Navigation – Plan du site

Élites, engagement et formation en Europe méridionale, au XXe siècle

Introduction
Laurence Américi
p. 7-9

Texte intégral

1Le présent numéro rend compte des travaux d’une journée d’études qui s’est tenue à la MMSH le mercredi 9 avril 2003, à l’instigation du groupe de recherches Elites, entreprises et action sociale, xixe-xxe siècles, au sein du programme de l’UMR Telemme « Les élites en Europe méridionale ; cultures et pratiques », nous nous proposions d’étudier la façon dont les élites et les entreprises concevaient la question sociale, en se donnant comme principe de travail l’analyse des rapports entre discours, pratiques et réalités. Il s’agissait d’analyser l’importance du paramètre social en interaction avec d’autres facteurs dans la mise en place et l’affirmation du processus de domination.

  • 1 . CATY Roland (dir.), Enfants au travail: attitudes des élites en Europe occidentale et méditerrané (...)

2Le premier thème que nous avions retenu était celui de l’enfance, comme l’un des enjeux de l’action sociale. Nos recherches initiales ont porté sur l’enfant au travail1. Cette approche nous a conduit à élargir notre perspective thématique, en portant ensuite l’attention sur les interventions des élites dans la régulation des rapports sociaux par des actions de formation.

3La formation peut aussi bien être initiale ou continue, théorique ou pratique. De même, la définition du terme « élite » se veut la plus large possible, incluant non seulement les élites économiques et sociales au sens strict mais encore les élites associatives ou syndicales. L’action des élites locales s’est dégagée comme un pôle fort de cette recherche, la formation se présentant alors comme un enjeu de pouvoir. Les communications présentées ici répondent à des interrogations portant sur le renouvellement des élites. En analysant les processus de sélection, il s’agissait de voir comment les élites ont cherché à diffuser et à enraciner leur propre vision de la société, par la maîtrise des conditions de leur propre renouvellement mais aussi par l’intervention sur la formation populaire.

4C’est au croisement de ces deux derniers thèmes : renouvellement et contrôle social, qu’intervient la réflexion sur l’engagement. L’engagement est d’abord celui de ceux qui fondent, administrent et dirigent les organismes. En effet, les actions de formation qui nous intéressent sont le fait d’un certain type d’acteurs sociaux, ceux que le vocabulaire français nomme « militants ». Autrement dit, il s’agit de ceux qui, par leur implication dans la société, entendent agir sur les finalités sociales données et sur certaines formes d’institutions. De la part des acteurs de la transmission des savoirs, l’engagement suppose un projet, la volonté de défendre une cause. Ainsi, les communications présentent-elles aussi bien des démarches associatives et bénévoles que professionnelles.

5Plusieurs travaux convergent sur la dynamique des associations, mettant en évidence un rôle de sélection des individus, qui confère à ces groupes une influence sur la société dépassant de beaucoup la mission initiale de l’association. Les organisations catholiques tiennent une place importance dans cette perspective. Les travaux du professeur Feliciano Montero sur l’Action Catholique et ceux de Vincent Flauraud sur la Jeunesse Agricole Catholique donnent à voir comment les associations catholiques ont fait de l’engagement confessionnel un moyen d’accès à une élite renouvelée, dressant un intéressant parallèle entre l’Espagne et la France. Dans le même domaine, la page Jeune chercheur présente le travail d’Hélène Roman sur Marseille, une incursion dans le xixe siècle qui offre un éclairage spécifique sur la formation des femmes.

  • 2 . POUJOL Geneviève, Des élites de société pour demain, Erès, 1996

6Avec les contributions de Pietro Causarano et de Jean Domenichino nous sommes portés sur la scène du travail, au sein même des ateliers, en envisageant les implications sociales de la formation syndicale. Le contexte est alors celui de la deuxième moitié du xxe siècle : alors même que le niveau culturel et d’éducation s’élève, en Italie comme en France, les inégalités par rapport à l’école persistent, creusant les écarts sociaux et posant le problème en termes de déficit démocratique. Il s’agit pour les syndicats de former ce que nous pouvons, après Geneviève Pujol, appeler des élites de société2.

7Pour parvenir à ce but, le militant a pu aussi étendre son action au delà des associations existantes, en développant un projet de transformation qui dépasse, voire contrarie, les missions originelles de l’organisme dont il fait partie. C’est le type de parcours qui fut celui de Marcel David, présenté par Françoise Fortunet.

8Dans tous les cas, l’apprentissage de l’engagement social est un prélude à l’apparition des élites de société. Les différentes communications montrent le rôle crucial joué par les associations (organisations de jeunesse, confessionnelles, ouvrières, syndicales…) dans le renouvellement des élites, au cours du xxe siècle, en Europe méridionale. Le cas espagnol montre bien, par sa chronologie qui peut paraître de prime abord paradoxale, que la fonction de formation des associations peut aller jusqu’à la suppléance des organisations politiques et syndicales, sous un régime autoritaire. De façon plus générale, le militantisme confessionnel est marqué par le passage d’un modèle de vertu, dans des sociétés imprégnées de christianisme, au militantisme de chrétiens intégrés à la société et au métier qu’ils exercent.

9De surcroît, se dégagent aussi les problèmes posés par l’évolution des métiers, avec d’intéressants éclairages sur la place de la formation dans la distinction professionnelle, au sein des entreprises industrielles. Le phénomène joue non seulement sur les carrières, mais aussi sur la distinction entre différents types d’activités, de responsabilités, traçant des possibilités de mobilité sociale ouvrière par la formation au sein des entreprises.

10La question de la nature de cette promotion demeure cependant ouverte : promotion collective ou individuelle ?

Haut de page

Notes

1 . CATY Roland (dir.), Enfants au travail: attitudes des élites en Europe occidentale et méditerranéenne aux XIXe et XXe siècles, Aix-en-Provence, Publications de l'Université de Provence, 2002,

2 . POUJOL Geneviève, Des élites de société pour demain, Erès, 1996

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Laurence Américi, « Élites, engagement et formation en Europe méridionale, au XXe siècle », Rives nord-méditerranéennes, 21 | 2005, 7-9.

Référence électronique

Laurence Américi, « Élites, engagement et formation en Europe méridionale, au XXe siècle », Rives nord-méditerranéennes [En ligne], 21 | 2005, mis en ligne le 05 décembre 2012, consulté le 23 août 2017. URL : http://rives.revues.org/494

Haut de page

Auteur

Laurence Américi

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

© Tous droits réservés

Haut de page
  • Revues.org