Navigation – Plan du site

Aux marges du marché. Circuits d’échange alternatifs dans les économies préindustrielles

Introduction
Eleonora Canepari, Anne Montenach et Isabelle Pernin
p. 7-17

Entrées d’index

Géographie :

Europe
Haut de page

Extrait du texte

Cairn

Texte intégral disponible via abonnement/accès payant sur le portail Cairn. Le texte intégral en libre accès sera disponible à cette adresse en janvier 2021.
Consulter cet article

Aperçu du texte

Les questions liées à la définition même « du » marché et au fonctionnement concret des marchés anciens ont fait l’objet, depuis une vingtaine d’années, d’un profond renouvellement historiographique. Marchés « imparfaits » au regard de la théorie économique néoclassique, les marchés de l’Europe préindustrielle se définissent avant tout – et c’est en ce sens que nous les entendrons ici – comme des espaces contrôlés, régulés par les pouvoirs politiques ou les corporations, enchâssés par conséquent dans des institutions sociales et politiques. Dans des économies fortement marquées par l’incertitude, le marché en tant que lieu concret, dont l’accès et le fonctionnement sont régis par des contraintes locales précises, rend possible, par la confrontation entre offre et demande et la circulation (même imparfaite) de l’information marchande, une réduction des risques liés à l’échange. Bien que les historiens de l’économie aient longtemps concentré leurs travaux sur les aspects légaux de l’é...

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Eleonora Canepari, Anne Montenach et Isabelle Pernin, « Aux marges du marché. Circuits d’échange alternatifs dans les économies préindustrielles », Rives méditerranéennes, 54 | 2017, 7-17.

Référence électronique

Eleonora Canepari, Anne Montenach et Isabelle Pernin, « Aux marges du marché. Circuits d’échange alternatifs dans les économies préindustrielles », Rives méditerranéennes [En ligne], 54 | 2017, mis en ligne le 15 septembre 2017, consulté le 19 octobre 2017. URL : http://rives.revues.org/5154

Haut de page

Auteurs

Eleonora Canepari

Eleonora Canepari est docteur en histoire de l’Université de Turin (2006) et de l’EHESS (Paris, 2012). Ses recherches s’intéressent à la mobilité urbaine au xviie siècle. Elle a été postdoctorante Marie Curie au Centre Maurice Halbwachs (CNRS, Paris), postdoctorante Gerda Henkel à l’Université d’Oxford, et membre du CRRS (University of Toronto). Elle est titulaire d’une chaire « Étoile montante » de la Fondation A*Midex (Aix-Marseille Université), et PI du projet Settling in motion. Mobility and the making of the urban space (16th-18th c). Parmi ses publications récentes : avec Céline Regnard (dir.) Abitare la città. Residenza e precarietà in età moderna e contemporanea (xvii-xxi secolo), numéro de Quaderni storici (2016) ; « Cohabitations, household structures and gender identities in xviith century Rome », Villa I Tatti Studies, 17 (2014) ; « Porteurs, mendiants, gentilshommes. La construction sociale du pouvoir politique (Rome, 1550-1650) », Annales HSS, 68/3 (2013).

Anne Montenach

Anne Montenach est agrégée d’histoire, docteur en histoire de l’Institut Universitaire Européen de Florence, professeur d’histoire moderne à l’Université d’Aix- Marseille et membre de l’UMR 7303 TELEMMe. Ses recherches portent sur l’économie d’Ancien Régime, sur les liens entre économie licite et illicite et sur la place des femmes dans les échanges, principalement dans le cadre urbain. Principaux ouvrages : L’économie du quotidien. Espaces et pratiques du commerce alimentaire à Lyon au xviie siècle, Grenoble : PUG, 2009 ; avec Deborah Simonton (dir.), Female Agency in the Urban Economy: Gender in European Towns, 1640-1830, New York : Routledge, 2013 ; avec Deborah Simonton et Marjo Kaartinen (dir.), Luxury and Gender in European Towns, 1700-1914, New York : Routledge, 2015 ; Femmes, pouvoirs et contrebande dans les Alpes au xviiie siècle, Grenoble, Presses universitaires de Grenoble, 2017.

Articles du même auteur

Isabelle Pernin

Isabelle Pernin est maître de conférences en histoire grecque. Spécialiste d’épigraphie, ses recherches portent sur l’histoire économique et sociale du monde grec, plus particulièrement de son histoire agraire. Publications récentes : « Land administration and property law in the proconsular edict from Thisbe, (Syll.3 884) », N. Papazarkadas éd. Epigraphy and History of Boeotia: New Finds, New Prospects, Leiden-Boston, 2014 ; Les baux ruraux en Grèce ancienne : corpus épigraphique et étude, Travaux de la Maison de l’Orient 66, Lyon, 2014.

Haut de page

Droits d’auteur

© Tous droits réservés

Haut de page
  • Revues.org