Navigation – Plan du site

Les marais de la discorde. Protection et gestion d'un espace naturel en milieu périurbain.

Le cas des marais de la presqu'île de Giens (Hyères, Var)
p. 13-23

Résumés

Le tombolo double de Giens, construction géomorphologique rare et fragile, a difficilement été sauvé de l'urbanisation grâce au Conservatoire du Littoral. Mais la question de l'érosion marine subsiste. Les tentatives de fixation du trait de côte, soit par des ouvrages lourds, soit par d'incessants colmatages du cordon dunaire, ont confirmé leur inefficacité et sont de plus en plus onéreuses. A tel point que certains décideurs préconisent aujourd'hui de cesser la lutte et laisser libre cours à l'évolution naturelle.

Haut de page

Entrées d’index

Chronologie :

XXe siècle
Haut de page

Texte intégral

1Sur le littoral méditerranéen français, la protection et la gestion des espaces naturels conjuguent toutes les difficultés. Bien que protégés efficacement ­ pour l'instant ­ par la loi Littoral, ils restent menacés sur le long terme par des enjeux immobiliers d'une ampleur exceptionnelle. Hormis la solution du Parc National, aujourd'hui abandonnée, la protection forte et durable d'un espace naturel peut emprunter deux voies principales : son acquisition par l'Etat (via le Conservatoire du Littoral) ou par les collectivités territoriales (le Conseil Général notamment), ou bien son classement au titre de la loi de 1930.

2Aucune de ces procédures n'est toutefois pleinement satisfaisante. L'acquisition par les pouvoirs publics est onéreuse, obligeant à des choix délicats entre sites menacés. En outre, bien que la solution amiable soit toujours privilégiée, une longue et éprouvante procédure d'expropriation s'avère parfois nécessaire. Quant au classement, s'il permet de faire l'économie du foncier, et de protéger ainsi de vastes espaces, il est en général très mal accepté au niveau local. Enfin, lorsque les conditions juridiques de protection ont été réunies, il faut encore assumer la gestion du site en termes de fréquentation humaine et/ou de lutte contre l'érosion marine.

3Le tombolo double de Giens offre un étonnant condensé de toutes ces difficultés (voir la carte de présentation du site) :

4­ Les marais salants, situés entre les deux flèches littorales, sont longtemps restés menacés par l'urbanisation. Afin de les soustraire définitivement à la convoitise des promoteurs, l'Etat a cherché à les acheter. Mais après dix ans de négociations acharnées, le recours à l'expropriation s'est avéré une nouvelle fois nécessaire ;

5­ La flèche littorale occidentale est confrontée à un problème d'érosion. Plus encore qu'un tourisme massif et anarchique, l'ouverture en 1969 d'une route tout le long du cordon, puis les ouvrages lourds destinés à protéger cette route de la mer, ont accéléré l'évolution naturelle. Si la gestion du site est devenue plus pertinente depuis sa reprise en mains par le Conservatoire du Littoral, l'objectif reste de maintenir coûte que coûte la route. En réaction à cette gestion dispendieuse et anti-naturelle, certains responsables envisagent aujourd'hui de laisser la mer percer le cordon et envahir les marais.

Un site exceptionnel menacé

6L'action conjuguée de la remontée du niveau marin et du déficit sédimentaire, parfois aggravée par l'action de l'homme, affecte l'ensemble des systèmes dunaires méditerranéens. Qu'elles appartiennent aux grands systèmes deltaïques comme la flèche de la Gracieuse en Camargue, ou qu'elles soient relativement isolées comme celle de Mar menor en Espagne, presque toutes les flèches sableuses subissent une érosion plus ou moins intense. Dans le cas du tombolo double de Giens, le phénomène est d'autant plus spectaculaire et médiatisé qu'il affecte une construction géomorphologique rarissime, dont on ne compte que deux exemplaires au monde. Or le cordon occidental aurait disparu si la commune d'Hyères ne colmatait depuis trente ans les brèches régulièrement ouvertes par la mer.

7Le tombolo oriental ­ large, boisé et urbanisé ­ est relativement stable. En revanche, le tombolo occidental, presque totalement dévégétalisé, plus bas et beaucoup plus mince (30 à 50 mètres dans sa partie la plus étroite) est depuis longtemps en état de déséquilibre. Cartes et textes attestent dès le XVIIe siècle la variabilité du trait de côte et signalent l'apparition sporadique de graus. Mais depuis une trentaine d'années, l'érosion s'est considérablement intensifiée. Si la partie sud du cordon résiste bien, sa partie nord, presque dépourvue de plage, est régulièrement submergée lors des tempêtes et laisse apparaître deux larges fissures.

8Au chapitre des facteurs naturels, le recul de la plage est principalement imputable à la remontée du niveau marin, qui tend inexorablement à transformer Giens en une île. Ce phénomène est accéléré par un déficit sédimentaire marqué. Tandis que les « ruisseaux » côtiers sont rares et leur charge indigente, une puissante dérive littorale emporte le sable de la plage vers le large, en particulier lorsque les fortes houles de sud-ouest, amplifiées en entrant dans le golfe de Giens, attaquent le cordon perpendiculairement et mettent en mouvement d'importantes quantités de sable. Enfin, et bien que l'on ne sache pas exactement à quel point il a été dégradé par la pollution, l'herbier de posidonies semble ne plus jouer pleinement son rôle d'amortisseur de houle et de fixateur des éléments fins.

9Les facteurs anthropiques interviennent assez tôt. Au début du XIVe siècle, du sable est prélevé au nord pour agrandir le port de Toulon. En 1848, pour protéger les marais salants en pleine extension, on tente de fixer le trait de côte par des enrochements et l'enfouissement de rails de chemin de fer dans la dune. En 1969, l'artificialisation du site s'accélère. La Compagnie des Salins du Midi cède gratuitement le cordon littoral à la commune, qui s'engage en contrepartie à protéger les marais d'une intrusion de la mer. Aussitôt une route est ouverte sur le sommet de la dune. Son but est double : faciliter la pose du réseau d'eau et d'électricité vers une presqu'île de Giens en plein développement urbain, et surtout permettre aux baigneurs d'accéder facilement à l'intégralité de la plage. Eventré sans ménagement par les pelles mécaniques puis sommairement rebouché, arasé par les bulldozers puis rapidement goudronné, le système dunaire s'en trouve profondément déstructuré et fragilisé.

10Très vite, la nécessité s'impose de protéger la « route du sel » des attaques de la mer. La Direction départementale de l'Equipement édifie un puissant ouvrage d'enrochements, véritable digue de blocs calcaires soutenue par une palissade de rondins. Les effets pervers se manifestent aussitôt : libération brutale de l'énergie des vagues contre un obstacle vertical, amplification des courants d'arrachement, effets de cavitation… En quelques mois les premiers pans s'effondrent. Au bout de quelques années, et malgré de coûteux travaux de réfection et de renforcement, seuls subsistent des amoncellements irréguliers de rochers.

11Ainsi, pendant vingt ans, pour maintenir la route du sel ouverte, la commune de Hyères va reconstituer le cordon dunaire. Or, plutôt que du sable, ce sont des dizaines de milliers de tonnes de terre et de débris de chantiers qui vont être utilisées. Imperméabilisé, bouleversé dans sa composition et sa stratigraphie, le cordon qui n'a désormais plus rien de naturel va résister de moins en moins bien, s'effondrant par pans entiers sous l'assaut des vagues. Parallèlement, afin de contenir le recul de la plage, on y a déversé d'importantes quantités de galets roulés prélevés dans la rivière Durance. Or, en générant entre eux des micro-courants, ces galets vont accélérer la fuite des éléments fins et éliminer progressivement le sable.

r2r-img-49-1.jpg

Ecologie, économie et logiques d'acteurs

12En 1990, après avoir englouti chaque année depuis vingt ans deux à trois millions de francs dans la route du sel, la municipalité reconsidère le problème. En 1993, elle soumet à l'enquête publique trois versions d'un vaste projet de réhabilitation du tombolo occidental élaboré par la DDE. En simplifiant beaucoup, deux versions dites « écologique » et « intermédiaire » préconisent de limiter plus ou moins fortement le transit sur la route du sel, de réduire ou de supprimer les parkings, de réhabiliter le système dunaire… Une troisième version, dite « économique », prévoit de maintenir la route, de créer des parkings en continu sur 4 km, de construire une dune artificielle, d'immerger une digue de blocs calcaires pour bloquer la fuite de sable et le glissement de l'ensemble de l'ouvrage dans la mer…

13Dans un climat houleux et parfois violent, l'enquête publique oppose les partisans de la version écologique à ceux de la version économique. Les associations de protection de l'environnement et les scientifiques optent pour la fermeture de la route du sel. Face à eux, en ordre plus dispersé mais bénéficiant de solides appuis, les professionnels du tourisme considèrent cette route comme un outil économique indispensable puisqu'elle dessert la plage de l'Almanarre, vitrine balnéaire de la commune. Enfin, les élus constatent avec étonnement que l'avenir du tombolo suscite un très vif intérêt parmi la population hyèroise, partagée entre les deux options.

14Il est vrai que si le « projet économique » souffre de nombreuses incertitudes techniques et d'un coût exorbitant (plus de 100 millions de Francs), ses défenseurs mettent en avant la nécessité de maintenir la route du sel. Plus qu'une desserte de la plage de l'Almanarre, elle est devenue en période estivale un lien nécessaire entre le continent et une presqu'île de Giens qui a été considérablement urbanisée : 20 000 personnes y séjournent l'été, 300 000 personnes y embarquent chaque année pour l'île de Porquerolles, les établissements hospitaliers y emploient plusieurs centaines de salariés… Soit un trafic de 16 000 véhicules par jour l'été, dont le tiers utilise la route du sel. Si cette dernière venait à être supprimée, il faudrait doubler la route empruntant le tombolo oriental, supprimer les réseaux d'eau et d'électricité toujours enfouis dans le cordon dunaire, déplacer l'embarcadère vers Porquerolles et ralentir l'urbanisation galopante de la presqu'île de Giens. Enfin et surtout, les services de secours mettent en avant la nécessité d'une seconde voie d'évacuation, notamment en cas d'incendie de forêt sur la presqu'île.

15Face à la polémique, la municipalité préfère différer sa décision. Or six mois plus tard, le 6 janvier 1994, une violente tempête détruit une partie de la route du sel et ouvre une nouvelle brèche dans le cordon. Tous les projets sont alors abandonnés et la gestion du site est confiée au Conservatoire du Littoral; chose rare puisque celui-ci est en général propriétaire des sites mais en confie la gestion à autrui. Acceptant de prendre en charge un dossier techniquement et politiquement épineux, le Conservatoire impose plus ou moins ses conditions. Ecartant les services techniques de la ville, il devient seul maître d'œuvre, choisit un interlocuteur municipal unique, met en place un comité de pilotage et lance rapidement un programme d'urgence intitulé Trente mesures immédiates pour la survie du tombolo. Quelques axes de travail se dessinent :

16­ de façon très classique, la mise en défense des dunes par un réseau de ganivelles, l'aménagement des parkings situés au sud du tombolo et l'information du public ;

17­ sur le modèle de gestion du tombolo triple d'Orbetello (Italie), 500 places de stationnement sont supprimées au nord et compensées par l'ouverture d'un parking gratuit à l'entrée du site ;

18­ la route et les réseaux sont reculés d'une dizaine de mètres vers les marais. Sur l'espace libéré, la dune est reconstituée avec un mélange de sable et de posidonies mortes. Notons que la route n'est donc pas supprimée mais simplement fermée à la circulation automobile en hiver ;

19­ les anciens enrochements sont progressivement retirés afin de restaurer le profil originel de la plage.

20Six ans après, le bilan est mitigé. Dans la partie sud du tombolo, les ganivelles fonctionnent bien et la plage, profitant des sédiments arrachés à la partie nord, est en phase d'accrétion. Au nord en revanche, si le cordon a retrouvé un profil plus naturel, la végétation ne reprend pas et la mer continue d'ouvrir les deux brèches principales; lesquelles doivent être colmatées quatre à six fois par an. Au début du mois de janvier 2001, en une nuit, une tempête a totalement détruit 100 mètres de dune, projetant 1 500 à 2 000 m3 de sable dans le canal situé en arrière de la route. En cette période pré-électorale, la municipalité s'est empressée de restaurer le site. En moins d'une semaine, 5 000 tonnes de sable de carrière ont été amenées sur le site et la dune reconstruite sur 500 mètres de longueur. Soit un chantier estimé à plus d'un million de francs, dont on sait qu'ils seront intégralement et très prochainement engloutis.

21Même si la route du sel peut difficilement être supprimée en l'état actuel des choses, force est de constater que le fil directeur des aménagements consiste comme depuis trente ans à maintenir le trait de côte. Or il s'agit là d'un non-sens écologique dans la mesure où il est impossible de faire coexister sur moins de trente mètres de large une route goudronnée à double sens et un système dune-plage naturellement mobile, qui plus est en régression. Plus globalement, outre le fait qu'elle est perdue d'avance, cette lutte va devenir de plus en plus difficile et onéreuse. En effet, le niveau de la mer ne cessant de monter et la plage de reculer, la dune artificielle s'en trouve chaque année plus haute, plus mince et plus abrupte, donc plus vulnérable.

22Prenant acte de cette fuite en avant, certains responsables prônent aujourd'hui un « accompagnement de l'évolution naturelle ». Il s'agirait de supprimer la route et laisser la mer percer le cordon pour envahir librement les marais, tout en engageant un véritable travail de restauration du cordon. Ressuscité par le retour de la mer, un milieu lagunaire de plus de mille hectares pourrait servir de base, toutes proportions gardées, à un tourisme écologique et ornithologique de type camarguais. Si ces voix restent isolées et discrètes au sein du conseil municipal, le Conseil Scientifique du Conservatoire du Littoral a récemment préconisé cette option.

23Beaucoup d'obstacles à la suppression de la route du sel ont été levés : les réseaux d'eau et d'électricité sont en train d'être déplacés vers le tombolo oriental, la route empruntant ce dernier peut être facilement dédoublée, le déplacement de l'embarcadère vers Porquerolles est à l'étude et une procédure de classement de la presqu'île de Giens aboutira au cours de l'année 2001. Enfin, condition sine qua non à l'opération, la Compagnie des Salins du Midi est sur le point d'être expropriée au profit du Conservatoire du Littoral.

Acquérir le foncier

24En dépit d'un durcissement réglementaire et législatif très fort, qui aujourd'hui offre une protection assez efficace aux derniers espaces naturels littoraux, seule la maîtrise foncière des sites permet selon nous leur réhabilitation et leur gestion. Or, sur le littoral méditerranéen en particulier, les pouvoirs publics ont trop longtemps hésité à engager une véritable politique foncière. Et ce tout autant par sous-estimation des enjeux environnementaux et paysagers futurs que par souci de ne contrarier ni le développement économique régional, ni la classe politique locale, ni parfois certaines opérations immobilières. De fait, l'Etat doit aujourd'hui procéder au mieux par acquisition amiable ou préemption, au pire par expropriation. Le conflit qui depuis 1992 oppose le Conservatoire du Littoral aux propriétaires successifs des marais salants de Giens en offre une parfaite illustration.

25Jusqu'en 1994, les marais salants ont appartenu à la Compagnie des Salins du Midi. Premier propriétaire foncier privé de France, elle possède des milliers d'hectares en Camargue et sur le littoral languedocien. Mais ce sont les 900 hectares de marais hyèrois qui représentent leur véritable trésor de guerre. Au début des années quatre-vingt, en pleine effervescence immobilière, elle avait envisagé de vendre les 350 ha des Vieux Salins, situés à l'est de la commune, pour y construire une marina. Pour des raisons demeurées obscures, ce projet n'aboutira pas. En 1991 la conjoncture s'inverse. D'une part, sur la base de la récente loi Littoral, les premières grandes décisions de justice annulent ou amputent fortement tous les grands projets immobiliers. D'autre part, en quelques mois, le marché immobilier s'effondre. Patiente et optimiste, la Compagnie des salins du Midi refuse de vendre ses terrains au Conservatoire du Littoral qui depuis longtemps les convoite. Mais coup de théâtre, en mars 1992 une décision du conseil municipal instaure un droit de préemption sur toutes les zones naturelles proches du rivage, ruinant ainsi les visées spéculatives de la Compagnie qui contacte alors le Conservatoire. Sortant d'une longue et pénible procédure d'expropriation sur les étangs de Villepey (commune de Fréjus), celui-ci privilégie fortement l'acquisition amiable.

26La discussion achoppe rapidement sur le prix. Les Salins du Midi, qui au départ en espéraient 175 millions de francs (près de 20 F/m2), abaissent leurs prétentions jusqu'à 50 millions de francs (environ 6 F/m2). Le Conservatoire refuse. D'une part cette somme représente environ la moitié de son budget annuel d'acquisition alors que les salins de Giens ne constituent pas une priorité. D'autre part, il craint qu'à l'avenir ce prix ne serve de base de négociation pour les terrains des Salins du Midi qu'il convoite en Camargue. Arguant du fait que rien ne peut être construit sur ce site, où la production de sel a par ailleurs cessé par manque de rentabilité, le Conservatoire s'approprie une phrase alors d'actualité et déclare maladroitement que les terrains, comme les usines Thomson, ne valent pas plus d'un franc. Les négociations sont interrompues. Rachetés en 1994 par le groupe nord américain Morton, premier salinier mondial, ils ont les moyens d'entretenir a minima un site naturel qui redore leur image de marque environnementale. Jusqu'en 1999, reprises et ruptures de négociations alternent mais il semble désormais clair pour chacun que l'avenir des marais sera à la protection intégrale.

27Les choses s'accélèrent enfin durant l'été 2000. Dans un contexte immobilier redevenu très favorable, des projets surgissent. Le premier viserait à transformer les anciens bâtiments des ouvriers saliniers en appartements de grand standing. Interpellée par une presse attentive et bien informée, la municipalité s'empresse de souligner son opposition au projet et insiste sur les multiples obstacles réglementaires qu'il rencontrerait. Peu après, émergeant lui aussi de nulle part, un projet de golf occupant 132 ha de marais est évoqué. Véritables opérations immobilières selon certains, stratégie téléguidée par les Salins du Midi pour faire accélérer les négociations et augmenter le prix d'achat selon d'autres, il n'en demeure pas moins que la pression monte.

28Prenant acte de l'inefficacité de la voie amiable, le Conservatoire du Littoral demande alors au préfet de lancer une procédure d'expropriation. Tandis que le commissaire-enquêteur reconnaît l'utilité publique de l'opération, le prix proposé par l'administration tombe à
35 millions de francs (moins de 4 F/m2). Confiant quant à l'issue de la procédure, qui devrait aboutir en mars 2001 malgré un recours des Salins du Midi, le Conservatoire du Littoral prépare déjà l'avenir. Si la suppression de la route du sel et la rupture du cordon ne sont toujours pas évoquées publiquement, on s'acheminerait à court terme vers un tourisme écologique et patrimonial. Une convention d'entretien du site a même déjà été élaborée entre le Conservatoire et la municipalité d'Hyères, qui prendra la tête d'un syndicat mixte regroupant notamment le département et diverses associations.

Conclusion

29La gestion de l'érosion sur le tombolo de Giens confirme, s'il en était besoin, le manque d'efficacité et d'efficience des politiques de fixation du trait de côte; a fortiori sur les littoraux sableux. Mais pour séduisante qu'elle soit, l'alternative « écologique » soulève toutefois beaucoup de questions, dont trois sont particulièrement épineuses.

30Techniquement, les scientifiques ne sont pas en mesure de prévoir ni de maîtriser le cheminement de la mer dans les marais. Il est donc impossible d'en cerner les conséquences à moyen et long terme pour l'ensemble du tombolo et son environnement proche. A ce titre, les premiers carottages ne sont pas encourageants puisque la quantité de sable disponible serait beaucoup plus faible que prévue.

31Juridiquement, on peut s'interroger sur le risque contentieux inhérent à ce type de décision. Car, outre la nature et l'intensité des préjudices, il sera difficile d'en déterminer les responsabilités. En tout état de cause, seule une politique préalable d'acquisition foncière la plus vaste possible nous semble capable de minimiser les atteintes aux propriétés et aux intérêts privés.

32Politiquement, cette double incertitude technique et juridique exacerbe le risque électoral. Nos premières enquêtes sur le site, au lendemain de la tempête de janvier 2001, ont montré que la moitié des personnes sondées, une fois informées sur le coût de l'entretien et l'absence de solutions techniques durables, étaient favorables à l'option écologique. Reste à savoir si la commune, même une fois les élections passées, ira à l'encontre des habitants de Giens; lesquels sont fortement opposés à cette solution et représentent 15% de l'électorat communal.

33Quoi qu'il en soit, cette alternative écologique, impensable hier, envisagée mais appréhendée aujourd'hui, s'imposera demain sinon comme une évidence du moins comme une obligation. S'engagera alors un formidable pari scientifique, mais aussi politique, dont l'évolution s'avèrera déterminante pour la gestion future des espaces littoraux.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

« Les marais de la discorde. Protection et gestion d'un espace naturel en milieu périurbain. », Rives nord-méditerranéennes, 8 | 2001, 13-23.

Référence électronique

« Les marais de la discorde. Protection et gestion d'un espace naturel en milieu périurbain. », Rives nord-méditerranéennes [En ligne], 8 | 2001, mis en ligne le 22 juillet 2005, consulté le 20 septembre 2017. URL : http://rives.revues.org/49 ; DOI : 10.4000/rives.49

Haut de page

Droits d’auteur

© Tous droits réservés

Haut de page
  • Revues.org