Navigation – Plan du site
Investissement, profit et fiscalité publique autour du commerce des esclaves

La géographie du commerce des esclaves dans l’Empire ottoman et l’implication des marchands d’Europe occidentale

Hayri Gökşin Özkoray
p. 103-121

Résumés

L’approvisionnement en esclaves dans l’Empire ottoman s’effectue principalement en fonction des avancées et des conquêtes militaires, appuyées par un réseau commercial complexe qui comprend des acteurs extérieurs ou périphériques à l’État ottoman. Dans cet article, il s’agit d’établir une hiérarchie analytique des différentes aires géographiques à partir desquelles les Ottomans s’approvisionnaient en esclaves à l’époque moderne. En prenant comme point de départ l’historiographie et des documents d’archives constituant «  une géographie vue d’Istanbul  », l’article examine également le rôle des marchands d’Europe occidentale dans le commerce des esclaves comme cas d’étude, afin de mieux saisir la place des réseaux ottomans au sein de l’échelle globale de la traite à l’époque moderne.

Haut de page

Extrait du texte

Cairn

Texte intégral disponible via abonnement/accès payant sur le portail Cairn. Le texte intégral en libre accès sera disponible à cette adresse en janvier 2021.
Consulter cet article

Plan

Typologie des zones d’approvisionnement
Le contrôle exercé par l’état ottoman et ses limites
Les effets sur la place des marchands occidentaux dans le commerce d’esclaves

Aperçu du texte

L’usage intensif d’esclaves dans l’Empire ottoman se situe aux xve-xviie siècles, au cœur de l’époque dite «  classique  ». À l’apogée de l’expansion territoriale, les prises de guerre constituent la principale source d’approvisionnement en esclaves ; dans le même temps, les Ottomans s’emparent des zones propices aux razzias terrestres, comme le littoral de la mer Noire et les Balkans, et accentuent leur contrôle sur les marchés urbains d’esclaves à Constantinople, Caffa, Azov, Alexandrie, Damas ou Le Caire. «  L’essoufflement de l’avancée ottomane amène un tarissement à partir de la seconde moitié du xvie siècle, au profit des importations  » qui reprennent en grande partie le rôle des conflits militaires pour continuer à approvisionner les marchés ottomans en «  matière première  » (raw material) nécessaire.

L’origine ethnique et géographique des prisonniers de guerre réduits en esclavage varie avec le cadre géographique des campagnes militaires ottomanes d’expansion et des raids o...

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Hayri Gökşin Özkoray, « La géographie du commerce des esclaves dans l’Empire ottoman et l’implication des marchands d’Europe occidentale », Rives méditerranéennes, 53 | 2017, 103-121.

Référence électronique

Hayri Gökşin Özkoray, « La géographie du commerce des esclaves dans l’Empire ottoman et l’implication des marchands d’Europe occidentale », Rives méditerranéennes [En ligne], 53 | 2017, mis en ligne le 15 juin 2019, consulté le 24 novembre 2017. URL : http://rives.revues.org/5150

Haut de page

Auteur

Hayri Gökşin Özkoray

Hayri Gökşin Özkoray est doctorant à la IVe Section de l’École Pratique des Hautes Études (EPHE) et enseigne l’histoire ottomane à l’Université Paris Sciences et Lettres (PSL). Sa thèse porte sur L’esclavage dans l’Empire ottoman aux XVIe et XVIIe siècles. Publications récentes : « Ottomans », in Philippe Zawieja (dir.), Dictionnaire de la fatigue, Genève, Droz, 2016, p. 634-638 ; Articles « Esclavage (au XIXe siècle) », « Prix (fixés) », « Esclaves de la Porte » et « Devşirme », in François Georgeon, Nicolas Vatin et Gilles Veinstein (dir.), Dictionnaire de l’Empire ottoman, Paris, Fayard, 2015 ; « La question de l’abolition de l’esclavage dans le monde musulman : le cas ottoman », Bulletin de la Société des amis des Sciences Religieuses XI, 2015, p. 27-41 ; « Une culture de la résistance ? Stratégies et moyens d’émancipation des esclaves dans l’Empire ottoman au XVIe siècle », in Stefan Hanß et Juliane Schiel (dir.), Mediterranean Slavery Revisited (500–1800) – Neue Perspektiven auf mediterrane Sklaverei (500–1800), Zurich, Chronos Verlag, 2014, p. 403-418.

Haut de page

Droits d’auteur

© Tous droits réservés

Haut de page
  • Revues.org