Navigation – Plan du site

Des résistances à la topographie urbaine. Un passeur de mémoires

Entretien de Jean-Marie Guillon avec Céline Regnard
Jean-Marie Guillon et Céline Regnard
p. 149-167

Extrait du texte

Cairn

Texte intégral disponible via abonnement/accès payant sur le portail Cairn. Le texte intégral en libre accès sera disponible à cette adresse en janvier 2018.
Consulter cet article

Aperçu du texte

Avant d’être la collègue de Jean-Marie Guillon, j’ai été son étudiante. C’est pourquoi j’ai accepté avec enthousiasme la proposition qui m’était faite de mener cet entretien. Celui-ci a d’abord été un échange entre deux générations, mais aussi entre deux historiens de la Provence et de Marseille. Les divers sujets évoqués sont autant de facettes d’une carrière universitaire menée entre 1991 et 2012.

Jean-Marie Guillon est, d’abord, un enseignant. Concevant initialement la recherche comme un "hobby", une manière de "s’oxygéner l’esprit", il a tergiversé concernant son sujet de doctorat, l’a abandonné, puis repris, et finalement soutenu en 1989, tout en restant assez éloigné des structures de recherches aixoises. En revanche, il a été l’un des membres actifs de l’Institut d’Histoire du Temps Présent (IHTP) à ses débuts. À partir de son recrutement en 1991, il est resté très attaché à cette vocation d’enseignant, préparant des cours, prenant des responsabilités dans l’administration de...

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Jean-Marie Guillon et Céline Regnard, « Des résistances à la topographie urbaine. Un passeur de mémoires », Rives méditerranéennes, 48 | 2014, 149-167.

Référence électronique

Jean-Marie Guillon et Céline Regnard, « Des résistances à la topographie urbaine. Un passeur de mémoires », Rives méditerranéennes [En ligne], 48 | 2014, mis en ligne le 01 octobre 2015, consulté le 26 juin 2017. URL : http://rives.revues.org/4682 ; DOI : 10.4000/rives.4682

Haut de page

Auteurs

Jean-Marie Guillon

Professeur d’histoire-géographie dans l’enseignement secondaire de 1972 à 1991, Jean-Marie Guillon a été maître de conférences puis professeur d’histoire contemporaine à l’Université de Provence. Historien spécialiste de la Seconde Guerre mondiale et de la Provence contemporaine, il a contribué par sa réflexion sur la construction de la mémoire collective à la diffusion de la connaissance historique vers le grand public. Il a dirigé l’UMR Telemme de 2007 à 2012.

Articles du même auteur

Céline Regnard

Depuis 2007, Céline Regnard est maître de conférences en histoire contemporaine à l’Université de Provence, où elle a d’abord été étudiante puis doctorante sous la direction de Gérard Chastagnaret. Depuis son doctorat, elle effectue ses recherches à l’UMR Telemme. Celles-ci, d’abord consacrées à la question de la violence à Marseille au XIXe siècle, ont évolué vers l’histoire des migrations et de leur contrôle dans la ville.

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

© Tous droits réservés

Haut de page
  • Revues.org