Navigation – Plan du site
Investissement, profit et fiscalité publique autour du commerce des esclaves

L’alcabala des esclaves de Séville

Notes et données pour une étude dans la seconde moitié du xvie siècle
Rafael M. Perez Garcia et Manuel F. Fernandez Chaves
p. 83-102

Résumés

Les auteurs étudient ici l’alcabala, l’impôt qui frappait les ventes d’esclaves à Séville entre les xve et xviesiècles et qui était connu sous le nom d’alcabala de moros y tártaros. En théorie, cet impôt représentait 10 % de la valeur d’achat, mais il dépassait rarement 8 % ad valorem. Les taux variaient selon les objectifs, la volonté des percepteurs, la conjoncture du marché, l’identité des vendeurs et des acheteurs, etc. Notre étude s’attache plus particulièrement à onze années comprises entre 1571 et 1598, à partir des sources de l’Archivo General de Simancas et de l’Archivo Histórico Provincial de Sevilla.

Haut de page

Extrait du texte

Cairn

Texte intégral disponible via abonnement/accès payant sur le portail Cairn. Le texte intégral en libre accès sera disponible à cette adresse en janvier 2021.
Consulter cet article

Plan

Le fonctionnement de la rente de l’alcabala des esclaves de Séville au XVIe siècle
Évolution du montant de l’alcabala des esclaves de Séville dans son contexte fiscal entre 1571 et 1598
Les arrendadores et la perception de la rente

Aperçu du texte

Les impôts sur les contrats d’achat-vente d’esclaves dans la Castille médiévale et moderne n’ont guère retenu l’attention de l’historiographie. On trouve quelques études à caractère monographique sur cette question, où la valeur des esclaves est appréhendée du point de vue de la rançon, du butin de guerre incorporé au quint royal, ou des diverses taxes qui frappaient les transactions. Les écrits se présentent plus fréquemment sous forme de chapitres spécifiques au sein des plus importantes monographies dédiées à l’étude de l’esclavage, mais les différents auteurs n’ont guère approfondi la question du fait de son maigre reflet dans les sources. On trouve par ailleurs quelques références dans les ordonnances municipales, celles-ci étant étudiées depuis peu de manière systématique afin de mieux connaître l’esclavage. Notre étude porte sur l’existence et l’évolution de la rente perçue sur les transactions d’esclaves dans la cité de Séville, l’un des plus importants centres esclavagistes...

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Rafael M. Perez Garcia et Manuel F. Fernandez Chaves, « L’alcabala des esclaves de Séville », Rives méditerranéennes, 53 | 2017, 83-102.

Référence électronique

Rafael M. Perez Garcia et Manuel F. Fernandez Chaves, « L’alcabala des esclaves de Séville », Rives méditerranéennes [En ligne], 53 | 2017, mis en ligne le 15 juin 2019, consulté le 22 septembre 2017. URL : http://rives.revues.org/5149

Haut de page

Auteurs

Rafael M. Perez Garcia

Rafael M. Pérez García et Manuel F. Fernández Chaves sont professeurs à l’Université de Séville et spécialistes de l’histoire sociale à l’époque moderne. Leurs recherches portent sur l’histoire des Moriscos en Andalousie et particulièrement à Séville : En los márgenes de la ciudad de Dios. Moriscos en Sevilla, Valencia, 2009 et Las élites moriscas entre Granada y el Reino de Sevilla. Rebelión, castigo y supervivencias, Sevilla, 2015. Ils ont également publié d’autres travaux sur la traite atlantique organisée depuis Séville au XVIe siècle : “La cuantificación de la población esclava en la Andalucía moderna” Varia Historia, 2015 ; “La élite mercantil judeoconversa andaluza y la articulación de la trata negrera hacia las Indias de Castilla, ca. 1518-1560” Hispania, 2016.

Manuel F. Fernandez Chaves

Rafael M. Pérez García et Manuel F. Fernández Chaves sont professeurs à l’Université de Séville et spécialistes de l’histoire sociale à l’époque moderne. Leurs recherches portent sur l’histoire des Moriscos en Andalousie et particulièrement à Séville : En los márgenes de la ciudad de Dios. Moriscos en Sevilla, Valencia, 2009 et Las élites moriscas entre Granada y el Reino de Sevilla. Rebelión, castigo y supervivencias, Sevilla, 2015. Ils ont également publié d’autres travaux sur la traite atlantique organisée depuis Séville au XVIe siècle : “La cuantificación de la población esclava en la Andalucía moderna” Varia Historia, 2015 ; “La élite mercantil judeoconversa andaluza y la articulación de la trata negrera hacia las Indias de Castilla, ca. 1518-1560” Hispania, 2016.

Haut de page

Droits d’auteur

© Tous droits réservés

Haut de page
  • Revues.org