Navigation – Plan du site
2015

Zacharias Calliergis, la première imprimerie grecque de Rome et le rôle du banquier du pape

Les enjeux éducatifs et économiques du marché des savoirs au xvie siècle
Amélie Ferrigno
p. 157-171

Résumés

L’avènement de l’imprimerie change les voies d’accès à la connaissance, élargit le lectorat et fait du savoir un produit consommable. Le secteur éditorial, en plein essor durant le début du XVIe siècle, attire de nombreux investisseurs. Typographes-imprimeurs et hommes d’affaires s’associent alors dans un objectif commercial commun. La fondation de la première imprimerie grecque de Rome cristallise plusieurs enjeux (technique, éducatif, économique…) et permet d’observer la mise en place d’un nouveau système économique, de nouvelles pratiques d’acquisitions des connaissances et les transformations du milieu universitaire. Ce contexte nous invite à ce nous interroger sur le rôle du marchand-banquier dans le nouveau marché des savoirs.

Haut de page

Texte intégral

Introduction

1L’avènement de l’imprimerie, innovation technique majeure de la Renaissance, bouleverse les voies d’accès à la connaissance, les méthodes d’acquisitions et ouvre un nouveau marché, celui des savoirs et de l’éducation, désormais considérés comme des produits consommables. Le livre imprimé en série sert progressivement de support aux professeurs des universités et des collèges humanistes pour dispenser leurs enseignements, et répond au besoin en ouvrages de la part d’une population d’étudiants et d’érudits. Une augmentation de la consommation du livre apparaît alors au début du xvie siècle en Europe et principalement en Italie. Parmi les œuvres imprimées, les classiques sont particulièrement recherchés et entraînent la fondation d’ateliers typographiques spécialisés dans la fabrication de caractères mobiles en alphabet grec, nécessitant une grande technicité et des capitaux importants dus au coût plus élevé de cette impression par rapport aux caractères latins. Tandis qu’à la fin du xve siècle, Venise voit paraître les éditions grecques d’Alde Manuce, Rome n’a pas encore d’imprimerie grecque. La fondation de l’imprimerie de Zacharias Calliergis au début du Cinquecento est alors accueillie avec enthousiasme et fait figure de nouveauté dans la cité pontificale. Très peu de sources font référence aux conditions de création de cette imprimerie, principalement destinée à alimenter le collège grec fondé par le pape Léon X. Mais on sait qu’elle voit le jour grâce au soutien financier d’un homme d’affaires : Agostino Chigi, riche banquier, trésorier de la Curie et mécène. L’association du typographe et de l’homme d’affaires offre ainsi un exemple concret du rôle tenu par le marchand-banquier dans la diffusion et la commercialisation des savoirs. Caractérisé par sa quête d’innovations, de nouveaux marchés à saisir, le marchand-banquier de la Renaissance devient acteur du secteur éditorial et se met à investir le terrain de la culture en soutenant et finançant différents projets qu’il intègre à son mécénat. La recherche de mécènes pour financer des projets d’édition était assez courante, mais le statut particulier d’Agostino Chigi dans l’environnement économique et culturel de l’État pontifical laisse entrevoir un contexte précis à discerner. Quels sont les intérêts qui ont motivé son implication dans la fondation de la première imprimerie grecque de Rome ? Sur quoi reposait le succès escompté de cette entreprise ? Et quels enjeux comportait la fondation de cette imprimerie ? Innovations et prouesses techniques, rentabilité financière, mais également enjeux éducatif et culturel sont à examiner.

L’édition grecque dans l’émergence du marché de l’éducation à Rome

  • 1 Dont Jacopo Mazzocchi, Stefano Guillery, Marcello Silber, Johann Besicken, Antonio Blado, Zoppino N (...)

2Peu de temps après son apparition en Italie en 1465, l’imprimerie se développe rapidement. En quelques années, pas moins de quatre-vingts centres de typographie sont présents dans toute la péninsule (dépassant de loin l’Allemagne et la France). Au début du xvie siècle, Rome devient un des centres d’édition les plus actifs. Entre 1500 et 1520, plus d’une trentaine d’éditeurs1 sont présents dans la cité, qui devient le centre de production et de commerce de livres le plus dynamique d’Europe.

  • 2 Cf. Francesco Barberi, Tipografi romani del Cinquecento, Guillery, Ginnasio Mediceo, Calvo, Dorico, (...)
  • 3 On voit également de plus en plus de livres professionnels (pour la population d’avocats, de médeci (...)

3Les besoins en livres y sont particulièrement importants. L’édition est tout d’abord favorisée par la présence de la Curie qui produit de nombreux textes religieux et administratifs et répond à la forte présence de fonctionnaires apostoliques. Elle est également favorisée par l’université, les professeurs et les étudiants présentant de grands besoins en ouvrages. Certains typographes se spécialisent ainsi dans l’impression de textes destinés à l’un des deux principaux secteurs d’édition. Ce sont les stampatori camerali, les éditeurs officiels du Vatican, ou i librai dell’università2 spécialisés dans l’édition universitaire. Les livres édités à Rome sont donc, pour la plupart, des ouvrages de dévotion ou de textes religieux, des documents pontificaux, ou encore des décrets, des documents administratifs, mais aussi des livres d’usage scolaire, des livres d’études, des manuels pédagogiques (grammaires, dictionnaires)3.

  • 4 Michel Lassithiotakis, Le rôle du livre imprimé dans la formation et le développement de la littéra (...)
  • 5 Emmanuel Rodocanachi, La première Renaissance : Rome au temps de Jules II et de Léon X, Paris, Hach (...)
  • 6 Jean-Marie Le Gall, Les humanistes en Europe XVe – XVIe siècles, Paris, Ellipses, 2008, p. 23.
  • 7 Jean-Marie Le Gall, op. cit., p. 24.
  • 8 Michel Lassithiotakis, op. cit.

4Les textes anciens et la littérature scientifique grecque constituent alors les principales sources des universités. Une bonne maîtrise de la langue devient ainsi indispensable pour se réapproprier le fondement des savoirs. L’Italie favorise donc la diffusion de textes grecs sur tout son territoire, en ciblant les besoins d’une population de philhellènes et de lettrés grecs, qui s’étaient progressivement installés dans la péninsule durant le xve siècle. Cette renaissance hellénique continue durant le pontificat de Léon X (1513-1521). Le pape Médicis (fils de Laurent le Magnifique) poursuit la politique culturelle menée par sa famille en offrant son soutien aux humanistes. Attentif au contexte politique de la Grèce, sous occupation ottomane, il préconise un retour à la culture antique afin que soit rétablie la connaissance de la langue et des lettres grecques en Italie. La situation de la Grèce suscite, en effet, chez les lettrés, une réaction contre la menace de perte de sa culture et l’ignorance dans laquelle la plonge l’occupant. Dans ses travaux, Michel Lassithiotakis4 se penche sur plusieurs éditeurs philologues et leur volonté « d’élever le niveau culturel [de la] population grecque soumise à domination étrangère et donc à une préoccupation indissociablement patriotique et pédagogique ». Apparaît alors une volonté de produire et de faire circuler des éditions en langue grecque de textes en tous genres : liturgiques, classiques et vernaculaires. C’est ainsi qu’une des premières mesures prises par le pape Giovanni dei Medici après son élection est la création d’un collège grec5, fondé en février 1514 (sur le Quirinal), et pourvu de sa propre imprimerie. De jeunes exilés grecs devaient y recevoir une formation « afin de se préparer à enseigner la bonne prononciation et le bon usage de la langue ». Léon X souhaitait ainsi « former des prêtres à la langue grecque pour ramener cette nation vaincue et schismatique dans le giron pontifical »6. L’intérêt du pape pour la culture et la langue grecques s’explique, en effet, par deux raisons principales. Tout d’abord, il était sollicité par les humanistes grecs installés en Italie afin d’intervenir en faveur de la Grèce contre l’infidèle. Mais le grec était surtout la langue sacrée du Nouveau Testament et de la Septante, et son apprentissage offrait de nouvelles possibilités de découvrir les Écritures7. Le collège du pape et son imprimerie regroupaient donc plusieurs objectifs : fins éducatives, préoccupation patriotique8 et intérêt théologique. L’édition de textes grecs à Rome se trouve ainsi favorisée par le climat humaniste et philhellène qui se crée au début du xvie autour du pape, et devient ainsi un nouveau marché à saisir.

5Parallèlement à la mise en place de ce nouveau marché éditorial, beaucoup d’hommes d’affaires perçoivent les avantages que représente l’imprimerie, qui touche une population élitiste (humanistes et étudiants) mais également un public de plus en plus large, et offre des sources de profits plus importantes. Ils flairent les multiples ressources de ce qui sera bientôt un outil de communication de masse et en deviennent les principaux investisseurs.

Le marchand-banquier dans le secteur éditorial

  • 9 Une Bible imprimée à Venise en 1478 coûte entre 400 et 500 ducats pour l’achat du papier et la main (...)
  • 10 Martin Lowry, Le monde d’Alde Manuce, imprimeurs, hommes d’affaires et intellectuels dans la Venise (...)
  • 11 Martin Lowry, op. cit., p. 18-21.
  • 12 Jean-François Gilmont, Le livre, du manuscrit à l’ère numérique, notes de bibliologie, Liège, éditi (...)

6Malgré les nombreuses difficultés que comprenait ce secteur hautement compétitif, l’édition attirait de nombreux entrepreneurs qui voyaient en cette activité des possibilités de gros bénéfices. L’imprimerie était pourtant une activité coûteuse, incertaine, voire hasardeuse –puisque rien ne pouvait garantir la vente des ouvrages après leur impression – et entraînait de nombreux investissements9 : un local où installer la typographie, un magasin pour le dépôt des ouvrages, la main d’œuvre, l’achat du papier, de l’encre, de la matrice10... Parmi toutes ces dépenses, la fabrication des caractères indépendants étaient la plus coûteuse et constituait l’étape la plus difficile à surmonter. L’atelier typographique devait disposer d’ouvriers maîtrisant les techniques de fabrication encore nouvelles11. Fabriqués en série, de hauteur égale et de surface rigoureusement plane, les caractères mobiles nécessitaient un alliage de plomb, d’étain et d’antimoine parfaitement dosé, et impliquaient la technicité d’une main d’œuvre qualifiée – principalement des artisans du métal, souvent des orfèvres, qui étaient mentionnés dans les documents des débuts de l’imprimerie12. La fonte des caractères mobiles nécessitait de gros capitaux à cause de l’achat et du travail du métal, et de la fréquence de fabrication (la partie en relief du poinçon en acier s’usait rapidement et devait être régulièrement remplacée). L’atelier du typographe devait se munir d’une réserve de caractères identiques et d’une provision de matériaux nécessaire à l’alliage.

  • 13 Par ailleurs, la diffusion de l’information était également une notion familière et très présente à (...)

7Les typographes étaient donc dépendants de mécènes auprès desquels ils étaient contraints d’emprunter. L’État (avec des commandes, ou en délivrant les privilèges), plus rarement les cours, mais surtout l’Église (tant pour diffuser des documents officiels, que comme instrument de propagande) étaient les principaux soutiens financiers de la fondation de leurs ateliers. La dernière catégorie à représenter une solide source financière était la bourgeoisie, des financiers privés, médecins, notaires qui désiraient voir publier des ouvrages se rapportant à leurs propres intérêts et qui possédaient suffisamment d’argent pour financer ces publications. Parmi ces hommes, ceux qui détiennent les capitaux les plus fiables sont ceux qui pratiquent une profession liée à l’argent, aux finances : les marchands et les banquiers. Ils s’impliquent rapidement dans ce nouveau mode de diffusion de l’information et perçoivent la rentabilité du développement de cette nouvelle technologie qui s’adresse à une clientèle grandissante et développe de plus en plus de marchés. Les marchands italiens appartenant au monde des finances voient tout d’abord dans l’imprimerie un moyen de servir leurs affaires et se lient très vite d’intérêt avec les stampatori en prenant l’initiative de promouvoir leurs imprimeries. Ils souhaitent diffuser leur notoriété et saisissent les enjeux médiatiques de l’impression en série. Ils font donc bénéficier les imprimeurs de leur réseau commercial, favorisent la vente des livres, garantissent une clientèle ; en échange les typographes les font bénéficier de leur pouvoir de diffusion et de publicité13.

Agostino Chigi, Zacharias Calliergis et la première imprimerie grecque de Rome 

  • 14 Agostino Chigi (1466-1520) fait fortune grâce à l’exploitation des mines d’alun pour le compte du S (...)

8À l’affût des dernières nouveautés artistiques, techniques et scientifiques, Agostino Chigi14 pratique – en plus d’un mécénat artistique traditionnel – un mécénat en phase avec les diverses mutations sociétales que traverse son époque, et investit (entre autres) dans la fondation d’imprimeries ayant la particularité de répondre à une demande nouvelle.

  • 15 Layton Evro, The sixteenth century Greek book inItaly : printers and publishers for the Greek World(...)

9La création du collège grec par le pape Léon X explique le besoin d’une typographie spécialisée dans l’impression de textes grecs, désormais indispensables aux professeurs et étudiants. Le collège était composé des humanistes et érudits grecs les plus renommés. Marcus Musurus, un des premiers professeurs, fut chargé de recruter une douzaine d’élèves (dont Nikolaos Sophianos, Matthaios Devaris, Constantinos Rhallis, Christophoros Kontoléon…) destinés à recevoir l’éducation nécessaire afin de diffuser le bon usage de la langue grecque. Janus Lascaris était le directeur et organisateur du collège, et Zacharias Calliergis, arrivé à Rome vers 1513, le préfet des études, également en charge de l’imprimerie qui fournissait le collège en textes15.

10Il fonde la première imprimerie grecque de la cité avec l’aide d’Agostino Chigi. Les catalogues bibliographiques des éditions italiennes du xvie siècle montrent qu’il est probablement le seul éditeur grec présent sur le sol romain durant les premières années du Cinquecento16. Calligraphe, typographe, il exerçait déjà à Venise où il avait fondé une première imprimerie qui se caractérisait par l’impression de textes grecs, et évoluait dans l’environnement d’Alde Manuce17. Les chercheurs l’assimilent tantôt à un rival, tantôt à un associé du célèbre typographe humaniste. Fuyant le contexte politique de Venise, attiré par le mécénat de Léon X et les encouragements du pontife accordés aux lettres et à la culture helléniques, Calliergis reçoit certainement les sollicitations de plusieurs personnes soucieuses de répondre à la demande de textes grecs : Giacomo Mazzocchi, le libraire de l’Université de Rome, et peut-être directement Agostino Chigi, très attentif aux désirs du pape et aux nouveaux besoins des universitaires.

  • 18 Cf. Deno John Geanakoplos, Greek scholars in Venice, Studies in the dissemination of Greek learning (...)
  • 19 On sait que quelques courts passages en grec figuraient dans des textes latins imprimés dès 1467 à (...)

11Le premier texte qu’il édite à Rome est Pindare, le 13 août 151518. Il s’agit du premier livre imprimé tout en grec de la capitale19. L’ouvrage est publié sur les conseils et recommandations littéraires de Cornelio Benigno, le chancelier de Chigi.

12Les archives d’éditeurs et d’imprimeurs ainsi que les contrats devant notaires sont particulièrement difficiles à trouver et restent exceptionnels durant les premiers siècles de l’imprimerie. Aucun document n’a donc été découvert sur la fondation de cette imprimerie (un contrat de création d’entreprise, un livre de comptes des achats effectués…). Ce sont les livres eux-mêmes, imprimés par Calliergis, qui témoignent de la présence d’Agostino Chigi dans cette nouvelle entreprise. Les colophons dévoilent les noms des imprimeurs, des auteurs, le lieu et la date de parution, et démontrent la collaboration entre l’homme d’affaires et le typographe.

  • 20 Proposition de traduction du colophon à partir de la retranscription de Jean Irigoin dans Jean Irig (...)

« L’ensemble de l’œuvre […] de Pindare […] a été imprimée à Rome […] dans la demeure du Magnifique Agostino Chigi, achevée avec l’aide de Dieu, aux frais et avec la recommandation de l’éloquent Cornelio Benigno de Viterbe, et grâce au travail et à l’habileté de Zaccharia Callergis de Crète, en l’an 1515 à compter de l’avènement de notre Seigneur Jésus-Christ, le 13 du mois d’août, sous le très noble pontificat de Léon X qui gouverne avec sainteté la ville de Rome »20.

13Colophon de Pindare, Rome, Zacharias Calliergis, 1515. (Pindarou, Olympia, Pythia).

  • 21 La Villa Farnésine, lieu de mondanités, à la pointe des dernières innovations technologiques et art (...)

14Agostino Chigi participe donc à la fondation de cette imprimerie. Il permet, sans aucun doute, l’achat du matériel (papier, matrice et métal) et offre les locaux qui accueillent la presse typographique, puisque le colophon dit que l’impression s’est effectuée « dans la demeure du Magnifique Agostino Chigi »21.

Les motivations de l’homme d’affaires

15L’implication d’Agostino Chigi montre que la création de cette imprimerie a bénéficié des compétences d’un professionnel du négoce et qu’il s’agissait d’une opération finement préparée nécessitant de gros moyens. Plusieurs raisons l’ont certainement poussé à investir dans cette entreprise.

  • 22 D’autres travaux démontrent que Chigi adopte déjà un positionnement similaire avec Jules II et le r (...)

16Tout d’abord, satisfaire les désirs du pontife. Une façon pour lui de consolider son statut au sein de la Curie et de maintenir sa position dans le cercle privé de Léon X. Sa fonction de conseiller financier le conduisait à participer au financement de tous les projets du pape (politique, économique et culturel). Contenter les projets culturels du pape signifiait prendre également part à sa politique22. Le pape Médicis fit donc appel à la générosité d’un de ses banquiers les plus puissants pour subvenir aux besoins de cette installation.

17La seconde raison répond à un enjeu économique, centré sur les intérêts du banquier et sa nature d’homme d’affaires à la recherche de profits. Comme beaucoup d’autres entrepreneurs, Chigi est sûrement attiré par l’appât du gain que représentent l’imprimerie et ce nouveau secteur porteur de l’édition. En outre, l’imprimerie de Calliergis présentait un aspect innovant à Rome, puisqu’il ne s’agissait pas d’une imprimerie comme les autres, mais de la première imprimerie grecque de la cité, répondant à la demande d’un public spécialisé. La création du collège grec fondé par Léon X, la population d’exilés grecs et d’enseignants, étudiants, érudits, hellénistes engagés dans l’immense entreprise des humanistes de retrouver, commenter et publier les textes du passé, laissaient présager une forte demande et des bénéfices à retirer de la vente de ces textes. La diffusion en série de ces textes ouvrait donc un nouveau marché à saisir et attira sans aucun doute l’homme d’affaires.

  • 23 Martin Lowry, op. cit., p. 62.
  • 24 Ibidem, p. 16. À la fin du siècle, 150 imprimeries vénitiennes avaient produit plus de 4 000 éditio (...)

18De plus, il a certainement à l’esprit l’exemple de réussite d’Alde Manuce qui, à Venise, avait développé diverses fontes de caractères grecs dès 1494-1495 et ciblé le marché des études (les livres d’Alde étant surtout destinés aux étudiants). Le typographe humaniste avait misé sur la fabrication et l’impression de caractères d’alphabets anciens, guidé par son « idée maîtresse [d’une] nécessité absolue de connaître le grec pour exceller dans les différents domaines du savoir »23. Venise était alors le centre éditorial le plus dynamique d’Europe à la fin du xve siècle24, l’université recevait de nombreux hellénistes et les imprimeurs avaient la réputation d’être très riches.

  • 25 Envoyé à Venise par le pape Jules II en 1511, afin de s’assurer le monopole du marché de l’alun dan (...)
  • 26 Martin Lowry, op. cit., p. 135-138.
  • 27 Cf. La dédicace adressée au pape dans son édition des œuvres de Platon en septembre 1514. Ibidem, p (...)
  • 28 Martin Lowry, op. cit., p. 89. « Le développement de l’imprimerie en grec avant l’époque d’Alde n’a (...)

19Rome et le collège de Léon X reproduisent donc, dans les années qui suivent, une configuration similaire. Cette transposition d’une cité à l’autre (vers 1509-1512) est en partie due à la guerre de Cambrai, qui plonge Venise dans une grave crise financière, conduisant toutes les banques de la cité à la faillite et stoppant de nombreuses activités économiques25. L’imprimerie, comme beaucoup d’autres secteurs, subit les mêmes effets. Vers 1509, les publications d’Alde cessent totalement (pour reprendre vers 1512)26. L’atelier de Zacharias semble, lui aussi, subir le même sort. Faute de capitaux, il est également contraint de cesser toute activité. On perd sa trace au début du xvie siècle pour le retrouver à Rome, aux alentours de 1515, avec la publication du premier livre tout en grec de la cité, Pindare, dont les objectifs pédagogiques sont clairement revendiqués. Cet évènement suscite les interrogations de plusieurs chercheurs qui s’étonnent de voir Calliergis à la place de Manuce à la direction de l’imprimerie du collège de Léon X. On sait qu’Alde avait pourtant convoité ce poste27. Étant l’un des premiers à avoir envisagé l’imprimerie à des fins éducatives et pédagogiques28, son parcours le désignait logiquement comme le mieux placé. Rien n’explique encore ce choix de la part du pontife. Six mois après l’ouverture du collège, Alde Manuce meurt.

  • 29 Amélie Ferrigno, Raffaello, Agostino Chigi : nascita di un nuovo stile pittorico - influsso del mec (...)

20L’entreprise d’Alde dans l’impression grecque avait donc probablement (comme certaines tendances artistiques vénitiennes récupérées dans le mécénat du banquier)29 séduit Chigi, lui faisant espérer un semblable succès.

Une association parfaite pour un succès assuré ?

21Cette imprimerie bénéficiait de la combinaison parfaite du trio Chigi, Calliergis et Benigno, tous trois experts dans leurs domaines respectifs : économique, technique et littéraire. Toutes les conditions semblaient réunies pour conduire cette entreprise au succès.

  • 30 Cf. Mario Borracelli, Siderurgia e imprenditori senesi nel’400 fino all’epoca di Lorenzo il Magnifi (...)

22Le coût du matériel représentait un réel obstacle pour tout typographe désirant fonder un atelier, mais les capitaux et le réseau de Chigi pouvaient facilement résoudre ce problème. Le riche banquier connaissait déjà le secteur du métal. Originaire de Sienne, cité où l’artisanat du fer forgé était très développé, il avait acquis une solide expérience dans l’exploitation des mines de fer de Ronciglione, notamment pour la fabrication d’armes30. Son réseau comportait nécessairement des artisans du fer et du métal, des orfèvres, qui travaillaient également à la fabrication des caractères mobiles en acier et qui l’ont naturellement rapproché de ce nouveau secteur. On peut donc supposer qu’il contribue à entourer la typographie des meilleurs artisans et qu’il pourvoit à l’approvisionnement en métal.

  • 31 Ibidem. « Victor Scholderer a calculé que la fonte utilisée par Laonicus et Alexandros à Venise ver (...)
  • 32 Martin Lowry, op. cit., p. 95-96.
  • 33 « Des témoignages contemporains montrent que Zacharias Kalliergis mit cinq à six ans pour trouver u (...)

23Les prouesses techniques liées à la fabrication de caractères grecs et les exigences financières plus élevées que requiert cette fabrication (plus coûteuse car plus difficile et nécessitant plus de matériel), a sans doute été également un point déterminant dans l’association des deux hommes. La préparation d’une fonte de caractères représentait toujours l’investissement le plus important, mais la fonte de caractères grecs posait encore plus de problèmes techniques et financiers. La difficulté technique était due à la complexité de la langue grecque (les accents oxytons ou périspomènes présents dans tous les mots et les esprits doux ou rudes au-dessus des voyelles initiales) qui posait de gros problèmes au niveau de la fabrication des caractères mais également à celui de l’impression. L’enjeu était d’offrir une impression lisible et confortable et le premier obstacle était de trouver un artisan maîtrisant la technique de leur gravure. Lowry expose ce problème dans son ouvrage. « Ces symboles devaient ou bien être gravés et fondus avec les lettres dans toutes les combinaisons possibles, ou bien fondus séparément pour être mis en place par le compositeur. La première solution multipliait le nombre des caractères, et les frais de l’imprimeur s’élevait proportionnellement31. La seconde ralentissait sensiblement le travail du compositeur et imposait un interligne plus large pour recevoir les accents, et donc l’emploi de plus de papier, ce qui augmentait les délais et les coûts. Sans une puissante structure financière, la fonte d’un si grand nombre de caractères [était] tout à fait impossible et devait se traduire par une dépense de plusieurs milliers de ducats »32. Il fallait donc bien l’apport d’un des hommes les plus riches de la cité pour fonder l’imprimerie destinée à alimenter le collège grec du pape. On ne sait si Zacharias fondait lui-même ses caractères, ou s’il fit appel à des artisans du fer ; auquel cas, les relations de Chigi s’avéraient être encore un atout33.

24Après la recherche de capitaux et la résolution de problèmes techniques, le souci des typographes était la recherche d’un local. Les imprimeurs louaient habituellement le rez-de-chaussée d’un palais, ce qui ajoutait aux dépenses et aux frais de l’installation. Là aussi, Chigi pourvoit à ce besoin, en accueillant l’atelier au sein de sa Villa.

25Autre point fort de cette typographie, le choix des textes qu’elle imprimait. D’ordinaire, l’imprimeur devait convaincre ses partenaires financiers de la rentabilité de ses choix éditoriaux, car les obstacles de la commercialisation étaient encore plus rudes que ceux de la production. Le choix du texte à imprimer était décisif pour assurer une vente rapide et couvrir les frais et le remboursement des investisseurs. Or, la présence de Benigno garantissait un choix finement ciblé par une bonne connaissance des besoins des professeurs et des étudiants. C’est lui qui choisit le texte de Pindare comme premier texte à imprimer, très certainement en collaboration avec les professeurs avec qui il était en relation. Pindare s’inscrit, en effet, naturellement parmi les classiques que les humanistes érudits recommandaient.

26Enfin, les éditions de Calliergis et Benigno se distinguaient également des publications grecques déjà existantes par l’ajout de commentaires d’intérêt pédagogique – un autre aspect innovant – rédigés par Cornelio Benigno et par lesquels elles se démarquaient de la concurrence. Latiniste, helléniste, Benigno menait une activité dans l’édition et l’imprimerie bien avant l’arrivée de Calliergis à Rome. Il était déjà connu pour son activité de correcteur et de consultant éditorial sous le pontificat de Jules II, et avait toujours bénéficié de la protection de Chigi. L’ajout des scholies dans le texte de Pindare, montre que l’éditeur (et ses associés) avait évalué la concurrence (principalement l’édition aldine de 1513 qui ne comportait aucun commentaire) et le marché, en prenant en considération les besoins des clients. Il fournissait ainsi un supplément pédagogique extrêmement recherché qui devenait un véritable atout commercial.

  • 34 Vers 1511, Chigi participe sans doute à la fondation d’une autre imprimerie innovante, celle d’Otta (...)

27L’imprimerie était déjà bien présente à Rome avant la création de la typographie grecque, mais Chigi ne semble pas s’être intégré d’une quelconque façon à son développement avant cette expérience34. Le lien de l’imprimerie avec le collège du pape semble alors avoir été décisif dans son implication. Léon X avait réuni toutes les conditions pour assurer le succès de ces éditions, qui garantiraient également un retour financier pour l’investisseur. L’impression, puis la vente des textes grecs, étaient susceptibles de rapporter des bénéfices conséquents, compte tenu de la demande et du besoin des étudiants et des professeurs.

  • 35 Emmanuel Rodocanachi, op. cit., p. 264.
  • 36 La somme des 400 ducats correspond au prix courant d’une impression de ce genre, calculé en fonctio (...)
  • 37 En 1516, 776 exemplaires du Pindare sont cédés à Francesco Calvo, libraire à Pavie, ainsi que 981 e (...)

28Or, les témoignages contemporains (notamment ceux de Giovanni Valeriano)35 révèlent que les ventes de Pindare n’ont pas pris un très bon départ et qu’une rupture s’est produite entre le banquier et Benigno. Après avoir été cité en justice, l’érudit est contraint de restituer le 9 mai 1518, la somme de 400 ducats36 reçus de la part de Chigi pour la parution de Pindare en 1515 – preuve supplémentaire de la participation financière de Chigi à cette publication. Les motifs de cette comparution ne sont pas explicitement exposés, mais l’hypothèse du prêt non remboursé semble la plus plausible. Les ventes de Pindare n’étant pas aussi nombreuses que prévu, la durée d’attente du remboursement a certainement dû déranger le banquier qui comptait sur un profit immédiat. Ce genre de conflit était très courant entre éditeurs et mécènes. Les imprimeurs se retrouvaient souvent devant une quantité importante d’invendus et dans l’impossibilité de rembourser leurs créanciers. Et l’on sait qu’un an plus tard, Calliergis et Lascaris furent contraints de brader des centaines d’exemplaires de leurs impressions grecques37.

  • 38 Cf. Jean Irigoin, op. cit., p. 420.

29Néanmoins, s’il est vrai qu’en 1515 les ventes de Pindare démarrent lentement, par la suite la publication rencontra beaucoup de succès et fut utilisée durant les trois siècles qui suivirent. Ce fort enthousiasme auprès du public est justement dû au « progrès philologique »38des éditions de Calliergis en collaboration avec Benigno, car elles présentaient cette qualité supplémentaire qui faisait sa particularité (et sa nouveauté !) par rapport aux éditions aldines. L’utilisation des scholies est une caractéristique sur laquelle Calliergis insiste pour se démarquer de la concurrence. Ainsi, il affirme sur le verso de la première page (s’adressant aux acquéreurs) que son édition n’est pas seulement une ré-impression de la version aldine, mais une révision soignée et critique.

30Après cette première publication, d’autres suivent, en 1516 (Idylle de Théocrite), toujours avec les commentaires et corrections de Cornelio Benigno. En 1517 paraît Thomas Magister et, le 1er juillet 1517, Phrynichus.

Conclusion

  • 39 Jerry Brotton, op. cit., p. 80.

31Le marchand-banquier et l’imprimeur de la Renaissance sont des symboles de cette société en pleine mutation et font émerger de nouveaux besoins liés au commerce et au profit. C’est donc un savoir devenu « vendable »39 qui permet la rencontre entre ces deux hommes. La diffusion des savoirs (puis leur démocratisation) s’insère, en effet, parfaitement dans la nouvelle éthique capitaliste qu’était en train de développer l’homme d’affaires.

32En quête de nouveaux marchés à conquérir, ce dernier se fait une place dans le secteur éditorial, car l’apparition de nouvelles demandes suscite son intérêt. Les nouvelles formes d’acquisitions, l’éducation, les disciplines émergentes qui naissent des nouveaux besoins de la société, représentent de nouvelles sources de rentabilités économiques pour les investisseurs.

33Agostino Chigi saisit ainsi l’opportunité de financer la seule imprimerie grecque de la cité qui lui donne l’occasion de conquérir un nouveau marché, a priori rentable, celui de l’instruction supérieure. Il capte les besoins de nouveaux clients (étudiants, professeurs, hellénistes) et offre la possibilité d’une production inédite, se démarquant des autres éditions grecques d’Italie, et principalement de Venise.

34Le choix éditorial de l’imprimerie répondait à une demande culturelle, mais il était également dicté par des impératifs économiques. Capitaux, approvisionnement en métal, étude de la concurrence, de la demande… rien ne fut laissé au hasard. Dans le contexte d’une renaissance de l’Antiquité et d’un profond intérêt des humanistes pour la culture grecque, le produit offert paraissait une source de rentabilité assurée. Pourtant, les ventes de Pindare ne remplissent pas leur objectif économique et un an après sa parution on procède à la liquidation des exemplaires. Que faut-il penser de cet échec et comment peut-il s’expliquer ? Les raisons restent encore obscures, mais nous pouvons néanmoins soumettre quelques observations.

  • 40 Honoré Champion, Le livre au XVIe siècle, éléments de bibliologie matérielle et d’histoire, Paris, (...)

35Tout d’abord, il faut prendre en considération que l’étude de la production éditoriale du xvie siècle est très complexe et fluctuante. Certes, le marché de l’éducation devenait important, et le livre se répandait de plus en plus comme support d’enseignement, mais son apparition au sein de l’université était encore un fait récent. Bien que les Belles Lettres – et en particulier les classiques grecs, qui prennent un essor surtout vers la seconde moitié du xvie siècle – constituent le domaine de la production éditoriale le plus important40, on constate que la rentabilité du marché des savoirs se produit également grâce à la vente de manuels pédagogiques, de livres scolaires et d’ouvrages consacrés aux matières non enseignées à l’université, et répondant principalement à la demande de milieux professionnels, notamment de la bourgeoisie marchande.

  • 41 Juan De Ortega, Suma de aritmetica, Roma, Stephano Guillery, 1515, 114 p. Agostino Chigi semble par (...)

36C’est ainsi qu’en 1515 (même année de parution que Pindare) on retrouve la présence d’Agostino Chigi dans d’autres projets éditoriaux. Le marchand-banquier figure au sein de plusieurs dédicaces qui lui sont consacrées dans des ouvrages à portée pédagogique, et notamment dans un manuel d’apprentissage de techniques de comptabilités commerciales destiné aux futurs professionnels du monde des finances et du négoce : Suma de aritmetica41 de Juan de Ortega. Le genre du manuel d’apprentissage connaît alors un fort développement et fait l’objet d’un grand succès commercial. Le marchand-banquier n’effectue pas sa formation à l’université, l’auteur met ainsi au point un manuel scolaire remédiant au manque d’enseignement et répondant à la demande en ouvrages pédagogiques de cette catégorie sociale. Utilisé comme argument publicitaire, Agostino Chigi joue alors un rôle dans la diffusion de disciplines émergentes, l’économie, l’algèbre et les techniques de comptes n’étant pratiquées qu’en atelier, sur le terrain.

  • 42 « Provisoire », car la diffusion sera néanmoins assurée durant les trois siècles qui suivent, démon (...)
  • 43 Cf. Eugenio Garin, La concezione dell’università in Italia nell’età del Rinascimento, in Institut d (...)

37On peut observer que l’effort pédagogique était spécialement apprécié à cette époque. Celui apporté par Benigno dans l’édition de Calliergis – argument commercial sur lequel l’humaniste insiste – était donc un gage de rentabilité. Les raisons de l’échec économique (provisoire)42 de cette édition de Pindare, sont donc difficiles à interpréter. Elles offrent cependant des pistes de réflexions sur la difficulté et la complexité de la mise en place de nouvelles pratiques et méthodes d’acquisition dans le milieu universitaire du xvie siècle, un secteur, lui aussi, en pleine mutation et un des outils de diffusion de l’humanisme43.

  • 44 Cf. Jacques Le Goff, La conception française de l’université à l’époque de la Renaissance, in op. c (...)

38Les diverses formes d’investissement d’Agostino Chigi dans le secteur éditorial et le marché de l’éducation montrent que l’homme d’affaires envisageait son implication en termes de profit. En favorisant, ou en finançant la production, il participe à la diffusion et à la marchandisation d’une éducation adaptée aux besoins d’un lecteur devenu acheteur. Sa présence dans la fondation de cette imprimerie confirme le projet d’une production et d’une commercialisation importantes. L’échec des ventes de Pindare peut-il alors s’expliquer par un décalage entre le projet d’une large commercialisation et la difficulté d’adopter de nouvelles pratiques d’acquisition dans les milieux élitistes et universitaires, dans un contexte où les codes et systèmes culturels, universitaire et économique sont en train d’évoluer ? L’effort pédagogique fourni par Benigno, mis en valeur par Calliergis et présenté comme un argument commercial, semble faire écho, dans le nouveau contexte d’une éducation « vendable », au succès croissant des manuels scolaires, essentiellement diffusés dans les milieux bourgeois44. Mais le public universitaire a-t-il adopté aussi facilement les mêmes gestes de consommation que le milieu bourgeois ? En outre, il était encore probablement imprégné de méthodes d’acquisitions traditionnelles, expliquant pourquoi la portée commerciale de l’ouvrage fut moins importante (dans un premier temps) malgré le fort enthousiasme intellectuel qu’il suscita.

Haut de page

Notes

1 Dont Jacopo Mazzocchi, Stefano Guillery, Marcello Silber, Johann Besicken, Antonio Blado, Zoppino Niccolò... Voir la liste d’éditeurs :

2 Cf. Francesco Barberi, Tipografi romani del Cinquecento, Guillery, Ginnasio Mediceo, Calvo, Dorico, Cartolari, Firenze, Leo S. Olschki Editore, 1983, p. 13-21. 

3 On voit également de plus en plus de livres professionnels (pour la population d’avocats, de médecins, de notaires…).

4 Michel Lassithiotakis, Le rôle du livre imprimé dans la formation et le développement de la littérature en grec vulgaire (XVIe-XVIIe siècles), dans Revue des mondes musulmans et de la Méditerranée [En ligne], 87-88, septembre 1999, mis en ligne le 10 octobre 2004. URL : http://remmm.revues.org/303.

5 Emmanuel Rodocanachi, La première Renaissance : Rome au temps de Jules II et de Léon X, Paris, Hachette, 1912, p. 164.

6 Jean-Marie Le Gall, Les humanistes en Europe XVe – XVIe siècles, Paris, Ellipses, 2008, p. 23.

7 Jean-Marie Le Gall, op. cit., p. 24.

8 Michel Lassithiotakis, op. cit.

9 Une Bible imprimée à Venise en 1478 coûte entre 400 et 500 ducats pour l’achat du papier et la main d’œuvre. Cf. Brian Richardson, Stampatori, autori e lettori nell’Italia del Rinascimento, Milano, Edizioni Sylvestre Bonnard, 2004, p. 44.

10 Martin Lowry, Le monde d’Alde Manuce, imprimeurs, hommes d’affaires et intellectuels dans la Venise de la Renaissance, Evreux, éditions du cercle de la librairie, 1989, 355 p. Les historiens estiment que l’achat d’une presse typographique devait s’élever à environ seize ducats et était la partie du matériel la moins difficile à se procurer.

11 Martin Lowry, op. cit., p. 18-21.

12 Jean-François Gilmont, Le livre, du manuscrit à l’ère numérique, notes de bibliologie, Liège, édition du CEFAL, 1993, pp. 42-73. Martin LOWRY, op. cit. p. 18.

13 Par ailleurs, la diffusion de l’information était également une notion familière et très présente à l’esprit des hommes d’affaires extrêmement concernés par la circulation de l’information entre les diverses filiales de leurs entreprises – fondamentale pour la prise de décisions à distance. Les agents résidant sur place livraient par courrier des informations relevant des différentes conjonctures économiques, évènements politiques, conditions météorologiques… pouvant influer sur les livraisons.

14 Agostino Chigi (1466-1520) fait fortune grâce à l’exploitation des mines d’alun pour le compte du Saint-Siège. Financier hors pair, trésorier de la Curie, en charge de la surintendance de toutes les finances du Vatican, il réussit à développer la banque familiale par la création de nombreuses succursales partout en Italie et dans le monde (la banque Chigi possède un peu plus de cent bureaux rien qu’en Italie, et des filiales à Londres, au Caire, Constantinople...). En plus d’une brillante carrière dans le monde du commerce et des finances, il pratique également le mécénat. La plus fameuse de ses commandes est sa villa aux abords du Tibre, aujourd’hui la villa Farnésine.

15 Layton Evro, The sixteenth century Greek book inItaly : printers and publishers for the Greek World, Venice, Hellenic institute of Byzantine and post-byzantine studies, 1994, pp. 318-333. « Zacharias Kallierges ». Cf. Émile Louis Legrand, Bibliographie héllenique, XVème XVIème siècles, Tome I, Paris, E. Leroux, 1906, p. 129-130.

16 Cf. http://edit16.iccu.sbn.it/web_iccu/ihome.htm. Quelques éditeurs grecs se succèdent ensuite au sein de l’État pontifical. On note la présence d’Arsène Apostolis en 1519 et de Demetrios Doukas dès 1526.

17 Martin Lowry, op. cit., p. 81-89. Les premières productions aldines datent de 1494-1495. Vers 1495, en plus d’Alde Manuce, deux autres ateliers (dont celui de Calliergis) pratiquaient l’impression en grec à Venise, ce qui démontre l’intérêt croissant du public pour ce type de publications. « Dès la dernière décennie du Quattrocento, les études grecques, longtemps confinées dans des cercles aussi actifs qu’éphémères, commençaient à attirer en Italie un public plus large, surtout celui des universitaires ».

18 Cf. Deno John Geanakoplos, Greek scholars in Venice, Studies in the dissemination of Greek learning from Byzantium to Western Europe, Cambridge, Harvard University Press, 1962, p. 214.

Sur les premiers livres grecs en Italie voir, Raphaële MOUREN, Les débuts de la typographie grecque en Italie, dans Frédéric Barbier, Revue française d’histoire du livre, Les débuts du livre grec en Occident, 1998, p. 21-54.

19 On sait que quelques courts passages en grec figuraient dans des textes latins imprimés dès 1467 à Rome et on connait également le livre de Paolo Enea, édité par Guillery et Nani en 1510, mais il s’agit d’un livre bilingue grec-latin et non pas d’un ouvrage totalement imprimé en grec. Cf. Layton EVRO, op. cit., p. 324. « Zacharias Kalliergis is credited for having introduced greek printing in Rome. Up until then, although many printers had posessed greek type and printed greek passages in latin books as early as 1468, with the exception of a booklet containing some prayers in greek and latin compiled by Paolo Enea, nothing else in greek was ever published there. (cf. Operetta bellissima da imparare la lingua greca, Roma Stephano Guillireti e Hercule de Nani, 1510).

20 Proposition de traduction du colophon à partir de la retranscription de Jean Irigoin dans Jean Irigoin, Histoire du texte de Pindare, Paris, Librairie C. KLincksieck, 1952, p. 409.

21 La Villa Farnésine, lieu de mondanités, à la pointe des dernières innovations technologiques et artistiques, apparaît naturellement comme le lieu désigné.

22 D’autres travaux démontrent que Chigi adopte déjà un positionnement similaire avec Jules II et le recrutement des artistes engagés dans le spectaculaire mécénat du pape Della Rovere.

23 Martin Lowry, op. cit., p. 62.

24 Ibidem, p. 16. À la fin du siècle, 150 imprimeries vénitiennes avaient produit plus de 4 000 éditions, ce chiffre est presque deux fois plus élevé que celui de la production imprimée à Paris.

Cf. Deno John Geanakoplos, op. cit., 347 p.

25 Envoyé à Venise par le pape Jules II en 1511, afin de s’assurer le monopole du marché de l’alun dans la Sérénissime, Chigi parvient à conclure les accords demandés par le pape et contribue également à renflouer les caisses du doge en versant une importante somme d’argent.

26 Martin Lowry, op. cit., p. 135-138.

27 Cf. La dédicace adressée au pape dans son édition des œuvres de Platon en septembre 1514. Ibidem, p. 213.

28 Martin Lowry, op. cit., p. 89. « Le développement de l’imprimerie en grec avant l’époque d’Alde n’avait pas été sans analogie avec celui des études grecques elles-mêmes. Il existait donc un certain intérêt pour ce type de publication […]. Pour autant, personne n’avait estimé utile, ni même possible, de créer un atelier typographique à finalité commerciale spécialisé dans les impressions grecques. Les premières tentatives avaient été isolées et limitées ».

29 Amélie Ferrigno, Raffaello, Agostino Chigi : nascita di un nuovo stile pittorico - influsso del mecenate nella pittura del maestro, dans Raffaello pittore. Del segno e del colore, a cura di Claudio STRINATI e Claudio CRESCENTINI, Roma, Erreciemme, 2014, p. 145-169.

30 Cf. Mario Borracelli, Siderurgia e imprenditori senesi nel’400 fino all’epoca di Lorenzo il Magnifico, dans Comitato Nazionale per le celebrazioni del V centenario della morte di Lorenzo il Magnifico, La Toscana al tempo di Lorenzo il Magnifico, politica, economia, cultura, arte I, II, III, Pisa, Pacini editore, 1996, vol. 3, p. 1201-1223.

31 Ibidem. « Victor Scholderer a calculé que la fonte utilisée par Laonicus et Alexandros à Venise vers 1485 devait contenir plus de mille quatre cents caractères différents ».

32 Martin Lowry, op. cit., p. 95-96.

33 « Des témoignages contemporains montrent que Zacharias Kalliergis mit cinq à six ans pour trouver une solution satisfaisante ». (BP botfield praefationes et epistolae editionibus cambridge, 1861), Ibidem, p. 81- 95.

34 Vers 1511, Chigi participe sans doute à la fondation d’une autre imprimerie innovante, celle d’Ottaviano Petrucci (également vénitien d’adoption), spécialisée dans l’édition de partitions musicales. Cf. Boorman Stanley, Ottaviano Petrucci, catalogue raisonné, Oxford, Oxford University Press, 2006, 1281 p. Vernarecci D. Augusto, Ottaviano de’ Petrucci da Fossombrone inventore dei tipi mobili metallici fusi della musica nel secolo XV, edizione migliorata ed accresciuta, Bologna, Gaetano Romagnoli, 1882, 289 p.

35 Emmanuel Rodocanachi, op. cit., p. 264.

36 La somme des 400 ducats correspond au prix courant d’une impression de ce genre, calculé en fonction du nombre de feuilles dont le livre est constitué.

37 En 1516, 776 exemplaires du Pindare sont cédés à Francesco Calvo, libraire à Pavie, ainsi que 981 exemplaires du Théocrite. Cf, Raphaële Mouren, op. cit., p. 51.

38 Cf. Jean Irigoin, op. cit., p. 420.

39 Jerry Brotton, op. cit., p. 80.

40 Honoré Champion, Le livre au XVIe siècle, éléments de bibliologie matérielle et d’histoire, Paris, 2003, p. 82.

41 Juan De Ortega, Suma de aritmetica, Roma, Stephano Guillery, 1515, 114 p. Agostino Chigi semble particulièrement actif dans le secteur éditorial durant cette année. On connaît également la dédicace de Thomas Ram dans Almanach novo da ritrovare la luna et li feste mobile con li dadi, publié à Rome en 1515 par Andrea Antico.

42 « Provisoire », car la diffusion sera néanmoins assurée durant les trois siècles qui suivent, démontrant un intérêt croissant pour les éditions grecques de Calliergis et Benigno.

43 Cf. Eugenio Garin, La concezione dell’università in Italia nell’età del Rinascimento, in Institut d’Histoire de la faculté des Lettres de Genève, Les universités européennes du XIVe au XVIIIe siècle, Actes de colloques, Librairie Droz, Genève, 1967, p. 85-93.

44 Cf. Jacques Le Goff, La conception française de l’université à l’époque de la Renaissance, in op. cit., p. 94. « […] à l’époque de la Renaissance, la classe porteuse de culture, moteur du progrès culturel, est de plus en plus non la noblesse mais la bourgeoisie. […] Or, la bourgeoisie […] ne semble pas avoir trouvé massivement le chemin des universités ».

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Amélie Ferrigno, « Zacharias Calliergis, la première imprimerie grecque de Rome et le rôle du banquier du pape », Rives méditerranéennes [En ligne], Varia, mis en ligne le 15 juin 2017, consulté le 20 septembre 2017. URL : http://rives.revues.org/4877 ; DOI : 10.4000/rives.4877

Haut de page

Auteur

Amélie Ferrigno

Amélie Ferrigno (chercheur associé Telemme MMSH). Ses travaux portent sur la civilisation et l’histoire de l’art de la Renaissance italienne et plus précisément sur la culture et l’économie au XVIe siècle. Les publications les plus récentes, Une nouvelle identification de la Fornarina de Raphaël, le peintre, la belle et le banquier (Les cahiers d’histoire de l’art, 2013) et Raffaello e Agostino Chigi : nascita di un nuovo stile pittorico. L’influsso del mecenate sulla pittura del maestro (Erreciemme, 2014), traitent de la question des commanditaires et des circulations artistiques à travers les réseaux économiques. Ses recherches sont actuellement orientées vers la place de l’homme d’affaires dans la marchandisation des savoirs et l’histoire de l’édition italienne au XVIe siècle.

Haut de page

Droits d’auteur

© Tous droits réservés

Haut de page
  • Revues.org