Navigation – Plan du site

Introduction

Anne Carol et Martine Lapied
p. 5-8

Notes de la rédaction

Ont également contribué – qu’ils en soient remerciés – à la rédaction de cette introduction R. Bertrand, M. Crivello, G. Dermenjian, J.N. Pelen.

Texte intégral

1Cette livraison de Rives rassemble les contributions à une journée d’études du programme quadriennal n°4 de l’UMR TELEMME : Trajectoires individuelles, constructions culturelles1.  Les trois groupes de recherche de ce programme poursuivent leurs travaux selon des problématiques qui leur sont propres, mais leurs questionnements se croisent par bien des aspects comme le prouve cette réflexion transversale sur le thème d’Hérédités, héritages.

2Les interventions de cette journée visaient à apprécier, à travers des exemples précis, le poids et les limites de la transmission dans les constructions culturelles, comme dans les trajectoires individuelles. Leur confrontation a offert l’opportunité d’échanger remarques et contacts susceptibles d’accentuer une réflexion commune des chercheurs engagés dans ce programme, à mi-parcours de sa mise en oeuvre. Le choix de ce thème s’est révélé, en effet, propre à rapprocher les différentes problématiques suivies par chacun des groupes.

3Parmi les thèmes de réflexion du groupe « Femmes, pouvoirs, créativités – Dynamismes et résistances2 », se pose la question de la tension qui existe entre la conformation à la biologie (le sexe) considérée comme un héritage, à un héritage culturel et social (le genre), et les voies d’émancipation par rapport à cet héritage. C’est la question même de la créativité féminine qui est au cœur de cette tension, ainsi que celle du pouvoir de tracer une trajectoire individuelle au sein de constructions culturelles pour une grande part héritées et dont le pouvoir de contrainte est particulièrement fort ; plus largement, c’est celle de l’identité féminine qui est en jeu3. La proposition célèbre, devenue presque banale, de Simone de Beauvoir « on ne naît pas femme, on le devient » aurait ainsi pu servir de point de départ à cette réflexion entre hérédité et héritage. On sait, par ailleurs, quel rôle jouent les femmes dans les phénomènes de transmission en général par le pouvoir maternel, sur lequel l’équipe de recherche se concentre actuellement. Les interrogations portent, en particulier, sur la marge dont les femmes disposent pour modifier ou non cet héritage. Dans quelle mesure la puissance maternelle est-elle une force conservatrice qui se borne à transmettre des héritages ou une force créatrice qui façonne les générations futures ?

4Le groupe « Le corps : normes , représentations et pratiques sociales4 » s’interroge de son côté sur le corps comme support de l’identité ; ce qui le conduit à réfléchir sur l’utilisation du corps soit pour affirmer une individualité  croissante, soit, au contraire, pour marquer son appartenance à une collectivité. Le corps est le premier vecteur de l’hérédité, au sens biologique : il est à la fois ce qui unit à une lignée et ce qui permet d’affirmer sa singularité. Il enferme l’individu dans ce qu’il peut percevoir comme une fatalité mais il est aussi ce matériau réputé ou supposé malléable, dont la transformation par le sport, la parure, la chirurgie, ou la maîtrise par l’ascèse révèleront aux autres la vérité intime de l’être. Or cette hérédité première reste, paradoxalement, jusqu’au début du xxe siècle, une notion dont la puissance est aussi universellement reconnue et révérée que ses mécanismes sont alors obscurs. Comment expliquer ces ressemblances et surtout ces dissemblances qui surgissent et rompent la linéarité rassurante des héritiers5?

5Le groupe de recherche sur l’histoire du corps s’est aussi fortement investi dans l’étude des attitudes à l’égard  de la mort et des morts6. Or, le lien héréditaire semble une dimension essentielle du rapport à nos morts, dont le culte s’est, dans ses formes actuelles, précisé au xixe siècle avec la mise au point des cimetières urbains contemporains. C’est le sentiment d’un héritage qui fonde le culte civique des « grands hommes » et des « héros ». Dans les deux cas, le xixe siècle a instauré le contre-don d’une célébration mémorielle. Comment s’articulent ces deux hommages ? Et surtout comment en viennent-ils à se dissocier, lorsque les individus désertent l’hommage collectif ? C’est poser le problème de l’usure, de l’oubli du refus des héritages familiaux et civiques.

6Le groupe « L’expérience du passé. Transmissions, réappropriations, configurations7 » se situe lui aussi, presque naturellement, au cœur de ces questions d’hérédité et d’héritage, puisqu’il travaille sur les rapports entretenus avec le passé, les formes de reprise, de réécriture, de tri dans cet héritage. La mémoire, le patrimoine sont autant de formes d’héritages, cultivées presque fébrilement aujourd’hui, dont il importe, bien sûr, de ne pas oublier qu’ils sont en partie construits et non simplement donnés. Les travaux du groupe, en continuité avec le précédent quadriennal de l’UMR TELEMME, ont ainsi questionné, selon différents angles et échelles d’approches, les diverses manières de « façonner le passé »8, de quérir des ancêtres9, établissant les nécessités, enjeux et modalités narratives des vécus pluriels de l’histoire, dans ses rapports à une mémoire objectivée ou à une plus libre fictionnalité. L’ancrage des revendications ou refus des hérédités et héritages se profile, dans le cadre de constructions éminemment culturelles, jusqu’au sein de l’économie narrative propre au Sujet pour lui-même10. Les notions de Grand Récit, de récit collectif, d’identité narrative, voire de témoignage, sont ici établies ou réexaminées, tant dans leur articulations que pour leurs indéniables qualités heuristiques.

7Les problématiques propres aux trois groupes étant fortement enchevêtrées, c’est plus par commodité que par nécessité logique qu’elles ont été scindées en trois temps :

8La construction et les usages de la notion d’hérédité sont questionnés dans un premier temps à travers trois exemples. La notion d’hérédité par imprégnation, ou télégonie, est ainsi analysée par Anne Carol à travers ses arguments et contre-arguments, qui permettent de s’interroger sur les spécificités féminines de l’hérédité ; Jean-Luc Bonniol, en décrivant  les perceptions et représentations des caractères « raciaux » dans les sociétés créoles des Antilles, montre comment est gérée l’hérédité des caractères discriminants;  Jean-Noël Pelen s’interroge sur le thème de la « femme sauvage » à partir d’un ouvrage de Clarissa Pinkola Estès où transparaît la revendication d’une présumée nature féminine comme héritage, nature réprimée par l’histoire, que les femmes doivent reconquérir.

9La notion d’héritage, qui renvoie autant aux contenus qu’aux modalités de transmission, fait l’objet de deux communications.  Lucien Faggion s’interroge ainsi sur le patrimoine familial, les tutelles et les conflits au sein d’une famille de l’ancienne noblesse de Vicence au xvie siècle, en mettant en évidence l’action des femmes dans la transmission. Régis Bertrand, en retraçant l’histoire du tombeau de famille dans la France moderne et contemporaine, permet d’analyser les phénomènes de transmission familiale, dans ce cas particulier où les rapports entre morts et vivants apportent un sens supplémentaire à la continuité instaurée.

10La tension entre transmission et création constitue le dernier volet de cette recherche commune. Chantal Guyot de Lombardon montre ainsi comment des filles de l’élite sociale aixoise de la fin du xixe siècle suivent le modèle narratif mis en œuvre par leur mère tout en s’en démarquant et Jean-Lucien Bonillo, en étudiant les conflits générationnels dans le cadre des Congrès internationaux d’architecture moderne (CIAM), explique comment la question de l’héritage est cruciale – identitaire ? – pour tout architecte et quels sont les enjeux des ruptures revendiquées.

11De cette gerbe de contributions se dégage d’abord l’importance des corps intermédiaires, des groupes restreints qui tendent à fonder l’identité de l’individu dans la collectivité, qu’il s’agisse du groupe familial (fait des liens du sang et de l’alliance), professionnel, social, soit un ensemble d’appartenances héritées, ce qui ne signifie pas forcément qu’elles soient subies, ou bien électives, ce qui ne signifie pas non plus qu’elles soient librement choisies. Dans la variété de ces insertions, il est apparu particulièrement intéressant de dégager des marges de manœuvre d’ouverture et intensité variables selon la place sociale et le degré de socialisation de chacun en un lieu et un moment donné, de l’occultation  à la revendication, du stigmate à l’emblème ou vice-versa (le statut nobiliaire de 1789 à 1794).  

12L’individu reçoit, assume ou conteste son héritage biologique, social ou culturel. Il le modifie par sa propre attitude (qui peut aller jusqu’au rejet), sa trajectoire sociale (qui peut le situer dans l’échelle sociale très « en dessus » ou « en dessous » de ses auteurs). Néanmoins le droit de renier ses ancêtres, de garder le secret sur son hérédité et de ne point dépendre de ses origines au point de s’en affranchir totalement n’est-il pas une particularité de l’Occident, liée à l’individualisation du sort dans l’au-delà, aux droits de l’Homme et à une législation fondée sur l’individu, à l’exaltation au xixe siècle de l’individualité et à un individualisme contemporain très prononcé ? Ses limites chronologiques et culturelles, explorées par les ethnologues (L. Dumont), ne mériteraient-elles pas d’être précisées à nouveaux frais par les historiens ?

13L’étude pluridisciplinaire qui a été menée sur ces thèmes et qui est présentée ici, reflète à la fois la cohérence du programme dont elle est issue et l’esprit d’ouverture qui règne dans les trois groupes qui le composent. Un élément de satisfaction des responsables de cette journée d’études est le dialogue instauré non seulement entre différentes branches de la recherche, mais aussi entre chercheurs et acteurs sociaux.  Se sont ainsi penchés sur ces questions pour une réflexion commune spécialistes d’histoire moderne et contemporaine, d’ethnologie, de littérature, d’architecture.

Haut de page

Notes

1Coordonné par Anne Carol et Martine Lapied. Projet du programme et de chacun de ses groupes : Anne CAROL et Martine LAPIED, « Programme 4, Trajectoire individuelles, constructions culturelles », dans U.M.R. Telemme, Rapport pour le contrat quadriennal 2004-2007, Aix, 2002, p. 341-355. Journée d’études du 23 mars 2005, à la Maison Méditerranéenne des Sciences de l’Homme.
2Coordonné par Geneviève Dermenjian et Martine Lapied.
3Comme l’ont montré les travaux du groupe « Femmes » qui portaient  sur les phénomènes de visibilité sociale et qui ont abouti à deux ouvrages collectifs : Femmes entre ombre et lumière ; Recherches sur la visibilité sociale (XVIe-XXe siècles), sous la direction de Geneviève DERMENJIAN, Jacques GUILHAUMOU, Martine LAPIED, Publisud, 2000 et « Le Panthéon des femmes ; Figures et représentations des héroïnes », sous la direction de Geneviève DERMENJIAN, Jacques GUILHAUMOU, Martine LAPIED, Publisud, 2004.
4Coordonné par Régis Bertrand et Anne Carol.
5Cf. par exemple, Régis BERTRAND et Anne CAROL (dir.), Le monstre humain, imaginaire et société, Aix-en-Provence, P.U.P., 2005.
6Régis BERTRAND, Anne CAROL et Jean-Noël PELEN (dir.), Les narrations de la mort, Aix-en-Provence, P.U.P., 2005.
7Coordonné par Maryline Crivello et Jean-Noël Pelen.
8Cf. Jean-Luc BONNIOL et Maryline CRIVELLO (dir.), Façonner le passé. Représentations et cultures de l’histoire (XVIe-XXIe siècles), Aix-en-Provence, PUP, 2004.
9Cf. La quête des ancêtres, Actes des journées d’études organisées les 27 et 28 avril 2005, Le Monde alpin et rhodanien, Grenoble, 2006 (à paraître).
10Cf. le colloque à venir, Individu, récit, histoire, Aix-en-Provence, MMSH, 19-21 octobre 2006.
Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Anne Carol et Martine Lapied, « Introduction », Rives nord-méditerranéennes, 24 | 2006, 5-8.

Référence électronique

Anne Carol et Martine Lapied, « Introduction », Rives nord-méditerranéennes [En ligne], 24 | 2006, mis en ligne le 29 décembre 2008, consulté le 22 novembre 2017. URL : http://rives.revues.org/549

Haut de page

Auteurs

Anne Carol

Articles du même auteur

Martine Lapied

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

© Tous droits réservés

Haut de page
  • Revues.org