Navigation – Plan du site

« Nature » et urbanisation.Un enjeu pour les aires métropolitaines méditerranéennes. Introduction

p. 11-12

Entrées d’index

Géographie :

Méditerranée

Chronologie :

XXe siècle
Haut de page

Texte intégral

1Le besoin de « nature » apparaît, depuis quelques années, comme une aspiration profonde des sociétés urbaines à la recherche de leurs racines et de leur équilibre face au mal-être de la ville. Les processus de croissance périphérique de la ville sur l'espace rural aboutissent à toute une série de néologismes pour les qualifier (ex-urbanisation, suburbanisation, rurbanisation, périurbanisation). Néanmoins, la difficulté de s'abstraire de la dichotomie traditionnelle entre villes et campagnes subsiste tout autant que l'appréhension de ces espaces de façon globale, en terme non plus d'opposition ou de domination mais de complémentarité. La métropolisation ou encore la ville émergente englobe des pans entiers de campagne et de « nature », résultat d'une double dynamique, l'urbanisation de la campagne et la ruralisation de la ville avec de nouvelles échelles et de nouvelles formes urbaines.

2Le groupe de travail « Structures et gestion des espaces périurbains agricoles et naturels » du programme « Villes et territoires en Méditerranée nord-occidentale » étudie les enjeux territoriaux de ces espaces, à travers l'émergence de la question de la « nature », de la demande environnementale et paysagère de la société et du renouveau de la question agricole qui devient ici une question urbaine. Comment passe-t-on d'une vision sectorielle qui tend à considérer les espaces agricoles et « naturels » comme des espaces intersticiels à l'urbanisation à une vision globale de réciprocité/complémentarité. Comment se justifie la prise en compte de ces espaces? Quels en sont les acteurs? Quelles régulations mettent-ils en place?

3Sur le littoral méditerranéen français, les exemples du tombolo double de Giens et de la charte agricole d'Aubagne illustrent les enjeux territoriaux face à l'activité touristique pour le premier et aux risques d'absorption par la métropole marseillaise pour le second. Si les espaces naturels les plus remarquables bénéficient de l'intervention de la puissance publique à travers le conservatoire du littoral pour pérenniser leur maintien, il n'en est pas de même pour les espaces agricoles qui, en dépit des efforts consentis, restent très menacés.

4Dans l'aire métropolitaine de Barcelone, priorité est donnée au développement économique et aux infrastructures. L'« annella verda », qui comprend la basse vallée du Llobregat, s'inscrit en contrepoint. Dans le contexte institutionnel de la Catalogne, il est l'instrument de la résistance de la « diputació » face au pouvoir de la Généralité.

5D'une manière générale, partout il apparaît que les espaces agricoles et « naturels » sont des espaces disponibles pour les stratégies de localisation de l'habitat, des infrastructures et des activités secondaires et tertiaires. Leur préservation dépend surtout de leur intégration à des espaces naturels remarquables, notamment les milieux humides littoraux, ou à leur rôle dans la prévention des risques naturels (inondations ou feux de forêt). C'est donc l'environnement plus ou moins chargé de valeur patrimoniale qui permet la « mise en défens de l'espace » pour le mettre au service de la société.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

« « Nature » et urbanisation.Un enjeu pour les aires métropolitaines méditerranéennes. Introduction », Rives nord-méditerranéennes, 8 | 2001, 11-12.

Référence électronique

« « Nature » et urbanisation.Un enjeu pour les aires métropolitaines méditerranéennes. Introduction », Rives nord-méditerranéennes [En ligne], 8 | 2001, mis en ligne le 12 février 2004, consulté le 24 novembre 2017. URL : http://rives.revues.org/48

Haut de page

Droits d’auteur

© Tous droits réservés

Haut de page
  • Revues.org