Navigation – Plan du site

Une question brûlante

Gabriel Audisio
p. 5-8

Texte intégral

1Aborder, en ces temps, la question des sectes n'est pas simple, tant nous sommes sensibilisés aux affaires et aux atrocités qui défrayent la chronique. C'est que la passion s'en mêle. Or raison et passion, c'est bien connu, ne font pas bon ménage. Pour raisonner, il est nécessaire de disposer de calme, au moins relativement. Par ailleurs, comme toujours, donner une dimension historique et, plus largement, pluridisciplinaire aux réalités que nous vivons peut y contribuer.

r2r-img-5-1.gif Comme il est d'usage, le présent numéro reflète une journée d'études programmée par notre UMR. Organisée dans le cadre du programme " Religion et Pouvoir ", elle eut lieu en mai 2000. Nous avions tenu à provoquer une réflexion sur les mouvements sectaires, dans la problématique générale des rapports entre la religion et le pouvoir. De fait, la secte prend son origine dans la contestation d'un pouvoir religieux pour établir, à échéance, un autre pouvoir. Cette logique peut dès lors se poursuivre dans une suite de mouvements dissidents, selon une généalogie que, par exemple, les Églises issues de la Réforme illustrent parfaitement, tout autant d'ailleurs que l'Église catholique romaine dont elles sont issues.

r2r-img-5-1.gif Mais les sectes ont récemment attiré plus vivement l'attention. Depuis plusieurs années, en France mais pas seulement, nous assistons à des aberrations parfois dramatiques, jusqu'aux suicides ou meurtres collectifs, et à un excès de langage, et aussi à d'autres qui aboutissent à une désastreuse confusion des esprits. Sans doute faudrait-il préciser de quoi ou de qui nous parlons quand nous utilisons le mot secte .

r2r-img-5-1.gif C'est pourquoi il a paru particulièrement pertinent de tracer d'abord une sorte d'histoire du mot lui-même depuis son origine dans notre culture occidentale, ce que fait ici avec bonheur Pascal Boulhol. Nous serons étonnés, à sa lecture, des variations et des dérives que le champ sémantique de ce terme a connues au cours des siècles, ce qui donne un éclairage particulier à la réalité d'aujourd'hui. Sortir ensuite du monde latino-chrétien pour examiner ce qui, dans le monde musulman médiéval, pouvait correspondre à ce que nous appelons secte, tel est le propos de Claude Gilliot qui, dans une triple perspective comparative (spatiale, chronologique et religieuse), enrichit notre approche et prend un relief tout particulier en cette période. Le monde protestant, abordé par Hubert Bost dans une période où précisément il était interdit en France, montre bien les tendances divergentes que peut connaître une communauté religieuse dans un contexte hostile. Quant au monde catholique, travaillé depuis une génération par divers mouvements charismatiques et autres, c'est Marcel Bernos qui nous rappelle utilement la position officielle de sa hiérarchie. Enfin, achevant le survol chronologique, Raphaël Liogier, examine le cas si caractéristique d'une secte venue de l'est qui montre sa puissance, au demeurant discrète mais réelle, par son exceptionnelle capacité d'adaptation aux valeurs de notre monde d'aujourd'hui.

r2r-img-5-1.gif D'autres aspects furent abordés au cours de cette journée. De fait, trois autres intervenants se sont penchés plus particulièrement sur la situation actuelle, principalement en France. Françoise Champion, sociologue bien connue du CNRS (Paris) et spécialisée dans l'étude des sectes a présenté Les types " classiques " d'organisation religieuse et leurs mutations aujourd'hui, apportant un éclairage indispensable que l'on pourra retrouver dans ses écrits comme, par exemple, dans son ouvrage rédigé en collaboration avec Martine Cohen, Sectes et démocratie (Paris, Seuil, 1999). Bruno Etienne, de l'Institut d'Etudes Politiques d'Aix-en-Provence, a parlé de La République française aujourd'hui face au pluralisme cultuel : religion et secte, abordant la délicate question à laquelle les pouvoirs publics français se trouvent confrontés puisqu'ils incarnent officiellement une République laïque fondée, théoriquement, sur la séparation des Églises et du pouvoir alors que, à l'évidence, ils ne peuvent ignorer les diverses manifestations du religieux dans notre pays ; enfin Jean-Pierre Bousquet, du Centre Roger Ikor (Paris), avec les Réactions de la communauté nationale vis-à-vis des sectes modernes apportait le point de vue du militant aux prises avec les dérives et les abus dont il a été question plus haut. Pour des raisons, d'ailleurs diverses et parfaitement légitimes, ces interventions n'ont malheureusement pas pu être publiées ici.

r2r-img-5-1.gif Personne ne sera étonné par l'impossibilité de tirer des conclusions définitives de cette rencontre : d'ailleurs que signifie " définitif " dans ce monde transitoire, mouvant et même versatile ? Nous pouvons toutefois retenir quelques éléments de réflexion que je soumets au lecteur de ce numéro. Notons d'abord, banalité pour les linguistes, que le sens d'un mot, ici le mot secte~, évolue en fonction du contexte culturel d'une société et que, désignant une réalité précise dans une société donnée, il peut devenir approximatif ailleurs, plus tard. Retenons également que, ce même mot, au cours de son voyage dans le temps dans la même aire, peut recouvrir plusieurs acceptions, de sorte que naît l'ambiguïté, la polysémie, la confusion. La seconde réflexion, inspirée par la comparaison avec le monde islamique, montre que non seulement le mot secte n'est pas forcément traduisible tel quel mais que le concept désigné par ce terme ne correspond pas toujours à la même réalité ; attention dès lors aux approximations, aux transpositions trop rapides qui dénaturent les faits par une insuffisante connaissance, le contre sens étant d'autant plus tentant que les réalités se recouvrent, ne sont pas totalement étrangères l'une à l'autre. Ce qui amène, troisième réflexion, à nous méfier de ce terme ou plutôt, lorsqu'il est utilisé, à vérifier ce qu'il désigne réellement. Nous risquons alors de nous rendre compte que les interlocuteurs ne parlent pas vraiment de la même chose car le terme est devenu largement polysémique et l'un des critères les plus pertinents, à défaut d'être des plus clairs, est le caractère dangereux ou non de tel groupement religieux. Enfin, il n'est pas sans intérêt de constater que tous s'accordent aujourd'hui à considérer le mot secte comme un terme péjoratif, dont l'adjectif sectaire est devenu le corollaire. De fait, personne ne se reconnaît ouvertement membre d'un secte ; tous s'en défendent lorsqu'ils en sont accusés ou soupçonnés. Je me demande si, de ce point de vue, dans notre culture ambiante laïque, ce n'est pas en fin de compte une victoire de l'Église romaine qui, très tôt, a déprécié les autres voies ou écoles de pensée que la sienne, avec la mise en place d'une orthodoxie fortement centralisée, comme des déviations, des hérésies, des groupes dangereux, position qui fut également adoptée par la Réforme, ce qui n'est pas un mince paradoxe. Il serait piquant qu'il en fût ainsi : tous nous aurions fini par adopter la position romaine, dans sa rigidité, dont l'Église romaine elle-même tend à se démarquer. La réflexion sur les sectes se poursuit. Le phénomène de société que nous connaissons et qui se développe se révèle complexe et multiple. Une approche de longue haleine et pluridisciplinaire s'impose. La présente contribution se voudrait un maillon dans cette chaîne de compréhension.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Gabriel Audisio, « Une question brûlante », Rives nord-méditerranéennes, 10 | 2002, 5-8.

Référence électronique

Gabriel Audisio, « Une question brûlante », Rives nord-méditerranéennes [En ligne], 10 | 2002, mis en ligne le 21 juillet 2005, consulté le 29 avril 2017. URL : http://rives.revues.org/5 ; DOI : 10.4000/rives.5

Haut de page

Auteur

Gabriel Audisio

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

© Tous droits réservés

Haut de page
  • Revues.org