Navigation – Plan du site

Les négociants marseillais et la fabrique urbaine, entre désintérêt immobilier et implication politique (1666-1789)

Julien Puget
p. 141-158

Résumés

Aux XVIIe et XVIIIe siècles, le port de Marseille est essentiellement gouverné par des marchands. En 1666, le pouvoir royal ordonne aux échevins d’agrandir la ville, en créant un nouveau quartier sur les vestiges d’un faubourg datant de l’époque médiévale. La monarchie compte sur les négociants pour investir dans ce nouveau secteur, et participer ainsi, par l’embellissement de leur cadre de vie, au rayonnement du royaume tout entier. Or, les gens de commerce ne seront pas les bâtisseurs de la « nouvelle ville ». Ainsi, quelles relations a noué cette population avec la fabrique urbaine à l’époque moderne ? À côté de la pierre, n’ont-ils pas privilégié d’autres formes d’investissements, politiques notamment, tout aussi profitables à leurs affaires ?

Haut de page

Entrées d’index

Géographie :

Marseille

Chronologie :

XVIIIe siècle
Haut de page

Extrait du texte

Cairn

Texte intégral disponible via abonnement/accès payant sur le portail Cairn. Le texte intégral en libre accès sera disponible à cette adresse en janvier 2018.
Consulter cet article

Plan

Origines et organisation de l’agrandissement de 1666
Motifs de l’extension
Oppositions des échevins et reprise en main de l’opération
Commerce et investissement immobilier
Un investissement à contre-temps
La pétrification du capital, entre consolidation et expression d’une réussite
Définir et organiser l’ordre public à Marseille
Embellissement, commerce et ordre public
La primauté du commerce
Conclusion

Aperçu du texte

Aux XVIIe et XVIIIe siècles, le cadre bâti de nombreuses villes françaises est profondément remanié, tant sous la forme d’extensions que de créations de nouveaux espaces urbains. Marseille n’échappe pas à ce mouvement et, en 1666, Louis XIV impose à la ville d’étendre son enceinte vers l’est, provoquant un triplement de sa superficie. Cet agrandissement procède par l’intégration, au sein des nouvelles murailles, d’un ensemble de faubourgs existant depuis l’époque médiévale. Cet embellissement donne alors le coup d’envoi à plus d’un siècle de transformations au sein de la cité portuaire.

Lorsque l’on souhaite écrire l’histoire des formes urbaines marseillaises de l’époque moderne, deux éléments majeurs doivent être pris en compte. Il faut d’abord avoir à l’esprit que l’ensemble de la population de la ville est directement ou indirectement concerné par l’activité négociante et commerciale. Il faut ensuite se souvenir que l’embellissement de 1666 a été précédé d’une réforme de l’organis...

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Julien Puget, « Les négociants marseillais et la fabrique urbaine, entre désintérêt immobilier et implication politique (1666-1789) », Rives méditerranéennes, 49 | 2014, 141-158.

Référence électronique

Julien Puget, « Les négociants marseillais et la fabrique urbaine, entre désintérêt immobilier et implication politique (1666-1789) », Rives méditerranéennes [En ligne], 49 | 2014, mis en ligne le 15 novembre 2015, consulté le 25 mai 2017. URL : http://rives.revues.org/4746 ; DOI : 10.4000/rives.4746

Haut de page

Auteur

Julien Puget

Julien Puget prépare un doctorat intitulé « Les plans d’agrandissement d’Aix et de Marseille : droit du sol et patrimoines immobiliers (1646-1750) » sous la direction de Brigitte Marin et de Jean-Louis Mestre. Ses recherches portent sur les processus de fabrique de la ville aux XVIIe et XVIIIe siècles, et plus particulièrement sur les mécanismes juridiques et spatiaux à l’œuvre au cours des vagues d’urbanisation de l’époque moderne.

Haut de page

Droits d’auteur

© Tous droits réservés

Haut de page
  • Revues.org