Navigation – Plan du site

Eau minérale contre viticulture : une usine au milieu des vignes. Les conflits autour de la source Perrier à Vergèze

Nicolas Marty
p. 69-87

Résumés

La Source Perrier, dont l’établissement industriel est situé à Vergèze, dans le Gard, a une histoire riche longue d’un siècle. L’analyse de cette histoire, qui a été réalisée par ailleurs, avait pour point central l’analyse des interactions entre l’entreprise et la société environnante. L’invitation à la journée d’étude « Transformation des paysages et conflictualité » a initié une réflexion qui n’avait pas été présente jusqu’ici : les conflits engendrés par la présence de l’usine dans cet ensemble rural qu’est la plaine languedocienne permettent-ils d’évoquer le paysage comme « le cœur du fonctionnement des sociétés » ? Il fallait d’abord préciser ce qui constitue les éléments du paysage dont il est question ici : la vigne, omniprésente, l’usine qui rompt la monotonie de la plaine et les hommes, qui ne cessent d’aller de l’un à l’autre. Ensuite, la réflexion s’est portée sur une relecture de la conflictualité en utilisant le concept de paysage. Il apparaît que cette utilisation est féconde, car elle permet, in fine, de mieux comprendre les relations complexes qui relient l’entreprise et ses salariés et au-delà, à l’ensemble de la société locale.

Haut de page

Entrées d’index

Géographie :

Midi, France

Chronologie :

XXe siècle
Haut de page

Texte intégral

Introduction

1En Languedoc-Roussillon, en dehors de quelques espaces bien individualisés comme les centres textiles des Cévennes, le bassin mino-métallurgique d’Alès-la Grand’Combe ou encore certaines industries urbaines (comme celles de Nîmes ou Sète), l’industrie prend souvent le caractère d’établissements isolés en milieu rural. Cette caractéristique joue un rôle important dans les réflexions que l’on peut avoir sur le paysage et les conflits sociaux. L’exemple qui est développé ici est celui d’une de ces entreprises dont l’établissement est situé au cœur des vignes languedociennes : la Source Perrier. Il s’agit d’une entreprise d’embouteillage industriel d’eau gazeuse créée en 1903 (sous la raison sociale Société des eaux minérales et produits hygiéniques de Vergèze) à partir d’une station thermale sans grand succès dont l’origine remonte, elle, à 1857. L’analyse de l’histoire de cette entreprise a été menée en partant du constat de la notoriété extraordinaire de la Source Perrier et de l’attachement important de populations locales à l’entreprise, attachement qui dépasse la simple défense de l’emploi local. Trois grands problèmes sont rapidement apparus : la naissance d’un produit de consommation courante (la Source Perrier est un moteur de son secteur des eaux minérales) ; la dynamique locale de la mondialisation car la Source Perrier, dès son origine est une entreprise à capitaux extra-régionaux (britanniques, puis après 1948, parisiens) ; enfin, les relations sociales ou la place que prennent les communautés de travail dans la gestion et l’existence même des grands groupes industriels. Dans cet ensemble de « problèmes », l’analyse des interactions entre l’entreprise et la société environnante apparaît au cœur des préoccupations. Les conflits engendrés par la présence de l’usine dans cet ensemble rural qu’est la plaine languedocienne permettent-ils d’évoquer le paysage comme « le cœur du fonctionnement des sociétés » ? On retiendra ici la définition du paysage comme une réalité qui n’est pas seulement une vue ou un panorama mais un « système d’espaces élaborés par l’homme à la surface de la terre » pour répondre aux besoins d’une communauté. En fait, l’intrication entre les activités humaines et les réalités naturelles est ce qui constitue un paysage1. Mais le paysage en tant que tel n’apparaît pas (ou très peu) dans les sources. Il doit être reconstitué pour tenter d’évaluer s’il a sa place dans la psychologie des acteurs et des groupes sociaux, s’il est bien « source de valeur ». Mon premier objectif a été de tenter de reconstituer les « éléments » du paysage et des acteurs qui les construisent pour analyser ensuite les conflits relatifs à l’insertion de l’entreprise dans cet espace rural en essayant d’estimer la place du paysage dans ces conflits.

Les éléments du paysage

2Pour constituer un paysage, il faut des éléments et des hommes qui les lisent et les interprètent. La vigne, bien sûr, est l’élément dominant du paysage de la plaine languedocienne des deux derniers siècles. Vient s’y ajouter l’usine, celle de Perrier, dont il faudra définir la présence discrète ou imposante selon les époques. Les hommes enfin, ceux qui travaillent à l’usine, ceux qui la voient, et qui ne cessent d’aller de l’un à l’autre.

Carte 1 – La côte calcaire entre Nîmes et Montpellier

Carte 1 – La côte calcaire entre Nîmes et Montpellier

La vigne

3Le bassin d’emploi de la Source Perrier, s’il est plutôt réduit au début de l’existence de l’entreprise, s’étend tout de même, dès 1914, à partir de Vergèze, sur un espace englobant plusieurs « pays » du sud gardois : Vaunage au nord, Vistrenque à l’est, Costières au sud, Vidourlenque à l’ouest (cf. carte 1). Ces pays ont un point commun : l’empreinte massive de la vigne. Sa domination a cependant été modifiée par la crise phylloxérique de la fin du XIXe siècle et la reconstitution du vignoble qui en a suivi. La nouvelle entreprise viticole naît de cette reconstitution mais les conséquences ne sont pas les mêmes partout. Il est possible de distinguer au moins deux ensembles distincts : celui de la plaine proprement dite, qui comprend des communes de Vidourlenque et des Costières comme Aimargues, Saint Laurent d’Aigouze, Vauvert, Le Cailar, celui de la « côte calcaire » qui comprend les villages de la Vaunage (Calvisson), de la côte elle-même (Aigues-Vives, Gallargues, Vergèze, Aubais, Codognan) et de Vistrenque (Vestric, Uchaud, Milhaud, etc.).

Carte 2 – Situation de la Source Perrier

Carte 2 – Situation de la Source Perrier

4Dans la première zone, qui se situe essentiellement à l’ouest et au sud de Vergèze, se constitue un vignoble formé de grandes propriétés2, employant un nombre important de mésadiers3 et de journaliers. Ces derniers sont soit les anciens petits propriétaires, revenus dans leur région d’origine pour y travailler pour les grands propriétaires, soit des « montagnards » cévenols : Gardois du nord du département, Lozériens et Ardéchois, venant d’abord pour les travaux des vendanges, puis qui s’installent soit dans les villages, soit dans les mas. La petite propriété trouve difficilement à se reconstruire après les ravages du phylloxéra. C’est le cas par exemple, à Vauvert, dans les costières, la population dépendant directement des propriétaires se monte à 70 % de l’ensemble. Il s’agit des artisans, certes, mais aussi des ouvriers agricoles. Certains d’entre eux possèdent bien un ou deux lopins de vigne, mais l’essentiel pour tous est le salaire journalier4.

5La situation est toutefois différente dans l’espace agricole du nord et de l’est de Vergèze. En Vaunage par exemple, d’autres activités comme l’olivier, la culture des céréales permettent de laisser subsister une petite et moyenne propriété. De ce fait, les petits propriétaires demeurent sur place pendant la reconstitution du vignoble : les populations ne connaissent pas le même renouvellement que dans la plaine5. Mais le résultat essentiel et paradoxal après la reconstitution est l’abandon quasi généralisé des autres formes de culture, et un recul des terres cultivées : les garrigues sont largement délaissées. À Vergèze et à Codognan, l’activité a repris également dans les années 1890. La situation est un compromis entre le contexte de la Vaunage et celui de la plaine du sud. De grandes propriétés employant un grand nombre d’ouvriers existent dans le sud des deux communes, alors que demeure malgré tout une petite propriété assez importante.

6Ainsi, la physionomie de la plaine du Languedoc se trouve modifiée considérablement à la fin du XIXe siècle6. Un océan de vigne règne en maître désormais, et cet élément n’est guère modifié au XXe siècle que dans le détail, en dépit des nombreuses mutations qui touchent la viticulture (mécanisation, moindre utilisation de la main-d’œuvre, etc.).

L’usine

7L’usine de la Source Perrier est au cœur de la plaine viticole, au sud de Vergèze, comme le montre la carte 2 :

8Son évolution dépend bien sûr de celle de l’entreprise qui s’est développée depuis 1903. Comme cette histoire est un succès, elle montre une extension sans cesse plus importante dans le quartier des Bouillens. Il s’agit, après une période de fabrication relativement artisanale de la construction d’une véritable usine en 1910-1911. Cette usine est ensuite rationalisée et doublée au cours des années 1920 (plus exactement en 1926-1928). Ensuite, trois extensions particulièrement importantes ont lieu. L’une en 1950 (construction de Perrier 1 ou P1 sur la carte), puis les deux dernières en 1973 (Perrier 2 et verrerie) et enfin en 1989 (cf. Perrier 3 sur la carte 3).

Carte 3 – Évolution du site de Vergèze (1910-1990)

Carte 3 – Évolution du site de Vergèze (1910-1990)

9Trois photographies peuvent être utilisées pour montrer l’importance que prend le site dans l’espace au sud de Vergèze. La première (1911) fait partie d’un ensemble photographique pris après la construction de la nouvelle usine7. La prise de vue est réalisée à partir du sud-est du domaine des Bouillens. Elle a pour objectif de faire apparaître la quasi-totalité des bâtiments industriels (cf. figure 2). Elle est prise depuis la route de Vergèze à Vauvert (départementale N° 139). Elle nous montre un lieu complètement désert alors qu’en 1910, près de 300 personnes peuvent y travailler. Nous sommes là dans le type même de ce que l’on peut qualifier de « photographie paysagère », où « le site de l’usine est constitué en paysage, où l’homme n’a pas droit de cité, où l’usine se donne comme territoire inhumain »8. Il est vrai que d’autres photos permettent de se faire une idée du travail à l’intérieur même de l’usine. Ce qui est particulièrement remarquable, c’est que l’usine est cernée par les vignes qui sont à l’intérieur même de la propriété des Bouillens. L’aspect industriel, s’il est marqué par la cheminée qui se trouve quasiment à l’extrémité est du bâtiment et par la longueur et la forme massive des constructions, n’est pas particulièrement frappant. L’absence de clôture est aussi notable, car c’est précisément à cette époque qu’une véritable crise disciplinaire impose l’édification de hauts murs autour de très nombreuses usines9. Or, les Bouillens ne se ferment pas sur les vignes environnantes. On voit au contraire un espace ouvert. L’usine de 1910 est doublée comme on l’a dit en 1926-1928, mais la transformation est particulièrement importante en 1950 avec la construction de P1 (cf. carte 3). Le principe est la division du site industriel en trois parties : stocks vides, embouteillage, stocks pleins. Le bâtiment d’embouteillage utilise lui-même un concept neuf : il s’agit d’une vaste bâtisse en béton de 145 mètres de long et 75 mètres de large dont la construction selon le principe de la voûte permet la suppression des piliers, obstacles à la circulation. Les bâtiments, rehaussés à hauteur de voiture de wagon, sont orientés au nord, en direction de l’embranchement particulier. L’usine est longée par deux voies ferrées, l’une pour les réceptions de bouteilles vides et l’autre pour les expéditions de bouteilles pleines desservant chacun des espaces prévus à cet effet. De grands espaces sont prévus pour faciliter la manutention des caisses vides ou pleines. Les bouteilles vides sont stockées au sud de Perrier-1. L’hiver, alors que les retours sont nombreux et que la production est moindre, il arrive que près de 100 millions de bouteilles vides soient stockées dans cet espace10. À l’est, des entrepôts de 15 000 m2, couverts et équipés de chauffage par aérotherme, permettent de stocker les bouteilles pleines, ainsi protégées des intempéries11. Les bâtiments de l’ancienne usine ne sont pas détruits et servent également au stockage de matériel divers. Au total, le bâti industriel a été quintuplé : il s’étendait sur 4 000 m2 après la rationalisation et le doublement de l’usine contre un peu plus de 20 000 m2 en 1951. L’usine fait grande impression à tous les riverains : on la remarque facilement de loin, avec sa forme voûtée et son toit de couleur verte. Les bâtiments industriels marquent désormais de leur empreinte l’aspect de la plaine tandis que les installations précédentes restaient quand même assez discrètes : Perrier 1 destinée à recevoir des machines d’embouteillage plus performantes et permettre une réorganisation générale du travail, s’aperçoit de très loin, et notamment depuis la route nationale 113, de Nîmes à Montpellier.

10Enfin, le site actuel est un immense site industriel, dont l’aspect est particulièrement marqué par la construction de la verrerie située à proximité des usines d’embouteillage successives (P2 puis P3, et Verrerie du Languedoc, cf. carte 3). L’usine est visible de très loin, depuis l’autoroute au nord entre Nîmes et Montpellier jusqu’à la petite Camargue au sud de Vauvert. C’est un élément incontournable du paysage contemporain de la plaine languedocienne.

Les hommes

11Sans eux, bien sûr, pas de paysage. Ce sont d’une part, les ouvriers, cadres et employés, ceux qui viennent travailler sur le site, qui s’approprient ainsi cet élément qu’est l’usine, à la fois élément de contrainte mais aussi source de revenus. Mais ce sont aussi ceux qui sont en opposition, parfois, avec les valeurs de l’usine et parmi eux, avant tout, les grands propriétaires, hostiles au développement de la société et qui jouent un rôle important dans les conflits engendrés par la présence de l’usine.

Figure 1 – Évolution de l’emploi aux Bouillens 1945-1989

Figure 1 – Évolution de l’emploi aux Bouillens 1945-1989

12L’usine emploie d’abord fort peu de monde : ils sont 80 à travailler aux Bouillens en 1906, dans ce qui est tout de même le second exportateur d’eaux minérales françaises derrière les eaux du bassin de Vichy. Mais rapidement, le nombre augmente considérablement. Ce sont, comme on l’a dit, près de 300 personnes qui travaillent chez Perrier avant la Première guerre mondiale. La rationalisation et le doublement de l’usine n’apportent que peu de modifications à ce nombre, compris entre 350 et 400 personnes (mais produisant, grâce à la rationalisation, plus du double de bouteilles pour le même nombre). Ce n’est qu’après la Seconde Guerre mondiale, avec le développement massif de la société dans un contexte de croissance très forte de la consommation que l’usine devient un centre industriel de premier plan (cf. figure 1). Le bassin d’emploi connaît de ce fait une extension continue dans l’espace languedocien (carte 4).

Carte 4 – l’évolution du bassin d’emploi de la Source Perrier 1904-1914

Carte 4 – l’évolution du bassin d’emploi de la Source Perrier 1904-1914

13Une constante dans le recrutement : les ouvriers et employés proviennent toujours en très grande majorité des villages voisins de la plaine. Il existe fort peu d’ouvriers étrangers chez les ouvriers Perrier (sauf au cours des années 1920), de même que lorsque les listes nominatives sont disponibles, fort peu de salariés sont originaires d’autres régions que le Bas-Languedoc. Il est vrai que la viticulture, activité ultra dominante au cours de la première moitié du siècle, connaît une évolution spécifique dans laquelle les besoins de main-d’œuvre sont de moins en moins forts. De ce fait, le développement de l’usine permet d’absorber nombre de jeunes locaux qui ne peuvent plus trouver du travail satisfaisant dans la vigne.

14Leur rapport à l’espace de l’usine est difficile. Cependant, quelques éléments ne sont guère modifiés entre le travail à l’usine ou le travail dans les vignes. D’abord, le trajet qui est effectué avant le travail. Les journaliers ont l’habitude de partir des villages pour se rendre dans les mas et rester ainsi éloigné pendant la journée de travail. C’est le même genre de trajet que l’on retrouve pour aller travailler aux Bouillens. De même, l’habitat individuel traditionnel reste prépondérant. Il n’existe pas de cité ouvrière liée à l’entreprise, ce qui a une importance majeure sur la manière dont est perçu le travail à l’usine. Le transfert de l’activité agricole à l’activité industrielle s’accomplit sans changement de résidence.

15Peu à peu, l’appartenance à l’usine suscite aussi la lente constitution d’un groupe. Ce dernier s’émancipe peu à peu des valeurs viticoles, tout en étant très proche de celles-ci. L’usine devient un de ces symboles, à la fois détestée sans doute, mais aussi indispensable à la survie, notamment dans les périodes noires de crise de la viticulture puis de difficultés plus larges encore (dans les années 1930 et 1940).

La conflictualité

L’affaire des Bouillens. Les palissades de 1857

16Le premier conflit qu’il paraît important d’évoquer est celui qui éclate à la naissance même de la station thermale, en 1857. Depuis le XVe siècle au moins, la mare était libre d’accès pour toute la population, même si le domaine sur lequel elle se trouve est une propriété privée12. Tous les étés, les habitants des villages environnants se rendent donc aux Bouillens pour profiter des valeurs thérapeutiques que le bon sens populaire lui attribue : l’eau de Vergèze combattrait avec efficacité les maladies de peau et les rhumatismes. La Source est représentée sur la carte de Cassini, tandis que le témoignage en notre possession (1801) présente les populations villageoises qui fréquentent le site :

« (...) chaque année, en Thermidor et une partie de Fructidor (juillet-août), vont se baigner ou pour mieux dire s’embourber ceux qu’affligent des rhumatismes… On prend habituellement deux bains par jour, leur durée est depuis une heure jusqu’à trois. Quelques personnes boivent de ces eaux dans la seule intention de se purger »13.

17Ces activités se font sans aucune contrainte commerciale, ni accompagnement médical. Cette « curiosité » attire les scientifiques, dont les études, notamment celle du citoyen Dax, montrent l’intérêt de la Source pour les bains. Mais ce n’est qu’en 1857 que le propriétaire des lieux souhaite l’exploiter pour en faire une station thermale14. Cette première utilisation commerciale provoque une émeute. Le propriétaire, Alphonse Granier, un notable originaire de Calvisson a fait installer des barrières de bois autour de la mare, et des cabines sommaires ont été construites : il faut maintenant un ticket pour entrer aux Bouillens. Entraînés par le nouveau conseil municipal, le jour de la fête votive, les habitants de Vergèze interviennent : ils bousculent les gardes particuliers de Granier et détruisent les installations. Il faut dire que, dans le Gard, les troubles ruraux sont particulièrement nombreux sous la Seconde République, notamment à propos de la gestion des communaux et de « la défense des droits des habitants les plus pauvres à en bénéficier »15. L’affaire des Bouillens se situe précisément dans la lignée de ces mouvements ruraux qui se sont déroulés quelques années plus tôt. Raymond Huard y voit une exaspération due « à la substitution d’une gestion marchande aux tolérances des droits d’usages ». Des éléments politiques viennent encore ajouter au désordre : Alphonse Granier, maire pendant la Seconde République, s’est rallié à Louis Napoléon après le coup d’État et demeure commissaire provisoire du gouvernement avec fonction de maire de 1852 à 185516. Il est aussi chargé de la perception des impôts dans le village voisin de Saint Laurent d’Aigouze. L’homme cumule les désavantages ! C’est au son de la Marseillaise que l’on va détruire les clôtures et les premières installations des bains de Vergèze17. Au terme d’une longue procédure, qui donne systématiquement tort aux plaignants, Granier reçoit l’autorisation officielle d’utiliser ses sources, en 1863. À partir de cette date, les Bouillens deviennent une station thermale. Derrière les classiques aspects politico-économiques de cette affaire, il est possible de retrouver quelques enjeux autour du paysage. En effet, dans l’étude du paysage, il faut porter une grande attention aux éléments structurants et à leurs formes : les limites territoriales, les divisions de l’espace comme les routes, le parcellaire, la répartition des propriétés, etc. qui permettent de caractériser un paysage. Ils traduisent en outre une forme d’organisation de la société, ainsi que les représentations et les valeurs qui y agissent. Car au bout du compte, le paysage désigne une réalité qui n’est pas seulement une vue, un panorama ou un simple morceau de nature, mais un « système d’espaces élaborés par l’homme à la surface de la terre » pour répondre aux besoins d’une communauté. En fait, l’intrication entre les activités humaines et les réalités naturelles est ce qui constitue un paysage18. L’intrusion d’une frontière, représentée ici par les palissades de la station thermale, à l’intérieur d’un espace ouvert jusqu’ici à tous, peut entraîner le sentiment d’une remise en cause des valeurs importantes du groupe et s’ajouter aux autres causes pour comprendre la réaction très forte de la communauté contre la station de Granier.

Conflits entre propriétaires viticulteurs et l’entreprise

18Tout au long du XXe siècle existe une hostilité marquée entre l’entreprise et les propriétaires viticulteurs de l’espace sud gardois. Le conflit, latent, est parfois même réellement ouvert pour des raisons assez nombreuses. Les enjeux paysagers n’y sont, sans doute, pas totalement étrangers.

19L’hostilité des grands propriétaires est claire à partir du moment où les besoins de main-d’œuvre de l’entreprise apparaissent devoir leur porter préjudice. Cette hostilité s’ajoute au fait que la société n’est pas une société française (jusqu’en 1948) mais une société britannique dont les directeurs sont eux-mêmes anglais (Ed. Smith, Reginald Southwell). Les ingénieurs des mines y voient également des éléments psychologiques des tenants de l’eau contre ceux du vin. Il faut rappeler que tout le début du XXe siècle montre une lutte constante, à l’assemblée, des lobbys, ou plutôt des groupes parlementaires, défendant l’immunité fiscale pour l’eau minérale d’un côté et les élus des circonscriptions viticoles qui demandent à corps et à cri la taxation de l’eau minérale, car ils trouvent anormal que le vin, une boisson hygiénique, soit taxé et pas l’eau minérale. Le débat devait être clos en 1917 par une loi de finance qui finalement, taxait l’eau minérale. Nous sommes là au cœur du problème. L’hostilité domine toutefois et apparaît au grand jour lors d’une demande d’intérêt public pour la source dans les années 1920. De nombreux pays, comme l’Italie, Cuba, l’Espagne, imposent pour l’importation d’eau minérale des formalités de plus en plus contraignantes et interdisent l’entrée d’eaux minérales non reconnues d’intérêt public. Mais la société cherche aussi par ce moyen à organiser un périmètre de protection mettant à l’abri la source des pollutions diverses de l’activité humaine et agricole. À l’intérieur de ce périmètre, tout travail souterrain, forage, fondations etc. est soumis à autorisation préalable. La demande provoque un tollé parmi les propriétaires viticoles. Les objections proviennent selon l’ingénieur des mines chargé du dossier, d’» (...) une vieille hostilité du viticulteur contre le producteur d’eau minérale, du vin contre l’eau concurrente19 ». Un comité de défense des propriétaires se crée en 1927, soutenu par le conseil municipal de Vergèze, dont l’avis défavorable est responsable de l’arrêt de la procédure. Ce comité de défense est réactivé en 1931, alors que la Cie réitère sa demande. Il argumente que l’intérêt public n’a rien à voir avec les intérêts d’une entreprise privée qui n’accueille plus de malades20. Il défend ensuite les droits et libertés des propriétaires, qui craignent de ne plus pouvoir utiliser les terrains comme ils l’entendent21. Enfin, dernier argument, probablement le plus fort, il exprime la crainte de voir tous les terrains agricoles disparaître au profit de la Cie. Cette crainte s’appuie sur l’exemple de la Cie des salins du Midi, à Aigues-Mortes, qui a mis sur pied une énorme exploitation agricole de près de 1 000 hectares en 192622. Mais, même si ce n’est pas formulé, reste par-dessus tout le ressentiment contre une entreprise dont la politique de recrutement représente une concurrence pour l’embauche des ouvriers agricoles.

20Le processus aboutit finalement en 1931. Ce succès est dû à l’excellence des nouvelles installations, ainsi qu’au revirement du conseil municipal de Vergèze, qui émet cette fois-ci, un avis favorable. Il faut dire qu’en 1931, une nouvelle loi vient de préciser celle de 1920 sur la surtaxe des eaux minérales. La commune entend bien ne plus se contenter du « don » que lui verse la Société. C’est probablement pour faciliter les négociations que le maire accepte de se désolidariser des viticulteurs. Il est vrai aussi que la conjoncture viticole se retourne après 1928, aussi est-il plus sage de se ranger du côté de l’entreprise industrielle. La méfiance se poursuit toutefois. Des conflits apparaissent souvent sur l’eau et la pollution éventuelle due à l’activité agricole. La Source Perrier souhaite un périmètre de protection très étendu sur l’ensemble des bassins de captage de son eau. Très récemment, des accords ont été signés entre les propriétaires et Perrier pour développer l’agriculture biologique, en poussant à l’abandon de la vigne et à la culture de l’olivier, qui demande beaucoup moins de traitements.

21L’ampleur des conflits et inimitiés qui peuvent perdurer sur près d’un siècle entre une entreprise industrielle et les grands propriétaires viticulteurs, paraissent devoir faire apparaître, outre les causes classiques qui sont d’ordre strictement économiques (tensions autour de la main-d’œuvre, pression foncière sur des sols recherchés pour la vigne), des enjeux d’ordre symbolique sur la domination du territoire. Dans cet aspect, le paysage joue son rôle. Il est peut-être possible de voir dans les tensions qui existent ici une forme de ce que les spécialistes du paysage appellent une « conduite d’appropriation » : exercice du droit de propriété entendu comme une manière habituelle d’user du sol23. Les propriétaires voient dans le paysage de leur pouvoir viticole (c’est évident en Languedoc) un symbole de leur groupe. L’intégrité de ce paysage étant menacé, le groupe est conduit à prendre sa défense. Ce motif-là est sans doute présent pour expliquer ces tensions persistantes. On dénie à l’entreprise le droit de transformer un paysage qui est par ailleurs garant de la domination du groupe des propriétaires sur l’ensemble des communautés villageoises autour de Vergèze.

Les formes d’appropriation de l’usine

22L’échec des propriétaires est cependant important. En effet, on peut dire que l’usine est devenue un élément familier du paysage de tous les riverains et de toutes les communes de la plaine entre Nîmes et le Vidourle. Elle devient un élément de l’identité, même si le processus a été long et très difficile. De très nombreux conflits sociaux qu’il n’est pas utile de développer ici montrent la difficulté, classique, de mise au travail industriel d’une main-d’œuvre sans expérience industrielle. Mais le rôle protecteur de la société dans les années difficiles (1930-1950) puis son caractère salvateur pour l’emploi régional depuis les années 1960, changent radicalement la donne. Pâle revanche des propriétaires : la tradition protestataire qui utilise les formes habituelles de contestation du pouvoir économique viticole (syndicalisme révolutionnaire ; contestation systématique ; activité débridée) s’invite dans l’entreprise industrielle alors qu’elle disparaît peu à peu de l’espace viticole où elle s’est forgée.

23Il se produit depuis les années 1960 jusqu’aux derniers développements de l’histoire de l’entreprise, une forme d’appropriation par le groupe ouvrier, puis par l’ensemble de la communauté rurale, si présente par ailleurs dans le paysage de l’usine. Cette appropriation apparaît notamment depuis la prise en main du groupe Perrier par Nestlé, au début des années 1990.

Conclusion

24En somme, l’analyse des conflits, nombreux, qui existent autour de la source Perrier au XXe siècle, gagne à prendre en compte le concept de paysage pour comprendre leurs enjeux. « Le paysage a valeur d’intégration. La communauté créée des stéréotypes unificateurs, des paysages symboliques et trouve des symboles dans les paysages, qui le font communier. »24 Plus encore que la vigne, l’usine Perrier fait partie maintenant du patrimoine local et le sentiment d’appropriation est très élevé. Dans cette perspective, le paysage de l’usine est un symbole du groupe des personnes qui se l’approprient selon des conduites qui donnent lieu à des rituels sociaux, assignant du même coup une identité schématique, idéale pourrait-on dire, au lieu25. Le concept de conflit d’appropriation semble bien s’appliquer ici. Il est défini comme « une situation de rupture de la compréhension mutuelle entre les membres de deux ou plusieurs groupes qui poursuivent des conduites d’appropriation d’un territoire mutuellement incompatible26 ». Tel est le cas, à n’en pas douter, des entrepreneurs et des propriétaires, puis de l’ensemble de la communauté de travail des Bouillens, celle de l’usine Perrier. On ne voit le paysage, maintenant, qu’à travers le prisme de l’usine, devenu élément majeur de l’identité, ce qui n’allait pas de soi bien sûr au début du siècle.

25La dimension du paysage, si elle n’est pas naturelle pour l’historien économiste, s’avère donc être un des éléments pertinents à prendre en compte, distinct mais aussi fortement imbriqué aux autres éléments qui lui sont plus habituels : stratégies économiques, tensions entre groupes sociaux aux idéologies opposées. Cette dimension doit être prise en compte pour comprendre les interactions entre l’entreprise et la société environnante.

Figure 2 – Une vue du sud de l’usine Perrier en 1911

Figure 2 – Une vue du sud de l’usine Perrier en 1911

(Collection d’Établissement Source Perrier)

Figure 3 – Photographie aérienne de l’usine de 1950 (Perrier 1)

Figure 3 – Photographie aérienne de l’usine de 1950 (Perrier 1)

(Collection d’Établissement Source Perrier)

Figure 4 – Vue de l’usine Perrier depuis la nationale 113 (nord du site)

Figure 4 – Vue de l’usine Perrier depuis la nationale 113 (nord du site)

Mars 2004, cliché Nicolas Marty

Haut de page

Notes

1J.-M. BESSE et G. A. TIBERGHIEN, « L’expérience du paysage », dans J. BRINCKERHOFF JACKSON, À la découverte du paysage vernaculaire, Arles, Actes sud, École nationale supérieure du paysage, 2003, p. 12.
2R. PECH, Entreprise viticole et capitalisme en Languedoc Roussillon, Toulouse, Publications de l’Université Toulouse Le Mirail, 1973, a montré la naissance et le développement de ce grand capitalisme viticole à partir de l’exemple de la Cie des Salins du Midi, à la Grande-Motte, p. 153 et suivantes.
3Les mésadiers sont les ouvriers payés au mois, nourris et logés au mas.
4E. GUIGOU, Les Conquérants de la Costières, Paris, Anthropos, 1981, p. 193.
5R. BAUDOIN, « L’économie agricole de la Vaunage au XIXe siècle » dans J.-M. ROGER (dir.), La Vaunage au XIXe siècle, Nîmes, Lacour, 1996, p. 153.
6A. SOULIER, Le Languedoc pour héritage. Paysages économiques du Languedoc, Montpellier, Presses du Languedoc, 1993.
7Après chaque modification importante de l’espace productif, les directions successives font réaliser des reportages photographiques ou des cartes postales, dont certaines ont été conservées à la Source Perrier.
8M. PERONI et J. ROUX, « La représentation photographique de l’homme en usine, répertoire raisonné », dans Le Travail photographié, Paris, CNRS, 1999, p. 139.
9M. PERROT, « De la manufacture à l’usine en miettes », dans « L’espace de l’usine », Le Mouvement Social, 1983-125, p. 5.
10Arch. Crédit Lyonnais, 6760 – 2, Étude Source Perrier du 9 septembre 1958.
11Arch. CE Source Perrier, présentation du projet de l’usine par M. Vandalle, directeur technique devant le comité d’entreprise, séance du 6 septembre 1949.
12J. DURANT, « La légende des Sources », Bulletin des bibliophiles nîmois, 1993, p. 30.
13« Rapport du citoyen Dax, médecin de Sommières, an IX de la République », Mémoire de l’académie de Nîmes, 1810, p 143. L’auteur termine par cette phrase définitive : « Quant à la boisson de cette eau, je la crois plus nuisible qu’utile ; tant par sa mauvaise qualité, que par l’abus que l’on en fait », p. 154.
14Il est encouragé par le contexte législatif qui favorise les projets de thermalisme : la loi de juillet 1856 permet l’obtention d’une déclaration d’intérêt public et un périmètre de protection pour les sources d’eaux minérales en France.
15R. HUARD, Le Mouvement républicain en bas-Languedoc, 1848-1881, Paris, PFNSP, 1982, p. 37 et 162.
16Arch. communales de Vergèze, 1D 08, registre des délibérations du conseil municipal.
17« L’affaire des Bouillens » a défrayé la chronique de la plaine entre Nîmes et Montpellier en 1857 car l’arrière-plan politique n’échappe à personne. Vergèze avait vu en décembre 1851 converger tous les républicains de la plaine, armés et prêts à s’insurger contre le coup d’État. Les dossiers étaient conservés par la justice de Paix de Vauvert, dont les archives ont disparu. Un particulier a conservé les mémoires d’un protagoniste de l’affaire, notant les évolutions de celle-ci au jour le jour. Ces dossiers sont retranscrits fidèlement dans R. DONCK, Vergèze, porte de la Vaunage, chez l’auteur, p. 379-390.
18J.-M. BESSE et G. A. TIBERGHIEN, art. cit., p. 12.
19Archives Départementales du Gard (désormais ADG), 5M 260, rapport de l’ingénieur des mines, Alès, le 2 novembre 1931.
20L’article 2 du décret de la loi de 1856 indique qu’à la demande doit être jointe le nombre de malades que l’établissement a reçu dans les trois années précédentes.
21ADG 5M 260, lettre du président de la chambre d’agriculture du Gard au préfet, 25 juin 1931.
22R. PECH, op. cit., p. 194.
23A. BERQUE, M. CONAN et al., Mouvance. 50 mots sur le paysage, Paris, Éditions de la Villette, 1999, p. 50-51.
24Roger BRUNET (et al.), (dir.), « Paysage » dans Les Mots de la géographie, Montpellier-Paris, Reclus- La documentation française, 1993, p. 373.
25A. BERQUE, M. CONAN et al., op. cit., p 84.
26Ibid., p. 50-51.
Haut de page

Table des illustrations

Titre Carte 1 – La côte calcaire entre Nîmes et Montpellier
URL http://rives.revues.org/docannexe/image/524/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 44k
Titre Carte 2 – Situation de la Source Perrier
URL http://rives.revues.org/docannexe/image/524/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 28k
Titre Carte 3 – Évolution du site de Vergèze (1910-1990)
URL http://rives.revues.org/docannexe/image/524/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 236k
Titre Figure 1 – Évolution de l’emploi aux Bouillens 1945-1989
URL http://rives.revues.org/docannexe/image/524/img-4.png
Fichier image/png, 11k
Titre Carte 4 – l’évolution du bassin d’emploi de la Source Perrier 1904-1914
URL http://rives.revues.org/docannexe/image/524/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 76k
Titre Figure 2 – Une vue du sud de l’usine Perrier en 1911
Légende (Collection d’Établissement Source Perrier)
URL http://rives.revues.org/docannexe/image/524/img-6.jpg
Fichier image/jpeg, 44k
Titre Figure 3 – Photographie aérienne de l’usine de 1950 (Perrier 1)
Légende (Collection d’Établissement Source Perrier)
URL http://rives.revues.org/docannexe/image/524/img-7.jpg
Fichier image/jpeg, 12k
Titre Figure 4 – Vue de l’usine Perrier depuis la nationale 113 (nord du site)
Légende Mars 2004, cliché Nicolas Marty
URL http://rives.revues.org/docannexe/image/524/img-8.jpg
Fichier image/jpeg, 8,2k
Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Nicolas Marty, « Eau minérale contre viticulture : une usine au milieu des vignes. Les conflits autour de la source Perrier à Vergèze », Rives nord-méditerranéennes, 23 | 2006, 69-87.

Référence électronique

Nicolas Marty, « Eau minérale contre viticulture : une usine au milieu des vignes. Les conflits autour de la source Perrier à Vergèze », Rives nord-méditerranéennes [En ligne], 23 | 2006, mis en ligne le 23 janvier 2009, consulté le 29 mars 2017. URL : http://rives.revues.org/524 ; DOI : 10.4000/rives.524

Haut de page

Auteur

Nicolas Marty

Nicolas Marty mène ses recherches à l’Université de Perpignan - via Domitia

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

© Tous droits réservés

Haut de page
  • Revues.org