Navigation – Plan du site
Patrimoines énergétiques : héritages et mutations

Construire une histoire de l'énergie solaire

L'exemple d'une initiative originale d'une recherche solaire méditerranéenne
Sophie Pehlivanian
p. 121-134

Résumés

Le sujet choisi comme objet de recherche a eu pour ambition de faire entrer l'énergie solaire dans le champ de l'historien. Ce postulat a amené à construire une méthodologie de recherche faisant appel à diverses disciplines et s'appuyant sur des écrits et des objets de nature variée. Véritable enquête patrimoniale, cette thèse a permis de mettre au jour plusieurs des histoires de la recherche solaire française afin de les consigner dans un ouvrage qui propose de rassembler ces chroniques afin de les rendre cohérentes entre elles et d'en dégager des problématiques. Parmi ces biographies solaires, l'une d'entre elles est particulièrement méconnue et représente pourtant un sujet riche. Il s'agit de la recherche solaire sur le sol algérien avant 1962, poursuivie à Marseille après cette date. Les instigateurs de ces laboratoires sont également ceux qui ont donné l'impulsion pour la création d'un important mouvement de chercheurs à l'échelle internationale, qui se regroupèrent sous le nom de Coopération méditerranéenne pour l'énergie solaire (COMPLES).

Haut de page

Extrait du texte

Cairn

Texte intégral disponible via abonnement/accès payant sur le portail Cairn. Le texte intégral en libre accès sera disponible à cette adresse en janvier 2019.
Consulter cet article

Plan

UNE THÈSE SUR L'HISTOIRE DE L'ÉNERGIE SOLAIRE
Lectures et enquêtes, identifier un patrimoine de l'énergie solaire
De la difficulté de transmettre une histoire à éclipses
Échanger, diffuser, partager. Le cas de la recherche solaire autour de la Méditerranée
Algérie 1948-1962, faire entrer le solaire à l'université
De l'Institut d'Alger à la Coopération méditerranéenne pour l'énergie solaire
Reconstruire un laboratoire solaire à Marseille

Aperçu du texte

C'est au cours de la seconde moitié du xxe siècle que les représentants de la recherche officielle française intègrent l'énergie solaire dans leurs préoccupations. Les nombreux enjeux scientifiques dans un premier temps, puis politiques, économiques et sociaux cristallisés par l'expansion des expérimentations autour de cette source d'énergie, ont été abordés au cours d'une thèse de doctorat intitulée Histoire de l'énergie solaire en France. Science, technologies et patrimoine d'une filière d'avenir (Pehlivanian, 2014), dont nous expliciterons différents aspects au cours de cet article.

Cette thèse de doctorat, qui a eu pour cadre la période allant de 1946 aux années 2000, a mis en évidence différents aspects des voies technologiques explorées dans le cadre de l'exploitation de la source solaire, en s'appuyant sur une volonté de patrimonialisation des outils scientifiques rencontrés.

L'énergie solaire n'a pas toujours été associée à de potentiels substituts énergétiques, mais nous av...

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Sophie Pehlivanian, « Construire une histoire de l'énergie solaire  », Rives méditerranéennes, 51 | 2015, 121-134.

Référence électronique

Sophie Pehlivanian, « Construire une histoire de l'énergie solaire  », Rives méditerranéennes [En ligne], 51 | 2015, mis en ligne le 15 octobre 2017, consulté le 27 juin 2017. URL : http://rives.revues.org/4957

Haut de page

Auteur

Sophie Pehlivanian

Sophie Pehlivanian a soutenu sa thèse sur l’histoire de l’énergie solaire en France en décembre 2014 (Sophie PEHLIVANIAN, « Histoire de l’énergie solaire en France. Science, technologies et patrimoine d’une filière d’avenir », thèse d’histoire, sous la direction de Denis VARASCHIN, université de Grenoble/université Savoie Mont Blanc, soutenue le 13 décembre 2014), pour laquelle elle a obtenu le prix 2015 de l’Association académique pour la recherche historique et sociologique dans le domaine de l’énergie (AARHSE). Issue de formations dans le domaine du design d’objet, puis de l’histoire de l’art (Aix-Marseille I) et de la valorisation du patrimoine industriel, scientifique et technique (université d’Artois puis de Savoie), son emploi à l’Institut pour l’histoire de l’aluminium (IHA) l’amène à s’intéresser, en 2009, à la collection d’automobiles de l’ingénieur Jean-Albert Grégoire (Sophie PEHLIVANIAN, « La Collection Grégoire - Institut pour l'histoire de l'aluminium : un point de vue original sur l'histoire de l'automobile », Cahiers d'histoire de l'aluminium, n° 42-43, décembre 2009, p. 6-55). Depuis le début de sa thèse, elle publie plusieurs articles et participe à des rencontres afin d’exposer certains points relatifs à l’histoire de l’énergie solaire en France.

Haut de page

Droits d’auteur

© Tous droits réservés

Haut de page
  • Revues.org