Navigation – Plan du site

La frontière de la civilisation. Royaume de Naples et Méditerranée dans les écrits des illuministi méridionaux

Alessandro Tuccillo
p. 159-173

Résumés

Cet article a pour objet la réflexion sur la dimension maritime méditerranéenne de l’Italie au XVIIIe siècle. Cette réflexion est analysée à partir des représentations politiques du Royaume de Naples élaborées par les illuministi méridionaux. Le projet réformateur des illuministi s’ancrait sur la prise de conscience du sous-développement du Royaume lié à la dépendance économique des puissances étrangères : la voie pour l’émancipation passait aussi par la valorisation de sa position géographique méditerranéenne. Toutefois, cette émancipation ne fut possible que sur le plan idéologique lorsque la péninsule italienne fut intégrée à l’expansion territoriale française. Dans ce contexte, le Sud de l’Italie fut conçu comme une nouvelle frontière de la civilisation en Méditerranée.

Haut de page

Entrées d’index

Géographie :

Italie

Chronologie :

XVIIIe siècle
Haut de page

Notes de l’auteur

Les recherches pour la rédaction de cet article ont été conduites dans le cadre du post-doctorat de l’Université de Provence-MMSH 2010-2011 (projet de recherche : Les Lumières dans la Méditerranée / La Méditerranée dans les Lumières : représentations de l’Italie méridionale (XVIIIe siècle – XXIe siècle)). Une première version a été discutée au Colloque international, organisé par Nicolas Bourguinat, Méridionalité et insularité. L’invention d’une Europe du Sud. XVIIIe-XXe siècles tenu à l’Université de Strasbourg les 20-21 janvier 2011.

Extrait du texte

Cairn

Texte intégral disponible via abonnement/accès payant sur le portail Cairn. Le texte intégral en libre accès sera disponible à cette adresse en janvier 2018.
Consulter cet article

Aperçu du texte

L'imaginaire commun fait de la géographie de la péninsule italienne le facteur déterminant de l’esprit maritime inné de ses habitants. L’histoire des relations entre les Italiens et la mer révèle pourtant un rapport beaucoup plus complexe, parfois d’indifférence sinon d’hostilité. Le stéréotype du “peuple navigateur” est le prisme le plus célèbre à travers lequel certains traits propres de la période glorieuse de l’histoire maritime italienne (à savoir de l’hégémonie méditerranéenne de l’empire romain et, surtout, des marchands génois et vénitiens entre le XIIIe et le XVIe siècle) sont devenus les éléments constitutifs pour la définition de la “maritimité” de l’Italie projetée tout au long de son histoire. Cette construction culturelle tranche avec la marginalité géopolitique et commerciale des anciens États italiens et des provinces italiennes de l’empire espagnol, notamment dès le XVIIe siècle. Une marginalité qui correspond aussi à une phase de dépeuplement des zones côtières (me...

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Alessandro Tuccillo, « La frontière de la civilisation. Royaume de Naples et Méditerranée dans les écrits des illuministi méridionaux », Rives méditerranéennes, 49 | 2014, 159-173.

Référence électronique

Alessandro Tuccillo, « La frontière de la civilisation. Royaume de Naples et Méditerranée dans les écrits des illuministi méridionaux », Rives méditerranéennes [En ligne], 49 | 2014, mis en ligne le 15 novembre 2015, consulté le 28 mars 2017. URL : http://rives.revues.org/4750 ; DOI : 10.4000/rives.4750

Haut de page

Auteur

Alessandro Tuccillo

Docteur d’histoire de l’Università degli studi di Napoli “Federico II”, chercheur post-doc de l’Université de Provence-MMSH en 2010-2011, Alessandro Tuccillo est actuellement "assegnista di ricerca" (chercheur post-doc) de l’Università degli studi di Napoli “L’Orientale”. Spécialiste de l’histoire intellectuelle et politique de l’Italie aux XVIIIe–XIXe siècles, il a travaillé notamment sur le débat sur l’esclavage colonial. Il a édité deux mémoires diplomatiques du patriote Matteo Galdi (2008) ; il est l’auteur de la monographie Il commercio infame. Antischiavismo e diritti dell’uomo nel Settecento italiano (2013) et de plusieurs articles.

Haut de page

Droits d’auteur

© Tous droits réservés

Haut de page
  • Revues.org