Navigation – Plan du site
Héritages

Les femmes, la famille et le devoir de mémoire : les Trissino aux xvie et xviie siècles

Lucien Faggion
p. 53-62

Résumés

L’héritage peut être saisi dans l’étude d’une puissante famille noble de la Terre Ferme vénitienne (Vicence) : les Trissino connaissent au XVIe siècle des dissensions qui menacent et ruinent la stabilité de la Maison, ainsi que les équilibres intra- et interfamiliaux. Ces conflits rendent perceptibles les rivalités surgies pour l’héritage. Les vengeances affectent cette famille de l’aristocratie, dès les années 1540, mais prennent une ampleur spectaculaire dans le dernier tiers du XVIe siècle, ne laissant personne indifférent. Au-delà de ces règlements de compte parfois violents, les femmes jouent un rôle important, appelées à être à la fois gestionnaires des biens, en tant que veuves ou célibataires, et gardiennes de la mémoire familiale.

Haut de page

Texte intégral

1L’analyse de la famille Trissino permet de s’interroger sur les modalités de fonctionnement d’une Maison noble de la Terre Ferme vénitienne, sur sa capacité à gérer et à négocier le capital à la fois spirituel et matériel du nom, de la Casa. Les divers acteurs qui testent déclarent leurs préférences, se disputent, se défendent, se justifient, partagent leurs biens, contribuent à mettre au jour les liens tissés entre les différents membres, tels l’affection, les affinités, les craintes, rendant dès lors perceptibles les relations intra- et interfamiliales au sein de l’aristocratie de Vicence au début des temps modernes1. Quoique l’approche adoptée s’associe à une sorte de case study, centré sur un groupe familial au rôle politique majeur dans le Dominio, celle-ci présente néanmoins l’avantage de saisir des comportements, des idéaux et des aspirations qui ne sont pas dissociables de ce qui se passe au même moment auprès des autres lignages de la haute société urbaine : le prestige, le crédit, la richesse, la gestion des réseaux de clientèle et d’alliances par les Trissino, ainsi que les liens du sang et de l’amitié, permettent de mieux appréhender des pratiques sociales tout comme des codes de conduite.

2Les Trissino connaissent, dans le courant du XVIe siècle, une profonde remise en  question des équilibres relationnels qui traduisent l’existence de rivalités dues à l’héritage. Les règlements de compte se greffent sur un contexte politique et social très tendu et sont effectués par les représentants masculins de la famille Trissino. Cependant, les femmes, qu’elles soient épouses, veuves, tantes, religieuses, célibataires, ne vivent pas à l’écart de la maisonnée et détiennent un rôle qui est loin d’être insignifiant. Aussi figurent-elles, indirectement, dans le silence de leur demeure, au cœur des conflits nobiliaires, appelées à gérer le patrimoine, maintenir ou augmenter les biens légués, assurer la pérennité de la Maison dans une société où les hiérarchies de l’honneur et de la richesse ont détruit l’harmonie sociale et imposé de nouvelles règles que la classe dirigeante de la République ne manque pas de considérer. Ainsi l’héritage, le devoir de mémoire et les sentiments rythment la vie de chaque membre de cette famille noble de la Terre Ferme entre le XVIe et le début du XVIIe siècles.

Héritage, rivalités, violence : genèse d’un conflit

3Les différends dans lesquels sont impliqués les Trissino proviennent des choix matrimoniaux, ainsi que des décisions prises au sujet de l’héritage, qui donnent un cours heurté à l’histoire de cette Maison2. Tout commence avec le fils de Gasparo, le célèbre humaniste Giangiorgio, du colonnello des « Miglioranza », qui épouse en 1494 Giovanna Trissino, union de laquelle naît Giulio. Après le décès de Giovanna en 1505, le lettré humaniste reste veuf pendant près de deux décennies, se consacre à l’étude des textes anciens, écrit, publie, fréquente les cours de l’Italie, s’engage dans une activité politique intense qui l’amène à côtoyer l’empereur Charles Quint. De retour à Vicence, Giangiorgio prend la résolution de conclure un second mariage, probablement aux dépens de la parenté de sa première épouse, qui nourrit l’ambition d’obtenir l’héritage. C’est ainsi que Bianca Trissino, fille du juge Nicolò, veuve d’Alvise Trissino depuis 1522, devient son épouse en 1523, scellant du coup une nouvelle alliance, sans doute dans l’intention de préserver le patrimoine, mais à l’origine de rivalités. Ciro naît de cette union en 1524. Les dissensions familiales ne tardent pas à éclater et le couple décide en 1535 de se séparer : Bianca quitte Vicence pour la lagune où elle décède en 1540. Aux conflits qui opposent Giangiorgio à Bianca s’ajoutent ceux mettant en rivalité Giulio, le frère aîné, épaulé par la parenté de sa défunte mère, et Ciro, soutenu par son père, inégalité de traitement qui accentue davantage les divergences familiales, fait surgir des tensions entre Giulio et Giangiorgio. La situation est si tendue que le frère aîné, auquel sont attribués d’habitude la future direction de la maison et les biens, se voit exclu de l’héritage, est investi d’une fonction ecclésiastique et envoyé à Rome, auprès du souverain pontife, Clément VII. La richesse se situe au cœur des dissensions et font intervenir des membres de la parenté « Miglioranza ».

4Le tournant se situe dans les années 1540 : Ciro devient en 1543 héritier reconnu par son père, et Giulio, frère déshérité, auquel seule une fonction de chanoine est conférée, pourvu toutefois de divers appuis dispensés par des membres éloignés de la famille. A la fin des années 1540, Giulio est soupçonné d’embrasser la cause protestante, ce qui soulève des difficultés avec l’Eglise, au profit de son frère Ciro, sans doute responsable d’une telle accusation. Au décès de leur père en 1550, ils se trouvent engagés dans un conflit qui se résout en faveur de Ciro : la dénonciation au Saint Office d’une probable adhésion de Giulio à l’hérésie provoque une rupture définitive de l’équilibre familial. Bénéficiant au début du patronage d’une partie de la classe dirigeante vénitienne, férue de liberté républicaine, opposée à toute ingérence romaine dans les affaires relevant de l’Etat vénitien, Giulio est néanmoins abandonné et livré à son sort en 1573, où rien n’est fait pour le préserver de la justice. Il meurt ainsi dans les geôles de l’Inquisition à Venise en 1577. Jusqu’en 1573, les différends ont suivi les voies légales, les poursuites du Saint Office contre Giulio étant dues selon le chanoine persécuté à Ciro, à la tête d’un puissant réseau de connaissances et d’amis à Rome, afin que ceux-ci interviennent à Venise. Les autres dissensions, liées à celles que vivent les deux frères, suivent également une procédure judiciaire n’affectant pas l’équilibre de la branche « dal Vello d’Oro », ni leur intégrité physique. Toutefois, l’emprisonnement de Giulio, ainsi que les poursuites intentées contre son cousin et ami Alessandro, ayant adhéré à la nouvelle foi, renforcent les antagonismes. Des rumeurs de règlements de compte diffusées à Vicence suscitent à la fois la prudence de Ciro, qui choisit, craignant de mourir assassiné, de tester en novembre 1575 et de célébrer le culte de sa famille ; et la mobilisation d’une partie des « Miglioranza » qui n’entendent pas laisser Ciro avoir le mot de la fin. Dans la seconde moitié du XVIe siècle, les rivalités suivent un rituel organisé, régi par une logique propre à la Casa, favorable à l’idée de paix et de rééquilibrage relationnel. Le langage de la violence s’est en réalité insidieusement inséré dans l’espace de la Maison, à la recherche de l’honneur et de la pureté du lignage.

Le devoir de mémoire : une rhétorique au service du lignage

5Le point de vue des femmes permet d’appréhender ce qui se passe chez les Trissino, entraînés dans des actes parfois meurtriers. Si la violence physique semble revenir aux hommes – avant tout en qualité de mandataires –, les femmes, quant à elles, n’hésitent pas à défendre les leurs en cas d’homicide et s’adressent à Venise au nom de la justice et de la Maison à laquelle elles appartiennent. Aussi les plaintes envoyées dans la capitale dévoilent-elles à la fois une volonté de réparation que les victimes ne parviennent pas à obtenir, et une sensibilité contribuant à saisir les relations intersubjectives. Les Trissino connaissent des tensions qui constituent le contexte à la fois intra- et interfamilial, dans lequel évoluent les hommes de cette Maison : tel est le cas, en 1578, du noble Giovan Battista Piovene ou de son homologue, Antonio Lugo, en 1580, lequel se plaint des agissements d’Antonio Trissino, aristocrate vicentin, écrit-il, d’une mauvaise nature et d’une famille cruelle3. Les difficultés ne trouvent une issue que dans la violence, la seule en mesure de pacifier et de rétablir un équilibre imposé de l’extérieur. La faida affectant les Trissino repose sur la notion de mémoire, qui a été bafouée, dont la réparation est attendue. Les dissensions mettent en lumière un clivage de nature à la fois économique et psychologique entre les « dal Vello d’Oro », riches, puissants, et les autres membres « Miglioranza », qui ne peuvent pas supporter le pouvoir que détiennent Ciro et ses successeurs. La faida est contenue à l’intérieur des institutions qui lui attribuent une signification et une distinction sur la base d’une justice de type pénal, autoritaire, interne à l’unité sociale familiale, et d’une justice calculatrice qui préside aux interactions entre groupes placés sur le même plan d’égalité, celui de l’espace de la vengeance et de sa forme ritualisée.

6Le prix de la vengeance s’enclenche avec la mort du présumé coupable, une justice privée rendue par l’offensé pour obtenir un quelconque dédommagement dans l’optique du prix de l’honneur. Toutefois, l’Etat vénitien parvient à anéantir les confrontations violentes entre familles et les offenses de type égalitaire : les institutions apportent une caution morale et légale à l’intervention de l’Etat en y introduisant un type de contrat – la composition, l’acte de paix – liant l’offenseur, qui ne peut pas se désengager, sans encourir le risque d’enfreindre les lois et de se soumettre de nouveau à la justice. La famille offensée a le devoir de répondre au nom des valeurs familiales, une tâche qui incombe au membre masculin le plus proche de la victime. Mais l’acte peut impliquer l’ensemble d’une phratrie, qui peut être perçue comme un système de parenté au sens large. Après l’arrestation de Giulio à Venise en 1573, Ciro est assassiné en 1576 par six sicaires probablement mandatés par Giulio Cesare, un parent allié à Giulio. La faida ne parvient plus à adopter un langage logique et pacifique, éclate dans une violence déréglée, contraignant la République à intervenir et à briser le système vindicatoire traditionnel géré par les aristocraties du Dominio. Ainsi, l’un des fils de Ciro, Marcantonio, témoin de l’homicide de son propre père, sensible au culte des ancêtres, d’entente avec son frère Pompeo, avec lequel il a effectué une division des biens l’année précédente, afin d’éviter une confiscation de l’héritage familial par l’Etat, prend la résolution en 1583 d’assassiner, le jour du vendredi saint, Giulio Cesare, alors que celui-ci sort de la cathédrale de Vicence, et sans que personne, dans la foule, ne s’aperçoive de l’homicide perpétré. Ayant réalisé un acte réparateur, Marcantonio s’en remet ensuite à la cour prétorienne de Padoue, qui le relègue aux confins occidentaux de l’Etat pour quatre années, puis le bannit. Les règles de la réparation et de la réconciliation ne peuvent plus être fixées par la Casa, mais par une autorité externe – Venise –, en mesure d’établir un nouvel équilibre brisé par la haine. Du conflit privé on passe à un procès public supposant une prompte intervention de la classe dirigeante vénitienne qui impose la paix aux Trissino. Mais les ressentiments subsistent, le souvenir de l’affront et des successifs assassinats est trop récent tout comme les modalités de la réparation de l’offense que la famille souhaite réaliser selon un cérémonial codifié, sans l’aide de l’Etat. L’assassinat de 1576, puis celui de 1583, ne signifient pas la fin des hostilités intrafamiliales, mais tendent à révéler que la faida perd de sa logique réparatrice, une fois que Venise tente de la régulariser. Les différents lignages Trissino contribuent à renforcer le rôle du patriciat vénitien dans la réparation et la pacification. Les meurtres réalisés, les femmes entrent en scène au nom du lignage et de l’équité. Après l’assassinat de Giulio Cesare, pourtant soupçonné d’avoir commandité le crime de Ciro en 1576, sa mère Ippolita, ainsi que son oncle Francesco, âgé de soixante-dix ans, adressent le 30 avril 1583 une supplique à Venise pour obtenir réparation et ne manquent pas d’utiliser une rhétorique destinée à souligner l’injustice commise et le dévouement des plaignants envers l’Etat vénitien (servitori devotissimi), la cruauté de leurs adversaires – l’auteur du crime de Giulio Cesare. Les superlatifs sont utilisés au sujet de l’acte perpétré par les ennemis de la famille de la victime (sceleratissimi et crudelissimi huomini), la paix est soulignée (il ben vivere et la pace), car elle a été bafouée, l’attention à la conservation de la Casa rappelée4. Le récit livré tend à montrer la perfidie dont se sont rendus coupables leurs ennemis « dal Vello d’Oro » contre son fils, l’unica speranza della conservazione della Casa5, l’unico bene d’Ippolita.

7En juillet 1587, des escarmouches ont lieu, des menaces sont proférées aussi bien à Vicence que dans l’arrière-pays. Mais, en 1588, se produit un des assassinats les plus retentissants à Vicence : Ranuccio Trissino, ennemi des « dal Vello d’Oro », s’introduit dans la maison de Pompeo, trouve son épouse et son nouveau-né, et les tue en suivant un rituel qui renvoie à celui réalisé en 1583 contre Giulio Cesare. Cependant, les difficultés perdurent au début du XVIIe siècle : la supplique d’Ippolita de 1583 trouve une réponse dans celle adressée à Venise par Pompeo le 21 juillet 1603. Il est ainsi possible de mesurer l’ampleur des désaccords et du clivage existant chez les Trissino en l’espace de vingt ans. Fils de Ciro, Pompeo, déjà affecté par l’assassinat commis contre son père en 1576, puis par celui de son épouse et de son nouveau-né, évoque à son tour l’état du lignage « dal Vello d’Oro », contre lequel ses adversaires semblent avoir projeté la ruine6. L’instance de résolution demandée ne parvient pas toujours à trouver une application immédiate, mais l’attitude des sujets du Dominio a changé. Au lieu d’adopter le système vindicatoire traditionnel, autrefois le monopole des noblesses désireuses d’appliquer leurs propres règles et rituels de pacification, les élites urbaines cherchent désormais à recourir à Venise, la véritable et unique instance en mesure d’instaurer la paix, sur la base d’une nouvelle logique de la réparation, avec la volonté d’affaiblir l’autorité ancestrale des aristocraties. La mémoire, ainsi que l’honneur, des classes dirigeantes se trouvent redéfinis par le patriciat vénitien qui contrôle les réseaux de clientèle et parvient à imposer le devoir d’oubli, afin d’instaurer et de maintenir la paix dans les foyers nobles du Dominio.

Amour, amitiés, liens du sang : l’affectivité féminine

8Les testaments rédigés par les femmes de la Maison Trissino permettent de cerner les sentiments qui motivent chacune d’entre elles à l’imminence de la mort. Les choix effectués, les attentions formulées témoignent de l’importance de la tendresse, perceptible dans les actes notariés, qui peuvent trouver un espace particulier, probablement privilégié, liant les acteurs à la loi de Dieu et à celle des hommes. Au-delà de certaines expressions qui paraissent s’intégrer dans un genre convenu, intériorisé, destiné à revendiquer la pérennité des liens familiaux et la stabilité des différents lignages, le vocabulaire utilisé peut traduire l’affectivité de celles qui sont amenées à tester aux XVIe et XVIIe siècles.

9Les mots employés dans les actes notariés – en l’occurrence dans les testaments, les donations entre vivants, les actes de paix et les compromis – rendent compte des liens qui rapprochent les individus, faisant ressortir leurs inclinations personnelles, telles que l’amour et l’amitié comme c’est le cas le 1er mai 1576, lors de la division effectuée avec l’accord des différentes parties, entre la mère Quieta, la fille Trissina et Alvise, fils de Girolamo, beau-frère de Quieta, partage réalisé per amorevole concordio7. Quieta, fille du comte Antonio dalla Frativa, veuve du juge et chevalier Giovanni Trissino, teste le 3 février 1583, et attribue à Cornelio, le fils naturel de son défunt mari, 300 ducats, puis à sa diletta figlia Trissina, l’épouse de Pietro Conti, 4000 ducats de la dot, ainsi que le statut d’héritière universelle8. Elle a ainsi rédigé un fidéicommis en faveur de sa fille unique, de ses enfants de sexe masculin et des descendants de ces derniers. Mais le 11 septembre 1590, Trissina étant décédée, Quieta désigne comme héritiers universels les fils de celle-ci, Girolamo, Giovanni, Rinaldo et Ascanio, leur laissant sa dot de 4000 ducats, cédée précédemment à sa fille9. Le testateur peut également exprimer sa tendresse pour son épouse : ainsi en est-il du juge Giovan Battista Trissino, le 28 août 1630, quand il confie ses biens à Bianca, sa carissima et amorevole femme, car celle-ci a su mener avec sagesse l’éducation des enfants dans la crainte de Dieu10.

10Les liens du sang, le respect dû au lignage, engagent les femmes au nom de l’honorevolezza et de la reputatione de la Casa, comme le prouve Elisabetta Cividale, veuve de Giuseppe Trissino, fidèle à sa propre famille, qui décide, le 22 octobre 1578, de léguer ses biens à certains membres de la parenté proches par voie agnatique et cognatique : à Fabrizio della Scroffa et à Antonio Cividale. Quant à sa dot, elle donne 500 ducats au jeune Alessandro Cividale, qui est orphelin, mais s’il ne peut en bénéficier pour cause de décès prématuré, cette somme revient à Cinzia11. Issue de la noblesse de Padoue, veuve d’Emilio Trissino, Camilla Colzè désigne, quant à elle, le 31 janvier 1607, Fabio, Achille et Antonio héritiers universels12. Mais, dans l’hypothèse où il n’y a pas de descendance, tout revient à son propre frère qualifié de diletissimo. Le testament n’est pas le seul outil juridique permettant de dévoiler des sentiments, exprimés parfois dans un lexique convenu, laissant de prime abord peu de place à l’affection. Il en est d’autres qui révèlent des liens profonds : par exemple, le 25 janvier 1608, Ardemia Piovene, veuve d’Alvise Trissino, décide que son fils Pietro, unico et diletissimo, puisse tenir sa propre maison et entretenir sa famille avec honneur et réputation. Elle prend le parti d’établir une donation entre vivants, soulignant sa bonne volonté et son amour, mais le doute, pourtant, l’assaille sur le sort que son fils peut lui réserver, une fois en possession des biens, d’où une clause de réserve lui permettant de se rétracter s’il ne l’aime pas, ne l’honore pas, ne la révère pas13.

11L’affection, la bienveillance, la reconnaissance de services rendus aident à saisir les liens intersubjectifs que les femmes et les hommes entretiennent dans leur vie quotidienne. Tel est le cas de Serena Pogliana, veuve d’Achille Trissino, qui s’en remet, en 1611, à Cassandra Caldogno, qu’elle tient pour sa mère, afin que celle-ci fasse célébrer des messes en l’honneur de saint Grégoire14. Cette attention s’étend également à des domestiques telles Isabella, son antica et amorevole femme de chambre. L’héritier universel est son fils Achille, mais elle insère une clause défensive, afin de préserver les biens familiaux des éventuelles confiscations imposées par l’Etat en cas de crimes, si nombreux à l’époque au sein de l’aristocratie. Aussi Serena choisit-elle, à l’instar de ses homologues hommes, la préservation du nom et de la Maison, et préfère-t-elle maintenir intacte la fortune de sa famille. L’éducation d’Achille, encore mineur, doit être confiée à son propre frère Nicolò Pogliana, désigné comme tuteur et curateur. Son affection s’étend à l’ensemble de la parenté qu’elle qualifie d’amorevoli parenti, en particulier à Giulia Trento, sa belle-sœur, qui aime Achille comme s’il avait été son fils. Cependant, Serena effectue, le 21 mars 1617, quelques modifications qui dévoilent le jeu relationnel existant entre les différents membres de la Maison : le curateur et le tuteur est désormais Francesco Caldogno, mais il faut qu’Achille soit néanmoins élevé dans la maison de Bonifacio Pogliana et de ses frères, ses diletissimi nepoti, con ogni affetto, le confiant précisément à l’attention de sa belle-sœur Luciana, en qui elle est convaincue qu’elle traite Achille comme son propre fils15. Elle tient également à rassurer Giulia Trento, sa belle-sœur, qui n’a pas été retenue pour cette tâche et risque donc de se sentir blessée. Elle a préféré que les Pogliana s’occupent de l’éducation de son fils qu’ils peuvent traiter comme leur propre frère16. La testatrice prête une attention particulière à l’éducation de son fils, et écarte son frère Nicolò, au profit de Francesco.

12L’héritage soulève des convoitises souvent difficiles à résoudre, dont rend compte le testament de Bianca Priante, issue d’une famille liée au monde de la judicature, appartenant aux groupes émergents17 : le 15 juin 1611, Bianca, épouse de Pietro Trissino, décide qu’Annetta soit retenue comme l’héritière universelle, la moitié de sa dot devant profiter à son père Priante Priante – che è il suo sangue – et à ses frères. Mais les conflits ne manquent pas de surgir entre Pietro et les Priante, car il estime que son épouse a été manipulée par sa famille d’origine18. Aussi le mari se plaint-il, en juin 1615, que Bianca, malade, ayant d’abord résidé dans son domicile de la localité de Serego, ayant été ensuite transférée volontairement chez son père à Vicence, agisse contre ses intérêts et les liens familiaux, ainsi que ceux de l’amitié – alterata l’amicitia e parentato –, exigeant que le testament soit annulé19.

13Dans le dernier tiers du XVIe siècle, la famille de Ciro Trissino, mort assassiné en 1576, connaît également de vives tensions relatives aux biens à léguer aux différents membres : le 29 mars 1589, un compromis est signé chez Pompeo, représentant de l’illustre lignage « dal Vello d’Oro », opposant Elpidia et ses deux frères, Pompeo et Marcantonio, au sujet de la legittima20, ainsi que des biens paternels et maternels21. Les liens du sang, la stretezza et congiontion del sangue, les poussent à rechercher une solution pacifique grâce à l’intervention de deux arbitres, le juge Gasparo Trissino et le chevalier Lelio Pogliana, comuni et amorevoli parenti. Pompeo ne manque pas, à son tour, en avril 1613, d’exhorter ses enfants à vivre en communauté de biens, et à laisser leur mère prendre la direction de la maisonnée ou, en cas de décès, à tout remettre au frère aîné, Teodoro, qui obtient la fameuse villa de Cricoli : l’important, ajoute-t-il, est que l’amour perpétuel les maintienne unis22. Pourtant, quelques années plus tard, la situation ne paraît guère avoir évolué, car les difficultés sont toujours aussi aiguës. Ainsi Elpidia, âgée sans doute de 67 ans, décrit en 1615 la situation dans laquelle elle a vécu23. Au temps de son frère Marcantonio, elle pouvait disposer en toute liberté des biens qu’elle possédait, mais son frère Pompeo la tracassait et ne voulait pas qu’elle puisse bénéficier de la dot maternelle, car elle était restée célibataire. Elle avait de plus élevé son neveu Ascanio et ses nièces, Cecilia et Florida, enfants naturels de Marcantonio, décédé en Flandres en 1604. L’amour de la tante pour ses neveux est si important qu’elle préfère ajouter une clause défensive au cas où la vie d’Ascanio est menacée par Pompeo et ses fils. Elle stipule que, en l’absence d’héritiers, ses biens doivent revenir à la République, en priant sua Serenità per le viscere di Christo de venger les injures qu’elle peut éventuellement subir. L’attention et l’attachement pour son neveu ne sont pas démentis le 7 juin 1618 par Costanza, la sœur d’Elpidia, qui lui cède la maison occupée à Vicence, ainsi que trois autres situées à Cornedo, dans le Haut-Vicentin, tandis que les héritiers universels sont Teodoro, Giangiorgio, Marcantonio, fils de Pompeo. Si ces derniers veulent récupérer la maison de Vicence, ils doivent remettre à Ascanio 1000 ducats par arrangement – accommodamento – que doit effectuer le juge collégial Simandio Chiericati24.

14L’attitude bienveillante d’Elpidia et de Costanza, qui expriment de l’affection pour leur neveu, permet d’appréhender un aspect fondamental lié au lignage, à l’idée de la pureté de la Maison, à l’héritage et à l’hérédité : la présence des enfants illégitimes et le sort qui leur est réservé. Les testateurs ne peuvent pas – ou ne veulent pas – occulter la présence des enfants naturels : quelle est leur attitude ? Comment sont-ils intégrés dans le partage officialisé par le notaire ? L’enjeu se situe entre la fidélité au lignage et à l’honneur, et les sentiments exprimés par ceux qui sont amenés à tester25. Les enfants nés d’amours illicites ne peuvent prétendre hériter des biens paternels, contrairement à leurs frères légitimes, mais il existe néanmoins des cas où ils peuvent détenir quelques biens et s’inscrire dans une telle relation d’échanges, même si celle-ci est dispensée de façon parcimonieuse : la quête des biens est souvent difficile, comme le prouve le cas d’Ascanio et de ses deux sœurs naturelles protégés par leur tante Elpidia, ou de Giulio Trissino, fils illégitime de Giovanni26. Giulio redoute d’être persécuté alla morte par le comte Giulio Cesare, fils de Ludovico. Craignant pour sa vie, délaissé par la Maison Trissino, Giulio décide de tester en 1580, afin de sauvegarder ses biens et ses intérêts. Quant à Ascanio, il est au cœur des dissensions du lignage « dal Vello d’Oro », en mai 1607, lors du litige opposant Elpidia et Costanza à Pompeo, l’héritier universel27. Le neveu, cependant, est reconnu par ses deux tantes qui se chargent de le défendre.

15Les femmes de la Casa Trissino jouent un rôle parfois important, sans doute discret, dans la gestion des affaires familiales : la responsabilité du lignage, la préservation du patrimoine, la défense de l’honneur nobiliaire, ne sont pas un apanage masculin. Le veuvage ou le célibat permettent de saisir leurs préférences orientées essentiellement vers l’héritage et l’hérédité, soulignant l’existence des liens du sang et de l’amitié. Dans le cadre des tensions divisant les aristocraties de la Terre Ferme, la vengeance peut être lue sous l’angle de la mémoire familiale, bafouée par des conflits à la fois politiques et culturels, défendue par les victimes comme par les femmes. Les Trissino connaissent une série d’assassinats dans les dernières décennies du XVIe siècle, relevant du coup l’importance de la richesse à laquelle sont parvenus certains d’entre eux. Le rappel constant de Ciro, puis de Pompeo, à leur illustre ancêtre humaniste Giangiorgio, ne peut que créer rancœur, amertume, jalousie et haine au sein de la Maison. La convoitise de plusieurs héritages, la mise à l’écart de Giulio, forcé à devenir chanoine et réduit à l’exclusion, l’exil d’Alessandro, ont exaspéré une ancienne famille de la noblesse, fière de son passé, entraînée dans des conflits meurtriers dans la deuxième moitié du XVIe siècle, au nom du lignage, de l’honneur et de la fortune.

Haut de page

Notes

1Sur les Trissino, lire L. FAGGION, « Disordini in una famiglia dell’aristocrazia vicentina : i Trissino nella seconda metà del ‘500 », Acta Historiae, 10 (2002), p. 285-304. Sur la famille dans la République de Venise, lire A. BELLAVITIS, Identité, mariage, mobilité sociale. Citoyennes et citoyens à Venise au XVIe siècle, Rome, 2001 ; S. CHOJNACKI, Women and Men in Renaissance Venice. Twelve Essays on Patrician Society, Baltimore-Londres, 2000 ; C. POVOLO, Percorsi genealogici. Storie di donne in una famiglia dell’aristocrazia vicentina, Vicence, 1990 ; Id., L’intrigo dell’Onore. Poteri e istituzioni nella Repubblica di Venezia tra Cinque e Seicento, Vérone, 1997 ; Id., La primogenitura di Mario Capra (Vicenza, 1619-1626), Vicence, s.d.. Voir également C. KLAPISCH-ZUBER, La maison et le nom. Stratégies et rituels dans l’Italie de la Renaissance, Paris, 1990 ; O. NICCOLI, (éd.), Rinascimento al feminile, Rome-Bari, 1991 ; S. SEIDEL MENCHI, A. JACOBSON SCHUTTE, T. KUEHN, (éd.), Tempi e spazi di vita femminile tra medioevo ed età moderna, Bologne, 1999.
2La famille Trissino est divisée en deux branches : d’une part, les « Miglioranza » ; d’autre part, les « Panensacco ».
3Archivio di Stato de Venise [désormais : Arch. Stato de Venise], Collegio [désormais : Coll.], Risposte di fuori [désormais : R.f.], registre 332 (1578), 5 août ; voir aussi le registre 334 (1580), qui oppose Antonio Lugo à Antonio Trissino, qualifié de « nobele vicentino huomo de pessima natura et crudele fameglia ».
4Arch. Stato de Venise, Coll., R.f., registre 337.
5Giulio Cesare Trissino, fils unique, était le seul espoir pour la conservation de la Maison, l’unique bien d’Ippolita.
6Arch. Stato de Venise, Coll., R.f., registre 356.
7Biblioteca Civica Bertoliana [désormais : B.C.B.], Vicence [désormais : Vi], Archivio Trissino [désormais : Arch. T.], fonds « istromenti » [désormais : fds. istr.], carton 15 [désormais : c.].
8B.C.B., Vi, Arch. T., fds. istr. c. 15
9B.C.B., Vi, Arch. T., fds. istr. c. 16
10B.C.B., Vi, Arch. T., fds. istr., c. 22. Cependant, le testament a été ouvert le 22 septembre 1630.
11B.C.B., Vi, Arch. T., fds. istr., c. 15
12B.C.B., Vi, Arch. T., fds. istr., c. 19.
13B.C.B., Vi, Arch. T., fds. istr., c. 19.
14B.C.B., Vi, Arch. T., fds. istr., c. 20. Testament du 31 décembre, mais celui-ci est ouvert le 22 mars 1617.
15B.C.B., Vi, Arch. T., fds. istr., c. 20. Deuxième testament de Serena Trissino.
16B.C.B., Vi, Arch. T., fds. istr., c. 20. Elle indique ainsi qu’elle souhaite que ses nipoti éduquent Achille « in amore et carità con essi perché li possino esser sempre fautori et prottetori come se le fosse proprio fratello ».
17L. FAGGION, Les Seigneurs du droit dans la République de Venise. Collège des Juges et société à Vicence à l’époque moderne (1530-1730 env.), Genève, 1998.
18B.C.B., Vi, Arch. T., fds. istr., c. 20.
19B.C.B., Vi, Arch. T., fds. istr., c. 20, 6 juin 1615.
20La legittima : le père octroie à sa fille un apport qui équivaut à la part à laquelle elle a droit, part appelée legittima. Mais la valeur de la dot a été soumise aux statuts de la ville, à l’idéologie du lignage, aux valeurs agnatiques et à la consanguinité masculine. C. POVOLO, L’intrigo dell’Onore, op. cit., passim ; A. LORENZONI, Instituzioni del diritto civile privato per la provincia vicentina, Vicence, 1785, § 499-501, 504, 506.
21B.C.B., Vi, Arch. T., fds. istr., c. 16.
22B.C.B., Vi, Arch. T., fds. istr., c. 20, testament du 20 avril 1613, complété par un codicille le 7 juin 1616.
23B.C.B., Vi, Arch. T., fds. istr., c. 16 ; c. 19, 26 mars 1607 ; 22 mars 1607 ; 10 janvier 1607 (procura) ; c. 20, décembre 1615.
24B.C.B., Vi, Arch. T., fds. istr., c. 20. Testament de Costanza Trissino, veuve du chevalier Antonio Muzan.
25Le sujet de l’illégitimité reste ouvert dans le cadre de la République de Venise. Lire L. MENEGON, « I figli naturali nell’ambito della famiglia patrizia veneziana in età moderna. Un primo approccio », Terra d’Este. Rivista di storia e cultura, 7 (1997), p. 73-95.
26B.C.B., Vi, Arch. T., fds. istr., c. 15, 4 mai 1580, testament de Giulio Trissino à Cornedo ; c. 19, codicille d’Elpidia Trissino, 23 juillet 1607.
27B.C.B., Vi, Arch. T., fds. istr., c. 19, 22 mai 1607.
Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Lucien Faggion, « Les femmes, la famille et le devoir de mémoire : les Trissino aux xvie et xviie siècles », Rives nord-méditerranéennes, 24 | 2006, 53-62.

Référence électronique

Lucien Faggion, « Les femmes, la famille et le devoir de mémoire : les Trissino aux xvie et xviie siècles », Rives nord-méditerranéennes [En ligne], 24 | 2006, mis en ligne le 29 décembre 2008, consulté le 20 septembre 2017. URL : http://rives.revues.org/556 ; DOI : 10.4000/rives.556

Haut de page

Auteur

Lucien Faggion

UMR TELEMME

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

© Tous droits réservés

Haut de page
  • Revues.org