Navigation – Plan du site

Paysages, environnement, rapports sociaux (XVIIIe-XXe siècle)

Avant-propos
Laurence Américi et Olivier Raveux
p. 7-10

Texte intégral

1Le groupe de recherche « Acteurs sociaux, acteurs économiques et organisation des espaces en Méditerranée (xviiie siècle à nos jours) » a été fondé en 2004. Il est le fruit du rapprochement de deux composantes d’un ancien programme de l’UMR TELEMME et réunit des chercheurs spécialisés en histoire sociale, en histoire économique et en histoire de l’art. La naissance de cette nouvelle équipe se justifie par des curiosités communes, portant sur les liens entre les relations sociales, les activités économiques et l’espace.

La structuration des espaces comme moyen de lecture des rapports sociaux

2La volonté de ce groupe de recherche est de porter l’attention sur le rôle des relations sociales et économiques dans la perception, la composition et la structuration des espaces dans une perspective de comparaison euro-méditerranéenne. Le terme « espaces » est pris dans une très large acception, incluant les domaines urbains, ruraux et maritimes et permettant d’aborder la dimension culturelle et psychologique (espaces vécus, perçus et projetés). Les interventions spatiales sont prises comme des révélateurs permettant de mettre en évidence le jeu des rapports sociaux. Au final, l’objectif de la recherche est une étude des processus de différenciation à l’œuvre dans les sociétés méditerranéennes depuis la fin de l’époque moderne.

3Notre approche repose sur la confrontation de trois niveaux d’analyse : les réseaux de personnes, les groupes et les individus, étudiés à la fois pour eux-mêmes et dans leurs inter-relations. Les travaux sur les réseaux de personnes, les groupes intermédiaires et les individus constituent dans l’Europe méridionale un champ de recherche toujours riche et d’autant plus stimulant qu’une historiographie importante encourage, depuis quelques années, cette approche par échelles différenciées1. Notre méthode de travail entend concilier les approches macro et micro historiques par la variation des niveaux d’observation (du village ou quartier urbain à l’espace commercial international)2. L’individu reste l’unité d’analyse pour fonder l’étude des mécanismes de production du social, pour autant qu’il soit replacé dans des champs sociaux élargis.

4Notre ambition est donc de nous attacher aussi bien à des acteurs qui organisent les espaces (patrons, pouvoirs publics, propriétaires…) qu’à ceux qui subissent ces interventions (habitants, salariés, mino­rités…). De même, nous voudrions nous intéresser aussi bien aux phéno­mènes de construction du lien social qu’à l’étude des tensions et des conflits.

Paysages et environnement : deux clés de lecture pertinentes

5Dans cette perspective, c’est l’espace perçu qui a retenu notre attention et c’est ainsi que nous avons compris le terme « paysage ». Le paysage est tout d’abord un espace construit. Toute opération visant à le créer ou à le transformer met en jeu les réalités économiques et sociales des territoires. Il est aussi, en reprenant une expression d’Alain Corbin, « manière de lire et d’analyser l’espace, de se le représenter, de le charger de significations et d’émotions »3. La perception d’un environnement en termes de paysage relève d’un ensemble de valeurs qui contribue à caractériser les individus, les groupes, les sociétés qui construisent cette représentation. Comme les deux versants de cette définition le démontrent, l’étude du paysage permet de situer au cœur du fonctionnement des sociétés et des acteurs qui la composent. La définition de l’environnement est tout aussi large et aboutit au même constat. Nous l’entendons comme l’ensemble des conditions naturelles ou non d’un territoire aménagé par une société. Autrement dit, là encore, la notion de construction autour de « valeurs » est centrale et concerne l’ensemble des acteurs de la société.

6Les transformations des paysages et de l’environnement sont sources de nombreux affrontements. Du conflit larvé qui empoisonne les relations sociales à l’insurrection et à la violence, la conflictualité relative au paysage ou à l’environnement revêt de nombreuses formes.

7Dans le contexte des transformations techniques caractéristiques de l’ère industrielle, les contraintes de production et les stratégies économiques transforment plus ou moins brutalement les espaces, modifient l’environnement. Reste à savoir comment ces modifications sont perçues par les différents acteurs sociaux.

8L’étude des réactions face aux transformations des paysages revient donc à envisager les conflits sur les territoires comme des conflits de valeurs, permettant notamment de faire la part de ceux qui adhèrent à ce que Walter Benjamin appelait la « fantasmagorie » de la civilisation de l’ère industrielle et ceux qui y échappent, ou s’y refusent.4 Notre réflexion sur les tensions relatives aux transformations des paysages voudrait s’interroger sur la signification sociale que revêtent ces moments où les transformations de l’environnement deviennent des atteintes aux valeurs d’un groupe, ou d’un individu.5.

9La gestion des paysages et de l’environnement est également affaire de compromis, de collaborations ou de solidarités. Ici, les rapports sociaux peuvent être mis au service d’une quête de solutions aux problèmes de la société dans son ensemble. Il s’agit alors d’étudier les porteurs des projets et d’analyser les articulations entre les ressorts individuels et les ressorts de groupes.

10Pour approcher toutes ces questions, nous nous sommes réunis au printemps 2004 au cours d’une journée d’études durant laquelle nous avons choisi de travailler sur des paysages aussi bien ruraux qu’urbains et d’approcher des environnements très différents (la forêt, le tissu urbain, l’espace usinier…), en Espagne, en Italie, en Provence, en Languedoc, pour une période allant de la fin de l’époque moderne au xxe siècle. L’approche des historiens a été privilégiée. Elle mérite d’être confrontée désormais à celle des géographes, des urbanistes ou des architectes ou d’autres disciplines et l’article présenté dans ce numéro dans la rubrique « jeunes chercheurs » par une historienne de l’art membre de notre groupe de recherche permet d’en mesurer tout l’intérêt.

Haut de page

Notes

1J. Revel (dir.), Jeux d’échelles : la micro-analyse à l’expérience, Paris, Gallimard-Le Seuil, 1996.
2S. Magri, « Bourgeoisies. Emprunts interdisciplinaires dans l’étude d’un groupe social », Genèses, n° 44, 2001, p. 145-164.
3A. Corbin, L’Homme dans le paysage, Paris, Textuel, 2001.
4W. Benjamin, « Paris, capitale du xixe siècle » publié dans Ecrits français, Gallimard, coll. folio essais, 2003.
5Notre démarche se réfère par exemple à celle de Geneviève Massard-Guilbaud et Christoph Bernardt. Sur la question spécifique de la pollution, ils affirment vouloir considérer la pollution (et la lutte contre elle) non pas comme une conséquence secondaire de la société industrielle moderne mais bien comme l’un des éléments constitutifs de la modernité, du « démon moderne » : Christoph Bernhardt et Geneviève Massard-Guilbaud (dir.), Le Démon moderne. La pollution dans les sociétés urbaines et industrielles d’Europe, Clermont-Ferrand, Presses universitaires Blaise-Pascal, 2002.
Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Laurence Américi et Olivier Raveux, « Paysages, environnement, rapports sociaux (XVIIIe-XXe siècle) », Rives nord-méditerranéennes, 23 | 2006, 7-10.

Référence électronique

Laurence Américi et Olivier Raveux, « Paysages, environnement, rapports sociaux (XVIIIe-XXe siècle) », Rives nord-méditerranéennes [En ligne], 23 | 2006, mis en ligne le 25 janvier 2006, consulté le 29 mars 2017. URL : http://rives.revues.org/516 ; DOI : 10.4000/rives.516

Haut de page

Auteurs

Laurence Américi

umr telemme

Articles du même auteur

Olivier Raveux

umr telemme

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

© Tous droits réservés

Haut de page
  • Revues.org