Navigation – Plan du site

La géographie des alentours à Sabadell

Roland Courtot
p. 79-83

Entrées d’index

Géographie :

Catalogne

Chronologie :

Époque contemporaine
Haut de page

Texte intégral

Des géographes dans les alentours1

1Sabadell, dans l'aire métropolitaine de Barcelone, est une ville curieuse qui entasse de petites maisons dans un plan orthogonal et labyrinthique de rues étroites où la circulation est difficile et compliquée. On est presque soulagé d'en sortir par une route en lacets qui dévale jusqu'au fond du vallon encaissé occupé par le rio Rippoll. C'est la barrière naturelle de la ville à l'est, en même temps que le premier site industriel de cette capitale (avec sa voisine Terrassa) de l'industrie de la laine en Espagne : les filatures et teintureries ont été installées par les industriels catalans à proximité immédiate de l'eau, source d'énergie et matière première à la fois (ce qui leur a valu d'être sévèrement inondées lors de la crue catastrophique de 1962). Le déménagement postérieur de certaines usines a favorisé l'extension des jardins familiaux qui, à côté des maraîchers professionnels, occupent le lit majeur du rio de façon plus ou moins légale. Sur la pente en face, qui regarde la ville, les immigrants venus dans les années 1960 et 1970 du sud et de l'intérieur de l'Espagne se sont logés selon un gradient topographique : les premiers ont construit eux-mêmes leur habitat individuel dans la partie basse, les derniers ont été logés dans des immeubles collectifs sur le haut de la pente, au lieu dit Torre-romeu.

2Au delà, c'est la « campagne » qui s'ouvre, le rodal tel que l'a défini le conseil municipal de Sabadell. En fait, la première lanière de plateau à l'est de la ville est occupée par une zone industrielle en cours d'aménagement : Can Roqueta, à cheval sur la limite communale avec Barbera del Vallès, où des voies de circulation récemment tracées se terminent en chemins ruraux. Lorsqu'on progresse vers l'est, une masia isolée, Can hereu, veille sur le fond du vallon de la riera de Santiga, ses prairies humides et sa ripisylve, où on peut entendre des chants d'oiseau. Une fois franchie la riera, le chemin remonte dans les champs de cultures sèches (céréales), piquetés de quelques vieux amandiers : dans la pente, la ruine d'une ferme abandonnée. Le chemin court un moment sur la crête entre deux vallons : c'est aussi la limite communale avec Polinya, dont on aperçoit la zone industrielle toute proche. Le chemin de terre rejoint une route, près de laquelle une usine de plastique a été installée en pleine campagne, en dehors de toute planification industrielle. Un peu plus bas, le nom d'une exploitation isolée, Can carbo d'alzina, est une enseigne à lui seul : le bois de chêne y est transformé en charbon de bois pour les restaurants et les grillades des citadins. Au fond du vallon, le chemin retrouve la riera de Santiga, plus à l'amont : ici, où l'eau est à portée de forage, une propriétaire astucieuse a loti son terrain en jardins familiaux qui égrènent leurs planches de légumes, leurs haies et leurs cabanons en un bocage inattendu.

3Vers le nord, la même lanière de plateau se continue par le site de la Salut de Sabadell, une chapelle votive installée à l'emplacement du premier habitat aragonais du haut moyen âge (une stèle porte l'inscription : « cunae civitatis nostrae hic vetus aragona fuit », c'est-à-dire : « ici l'antique Aragon se tint au berceau de notre cité »). C'est le début d'un parc forestier de plus de 600 hectares, qui a été jusqu'ici préservé du lotissement pavillonnaire, à l'inverse de ce qui s'est passé de l'autre côté de la limite communale, où l'espace boisé de Sentmenat est piqueté de xalés2. Un vallon boisé, celui du riu Tort (allusion à son tracé sinueux), autrefois utilisé pour des activités métallurgiques, abrite sur plusieurs kilomètres un parcours pédestre qui tranche par sa verdure et son isolement, isolement dont on ne prend vraiment conscience que lorsqu'on débouche brusquement à l'aval sur les usines du Rippoll et le front urbain de Sabadell perché sur son plateau. Auparavant, une chapelle de finage, la Mare de Deu de Togores, a fixé une halte dans un merendero 3apprécié des habitués en fin de semaine.

Une prise de conscience des problèmes de l'environnement communal : le rodal

4A Sabadell, l'extension urbaine des années 1950-1990 a multiplié la population par trois (de 60.000 à 189.000 habitants) et la surface urbanisée par deux (de 900 à 2 000 hectares) (fig. 1). Les surfaces agricoles ont diminué de moitié, et les agriculteurs ne sont plus qu'une infime minorité dans la population active communale (une dizaine au total, dont plusieurs à temps partiel).

5Les nouveaux citadins ont développé des attitudes variées vis-à-vis de l'espace rural :

6­ dans un premier temps, des attitudes de mépris pour cet espace considéré comme un « espace flou », ouvert à tous les usages et à toutes les incivilités, en particulier comme dépotoir de déchets urbains ;

7­ dans un second temps, des attitudes de reconquête, par le développement légal ou illégal des jardins familiaux, comme lieux de loisir dominical et de production annexe de la nourriture familiale (la municipalité compte actuellement 1 200 jardins non professionnels, installés sur des terrains publics, dans le fond de la vallée ­ le lit majeur du rio Rippoll ­ ou sur des terrains privés lotis dans ce but).

8En 1978, le premier plan d'occupation du sol (plan general de ordenación del urbanismo), approuvé par la première municipalité élue démocratiquement, avait planifié l'urbanisation des 2/3 du territoire communal pour une projection de population de 260.000 habitants à l'horizon 2000. Le ralentissement de la croissance, l'insuffisance des équipements publics urbains et de loisir ont obligé dès 1988 à envisager la révision du PGOU, qui a été publiée en 1992. L'espace urbanisable y est ramené à 56% de la superficie communale et le plan se présente comme « un instrument pour la préservation des paysages des alentours en les utilisant comme espaces libres de la ville et, pour cela, en intervenant dans ces espaces avec la même intensité et la même attention que dans les espaces bâtis de la ville » (Ajuntament de Sabadell, 1992). De cette proposition est née en 1998 la oficina del rodal : le rodal est un terme difficile à traduire en français car il désigne « l'espace environnant », les « alentours » (l'espace proche, celui où on peut se promener, « rôder »), mais il est ici défini comme l'ensemble des espaces communaux non construits, à l'exception de ceux qui se trouvent dans la ville dense. Le bureau est donc une structure de gestion et d'étude, chargée de prendre en charge de façon globale les problèmes concernant ces espaces. Du point de vue territorial, il considère les espaces agricoles et forestiers périurbains de Sabadell comme formant partie de l'anneau vert du grand Barcelone, dans le cadre du conseil comarcal 4du Vallès occidental. Du point de vue social et environnemental, il se préoccupe des perceptions différentes des acteurs de cet espace, et de la valeur économique du rodal : valeur directe pour les agriculteurs, valeur indirecte pour les citadins (loisirs de « nature », et nécessité d'organiser la fréquentation d'un espace qui ne peut être considéré comme « totalement libre et ouvert »).

9En deux ans d'existence, le bureau du rodal a fait les premiers pas d'une nouvelle politique :

10­ l'espace rural périurbain a été l'objet d'un nettoyage complet (une campagne de nettoyage de tous les déchets et détritus déversés par les citadins et la mise en place d'un service des déchets);

11­ des inventaires des éléments paysagers à préserver ont été dressés : en particulier les fermes isolées, les arbres remarquables;

12­ des espaces naturels ont été protégés pour le loisir des citadins (parc municipal de la Salut, sentier forestier du riu Tort);

13­ des appuis ont été donnés au maintien de l'agriculture par le soutien municipal à la coopérative de producteurs de haricot blanc (variété locale : monjeta del ganxet) qui cherche à obtenir une « indication géographique protégée » (IGP)5.

14Au vu du paysage communal de Sabadell, on peut se demander s'il n'est pas déjà trop tard pour le maintien d'une agriculture périurbaine viable : cette communauté agricole ne peut retrouver une « masse critique » que dans des structures cantonales (comarcales) et avec des soutiens fermes des collectivités territoriales. Par contre, la nouvelle façon d'envisager l'espace non construit démontre qu'il ne s'agit plus seulement d'une réserve de terrains à bâtir, mais d'un espace « biologique » de repos et de loisir, complémentaire de l'espace bâti. L'espace du rodal de Sabadell symbolise la nouvelle approche d'un espace communal jusque là délaissé et qui doit faire partie intégrante désormais de l'aménagement et du développement de la commune toute entière.

Haut de page

Bibliographie

­ CUILLE G. (1960), « L'industrie textile dans la région de Sabadell-Tarrasa », Méditerranée, 4, p. 3-41.

­ Unio de pagesos de Sabadell (1982), Estudi economic del sector agrari de Sabadell, Quaderns d'arxiu de la fundacio Bosch i Cardellach, Sabadell, 39 p.

­ Ajuntament de Sabadell (1992), Revisio del pla general municipal d'ordenacio de Sabadell, Exposicio publica de l'aprovacio inicial, 16 p.

­ BORRAS A., MONTASELL J., CANES M., (1993), La politica territorial i l'agricultura periurbana, Unio de pagesos de Catalunya, informe, non paginé.

­ Oficina del rodal, Ajuntament de Sabadell (1999), Programa de treball, 19 p.

Haut de page

Document annexe

Haut de page

Notes

· 1 Cheminement réalisé par le groupe 2 du programme 1 de l'umr TELEMME avec les membres de l'Oficina del Rodal de l'Ajuntament de Sabadell, et un représentant de l'Unio de pagesos de Catalunya, mai 1999.

· 2 Mot catalan pour « chalet » : pavillon.

· 3 Auberge, guinguette.

· 4 Comarca : entité pluricommunale entre le « canton » et le « pays » français.

· 5 Mesure européenne visant à protéger et valoriser une production agricole associée à un terroir.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Roland Courtot, « La géographie des alentours à Sabadell », Rives nord-méditerranéennes, 8 | 2001, 79-83.

Référence électronique

Roland Courtot, « La géographie des alentours à Sabadell », Rives nord-méditerranéennes [En ligne], 8 | 2001, mis en ligne le 22 juillet 2005, consulté le 22 juillet 2017. URL : http://rives.revues.org/53 ; DOI : 10.4000/rives.53

Haut de page

Auteur

Roland Courtot

Roland Courtot est professeur de géographie à l'Université de Provence et mène sa recherche au sein de l'UMR TELEMME

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

© Tous droits réservés

Haut de page
  • Revues.org