Navigation – Plan du site

17 | 2004
Pratiques du secret

XVe - XVIIe siècles
Sous la direction de Wolfgang Kaiser

Le secret et la dissimulation sont, à l’époque moderne (et bien au-delà), au cœur d’une vaste réflexion savante sur l’art de gouverner et sur la conduite adaptée à la vie en société. Les études rassemblées ici ne considèrent le secret ni comme une vérité cachée – les arcana imperii – ni comme une qualité transcendante – les mystères de l’État. Elles mettent l’accent sur les pratiques et les usages du secret, sur le secret social comme mode d’agir. Elles montrent par là que le discours sur le secret et les pratiques du secret traversent tout le corps social. Le discours sur la dissimulation et sa virulence inhérente se cristallisent dans des topoï proverbiaux et gestuels dont le potentiel critique devient manifeste dans la polémique contre les magistrats « tièdes » à l’époque de la Réformation. Des stratagèmes à la cour d’Henri III au secret partagé qui régit le commerce clandestin lyonnais, de la gestion de l’opinion par les ligueurs lyonnais à l’arme du secret utilisé par la Compagnie du Saint-Sacrement en Provence, les études ici réunies analysent la fonction sociale du secret comme élément essentiel de la vie commune.

  • Revues.org