Navigation – Plan du site

Être femme, être double. L’apport de l’écriture de soi

Isabelle Lacoue-Labarthe
p. 35-52

Résumés

Être femme, sur tous les plans de la vie publique, revient à devoir, littéralement, se dédoubler. C’est l’apport de l’écriture de soi à la reconstruction d’une cohérence que cet article souhaite interroger, sur la base volontairement hétérogène d’une comparaison de l’incomparable : des écrits personnels de femmes juives venues en Palestine à partir des années 1880 ; des écrits personnels d’historiens et d’historiennes français produits à partir des années 1980 ; des journaux et correspondance de femmes artistes ayant vécu en France au tournant du xixe et du xxe siècle. Comment, au-delà des différences contextuelles, l’écriture de soi devient-elle le lieu possible d’une unité et d’une réappropriation de l’identité double, voire multiple, hors des regards simplificateurs ?

Haut de page

Entrées d’index

Mots-clés :

écriture de soi, femme, genre

Géographie :

Méditerranée

Chronologie :

XIXe siècle, XXe siècle
Haut de page

Extrait du texte

Cairn

Texte intégral disponible via abonnement/accès payant sur le portail Cairn. Le texte intégral en libre accès sera disponible à cette adresse en janvier 2020.
Consulter cet article

Plan

« Assise entre deux chaises »
Être double ou être multiple ?
Renoncements et sacrifices d’une vie multiple
Une spécificité féminine ?
Des assignations identitaires sexuées 

Aperçu du texte

Etre femme, que ce soit en politique, comme militante, comme participante d’un projet politique, comme intellectuelle, comme écrivaine, etc., c’est, le plus souvent, devoir se dédoubler : être à la fois au dehors et à l’intérieur, femme active et femme d’intérieur, épouse et amante, mère et séductrice. Plus qu’une « simple » double journée, c’est devoir mener une double vie. Bien plus, la coexistence d’une telle multiplicité de facettes invite à s’interroger : être femme, est-ce « seulement » être double ? S’écrire peut-il ouvrir une voie vers l’unification d’un soi multiple et parfois éclaté ?

Cet article se propose, en modeste réponse à la proposition de Marcel Détienne de « comparer l’incomparable », de rapprocher trois types de sources relevant d’époques, de lieux et de milieux très différents, mais entre lesquelles sont perceptibles récurrences et échos des unes dans les autres. Le premier ensemble, matériau principal de l’étude, est constitué de lettres, journaux intimes, Mémo...

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Isabelle Lacoue-Labarthe, « Être femme, être double. L’apport de l’écriture de soi », Rives méditerranéennes, 52 | 2016, 35-52.

Référence électronique

Isabelle Lacoue-Labarthe, « Être femme, être double. L’apport de l’écriture de soi », Rives méditerranéennes [En ligne], 52 | 2016, mis en ligne le 15 mai 2018, consulté le 20 septembre 2017. URL : http://rives.revues.org/4977

Haut de page

Auteur

Isabelle Lacoue-Labarthe

En 2016, Isabelle Lacoue-Labarthe est maîtresse de conférences en histoire contemporaine à l’IEP de Toulouse et membre du LASSP (Laboratoire des Sciences Sociales du Politiques, EA 4175). Spécialiste des pratiques d’écriture féminines, elle a récemment publié Femmes, féminisme, sionisme dans la communauté juive de Palestine (1880-1948), Paris, L’Harmattan (2012) et co-dirigé (avec S. Mouysset) un numéro de Clio. Histoire, femmes, sociétés sur « Écrire au quotidien » (35, 2012). Elle est directrice, avec Laure Teulières, de la revue Diasporas.

Haut de page

Droits d’auteur

© Tous droits réservés

Haut de page
  • Revues.org