Navigation – Plan du site
L'émergence de l'intellectuel au XIXe siècle : histoire, langue et politique

L’émergence de l’intellectuel en tant que réformateur politique et culturel : l’exemple de Jean Psichari (1854-1929)

Géorgia Patéridou
Traduction de Danielle Morichon
p. 41-50

Résumés

Il est connu que l’intellectuel en tant que figure publique a émergé dans le monde moderne en France à l’époque de l’affaire Dreyfus, bien qu’un des premiers usages du terme, paru dans les écrits d’Ernest Renan (Cahiers de jeunesse, 1945), suggère que l’invention de l’intellectuel moderne n’est pas sans rapport avec les révolutions de 1848. Quelques figures importantes, impliquées dans l’affaire Dreyfus, étaient aussi les agents actifs dans les vastes réformes politiques et culturelles qui ont eu lieu à la fin du XIXe siècle. Yannis Psycharis (ou Jean Psichari comme il était connu en France) était une telle figure. Il appartenait à deux contextes politiques et culturels différents et il les avait marqués tous les deux. Le présent article suit sa trajectoire, en apportant des informations importantes sur son activité et ses écrits, ce qui explique sa contribution aux combats idéologiques de son époque. Le cas exemplaire de Jean Psichari éclaire sur le rôle et la fonction de l’intellectuel dans le monde cosmopolite et multiforme du XIXe siècle en Méditerranée.

Haut de page

Notes de la rédaction

texte traduit du grec au français

Extrait du texte

Cairn

Texte intégral disponible via abonnement/accès payant sur le portail Cairn. Le texte intégral en libre accès sera disponible à cette adresse en janvier 2019.
Consulter cet article

Aperçu du texte

Dans la riche bibliographie traitant de l’intellectuel, nous avons choisi tout d’abord de mentionner quelque chose qui attira l’attention de George B. de Huszar, intellectuel d’origine hongroise. Huszar, dans son livre consacré aux intellectuels, utilisa comme boutefeu à son analyse le commentaire de Jean Cocteau sur Alexandre le Grand : « Tout ce qui reste de sa réussite, […] c’est un profil sur une monnaie que m’a donnée Barrès. Sur l’autre face de la monnaie se trouve un sage assis. Chacun sait qu’il y a peu de chance que les deux faces de la monnaie se rencontrent jamais ». Ce commentaire trahit une attitude envers le rôle des intellectuels aussi bien qu’envers le grand conquérant lui-même. Il serait néanmoins malaisé pour les intellectuels contemporains d’embrasser absolument cette conviction. Pour la plupart en effet, et c’est un point que note Huszar, le vecteur de leurs activités est aussi bien orienté vers des façons de décrire et comprendre la réalité historique que de la ...

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Géorgia Patéridou, « L’émergence de l’intellectuel en tant que réformateur politique et culturel : l’exemple de Jean Psichari (1854-1929) », Rives méditerranéennes, 50 | 2015, 41-50.

Référence électronique

Géorgia Patéridou, « L’émergence de l’intellectuel en tant que réformateur politique et culturel : l’exemple de Jean Psichari (1854-1929) », Rives méditerranéennes [En ligne], 50 | 2015, mis en ligne le 15 juin 2017, consulté le 25 février 2017. URL : http://rives.revues.org/4790 ; DOI : 10.4000/rives.4790

Haut de page

Auteur

Géorgia Patéridou

Géorgia Patéridou est professeure assistante de Littérature grecque moderne à l’Université Ouverte Hellénique. Elle est l’auteure de la monographie (en grec) : « Pour que je vienne dans un autre exil ». Récits de l’espace dans la prose de la génération des années 1880 (Patras, Opportuna, 2012). Elle a aussi publié et édité un roman manuscrit par Jean Psichari, intitulé Vie et amour en solitude (Thessalonique, Fondation Manolis Triantafyllidis, 2009) ainsi que diverses études dans des revues et volumes collectifs. Ses intérêts de recherche portent sur la littérature européenne du XIXe et du XXe siècle, l’histoire intellectuelle et culturelle et la culture populaire.

Haut de page

Droits d’auteur

© Tous droits réservés

Haut de page
  • Revues.org