Navigation – Plan du site
Désacralisation et "resacralisation" ?

Les anges des cimetières contemporains

Régis Bertrand
p. 93-108

Résumés

Les anges ont dans l’iconographie des cimetières contemporains une place importante. Celle d’abord de créature céleste médiatrice entre ciel et terre, intercesseur et psychopompe de « l’âme ravie ». L’ange à la trompette, annonciateur de la fin du monde, traduit la foi de son commanditaire en la résurrection. L’ange peut être aussi le double incorporel du mort passé dans l’au-delà et « pareil aux anges ». Il tend alors à s’individualiser dans le portrait d’une morte juvénile. L’angelot signale « un ange au ciel », une tombe enfantine. L’ange peut être enfin la figure allégorique de la foi chrétienne, mais aussi le génie païen de l’Immortalité. L’ange est au cimetière un marqueur d’identité religieuse d’intensité variable et parfois ambigu.

Haut de page

Entrées d’index

Géographie :

France, Italie

Chronologie :

Époque contemporaine
Haut de page

Texte intégral

1L’ange a déjà connu une longue histoire dans l’iconographie religieuse et funéraire lorsqu’il commence à voleter dans les cimetières du xixe siècle1. L’omniprésence dans le décor peint et sculpté des églises, en particulier aux temps baroques, de ces créatures ailées tend parfois à faire oublier qu’elles ne sont nullement attestées dans la réalité de ce bas monde. Le problème a été tôt posé dans le christianisme de la représentation d’un être immatériel, intermédiaire entre Dieu et les hommes, les mondes céleste et terrestre. À la fin du ive siècle est apparue dans l’iconographie chrétienne la convention du personnage doté d’ailes d’oiseau, qui reprenait celle des génies du paganisme2. D’où une ambiguïté congénitale qui s’atténue dans le contexte des lieux de culte mais qui redevient patente au grand air du cimetière. D’autant que la création du cimetière contemporain correspond aux temps du néoclassicisme et à la reprise – ou plutôt à la reconduction –, du vocabulaire formel et allégorique gréco-romain. Il suffit en effet de consulter un recueil de relevés de tombeaux tel celui que constitua l’érudit Gaignières au xviie siècle pour observer qu’anges (ou génies ?) n’ont guère cessé de peupler les monuments funéraires depuis la Renaissance3. Avec cette nuance que nombre d’entre eux jouent sur les tombeaux baroques des rôles subalternes qui se raréfieront au xixe siècle : ils présentent les armoiries du défunt ou parfois découvrent son épitaphe en relevant le voile qui la cachait. Alors que les êtres volants vont parfois occuper une place centrale dans le décor sculpté des monuments funéraires ou commémoratifs du xixe siècle. La créature ailée la plus célèbre de la sculpture française de ce temps n’est cependant pas un ange mais cette allégorie féminine de la victoire que Rude a créée pour l’arc de triomphe de l’Étoile, en qui la postérité a vu La Marseillaise.

2L’ange du xixe siècle bénéficie aussi de la promotion depuis la Réforme catholique de l’ange gardien qui accompagne chacun sur le chemin de son existence4. L’ange gardien a suscité l’un des plus grands succès de la librairie de langue française, L’ange conducteur de la dévotion chrétienne du père Coret s.j., paru en 1681, réédité à 51 reprises et tiré à 97 000 exemplaires dans les dix dernières années de l’Ancien Régime, qui connaîtra encore un grand succès au xixe siècle : la B.N.F. en possède plus de 430 éditions, 580 sont provisoirement recensées en France et au Canada5.

3À la croisée de ce double héritage, les anges occupent dans l’iconographie des cimetières contemporains une place particulière. Par leur nombre d’abord. Les relevés que j’avais naguère menés au cimetière de Marseille montraient la fréquence des statues et statuettes d’anges. L’ange se situait globalement en troisième position après le Christ et la Vierge. Mais si l’on ne retenait que la statuaire en pied de plus de 30 cm de hauteur pour éliminer les figurines et les crucifix, l’ange parvenait à occuper la première place dans la statuaire religieuse pour certaines coupes chronologiques décennales6. L’ange semble s’épanouir dans les cimetières urbains pendant la seconde moitié du xixe siècle et le début du xxe, en liaison avec le développement d’une sculpture monumentale, grâce en particulier à la multiplication de la statuaire de moulage ou tout au moins de reproduction. Il tend en revanche à s’éclipser dans la seconde moitié du xxe siècle avec la restriction de la statuaire religieuse et le recentrage de celle qui subsiste autour de la Vierge et du Christ. L’angelot devient essentiellement alors le signal d’une tombe enfantine. L’ange adulte connaît une persistance discrète dans la gravure au trait sur les stèles cristallines, du moins dans les sites où les marbriers pratiquent cette technique. La tête du putto encadrée de ses deux ailes poursuit jusqu’à nos jours sa carrière multiséculaire, sous la forme miniaturisée d’une applique sur une plaque de marbre ou de granite.

4Un tel succès de l’ange auprès des laïcs, en un lieu qui échappe largement au contrôle des clercs, pose problème. Il ne saurait pas seulement s’expliquer par la faculté de multiplier les statues d’anges sur un seul tombeau (il est d’ailleurs rare qu’ils dépassent la paire). Le constat s’impose vite que le cimetière accorde à l’ange une place très supérieure à celle qu’il peut avoir dans les églises du xixe siècle. Dans la majorité des cas, l’ange constitue l’élément sculpté principal, voire unique, du tombeau ; alors que dans la statuaire des églises, les anges autres que Gabriel, Michel ou Raphaël tendent à avoir un rôle subalterne, sinon utilitaire lorsqu’ils servent de porte-cierges ou porte-lampes. Alors que l’iconographie des cimetières est, pour le Christ, la Vierge et les saints, peu différente de celle qui est placée sur les façades ou les clochers des églises, ou bien sur un socle dans un jardin conventuel, ou dans une niche de carrefour, l’ange moulé ou sculpté fait exception : plusieurs modèles rencontrés n’ont pas d’équivalent dans les églises et sont spécifiques du cimetière7. Il semble de fait que l’ange y soit susceptible d’une pluralité de significations plus riche que dans les lieux de culte par la variété de ses mises en situation, de ses attitudes et de ses attributs et surtout par son rapport aux morts. Mais rares sont les indications épigraphiques susceptibles d’expliciter le sens précis de sa présence et de ses gestes.

5Tout signe est au cimetière un message personnalisé qu’une initiative privée adresse en ce lieu public aux visiteurs, en feignant souvent de le destiner à ses morts. L’on peut dès lors se demander si le succès de l’ange ne résiderait pas dans l’ambiguïté de sa nature et de ses significations potentielles, lesquelles peuvent être sommairement regroupées en quelques catégories souples susceptibles de se combiner.

L’ange médiateur

6L’ange est d’abord, conformément à nombre de textes scripturaires8, le messager de Dieu, la créature céleste médiatrice entre le ciel et la terre.

7Il peut l’être d’abord au sens d’intercesseur. L’ange peut dans certains cas être le saint patron d’un mort. Tel défunt nommé ou simplement prénommé Michel a droit sur son tombeau à la statue de saint Michel (avec ou sans ailes). Cette dernière statuaire, qui est semblable à celle des églises, présente comme elle la particularité d’être pratiquement la seule9 à montrer – de façon humiliante –, un ange du mal, un démon, avec parfois des ailes de chauve-souris, qui est terrassé par l’archange. Ordinairement, l’ange intercesseur est représenté sous les traits de l’ange adorateur, à genoux, les mains jointes. Les marbriers et les mouleurs de statuettes en terre cuite ont produit en série et par paires de multiples variantes d’une œuvre de G. Pampaloni, La prière, dont l’original représente un jeune enfant quasi nu, à la longue chevelure bouclée, un genou à terre, les mains jointes, les yeux au ciel, abîmé dans sa contemplation, en lui ajoutant fréquemment une paire d’ailes.

8Son rôle d’intermédiaire entre les deux mondes se manifeste aussi dans ses fonctions de gardien et de conducteur de l’âme dans l’au-delà. Ce rôle de psychopompe est affirmé par une longue tradition iconographique et aussi, de façon peut-être plus immédiatement suggestive pour le fidèle, qui est ici le commanditaire, par une des principales prières de l’office des morts, le subvenite : « Accourez à sa rencontre, anges du Seigneur, recevez son âme et portez-la en présence du très-Haut ».

9Le thème peut aussi être explicite dans l’épigraphie, soit la longue épitaphe louangeuse du premier xixe siècle :

« Il servit dans l’armée et dut à sa valeur
La croix de chevalier qu’il portait sur son cœur.
Il aima l’Éternel de la plus vive flamme !
Un ange à son trépas vint recevoir son âme,
Qui, lorsque son corps gît et repose en ce lieu,
Dans le ciel voit, adore et contemple son Dieu ».
(La Seyne-sur-Mer, 1849).

10Exemple significatif d’une vision de l’au-delà de plus en plus manifeste, par le dualisme entre le corps reposant dans le caveau et l’âme montée au ciel et la tendance à gommer le purgatoire. On la retrouve en vers plus élégants dans le célèbre « Hymne à la mort » de Lamartine :

 « (...) N’entends-tu pas frémir les ailes
De l’esprit qui va t’emporter ?
Bientôt nageant de nue en nue,
Tu vas te sentir revêtue
Des rayons du divin séjour (...)10. »

11Il y a souvent dans les représentations sculptées du cimetière simple juxtaposition du portrait des morts et d’un ange en position d’envol dont on ne sait s’il est leur ange gardien ou leur âme montant au ciel. Ainsi des plaques sculptées en bas-relief de la fin du xixe siècle sur lesquelles sont ajoutées les photographies en médaillon des disparus. Lorsqu’il est caractérisé par un contact physique de l’ange avec le mort, ce thème ancien mais renouvelé au xixsiècle11 est parfois appelé dans les textes du temps « l’âme ravie », terme significativement ambivalent, qui indique ses deux variantes, ravir ayant pour dérivé rapt et ravissement. L’ange qui emporte vers le ciel un jeune enfant peut être interprété comme l’ange de la mort qui vient ravir une innocente victime ou au contraire le messager de Dieu venant chercher une âme sans péché pour peupler le Paradis, ou bien l’ange gardien de l’enfant le protégeant de ses bras dans le voyage de l’au-delà. Cas révélateur de la pluralité de significations de l’ange, qui semble ici traduire à la fois la douleur et l’espérance dans l’esprit de ceux qui ont commandé ces œuvres de grande taille et de petite série, sinon uniques. L’on citera l’exemple éloquent du tombeau de Louise Guillemin, sculpté par A. Gumery alors pensionnaire de la villa Médicis, élevé vers 1861 dans l’église Saint-Louis des Français à Rome. L. Guillemin étant morte en couches est représentée gisante sur un sarcophage ; elle est surplombée par l’ange, qui tient l’enfant sous le bras droit tandis que du gauche, dressé, il montre le ciel à la jeune mère12.

12En revanche le thème de l’étreinte mystique, parfois voluptueuse, est attesté, en particulier pour de jeunes femmes. C’est « une étreinte beaucoup plus troublante qui s’esquisse, parfois à forte charge érotique » note M. Vovelle à propos des groupes du cimetière de Staglieno à Gênes. S. Borgi a montré que le plus célèbre, celui de F. Fabiani, a connu un succès dont témoignent ses plagiats dans plusieurs cimetières européens et même dans celui de Caracas13.

13Il est intéressant de lui comparer son précédent français, « La religion emportant Berthe de Ladoucette » de Ch. Pêtre, qui s’élève au cimetière de Raincy après avoir été exposé au salon de 1868, car Fabiani pourrait l’y avoir vu et en avoir retenu l’attitude de la jeune morte. Mais cette dernière est encore enveloppée de son suaire et la créature féminine ailée a un air bien austère14.

14À un niveau bien plus modeste, des sculpteurs italiens ont propagé dans les Alpes du Sud ou l’Alsace des modèles stéréotypés et naïfs de bas-reliefs où le voyage de l’âme se traduit par l’accueil par l’ange du jeune défunt au sommet d’un long escalier que ce dernier doit gravir.

15L’ange à la trompette est stricto sensu l’annonciateur de la fin du monde (Apocalypse 8, 1-13 et 9, 1-21) et surtout, selon un raccourci de la tradition iconographique occidentale15, de la résurrection des corps et du jugement dernier. Sa statue n’est quasiment jamais un produit de série. Elle peut surmonter en particulier des chapelles, être visible de loin et constituer un des éléments principaux de la conquête des zones de hauteur et des perspectives du cimetière par les effigies et symboles christianisateurs. Faire sculpter un grand ange à la trompette sur son tombeau signifie davantage que faire l’aveu de sa foi dans la résurrection ; c’est vouloir la proclamer à l’échelle du cimetière. Ces initiatives sont surtout prises en France à la fin du xixe siècle et au début du xxe, soit au moment des luttes religieuses et au temps où le cimetière vient d’être laïcisé.

Le double du mort

16Un second ensemble exploite une autre thématique de l’ange qui est également présente dans la Bible, celle du double incorporel du mort. C’est sans doute l’aspect le plus original de l’iconographie du cimetière.

17Le mort passé dans l’au-delà bienheureux est « pareil aux anges ». Il n’est peut-être pas inutile d’observer que cette iconographie s’appuie sur des passages scripturaires et en particulier sur la réponse faite par le Christ à la question des Sadduccéens : si une veuve a épousé successivement sept frères, duquel sera-t-elle l’épouse lors de la résurrection ? Le Christ répond dans Marc 12, 25 et Matthieu 22, 30 : « A la résurrection on ne prend ni femme ni mari mais on est comme des anges dans le ciel » et dans Luc 20, 34-36 qu’ils sont « pareils aux anges ». L’ange compris comme le « double » spirituel du défunt apparaît par exemple dans Actes des apôtres, 12, 15 ; lorsque Pierre, miraculeusement délivré de prison par un ange, frappe à la porte de la maison d’un disciple, la servante reconnaît sa voix mais à l’intérieur on refuse de croire que c’est lui vivant et on lui dit : « c’est son ange ».

18L’iconographie semble jouer sur cette similitude d’aspect entre créature céleste et créature défunte. L’ange peut être dès lors un moyen de représenter l’un des occupants de la tombe, mort précocement, que des mentions épigraphiques permettent souvent d’identifier. Michel Vovelle a le premier mis en évidence dans les cimetières d’Occident « tout un cycle de l’ange16 », marqué par la féminisation croissante d’un ange adolescent ou jeune adulte, qui tend à devenir de plus en plus le portrait (ou simplement la représentation) d’une morte juvénile, décédée parée de la pureté virginale17. Une épitaphe du Père-Lachaise annonce le début de cette évolution : « À Clara notre bien-aimée fille !!! Elle vécut comme un ange et mourut comme une sainte, 1799-182218. »

19Dans le cas en revanche de la statuaire de moulage d’un angelot semant des roses qui se répand sur les tombes enfantines à la fin du xixe siècle et qui est encore en vente aujourd’hui, il est remarquable que l’inscription « un ange au ciel », souvent surajoutée sur une pièce de mobilier (plaque, vase), vienne par exception préciser que cette iconographie est celle du double céleste de l’enfant. Son fondement scripturaire est Matthieu18, 10 : « gardez-vous de mépriser aucun de ces petits, car je vous le dis, leurs anges aux cieux se tiennent constamment en présence de mon Père qui est aux cieux ».

20L’âme de l’enfant mort(e) « en âge d’innocence » (avant sept ans révolus) ayant été lavée du péché originel par le baptême et n’ayant pu ensuite sciemment faire le mal, faute d’avoir atteint l’« âge de raison », va directement au ciel selon la doctrine catholique19. Ces très jeunes morts ont explicitement tendu dans les inscriptions funéraires contemporaines à être reconnus comme un recours céleste pour les leurs, de façon d’ailleurs abusive puisqu’ils n’ont pas mérité le ciel par un martyre ou des vertus surnaturelles. Peut-être parce qu’en ce discours des épitaphes affleure de plus en plus nettement la conviction vraisemblablement multiséculaire que les « bons morts » d’une famille sont ses meilleurs protecteurs au ciel. Au cimetière de Marseille, Paul Eutrope Coste, né le 30juin 1848, mort le 9 octobre 1849, a droit entre son « admirable » grand-père et sa « vertueuse et sainte mère » à cette formule : « Ange du ciel, il prie pour son père et pour sa mère inconsolables ».

21L’on a déjà signalé le long succès jusqu’à nos jours de la petite tête ailée d’angelot en céramique ou en métal fixée au coin d’une plaque, avec l’inscription : « Notre ange au ciel, prie pour nous ».

L’ange allégorique

22Le cimetière est un lieu de statut mixte, où coexistent une iconographie religieuse et une iconographie profane qui peuvent être parfois peu distinctes. Il est, de fait, parfois difficile de préciser la raison d’être de statues d’anges adultes sur un tombeau. L’ange peut simplement faire fonction de gardien de la sépulture. Il peut être aussi une allégorie de la foi chrétienne. L’ange adulte, qui porte la croix et la couronne, parfois la couronne d’épines et les instruments de la Passion, est fort proche des anges des églises. Il s’est répandu dans les cimetières à de multiples exemplaires sous la Troisième république. Dans le mouvement d’accentuation volontariste de l’iconographie religieuse du cimetière qui se manifeste alors de la part de croyants militants, il semble concurrencer ou supplanter une allégorie féminine héritée des siècles antérieurs, celle de la Foi ou la « Religion consolatrice » représentée sous les traits d’une « pleureuse » portant dans ses bras les symboles du christianisme et ayant parfois une étoile au front.

23La « pleureuse » elle-même, qui est la figure profane la plus fréquente du décor néoclassique de la première moitié du xixe siècle, semble trouver un équivalent religieux dans l’ange affligé, figure d’ailleurs a priori assez surprenante du point de vue du catholicisme, car l’ange gardien ne devrait-il pas pleurer uniquement lorsque son protégé fait le mal ou se damne ?

24L’ange peut être enfin une figure allégorique floue suggérant l’immortalité de l’âme, ou la persistance d’un principe vital après la mort, qui semble surtout introduire une certaine spiritualité dans le décor du cimetière, en particulier lorsqu’il est érigé sur un tombeau qui n’a pas de signes religieux. Lorsqu’il porte un flambeau éclairé ou une lampe, il rejoint un frère païen, le génie de l’Immortalité, que l’on peut identifier à coup sûr lorsqu’il porte une flamme au front. Lorsqu’il tient son flambeau renversé et fumant, il s’agit du génie funéraire20. Quand il est nettement féminin et tend une couronne vers l’effigie de quelque défunt, l’on reconnaît plutôt la Renommée, sur le tombeau de l’homme illustre ou la Victoire, les ailes souvent déployées, sur celui du héros militaire, et ensuite sur des monuments aux morts. L’on trouve enfin au Staglieno de Gênes une figure en pied du Vieillard Temps serrant sa faux. Le squelette ailé des temps baroques a en revanche presque totalement disparu.

25Giulio Monteverde a su tirer parti de toutes ces ambiguïtés et ces bivalences pour ériger en 1882 sur le tombeau Oneto au Staglieno de Gênes, une créature ailée androgyne, qui est, à lire les épitaphes, le portrait d’une jeune défunte, dissimulant à demi le long de son corps souple une longue trompette dont on ne sait si c’est celle de l’Apocalypse ou de la renommée, qui peut ressembler aussi à un flambeau éteint, renversé. Les épaules et les bras sont nus et voluptueusement croisés mais le reste du corps est pris dans un drapé étroit de pleureuse qui retombe en traîne, cachant les pieds. Les ailes d’oiseau sont représentées avec une telle précision que l’on oublie que leur modèle incongru est emprunté aux oies sauvages ou aux rapaces ; serrées le long du corps, elles semblent aussi prêtes à s’ouvrir pour l’envol. Ce chef-d'œuvre a inspiré plagiats et adaptations à travers toute l’Europe et le Nouveau monde, le portrait parfois sans grâce de jeunes mortes se substituant au visage énigmatique de l’original21.

Conclusion

26Les anges du cimetière semblent avoir présenté pour leurs commanditaires deux avantages : le premier est la similitude d’apparence entre ceux qui vont au ciel et ceux qui en viennent, soit entre les anges proprement dits, qui sont des créatures célestes, et les créatures terrestres devenues, par leur mort en état d’innocence ou leurs vertus, « pareilles aux anges ». Dans les deux cas, qui d’ailleurs souvent confluent, le second avantage de l’ange est d’être une créature personnalisée susceptible d’aider spécialement les membres morts et vivants d’une famille. Cette ambivalence foncière fait qu’une telle iconographie est particulièrement adaptée à la concession familiale.

27L’ange pourrait aussi présenter l’avantage d’être un marqueur d’identité religieuse d’intensité variable. Avec une forte signification chrétienne dans le cas de l’ange à la trompette, visible de tous les points de l’enclos (à condition du moins que le visiteur en connaisse le sens) et une intensité beaucoup plus faible et discrète dans le cas par exemple de l’angelot semeur de fleurs, qui peut passer pour une simple métaphore de l’innocence enfantine sur une tombe dépourvue de signes religieux. Enfin ce battement silencieux d’ailes pourrait aussi contribuer plus que tout autre statuaire à saturer le cimetière d’un discours imagé sur la survie au-delà de la mort ou simplement l’immortalité d’un principe vital.

28Ces avantages peuvent néanmoins être des inconvénients. La pluralité de sens de l’ange, son ambivalence sont – on l’a vu –, source d’ambiguïté, et l’existence d’allégories païennes aisément confondues avec lui contribue à rendre son message souvent très imprécis, sinon incertain22.

29De surcroît, la critique rationaliste de cet être aux formes humaines et aux ailes d’oiseau peut aussi le faire juger peu crédible, voire risible. Ce n’est point sans doute cependant l’explication du déclin de l’ange funéraire, en particulier adulte, au cours de la seconde moitié du xxe siècle, qui semblerait relever plus généralement d’une crise de la perception de l’identité et du rôle des anges dans le catholicisme contemporain. Néanmoins, lorsque la charge de religiosité inhérente à l’image de l’ange n’est point explicitement référée à une confession – comme c’est le cas, par exemple, de l’ange crucifère –, l’ange paraît susceptible de suggérer l’espoir vague en un au-delà bienheureux ou en une survie dans la mémoire des hommes, ce qui pourrait expliquer la relative permanence de ce thème iconographique, très appauvri, sur des tombeaux très récents, parfois sans autre marque religieuse.

Haut de page

Notes

1 Sophie CASSAGNE-BROUQUET, Les anges et les démons, Rodez, Éditions du Rouergue, 1993. Les anges sont explicitement présentés comme ayant une apparence humaine dans Genèse 19, 1-18 (les deux envoyés de Dieu auprès de Loth). Leurs ailes sont citées pour la première fois dans Exode 37, 7-9 (description des deux figures de chérubins en or représentées sur l’arche d’alliance).
2 H. LECLERQ, « Anges », Dictionnaire d’archéologie chrétienne et de liturgie, t. I, col. 2080-2161. Franz CUMONT, « Les anges du paganisme », Revue de l’Histoire des Religions, t. 72, 1915 / 2, p. 159-182.
3 Jean ADHEMAR et Gertrude DORDOR, « Les tombeaux de la collection Gaignières. Dessins d’archéologie du xviie siècle », Gazette des Beaux-Arts, 116e a., t. 84, n° 1266-1268, 1974, p. 1-192 ; 118e a., t. 88, n° 1290-1291, 1976, p. 3-88 et n° 1292, p. 89-128 ; 119e a., t. 90 n° 1302-1303, 1977, p. 1-76.
4 Émile MÂLE, L’art religieux de la fin du xvie siècle, du xviie siècle et du xviiie siècle. Étude sur l’iconographie après le concile de Trente, Paris, A. Colin, 1932 et rééd., p. 297-309. Jean DELUMEAU, Rassurer et protéger. Le sentiment de sécurité dans l’Occident d’autrefois, Paris, Fayard, 1989, p. 293-339.
5 Yves KRUMENACKER et Dominique WARRY, « L’ange conducteur », dans Les anges, Dôle, Rencontre du Groupe d’Histoire religieuse, 1996, polyc., p. 74-81. Au cours de la même rencontre, une première version de la présente étude fut exposée et discutée (ibid., p. 101-106).
6 Michel VOVELLE et Régis BERTRAND, La ville des morts, essai sur l’imaginaire urbain contemporain d’après les cimetières provençaux, Marseille, éditions du C.N.R.S., 1983.
7 À noter que cette iconographie contemporaine et cemitériale n’est qu’exceptionnellement prise en compte dans les études d’angélologie. Cf. A. MOLIEN, « Anges-iconographie » dans Catholicisme, t. I, 1948, col. 547 : « Le xixe siècle est d’une insigne pauvreté d’imagination. Les anges ne disparaissent pas, mais ils se rattachent toujours à un type du passé ».
8 Joseph DUHR, « Anges », Dictionnaire de spiritualité ascétique et mystique, t. I, col. 580-625.
9 Si l’on excepte peut-être les gargouilles de quelques mausolées néogothiques.
10 LAMARTINE, Harmonies poétiques et religieuses, 1830.
11 Il n’est pas inutile de rappeler qu’il remonte aux pierres tombales du xiie siècle et a connu d’amples développements baroques (Erwin PANOFSKY, Tomb sculpture. Four lectures on its Changings Aspects from Ancian Egypt to Bernini, éd. or. 1964, trad. fr. La sculpture funéraire de l’Égypte ancienne au Bernin, Paris, Flammarion, 1995). Mais les sculpteurs du xixe siècle connaissaient-ils ces précédents ?
12 LE NORMAND-ROMAIN Antoinette, Mémoire de marbre. La sculpture funéraire en France, 1804-1914, Paris, Bibliothèque historique de la Ville de Paris, 1995, p. 168-169.
13 Franco SBORGI, Staglieno et la sculptura funeraria ligure tra ottocento e novecento, Gênes, Artema, 1997, p. 332-334.
14 LE NORMAND-ROMAIN, op. cit., p. 169.
15 Peut-être dérivée de la séquence Dies irae, dies illa de la messe des funérailles qui renferme ces vers : « Tuba mirum spargens sonum / Per sepulcra regionum / Coget omnes ante thronum ».
16 Dans M. VOVELLE et R. BERTRAND, op. cit., p. 133-135. Voir aussi l’étude de M. VOVELLE dans la présente livraison et l’ouvrage de F. SBORGI déjà cité. L’on signalera aussi la notice de Sylvaine DETCHEMENDY, « A comme ange », dans Les appels d’Orphée, association pour la défense des cimetières, Lettre d’information n° 10, mars 1998, p. 2.
17 Le célèbre Concerto pour violon « à la mémoire d’un ange » d’Alban Berg a été écrit en 1935 en souvenir de Manon Gropius, morte à dix-huit ans.
18 Cité par PROSPER, Une voix du Père-Lachaise ou ses inscriptions jusqu’en 1853, Paris, l’auteur, 1853, p. 53.
19 R. BERTRAND, « Les enfants qui remplissent le ciel. Les obsèques et la sépulture des enfants dans la Provence des xviie et xviiie siècles », dans Naissance, enfance et éducation dans la France méridionale du xvie au xxe siècle. Hommage à Mireille Laget, Montpellier, Presses de l’Université Paul-Valéry, 2000, p. 193-210.
20 Sylvaine DETCHEMENDY, « G comme génie funéraire », dans Les appels d’Orphée, op. cit., n° 18, septembre 2002, p. 4.
21 SBORGI, op cit. : analyse avec citation des commentaires du temps, p. 156-158 et diffusion de l’œuvre, p. 328-332.
22 Ce qui est aussi le cas du groupe de bronze d’A. Mercié, Gloria victis, qui s’élève sur l’actuelle place Jean-Moulin de Bordeaux. Ce mémorial de la guerre de 1870 laïcise les thèmes de l’ange ravisseur et de l’étreinte mystique : une renommée aux ailes dressées serre dans ses bras le cadavre quasi nu d’une « jeune et belle victime » – comme l’observe fort pertinemment le dépliant de l’Office du tourisme.
Haut de page

Table des illustrations

Titre Figure 1
URL http://rives.revues.org/docannexe/image/513/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 204k
Titre Figure 2
URL http://rives.revues.org/docannexe/image/513/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 252k
Titre Figure 3
URL http://rives.revues.org/docannexe/image/513/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 200k
Titre Figure 4
URL http://rives.revues.org/docannexe/image/513/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 244k
Titre Figure 5
URL http://rives.revues.org/docannexe/image/513/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 148k
Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Régis Bertrand, « Les anges des cimetières contemporains », Rives nord-méditerranéennes, 22 | 2005, 93-108.

Référence électronique

Régis Bertrand, « Les anges des cimetières contemporains », Rives nord-méditerranéennes [En ligne], 22 | 2005, mis en ligne le 30 décembre 2008, consulté le 23 juillet 2017. URL : http://rives.revues.org/513 ; DOI : 10.4000/rives.513

Haut de page

Auteur

Régis Bertrand

Régis Bertrand est professeur émérite à l’Université de Provence et ses recherches dans le cadre de l’UMR TELEMME portent sur l’Europe méditerranéenne (xviie – début xixe siècle), l’histoire religieuse et culturelle, l’histoire des attitudes devant la vie, la mort, à l'égard du corps, l’histoire des représentations collectives, l’histoire de la France méridionale. Il a récemment co-dirigé avec Anne CAROL deux ouvrages : Le « monstre » humain. Imaginaire et société et Les narrations de la mort, parus aux Publications de l’Université de Provence, Aix-en-Provence.

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

© Tous droits réservés

Haut de page
  • Revues.org