Navigation – Plan du site
Repenser la question de la main d'oeuvre esclave en Méditerranée médiévale

Travail et esclavage

Y a-t-il eu un modèle oriental ?
Salah Trabelsi
p. 21-39

Résumés

Les sources arabes font état de profonds changements liés à la formation d’un immense empire, s’étendant de l’Atlantique à l’océan Indien. La conquête arabe a incontestablement favorisé les débuts d’une économie agraire stimulée par le travail des esclaves. Dès le milieu du viie siècle, on voit apparaître les grands traits d’un monde nouveau, accordant à l’acquisition des esclaves un intérêt supérieur. Principale source d’énergie et de prestige, les esclaves font ainsi très tôt l’objet d’une demande effrénée. Tout en soulignant la différence des statuts entre les salariés libres, les fermiers pauvres et les travailleurs dépendants, les chroniques décrivent des systèmes marqués par une extraordinaire extension de l’esclavage. Cette phase transitoire se renforce sous l’empire omeyyade et atteint des paliers décisifs sous les Abbassides et les Fatimides.

Haut de page

Extrait du texte

Cairn

Texte intégral disponible via abonnement/accès payant sur le portail Cairn. Le texte intégral en libre accès sera disponible à cette adresse en janvier 2021.
Consulter cet article

Aperçu du texte

Pendant de nombreuses décennies, l’histoire de l’esclavage s’est particulièrement polarisée sur ses formes gréco-romaines et précoloniales. Cette attention, quasi exclusivement portée aux mondes antique et transatlantique, a suscité de nombreux malentendus quant aux visages et aspects revêtus par l’institution dans le monde arabe. Sans chercher à examiner les réalités de ce phénomène à partir de son histoire propre et des conditions de son extension, on a souvent estimé qu’il suffisait d’inverser les termes de l’équation pour en dégager les traits et la nature. Au lieu d’aborder le problème à partir de ce qu’il a été réellement, on s’est souvent contenté d’affirmer la spécificité des pays musulmans par rapport au reste du monde. En sus des problèmes épistémologiques qu’elle soulève, cette approche binaire érige des barrières entre le local et le global, le spécifique et l’universel comme si l’histoire des Arabes et des Musulmans avait surgi et évolué dans un monde clos.

Basée sur une...

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Salah Trabelsi, « Travail et esclavage », Rives méditerranéennes, 53 | 2017, 21-39.

Référence électronique

Salah Trabelsi, « Travail et esclavage », Rives méditerranéennes [En ligne], 53 | 2017, mis en ligne le 15 juin 2019, consulté le 24 novembre 2017. URL : http://rives.revues.org/5146

Haut de page

Auteur

Salah Trabelsi

Salah Trabelsi est maître de conférences en histoire et civilisation du Maghreb et du Proche-Orient à l'université Lumière Lyon 2 ; il est vice-président puis membre du Comité Scientifique International du projet La Route de l'Esclave de l'UNESCO, et également membre du Comité scientifique du Centre International de Recherches et d'Etude sur les Esclavages à l’EHESS. Il était directeur adjoint puis directeur du Groupe de Recherches et d'étude sur la Méditerranée et le Moyen-Orient (GREMMO)-UMR 5291-CNRS-Université Lumière Lyon 2 de 2010 à 2015.Parmi ses récentes publications : « Résistances et mémoires des esclavages. Espaces arabo-musulmans et transatlantiques », dir. O. Leservoisier et S. Trabelsi, Paris, Karthala-CIRESC, 2014 ; F. P. Guillén et S. Trabelsi (dir.), Les esclavages en Méditerranée. Espaces et dynamiques économiques, Madrid, Casa de Velázquez, 2012.

Haut de page

Droits d’auteur

© Tous droits réservés

Haut de page
  • Revues.org