Navigation – Plan du site
Hérédités

La télégonie, ou les nuances de l’hérédité féminine

Anne Carol
p. 11-21

Résumés

La télégonie est la croyance selon laquelle une femme, fécondée ou déflorée par un premier homme, produit ensuite des enfants à sa ressemblance quel que soit le géniteur. Cette croyance, portée par la zootechnie, connaît une certaine diffusion dans la littérature médicale et romanesque du XIXe siècle, quoique ne reposant pas sur les textes anciens, avant de disparaître dans l’entre-deux-guerres. Les explications et les représentations des mécanismes de cette forme d’hérédité particulière montrent la prégnance de représentations du corps de la femme comme un support, malléable et inachevé, et la façon dont ces représentations composent, malgré tout, avec la construction du savoir scientifique moderne.

Haut de page

Texte intégral

1Cet article, disons-le d’emblée, ne constitue qu’une des premières étapes d’un travail en cours sur les rôles respectifs de l’homme et de la femme dans la génération et dans les phénomènes d’hérédité ; c’est dire son caractère peu achevé, sa prétention restreinte à n’être qu’un bref état de recherches en cours.

2En particulier, là où il aurait fallu sans doute commencer par un dépouillement minutieux des sources du XVIIe au XXe siècle concernant les différents systèmes de génération et la place attribuée aux deux sexes dans la détermination de l’hérédité, ma démarche sera inverse, et consistera à partir de sources tardives (de la deuxième moitié du XIXe siècle et du début du XXe) décrivant un cas très particulier d’hérédité : la télégonie.

3Avant de définir la télégonie, rappelons brièvement l’état des savoirs concernant la génération et l’hérédité au XIXe siècle. Quelles sont les strates de savoir accumulées en la matière ?

4Jusqu’au XVIIe siècle, la théorie de la génération est dominée par le séminisme, hérité d’Hippocrate. Cette théorie postule que le fœtus provient du mélange de deux semences, masculine et féminine. La théorie séministe (encore défendue par certains à la fin du XVIIIe siècle) proposait un cadre assez simple pour expliquer les phénomènes héréditaires : issue de chacune des parties du corps des procréateurs, la semence en reflétait les nuances. Le mélange des deux semences apportait donc à l’enfant qui en était le produit des traits de chacun des procréateurs, les variations dans la proportion des ressemblances s’expliquant par le degré de force vitale des procréateurs, ou, par exemple, leur enthousiasme relatif1.

5Les XVIIe et XVIIIe siècles voient s’affronter, outre les défenseurs attardés du séminisme, les ovistes et les animalculistes, défenseurs de théories nouvelles ; la science se déchire entre ceux qui penchent pour le rôle prépondérant du germe féminin, l’ovule, et ceux qui ne jurent que par l’action du germe masculin, l’animalcule. Or, en matière d’hérédité, les théories ovistes et animalculistes compliquent les choses. En faisant de chaque germe le point de départ exclusif de la vie future, et en n’accordant à l’autre sexe qu’un effet secondaire de stimulation ou de nourriture, les partisans de ces théories ont rejeté l’épigenèse jusqu’alors en vigueur au profit du préformationnisme. Chaque germe (œuf ou animalcule) contient en effet l’être futur, préformé, qui n’a plus qu’à se développer ; on sait que poussée à l’extrême, cette théorie préformationniste suppose l’emboîtement des germes à l’infini (les ovules d’Eve contenant, emboîtés, les ovules de sa descendance). Dans tous les cas, l’hérédité s’explique moins aisément dans ce schéma, ou du moins, elle semble par nature disproportionnée, unilatérale ; l’action héréditaire de l’autre procréateur ne peut se limiter qu’à des retouches2.

6Ces théories ne sont pas exclusives ; coexiste par ailleurs avec elles un autre mode de pensée, qui consiste en la croyance dans le rôle fondamental joué par la mère et plus précisément par la grossesse dans la formation définitive de l’enfant. Même si, comme je l’ai montré ailleurs3, le rôle de la matrice dans la physiologie de la procréation recule, celle-ci continue, pense-t-on, à exercer son influence, et à travers elle, toute la mère, sur le fœtus et son évolution. En particulier, les débats assez animés qui opposent les tenants des effets de l’imagination sur les femmes enceintes et ceux qui minimisent ces effets, sont connus et témoignent de l’importance de cette croyance.

7Au XIXe siècle, si ces polémiques semblent effacées, les théories de la génération restent toutefois extrêmement obscures ; l’ovulation spontanée est certes connue depuis la fin de la monarchie de Juillet ; le rôle des ovules est donc consacré. On reconnaît aussi l’existence des spermatozoïdes mais leur action dans la fécondation est mal évaluée, jusqu’aux années 1870 au moins.

8L’hérédité et ses mystères fascinent parallèlement le mode savant et profane ; cette fascination ne cesse d’ailleurs de croître, prenant même un caractère morbide dans le contexte de pessimisme qui suit la défaite de 1870. L’hérédité y devient une force fatale, qui rend implacable le mécanisme de la dégénérescence et motive les inquiétudes des eugénistes4. De nombreuses tentatives sont faites pour en inventorier les lois, à défaut d’en expliquer les mécanismes, tentatives dont le volumineux livre de Prosper Lucas, le Traité physiologique et philosophique de l’hérédité naturelle dans les états de santé et de maladie du système nerveux, publié en 1847-1850, constitue un exemple pionnier. Lucas définit ainsi plusieurs formes d’hérédité possible : hérédité par fusion, par juxtaposition, par dissémination, directe, indirecte, en retour… qui inspireront notamment Zola. Darwin, Galton, et d’autres biologistes proposent également des théories qui s’accumulent sans réellement convaincre. Les travaux de Mendel, publiés en 1866, qui sont à l’origine de la génétique moderne, passent ainsi inaperçus, faute de reposer en parallèle sur une bonne connaissance des mécanismes de la fécondation. Ce n’est en effet qu’entre 1875 et 1885-1890 environ que sont découverts successivement la fusion des noyaux spermatiques et ovulaires, la présence de chromosomes dans les cellules, l’appariement des chromosomes des cellules germinales dans la fécondation ; se développe alors, à partir des années 90, grâce à Weismann, la théorie moderne de l’hérédité chromosomique.

9Cette mise en perspective grossière faite, qu’appelle-t-on la télégonie ? Le Larousse pour tous, à la veille de la première guerre mondiale, la définit ainsi : « n.f., du grec têle, loin, et gonos, semence. Influence du premier mâle sur les rejetons ultérieurs d’une même femelle à la production desquels il n’a pas participé ». Exprimée simplement, c’est l’idée selon laquelle des enfants conçus d’un second lit peuvent ressembler à l’occupant du premier, au premier mari, amant, compagnon, ou « mâle ».

10Le mot de télégonie est récent et n’est pas exclusif : il date du début du XXe siècle et tend à remplacer d’autres dénominations : hérédité d’influence ou par influence, imprégnation maternelle. Il coexiste avec d’autres termes contemporains comme hérédité fraternelle, hérédité indirecte, atavisme en retour, infection maritale… qui supposent implicitement, comme les précédents, une explication – on y reviendra. Télégonie a l’avantage d’être simplement descriptif et donc, plus neutre, et c’est la raison pour laquelle on l’utilisera préférentiellement.

Une théorie récente

11Un premier point sur lequel il me paraît important d’insister, c’est le fait que cette théorie étrange et presque farfelue ne peut se réduire, comme on pourrait le penser, à un héritage, une trace résiduelle de systèmes de génération anciens, plus ou moins baroques5.

12L’âge d’or de la télégonie se situe en effet tardivement, entre 1860 et 1920, c’est-à-dire, précisément, à un moment où les théories de la génération et de l’hérédité se renouvellent et entrent dans leur modernité. Les auteurs qui tentent au XIXe siècle d’en retracer l’historique (par exemple ceux qui lui consacrent une thèse de médecine) sont d’ailleurs bien embarrassés pour s’appuyer sur des autorités anciennes. On cite Hippocrate ou Adolbrandi, mais pour des phénomènes se rattachant plutôt aux effets de l’imagination sur la mère. Il ne semble donc pas y avoir réellement de grand texte classique sur la question, mais plutôt une croyance diffuse et populaire, qui trouverait sa source dans quelques références savantes éparses et surtout dans des observations faites sur les animaux. De ce point de vue, le rôle joué par les éleveurs dans la construction et l’accréditation de la théorie télégonique semble fondamental. Selon certains auteurs, les premières mentions de la télégonie se trouveraient d’ailleurs dans la littérature cynégétique et dans les traités d’hippologie. Elle serait un fait bien connu des éleveurs, qui n’hésiteraient pas, par exemple, à sacrifier une jeune chienne couverte par erreur par un bâtard. Tous les auteurs qui s’intéressent à la télégonie se réfèrent donc, plutôt qu’à un Ancien, à l’observation liminale d’un éleveur anglais, en 1815, Lord Morton, qui en aurait constaté les effets sur une de ses juments. Celle-ci, accouplée d’abord à un couaggar (une sorte de zèbre), aurait donné lors de saillies ultérieures, naissance à des poulains porteurs de la robe rayée caractéristique de son premier partenaire.

13On sait qu’outre-Manche, les éleveurs sont particulièrement attentifs à ces questions d’hérédité et qu’ils alimentent donc en observations les revues savantes de biologie et de médecine ; ces observations accumulées, limitées à l’animal, ont bien du mal toutefois à se frayer un chemin dans les publications médicales françaises avant la fin du siècle. Or, le contexte change à cette époque ; d’abord, dans le cadre de la médecine expérimentale, l’habitude se prend de tester sur des animaux les hypothèses et les théories intéressant évidemment l’homme. En outre, les théories de la génération et de l’hérédité sont, on l’a vu, profondément renouvelées à cette date par une série de découvertes qui avivent la curiosité. C’est peut-être ce qui explique cette poussée tardive de la télégonie dans les cercles scientifiques français.

Esquisse de chronologie

14Dans le cas français, l’intérêt médical pour la télégonie démarre donc timidement au milieu du XIXe siècle. Dans son Traité physiologique et philosophique…, Lucas mentionne brièvement son existence. Il y évoque en effet ce qu’il appelle « l’hérédité d’influence », tout en admettant que ces faits sont rares dans l’espèce humaine. Devay, peu après, revient à nouveau brièvement sur la question dans son Traité spécial d’hygiène des familles (1858), pour souligner l’intérêt de lancer de vraies recherches.

15Dans un premier temps, l’influence de ces auteurs, pourtant fort lus, reste restreinte. C’est surtout dans le domaine littéraire que la télégonie humaine connaît une certaine fortune.

16L’historien Jules Michelet semble ainsi persuadé en son existence ; dans L’Amour, publié en 1859, il écrit par exemple : « Ce qui est sûr, c’est que la veuve a souvent du second mari des enfants semblables au premier. (…) Elle vous appartient à ce point que, même si l’amant la féconde, c’est un enfant de vous et marqué de vos traits qu’elle lui donnera le plus souvent. Il aura cette punition de voir qu’il n’a pu avoir d’elle rien de réel ni de profond et que, dans le point capital, l’union génératrice, il n’a pu la rendre infidèle » ; plus loin, il ajoute : « la femme fécondée portera partout son mari en elle6. » Dans son Histoire de France, il cite d’ailleurs le cas du fils de madame de Montespan, qui ressemblerait davantage au premier mari de la mère.

17Michelet a peut-être lu le livre du docteur Lucas. On sait avec certitude que c’est le cas de Zola, qui a pris des notes abondantes et s’en est inspiré pour écrire sa fresque des Rougon-Macquart, où, en bon « naturaliste », il se plaît à combiner les effets de l’hérédité et du milieu sur ses personnages. De fait, quelques uns des personnages des Rougon-Macquart vérifient la loi de la télégonie : Nana, ainsi, ressemble au premier amant de Gervaise, Lantier ; cette théorie est en outre défendue par le docteur Pascal dans le dernier tome de la série. Mais c’est surtout dans Madeleine Férat, publié en 1868 (avant donc les Rougon-Macquart) que Zola développe la théorie de « l’imprégnation ». Un ami de Zola, Marion, qualifie d’ailleurs Madeleine Férat de roman « sur l’impression de l’ovaire7. » L’héroïne éponyme, Madeleine, a eu, dans sa jeunesse, un premier amant, Jacques ; celui-ci meurt et elle épouse Guillaume, qu’elle ignore être un ami de Jacques. Confrontée sans cesse à son souvenir, elle finit par donner à Guillaume une fille, Lucie, qui est le portrait de Jacques. D’autres auteurs contemporains reprennent à leur compte la théorie de l’hérédité télégonique, notamment Catulle Mendès, Léon Bloy ou Barbey d’Aurevilly8.

18Parallèlement, des physiologistes et des anthropologues s’intéressent à cette hypothèse. Pour les uns, il s’agit d’expliquer des phénomènes d’hérédité, notamment morbides, voire d’élaborer une théorie globale sur l’hérédité (Claude Bernard, par exemple) ; les anthropologues, quant à eux, se penchent sur la théorie de l’imprégnation d’un point de vue racial, dans le contexte de la colonisation – on y reviendra.

19C’est toutefois à l’extrême fin du XIXe siècle et au début du XXe siècle que l’intérêt pour la télégonie semble culminer : des articles paraissent dans la presse médicale, des étudiants choisissent d’en faire leur sujet de thèse, des débats s’esquissent dans les sociétés savantes, et notamment à l’Académie des Sciences, à la Société d’Anthropologie, ou à la Société de Biologie. Défenseurs et détracteurs de la télégonie échangent des arguments, notamment en réalisant des expériences sur des souris ou des chats. Après la guerre, moment où la télégonie est à nouveau discutée avec passion, l’intérêt décroît et la question n’est, semble-t-il, plus abordée.

Représentations et hypothèses

20Cette chronologie sommaire esquissée, il est temps de s’intéresser aux arguments et aux théories avancées par les défenseurs et les contempteurs de la télégonie. Ils me semblent refléter en effet non seulement les connaissances scientifiques des temps où ils s’expriment, mais aussi, – et pas seulement dans le cas des romanciers –, véhiculer un ensemble de représentations concernant la femme et la race.

21Défenseurs et détracteurs de la télégonie s’accordent, d’abord, sur la rareté des observations dans l’espèce humaine ; si les seconds se servent de cet argument pour discréditer la théorie, les premiers ne manquent pas d’objecter que l’observation est moins facile dans le cas de l’homme que dans le cas des souris : question de délais, bien sûr, de souplesse du matériel, de netteté des caractères héréditaires observables mais aussi de « fraude expérimentale » possible en l’absence d’un contrôle réel sur le moment de la fécondation. Un défenseur de la télégonie tente d’ailleurs de tourner la difficulté en lançant une enquête statistique auprès de médecins à la fin du siècle, enquête forcément décevante ; il n’est pas anodin que cette enquête soit proposée et réalisée en milieu colonial, où les contraintes sociales sont sans doute moins fortes, et où l’assimilation entre l’indigène et l’animal de laboratoire est peut-être plus facile. Les défenseurs de la télégonie soulignent de fait, par nécessité, le caractère intermittent, non systématique du phénomène, et condamnent ceux qui ne vont pas plus loin que cette rareté et rejettent en bloc le système.

22Mais comment expliquer la télégonie ? Les explications proposées sont multiples, et plus ou moins solidement construites. Quoi qu’il en soit, il est facile de retrouver dans ces explications, même renouvelées par les découvertes scientifiques, un certain nombre de continuités.

23Un premier niveau de justification, et peut-être le moins « scientifique » – du moins le moins argumenté –, réside dans l’emploi du raisonnement analogique ; on n’explique pas la télégonie, on la décrit à l’aide de comparaisons dont l’évidence a force persuasive. Ainsi, la femme prise par un premier homme subirait une sorte d’empreinte, de moulage qui la marquerait dans sa totalité, mais aussi plus particulièrement dans son appareil reproducteur. Dans cette vision, l’analogie se fonde sur les représentations traditionnelles du corps féminin comme inachevé, mou, à la fois perméable et malléable ; elle se conjugue d’ailleurs avec des croyances anciennes, comme celle selon laquelle le coït viriliserait la femme. Zola se réfère implicitement à ce raisonnement analogique vague lorsqu’il écrit, à propos de Madeleine : « On eut dit que Jacques, en la serrant contre sa poitrine, la moulait à son image, lui donnait de ses muscles et de ses os, la faisait sienne pour la vie…il laissa la jeune femme éternellement frappée à la marque de ses baisers, possédée à ce point qu’elle n’était plus seule maîtresse de son corps ; elle avait en elle un autre être, des éléments virils qui la complétaient et l’asseyaient dans sa force. C’était là un phénomène purement physique9. » Mais il n’en a pas l’apanage ; ce type de discours analogique et approximatif est aussi tenu des scientifiques comme le docteur Gaucher en 1904, convaincu que « le premier mâle frappe la femelle d’une empreinte qui marquera tous les enfants qui naîtront d’elles, même ceux d’un autre père10 », ou Boissard, accoucheur, en 1911 : « ainsi donc, la femelle vierge est marquée, dès la première conception, d’un signe indélébile, d’une empreinte permanente ; la première fécondation marque la femelle d’une manière ineffaçable ; on pourrait presque dire que c’est le sceau, la marque de fabrique que lui imprime le premier fécondateur 11. »

24A cette explication s’apparente un autre modèle explicatif, qui renvoie à la vieille théorie des effets de l’imagination sur la mère. Celle-ci postule, on le sait, que le produit d’une conception peut être influencé par tel ou tel spectacle perçu pendant le coït ou pendant la grossesse. Ici, la télégonie s’explique par l’état d’esprit éminemment impressionnable de la femme au moment de son premier coït, forcément inoubliable ; la nouveauté vient de ce que l’imagination continue d’agir au delà, chaque fois que l’expérience est répétée. « Les impressions produites sur la femme par le premier époux auraient été si vives, écrit ainsi Regnault en 1894, qu’elles persistent encore au moment d’une seconde conception12. » Un autre auteur précise que « les sensations du premier coït ont été si vives chez la femelle que son imagination a été vivement frappée par l’image du mâle. Dans les accouplements ultérieurs, la reproduction de ces mêmes sensations reporte l’attention de la femelle sur l’image du mâle avec lequel elle les a éprouvées pour la première fois. De sorte que pendant la durée de l’accouplement, cette image étant présente à son imagination, il en résulte chez le fœtus l’apparition de quelques uns des caractères de ce premier mâle13 ». C’est donc par le biais de la vue que la télégonie fonctionnerait : un auteur parle d’ailleurs « d’imprégnation par le regard14» Dans un ouvrage récent, Philippe Hamon compare ainsi la femme à une sorte de plaque photographique qui conserverait le souvenir de son premier contact avec la lumière15. Les effets de l’imagination peuvent être en tout cas s’exprimer de façon variée : soit en s’imprimant directement sur les traits du futur enfant, soit en mettant en branle des mécanismes plus complexes : c’est ainsi que s’explique, on l’a vu, la résurgence chez une mulâtresse quasi blanche, mariée en seconde noces à un blanc, d’enfants noirs ressemblant à son premier mari, par réactivation de caractères ataviques.

25Ces explications traditionnelles ont en commun d’interpréter la télégonie comme une sorte d’imprégnation immédiate et définitive occasionnée par le choc du premier coït ; elles se voient concurrencer ou compléter au fil du siècle, par des théories plus raffinées.

26Une autre série d’explications, défendue notamment par Darwin ou Claude Bernard, voudrait ainsi que le sperme du premier mâle ait abouti à une sorte d’imprégnation imparfaite (mais pas de fécondation) des ovaires ou des autres ovules présents dans l’ovaire de la femme. Selon la théorie darwinienne, « les ovaires de celle-ci sont quelque fois affectés par une fécondation antérieure au point que les ovules ultérieurement fécondés par un mâle différent portent nettement les traces de l’influence du premier mâle ; (il y aurait donc) diffusion, conservation et action des gemmules provenant des spermatozoïdes16. » Pour Claude Bernard, ce sont les oves « en attente » qui sont en quelque sorte imprégnés imparfaitement. Seul manquerait un stimulus extérieur pour provoquer leur maturation, stimulus apporté par les coïts ultérieurs. Certains évoquent même la possibilité d’une survie prolongée des spermatozoïdes, ou leur absorption, une fois mort, par les ovules.

27A la fin du siècle toutefois, de telles explications ne peuvent plus être acceptés, compte tenu des connaissances acquises par l’observation in vitro du mécanisme de la fécondation. Une nouvelle théorie séduit alors les partisans de la télégonie. Elle consiste à dire que c’est le premier fœtus, et non le sperme du premier mâle, qui transforme subtilement l’économie féminine et imprime sa marque sur les descendants ultérieurs. Par les échanges constants que la mère entretient, notamment par voie sanguine, avec son enfant, se transmettrait ainsi une série de modifications dont la cible peut varier selon les auteurs.

28Pour certains, comme Bard, c’est le voisinage du fœtus, en l’occurrence les ovules en attente qui seraient influencés ; on parle alors d’ « hérédité fraternelle » pour qualifier cette « induction vitale exercée par les cellules somatiques de l’embryon en voie de développement sur les cellules germinatives qui sommeillent près de lui dans les ovaires maternels17. »

29Pour d’autres, c’est tout l’organisme de la mère qui se trouve modifié par cette présence fœtale, modification qui retentit en retour inévitablement soit sur les ovules, soit sur les embryons futurs. Cette réaction/adapation de la mère est d’ailleurs comparée, selon les cas, soit à un vaccin, soit à une forme d’infection, le fœtus jouant le rôle d’un « parasite ». Ce processus permettrait d’expliquer notamment des phénomènes pathologiques liés à la grossesse comme l’intoxication gravidique ou l’éclampsie.

30Pour Cornevin par exemple, le fœtus possède « dans son sang des propriétés spéciales qu’il tient de son père et qui, se changeant avec celui de la mère, agissent sur celle-ci comme un vaccin sur la masse sanguine du vacciné. Le sang de la mère ainsi imprégné agirait sur les ovules à féconder ultérieurement par un autre reproducteur18. » Pour Charrin, en revanche, la transmission se fait par l’intermédiaire de la mère, certes, mais de fœtus à fœtus : « il est licite de concevoir que telles propriétés, déposées dans les tissus d’un nouvel être par le jeu des éléments anatomiques du père, pourront, par voie ascendante, passer de ces tissus à ceux de la mère ; si plus tard un rapprochement avec un second père entraîne la formation d’un deuxième enfant, rien ne s’oppose à ce que cette mère, parmi les attributs dont elle fait don à cet autre enfant, choisisse à son insu (sic) ceux qu’elle détient de son premier mari19. » Cette théorie de l’imprégnation par l’intermédiaire des échanges nutritifs avec le fœtus est d’autant plus favorablement accueillie qu’elle expliquerait la transmission mystérieuse de maladies portées par le premier géniteur sans que la mère paraisse touchée, par exemple les cas de syphilis.

31Deux remarques, pour terminer, et pour élargir un peu le sujet au delà des aspects techniques. La première concerne la virginité comme condition de réalisation de la télégonie. Toutes les théories de l’imprégnation reposent, je l’ai dit, sur une représentation du corps féminin malléable, poreux, mou. La virginité porte, il me semble, ces qualités au carré. Certes, quand on regarde de près les auteurs, on s’aperçoit que de menus flottements existent. La notion de « premier mâle », évoquée par exemple par le Larousse (« influence du premier mâle sur les rejetons ultérieurs d’une même femelle ») est en effet floue. S’agit-il du premier amant, celui qui a défloré la femme ? S’agit-il de celui qui l’a à la fois déflorée et par la même opération, rendue enceinte ? Ou s’agit-il simplement du premier partenaire qui l’a rendue enceinte ? C’est ce que semble indiquer Ribot, en 1914, qui parle seulement de « l’influence qu’un premier générateur peut avoir sur les enfants issus d’une seconde union20 », sans préciser s’il s’agit aussi du premier amant. Cette approximation est toutefois rare ; seul Michelet se contente lui aussi d’évoquer, on l’a vu, le premier mari, sans plus de précision ; encore peut-on supposer que, selon les codes de l’époque, celui-ci a épousé une vierge.

32De façon générale, c’est en effet la deuxième hypothèse, la plus forte symboliquement qui semble prévaloir : celle d’un premier père qui est aussi un premier amant. Un accoucheur parisien définit ainsi la télégonie comme l’« influence permanente exercée sur une femelle vierge, lors d’une première fécondation par un premier mâle21 » ; de même, Tchérepoff en 1916 parle de l’« influence permanente exercée sur une femelle vierge par un premier mâle, influence par laquelle cette femelle au cours de fécondations ultérieures (…) pourra donner naissance à des produits ayant certains caractères distinctifs du premier mâle22 ».

33Le mécanisme télégonique semble donc se mettre en route à partir d’un premier coït, fécondant de surcroît. Le seul à s’écarter de façon significative de ce cadre est Zola, dans Madeleine Férat : il n’est jamais fait allusion à un premier enfant que Madeleine aurait eu avec Jacques. Il n’est question que du fait que c’est celui-ci qui l’a déflorée ; cette liberté romanesque, que Zola revendique comme un privilège de l’écrivain, lui est toutefois reprochée par les scientifiques, qui l’accusent de confondre étreinte et empreinte ; mais elle correspond à une façon « ancienne » et analogique d’expliquer la télégonie.

34Quoiqu’il en soit, l’adhésion à la théorie de la télégonie entraîne une forte valorisation de la virginité, à laquelle est conférée une signification très forte ; c’est « l’ensemencement du terrain vierge qui donne le caractère ineffaçable, en assurant la fixité et la permanence » assure ainsi Boissard, avouant par ailleurs ne pas pouvoir apporter de preuve incontestable à cette intime conviction. Il n’est pas peut-être anodin que cette sorte de réhabilitation intervienne à un moment où l’on s’interroge sur la dépréciation de cet attribut et où selon l’expression de Prévost, les « demi-vierges » fleurissent. Comme le dit Regnault en 1894, « Si cette croyance était vérifiée par de nombreux faits offrant un caractère suffisant de certitude, elle aurait une grande importance dans les sciences sociales. On ne sait, en effet, comment expliquer l’importance qu’attribuent la plupart des peuples à la virginité (...) L’imprégnation donnerait la clé d’un fait encore moins compréhensible. C’est la présence de l’hymen à l’entrée du vagin, membrane qui ne nous paraît avoir aucune utilité, bien plus, c’est une cause de souffrance quelquefois, même de danger (hémorragie, vaginisme) lors du premier contact. Si la théorie de l’imprégnation était vraie, elle marquerait pour la femme l’importance du premier coït qui peut la marquer d’une manière ineffaçable23 ». On pourrait de même réfléchir ici sur les liens entre la télégonie et l’adultère. La croyance en la télégonie n’est-elle pas une sorte d’alternative radicale à la peur de l’abâtardissement de la lignée ?

35Une autre question importante est celle des possibilités d’application et des conséquences possibles de la télégonie dans le champ racial. Cette question intéresse dans un premier temps la Société d’Anthropologie, où se déroule ainsi un débat, en 1868, auquel participe Paul Broca, et qui tourne autour de la question du métissage, de la miscibilité des races et de la fécondité des métis. Le point de départ en aurait été un cas de femme australienne, fécondée par un colon et qui serait devenue ensuite stérile à toute union avec un Australien. Regnault, qui mentionne ce débat dans un gros article qu’il consacre à la question à la fin du siècle, commente ainsi : « la première fécondation par le blanc a imprimé à la femme australienne un cachet, une marque indélébiles, comme si elle avait été imprégnée pour toujours au contact du blanc ». L’intérêt pour cette question, très importante du point de vue du peuplement futur des colonies, pousse d’ailleurs le même Regnault à envoyer, avec deux collègues, un questionnaire à des médecins coloniaux au sujet de ces unions interraciales : « a-t-on observé, demande-t-il, qu’une femme indigène, qui a eu d’un homme blanc un enfant métis, ait eu ensuite, par commerce avec un indigène, un enfant ayant des traces de sang blanc ?24 ». On s’interroge également sur les cas inverse, c’est-à-dire sur l’avenir procréateur de femmes fécondées d’abord par des indigènes ; Hillemand et Moynac évoquent ainsi le cas d’une mulâtresse très blanche, d’abord fécondée par un noir, et qui aurait ensuite d’un mari blanc des enfants noirs. Dans ce cas, c’est le rôle de l’imagination combiné à celui de l’atavisme qui est invoqué : « si la femme blanche a eu des enfants noirs d’un second mari blanc, c’est qu’elle même compte parmi ses ancêtres, plus ou moins éloignés, des nègres ; son premier mari, dont l’image était probablement présente à son esprit au moment des conceptions postérieures n’a pas exercé d’autre influence que celle de faire sortir la série noire, en quelque sorte, de ses antécédents à elle25 ». Quoi qu’il en soit, et dans l’attente recherches supplémentaires, on ne peut qu’être frappé de l’intérêt porté à ces pièges et détours de l’hérédité qui risquent de troubler les frontières entre les races.

36La question raciale est plus sensible encore en 1916, quand surgit le cas des enfants issus des viols allemands en Belgique et en France26. On le sait, la question du devenir de ces êtres mobilise l’opinion publique ; certains préconisent purement et simplement l’avortement des femmes enceintes, au nom de la défense de la race. On s’inquiète, en effet, à cette date, des effets à long terme des viols subis par les jeunes femmes des territoires occupées : la télégonie ne risque-t-elle pas de faire à jamais de ces victimes des procréatrices de petits Boches ? Un débat quasi national a ainsi lieu, notamment à l’Académie de médecine, où Pinard, le célèbre obstétricien, réfute victorieusement la théorie télégonique : « Je considère qu’il est cruel d’aggraver encore, par une fiction, la situation de malheureuses femmes violentées et fécondées par les barbares (…) l’avenir maternel des victimes violentées et fécondées sortira intact de l’abominable épreuve subie par elles27 ». C’est cette vision rassurante et optimiste qui est peut-être d’ailleurs à l’origine de l’effacement de la télégonie dans l’entre-deux-guerres.

Haut de page

Notes

1Avec des variantes dans cet héritage antique ; on sait qu’Aristote minimisait le rôle de la femme dans la génération. Voir André PICHOT, Histoire de la notion de vie, Paris, Gallimard, 1993.
2Voir Jacques ROGER, Les sciences de la vie ans la pensée française contemporaine, Paris, Armand Colin, 1963.
3Anne CAROL, « Esquisse d’une topographie des organes génitaux féminins : grandeur et décadence des trompes (XVIIe – XIXe siècles) », Clio, n° 17, 2003, p. 203-230.
4Sur ce poids de l’hérédité, voir Anne CAROL, Histoire de l’eugénisme en France, XIXe-XXe siècles, Paris, Seuil, 1995.
5Pierre DARMON, Le mythe de la procréation à l’âge baroque, Paris, J.J. Pauvert, 1977.
6Cité par Félix REGNAULT, « De l’imprégnation ou hérédité par influence », Gazette des hôpitaux de Paris, 1894, LXVI, p. 1021.
7Marion, cité par Colette BECKER, Dictionnaire de Zola, Paris, Laffont, 1993, p. 245.
8Philippe HAMON, Imageries. Littérature et images au XIXe siècle, Paris, José Corti, 2001.
9Cité par Félix REGNAULT, op. cit., 1894, p. 1021.
10GAUCHER, 1904, cité par J. REYNAL, op. cit., 1905, p. 49.
11Al. BOISSARD, « De la télégonie ou imprégnation maternelle », Journal de médecine de Paris, 1911, p. 79.
12Félix REGNAULT, op. cit., 1894, p. 1022.
13J. REYNAL, De l’imprégnation maternelle ou l’infection maritale, thèse de la Faculté de médecine de Paris, 1905, n° 77, p. 35-36.
14Alexis TCHEREPOFF, De l’imprégnation maternelle ou télégonie, Thèse de la Faculté de médecine de Paris, 1916-1917, n° 14, p. 27.
15Philippe HAMON, op. cit., 2001.
16J. REYNAL, op. cit., 1905, p. 43.
17BARD, « La spécificité cellulaire et ses conséquences », Semaine médicale, 1894, p. 117.
18Charles CORNEVIN, Traité de zootechnie, 1891, cité par TCHEREPOFF, op. cit., 1916, p. 29.
19Albert CHARRIN, « Le rôle des substances solubles dans la transmission des tares pathologiques des ascendants », Semaine médicale, décembre 1902, p. 402.
20Théodule RIBOT, L’hérédité psychologique, Paris, Alcan (10e édition), 1914, p. 206.
21Al. BOISSARD, op.cit., 1911, p. 249.
22A. TCHEREPOFF, op. cit., 1916, p. 9-10.
23F. REGNAULT, op. cit., 1894, p. 1022.
24Id., p. 1020-21.
25C. HILLEMAND, cité par Léon MOYNAC, Traité de pathologie générale et de diagnostic, Paris, Steinheil, 1891, p. 125.
26Stéphane AUDOIN-ROUZEAU, L’enfant de l’ennemi, Paris, Aubier, 1995.
27Adolphe PINARD, cité par A. TCHEREPOFF, op. cit., 1916, p. 52.
Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Anne Carol, « La télégonie, ou les nuances de l’hérédité féminine », Rives nord-méditerranéennes, 24 | 2006, 11-21.

Référence électronique

Anne Carol, « La télégonie, ou les nuances de l’hérédité féminine », Rives nord-méditerranéennes [En ligne], 24 | 2006, mis en ligne le 29 décembre 2008, consulté le 22 juillet 2017. URL : http://rives.revues.org/550 ; DOI : 10.4000/rives.550

Haut de page

Auteur

Anne Carol

UMR TELEMME

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

© Tous droits réservés

Haut de page
  • Revues.org