Skip to navigation – Site map

Aux marges des institutions

Populations mobiles et circuits alternatifs d’échanges en Égypte pharaonique
Juan Carlos Moreno García
p. 47-60

Abstracts

The study of the commercial activities of Pharaonic Egypt has been traditionally focused on the initiatives of the state because of the preserved documentary evidence. These sources mainly concern the activities of traders in the service of “great” institutions (such as temples or the king’s palace), the royal expeditions sent abroad (Punt, Sinai, Levant, Nubia) and the diplomatic archives that evoke exchanges between royal courts. However, archaeology reveals a more complex reality, in which actors often neglected in the official sources played a very active role in the diffusion of goods, techniques and ideas over vast distances. Such role is particularly evident in the case of pastoral populations (Nubians, Libyans, Asiatics) and independent traders, whose activities took frequently place independently of any state initiative and in the service of private demand.

Top of page

Excerpt

Cairn

Full-text article available to subscribers or on a "pay per view" basis. It will be available on this URL in January 2021.
Read it

First lines

L’Égypte pharaonique est souvent considérée comme l’exemple achevé de monarchie « orientale » centralisée, bureaucratique et dirigiste. D’après cette interprétation, le sommet de la hiérarchie sociale serait occupé par le pharaon, exerçant son pouvoir sans entraves et dictant ses ordres à une armée de scribes prêts à exécuter ses instructions jusqu’aux endroits les plus reculés du pays. À la base, on trouverait une multitude de paysans occupés à labourer les champs et à acquitter leurs contributions en travail ainsi que leurs taxes et impôts en grain, en animaux et en produits divers. Ces biens seraient ensuite stockés dans des greniers et d’autres installations de la couronne (Trésor, temples, domaines, etc.), prêts à utiliser selon un système de redistribution étroitement surveillé et organisé par l’administration royale. Toujours dans cette perspective, les activités commerciales étaient, pour l’essentiel, une affaire d’État, fondées sur des expéditions organisées et équipées par...

Top of page

References

Bibliographical reference

Juan Carlos Moreno García, « Aux marges des institutions », Rives méditerranéennes, 54 | 2017, 47-60.

Electronic reference

Juan Carlos Moreno García, « Aux marges des institutions », Rives méditerranéennes [Online], 54 | 2017, Online since 15 September 2019, connection on 21 November 2017. URL : http://rives.revues.org/5181

Top of page

About the author

Juan Carlos Moreno García

Juan Carlos Moreno García est Directeur de recherche au CNRS (UMR 8167, Université Paris-Sorbonne Paris IV) ainsi que Chargé de conférences à l'EHESS (Paris). Docteur en Egyptologie, ses recherches se centrent sur l'histoire économique, sociale et administrative de l'Egypte pharaonique, dans une perspective comparatiste. Il est l'auteur d'une dizaine de livres et de plus d'une centaine d'articles consacrés à ces thématiques. Parmi ses publications récentes : Dynamics of Production in the Ancient Near East, 1300-500 BC, Oxford, 2016 ; « Métaux, textiles et réseaux d’échanges à longue distance entre la fin du iiie et le début du iie millénaires : les “Paddle dolls”, un indice négligé ? », in Du Sinaï au Soudan : Itinéraire d’une égyptologue. Mélanges Dominique Valbelle, N. Favry, Cl. Somaglino, P. Tallet (éd.), Paris, 2016.

Top of page

Copyright

© Tous droits réservés

Top of page
  • Revues.org