Skip to navigation – Site map

Panem et circenses

L’approvisionnement du marché privé en blé fiscal, ou les circuits parallèles des acteurs institutionnels de l’Empire
Gilles Bransbourg
p. 75-89

Abstracts

At the end of the Republic, Rome is the largest metropolis of the ancient Mediterranean world. Unlike Alexandria, there is no favourable hinterland to provide it with food staples. As a result, its supply became Roman authorities’ main logistical challenge. The takeover by Rome of all cereal production areas of the ancient world allows some theoretical leeway, once the development of a fleet and port facilities adapted to the task is achieved by the 1st century CE. What then becomes of this surplus wheat? The sources on this subject remain very fragmented, and it is through the comparison of chronologically and geographically scattered indices that the degree of political and financial leverage enjoyed by the authorities appears gradually. Practical implementations varied according to time and space, mixing private and public actors together, but Rome never failed to display its usual political realism.

Top of page

Excerpt

Cairn

Full-text article available to subscribers or on a "pay per view" basis. It will be available on this URL in January 2021.
Read it

Outline

L’intendance a suivi
L’Empire, acteur public et privé
L’Empire, revendeur « honteux »
Le dossier des Sulpicii
Un revenu fiscal non chiffré

First lines

L’intendance a suivi

La question de l’approvisionnement frumentaire de Rome a fait l’objet d’études aussi poussées que l’état de la documentation le permettait. Elles portent à la fois sur les zones productrices, l’Égypte en premier lieu, et sur les besoins finaux à Rome même, en fonction de sa population estimée. Pour en résumer les grandes lignes, Rome aurait comporté autour de 600 000 habitants vers la fin de la République, puis environ un million d’habitants. En estimant la consommation moyenne de grain à 4 modii par personne et par mois, cela aurait impliqué un besoin annuel frumentaire d’environ 50 millions de modii. Le dossier demeure fragile, dans la mesure où le blé ne laisse naturellement que peu de traces archéologiques, contrairement aux cas du vin ou de l’huile, relativement mieux attestés grâce à la nature des récipients utilisés. Pour le blé, des traces plus indirectes sont notamment recherchées du côté des entrepôts.

Le croisement de différentes sources anciennes mène ...

Top of page

References

Bibliographical reference

Gilles Bransbourg, « Panem et circenses », Rives méditerranéennes, 54 | 2017, 75-89.

Electronic reference

Gilles Bransbourg, « Panem et circenses », Rives méditerranéennes [Online], 54 | 2017, Online since 15 September 2019, connection on 21 November 2017. URL : http://rives.revues.org/5210

Top of page

About the author

Gilles Bransbourg

Gilles Bransbourg partage ses recherches entre les aspects fiscaux d’une part, monétaires de l’autre, du monde gréco-romain au sens large. Une exploration plus approfondie du champ d’investigation ouvert par sa thèse de doctorat de 2010 dans le domaine de l’économie politique du monde romain constitue le fil conducteur reliant ses travaux, avec notamment parmi ses publications récentes : Rome and the Economic Integration of Empire, New York, ISAW Papers 3, 2012 ; The Later Roman Empire, in A. Monson and W. Scheidel (dir.), Fiscal Regimes and the Political Economy of Pre-modern States, Cambridge University Press, 2015 ; La politique monétaire de la République romaine. In : C. Doyen (dir.), Colloque International, Étalons Monétaires et mesures pondérales, Bruxelles, 5-6 septembre 2013, Numismatica Lovaniensia (21), Louvain-la-Neuve, 2016.

Top of page

Copyright

© Tous droits réservés

Top of page
  • Revues.org