ 200 pages. Certains sont illustrés, nous y reviendrons, et chaque cahier est appelé tome, tome 1 à tome 4.

8Le titre « Journal de La Présidente » est calligraphié sur la couverture du tome 1. Nous en résumons succinctement la structure. Après avoir servi, comme nous l’avons mentionné, à exposer les statuts de la société de croquet, le premier tome du Journal expose, sous la plume de Thérèse, la chronique des six premiers étés à la bastide.

9Chaque entrée journalière est joliment calligraphiée par elle avec une majuscule à l’initiale du premier mot, en lettre gothique rouge. Dans ce tome 1 vont s’intercaler les rédactions des deux filles9 : année 1884, mercredi 16 juillet, écriture enfantine de Madeleine (elle a 9 ans), de même un été après, l’entrée du mercredi 22 juillet 1885. Le jour précédent, le mardi 21 Juillet 1885 est tenu par Suzanne pour la première partie de la journée et en l’absence de sa mère.

10L’été 1888 laisse voir un changement de graphie en date du dimanche 5 août ; l’écriture n’est plus celle d’une enfant, mais ce n’est plus celle de Mme d’Agaÿ. Suzanne va dorénavant prendre la plume à la place de sa mère pour la totalité du deuxième cahier consacré aux étés 1889 et 1890. Les comptes-rendus sont infiniment plus prolixes et le dévoilement et la confirmation de l’identité de la rédactrice sont faits au début du tome 3, le 19 juin, quand Thérèse d’Agaÿ reprend la plume :

« Une larme tombe en ouvrant ce nouveau volume du journal de La Présidente : la chère petite secrétaire qui l’écrivit si joyeusement l’an passé n’est plus là ; elle a épousé le 27 janvier 1891 Monsieur Gustave de Ponthus et ils sont installés dans leur château de Régny. »

11Il faut attendre l’été 93 pour voir apparaître une nouvelle écriture, plus formée bien sûr que celle des étés 1884-85 : c’est maintenant Chichon qui va prendre le relais, elle a 18 ans. Elle ne parlera d’elle qu’en se désignant par son surnom « Chichon » ; sa mère, elle, l’appelle toujours par son prénom : “Madeleine”.

12L’année 1894 est intéressante à plus d’un titre pour illustrer les relais d’écriture entre mère et filles. C’est Chichon qui écrit du 11 mai jusqu’au 24 juillet, date à laquelle sa mère prend la plume car Madeleine et son père partent pour la Haute-Savoie voir André en manoeuvre avec son régiment du 1er Hussard. Le 28 juillet, Suzy (Mme de Ponthus) arrive avec ses enfants et c’est elle qui reprend l’écriture de la chronique. Le 3 Août le père et Chichon rentrent, et Chichon relaie sa sœur le mercredi 8, à 5h (le début de la journée ayant été racontée par Suzanne). Le 12, Suzanne est la rédactrice du matin, Chichon celle de l’après-midi.

13Le quatrième cahier court sur cinq étés, de 1895 à 1899. Chichon en est la rédactrice pour les étés 95 et 96 et c’est à l’été 95, le lundi 29 juillet, qu’est dévoilé au lecteur le mystère des illustrations auxquelles nous avons fait allusion plus haut.

14C’est Chichon, aidée de Damien de Castelet, un voisin et cousin issu de germain (demeurant à la Bastide La Brillanne), qui prend en charge la relecture et l’illustration du journal de La Présidente, ce qui nous conduira à faire la part entre les deux, au vu de deux techniques différentes (plume et/ou aquarelle) et d’une certaine impertinence du trait, partagée par les deux compères...

15L’été 1896 s’achève le 24 août, sur la narration d’une excursion à Ste Victoire et d’un dîner au château de Vauvenargues... La dernière illustration date du 23 juillet : le lac de La Brillanne à sec avec sa petite barque... Pas de formule de conclusion cet été-là. Les autres étés, ce sera la mère qui reprendra la plume, de façon extrêmement concise et sans développement ni commentaires superflus.

16C’est en date du 27 octobre 1899, sur l’annonce d’un décès dans la famille d’Agaÿ que s’achève le Journal.

Le parti pris narratif – Problématique

17Il convient, dans le Journal de La Présidente , de ne jamais parler à la première personne (nous aurons deux ruptures de ce pacte chez Chichon, et le dévoilement déjà mentionné, de Suzy par sa mère au début du tome 3), les rédactrices se désignant à la troisième personne. En outre, on désigne l’entourage familial et amical par « monsieur » ou « madame » quand on est marié : ainsi Chichon parlera de sa soeur en écrivant : Mme de Ponthus.

18On garde les prénoms pour ceux avec qui on a une familiarité d’âge ou d’activités – c’est le cas pour Damien – ou pour les enfants d’amis quand c’est Mme d’Agaÿ qui rédige (des Jeanne, Marguerite… traversent ainsi le Journal).

19En revanche on n’oubliera pas d’indiquer les titres de noblesse (le marquis de Saporta, par exemple, qui vient en voisin et ami, depuis le château de Fonscolombe).

20La narration note les allées venues, désigne les occupations, les lieux etc… dans une neutralité apparente : pas de commentaire personnel, ni de jugements... Ceci est tout à fait conforme aux codes d’éducation encore en vigueur en cette fin du XIXe siècle. L’expression personnelle est étrangère au monde des « demoiselles », à l’image d’une société qui bannit toujours l’usage du « je » et du « moi ». Même si le romantisme est passé par là, mère et filles « racontent » dans le journal de La Présidente sans dire ce que elles « ressentent ». Là sera le premier modèle transmis.

21Il s’agit de donner à voir une photographie de la société, une mise en visibilité des personnes et ce, par métonymie des lieux (les bastides autour d’Aix), en restant dans le factuel.

22L’activité narratrice est sans doute et d’abord proposée à Suzy et Madeleine comme des rédactions de devoirs de vacances mais il faut dégager dans un premier point les modalités sur lesquelles se fonde cet unisson d’écriture entre la mère et ses filles... Car si on devait en rester à le constater, ce document pourrait paraître d’une platitude et d’une monotonie désolantes, une fois établie la liste (la nomenclature) des visiteurs de La Présidente et de leurs loisirs de gens, disons-le, oisifs...(certes, au sens de l’otium !)

23Ce qui en fait l’originalité, et qu’on examinera ensuite, c’est la façon dont les deux filles, par leur plume, et pour l’une d’elles, par le pinceau, ont échappé aux objectifs éducatifs et mondains fixés initialement par leur mère...

24Nous verrons comment la voix de Suzanne fait un contrepoint tout en humour, mais surtout nous montrerons, en ce qui concerne Chichon, que c’est elle qui donne à ce journal toute son originalité et stylistiquement et artistiquement par le duo graphique qu’elle fait avec Damien de Castelet en marge de l’écriture narrative.

Ecrire d’une même voix : l’unisson mère-filles

25D’un été à l’autre, le Journal de La Présidente évoque régulièrement les lieux de villégiature de la société aixoise sur le plateau de Puyricard. On y rencontre, par ordre d’entrée en scène sous la plume de la mère ou de ses deux filles, les voisins proches, le plus souvent d’ailleurs, parents et alliés des Giraud d’Agaÿ. Tout près, la bastide La Brillanne, habitée par la famille de Castelet. Mme Coye de Castelet, née Emilie, Alexandrine Joursain est une cousine de Thérèse Guieu. Elle est veuve depuis peu, et séjourne l’été à La Brillanne avec ses fils, Damien (né en 1861) et Paul (né en 1867), « le baron Paul » comme le désignera Chichon qui mentionne toujours ce titre avec un brin d’ironie. Leur soeur, Juliette a épousé Joseph de L. dit “Jo”, et ils viennent de temps en temps à pied d’une autre bastide, par eux louée, le château de La Gaude, avec leur petit garçon, Guy. Le domaine de La Brillanne, à proximité de Couteron comporte 65 hectares de vignes et de céréales. C’est une bastide assez récente, et d’ailleurs son agrandissement est d’actualité.

26« La nouvelle Brillanne »comme l’écrit Chichon en 1894, s’enorgueillit en effet d’un étage supplémentaire. Et entre La Présidente et La Brillanne, qui se font quasiment face, on communique par drapeau blanc à la fenêtre.

27De Violaine, une autre bastide des environs, on voit arriver à La Présidente, la famille de Lander, « les aimables voisines de Violaine », suivant l’expression de Chichon, famille également apparentée aux d’Agaÿ. Le Comte et la Comtesse de Mougins arrivent tantôt des Pinchinats, tantôt de leur château du Sambuc. Mme de Fabry, bastide de La Rostolane (près du village de Puyricard), la famille Double à Château-bas, les Guillibert, les Saporta au château de Fonscolombe apparaissent moins intimes mais on les reçoit et on est reçu par eux, très cérémonieusement et à tour de rôle... On croisera aussi les Forbin, au château de La Barben, à l’occasion du mariage d’Albertine de Forbin avec le comte Jacques de Grasset le 29 octobre 1895.

28Le Journal de La Présidente est donc le plus souvent une « chambre d’enregistrement » des voisins et amis qui se font des visites ou à qui ont fait des visites, une des grandes occupations de l’été.

29Mère et filles se contentent parfois d’établir des listes, sans commentaires, mais c’est surtout le fait de Mme d’Agaÿ, après le départ de Suzy, ou dans les derniers étés où elle prend la plume. Le lecteur perçoit que cette nomenclature doit devenir épuisante, et que l’écriture tourne au ressassement.... C’est aussi le cas pour Suzy, pendant l’été 1886, marqué par un défilé de visiteurs. Celle qui tient le journal ne se fatigue pas à donner le moindre détail, d’autant que les activités sont un peu toujours les mêmes.

30En effet, outre les visites, les occupations estivales consistent en déjeuners et dîners, avec une originalité, chez les d’Agaÿ, les dîners du mercredi soir. Y participent ceux que mère et filles désignent d’un néologisme amusant, “les mercredînants”. Ce sont des habitués, le plus souvent les voisins de La Brillanne, qui participent à ces soirées dites “mercredînantes” où l’on plaisante beaucoup.

31Parmi les distractions de l’été, on évoquera aussi les parties de croquets et les baignades dans les bassins chez les uns et des autres, toutes générations confondues, la pratique de la musique de chambre, les chants et les excursions en groupe, comme celle à la Fontaine de Vaucluse.

32Les messieurs ont leurs activités propres auxquelles parfois les jeunes filles (Chichon ne demande que cela) sont associées : mi-août, c’est l’ouverture de la chasse à Cabriès d’où on envoie des bourriches de lapins, perdreaux…. longuement décrits par Chichon quand c’est à son tour d’être la secrétaire du Journal.

33Enfin sont mentionnés les mariages aixois, pour lesquels on redescend “en ville”, comme celui du Vicomte Charles de Mougins et de Gabrielle de Villeneuve ou à l’été 1896, celui de Marie Caillat, une amie de Chichon. Mais le seul mariage qui sera mentionné à posteriori dans Le Journal de La Présidente et qui va bien étonner le lecteur, c’est celui de Suzy, car rien n’en a filtré dans la chronique de l’été 1890.

34L’unisson mère-filles est particulièrement remarquable dans « l’exquise politesse » qui caractérise le lexique hyperbolique utilisé dans leurs comptes rendus. Petit florilège :

35Sous la plume de Mme d’Agaÿ : “l’aimable conseiller Guillibert” ; “Monsieur de Montigny a la gracieuse pensée de se faire précéder par un splendide bouquet d’oeillets” ; “Visite de l’aimable famille Roux que l’on attendait impatiemment.” ; “Damien de C. en tenue de maréchal des Logis vient avec son beau-frère faire une visite à La Présidente. C’est un charmant garçon, il est en garnison à Verdun et doit repartir demain.”

36Echo sous la plume de Suzy : « le retour de la charmante fée de La Présidente » ; « Après le déjeuner l’aimable société se divise : côté dames, côté messieurs » (été 1885).

37Bonne imitation chez Chichon, dans la rédaction du 22 juillet 1885 (rappelons qu’elle a dix ans) : « On a le plaisir de voir arriver l’aimable famille de Cabrens. Pendant ce temps, arrive Monsieur Salichon qui est toujours fort aimable et fort joli (sic). »

38Il était intéressant de voir si ce langage nécessairement de convention, serait repris par les deux filles quand elles tiendraient la plume pour de bon, Suzy en 1889 et 1890 (19 puis 20 ans) et Chichon en 1894 (19 ans aussi). On constate alors que mentionner les visiteurs ne se résume plus qu’à donner leur identité, et qu’en revanche, les deux jeunes filles détaillent beaucoup plus ce qu’elles ont fait avec leurs invités ou chez leurs invités, comme la visite de Salon par Suzy, au retour de La Barben où elle a accompagné son père, tandis que Mme d’Agaÿ et André sont à Marseille chez les Lafont, et que Chichon passe l’après-midi à La Brillanne “en garçon” (septembre 1889).

39D’une façon générale la chronique de Suzy donne plus de détails sur la vie de famille, comme par exemple, en date du 1er octobre, le départ, à Marseille, par le train, du collégien André dont le collège est près de Lyon : « Spectacle toujours intéressant et amusant du départ de cette soixantaine de collégiens. Les mères qui pleurent, les mères qui rient ; les Aixoises sont généralement les plus courageuses ». De même, le 8 octobre, c’est l’évocation du départ de Chichon pour le Sacré- Coeur de Grenoble, départ groupé là aussi, avec commentaire de la soeur aînée : « Chichon n’est pas du tout enchantée de finir ses vacances (...) ». Cette fin d’été, Suzy, en fille aînée, se retrouve donc seule avec ses parents. Le cercle de famille se constitue en “trio” : le trio de La Présidente où l’été, on vit en vase clos.

40Le monde extérieur ? C’est évidemment Aix, (essentiellement le quartier Mazarin, et l’église St Jean de Malte), voire Marseille. On y est relié par le train, lieu de sociabilité moderne, qu’on va prendre en gare de Puyricard ; pour les plus jeunes, il y a le vélocipède, appelé ensuite bicyclette. Sinon, on voyage encore en break à cheval, et André a son cheval.

41Quelques événements, très peu :

  • l’arrivée d’un nouveau receveur des postes, le 11 septembre 1888 (rédactrice : Mme d’Agaÿ)

  • des élections en 1889 (seuls les hommes votent) (rédactrice : Suzy). L’été 1894, Damien de Castelet arrive du train à 6 heures « pour apporter des nouvelles politiques toutes fraîches : l’élection de M. Casimir Périer Président de la République » (rédactrice : Chichon)

  • l’incendie du Bazar de La Charité n’est mentionné que parce que la comtesse d’Isoard- Vauvenargues y a péri le 4 mai, et que madame d’Agaÿ va à la messe de huitaine le 11 mai 1897. Un autre incendie, plus local, celui-là, dans la chaîne de l’Etoile, mais très violent en raison du mistral est évoqué le dimanche 10 septembre 1889.

    l’été 1893, Le choléra a fait fuir un certain nombre d’Aixois10. Sur le plateau de Puyricard, c’est à peine si on en parle ! Mais Suzy observe que les Piémontais qui viennent “visiter les pins” sont arrivés. L’élagage était déjà de rigueur.

42Sur l’affaire Dreyfus, évidemment, pas la moindre allusion, ce qui est tout à fait normal : dans une telle chronique on ne doit parler ni de politique, ni de religion… surtout quand on est femme.

43 Les soucis de l’extérieur, ce sont les occupations de gestion des propriétés pour ceux qui sont propriétaires et qui doivent se préoccuper de leurs moissons, vendanges, etc… L’entretien des terres de Cabriès est un souci pour M. d’Agaÿ. L’arrivée d’une nouvelle batteuse ”Pécard” à La Brillanne suscite l’admiration du pays et de la narratrice. Tout cela, c’est l’affaire des hommes et peut-être autant de perdu pour la sociabilité mondaine : « ce que c’est que d’être propriétaire”, écrit Chichon avec humour. L’humour est en effet lisible, de mère à filles, et fait entendre des échos malicieux.

De Thérèse à Suzy, et de Chichon à Damien : variations

44De Thérèse et de Suzy, nous dirons que leur humour s’exprime mezzo voce.

45La mère dévoile un humour discret surtout dans la première année où elle tient le Journal, l’année 1883. C’est encore une jeune femme, et la chronique se veut moins mondaine que familiale : « 1er août - Au dessert André fait un court sommeil dans son assiette au fond de laquelle un morceau de croquant oublié retient son petit nez captif lorsqu’il veut s’éveiller. Jeanne et Paule sont de ces enfants sages dont on peut dire comme les peuples : heureux ceux qui n’ont pas d’histoire ! A 4 heures, arrivée de M. Du Veyrier et de ses petits enfants (… suit l’énumération des jouets). Pas un pleur ! Les enfants du 19e ne ressemblent pas aux autres ! »

46Elle sait parfois être très pince sans rire comme le montre la narration du 25 juillet 1894. (Chichon est partie avec son père voir André en manoeuvre et elle reprend la plume) : « Paul de C. reste à dîner, longue causerie sur les moissonneuses-lieuses et l’art à les conduire (sic), soucis des propriétaires et cours de construction ».

47La première rédaction de Suzy dans le Journal intervient en date du 21 juillet 1885. Elle a 15 ans. Toute la narration est consacrée à une séance de photos de la bastide La Présidente par M. de Mougins où chacun est amené à prendre la pose devant le perron. « Ne bougez plus, je commence » revient un certain nombre de fois ! Le passage -trop long à citer- permet au lecteur d’apprécier la maîtrise du style, certes courante chez beaucoup de jeunes filles de ce milieu, mais qui n’ont pas toutes l’humour de Suzy. Mais si Suzy (et ensuite Chichon) s’autorise l’humour, c’est que la réception en est admise, et que l’on reste dans des limites vraisemblablement fixées par la mère elle-même.

48Durant les deux étés où Suzy tient chronique, celle de l’été 1890 est faite d’une plume enjouée, et absolument pas guindée. Ainsi, le dimanche 13 juillet 90 : « Dans l’après-midi, toujours avec le même accompagnement de mistral, le Vicomte de Régis vient à La Présidente avec sa jeune et belle élève Sybille11qui se fait fort admirer. Echange de courtois compliments sur les chiens et la jeune Lady semble vouloir prouver que cela lui est sensible. »

49Lors d’un dîner du mercredi, on cherche des noms pour les huit chiots du setter de Paul de Castelet. « Les huit enfants » comme elle les désigne, et elle commente : « grave affaire »…. mais un jeune couple présent, M. et Mme de Monval « cherchent aussi un nom pour leur futur héritier » et écrit Suzy « les conseils se croisent, s’embrouillent, et manquent leur destination ».

50Cependant, on ne trouvera aucune mention de son statut de fiancée, à part une fois en septembre, si l’on devine bien l’allusion à une « visite imprévue ».

51Quand Suzy reprendra la plume, elle sera dûment mariée et mère de famille. Elle vient faire un séjour à La Présidente avec ses deux filles, Nicole et Phanette, pendant le service militaire « que son mari fait à Moulins comme Capitaine Commandant ». Nous sommes l’été 1894, au tome 3 du Journal. Le 1er août, elle relaie sa mère, qui elle- même a relayé Chichon. La narration s’ouvre sur deux maximes mises en exergue, ce qui est totalement insolite dans cette chronique, et qu’on peut lire ou comme des lieux communs ou comme le dévoilement d’une intimité désabusée (?) : « La rose passe, l’épine reste » et « L’homme d’esprit vend son meilleur ami pour un bon mot », maxime tirée de « L’Invité ». Et après avoir énuméré comme d’habitude la liste de ceux qui sont restés à dîner (on est mercredi), elle exprime ces généralités fort peu contextualisées pour le lecteur : « Si les femmes savaient ce que c’est que l’avant, (souligné), elles seraient plus généreuses de l’après » (souligné). Le retour de sa soeur et de son père le lendemain, bien contents d’eux, est évoqué de même avec une certaine ironie et en date du 7 août, 5 heures, Chichon reprendra la plume.

52De Chichon, nous dirons qu’elle tient sa partie. Elle entre pour de bon dans la chronique en 1893, en prenant le relais de sa mère en date du 18 juillet ; elle participe un peu contrainte et forcée à ce qu’elle appelle “les tournées de visites”, et constate ce qui n’avait jamais encore été dit aussi explicitement par Mme d’Agaÿ ou Suzy : on passe son temps à vouloir retenir les visiteurs à dîner, ils refusent, puis acceptent, suivant tout un rituel mondain qu’elle décrit parfaitement. Pour autant, elle rentre aussi dans le jeu et comme sa soeur qui montrait combien ces relations amicales étaient vitales, elle écrit à son tour, le 7 octobre : « Deux jours passés sans voir ses voisins, c’est bien long ! ». Un besoin existentiel se lit entre les lignes, peur de se retrouver seuls, besoin d’amitié profond et ambigu...

53Pour autant, les sujets de conversation sont finement rapportés et raillés, Chichon n’hésitant pas à rapporter parfois commentaires ou cancans entendus durant les visites. De ce point de vue, il faut rappeler les règles de la conversation, en tant que moyen d’éducation domestique, sociale et morale : la discrétion et la générosité doivent en être les vertus principales. Si, en guise d’exercice de style, on apprenait aux jeunes filles à écrire des conversations, ici Chichon est beaucoup plus libre ; son écriture rapporte mais aussi commente sur un ton satirique, même si l’oralité en reste très contrôlée. Elle écrit à partir de modèles d’écriture et aussi de lectures (bien qu’on ne sache rien de ses lectures), et un de ces modèles est certainement le théâtre, car elle adore jouer la comédie.

54Bien sûr, elle poursuit la nomenclature des gens qui viennent en visite, mais s’amuse surtout à les mettre en scène, décrivant par exemple l’arrivée de messieurs de Courtois luttant contre un mistral violent. Elle n’hésite pas à se mettre, elle-même, en scène, par exemple, quand le 26 août 1894, elle raconte son arrivée à La Brillanne ou quand elle fait le compte rendu du mariage d’Albertine de Forbin, auquel elle est invitée avec ses parents. Plus que le mariage et les mariés, l’intéressent les jeunes gens qui sont à sa table et auxquels elle s’amuse à tenir tête. L’ego de Chichon prend toute sa place dans l’écriture, dévoilant un art du croquis, souvent satirique, qui va s’extérioriser dans les illustrations faites en collaboration avec Damien de Castelet.

Les deux font la paire

55Leur duo montre une vraie complicité, en dépit de leur différence d’âge12. Le 6 août 1893, elle écrit : « Damien et Chichon se livrent aux beaux-arts : peinture, dessin, piano, chants accompagnés de guitare... le tout suivi d’une partie de crockett (sic) très disputée (...) ». Le 14, c’est mercredînant. Damien est revenu de La Brillanne après avoir couché ses enfants, et Chichon danse avec lui un quadrille des lanciers endiablé ! Le 22 juillet de l’été suivant, c’est Damien qui apporte la nouvelle de l’élection de Casimir Périer à la Présidence de la République, nouvelle qu’elle consigne immédiatement... Et petit à petit, se noue une complicité qui aboutit à l’annonce officielle dans le Journal à l’été 1895 : Damien vient aider aimablement Chichon dans l’illustration du Journal.

56« dimanche 15 Octobre -9h- Mr D. de C. à la recherche d’un paysage de l’autre côté de la pelouse, malgré le mistral qui souffle très fort.- On rentre, on installe l’artiste devant le Journal de la Présidente, qu’il illustre d’une façon charmante et hum...! Enfin, il y a au moins un vêtement !13 »

57Et lundi 29 juillet 1895 : « 4h- M. Damien de C. qui vient très aimablement aider Chichon dans la grande oeuvre de l’illustration du journal. »

58Ce sera donc rétrospectif, mais sans doute a t-elle déjà commencé de son côté en 1894, voire même en 1893, où on peut voir une première aquarelle très amusante, en date du mercredi 27 septembre, avec le commentaire suivant : “Jo de L. qui après avoir fait pendant quelques heures le dos de chameau dans la plaine vient se réconforter auprès des tartelettes traditionnelles”. Sans l’illustration, qui comprend que « Jo » est à l’affût en train de chasser ?! On voit bien dans cet exemple la correspondance originale de la plume et du pinceau. De même, les cancans sur les mariages (les jeunes filles rêvent toutes d’épouser de beaux militaires) sont-ils évoqués par Damien par une bande de petits canards dont l’un est coiffé d’un képi.

« Jo » faisant le dos de chameau dans la plaine.
© Musée Arbaud

« Jo » faisant le dos de chameau dans la plaine.© Musée Arbaud

Cancans. © Musée Arbaud

Cancans. © Musée Arbaud

59Le 4 août 1894 a lieu une séance de lecture à haute voix du journal, lecture publique, où, se vante-t-elle « on admire l’esprit du dernier rédacteur » (elle n’ose pas le féminin !) et où l’on raille « certains vers décadents », allusion à un poème écrit en son honneur par l’ami peintre A. de Courtois mais recopié en bonne place.

60Chichon veut faire entendre son originalité, dans une forme d’anticonformisme, certes, restreint, mais c’est sur ce terrain que Damien va lui prêter son pinceau, car toutes ses illustrations seront des modèles de finesse, en ce qui concerne le dessin, très sûr, (plus que celui de Chichon) et surtout les intentions de caricature qu’il va leur donner, en en renforçant le trait à l’encre de chine. Ils ont en commun tous les deux, la légèreté de l’aquarelle, l’art d’illustrer dans les marges du texte, de mettre en page leurs dessins, de faire parler le texte, jusque dans ses non dits. Leur complicité se voit dans la manière dont Damien montre qu’il apprécie l’écriture de Chichon et lui sert de révélateur.

61Ainsi en août 1894, les samedi 3, vendredi 4 et jours suivants, font-ils intervenir les deux narratrices, Suzy et Chichon avec un croquis de Chichon et un croquis de Damien.

Damien de Castelet sur le motif. © Musée Arbaud

Damien de Castelet sur le motif. © Musée Arbaud

62Le Journal de La Présidente se joue à six mains ! Et le 1er septembre, le peintre se met malicieusement en scène, de dos, en train de « prend(re) le croquis de Ste Victoire ». En cette fin du XIXe siècle, clin d’œil involontaire à Cézanne !

63A ce stade Madame d’Agaÿ n’intervient plus du tout; non seulement elle a passé le relais, mais le journal de La Présidente est devenu « le grand œuvre » de Chichon et de Damien. Ce sont assurément ces illustrations au service de la plume alerte de Chichon qui font la valeur littéraire et esthétique du Journal de La Présidente et montrent comment elle arrive à se démarquer du modèle maternel et social.

64Avant de conclure, nous donnerons quelques détails sur la vie de Chichon après 1899. En 1900, elle fait certainement le mariage rêvé, puisqu’elle épouse un militaire, un ami de son frère, le lieutenant Frédéric de L’Harpe. On comprend par cette date pourquoi le journal de La Présidente s’est arrêté. Chichon mariée, il est probable que Thérèse d’Agaÿ n’a plus l’envie de tenir une chronique où ses filles n’ont plus leur place. Chichon a eu deux enfants. Son mari a été tué à la guerre de 14, comme Guy de L., le petit Guy que nous avons croisé au début de cette histoire, comme Georges du Guët, le mari de Louise de Lander, une des « charmantes voisines de Violaine ». Il est certain aussi que la guerre de 14‑18, pour beaucoup, sonne le glas de cette vie facile que connurent toutes ces familles de la société aixoise qui défilent dans le Journal de La Présidente. Mais Chichon s’est remariée en 1926, avec un monsieur Henry Brière ; cela laisse présager une nouvelle vie. Elle avait de véritables talents d’écriture, elle a même eu un prix en 1898, que le Journal de La Présidente enregistre, sous la plume de la mère et sans commentaire de Mme d’Agaÿ.14

65Les mécanismes de la transmission familiale et surtout sociale, sont donc bien dévoilés dans ce journal-chronique mais rien de conflictuel dans ce passage de témoin et on ne peut pas vraiment parler, ici, avec Marie-Christiane Voison, de “l’emprise de la famille comme réseau d’enfermement”15. On voit au contraire ce qu’apporte le fait d’appartenir à une “vieille famille”, pour commencer dès l’origine, c’est-à-dire de la manière la plus inconsciente et la plus insensible l’acquisition des éléments fondamentaux de la “culture légitime” et de la sociabilité.16 On peut être déçu d’un tel conformisme, en dépit des variations entendues et du désir de Chichon de donner de la voix et de faire irruption dans l’écriture et par l’écriture (et par le dessin) pour affirmer sa singularité. L’espace du journal, spécialement le cahier tome 3, a valeur symbolique : un espace de liberté pour Chichon, qui par ailleurs ne donne pas l’impression d’être une jeune fille brimée. Rien d’introverti à la manière d’autres jeunes filles fin XIXe dont le recul sur leur milieu sera infiniment plus critique.17

66Enfin, remarquons que dans cette transmission de mère à filles, il faut sans doute se louer du rôle joué par Mme d’Agaÿ. Elle appartient à cette catégorie que Georges Dumézil présente comme les détenteurs d’une parole à tenir, d’un souvenir à entretenir et qui sont reconnus comme tels par les membres de la famille18. En instaurant cette chronique, en déléguant l’écriture à ses filles, Thérèse d’Agaÿ n’écrivait pas seulement pour l’instant présent... Ce document a été conservé, transmis ; c’est Suzy, l’aînée qui en avait hérité et Monique de Ponthus, la troisième fille de Suzy, peut-être parce qu’elle était célibataire, l’avait gardé19. Héritage et mémoire sont inséparables et sont fondés sur un besoin affectif très fort, éviter que les générations soient avalées par l’oubli les unes après les autres. Parce que l’on pressent qu’il ne va rien rester du groupe au sein duquel on vit, on a besoin de le nommer. Comme le montre Eric Mension-Rigau20, les familles de la notabilité ancienne sont attachées à leur généalogie et la mémoire du nom, car « le nom », autant que la mémoire et la parole « construit l’identité et façonne le moi ». Dans le cas qui nous intéresse, les habitants de La Présidente, leurs amis, parents et relations, en dépit de ce travail d’écriture triplement féminin, sont devenues ombres chinoises à la manière des dessins de Damien de Castelet et leurs bastides sont passées en d’autres mains. Gardons-nous cependant de lire ce « Journal de La Présidente » comme un obituaire (pour reprendre le terme de Chateaubriand dans les Mémoires d’Outre Tombe). Par sa polyphonie féminine et ses illustrations, il donne au passé de bien charmantes couleurs… De « bien aimables couleurs » auraient écrit Thérèse d’Agaÿ et ses filles !

Haut de page

Notes

1Philippe LEJEUNE, Le pacte autobiographique, Paris, Seuil, Essais, 1996, 380 p.
2Rappelons que Philippe Lejeune est cofondateur de l’APA, Association pour le Patrimoine Autobiographique
3Philippe LEJEUNE, Le Moi des Demoiselles, Parie, Seuil, 1993, 454 p.
4Chantal GUYOT, Ecriture intime et mémoire familiale en Pays d’Aix : étude des écrits et de l’œuvre picturale d’Elise Chauméry de Sorval (1879-1953) - Thèse de doctorat ès Lettres sous la direction de Madame Anne Roche, Université de Provence, UFR LACS, 1995, 2 vol.
5Cf. René BORRICAND, Châteaux et Bastides du Pays d’Aix, éditions Borricand, 2003
6La branche aixoise de la famille d’Agaÿ tenait particulièrement au tréma sur le « y » et à la prononciation qui en découle : « aï » et non « ai ».
7On peut consulter au musée Arbaud le livre de poèmes composés par les membres du Comité des Seize et calligraphié par Mme d’Agaÿ.
8L’origine de ce surnom est inconnue…
9Dans les limites de cet article, nous ne détaillerons pas comment nous avons pu faire la différence entre l’écriture de l’aînée et de la cadette.
10Ainsi, Elise Chauméry et ses parents se sont-ils réfugiés dans la Drôme, à Montbrun. (Cf. Elise CHAUMERY, Souvenirs d’Enfance, 1951, photocopie du tapuscrit déposée au Musée Arbaud)
11Précisons au lecteur qu’il s’agit de sa jument…
12Damien a une quinzaine d’années de plus que sa cousine.
13Référence ironique à un dessin en ombre chinoise représentant une belle jeune femme nue, pour illustrer la mention suivante : le peintre A. de Courtois a fait le portrait de Suzy.
14Pour plus de renseignements sur les talents d’écriture de Madeleine d’Agaÿ, et d’autres jeunes filles de ce temps, voir Chantal Guyot, Ecriture intime et mémoire familiale en Pays d’Aix, op.cit.Le personnage de Chichon, vu à travers le journal de jeune fille de son amie Elise Chauméry a fait l’objet d’une analyse détaillée, et on peut lire en annexe, un très beau poème d’elle, datant du 28 novembre 1898.
15Marie-Christiane VOISON, L’éducation des petites filles chez la Comtesse de Ségur, Lyon, Presses universitaires de Lyon, 1987.
16Cf. Pierre BOURDIEU, La Distinction, éditions de Minuit, 1979.
17C’est le cas d’Elise Chauméry.
18A rapprocher de l’analyse faite par Anne MUXEL, Individu et Mémoire familiale, Paris, Nathan, 1996, 226 p.
19Le Journal de La Présidente a été déposé au musée Arbaud au décès de Monique de Ponthus.
20Eric MANSION-RIGAU, L’enfance au château, Paris, Rivages-Histoire, 1990, 317 p.
Haut de page

Table des illustrations

Titre « Jo » faisant le dos de chameau dans la plaine.© Musée Arbaud
URL http://rives.revues.org/docannexe/image/559/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 208k
Titre Cancans. © Musée Arbaud
URL http://rives.revues.org/docannexe/image/559/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 60k
Titre Damien de Castelet sur le motif. © Musée Arbaud
URL http://rives.revues.org/docannexe/image/559/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 69k
Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Chantal Guyot, « De Mère en filles et de la plume au pinceau », Rives nord-méditerranéennes, 24 | 2006, 75-87.

Référence électronique

Chantal Guyot, « De Mère en filles et de la plume au pinceau », Rives nord-méditerranéennes [En ligne], 24 | 2006, mis en ligne le 29 décembre 2008, consulté le 20 septembre 2017. URL : http://rives.revues.org/559 ; DOI : 10.4000/rives.559

Haut de page

Auteur

Chantal Guyot

Université Paul Cézanne

Haut de page

Droits d’auteur

© Tous droits réservés

Haut de page
  • Revues.org