Navigation – Plan du site
Repenser la question de la main d'oeuvre esclave en Méditerranée médiévale

La production du sucre en Méditerranée médiévale

Peut-on parler d’un système esclavagiste ?
Mohamed Ouerfelli
p. 41-59

Résumés

Les historiens du sucre des Caraïbes et des Amériques n’ont pas cessé de défendre la thèse d’une structure esclavagiste que le Nouveau Monde a empruntée à la Méditerranée. Ils soutiennent que l’emploi des esclaves s’est amorcé dans les plantations et les sucreries méditerranéennes avant de gagner l’Atlantique. Pourtant l’examen rigoureux des sources montre que les sucreries méditerranéennes font appel à des paysans, à des entrepreneurs agricoles ou à des ouvriers rémunérés, pour accomplir les différentes tâches de la production. Cette activité ne peut pas être envisagée en tant que forme d’économie esclavagiste, et donc ne peut pas servir de modèle au Nouveau Monde. Ce sont surtout les progrès techniques accomplis qui sont mis à profit à grande échelle pour développer l’industrie sucrière dans les Caraïbes et en Amérique.

Haut de page

Extrait du texte

Cairn

Texte intégral disponible via abonnement/accès payant sur le portail Cairn. Le texte intégral en libre accès sera disponible à cette adresse en janvier 2021.
Consulter cet article

Plan

Les projets de la bourgeoisie bagdadienne et la révolte des ZenĞ
L’égypte : des paysans pour la plantation et des salariés dans la sucrerie
Le royaume de Chypre et la conjoncture déprimée du xive siècle
Des traces fugitives d’esclaves en Méditerranée occidentale

Aperçu du texte

Les recherches publiées sur le thème de l’esclavage depuis le siècle dernier sont nombreuses. Mais elles ont été menées essentiellement sous l’angle quantitatif, et certaines questions n’ont été que très peu abordées, en particulier celle de la complexité de ce phénomène et de son rapport avec le marché du travail. D’autres problématiques suscitent encore le débat comme celle du lien entre production du sucre et esclavage, ou du statut de la main d’œuvre employée dans les plantations et les sucreries méditerranéennes au Moyen Âge.

De ce point de vue, les travaux menés jusqu’à la fin du xxe siècle sont majoritairement l’œuvre d’historiens du sucre des Caraïbes et de l’Amérique. Or ceux-ci véhiculent la thèse de l’exportation du modèle méditerranéen aux îles Atlantiques, dans un premier temps, en Amérique dans un second temps. Ils considèrent que le Nouveau Monde a emprunté à la Méditerranée médiévale une structure esclavagiste et que l’emploi d’esclaves a débuté dans les plantations m...

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Mohamed Ouerfelli, « La production du sucre en Méditerranée médiévale », Rives méditerranéennes, 53 | 2017, 41-59.

Référence électronique

Mohamed Ouerfelli, « La production du sucre en Méditerranée médiévale », Rives méditerranéennes [En ligne], 53 | 2017, mis en ligne le 15 juin 2019, consulté le 22 septembre 2017. URL : http://rives.revues.org/5147

Haut de page

Auteur

Mohamed Ouerfelli

Mohamed Ouerfelli, maître de conférences en histoire médiévale à l’Université d’Aix-Marseille, est spécialiste de l’histoire des relations diplomatiques et commerciales entre monde latin et monde musulman au Moyen Âge. Il a notamment publié Le sucre : production, commercialisation et usages dans la Méditerranée médiévale, Leyde-Boston, Brill, 2008 (Coll. The Medieval Mediterranean, 71) ; il a coédité avec Élise Voguet Le monde rural dans l’Occident musulman médiéval, Revue des mondes musulmans et de la Méditerranée, 126, 2009 ; avec Élisabeth Malamut, Les échanges en Méditerranée médiévale. Marqueurs, réseaux, circulations, contacts, Aix-en-Provence, Presses Universitaires de Provence, 2012 (coll. Le temps de l’histoire) et Villes méditerranéennes au Moyen Âge, Aix-en-Provence, Presses Universitaires de Provence (coll. Le temps de l’histoire), 2014.

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

© Tous droits réservés

Haut de page
  • Revues.org