Navigation – Plan du site

Aux marges des institutions

Populations mobiles et circuits alternatifs d’échanges en Égypte pharaonique
Juan Carlos Moreno García
p. 47-60

Résumés

L’étude des activités commerciales de l’Égypte pharaonique a été longtemps centrée sur les initiatives de l’État en raison de la documentation conservée. Celle-ci, en effet, concerne surtout les activités des marchands au service des grandes institutions (temples, palais), les expéditions royales envoyées à l’étranger (Pount, Sinaï, Levant, Nubie) et les archives diplomatiques qui évoquent les échanges entre les cours royales. Cependant, l’archéologie révèle une réalité bien plus nuancée, où des acteurs souvent négligés dans les sources officielles jouèrent un rôle très actif dans la diffusion des biens, des techniques et des idées sur de vastes distances. Surtout les populations pastorales (Nubiens, Libyens, Asiatiques) et des marchands indépendants, dont les activités avaient lieu fréquemment en marge des initiatives de l’État et au service de la demande privée.

Haut de page

Extrait du texte

Cairn

Texte intégral disponible via abonnement/accès payant sur le portail Cairn. Le texte intégral en libre accès sera disponible à cette adresse en janvier 2021.
Consulter cet article

Aperçu du texte

L’Égypte pharaonique est souvent considérée comme l’exemple achevé de monarchie « orientale » centralisée, bureaucratique et dirigiste. D’après cette interprétation, le sommet de la hiérarchie sociale serait occupé par le pharaon, exerçant son pouvoir sans entraves et dictant ses ordres à une armée de scribes prêts à exécuter ses instructions jusqu’aux endroits les plus reculés du pays. À la base, on trouverait une multitude de paysans occupés à labourer les champs et à acquitter leurs contributions en travail ainsi que leurs taxes et impôts en grain, en animaux et en produits divers. Ces biens seraient ensuite stockés dans des greniers et d’autres installations de la couronne (Trésor, temples, domaines, etc.), prêts à utiliser selon un système de redistribution étroitement surveillé et organisé par l’administration royale. Toujours dans cette perspective, les activités commerciales étaient, pour l’essentiel, une affaire d’État, fondées sur des expéditions organisées et équipées par...

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Juan Carlos Moreno García, « Aux marges des institutions », Rives méditerranéennes, 54 | 2017, 47-60.

Référence électronique

Juan Carlos Moreno García, « Aux marges des institutions », Rives méditerranéennes [En ligne], 54 | 2017, mis en ligne le 15 septembre 2019, consulté le 24 octobre 2017. URL : http://rives.revues.org/5181

Haut de page

Auteur

Juan Carlos Moreno García

Juan Carlos Moreno García est Directeur de recherche au CNRS (UMR 8167, Université Paris-Sorbonne Paris IV) ainsi que Chargé de conférences à l'EHESS (Paris). Docteur en Egyptologie, ses recherches se centrent sur l'histoire économique, sociale et administrative de l'Egypte pharaonique, dans une perspective comparatiste. Il est l'auteur d'une dizaine de livres et de plus d'une centaine d'articles consacrés à ces thématiques. Parmi ses publications récentes : Dynamics of Production in the Ancient Near East, 1300-500 BC, Oxford, 2016 ; « Métaux, textiles et réseaux d’échanges à longue distance entre la fin du iiie et le début du iie millénaires : les “Paddle dolls”, un indice négligé ? », in Du Sinaï au Soudan : Itinéraire d’une égyptologue. Mélanges Dominique Valbelle, N. Favry, Cl. Somaglino, P. Tallet (éd.), Paris, 2016.

Haut de page

Droits d’auteur

© Tous droits réservés

Haut de page
  • Revues.org