Navigation – Plan du site
Les intellectuels au XXe siècle en Europe et dans les pays arabes

Être un intellectuel en Espagne (1898-1936)

Paul Aubert
p. 65-83

Résumés

Après avoir critiqué le régime de la Restauration, les intellectuels espagnols constituent, à partir du milieu des années vingt, une opposition démocratique et républicaine puisque la monarchie a lié son sort à la dictature. Il s’agit d’expliquer ce phénomène, d’en évaluer lenjeu, de préciser les modalités, les étapes et la portée dun tel engagement dans le contexte historique espagnol et dans le cadre européen. On accuse souvent l’intellectuel soit de faire de la politique sans le contrepoids des actes réels soit d’imaginer une démocratie sans le peuple, ou de renoncer à ce rôle critique qu’on attend de lui et qu’on lui reproche tout à la fois.

Haut de page

Entrées d’index

Géographie :

Espagne

Chronologie :

XXe siècle
Haut de page

Extrait du texte

Cairn

Texte intégral disponible via abonnement/accès payant sur le portail Cairn. Le texte intégral en libre accès sera disponible à cette adresse en janvier 2019.
Consulter cet article

Plan

Une originalité espagnole 
Situations et projets
Le rapport au siècle
Conclusion : expert, cadre politique ou conscience universelle ?

Aperçu du texte

« Quoi quil fasse, lintellectuel le fait mal »

Theodor Adorno, Minima moralia

Mon propos s’inscrit a contrario dans la thématique de cette rencontre puisque je ne m’intéresse pas à une figure ou à des figures d’intellectuels mais à un phénomène collectif : l’apparition des intellectuels par l’auto-définition et la substantivation de l’adjectif en Espagne à la fin du XIXe siècle dans le même contexte et la même chronologie que la France de l'affaire Dreyfus – et sans doute même un peu avant si l’on en juge par les écrits d’Unamuno ou de Maeztu – afin d’opposer la raison collective à la raison d’État en intervenant dans le champ politique au nom d’une réputation acquise dans l’exercice de leur métier.

Plutôt que de réitérer une définition ou une typologie, il a paru préférable de voir ce que ces intellectuels ont fait en tant qu’opposants, conseillers du prince ou gouvernants. Leur rôle particulier n’avait pas échappé à Antonio Gramsci et José Ortega y Gasset était fier de constater e...

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Paul Aubert, « Être un intellectuel en Espagne (1898-1936)  », Rives méditerranéennes, 50 | 2015, 65-83.

Référence électronique

Paul Aubert, « Être un intellectuel en Espagne (1898-1936)  », Rives méditerranéennes [En ligne], 50 | 2015, mis en ligne le 15 juin 2017, consulté le 25 mars 2017. URL : http://rives.revues.org/4822 ; DOI : 10.4000/rives.4822

Haut de page

Auteur

Paul Aubert

Paul Aubert est professeur de littérature et civilisation espagnoles contemporaines à Aix-Marseille Université depuis 1996. Diplômé de Sciences politiques, HDR en Histoire, Docteur d’État-es-Lettres, ancien directeur des études de la Casa de Velázquez, il est spécialiste des intellectuels espagnols aux xixe et xxe siècles. Co-fondateur et directeur du Bulletin d’Histoire Contemporaine de l’Espagne, il a coordonné (en coll.) à l’UMR Telemme, des programmes de recherche quadriennaux des Lumières à nos jours sur les élites, la culture politique, les transferts culturels, les avant-gardes, les imaginaires nationaux et les identités territoriales en Europe méridionale.

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

© Tous droits réservés

Haut de page
  • Revues.org