Navigation – Plan du site
L'émergence de l'intellectuel au XIXe siècle : histoire, langue et politique

Intellectuels et originalité au cours du XIXe siècle grec

L’œuvre des philologues classiques
Sophia Matthaiou
Traduction de Danielle Morichon
p. 27-39

Résumés

Après la fondation de l’État grec, la production des philologues comprend peu d’études qui pourraient recevoir l’épithète d’originales : il s’agit surtout de livres de grammaire (d’ordinaire traductions ou adaptations d’ouvrages étrangers) ou de chrestomathies (anthologies de textes anciens), de manuels destinés à l’enseignement, de dictionnaires (souvent des adaptations d’originaux étrangers). La première génération des philologues doit donc composer avec les priorités urgentes d’un nouvel État dont elle doit couvrir les besoins élémentaires. Le désir d’inventorier la réalité grecque apparaît constant. Ce phénomène peut être interprété par la prise en compte des circonstances présidant à la formation de l’État grec qui, outre les nécessités pratiques, doit affronter le problème de l’homogénéisation nationale des populations comprises dans ses frontières.

Haut de page

Notes de la rédaction

Texte traduit du grec au français

Extrait du texte

Cairn

Texte intégral disponible via abonnement/accès payant sur le portail Cairn. Le texte intégral en libre accès sera disponible à cette adresse en janvier 2019.
Consulter cet article

Aperçu du texte

Les vues exprimées au xixe siècle sur la création d’une production grecque originale dans le domaine de la littérature ont déjà été amplement étudiées jusqu’à aujourd’hui. Il s’agit de la fameuse exigence envers la « philologie nationale », qui voulait que les lectures soient « profitables » et « utiles », non « agréables ». L’objet essentiel et l’occasion de cette discussion furent fournis par les traductions des romans étrangers. En effet, on reconnaît à présent que l’antipathie manifestée envers l’étranger n’était que l’expression du désir anxieux de mettre en valeur le caractère national des Grecs d’une part, et de l’autre de former comme il se doit les citoyens de l’État nouvellement créé.

Si l’on étudie la vie et l’œuvre de nombreux érudits de l’époque, on constate que cette question ne concerne pas seulement la littérature, mais presque l'entière production intellectuelle de la période. Par ailleurs, nous avons observé que la notion d’« originalité », au cours du xixe siècle g...

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Sophia Matthaiou, « Intellectuels et originalité au cours du XIXe siècle grec », Rives méditerranéennes, 50 | 2015, 27-39.

Référence électronique

Sophia Matthaiou, « Intellectuels et originalité au cours du XIXe siècle grec », Rives méditerranéennes [En ligne], 50 | 2015, mis en ligne le 15 juin 2017, consulté le 27 juin 2017. URL : http://rives.revues.org/4781 ; DOI : 10.4000/rives.4781

Haut de page

Auteur

Sophia Matthaiou

Sophia Matthaiou est historienne, chargée de recherche à l'Institut de Recherches Historiques (Département d’Histoire Néohellénique) à la Fondation Nationale Hellénique de Recherches Scientifiques (programme « Littérature grecque moderne et histoire des idées, XVIIIe-XXe siècle »). Ses principales recherches portent sur les intellectuels grecs du xixe siècle dans leur rapport à la formation et l'idéologie de l'État grec nouvellement fondé. Sa recherche en cours se focalise sur les philologues classiques du Département de Philologie de l'Université Ottonien à Athènes, ainsi que sur l'établissement de la philologie classique en tant que discipline organisée pendant le XIXe en Grèce. Depuis 2005, elle enseigne l'histoire grecque à l'Université ouverte en Grèce.

Haut de page

Droits d’auteur

© Tous droits réservés

Haut de page
  • Revues.org