Navigation – Plan du site

De la huerta au parc agraire : la basse vallée du Llobregat

p. 65-78

Résumés

Le concept "de parc agraire" a mûri dans un contexte de précarité du statut des terres agricoles, réserve de fait de l'urbanisation, combiné à la prise de conscience de la valeur de ces derniers espaces "verts" au sein de l'agglomération de Barcelone sur le plan écologique, économique et social. Le parc agraire du Llobregat constitue un cas exemplaire de tentative d'insertion de l'agriculture dans la ville. Il est dirigé par un consortium qui rassemble la "diputacio" de Barcelone, le conseil comarcal et le syndicat "l'Union des paysans". Sa pérennité reste cependant incertaine en raison de la réserve de la Généralité de Catalogne et des vastes projets d'infrastructures destinés à hisser Barcelone au rang des grandes métropoles européennes.

Haut de page

Entrées d’index

Géographie :

Catalogne

Chronologie :

Époque contemporaine
Haut de page

Texte intégral

r2r-img-52-1.gif Le Llobregat est un fleuve, d'une centaine de kilomètres de long, de direction N/S qui coupe perpendiculairement les reliefs catalans orientés E/W. La basse vallée se présente donc comme un corridor qui se termine par un delta d'ampleur limité. A la tête du delta, le cours du fleuve s'infléchit vers l'est, délaissant d'anciens cours dont les traces subsistent sous forme d'étangs au niveau des embouchures (étangs de Murtra, de Ricarda, de Remolar). Des travaux d'endiguement ont été réalisés sur le coude de Sant Boi pour maintenir le cours actuel du fleuve.

r2r-img-52-1.gif Sur le plan administratif, la basse vallée du Llobregat est incluse dans la « comarca » Baix Llobregat qui comprend 14 communes 1et compte environ 750 000 habitants sur les 4,2 millions de l'aire métropolitaine. Les municipes de la rive gauche de la vallée sont insérés dans la première couronne (26 municipes au total) et ceux de la rive droite dans la deuxième couronne (163 municipes). Entre 1973 et 1992, l'espace urbanisé métropolitain a augmenté de 130% environ et la vallée du Llobregat en est la zone d'extension privilégiée. Grâce à son orientation méridienne, elle correspond à un des deux axes qui relie Barcelone au reste de la Catalogne d'où l'implantation d'infrastructures de transport qui amputent, encombrent, lacèrent et défigurent la vallée. Le déferlement de l'urbanisation sur les communes de la rive gauche (Cornella, l'Hospitalet, El Prats de Llobregat) s'effectue dans le cadre d'un continuum avec la ville de Barcelone et ne laisse que peu de terrains disponibles depuis la réalisation du port franc et du polygone industriel dans les années 1960. La poussée actuelle concerne donc essentiellement les communes de la rive droite (Sant Boi de Llobregat, Viladecans). La huerta du Llobregat est donc prise en étau par l'urbanisation des deux versants de la vallée. Il en résulte une profonde déstructuration territoriale aussi bien sur le plan économique et social que sur le plan paysager et environnemental que le « parc agraire » entend maîtriser tant pour la préservation des activités agricoles que des équilibres écologiques.

r2r-img-52-1.gif Le concept de « parc agraire »

r2r-img-52-1.gif Une réflexion théorique et méthodologique

r2r-img-52-1.gif Le concept de parc agraire a mûri dans un contexte de forte expansion urbaine, de précarité du statut des terres agricoles, réserve de fait pour l'urbanisation, combiné à la prise de conscience de la valeur de ces espaces tant sur le plan écologique qu'économique et social. Le plan directeur des infrastructures de la Catalogne ­ PDI ­ (1993-2007), qui correspond au plan sectoriel, a été le déclencheur de la réflexion théorique. Cette dernière s'appuie :

r2r-img-52-1.gif ­ sur les valeurs productives (terroir), les qualités écologiques et culturelles des espaces agricoles et naturels que la société civile désire préserver;

r2r-img-52-1.gif ­ sur le principe de la multifonctionnalité de l'agriculture (fonctions économique, environnementale, sociale et d'aménagement du territoire) affirmée par la PAC dans le cadre de l'émergence du nouveau « modèle agricole européen ».

r2r-img-52-1.gif Le concept de parc agraire résulte donc de la volonté de maîtriser la croissance de l'espace bâti d'où la recherche d'une méthodologie commune à l'ensemble des acteurs pour qualifier les espaces périurbains non bâtis. Reportée sur un diagramme triangulaire, la quantification des trois valeurs productives, écologiques et culturelles permet de déboucher sur une typologie des espaces, outil d'aide à la décision dans le cadre d'une planification. Un parc agraire devra être un espace agricole de qualité par ses potentialités agronomiques et ses aménagements (irrigation), par sa biodiversité qui lui confère une fonction éducative sur le plan environnemental ainsi que par sa valeur structurante dans l'espace englobant.

r2r-img-52-1.gif Définition fonctionnelle

r2r-img-52-1.gif A partir de cette réflexion théorique, un parc agraire est un espace délimité et ouvert, préservé de l'urbanisation pour faciliter et garantir l'usage agricole en impulsant des programmes spécifiques permettant de développer son potentiel économique, socio-culturel et environnemental. Trois objectifs sont recherchés :

r2r-img-52-1.gif ­ sur le plan économique, le renforcement et le maintien d'exploitations viables et compétitives dans le cadre d'une agriculture durable avec des produits de qualité;

r2r-img-52-1.gif ­ sur le plan environnemental, l'amélioration du fonctionnement des écosystèmes naturels pour maintenir la biodiversité;

r2r-img-52-1.gif ­ sur le plan socio-culturel, l'aménagement des espaces agricoles et « naturels » comme éléments structurants de l'espace métropolitain avec une pratique de ces espaces dans un but socio-éducatif.

r2r-img-52-1.gif Actuellement phagocytés par l'expansion urbaine qui progresse de part et d'autre des rives du fleuve et surtout balafrés par l'installation de multiples infrastructures avec leur cortège de servitudes, les espaces agricoles et naturels de la basse vallée du Llobregat sont menacés à terme de disparaître sous un imbroglio d'infrastructures, de plate-formes logistiques, de constructions industrielles et de logements. Or, leurs valeurs agronomiques et environnementales correspondent parfaitement à celles du concept de parc agraire.

r2r-img-52-1.gif Un espace naturel et agricole de qualité aujourd'hui profondément dégradé

r2r-img-52-1.gif Une mise en valeur tardive

r2r-img-52-1.gif On distingue deux zones : la zone de « tierra » à la tête du delta, aux sols constitués de matériaux grossiers, la zone basse ou « marina » avec des sols plus compacts progressivement de plus en plus noirs et humiques à l'approche des étangs. Le littoral est sableux avec un paysage de dunes (sorrals) vers l'ouest fixées par des plantations de pins. Plages, pinèdes, sols graveleux ou limoneux, milieux humides et rivières offrent une grande diversité d'écosystèmes.

r2r-img-52-1.gif Comme souvent sur le littoral méditerranéen, la mise en valeur de cette plaine a été tardive, notamment par rapport au delta du Besos, le premier à approvisionner Barcelone en légumes. Sur la rive gauche du fleuve, le canal de l'Infante (1817) a entraîné une rapide progression des cultures céréalières, fruitières et légumières, en particulier à Molins de Rei et Cornella. En revanche, le delta restait essentiellement le domaine des terres vagues ou « erms », communales ou privées, des prairies (Prats) pour les troupeaux d'ovins pyrénéens et surtout le pacage libre du gros bétail. L'économie reposait sur la cueillette, la chasse et la pêche dans les étangs, offrant un contraste saisissant avec la mise en valeur soignée des collines calcaires ou gréseuses aux vignobles et olivettes en terrasses. L'habitat était localisé à la limite des deux grands types de terroirs, les finages prenant en écharpe la montagne et la plaine jusqu'à la côte.

r2r-img-52-1.gif Au début du XXe siècle, le regadiu était généralisé, grâce à la construction du canal de la rive droite (canal de la Dreta del Llobregat, 1855-1885) et l'utilisation des eaux souterraines. La mise en place de systèmes de culture intensifs provoquait le fractionnement des grandes propriétés. La huerta succédait au secano et l'opposition colline/plaine s'inversait au profit de la plaine.

r2r-img-52-1.gif Le développement d'une agriculture périurbaine

r2r-img-52-1.gif C'est la production de fourrage avec 7 à 9 coupes par an, pour les étables de Barcelone, qui a d'abord été l'activité la plus lucrative, « le bassin laitier de Barcelone étant plutôt un bassin fourrager » (P. Deffontaines, 1949). Prats s'est spécialisée dans cette activité grâce à l'eau du canal de l'Infante et la proximité de la ville. L'arboriculture fruitière s'installe dans la basse vallée (pommiers, pruniers, poiriers, pêchers et figuiers) et prolonge l'arboriculture au sec de la colline (cerisiers et oliviers). Dans le delta, lorsque les sols deviennent plus limoneux et noirs, les vergers laissent la place au maraîchage. Les champs reçoivent les gadoues de la ville, le fumier des élevages et la potasse du haut Llobregat. La production excédant les besoins urbains, les exportations vers l'Europe du nord, par train ou par bateau, se développent. Elles cessent avec la guerre civile, puis rapidement la ville de Barcelone absorbe toute la production.

r2r-img-52-1.gif La combinaison des types de sols, de la disponibilité en eau, de la facilité d'accès au marché urbain (franchissement du fleuve) diversifie l'utilisation du sol et les degrés d'intensité culturale.

r2r-img-52-1.gif Actuellement, l'agriculture est surtout pratiquée par de petites exploitations à temps partiel (2 à 4 ha). L'arboriculture (pêchers, cerisiers, poiriers, pruniers) domine avec plus des 2/3 des superficies cultivées dans la basse vallée tandis que le maraîchage est omniprésent dans le delta.

r2r-img-52-1.gif La basse vallée du Llobregat devient l'« horta » nourricière de Barcelone et en même temps son champ d'extension. Dès avant la guerre civile, on y construit l'aéroport, on y projette la zone industrielle du port franc. A partir des années 1960, la quasi-totalité des terrains disponibles ayant été utilisée sur la rive gauche, c'est surtout sur la rive droite que la pression urbaine s'exerce comme l'illustre l'évolution de la population de San Boi de Llobregat qui passe de 10 000 habitants environ en 1950 à 65 000 habitants en 1975.

r2r-img-52-1.gif Les grands propriétaires de la colline sont des acteurs incontournables de cette urbanisation. En revanche, dans la plaine, la division parcellaire, les nombreuses servitudes tout autant que les risques d'inondation2, freinent la pression immobilière. Mais cernée par la ville, l'enclave verte devient le réceptacle de toutes les infrastructures encombrantes, polluantes et fortement consommatrices d'espaces qui conduit à sa détérioration, voire à sa destruction.

r2r-img-52-1.gif Réduction de l'espace agricole, déstructuration et servitudes
des exploitations

r2r-img-52-1.gif L'espace agricole dans l'axe de la vallée et le delta apparaît encore relativement compact. Les constructions concentrées sur les bas versants y sont peu denses mais la plaine est transformée en un corridor de voies de communications (autoroutes et voies rapides, voies de chemin de fer, lignes téléphoniques) tout autant qu'en un corridor énergétique (lignes électriques, câblages de fibres optiques, gazoducs, oléoducs et aqueducs, égouts etc.). Ils déstructurent l'espace agricole, entraînent la perte de viabilité de nombreuses exploitations par des expropriations partielles, la multiplication de parcelles exiguës et incommodes rapidement abandonnées. Ils le réduisent de façon sournoise par la multiplication des talus qui constituent autant de petits barrages en période de fortes précipitations ainsi que par les limitations de l'usage de la propriété. Les servitudes, imposées par la présence des infrastructures, aériennes ou enterrées, limitent la construction comme l'utilisation du sol agricole (interdiction de planter certaines espèces d'arbres dans le cas de réseaux enterrés). Trop souvent assimilé à un espace vacant dans les zones périurbaines, l'espace agricole est fréquemment le lieu d'activités illégales. Il sert volontiers de décharge (ferrailles, carcasses de voitures…), créant des nuisances paysagères et environnementales. En 40 ans, de 1955 à 1995, la superficie cultivée de la basse vallée est passée de 5 670 ha à 2 100 ha, celle du delta de 4 930 à 1 150 ha.

r2r-img-52-1.gif La dégradation de l'environnement

r2r-img-52-1.gif L'importance des aménagements prévus dans le Plan Directeur des Infrastructures (PDI) ­ 1993-2007 ­ de compétence étatique relance l'intérêt du delta comme espace naturel et agricole. Outre les problèmes de déstructuration spatiale et d'intégration territoriale, les perturbations du fonctionnement des écosystèmes naturels, avec notamment la mauvaise qualité des eaux tant superficielles que souterraines en raison des multiples décharges, des rejets urbains et industriels, de l'asphaltisation et de la progression de la langue salée, créent de multiples contraintes. La pollution affecte directement les capacités productives des exploitations déjà fragilisées par le manque de perspectives d'avenir et les nouveaux projets pourraient les condamner définitivement. Or, l'espace agricole, qui a une fonction économique (production de proximité), a également un rôle positif sur l'environnement (poumon vert, paysage, cadre de vie).

r2r-img-52-1.gif Le parc agraire du Baix Llobregat, outil d'équilibre
territorial métropolitain

r2r-img-52-1.gif Le parc agraire du Baix Llobregat est conçu comme un instrument pour atténuer la dégradation du territoire, les impacts négatifs de la périurbanisation et l'incertitude foncière qui pèse sur les exploitations agricoles. Au caractère productif de l'espace agricole, il intègre la préservation de ses qualités écologiques, culturelles, c'est-à-dire son usage social, comme espace de loisirs et espace éducatif dans les zones naturalisées des espaces urbanisés, sans lequel sa capacité d'action serait limitée. Or, la notion d'équilibre territorial est une notion clé du plan territorial général de la Catalogne comme du plan de l'aire métropolitaine. Pour le delta du Llobregat, il s'agit de minimiser les répercussions de l'implantation des divers équipements par leur intégration la plus harmonieuse possible dans le territoire en maîtrisant et en réduisant les impacts économiques (disparition des agriculteurs) environnementaux et sociaux.

r2r-img-52-1.gif Développement du projet et naissance du consortium du parc agraire

r2r-img-52-1.gif L'Union des paysans de Catalogne, syndicat majoritaire, dès la chute du franquisme, met d'emblée la problématique périurbaine au centre de son action syndicale en réclamant des solutions aux problèmes qui compromettent l'avenir des exploitations. Il n'a pas confiance dans le PGM de 1976 et revendique une protection particulière dès 1977. Parallèlement, les mouvements écologistes se développent.

r2r-img-52-1.gif L'approbation du PDI et du plan Delta sont les accélérateurs de la mise en place du projet de parc agraire. En effet, le projet d'agrandissement de l'aéroport menace les agriculteurs situés entre l'aéroport et la ville ainsi que les trois ZEPA (ZICO) du delta, les deux PEIN (Parc des Espaces d'Intérêt Naturel) littoraux et la réserve naturelle. En 1994, le centre de promotion agricole du conseil comarcal du Baix Llobregat présente une réflexion qui met l'accent sur la nécessité de trouver un instrument pour résoudre les problèmes posés par le Plan Delta. En 1995, le plan stratégique du Baix Llobregat est réalisé. Il insiste sur l'aspect essentiel de la garantie de la stabilité des zones agricoles, condition de leur viabilité. L'appellation « parc » s'impose peu à peu par analogie avec les parcs technologiques ou résidentiels faisant référence à des zones rassemblant des activités privées que l'on désire doter d'une image de qualité.

r2r-img-52-1.gif L'Union des paysans, appuyée par deux administrations supracommunales, le conseil comarcal et le conseil général de Barcelone, présente une proposition intitulée « Elaboration de propositions techniques et normatives et réalisations d'interventions pilotes pour la conservation, l'amélioration et la promotion économique de la zone agricole périurbaine de la région métropolitaine de Barcelone. Projet de parc agraire du Llobregat ». Le projet est envoyé à la Commission européenne pour être examiné au titre du programme LIFE-environnement II (1996-99) qui centre son champ d'intervention sur les zones côtières, l'élimination des déchets, la ressource en eau et l'intégration de l'environnement dans l'aménagement du territoire. La Généralité accepte le projet sans accorder de financement. En revanche, l'Union européenne lui accorde une dotation budgétaire de 150 millions de pesetas à laquelle s'ajoute une somme équivalente de la « Diputació » pour la rédaction du plan de gestion et de développement et l'exécution de certaines opérations pilotes à effectuer dans un délai de deux ans. L'Union européenne, par l'intermédiaire de programme Life-environnement II, devient l'entité promotrice du parc agraire.

r2r-img-52-1.gif Le gestionnaire est le consortium du parc agraire du Baix Llobregat composé de l'Union des paysans, du conseil comarcal via le centre de promotion agricole et de la « Diputació de Barcelona » via le service d'action territoriale et le service de promotion économique. Les statuts approuvés en mars 1998 prévoient une représentation égale des trois entités. Le président du conseil comarcal est le président du consortium.

r2r-img-52-1.gif Les objectifs du parc agraire du Llobregat

r2r-img-52-1.gif Le parc agraire a pour but premier de faire respecter strictement le PGM en vigueur pour garantir la stabilité foncière des exploitations, condition indispensable de leur viabilité. La délimitation du parc agraire englobe la basse vallée et la partie ouest du delta, la plus éloignée de la métropole au delà du port et de l'aéroport, c'est-à-dire les 2 700 hectares classés « agricoles » dans le PGM. Or elle coïncide en grande partie avec les propositions du futur plan territorial métropolitain de Barcelone (P.G.T.M.). Actuellement, 3 500 hectares sont encore cultivés dans la basse vallée et le delta, il reste donc une réserve foncière d'origine agricole pour le développement de l'agglomération dans les années à venir tout en respectant le PGM. Seule la Généralité, par l'intermédiaire de la Commission d'urbanisme de Catalogne, a compétence pour modifier les classements et proposer des changements. A la stabilité foncière s'ajoutent deux objectifs complémentaires et indissociables : le développement et la modernisation des exploitations agricoles dans le cadre d'une agriculture durable, la préservation des valeurs environnementales et culturelles pour parvenir à un espace de qualité intégré au territoire métropolitain.

r2r-img-52-1.gif Le plan de gestion et de développement agraire (PGD)
et le plan spécial

r2r-img-52-1.gif Tout en se fondant sur la gestion intégrale de l'espace, le but central du PGD est d'aboutir à une meilleure compétitivité des exploitations pour éviter le départ des agriculteurs en optimisant la rente de situation (proximité du marché urbain) et en captant de nouvelles activités (éducation à l'environnement, prestations de services…). Pour une meilleure viabilité économique sont programmés :

r2r-img-52-1.gif ­ l'amélioration de la qualité des eaux d'irrigation et du réseau de drainage, l'optimisation du réseau de distribution ;

r2r-img-52-1.gif ­ l'amélioration des structures d'exploitation ;

r2r-img-52-1.gif ­ la promotion des techniques agricoles respectueuses de l'environnement ;

r2r-img-52-1.gif ­ le développement de la coopération entre agriculteurs pour l'amélioration de la valorisation de la production et de meilleures conditions d'accès au marché ;

r2r-img-52-1.gif ­ le développement des services aux exploitations agricoles ;

r2r-img-52-1.gif ­ la formation des agriculteurs aux nouvelles techniques de production, de commercialisation et de gestion ;

r2r-img-52-1.gif Pour une meilleure gestion de l'environnement et l'éducation sont prévus :

r2r-img-52-1.gif ­ des relations plus coordonnées entre zones naturelles et agricoles,

r2r-img-52-1.gif ­ la récupération des zones dégradées et l'éradication des installations étrangères au milieu agricole ;

r2r-img-52-1.gif ­ l'aménagement des accès publics au parc ;

r2r-img-52-1.gif ­ le développement des programmes pédagogiques sur l'espace agricole et les activités agraires ;

r2r-img-52-1.gif ­ la garantie de la sécurité rurale et la surveillance environnementale.

r2r-img-52-1.gif Le plan spécial délimite le secteur du parc, les règles, les usages et les régimes de protection. Bien que le PGD et le plan spécial ne soient encore que des propositions qui ne peuvent être validées tant que le PGTM n'est pas approuvé, un certain nombre d'actions sont déjà en cours, à tel point qu'actuellement le parc agraire du Baix Llobregat est devenu un projet incontournable et une référence pour la gestion des zones périurbaines des grandes villes.

r2r-img-52-1.gif Des réalisations encore limitées

r2r-img-52-1.gif Les réalisations actuelles portent sur cinq points :

r2r-img-52-1.gif ­ la production intégrée de tomates, grâce au programme LIFE- environnement et l'appui du parc, par l'ADV (Agrupacions de Defensa Vegetal). Un plan marketing spécifique a débouché sur une marque collective « Parc agraire du Baix Llobregat » et des accords avec des distributeurs;

r2r-img-52-1.gif ­ la mise à l'étude d'une IGP (Indication Géographique de Provenance) poireaux;

r2r-img-52-1.gif ­ la création d'une coopérative pour les poireaux et les tomates en 1999;

r2r-img-52-1.gif ­ la réfection et l'entretien des chemins en accord avec les municipes;

r2r-img-52-1.gif ­ la sécurité rurale avec des gardes ruraux accrédités par la « diputació » de Barcelone. Le vol de récolte constitue un des principaux maux du parc agraire. En 1999, la « diputació » a dépensé 70 millions de pesetas pour la sécurité sur 175 millions, soit environ le 1/3 du budget du parc agraire.

r2r-img-52-1.gif Pour la deuxième phase, il est prévu :

r2r-img-52-1.gif ­ un « agropôle », centre d'information et de services pour tous les agriculteurs de la zone;

r2r-img-52-1.gif ­ la restauration d'une « masie », ferme traditionnelle, représentative du patrimoine architectural de l'espace agricole et sa transformation en centre d'animation culturelle, vitrine du parc, complétée par un itinéraire pédagogique, grâce au financement Life-environnement. Les masies sont surtout présentes sur les pentes des collines, mais elles existent aussi dans le delta à la faveur de petites élévations qui les mettent à l'abri des inondations.

r2r-img-52-1.gif Si le parc agraire a bien démarré, sa viabilité économique et sa pérennité restent précaires. Les deux problèmes essentiels, la stabilité foncière et la réorganisation foncière d'une part, la qualité des eaux d'irrigation d'autre part n'ont pas encore de solution concrète. Le premier reste un sujet tabou car les agriculteurs eux-mêmes sont divisés, les municipalités mènent des politiques d'urbanisation tout en affirmant protéger les terrains agricoles et la politique territoriale de la Généralité est clairement orientée vers le développement des infrastructures. Le second est extrêmement complexe à résoudre étant donné les multiples sources de pollution et le problème de la « langue salée ». La mauvaise qualité de l'eau d'irrigation a conduit le consortium à acheter des instruments pour la vérification de sa qualité et certains agriculteurs sont contraints à récupérer l'eau pluviale dans des bassins. Le PDI prévoit la construction d'une station d'épuration mais pour l'instant le problème reste entier et entrave le développement économique.

r2r-img-52-1.gif Conclusion

r2r-img-52-1.gif Le parc agraire du Llobregat, maillon de l'« anella verda metropolitana », est un des meilleurs exemples de tentative d'insertion de l'agriculture dans la ville tant par l'ampleur du projet que par les difficultés de réalisation en raison de sa position stratégique pour le développement d'une métropole en pleine croissance. Il illustre l'importance du volontarisme politique dans les projets et réalisations au delà des règlements et des lois. Ici, le volontarisme émane essentiellement de la « diputació ». Or, quel est son pouvoir réel face à la Généralité? Le gouvernement catalan conserve les « diputació », historiquement imposés par le pouvoir central, avec comme première fonction l'aide aux municipalités. Mais la tendance est à leur affaiblissement au profit de la Généralité. C'est donc grâce à l'appui de l'Union européenne et au programme Life-environnement que le projet du parc agraire de Llobregat a pu émerger, illustrant le rôle de plus en plus important de cet acteur supranational dans le développement territorial.

Haut de page

Bibliographie

ANGELS ALIO M. (1977), La evolucion de un nucleo suburbano barcelonés : Sant Boi de Llobregat. Revista de geografia, V. XI, n° 1-2, p. 69-87

CAMON V.I. (1994), Pla director d'infrastructures del MOPT (1993-2007). Propostes d'actuacio a Catalunya. Area, revista de debats territorials, n° 1, p. 25-37

CANES M. (1997), Infraestructures i espai agrari. Apunts dels principal impactes a les exploitacions agraries. Area, revista de debats territorials, n° 5 p. 26-37

CASANOVA J. A. (1994), L'agricultura periurbana al delta del Llobregat : el cas del Prat de Llobregat i Viladecans in El futur de les periferies urbanes. Canvi economic i crisi social a les metropolis contemporanies. Institut de Batxillerat. Generalitat de Catalunya, p. 92-97

DEFFONTAINES P. (1949), Le delta du Llobregat. Etude de géographie humaine. RGPSO TXX, fasc.3-4, p. 137-174

FERRAS R. (1987), Barcelone. Croissance d'une métropole.Anthropos. 616 p.

Nous tenons à remercier vivement l'Union des Paysans, le conseil comarcal, la Diputació de Barcelone et plus particulièrement Messieurs CANES et ROIG pour leur accueil et leur disponibilité.

Haut de page

Documents annexes

Haut de page

Notes

· 1 Castelldelfels, Gava, Viladecans, el Prat de Llobregat, Cornella de Llobregat, Sant Boit de Llobregat, l'Hospitalet de Llobregat, Sant Joan Despi, Sant Feliu de Llobregat, Molins de Rei, el Papiol, Palleja, Sant Vincenç dels Horts et Santa Colonna de Cervello.

· 2 Les inondations de 1842 ont submergé la plus grande partie du delta, celles de 1944 ont été moins catastrophiques à cause des endiguements. Les dernières ont eu lieu en 1966.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

« De la huerta au parc agraire : la basse vallée du Llobregat », Rives nord-méditerranéennes, 8 | 2001, 65-78.

Référence électronique

« De la huerta au parc agraire : la basse vallée du Llobregat », Rives nord-méditerranéennes [En ligne], 8 | 2001, mis en ligne le 22 juillet 2005, consulté le 21 novembre 2017. URL : http://rives.revues.org/52 ; DOI : 10.4000/rives.52

Haut de page

Droits d’auteur

© Tous droits réservés

Haut de page
  • Revues.org